Version classiqueVersion mobile

Amman

 | 
Jean Hannoyer
, 
Seteney Shami

Sixième partie. Politiques urbaines

Commentaire

Jean-Charles Depaule

Texte intégral

1Amman, ville en mouvement. Les quatre contributions réunies autour du thème de la politique et des politiques urbaines présentent des analyses et des données utiles, et, d’abord, des informations concernant la situation de l’agglomération, la dynamique du développement urbain, ses instruments mais aussi les freins, les obstacles et les lacunes, les dysfonctionnements, les ratés, ou les inégalités qui se manifestent, en particulier entre les zones viabilisées et celles qui ne le sont pas.

  • 1 Cf. Awada (F.), « La gestion des services publics à Beyrouth durant la guerre, 1975-1985 », Pratiq (...)

2Nombre de réflexions ont une portée urbanistique qui dépasse le seul cas de Amman. Par exemple, l’accent est mis sur la question cruciale du sol, qu’il s’agisse du contrôle de la propriété, du marché, des réserves foncières ou du statut juridique des terrains. D’autre part, l’attention est attirée sur l’utilité d’une réglementation adaptée sur la nécessité d’un minimum d’État. Plus que dans d’autres domaines, dans celui de l’urbanisation qui suppose des infrastructures et des réseaux par définition coordonnés – les fluides doivent circuler, il faut que raccordements, branchements et correspondances soient possibles. Il est clair qu’une logique de pur laisser-faire ne saurait prévaloir car elle ne serait pas capable d’assurer une maîtrise de l’espace. On s’en convainc d’autant mieux si l’on pense à Beyrouth de la guerre civile où, avec la gestion des services urbains par les milices et des acteurs privés, le « libéralisme » a été poussé jusqu’à l’absurde1.

  • 2 Cf. Wirth (E) et Kopp (H), Sanaa. Développement et organization de l’espace d’une ville arabe, Aix (...)

3Des traits sont plus spécifiques. Toujours à propos du foncier – mais le phénomène est-il exceptionnel ? – on notera que la pression n’est pas la plus forte au centre de l’agglomération. El l’on retiendra le problème posé par l’installation des camps de réfugiés palestiniens. Ils gèlent des terrains réquisitionnés, dont le prix, faible lorsqu’ils étaient périphériques, a considérablement augmenté au cours de la croissance de la ville. A la lumière des contributions de Monther B. Al-Adhami et de Omar M. Razzaz, on retiendra également la manière dont valeur marchande et dimension symbolique ou culturelle se combinent, comme on l’observe dans la confrontation de l’ancienne conception collective de la propriété mouchâ’, avec celle de l’État jordanien (ou, avant lui, de l’occupant britannique) et des stratégies « modernes » d’appropriation individuelle. Selon les représentations que les divers acteurs en ont, légalité et légitimité ne se superposent pas automatiquement, tant s’en faut – ainsi les tribus invoquent-elles leurs droits ancestraux et leurs valeurs patrimoniales. Le poids de l’organisation tribale intervient donc dans les rapports de force que le développement urbain implique, comme il le fait, ou l’a fait par le passé, ailleurs selon d’autres modalités, notamment à Sanaa, au Yémen où au début du siècle était strictement appliquée à l’obligation de la guwâra qui « interdit aux paysans des tribus de vendre leurs terres à des citadins »2.

  • 3 Cf. en particulier les travaux de Galila El-Kadi, L’Urbanisation spontanée au Caire, Tours : Urbam (...)

4Le jeu de relations triangulaires tel que l’analyse O. Razzaz et qui implique l’État, les tribus, en l’occurrence des Bani Hasan, et les candidats à la propriété, les new settlers, enrichit la typologie des extensions « informelles ». A Amman, celles-ci se caractérisent par une appropriation illicite des terrains, et non, comme c’est le cas au Caire, où les deux formes d’illégalité coexistent, par la construction sur des terres agricoles inconstructibles3.

5La présence des camps palestiniens a déjà été évoquée pour son aspect foncier. Amman les a « rattrapés », et cependant ils figurent encore sur la carte comme des taches blanches. La réglementation impose le maintien de leur caractère précaire, car ils sont le signe spatial et temporel du déplacement par la force de populations dont l’établissement ne saurait être que provisoire, dans l’attente qu’elles soient restaurées dans leurs droits. Comme le montre Blandine Destremau, cet impératif s’oppose à la sédimentation, au mouvement et au développement des relations avec le reste de l’agglomération, sans lesquels des quartiers à part entière et plus globalement une ville ne sauraient se constituer (en fait cela n’a pas totalement interdit la mobilité spatiale et sociale).

