Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Amman

 | 
Jean Hannoyer
, 
Seteney Shami

Sixième partie. Politiques urbaines

Les camps de réfugiés palestiniens et la ville, entre enclave et quartier

Palestinian Refugee Camps and the City: Between Enclave and Quarter

Blandine Destremau

Résumé

Deux camps de réfugiés palestiniens sont étudiés à la fois comme espaces spécifiques et dans leurs relations avec la ville. Il faut souligner d’abord qu’on ne peut confondre les habitants des camps avec l’ensemble des réfugiés palestiniens en Jordanie. Les premiers abritent seulement un quart des réfugiés enregistrés à l’UNRWA dans le pays. D’autre part, une bonne partie de la population des camps n’est pas enregistrée comme réfugiés, soit parce qu’ils se sont déplacés après 1967, ou parce que ce sont des gens d’autres origines qui ont acheté ou loué une maison dans cet espace. De plus, les camps ne constituent qu’une partie des espaces socialement ou économiquement marginalisés, statut qu’ils partagent avec d’autres lieux d’habitat précaire et pauvre dans la ville. On ne peut comprendre la production et la reproduction de l’espace physique et des réalités urbaines, sociales et économiques des camps que dans leur dimension ambivalente : ce sont des zones d’habitation temporaires pour une population qui attend le retour sur sa terre mais qui est établie la depuis des décennies, dans un pays hôte dont les réfugiés portent l’identité.

This paper focuses on the characteristics of two Palestinian refugee camps in terms of their use of space and relationships with the surrounding city. It is important to note that the situation of the camp population is not identical to that of Palestinian refugees in Jordan as a whole. Only a fourth of all refugees registered with UNRWA reside in camps, while an important part of the camp population is not registered as refugees, either because they were displaced after 1967 or are of diverse origins but have bought or rent housing in the camps. Furthermore, the camps represent only a section of the socially, economically and geographically deprived, a great number of refugees and non-refugees residing in zones of unrecognized and more precarious housing. The production and reproduction of the physical space and the urban, social and economical realities of the camps can only be understood within the ambivalent frame of their existence: they are temporary living areas for a population that is waiting to return to its homeland, but which is established since decades on a national territory and carrying the nationality of this host country.

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Le Petit Robert (éd. 1982) retient un rapport au temps plus vague : « Zone provisoirement ou en per (...)
  • 2 Ce travail porte sur les deux camps inclus dans l’aire municipale de Amman et gérés par l’UNRWA : l (...)

1Un camp se définit comme un espace désigné pour un temps provisoire1, pour y accueillir certaines catégories de personnes différenciées par leur statut, leur fonction, leur origine... Dans le cas des camps de réfugiés palestiniens de la ville de Amman2, les termes d’une telle définition intimement articulés et interagissants dans la configuration, la reproduction et l’évolution du système-camp, peuvent être considérés comme ambivalents :

  • le temps provisoire dure de fait depuis plus de 40 ans, puisqu’il s’agit de camps érigés après la guerre israélo-arabe de 1948. Cette durée implique forcément des modes de gestion adaptés et différents de ceux appliqués dans un très court terme ;

  • les habitants en sont, certes, des réfugiés et des Palestiniens, mais aussi des citoyens du pays d’accueil, des citoyens jordaniens, dont les enfants et les petits-enfants sont nés et ont été élevés en Jordanie orientale, et dont la plupart n’ont jamais vu la Palestine ;

  • l’espace délimité pour former le camp, initialement situé aux marges de la ville, est aujourd’hui enchâssé dans le tissu urbain de Amman.

  • 3 Des domaines primordiaux ne seront pas traités ici, par exemple tout ce qui est organisation social (...)

2On peut donc se demander si les camps constituent encore des lieux distincts, ou s’ils se sont fondus dans la ville, s’ils demeurent des enclaves ou en sont devenus des quartiers, et dans quelle mesure, sur quels plans, par quels mécanismes ? Cette vaste question sera ici abordée sous deux angles, qui ne prétendent pas l’épuiser3 :

    • 4 Certains éléments de cette première partie ont été repris de « L’Espace du camp et la reproduction (...)

    Celui du statut formel et des réglementations qui régissent ces lieux en tant qu’espaces physiques, notamment leur tutelle, leur statut foncier et urbain et la réglementation sur la construction4;

  1. Celui des activités économiques et des liens qu’elles tissent avec l’extérieur, et particulièrement la place des habitants des camps dans les marchés du travail et la mobilité socio-économique.

LE STATUT FORMEL DES CAMPS

La tutelle

3Les espaces des camps sont gérés par deux instances spécifiques, l’une relevant du gouvernement jordanien : le Département des Affaires palestiniennes (DAP), l’autre des Nations-Unies : l’Office de Secours et de Travaux des Nations-Unies pour les Réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

Le Département des Affaires palestiniennes (DAP)

4Le DAP est officiellement chargé de superviser la coordination entre le gouvernement, l’UNRWA et les différentes instances concernées par la gestion des réfugiés et déplacés et celle des camps de réfugiés (installés après 1948) et d’urgence (mis en place en 1967). Il a la responsabilité politique « collective » des réfugiés et déplacés où qu’ils se trouvent sur le territoire jordanien. Cette responsabilité ne se traduit par des services collectifs que pour ceux qui résident dans les camps, dont les services sociaux sont assurés par l’UNRWA. Les réfugiés demeurant hors-camp, bénéficient des services collectifs directement dispensés par le gouvernement, en tant que citoyens, et des services sociaux pourvus par l’UNRWA, en tant que réfugiés.

5II s’agit d’un organisme à la fois intermédiaire et complémentaire. Le DAP co-gère avec l’UNRWA dix des treize camps de Jordanie, gère trois camps ne relevant pas de cette organisation et fournit des aides aux déplacés non réfugiés et aux réfugiés non immatriculés, et donc non reconnus comme tels par l’UNRWA, qui en ont besoin. C’est par lui que transite la contribution du gouvernement aux réfugiés, tout comme les compensations versées par l’UNRWA pour les dépenses du gouvernement afférentes aux réfugiés immatriculés. Depuis 1988 et la rupture par la Jordanie des liens légaux et administratifs avec la Cisjordanie, le DAP, de ministère des Affaires des Territoires occupés, est devenu un département affilié au ministère des Affaires étrangères.

L’UNRWA

  • 5 Il fit suite à un organisme international pour les réfugiés de Palestine, créé le 19 novembre 1948 (...)
  • 6 Pour l’UNRWA, un réfugié est « une personne qui avait sa résidence en Palestine depuis au moins 2 a (...)
  • 7 Ces personnes ne sont pas comptabilisées dans les effectifs de réfugiés résidant dans les camps, ce (...)

6De son côté, l’UNRWA fut créé en décembre 19495, en tant qu’agence des Nations-Unies spécialement mandatée pour fournir les services de base aux réfugiés palestiniens remplissant ses critères d’immatriculation6 et résidant dans sa zone d’opération (Jordanie orientale et Cisjordanie, bande de Gaza, Syrie et Liban). En Jordanie, 23 % du million de réfugiés immatriculés vivent en 1992 dans les 10 camps de l’UNRWA, qui accueillent, d’ailleurs, aussi des personnes qui ne sont pas immatriculées comme réfugiés, qu’elles soient déplacées de 1967 ou non7.

  • 8 « Hardship cases » ; cette catégorie répond à certains critères économiques et familiaux précis.

7Les principales activités de l’UNRWA couvrent l’éducation primaire et intermédiaire et la santé pour l’ensemble des réfugiés, ainsi que de l’aide matérielle (rations alimentaires, couvertures, vêtements, aide financière...) à des familles recensées comme « cas difficiles »8. En Jordanie, certaines personnes non immatriculées comme réfugiées peuvent bénéficier de quelques-uns des services de l’UNRWA, notamment l’éducation et la santé : ce sont les déplacés qui vivent dans des camps sous sa supervision, ainsi que des personnes reconnues ni comme réfugiées ni comme déplacées, soit en vertu d’accords spéciaux avec le gouvernement quand il n’existe pas d’infrastructures sociales publiques dans les environs, soit sur la base d’une extrême indigence, soit encore dans des circonstances exceptionnelles (guerre du Golfe...). A l’inverse, certains réfugiés sont inscrits aux écoles du gouvernement, en particulier lorsque l’UNRWA ne dispose pas de services éducatifs sur place.

