Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (volume 1 : synthèse)

 | 
Justine Gaborit

Introduction

Texte intégral

1La majesté d’un grand fleuve en impose toujours au premier regard mais il en est peu qui charrient autant de symboles religieux et culturels que l’Euphrate, fleuve du Paradis, creuset de la civilisation mésopotamienne et frontière d’un Orient convoité ou redouté. Qui n’est pas saisi aujourd’hui encore d’un sentiment de ferveur inavoué en découvrant ce ruban bleu au fond de la vallée ? Aux générations futures, qui contempleront la couleur irréelle des lacs artificiels des barrages turcs et syriens, il restera la nostalgie d’un grand fleuve et le témoignage des sites archéologiques pour comprendre ce qu’il en fut. La contribution archéologique du Moyen-Euphrate à cette mémoire géographique et historique est essentielle : cette partie du fleuve a roulé, d’une rive à l’autre, les matériaux arrachés à l’Anatolie, à la Syrie et à la Mésopotamie. Le Moyen-Euphrate occupe ainsi une place reconnue dans l’histoire de l’Orient Ancien, puisque certains sites y sont associés aux périodes charnières des premiers millénaires : Moureybet et la naissance de l’agriculture, Habouba Kabira et la diffusion du modèle mésopotamien de civilisation à travers le réseau fluvial, Mari et les cités-royaumes du IIIe millénaire. Toutefois, quand on aborde l’histoire du Proche-Orient classique, la région fait figure de référence mineure, à l’exception de Doura-Europos et de ses alentours. D’un certain point de vue, jusqu’aux découvertes sensationnelles intervenues en 2000 à Zeugma, le site de Doura a résumé, presque à lui seul, l’histoire du Moyen-Euphrate, de l’époque hellénistique à la période romaine. Le manque de visibilité du Moyen-Euphrate n’est pas, cependant, le signe d’un manque d’intérêt du milieu scientifique. Il est, d’abord, le reflet des conceptions des historiens grecs et romains, pour qui l’Euphrate est un simple repère géographique — les régions sont situées au-delà ou en deçà du fleuve — et non un district à part entière. De plus, sa cohérence historique est troublée, de la période hellénistique à la période byzantine, par les variations du tracé des frontières entre les empires occidentaux et orientaux, rejetant la vallée à la périphérie de chacun de ces deux territoires.

2Les neuf siècles qui séparent la conquête de l’empire achéménide par Alexandre de la conquête de la Syrie et de la Mésopotamie byzantine et sassanide par le calife Omar, constituent une séquence chronologique très courte à l’échelle de l’histoire plurimillénaire des occupations humaines dans la vallée de l’Euphrate. En regard des études sur l’Antiquité, de la période hellénistique à la période byzantine, cette séquence est assez cohérente, puisqu’elle englobe l’état du Moyen-Euphrate hellénistique et son évolution à long terme, au cœur des empires parthe, romain, sassanide et byzantin qui se sont partagé l’héritage séleucide jusqu’au milieu du viie s. Cette étude régionale est une contribution aux problématiques de recherche sur l’Orient hellénisé. Choisir comme limites chronologiques les conquêtes macédonienne (331 av. J.-C.) et musulmane (636-637) permet de se référer aux deux évènements qui ont fait basculer, d’un coup, la totalité du cours moyen de l’Euphrate et les régions adjacentes sous une autorité politique nouvelle. Mais le passage d’une autorité politique à une autre, entre le ive s. av. J.-C. et le milieu du viie s., ne s’est pas fait de manière homogène pour toutes les régions du Moyen-Euphrate. Par exemple, la période dite hellénistique se termine entre 120 et 113 av. J.-C. pour la rive gauche et la moitié méridionale de la vallée, conquises par les Parthes, alors que la rive droite septentrionale partage, avec la Syrie du Nord, les dernières vicissitudes du pouvoir séleucide, avant d’être officiellement annexée par les Romains en 64 av. J.-C. Semblablement, la période dite romaine interfère avec la chronologie de l’empire parthe et l’avènement de l’empire sassanide. Enfin, les guerres sassanides constituent un fort élément de continuité entre l’empire romain et l’empire byzantin — ou l’empire romain d’Orient — depuis le milieu du iiie s. jusqu’au milieu du viie s.

3Cette séquence chronologique néanmoins importante permet d’intégrer la diversité des périodisations issues des données archéologiques qui fournissent des marqueurs chronologiques, parfois plus précis ou, souvent, plus larges que le cadre historique politique. Sur les sites qui ont fait l’objet de fouilles stratigraphiques, les chercheurs mettent quelquefois en évidence une évolution particulière ou des phases de rupture qui conduisent à nuancer la vision de grands « blocs » historiques, tandis que les résultats de prospection renvoient à des estimations de périodes d’occupation plus globales, qui soulignent la continuité de la culture matérielle durant plusieurs siècles. À partir d’un corpus où les sites prospectés sont majoritaires, il eût été artificiel d’arrêter cette étude régionale avant la conquête musulmane : se référer à l’invasion sassanide de 256, au règne de Dioclétien ou à celui de Justinien, reviendrait à fixer une limite chronologique trop précise par rapport à l’état de la documentation actuelle des sites de la vallée. L’extension de cette étude jusqu’au milieu du viie s. vise aussi à mettre en lumière la vitalité de la période byzantine, période qui n’est connue dans la région que par quelques sites de référence, tels Halabiya, Resafa et Dibsi Faraj, alors que l’étude archéologique peut lui apporter des données très nombreuses et très diversifiées, de l’organisation défensive du territoire aux monuments chrétiens.

