Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (volume 1 : synthèse)

 | 
Justine Gaborit

Remerciements

Texte intégral

1Ma reconnaissance va tout d’abord à mon directeur de thèse, P. Leriche, qui n’a pas hésité à me confier le sujet ambitieux traité ici, en a suivi la croissance et a facilité la réalisation des campagnes de prospection. Je souhaite aussi exprimer ma profonde gratitude à J.-P. Sodini et à F. Villeneuve. P. Gentelle, A. Hesse, M. Al-Maqdissi m’ont fait l’honneur d’accepter de constituer mon jury de thèse, et m’ont incitée à mener à bien ce projet de publication.

2Plusieurs institutions m’ont considérablement aidée dans l’élaboration de ce travail :

  • le laboratoire d’Archéologie d’Orient et d’Occident, dont je remercie le Directeur, D. Briquel, et tous les membres, en particulier H. Morlier, C. Allag, F. Monier ;

  • la Direction Générale des Antiquités et Musées de Syrie, dont les directeurs et l’équipe, en particulier E. Al-Ejji et E. Boutros, ont facilité mes recherches ;

  • le Musée de Gaziantep et ses directeurs, R. Ergeç, F. Bulgan, M. Önal ;

  • l’Ifpo et ses directeurs : J.-M. Dentzer et J.-L. Huot entre 1996 et 2004, puis, pendant toute la période de mon pensionnat scientifique, F. Burgat, et, à la direction du département Archéologie et histoire de l’Antiquité, M. Griesheimer, qui m’a accordé sa confiance et son appui, et F. Alpi, qui avait encouragé cette publication dès 2009 et m’a poussée à la parfaire.

3Les Pr. J. Margueron et J.-Y. Monchambert ont bien voulu m’apporter une aide précieuse, de même que A. Desreumaux, qui m’a offert sa disponibilité inlassable, ses réflexions stimulantes, et m’a suggéré de nouvelles pistes à propos des sites d’Osrhoène. J’ai bénéficié de l’extrême bienveillance de J.-J. Maffre, qui a facilité la réorientation de mes recherches vers la géographie historique.

4Ma connaissance des sites et de la vallée de l’Euphrate est liée à la possibilité que j’ai eue de travailler, entre 1995 et 2004, dans le cadre de la Mission franco-syrienne d’Europos-Doura, sous la direction de P. Leriche : qu’il trouve ici l’expression de mes remerciements sincères, ainsi que tous les membres de la mission qui ont contribué directement à ma formation, en particulier J.-C. Bessac, G. Thébault, J. Humbert, F. Alabe et C. Liccope. Je dois aussi beaucoup à la mission franco-turque de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate, à laquelle j’ai participé entre 1996 et 1999 – jusqu’à la disparition sous les eaux du site d’Apamée –, et à sa directrice, C. Abadie-Reynal. Les archives de ces deux missions et les échanges scientifiques qui ont accompagné les campagnes de fouille ont grandement contribué à nourrir ma réflexion sur la présente publication. J’aurais également manqué de nombreuses informations inédites sans l’accueil bienveillant et la confiance des directeurs de la mission syro-espagnole de la vallée du Moyen-Euphrate syrien, J.-L. Montero Fenollós et Sh. Al-Shbib, qui m’ont invitée à participer aux fouilles de Tell As-Sinn, du directeur de la mission syrienne de Soura, A. Othman, et du directeur de la mission syrienne de Kasra, Y. Abdullah.

5Y. Guichard a été le compagnon précieux de quatre saisons de prospection, de même qu’A. Comfort, dont je partage la passion pour les réseaux routiers antiques : chacun d’eux a arpenté avec moi une bonne partie de la vallée de l’Euphrate et m’a aidée à compléter la documentation sur les sites encore préservés alors. C’est aussi un grand privilège d’avoir pu publier les photographies de Y. Gellie.

6Ce travail n’aurait jamais abouti sans la compétence et l’attention de F. Bonnaud et C. Benech, l’amitié active de J. Abdul Massih, M. Gelin, A.-M. Manière, M. Balty et L. Babadjian, tout au long de ces années de travail et d’activité sur le terrain.

7Je dois rendre un hommage particulier à l’institution de l’Ifpo, aux personnalités qui ont permis aux archéologues de s’y sentir chez eux et d’y travailler efficacement, tant à Damas, grâce à F. Khoury-Fehdé, L. Al-Maqdissi, Y. Ghabra‑Meddah et F. Bernel, qu’à Beyrouth, avec R. Khayata, L. Nacouzi, B. Khoury, M. Harfouche, I. Mardini. Les Presses de l’Ifpo ont mis en forme cette publication grâce à la compétence, à l’exigence et à la patience inépuisable de N. Méouchy et R. Yassine et à la rigueur de B. Lagarce pour la relecture. Puissent-ils, avec I. Mermet-Guyennet, oublier le dur labeur que cet ouvrage a représenté pour eux et se rappeler surtout ma profonde gratitude.

8Cette thèse est aussi dédiée à mes amis en Syrie, A. Al-Effendi, S. Al-Effendi, K. Saleh et leurs parents à Salhiya, et, en Turquie, à N. Özdemer et sa famille, et aux habitants de la vallée, qui n’ont jamais failli à leur réputation de gentillesse et d’hospitalité.

9Que tous trouvent ici l’expression de ma profonde gratitude et d’un espoir infini pour que la paix triomphe enfin.

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540