  • 9 A ce sujet, se référer notamment à Avi Plascov, The Palestinian Refugees in Jordan 1948-57, Frank C (...)

8Créé comme une organisation temporaire, l’UNRWA est destiné à être dissout lorsqu’une solution sera trouvée au problème palestinien et à l’exil des réfugiés. L’ambiguïté de sa position n’est pas sans répercussion sur sa légitimité, les attentes et les déceptions qu’il nourrit : d’un côté, il est ou fut considéré comme garant de la responsabilité internationale à l’égard du problème palestinien et témoignage de sa non-résolution et de l’aspect provisoire du séjour des réfugiés dans leurs pays d’accueil. De l’autre, il est vu avec quelque méfiance en tant qu’organisme des Nations-Unies, ces mêmes Nations-Unies qui ont généré le problème des réfugiés en consacrant l’existence de l’État d’Israël et la partition de la Palestine. Il est aussi fréquemment accusé de faire le jeu des gouvernements des pays d’accueil, suspectés de vouloir en terminer à bon compte avec la question des réfugiés palestiniens tout en faisant l’économie d’une réelle solution, ou même en trahissant leurs aspirations légitimes9.

Le statut foncier

9Les camps ont été établis sur des terres dans une large mesure privées et appartenant à de grandes familles jordaniennes, dont le gouvernement s’est « temporairement » approprié le droit d’usage, pour les « mettre à disposition de l’UNRWA (et du DAP) dans le but de loger les réfugiés palestiniens ». Cette appropriation a eu lieu à un moment où la valeur des terrains urbains dans l’agglomération de Amman était encore basse, puisque l’extension de la ville et l’essor de la demande de terrains et de la construction débutaient à peine. En outre, ces terrains étaient situés dans des zones non urbanisées, ni viabilisées, ni équipées, sur des terres impropres à l’agriculture et non comprises dans les plans d’aménagement... et donc en elles-mêmes, de faible valeur marchande. Les espaces consacrés aux camps n’étaient, à l’époque, que des terrains vagues sans usage présent ou futur prévu.

10Les propriétaires du sol des camps reçoivent, depuis une quarantaine d’années maintenant, une compensation. Celle-ci est supposée indemniser leur privation du droit d’usage de leur bien ou leur incapacité d’en disposer et de percevoir les bénéfices de l’augmentation de la plus-value urbaine et de la plus-value d’emplacement dont jouissent, en principe, les deux camps du fait de leur localisation et de la croissance de la ville. A l’aune des terrains environnants, la valeur unitaire du sol s’y serait multipliée par 100 à 400. Or cette compensation a été fixée en fonction de la valeur des terrains à l’époque où les camps ont été établis, et a gardé la même valeur nominale depuis lors. Le manque à gagner des propriétaires du sol provient donc en partie de la dévaluation du dinar jordanien, particulièrement marquée depuis le début des années 80 et la récession économique, et en partie du fait qu’elle ne suit en rien l’évolution de la valeur des terrains.

Les transactions immobilières dans l’enceinte du camp

11La préservation du droit des propriétaires signifie que le camp représente un espace « gelé » du point de vue des transactions foncières : le sol ne peut ni s’y acheter, ni s’y vendre. Pour autant, le marché immobilier y est relativement dynamique. Les transactions sur le bâti y sont nettement marquées par la spécificité du camp en tant qu’espace, et par le statut du sol. Les transactions portant sur les maisons d’habitation ont lieu essentiellement au sein d’un marché interne, c’est-à-dire où les offreurs et les demandeurs sont dans leur majorité des résidents actuels ou passés du camp :

  • les demandeurs sont typiquement des couples et familles nucléaires qui désirent s’y installer de façon indépendante à l’issue de leur mariage, du fait de la saturation de la maison familiale, ou lors de leur retour du Golfe dans le cas des rapatriés ;

  • les offreurs quittent généralement le camp après avoir acheté ou fait construire un logement plus spacieux à l’extérieur, ou sont en train de le faire. Ceci explique que le marché soit avant tout un marché d’achat/vente et non de location : bien qu’ils aient les moyens de quitter le camp, les offreurs les ont rarement d’avancer la totalité de la valeur de leur autre logement tout en gardant celui du camp.

12Ainsi donc, la spécificité du camp tend à fermer le marché : espace destiné aux réfugiés, espace palestinien, espace peu valorisé socialement mais bon marché à habiter... De ce fait, contrairement à ce qui est le cas pour les fonds de commerce, les prix semblent être déterminés avant tout par l’état de ce marché interne, et non par un effet d’emplacement du camp dans la ville en général. Outre les caractéristiques de la maison elle-même, les écarts de prix dépendent de sa localisation dans le camp : pour le camp de Jabal Hussein, par exemple, les maisons situées au-dessus de la rue principale valent plus, parce qu’elles ne reçoivent ni les ordures, ni les eaux usées, ni les écoulements lors des pluies..., contrairement à celles du dessous, qui donnent, de surcroît, sur un wâdi. Pour ce qui est des variations dans le temps, les personnes interrogées rappellent deux moments de forte hausse des prix : les années qui ont suivi l’exode de 1967, où la demande de logement a subi un grand essor, et la crise du Golfe, qui a ramené des centaines de milliers d’émigrés, dont un bon nombre ont voulu se réinstaller dans leur camp d’origine à proximité de leur famille.

  • 10 De 240 000 à 400 000 FF environ.

13Comme nous le verrons, les deux camps concernés sont des lieux d’intense activité commerciale, pour des raisons qui ont, certes, à voir avec leur spécificité en tant que tels, puisqu’ils abritent des densités de population importantes et qu’ils attirent de nombreux réfugiés palestiniens, mais aussi pour des raisons qui touchent à leur emplacement, tant dans le cas du camp de Wihdat que dans celui de Jabal Hussein. Cette activité ajoute considérablement aux autres facteurs généraux de plus-value dans la ville de Amman. Et cette plus-value se répercute sur les loyers, mais aussi sur la valeur des fonds de commerce, au bénéfice des commerçants, et en dépit du fait que les licences commerciales sont reconsidérées chaque année : les fonds de commerce s’élèvent couramment à 30 000-50 000 JD10 dans les emplacements favorables, plus qu’à l’extérieur des camps. Ces montants, reflet d’une plus-value qui leur échappe, suscitent d’ailleurs souvent l’indignation des propriétaires du sol.

  • 11 Les seules « transactions » qui sont enregistrées sont les legs d’unités aux enfants après la mort (...)

14Un autre aspect de la question est que, du fait du statut foncier des camps, statut « d’emprunt » provisoire, les achats et ventes de constructions dans l’enceinte du camp portent, de facto, sur des biens en usufruit et non en propriété. En l’absence d’actes de propriété du sol, ces transactions ne peuvent être reconnues ni par les tribunaux ni par les services cadastraux. Elles ne donnent pas lieu au versement des taxes réglementaires à la Municipalité de Amman et au Trésor, et ne peuvent pas non plus faire l’objet d’émission de documents ni de titres officiels de propriété. Elles sont sanctionnées par un titre de propriété « informel », instauré entre les parties, souvent devant un témoin « respectable » : un notable, moukhtâr ou autre. L’UNRWA lui-même ne garde aucune trace de ces transactions et ne possède que la liste des allocataires premiers des unités d’habitation distribuées lors de l’établissement des camps, et celle des occupants de 197311. Les gens eux-mêmes opposent « le camp » aux zones milk, ou « en propriété ».

15Cet état de fait a divers types de conséquences, et notamment :

  • les acheteurs se trouvent en situation précaire et, en cas de litige, ces transactions ne peuvent donc non plus faire l’objet de règlement que par intermédiation et accord à l’amiable. Les factures d’eau et d’électricité et le témoignage éventuel d’un notable constituent la seule preuve possible d’une occupation « légitime » du logement ;

  • il n’est pas question pour l’acheteur de faire appel à un organisme officiel de crédit, auquel le bien acquis puisse servir de garantie ;

  • personne n’a aucune idée du nom des occupants des maisons des camps, qu’ils soient propriétaires ou locataires, du degré de partage des habitations entre des parties de famille, ni, a fortiori, du nombre d’habitants des camps.