4Le cas du Moyen-Euphrate antique appelait également un recentrage entre sources textuelles et sources archéologiques. Depuis les chapitres consacrés par R. Dussaud à cette région, dans la Topographie historique de la Syrie antique et médiévale publiée en 1927, aucune synthèse des résultats archéologiques n’avait été menée, bien que des hypothèses de localisation des villes mentionnées par les sources antiques n’aient cessé d’être proposées 1. Or, en dehors des cas où la transmission des noms antiques avait été facilitée par la toponymie du Moyen-Âge, les étapes les plus importantes pour la connaissance des villes de la vallée sont venues de l’archéologie, au début du xxe s. avec F. Cumont, puis, à partir des années soixante-dix, avec les résultats des fouilles de sauvetage liées à la construction des barrages turcs et syriens. Sur l’Euphrate, les travaux de géographie historique, qui s’enracinent dans la tradition érudite allemande du début du xixe s., se sont focalisés sur les questions induites par la lecture des auteurs grecs et latins, telles que l’identification des fondations séleucides et des castella de la frontière romaine. Cette orientation a entravé l’exploitation des données de terrain et a même, parfois, conduit à traiter avec un très grand scepticisme les implications de découvertes archéologiques intervenues entre la fin du xixe s. et le début du xxe s. En 1881, la découverte du Nemrut Dağı sur le Haut-Euphrate provoqua une réaction d’incrédulité de la part de l’Académie royale de Berlin. En 1907, F. Cumont découvrit à Birecik une inscription syriaque inédite, qui lui permit de démontrer que Zeugma devait être localisée à Belkıs. La démonstration publiée par le savant belge en 1917, dans son recueil Études Syriennes, qui contredisait l’hypothèse d’identification de Zeugma avec Birecik, théorisée par le géographe allemand C. Ritter et reprise par le cartographe H. Kiepert, fut complètement passée sous silence par le philologue E. Honigmann, dans son ouvrage Historische Topographie von Nordsyrien im Altertum, paru en 1923. Enfin, en 1919, un bataillon britannique retranché dans les ruines de Salhiya, signalées depuis 1850, mit accidentellement au jour les peintures du temple de Bêl. L’iconographie et les inscriptions des scènes peintes suggérèrent à H. Breasted, dès 1920, qu’on avait enfin trouvé la ville de Doura-Europos, ce que F. Cumont démontra devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, avant que le premier coup de pioche ne fût donné sur le site. R. Dussaud sut, dès 1927, tirer parti de ces localisations pour remettre à plat la distribution des toponymes non encore situés dans la vallée. Sa rigueur méthodologique, son utilisation des résultats de fouilles menées pendant la période du Mandat français, et son essai de restitution des réseaux routiers syriens et mésopotamiens, expliquent que la Topographie historique de la Syrie antique et médiévale constitue encore aujourd’hui un ouvrage de référence.

5Les prospections préventives et les fouilles d’urgence menées entre 1968 et 2000 ont eu un double résultat : elles ont confirmé une nouvelle série d’identifications de villes antiques — Apamée à Tilmusa (C07), Athis/Néocaesaria à Dibsi Faraj (B32), Callinicum à Ouweis Al-Karani (F01) — et enrichi considérablement l’inventaire des sites archéologiques. Cependant, peu de sites ont été identifiés avec certitude depuis 1927, et pour cause : le nombre des sites occupés aux périodes classique et byzantine qui ont été repérés excède grandement celui des toponymes mentionnés par les sources textuelles antiques. Ce constat révèle, en fait, combien sont limitées les possibilités d’identifier de nouveaux sites uniquement à partir des textes antiques, car ceux-ci ont subi une double sélection : le corpus des témoignages littéraires antiques dont nous disposons est non seulement le résultat d’un processus aléatoire qui a permis à certains textes de nous parvenir, alors que la très grande majorité des ouvrages est perdue, mais il regroupe aussi des genres littéraires très différents et relève d’époques de rédaction inégalement réparties sur plus de dix siècles de production intellectuelle. Chaque auteur a trié les informations qu’il a fait figurer dans son ouvrage selon l’intérêt qu’elles présentaient pour son propos. Les listes de toponymes transmises par les sources antiques sont donc loin d’être complètes ou dépourvues d’erreurs, à l’instar de la production textuelle actuelle. Les descriptions chorographiques, sortes d’inventaires des lieux habités, et les textes périégétiques, sous la forme d’énumération des toponymes par segment d’itinéraire routier, mettent en avant des villes importantes et des localités secondaires, au détriment de celles qui existaient à l’écart des itinéraires ou qui paraissaient négligeables dans la logique interne de ces descriptions. Pour toutes ces raisons, il est compréhensible que les travaux de géographie historique aient rapidement épuisé les informations les plus évidentes offertes par un corpus qui, dans le cas du Moyen-Euphrate, est relativement restreint.