  • 4 Cf. Depaule (J-Ch.), « Des territoires en formation : Jeunesse et urbanisation au Caire », Égypte  (...)

6La problématique adaptation de la ville aux enfants n’est sans doute pas une spécificité de Amman. Mais l’étude qui en est proposée par Leila T. Bisharat est, dans cette région du monde, assez peu banale, me semble-t-il, pour être soulignée. Attentive aux virtualités offertes, dans les zones d’habitation, par les lieux quotidiens les plus ordinaires, elle dépasse une vision strictement quantitative ou fonctionnelle et s’efforce d’associer préoccupations opérationnelles et observations de type anthropologique. Elle contribue à formuler un « droit au jeu ». Tout un champ reste à explorer. Il ne se limite pas à l’appropriation, mieux connue, de l’espace par des adolescents ou de jeunes adultes, qu’on peut appréhender à travers les clubs, à commencer par ceux qui, à Amman, sont destinés à la jeunesse palestinienne, ou, entre autres pratiques urbaines et populaires, la « balle de chaussette »4, football des rues cairotes qui a inspiré le film de Mohamed Khan, « Le Professionnel » (1983).

7Quelques enseignements plus généraux se dégagent de ces approches de la ville. On mesure en particulier l’intérêt d’observer et d’analyser ce qui existe, de raisonner à partir des « choses faites » : c’est sans doute le plus sûr moyen de conjurer un penchant technocratique qui, avec la tentation spontanéiste (son pendant et inverse), menace souvent la pensée sur l’urbain et l’urbanisation. Assurément, c’est la meilleure manière de ne pas confondre la réalité sociale avec les catégories mises en œuvre par les nomenclatures et les classifications administratives ou techniques.

8Cette attitude conduit à dépasser une vision trop dichotomique. Par exemple, sans être devenus des quartiers pleinement intégrés, les camps palestiniens ne sont plus aujourd’hui les enclaves qu’ils auraient dû rester. D’autre part, entre les tribus et l’État « moderne », urbanisateur, il existe une opposition qui suscite une interrogation khaldounienne – l’urbain serait-il incompatible avec les valeurs bédouines ? Mais elle n’est pas statique, elle s’est déplacée. Au nom de leurs anciens droits, les bédouins ont en fait créé un marché foncier. Un marché purement fictif, comme le sont les actes de propriété délivrés aux new settlers. Sur le terrain, les relations de l’illégal et du légal sont complexes, et l’urbanisation spontanée est le résultat des multiples ajustements réciproques opérés non seulement par les acteurs sociaux, mais par l’État.

9De telles adaptations font la complexité de la notion de politique urbaine. Et elles mettent en lumière, à des échelles et des rythmes divers, une dimension que risquerait de négliger un point de vue exclusivement « spatial ». C’est celle de la maturation et de la sédimentation, de la négociation et des adaptations. Celle du temps qui, même dans les camps, ne peut être suspendu.

Notes

1 Cf. Awada (F.), « La gestion des services publics à Beyrouth durant la guerre, 1975-1985 », Pratiques urbaines, n° 5, CEGET/Interurba, oct. 1988. Voir également Beyhum (N.), Salama (A.), Tabet (J.) (dir.) Beyrouth : construire l’avenir, reconstruire le passé, s. 1., Uri, s.d.

2 Cf. Wirth (E) et Kopp (H), Sanaa. Développement et organization de l’espace d’une ville arabe, Aix-en-Provence, Iremam/Cfey, 1994 (Cahiers de l’IREMAM 5), p. 43.

3 Cf. en particulier les travaux de Galila El-Kadi, L’Urbanisation spontanée au Caire, Tours : Urbama-Orstom, fasc. de rech. 18, 1987) et d’Agnès Deboulet, « État, squatters et maîtrise de l’espace au Caire », Égypte, Monde arabe, CEDEJ, Le Caire, 1990).

4 Cf. Depaule (J-Ch.), « Des territoires en formation : Jeunesse et urbanisation au Caire », Égypte : Monde arabe, CEDEJ, Le Caire, 1990.

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search