16Cette lacune procédurale est relativement contradictoire avec l’encadrement rigoureux du camp sous d’autres angles, en particulier tout ce qui concerne la sécurité et les divers équipements et services collectifs. Mais elle est cohérente avec un élément non négligeable : officiellement, ces transactions n’existent donc pas, et la propriété du sol « emprunté » a été entièrement préservée aux mains de ses propriétaires originels ; la population réfugiée continue à « camper » dans les espaces délimités à l’origine, sa présence ne s’y traduit pas par la propriété.

Le statut urbain

  • 12 Selon certains employés de la municipalité interrogés, deux types de raisons font que celle-ci n’es (...)

17Les camps de réfugiés dont le territoire se situe sur celui de la ville de Amman ne relèvent pas concrètement de la gestion de la municipalité12, à l’exception de l’exécution de certains services collectifs et de l’octroi de licences commerciales. L’espace des camps n’est inclus ni dans ses plans d’aménagement, ni dans les plans cadastraux du ministère « Land and Survey ». Les cartes couvrant les secteurs concernés les signalent d’ailleurs par un espace vierge. Par ailleurs, comme cela a déjà été mentionné lors des transactions immobilières, les résidents du camp ne s’acquittent pas des taxes d’aménagement, ni de droits sur la part de plus-value qui provient des aménagements financés par le gouvernement, ni de droits de permis de construire envers la Municipalité. Ils ne paient pas non plus de taxes immobilières au Trésor public.

18Les services collectifs et d’équipement fournis aux camps émanent des divers organismes dont ils relèvent. En ce qui concerne l’aménagement dans le sens de la gestion de l’espace, du percement de routes, de la réservation d’espaces pour des fonctions spécifiques..., le plan général du camp a été décidé lors de son établissement, conjointement par l’UNRWA et le DAP, après que la superficie totale en ait été définie : tracé des axes principaux, découpage des parcelles destinées aux divers bâtiments fonctionnels et de service, aux installations collectives (robinets, wc.) et aux habitations. Au fur et à mesure de l’expansion démographique et de celle des besoins, et alors que les environs des camps étaient « colonisés » par des habitants contraints de s’installer en dehors, certains bâtiments fonctionnels ont dû être délocalisés hors du camp, une fois les réserves de terre de l’UNRWA épuisées à l’intérieur. Malgré les différences marquées d’organisation de l’espace, l’aménagement des deux camps reflète bien la genèse et les objectifs de cette organisation : planification de l’utilisation fonctionnelle d’un espace qui devait être délimité, contrôlé, géré en tant qu’unité, et dans lequel vivrait une population plutôt homogène, ou considérée comme telle, en ce qui concerne son niveau socio-économique, ses besoins, son identité...

19La question de la délimitation des espaces commerciaux et de l’octroi de licences commerciales illustre l’ambiguïté d’un tel statut d’exception. Faute de plan officiel, et en l’absence de mandat de la municipalité de Amman sur ces espaces, la distribution des emplacements commerciaux dans les camps est l’objet d’accords informels entre la municipalité et le DAP. Les licences sont, malgré tout, allouées par la municipalité au même titre que dans les autres quartiers de la ville. Les ouvertures clandestines sont surveillées de près, et les transgresseurs pénalisés par le murage de leurs établissements. Les carioles ambulantes ne paient pas de licences, mais doivent être munies d’une autorisation du DAP qui permet de contrôler leur nombre.

La fourniture des services collectifs et d’équipement

20Pour ce qui est de l’équipement collectif (électricité, eau, égouts, téléphone), les camps ont bénéficié des progrès de sa mise en place au même rythme que l’ensemble de la ville. Dans ce domaine comme dans celui de l’asphaltage des voies d’une largeur supérieure à quatre mètres, c’est le DAP, sur un budget public, qui en est responsable. Les raccordements individuels sont à la charge des familles (parfois avec une aide de l’UNRWA), qui paient également leurs factures. Le ramassage des ordures, quant à lui, relève de l’UNRWA en tant que service de « santé environnementale », mais l’acheminement des ordures jusqu’aux dépôts est effectué par des véhicules de la Municipalité. Un autre type de service d’entretien ne concerne ni le DAP, ni la municipalité : il s’agit de l’entretien des ruelles et venelles. Il se fait à l’initiative de l’UNRWA et avec sa contribution et celle des riverains. Généralement, l’UNRWA fournit les matériaux (gravats), et les riverains leur force de travail.

21Une instance supplémentaire intervient dans la gestion des camps en tant qu’espaces urbains : les « comités d’amélioration du camp ». Mis en place pour la première fois en 1969 dans le camp de Wihdat par les habitants eux-mêmes et avec le soutien de l’UNRWA, les comités d’amélioration (anciennement : comités de services) étaient des structures proches d’associations de résidents, chargés d’une fonction de porte-parole et d’intermédiaire auprès du DAP. Depuis, ils sont passés sous le contrôle direct du gouvernement, par l’intermédiaire du DAP qui en nomme les membres. Leur président honoraire est toujours le gouverneur de la région où se situe le camp, et son vice-président un notable du camp. Le reste des comités est généralement formé de membres de familles réputées du camp. Le rôle des comités d’amélioration est d’interpeller et de se coordonner avec les diverses instances concernées -UNRWA, DAP, gouvernement, donateurs... – pour tout ce qui touche à l’amélioration des conditions collectives de vie dans le camp. Plus spécifiquement, ils sont en charge de quelques tâches qui relèvent du DAP, faute de rentrer dans le mandat de l’UNRWA, tel le nettoyage des rues et lieux publics. Dans certains camps, le comité prélève un droit sur les résidents pour se charger, de manière centralisée, du remblaiement des venelles, dans d’autres, ils ont eux-mêmes installé des trottoirs... Dans la plupart des cas, ils réclament une somme aux propriétaires de commerces et d’étals ambulants pour contribuer au nettoyage des routes, marchés et trottoirs. Un autre mode de financement fut de faire verser une petite somme par chaque bénéficiaire lors des distributions de rations alimentaires, supprimées comme aide systématique il y a plusieurs années. Le DAP concourt également aux moyens financiers des comités par le biais d’un reversement d’une contribution prélevée sur les factures d’électricité. Les comités d’amélioration des camps sont, en outre, souvent propriétaires de commerces qui leur rapportent des loyers.

22Si donc les résidents, en tant que citoyens, ont leur place dans la ville et ses activités, en tant que réfugiés et habitants des camps, ils relèvent d’enclaves maintenues hors du domaine des compétences de la Municipalité, gérées par un organisme international, et par une direction du ministère des Affaires étrangères, qui délèguent certaines tâches à la Municipalité et aux résidents eux-mêmes.

Les règles de construction

23Un autre domaine particulièrement significatif du mode de gestion des espaces-camps est celui des permis de construire. En fait, officiellement, aucune activité ne se nomme « construction » dans le camp, pour ce qui concerne les logements. On ne parle que de « rénovation » et « d’élargissement ». Le véritable enjeu dans ce domaine est la construction d’un étage aux dits « abris », dénomination officielle des constructions à usage d’habitation dans les camps. Or, depuis l’établissement des camps, la règle a été établie que l’élévation de ces abris ne devait pas dépasser celle d’un rez-de-chaussée. Les raisons de l’existence de cette règle sont diverses :

  • sécurité (résistance des fondations des maisons) et hygiène (ventilation, raccordements...) ;

  • capacité des aménagements collectifs : eau, électricité, égouts ;

  • protection des cours intérieures des regards plongeants indiscrets... ;

  • une autre raison encore, et non des moindres, est que l’élévation des habitations des camps transformerait ceux-ci en des lieux permanents d’installation, au lieu des espaces provisoires et d’attente qu’ils sont appelés à demeurer.

24Ce point est considéré comme extrêmement sensible et a fait l’objet de nombreuses déclarations allant dans le sens d’un maintien de formes de précarité dans l’installation des réfugiés palestiniens dans leurs divers pays d’accueil ;

  • de la part des gouvernements d’accueil, il est évident que cette précaution est également destinée aux propriétaires de la terre sur laquelle les camps sont établis, et qui craignent que l’amélioration, l’élaboration et la densification des formes d’habitat des réfugiés ne le rende permanent et ne réduise à néant leurs chances de récupérer leur bien.