6Cependant, si les acquis des travaux de géographie historique ont été, dans cette aire d’étude, étroitement dépendants de l’investigation archéologique, force est de constater que les missions archéologiques intéressées par la Syrie antique et byzantine se sont attachées, de leur côté, à des sites déjà identifiés ou dont la fouille promettait de confirmer le nom antique. La première conséquence de cette double dépendance est que nos connaissances sur le Moyen-Euphrate, entre l’époque hellénistique et la période byzantine, ont longtemps reposé sur l’étude des centres urbains. Cette orientation a été d’autant plus préjudiciable que la mise en eau des quatre barrages en Turquie et en Syrie a rendu inaccessibles un nombre non négligeable de sites, repérés parfois depuis le xixe s. mais considérés comme d’importance secondaire, parce qu’ils avaient peu de chances d’être identifiés ou que leur superficie paraissait trop réduite. Le renouveau des informations, qui a permis de s’émanciper d’une connaissance centrée sur la « géographie urbaine » de la vallée, est intervenu avec l’essor de nouvelles approches méthodologiques, telles que les recherches sur la chronologie des centres urbains, la recherche systématique de tous les modes d’occupation — centre urbain, habitat rural, nécropole, lieu de culte, aménagement routier et hydrologique — et une étude de l’occupation fondée sur les résultats des prospections diachroniques interdisciplinaires et des datations issues des fouilles d’urgence. C’est cette riche documentation qui a été réunie et analysée dans ce travail. Elle nous renseigne sur la géotopographie du Moyen-Euphrate et couvre l’histoire générale de la vallée, du Paléolithique à la fin de l’empire ottoman. Elle nous permet de définir les dynamiques géographiques et des moments particuliers de la relation entre les hommes et le fleuve, en préalable à une analyse exclusivement centrée sur les périodes hellénistique, parthe, romaine et byzantine. Pour bien exploiter cette documentation, il fallait la replacer, de manière détaillée et critique, dans la dynamique des recherches sur la région, depuis les sources antiques qui ont servi de guide aux premiers voyageurs en Syrie à partir du xviie s. jusqu’aux programmes archéologiques et cartographiques du xixe s. et du xxe s. Ces sources diverses, par leurs acquis comme par leurs lacunes, conditionnent, en effet, nos connaissances sur l’histoire de l’occupation du Moyen-Euphrate. C’est l’interprétation de ces données cumulées qui a guidé la production de cartes inédites, présentées ici (carte 1-3), sur l’évolution chronologique et spatiale de l’occupation de la vallée. Ces cartes permettent de relier les transformations qu’elles mettent en évidence au contexte politique, de rattacher ces changements à des phases d’unification politique et à d’autres où règne le morcellement territorial ; en même temps, elles soulignent la constance des aires d’influence culturelle déterminées par le réseau des routes de l’Euphrate.

7Le présent ouvrage propose deux approches des problématiques archéologiques liées au Moyen-Euphrate entre le milieu du ive s. av. J.-C. et le milieu du viie s. : un essai de synthèse qui cherche à restituer et à cartographier neuf siècles d’occupation de la vallée, et une présentation de la riche documentation archéologique destinée à une consultation libre, par le biais d’un catalogue des sites hellénistiques, romains et byzantins répertoriés.

8Les renvois au volume du catalogue sont indiqués par les numéros des sites, classés d’amont en aval par sections géographiques, classification inspirée des divisions de Ptolémée :

  • A01 à A28 - sites de la rive droite en amont des barrages turcs de Birecik et de Karkemiş (Cyrrhestique) ;

  • B01 à B32 - sites de la rive droite en amont des barrages syriens de Teshrin et de Tabqa (Cyrrhestique et Chalcybonitique) ;

  • C01 à C25 - sites de la rive gauche en amont des barrages turcs de Birecik et de Karkemiş (Mésopotamie) ;

  • D01 à D43 - sites de la rive gauche en amont des barrages syriens de Teshrin et de Tabqa (Mésopotamie) ;

  • E01 à E20 - sites de la rive droite en Syrie, en aval de Tabqa (Palmyrène et Arabie Déserte) ;

  • F01 à F51 - sites de la rive gauche en Syrie, en aval de Tabqa (Mésopotamie).

9L’intention est de mettre à la disposition du lecteur la somme des sources utilisées et de le laisser libre de parcourir les rives du Moyen-Euphrate antique selon différentes échelles cartographiques et en fonction de ses centres d’intérêt.

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540