25Du point de vue des réfugiés résidant dans le camp, cette règle représente une contrainte considérable, simplement du fait que l’élargissement rapide des familles requiert soit des moyens de s’installer ailleurs, ce qui est difficile et coûteux dans Amman, soit d’étendre la demeure familiale. La densité maximum, mais, néanmoins, pas exceptionnelle, que j’ai pu constater dans des familles qui n’ont pas eu les moyens de faire autrement, est d’une vingtaine de personnes par unité : souvent le couple des parents, quatre ou cinq de leurs enfants non mariés, et deux familles de fils mariés, avec chacun trois à cinq enfants. Or, après avoir saturé la superficie de 80 à 100 m2 au sol qu’occupent les unités (généralement une petite cour, deux ou trois pièces habitables, une cuisine et une salle d’eau), le besoin impose de construire sur le toit, en élévation.

26Jusqu’en 1975, et surtout à partir de 1969, plusieurs types de facteurs ont favorisé ces constructions, malgré l’interdiction officielle :

  • l’UNRWA, qui était chargée jusqu’en 1975 du respect de l’interdiction et de l’attribution exceptionnelle de permis, faisait apparemment preuve d’une certaine indulgence face à l’état d’entassement des familles et leur incapacité à financer une autre résidence (dans ou hors du camp), pourvu que l’intimité des voisins et quelques normes de sécurité soient respectées ;

  • en outre, l’UNRWA n’avait pas de pouvoir exécutoire dans ce domaine, et ne pouvait donc, concrètement, faire appliquer la règle ou imposer des sanctions en cas de violation ;

  • le troisième facteur était le poids dans les camps des organisations de résistance palestiniennes, qui limitait de fait le pouvoir d’intervention du gouvernement (jusqu’au Septembre noir).

27En 1975, l’accord passé entre le DAP et l’UNRWA a été modifié. Le mandat de l’UNRWA dans les camps se vit réduit à la santé, l’éducation et l’aide, alors que l’administration des camps et la gestion du bâti lui étaient retirées. La mise en application de l’interdiction de construire à l’étage et l’attribution exceptionnelle de permis ont ainsi échu au DAP, l’UNRWA étant chargée de lui rendre compte de ses constatations d’infraction par l’intermédiaire du directeur régional. Une fois l’infraction établie, l’ordre de démolition parvient à la famille par l’intermédiaire du bureau de l’UNRWA et est exécuté par des agents du DAP. Pour autant, la reprise en main par le DAP n’a pas signifié une cessation radicale de ces pratiques : les constructions se sont poursuivies à un rythme ralenti et irrégulier, fluctuant avec la bienveillance des directeurs et délégués du DAP et leur sensibilité aux conditions de vie des familles. Aucun permis n’est officiellement accordé, mais toutes les fraudes ne sont pas sanctionnées, notamment lorsque les familles sont très largement en surnombre, et si les voisins ne se plaignent pas. Quand elle existe, la tolérance est régie par des règles tacites : construire en retrait de la rue, pas en surplomb d’une cour, et surtout maintenir un aspect de précarité, qui signifie également que l’extension n’est pas destinée à l’habitation et qui est généralement exprimée par l’usage de tôle ondulée pour la couverture.

Implications de la réglementation sur la construction

28La réglementation concernant la construction d’un étage est fondamentale, et tout à la fois ambivalente, à plusieurs égards :

  • elle se focalise sur un aspect du provisoire qui est, certes, visible, mais que l’on pourrait considérer comme moins lourd de conséquences que d’autres facettes de la vie des réfugiés en exil : socialisation au sens large du terme, notamment par le biais de l’école, intégration par le travail, acquisition de la nationalité... ;

  • elle repose sur la définition d’un seuil symbolique et mouvant, celui de la distinction entre l’amélioration des conditions de vie et l’installation dans le permanent, et qui repose sur des appréciations subjectives et variables des signes qui expriment l’attente du retour en Palestine. Donc, d’une part, dans les systèmes de représentation, la forme physique du camp est considérée symboliser par excellence la non-résolution du problème palestinien et cette attente. A la fois, ce même camp implique des contraintes très lourdes à ses habitants, qui sont soucieux d’améliorer leurs conditions quotidiennes de vie, y compris en outrepassant ce seuil symbolique (élévation des maisons, reconstruction, par exemple) ou en quittant le camp, quand ils en ont acquis les moyens (par exemple par l’émigration) ;

  • en limitant la capacité démographique des camps, la réglementation sur la construction force le surcroît de population à aller s’installer en-dehors, que ce soit dans les zones périphériques au camp, espaces intermédiaires devenus de véritables « banlieues de camp », ou dans d’autres quartiers, où des logements ont été construits ou loués. Paradoxalement, la réglementation, dans le but de préserver le provisoire, force ainsi en permanence des vagues de réfugiés à s’intégrer dans la ville par la résidence. Il semble que cet aspect ne soit pas fortuit, puisqu’il a pour effet de freiner la densification démographique des camps et la concentration d’une population considérée comme potentiellement « explosive ».

ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES, LIENS ÉCONOMIQUES AVEC L’EXTÉRIEUR, MOBILITÉ

Les habitants des camps et le marché du travail jordanien

29Les deux camps étudiés ont été établis dans les années 1950. Contrairement aux « camps d’urgence » mis en place après 1967, ceux-ci ont été installés à la périphérie de la ville dans ses limites d’alors : le camp de Jabal Hussein était quasiment contigu à l’urbanisation des pentes sud de ce jabal, au nord du noyau urbain des années 40-50. Le camp de Wihdat a été situé à un kilomètre environ au sud-sud-est du balad, de la basse-ville. Certaines des raisons de cette localisation, qui ne semble pas placer au premier plan le souci de « sécurité », ont indubitablement à voir avec la disponibilité en eau sur place et la proximité relative de l’agglomération urbaine, qui devait réduire les coûts divers (transports, délocalisation de services, logement des administrateurs...).

  • 13 Sur ce processus de développement inégal et la discussion sur la question de savoir s’il fut le rés (...)

30Mais on peut y voir aussi un autre type de fonction. Les premières années de la décennie 1950 ont représenté une charnière pour la Jordanie : annexion de la Cisjordanie, constitution d’un royaume élargi, arrivée de centaines de milliers de réfugiés... Cette période « d’intégration » des deux rives fut également celle d’une polarisation du développement économique, et tout particulièrement industriel et infrastructurel, sur la rive orientale, parallèlement au recentrage de l’activité politique et économique à Amman, qui devait devenir une cité et une capitale capable de s’imposer aux villes palestiniennes de la rive occidentale, et notamment à Jérusalem13. L’aide occidentale contribua dans une large mesure à ces investissements, comme d’ailleurs à mettre en place une bureaucratie abondante.

  • 14 Laurie Brand, op. cit., 1988, p. 154.

31Le marché du travail de la rive orientale : les chantiers, les usines, le secteur de l’éducation et les appareils étatiques et bureaucratiques en expansion, était donc fortement demandeur au début des années 1950. Des possibilités s’ouvraient également du côté des entreprises privées, pour lesquelles les marchés se développaient dans toutes les branches. La capitale requérait, en outre, une démographie abondante et citadine à laquelle correspondait bien la classe moyenne et commerçante de Palestine14. Cette population, à son tour, nourrissait un dynamisme économique et requérait un minimum d’équipement.

Les camps et la gestion de la main-d’œuvre

  • 15 Philippe Gorokhoff, « Les Palestiniens au Koweit », in Migrations et changements sociaux dans l’Ori (...)

32Cette demande concourut avec les conditions économiques difficiles qui dominaient sur la rive occidentale au début des années 1950 pour attirer vers la capitale hachémite des groupes importants de réfugiés palestiniens de diverses origines socio-économiques, niveaux de formation, d’expérience... Une partie importante d’entre eux étaient des réfugiés « totalement démunis ou ayant dépensé les maigres économies qu’ils avaient pu emporter avant de fuir », au cours des années qui suivirent l’exode15. Après avoir vécu de petits emplois précaires dans une Cisjordanie en crise et surpeuplée, ils furent attirés en Jordanie orientale par des possibilités d’emploi dans l’armée, l’administration, la construction, plus que dans un secteur industriel marginal. Leurs périgrinations durèrent fréquemment de trois à cinq ans, qui fut aussi le temps qu’il leur fallut pour réaliser que si leurs terres spoliées leur étaient rendues, ce ne serait pas avant de longues années.

  • 16 Des ressortissants de Cisjordanie suivirent également ce mouvement, mais de façon plus temporaire o (...)

33Dans un premier temps, pour nombre de réfugiés, les hommes vinrent seuls à la recherche de travail, en groupes de quelques-uns, laissant derrière eux leurs familles. Progressivement, ils parvinrent à assurer une source régulière de revenus et firent venir épouses et enfants16. Les camps de Amman semblent avoir été mis en place à l’intention de ces groupes de familles paupérisées, qui composeraient à la fois la force de travail et la masse de la population du pôle urbain en croissance. Elles parvinrent donc à Amman vers 1951-55, dates d’établissement des camps, dont les allocataires provenaient généralement de zones d’habitat « spontané » dans la ville même, ou de camps et campements précaires en Cisjordanie. Les réfugiés qui avaient les moyens financiers ou des contacts suffisants pour s’intégrer rapidement à la vie économique d’Amman, ne se sont pas installés dans les camps, mais ont trouvé les moyens de se faire loger chez des relations, de louer un logement, de monter une entreprise...

34Les camps apparaissent ainsi à la fois comme un moyen de canaliser des réfugiés n’ayant pas encore « stabilisé » leur situation plusieurs années après leur exode ; et comme un moyen de gérer dans l’espace d’importants groupes de population laborieuse. En cela ils ont eu, d’emblée (et non a posteriori), une fonction économique dans la ville, à laquelle devait répondre leur localisation. De ce point de vue, ils ne peuvent être considérés comme des entités distinctes de la ville, comme des éléments allogènes mûs par une causalité indépendante. Depuis que Amman a suivi cette expansion rapide, il existe un rapport organique et constitutif entre les réfugiés, qu’ils soient dans les camps ou en dehors, et les aspects urbains de la capitale, et notamment son marché du travail réel ou supposé.

  • 17 Aucune information systématique n’existe quant aux types d’emploi qu’ont occupés les réfugiés pales (...)

35Sur le marché du travail jordanien, il semble que les réfugiés des camps, hommes et dans une certaine mesure, femmes, occupent une vaste palette d’emplois, tant auprès de l’UNRWA, qui est leur plus gros employeur, que dans le secteur privé. Selon plusieurs interlocuteurs, ils n’occupent, toutefois, pas les emplois les moins qualifiés, les moins rémunérés ou les plus durs, laissés généralement à des travailleurs étrangers (en particulier des Égyptiens, des Pakistanais...)17. Cette insertion nécessaire dans le marché du travail urbain de la capitale nationale représente un lien dense, sinon organique, entre le camp et la ville. En témoignent, d’ailleurs, les considérables files d’attente qui se forment aux heures de pointe aux points d’arrêt des transports publics joignant le camp et les divers autres quartiers de la ville.

Les habitants des camps et le marché du travail régional

  • 18 Voir notamment Gorokhoff in CERMOC, op. cit., 1985, p. 40.

36La population des camps n’a, toutefois, pas été exclusivement utilisée par le marché du travail local, loin de là. Dans la mouvance des vagues d’émigration vers les pays pétroliers, une partie importante est partie travailler dans les pays pétroliers du Golfe. On peut en distinguer deux vagues18:

  • des premières années 1950 à la fin de la décennie, ou au début de la décennie 1960, les réfugiés qui avaient épuisé leur économies ou leurs espoirs de maintenir un niveau de vie semblable à celui d’auparavant, ont cherché du travail, parfois déjà en Jordanie orientale, puis en Arabie Saoudite et à Koweit, ou parfois directement de la Cisjordanie vers le Golfe. Il s’agissait fréquemment de personnes relativement qualifiées, qui ont constitué l’armature des cadres des États pétroliers qui s’élaboraient alors ;

  • à la fin des années 1960 et jusqu’à la moitié des années 1970, l’émigration a été alimentée par le second exode palestinien et l’arrivée à l’âge adulte de la génération née dans les premières années de l’exode de 1948 ou l’ayant vécu à un âge infantile. Ces flux ont été, bien entendu, attirés par le boom de la production pétrolière et l’effervescence économique qui a suivi. Il s’agissait alors de personnes de tous types de profils professionnels, pour lesquels l’exemple de leurs aînés a servi d’incitation et de point d’appui parfois.

37Cette émigration impossible à chiffrer, mais d’importance considérable, a eu plusieurs implications :

  • la première vague aurait contribué avant tout à maintenir ou reconstituer le niveau économique de familles dont la base de reproduction avait été totalement ou partiellement détruite. La seconde vague aurait plutôt eu comme effet d’améliorer le niveau de vie de familles modestes par le fait des remises. Ce faisant, elle a contribué à leur mobilité économique de façon primordiale ;

  • elle a aussi reflété une certaine mobilité : grâce au système éducatif et de formation de l’UNRWA, de bon niveau et apprécié dans l’ensemble du monde arabe, des fils de familles très modestes ont pu accéder à des niveaux de qualification qui ont trouvé leur reconnaissance sociale et salariale dans les pays pétroliers ;

  • elle a allégé la pression démographique sur les camps en particulier. On peut noter cet effet alors que environ 300 000 émigrés, soit presque 10 % de la population du pays, ont regagné la Jordanie à l’issue de la guerre du Golfe ;

  • elle n’a pas été indifférente à l’instabilité et à la mobilité de la classe ouvrière jordanienne dont les individus allaient se vendre sur les marchés du travail pétroliers plus rémunérateurs après avoir acquis une expérience en Jordanie, de façon à restituer à leur famille un bien-être que jamais les salaires locaux n’auraient permis.

38L’UNRWA, par le biais de la sélection des étudiants aptes à suivre des cursus de formation très prisés par les employeurs arabes, ainsi que grâce à son bureau de placement destiné à établir les contacts entre les promotions formées à divers métiers et les demandeurs de travail de toute la région, a contribué à cette mobilité géographique et socio-économique. Aujourd’hui, du fait de la récession qui frappe l’économie pétrolière et la Jordanie depuis le début des années 1980, l’un et l’autre marchés du travail se sont rétractés. La pression sur le marché du travail intérieur s’est encore accrue, et de façon considérable, avec le retour en masse des émigrés lors de la crise du Golfe. Le bureau de placement de l’UNRWA, autrefois axé en premier lieu sur les marchés du travail externes, se tourne aujourd’hui plus vers les emplois locaux, avec un taux de placement qui est tombé de plus de 90 % à 70 % environ depuis 1990.

39Le chômage s’est étendu en général, et semblerait frapper les habitants des camps plus durement. Il resterait à confirmer cette inégalité devant la crise, et à déterminer dans quelle mesure elle pourrait être référée à un « effet-camp », tel un enclavement socio-économique qui doublerait l’enclavement résidentiel ; à un « effet-réfugié », et l’on pense ici à une éventuelle relative dépendance à l’égard de l’UNRWA ; ou plutôt à un « effet-classe », c’est-à-dire l’inégalité des chances de groupes sociaux plutôt défavorisés quant à leurs moyens économiques, leur niveau de formation, leur insertion dans des réseaux...

40La participation des réfugiés des camps à cette dynamique économique témoigne de leur intégration dans leur environnement national et régional. En effet, cette participation procède, en premier lieu, du mode de valorisation des ressources pétrolières du Moyen-Orient, de la division du travail qu’il a instauré et de la place de l’économie jordanienne dans celle-ci : captation de fractions de rente par le biais de l’émigration et de l’aide, forte extraversion, faiblesse des secteurs productifs locaux... Cette participation n’est certainement pas pour autant indifférente au vécu spécifique des réfugiés qui, leur base économique détruite lors de la création d’Israël et de leur exode, ont été incités à tenter leur chance dans les pays du Golfe. On ne saurait, néanmoins, déterminer si les résidents des camps s’y différencient, en tant que tel ou en tant que « groupe de classe ».

L’espace économique interne aux camps

41Le marché du travail des camps proprement dit, apparaît réduit pour plusieurs raisons :

  • la plupart des activités fonctionnent avec peu de main-d’œuvre salariée et reposent avant tout sur une force de travail familiale ;

  • les deux camps étudiés sont classifiés comme zones résidentielles et commerciales, et non comme zones industrielles ;

  • les contraintes de place freinent l’installation d’établissements de taille conséquente.

42Il n’empêche que divers types de facteurs concourent à ce que les camps soient des lieux d’intense activité commerciale :

  • la densité de population y est importante, comme celle des quartiers qui l’environnent ;

  • l’emplacement même des camps se prête à cette fonction commerciale, surtout dans le cas du camp de Wihdat, qui est sur une voie de passage et dans un lieu qui attire des milliers de voyageurs, de négociants, de travailleurs ;

  • par ailleurs, du fait du volume des transactions, les commerçants des camps peuvent pratiquer des prix inférieurs à ceux d’autres emplacements. Ceci est encore renforcé, dans le cas de Wihdat, par la proximité du marché de gros en fruits et légumes qui allège d’autant les coûts de transport des marchandises ;

  • leur réputation d’être « moins chers » attire en retour une clientèle nombreuse : celle des environs, celle de passage, celle enfin constituée par d’anciens habitants du camp, qui y reviennent pour maintenir leurs liens avec le milieu où ils ont été élevés, renouer avec la communauté, effectuer une sorte de plongée identitaire à laquelle le marché fournit un prétexte.

43Ainsi, quelques-uns des fondements de ce dynamisme commercial relèvent des spécificités des camps en tant qu’espaces de vie, espaces identitaires « forts » espaces démographiques denses..., et d’autres de leur localisation à des emplacements urbains favorisés de ce point de vue. Selon la Municipalité, la densité commerciale est plus élevée dans les camps qu’à l’extérieur, bénéficiant de l’imprécision des réglementations concernant ces espaces. Ce dynamisme, insuffisant pour fermer le camp sur lui-même en tant qu’espace économique, même s’il lui confère une certaine auto-suffisance commerciale, est en partie le produit de liens tissés entre la ville et le camp, liens qu’il contribue à son tour à générer et reproduire.

Différenciation et mobilité économique

44Au sein des familles des camps, selon les résultats des entretiens menés, on trouve fréquemment une différenciation assez marquée du point de vue de l’éducation : tel fils aura achevé ses études supérieures dans une université étrangère, un autre aura quitté l’école avant la fin du secondaire... Dans certaines familles, les filles sont encouragées à étudier (enseignement, secrétariat, comptabilité...), dans d’autres, le contraire. En revanche, il semble exister un nivellement relatif de la différenciation économique du fait des flux de redistribution au sein de la famille. Ceux qui s’en sortent le mieux, et tout particulièrement quand il s’agit de fils ou de frères émigrés dans les pays du pétrole, ont aidé d’autres membres de la famille à venir trouver du travail ; leurs envois de fonds ont autorisé un niveau de consommation familiale supérieur à celui conféré uniquement par les ressources locales, financé les études de l’un ou l’autre, payé la rénovation ou l’agrandissement de la maison, ou même un déménagement hors du camp.

  • 19 Par exemple, un enseignant dans une école de l’UNRWA touche deux fois et demi plus qu’un enseignant (...)

45Parmi les familles résidant dans les camps, il apparaît que l’amplitude de la différenciation économique est assez faible : les plus pauvres sont dépourvus d’homme adulte qui puisse assurer la subsistance de tous, qu’il soit mort, emprisonné ou invalide. Ils dépendent généralement de l’aide sociale de l’UNRWA, qui utilise précisément ce critère pour déterminer les hardship cases. Un peu meilleure est la situation des familles dont le chef, sans qualification distincte, dépend d’emplois épisodiques comme chauffeur, ouvrier de bâtiment... Ces deux catégories n’ont généralement jamais pu accumuler, et vivent dans une grande précarité. Au-dessus, on trouverait les familles dont le chef a un emploi salarié stable, mais peu rémunéré (ouvrier, enseignant dans une école publique, petit employé...), puis la famille dont plusieurs membres sont dans cette situation. Généralement plus à l’aise, les familles comptant des membres employés par l’UNRWA, dont les salaires sont relativement élevés19, et surtout ceux qui sont installés à leur compte : garage, épicerie, magasin de fruits et légumes, entreprise artisanale...

46Pour les familles qui possèdent aujourd’hui une petite entreprise, généralement le capital de départ, parfois très modeste, soit provient de Palestine, apporté lors de leur venue, soit a été accumulé lors d’un séjour dans les pays pétroliers. Pour les familles qui ont bénéficié de l’un et de l’autre, et, a fortiori, dont plusieurs membres ont émigré, l’effet s’est trouvé démultiplié. C’est là, selon les entretiens menés, le groupe économiquement dominant dans le camp. Un effet cumulatif se produit donc au sein des groupes familiaux, par le biais de l’entraide, des prêts de capitaux, de contacts pour trouver un emploi, d’aide aux études, de dons d’argent...

Les facteurs de mobilité économique

47Les facteurs de différenciation et/ou de mobilité économique peuvent donc être récapitulés comme suit :

  • le niveau d’instruction qui a constitué un réel facteur de mobilité. De niveau moyen d’instruction plus élevé que les Jordaniens de souche, les Palestiniens ont représenté un réservoir de main-d’œuvre qualifiée dans lequel ont puisé non seulement les administrations et les services publics jordaniens, mais aussi les États pétroliers du Golfe et leurs entrepreneurs. Le système scolaire et de formation de l’UNRWA a joué un rôle fondamental dans la promotion de l’instruction parmi les réfugiés : sélectionnés selon leurs aptitudes, encouragés par des bourses pour ceux aux revenus les plus modestes, placés dans les centres de formation professionnelle de l’Agence, les jeunes réfugiés les plus talentueux mais sans ressources ont eu leurs chances d’accéder à un niveau de qualification propre à leur assurer un bon emploi. De leur côté, les familles accordaient une grande importance à l’instruction de leurs enfants, comme forme de compensation pour qui avait tout perdu, l’exemple de ceux qui avaient réussi dans les premières années d’émigration vers les pays pétroliers aidant ;

  • ce mouvement s’est inscrit dans le cadre de la croissance accélérée des économies et des sociétés de la Péninsule arabe, et n’aurait probablement pas pu porter tant de fruits hors de lui. La migration a été un autre facteur primordial de mobilité, tant parce qu’elle a pu déboucher sur une accumulation de patrimoine et de capital, que parce qu’elle a souvent permis l’accès à des fonctions et à une expérience nouvelle et autrement difficilement concevable. Ce mouvement semble avoir été construit sur des différenciations socio-économiques existantes en ce qui concerne les vagues des années 1950, alors qu’il a reflété et renforcé une réelle mobilité au cours des années 1960-70. Les années 1980 ont vu son déclin, et le début des années 1990 son inversion brutale ;

  • fréquemment, à la suite d’un séjour dans le Golfe pour accumuler le capital de départ ou non, ces « petits bourgeois » ont investi en Jordanie. Il apparaît que ces créneaux de la petite entreprise indépendante ont été occupés, en priorité, par les réfugiés palestiniens alors que les Jordaniens de souche se dirigeaient en premier lieu vers les secteurs de l’armée et de l’administration, desquels les Palestiniens furent dans une large mesure expulsés après 1970. En outre, les réfugiés palestiniens étaient en position défavorable pour ce qui est d’une autre activité hautement lucrative autour de la capitale : la spéculation foncière, pour laquelle il faut à la fois être propriétaire de terre et avoir accès aux sphères de décision ;

  • en ce qui concerne le facteur de différenciation entre ruraux et citadins d’origine, les réponses recueillies sont parfois contradictoires. Selon un certain nombre de témoignages, il semblerait que les citadins en Palestine aient bénéficié de plusieurs atouts en ce qui concerne leur insertion économique en Jordanie orientale : familiarité avec les interactions et les règles propres au milieu urbain, expérience et qualification professionnelle utilisable dans un tel milieu, réseau de contacts, épargne... D’autres insistent cependant sur les possibilités de mobilité que l’exode a offert à des paysans, notamment sur la base des liens tribaux.

48On ne peut donc répondre à la question de savoir dans quelle mesure la différenciation socio-économique actuelle s’est construite sur des écarts, atouts et positions existants en les reproduisant sans de plus amples recherches. Mais on peut affirmer l’effet d’une mobilité qui a permis à certaines familles d’améliorer considérablement leur position et leur patrimoine.

49Il faut préciser à nouveau que cette mobilité a eu lieu dans un contexte historique la favorisant, tant sur le plan régional que national. Aujourd’hui, au contraire, la fragilité et la précarité de ce modèle économique, fortement dépendant à l’égard des revenus de l’extérieur, se révèlent brutalement aux familles qui n’avaient pas assuré une base de reproduction économique dans le pays. La crise a fait chuter très nettement le niveau de vie de nombreux réfugiés. Dans ce contexte, l’UNRWA elle-même, dont le budget est plus menacé que jamais, s’est engagée depuis 1992 dans des projets d’autonomie économique, supposés prendre la place des aides fournies aux familles les plus démunies, afin de réduire leur dépendance.

Mobilité socio-économique et mobilité résidentielle

50En deçà d’un seuil, il semble que les familles des camps dont le statut économique s’améliore y demeurent, y bénéficiant d’une image meilleure, sinon d’une certaine notabilité. La maison s’agrandit, la pièce de réception se distingue des pièces d’habitation, le mobilier devient plus luxueux, tout comme les mises des uns et des autres. Sortir du camp n’est pas nécessairement l’objectif premier des réfugiés qui y vivent. Au contraire, les familles désirent fréquemment garder une attache dans divers cas de figure, et particulièrement quand il n’existe pas d’écart ou de contradiction trop marqués entre leur (nouveau) statut et l’environnement socio-économique du camp. On pourrait avancer que c’est le cas surtout :

  • quand la génération la plus âgée est attachée au camp pour des raisons affectives, parce qu’ils y ont leurs amis, de la famille, qu’ils ont le sentiment que cet environnement leur permet de mieux préserver leur attachement à la Palestine et leur identité ;

  • quand la localisation de la maison lui permet de traduire cette évolution de statut (que la rue soit propre, la vue tolérable, le voisinage « respectable », que l’on puisse garer une voiture tout près...), alors que le produit de sa vente ne donnerait accès qu’à un logement médiocre à l’extérieur (les gens disent : « C’est moins cher ») ;

  • quand une partie de la notabilité de la famille est enracinée dans l’environnement social du camp (moukhtâr, boutiquier...) ;

  • quand la base économique, le plus souvent une ou plusieurs boutiques, est située dans le camp.

51En changeant de lieu de résidence, la famille perdrait alors, du même coup, une partie importante de sa source de prestige et de supériorité relative. Mais l’amélioration du niveau de vie permise par le cadre du camp plafonne, notamment du fait du manque de place, qui interdit une extension de la maison au-delà de deux pièces sur le toit, de l’environnement marqué par la pauvreté, des contraintes à la sociabilité... Passé un certain seuil, la mobilité économique débouche généralement :

  • soit sur la sortie du camp pour toute la famille, qui vend son unité d’origine et va s’installer dans une maison qu’elle a fait construire « en ville », dans un quartier dont le standing correspond mieux à son nouveau statut ;

  • soit à la sortie du camp pour une partie seulement de la famille, souvent la jeune génération, la partie restante pouvant alors s’installer à l’aise dans une demeure désormais assez vaste et que les ressources familiales permettent d’aménager confortablement.

52Il existe donc une interaction importante entre, d’une part, la capacité d’améliorer son mode de vie familial et, de l’autre, la surcharge démographique de la maison, et celle du camp. Le jeu de ces deux facteurs apparaît comme un élément déterminant de la décision de quitter le camp.

  • 20 II semble légitime de se demander si le fait de vivre dans un camp influe sur la place des individu (...)

53Ainsi donc, la dynamique de mobilité dont ont pu bénéficier les réfugiés des camps, si elle se traduit certes par un effet sur le degré de différenciation socio-économique à l’intérieur du camp, se prolonge à l’extérieur de cet espace, puisqu’elle conduit couramment au déménagement de tout ou partie de la famille. Étant en quelque sorte « expulsante », elle concourt en un sens à tisser des liens entre le camp et son environnement urbain, à le désenclaver. Toutefois, elle contribue aussi à maintenir la population du camp dans une certaine homogénéité socio-économique qui la marque collectivement : le camp demeure le lieu de résidence de familles de niveau socio-économique plutôt défavorisé parce que les autres l’ont quitté20. Pour autant, les camps ne sont pas des lieux de marginalisation sociale ni les zones les plus misérables de la capitale jordanienne, loin s’en faut. Une population nombreuse échoie dans des espaces d’habitat précaire, ni viabilisés ni équipés, et nettement plus défavorisés en terme de salubrité, de confort, de moyens économiques...

CONCLUSION

54Même si l’on s’en tient aux deux aspects traités ici, toute tentative de réponse à la question posée se doit de mettre en exergue l’ambivalence de la situation des camps par rapport à la ville. En tant que tel, le camp représente un espace enclavé, différencié de la ville, du point de vue de sa tutelle administrative et de son statut foncier et urbain, du partage des responsabilités... La genèse et les objectifs des processus d’aménagement, tout comme les réglementations y ayant cours (surtout en ce qui concerne la construction) et l’aspect progressif de l’installation des résidents inscrivent cette spécificité dans son aspect visuel extérieur : l’espace du camp se distingue en effet de son environnement par la disposition des maisons, leur taille, leur similitude, l’hétérogénéité des matériaux...

55Le camp se signale avant tout comme un espace de regroupement de réfugiés, au même titre que d’autres lieux qui ne sont pas des camps, pour ce qui est des services sociaux dispensés par l’UNRWA, dont on sait que la fonction n’est pas spécifique au camp, mais témoigne de la présence massive de réfugiés palestiniens sur le territoire jordanien et de leur prise en charge partielle par un organisme international. Cet aspect joue également un rôle fondamental dans son dynamisme commercial, et probablement non négligeable dans la place qu’ont prise ses habitants dans l’économie régionale.

56Enfin, le camp se caractérise comme un lieu de résidence d’une population relativement défavorisée, un des quartiers pauvres de la capitale, pour ce qui est de ses caractéristiques démographiques, de l’état de sa voirie, de son équipement collectif, de certains aspects de son marché (niveau des prix, type de marchandises, importance des boutiques de seconde main...), de la position de ses habitants sur le marché du travail...

57Finalement, pour progresser dans la réponse à la question : « enclave ou quartier ? », il est inévitable de rapporter le statut des camps à celui des réfugiés dans leur ensemble : un provisoire qui s’éternise, la nécessité de consolider les bases de reproduction familiale dans le pays d’accueil malgré la réticence à s’y installer, une interminable attente suspendue entre un passé mythifié parfois, et un futur aléatoire mais vers lequel se focalisent tous les discours et toutes les visions : le retour en Palestine. En d’autres termes, une double identité, jordanienne et palestinienne, contradictoire dans certains domaines et à certaines époques (l’allégeance politique, par exemple, ou le désir de propriété), mais complémentaire dans d’autres, et inscrite dans un temps considéré comme limité.

58Bien qu’une proportion somme toute relativement faible des réfugiés y vive, plus que tout autre lieu d’installation, les camps semblent cristalliser cette double identification territoriale. Ceci peut être rapporté au fait qu’ils sont définis dans leur essence même par le rapport au temps, par l’attente, par le provisoire, ainsi que l’indique sans ambiguïté le nom même de « camp ». Cette inscription spécifique dans un temps circonscrit demeure dans leur statut, si elle tend à s’effacer, avec la prolongation du provisoire, dans les aspects qui relèvent plus de la vie quotidienne matérielle. L’identité distincte des camps se renforce indiscutablement du fait de la densité de population assez homogène quant à son origine, son statut, son niveau socio-économique... qui y vit à un fort niveau de concentration, quasiment sans mixité avec d’autres groupes (Jordaniens de souche...).

  • 21 Parmi elles les clubs de jeunes, et à certains égards l’UNRWA. Au début des années 80, ces clubs ét (...)
  • 22 Cette considération du préjudice « global » permet fréquemment d’évacuer les rapports de classe dan (...)

59Ces aspects « objectifs » se doublent indéniablement d’une considérable charge symbolique dont on peut notamment apprécier le poids à travers le discours des réfugiés palestiniens qui ne vivent pas dans les camps, ou à travers la considération accordée à certaines institutions des camps21, et qui s’est renforcée au cours de la guerre civile de 1970 et, dans une moindre proportion, au cours de la guerre du Golfe. Dans ce cadre créé pour l’attente, la communauté de vie qui s’est construite au cours des années semble en effet liée par le partage et la transmission d’une mémoire commune d’une Palestine idéalisée où la vie était harmonieuse, facile, bon marché, la passation d’images, d’histoires, de pratiques. Le camp est ainsi pressenti comme un lieu exemplaire de palestinité préservée qui polarise la dualité de l’identité et en constitue un garde-fou, une antithèse de la « jordanisation ». Par ailleurs, dans sa précarité reproduite, imputée au statut des réfugiés et au préjudice qu’ils ont subi22, de par la souffrance réelle ou supposée et l’injustice dont il continue – et doit continuer -de témoigner, le camp s’érige aussi, et quelque peu paradoxalement, comme antithèse de la Palestine, symbole de la dépossession historique du peuple palestinien, de la permanence de la cause.

60C’est bien son caractère d’enclave, reproduit par un ensemble de règles, qui permet au camp de jouer ce rôle symbolique et politique. Les camps sont donc appelés à demeurer des enclaves, ne serait-ce que dans certains domaines, parfois contradictoires avec d’autres exigences politiques ou pratiques. L’ambivalence entre enclave et quartier épouse celle qui existe entre la gestion de la vie quotidienne et l’intégration dans l’espace économique d’accueil, d’une part, et la gestion-reproduction d’une identité et de droits politiques distincts et attachés à un autre territoire, de l’autre. De la part des autorités du Royaume, cette ambivalence reflète également les délicats équilibres politiques entre assimilation et différenciation de ces masses de réfugiés palestiniens dans la population jordanienne.

Notes

1 Le Petit Robert (éd. 1982) retient un rapport au temps plus vague : « Zone provisoirement ou en permanence réservée pour les rassemblements de troupes... », mais limite l’application de la permanence à l’utilisation militaire du terme. Par ailleurs, l’utilisation du mot pour des rassemblements de réfugiés n’y est pas mentionnée.

2 Ce travail porte sur les deux camps inclus dans l’aire municipale de Amman et gérés par l’UNRWA : le camp de Wihdat, établi en 1955, et qui compte officiellement 39200 réfugiés inscrits en mars 1992 ; et le camp de Jabal Hussein, établi en 1952, et dans lequel résident officiellement à la même date 29 400 réfugiés inscrits (selon les chiffres de l’UNRWA). La population effective de ces deux camps dépasserait néanmoins de beaucoup ces chiffres administratifs.

3 Des domaines primordiaux ne seront pas traités ici, par exemple tout ce qui est organisation sociale, réseaux et sociabilité, identité et perception, rapports de classe entre réfugiés des camps et reste de la population jordanienne et de la population palestinienne...

4 Certains éléments de cette première partie ont été repris de « L’Espace du camp et la reproduction du provisoire », in Réfugiés de la violence, flux migratoires et transitions démocratiques au Moyen-Orient et au Maghreb, Paris, PUF, à paraître en 1993, où ils sont plus développés.

5 Il fit suite à un organisme international pour les réfugiés de Palestine, créé le 19 novembre 1948 par l’Assemblée générale des Nations-Unies.

6 Pour l’UNRWA, un réfugié est « une personne qui avait sa résidence en Palestine depuis au moins 2 ans quand a éclaté le conflit de 1948 et a perdu, à la suite de ce conflit, un foyer et ses moyens d’existence ». Ne furent inscrits que ceux qui purent fournir la preuve formelle qu’ils remplissaient ces divers critères dès les mois qui suivirent le conflit, alors que des centaines de milliers de réfugiés de facto ne furent pas statutairement reconnus comme tels (voir notamment Goichon, Jordanie réelle, tome 1, Desclée de Brouwer, Paris 1967, pp. 309-310). Les exilés de 1967 ne sont pas reconnus comme réfugiés mais comme déplacés, puisqu’ils ont fui à l’intérieur des frontières nationales d’alors. Sur ces questions, voir notamment Blandine Destremau, « Le statut juridique des Palestiniens vivant au Proche-Orient », Revue d’Études Palestiniennes, n° 48, été 1993, pp. 35-62.

7 Ces personnes ne sont pas comptabilisées dans les effectifs de réfugiés résidant dans les camps, ce qui explique une bonne partie des écarts entre les statistiques de l’UNRWA et leur réalité démographique.

8 « Hardship cases » ; cette catégorie répond à certains critères économiques et familiaux précis.

9 A ce sujet, se référer notamment à Avi Plascov, The Palestinian Refugees in Jordan 1948-57, Frank Cass, Great Britain, 1981, pp. 61 et suiv. ; Laurie Brand, Palestinians in the Arab World, Institution Building and the Search for State, Columbia University Press, New York, 1988, p. 151 ; et aux troubles parmi les réfugiés du Liban lors de la distribution de nouvelles cartes d’immatriculation de l’UNRWA fin 1992-début 1993.

10 De 240 000 à 400 000 FF environ.

11 Les seules « transactions » qui sont enregistrées sont les legs d’unités aux enfants après la mort des parents. Si un mort demeure sans héritier, le DAP attribue l’unité à quelqu’un d’autre. En 1973, une enquête d’habitat fut réalisée à des fins d’évaluation des besoins sanitaires.

12 Selon certains employés de la municipalité interrogés, deux types de raisons font que celle-ci n’est pas en charge des camps : l’aspect provisoire de leur installation, qui interdit de les prendre en compte en tant que tels dans les plans d’aménagement et un aspect politique, qui fait que leur gestion relève du DAP.

13 Sur ce processus de développement inégal et la discussion sur la question de savoir s’il fut le résultat d’une « politique discriminatoire » ou celui de « tendances spontanées », voir F. Rivier, Croissance industrielle dans une économie assistée : Le cas jordanien, CERMOC, 1980, pp. 65-70.

14 Laurie Brand, op. cit., 1988, p. 154.

15 Philippe Gorokhoff, « Les Palestiniens au Koweit », in Migrations et changements sociaux dans l’Orient Arabe, CERMOC, Beyrouth, 1985, p. 39. Un grand nombre de ces plus pauvres émigrèrent vers les pays du Golfe, et notamment le Koweit, à cette même époque.

16 Des ressortissants de Cisjordanie suivirent également ce mouvement, mais de façon plus temporaire ou semi-temporaire, en gardant leur base de vie en Cisjordanie. Après 1967, l’occupation de la Cisjordanie et les difficultés de circulation entre les deux rives les conduisirent « naturellement » à rendre permanents ces séjours de travail.

17 Aucune information systématique n’existe quant aux types d’emploi qu’ont occupés les réfugiés palestiniens dans les premières années de leur installation en Jordanie orientale, et, a fortiori, les réfugiés des camps, pas plus d’ailleurs que concernant les emplois qu’ils ont occupés depuis. De même, il semble impossible de déterminer si leur niveau moyen de qualification se situe au-dessus ou en-dessous de celui des réfugiés en général. Selon Laurie Brand, op. cit., 1988, pp. 187 et suiv., la classe ouvrière jordanienne était dans son écrasante majorité composée de Palestiniens.

18 Voir notamment Gorokhoff in CERMOC, op. cit., 1985, p. 40.

19 Par exemple, un enseignant dans une école de l’UNRWA touche deux fois et demi plus qu’un enseignant dans une école du gouvernement. L’UNRWA est consciente de ces avantages puisque, en principe, il n’embauche qu’une personne par famille.

20 II semble légitime de se demander si le fait de vivre dans un camp influe sur la place des individus dans la société globale, marque leur comportement, leur habillement, le regard et la réaction de l’extérieur, contribue à les marginaliser, à en faire un groupe social à part et à maintenir leur population à un niveau relativement bas de l’échelle socio-économique. Il serait largement prématuré, en ce qui me concerne, de statuer sur cette question, qui requerrait bien d’autres investigations.

21 Parmi elles les clubs de jeunes, et à certains égards l’UNRWA. Au début des années 80, ces clubs étaient devenus à tel point des bastions de l’affirmation de l’identité et du nationalisme palestiniens, par l’intermédiaire de leur équipe de football, que la responsabilité en fut retirée à l’UNRWA en 1986 et confiée au Ministère de la jeunesse. Leurs conseils de direction furent réélus de façon à garantir la modération et l’allégeance au gouvernement. Aujourd’hui, les clubs ont récupéré une certaine marge de manœuvre, mais dans le cadre d’un modus vivendi et d’un accord de bonne entente avec le gouvernement. Quant à l’UNRWA, il joue le rôle de garant du provisoire, et par là, de la préservation du droit au retour, aux yeux de la communauté internationale, tout en ayant la charge d’améliorer les conditions quotidiennes de vie des habitants (voir notamment Laurie Brand op. cit., 1988, pp. 182 et suiv.).

22 Cette considération du préjudice « global » permet fréquemment d’évacuer les rapports de classe dans lesquels s’inscrivent les inégalités entre groupes sociaux.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter

Volume papier

amazon.fr