Version classiqueVersion mobile

Amman

 | 
Jean Hannoyer
, 
Seteney Shami

Cinquième partie. Économie, société et distribution des ressources

Commentaire

Jean Hannoyer

Texte intégral

1Les textes ci-dessus mettent en jeu les éléments d’une économie-politique urbaine dont les termes s’appliquent largement aux autres villes capitales du Moyen-Orient. Amman participe d’une histoire commune à ces villes. Elle s’en distingue aussi par sa place particulière dans l’espace régional et ses structures socio-économiques propres.

2A l’aube du xxe siècle, quand se forme Amman, les données d’une nouvelle économie régionale sont en place. Elles entraînent, à des rythmes variables selon les villes, des changements importants des structures et fonctions urbaines. C’est la fin des « grandes villes arabes » de l’époque ottomane (A. Raymond, 1985) devant les assauts de la modernisation occidentale. Après « le faux départ » de l’Égypte de Mehmet Ali, au siècle passé, dans le sens d’un développement auto-centré construit sur une priorité donnée au projet d’industrialisation (Seurat, 1982), le mouvement d’intégration dépendante de l’économie régionale au marché capitaliste est consacré. La modernisation, cette fois imposée par les puissances européennes pour les besoins de leur propre marché et qui a conduit au démembrement de l’Empire ottoman, ouvre désormais l’histoire d’un développement du sous-développement dont l’actualité n’a pas fini de faire les comptes. Une des dernières créations d’un empire finissant, Amman sera bientôt la capitale d’un de ces États naissants dans la dépendance. Les données constitutives de leur économie politique sont définies à la fois par l’extérieur et relayées par de nouvelles élites qui s’imposent à l’intérieur en rupture avec l’ordre ancien.

3L’économie politique de la ville au Moyen-Orient doit être située d’abord par la place de chacune dans les vastes mouvements qui affectent l’ensemble de l’espace régional. La pénétration du marché, en des temps et à des rythmes différents, y assigne à chaque ville une position particulière. Réseaux et chaines urbains se constituent ainsi lentement, orientés par les nouveaux axes et termes de l’échange inégal, soutenus par une réorientation progressive des voies de communication autour des grandes métropoles provinciales, protégées par un dispositif de sécurité qui ouvre les circulations plus largement aux hommes et aux marchandises. La trame, ainsi ébauchée, connait son apogée au tournant du siècle. Tous les centres urbains sont alors reliés les uns aux autres, de la Méditerranée aux confins des steppes d’Arabie et du nord au sud, et connaissent un essor certain.

4La création des frontières nationales viendra rompre la logique régionale des échanges. Elle ne l’effacera pas comme nous le rappelle, aujourd’hui encore, l’important maillage transfrontalier des relations familiales et professionnelles hérité de ce grand brassage qu’avait abrité l’espace impérial. La formation des espaces nationaux sera la cause d’une redistribution des rôles entre les villes. La naissance de villes capitales impose des hiérarchies, et des effets de concentration, auparavant ébauchés, se confirment ou s’inversent en des temps et à des rythmes différents entre Beyrouth, Tripoli et Saïda, entre Damas et Alep, entre Amman et al-Salt, entre Naplouse et Jérusalem, etc. La création des frontières introduit, en outre, une articulation plus exclusive entre les réseaux du commerce lointain et les échanges locaux. Les villes développent leur emprise sur des campagnes dont elles orientent progressivement l’économie sur les besoins du marché international.

5Ces recompositions affectent, en deuxième lieu, l’espace économique de la ville. Localisation des établissements de commerce, implantation des artisanats, distribution des services et des administrations, dessinaient l’espace du souk et ses périphéries manufacturières comme lieu quasi-exclusif de l’économie ottomane. L’économie nationale en modifiera progressivement les données sous l’effet conjugué des échanges et spécialisations imposés de l’extérieur et du développement du marché intérieur. Logiques externes et logiques internes trouveront leurs expressions dans une redistribution des espaces urbains, elle-même source d’une différenciation croissante des acteurs et des groupes dans la vie économique de la cité. Surtout, l’État s’imposera progressivement comme un médiateur obligé, à des degrés divers, des transactions nouvelles.

6La recherche d’une cohérence dans l’explication de l’organisation urbaine au Moyen-Orient a conduit certains auteurs à proposer à cet égard une typologie des villes, les situant dans un contexte historique commun, regroupant par grandes familles leurs expressions locales, différenciées par le jeu de variables d’ordre géographique, démographique, politique, économique et social. On retiendra ainsi, pour le début de ce siècle, le découpage des villes du Moyen-Orient en trois « ordres urbains » (Métrai, 1993) : « celui des ports méditerranéens : Istanbul, Salonique, Smyrne, Beyrouth, Alexandrie... où fleurit une forme particulière de cosmopolitisme ; celui des villes de l’intérieur, aux marges des zones agricoles et des steppes : Ankara, Alep, Damas, Le Caire... où se consolide le nationalisme ; celui des cités ports du désert, où se replie le patrimonialisme tribal ».

7Où situer Amman ? Elle fut certainement une capitale nationaliste dans la mouvance de Damas d’abord dont elle accueillit les militants qui s’opposaient au Mandat français. Elle servit aussi de point d’appui au développement d’un autre mandat, britannique, grâce auquel le Pouvoir hachémite a construit sa mobilisation après la révolte arabe. Elle est aussi port du désert par cet autre héritage en provenance du Hedjaz et de ses oasis de La Mekke et Médine et, plus largement, par l’ouverture d’une grande partie de la société jordanienne à l’influence bédouine et tribale en général. Amman est de tous ces points de vue l’héritière de son temps. Mais du fait de sa jeunesse, son histoire est allégée du poids des reconversions économiques coûteuses et sociales difficiles qu’ont eu à subir les villes plus anciennes de la région. Création ottomane tardive, elle est aussi plus tôt marquée par la nouvelle économie politique urbaine qui a affecté le Moyen-Orient depuis, en particulier, le développement de l’économie pétrolière dont les auteurs ci-dessus soulignent les effets décisifs pour Amman comme ils l’ont été, à des degrés divers, pour Beyrouth, Damas, Alep, Le Caire. Les influences, parfois complémentaires, parfois rivales, des courants méditerranéens, d’une part, ou des flux financiers en provenance du Golfe, d’autre part, s’y combinent pour affecter la redéfinition même de la ville en cette fin de siècle.

8Les textes de Shtewi, Biegel et Hommery nous incitent ainsi à chercher du côté de villes d’un quatrième type, les signes d’un nouvel ordre urbain. Celui dessiné ces cinquante dernières années par « les villes du pétrole des Emirats du Golfe » (Métrai, 1993) dont la Amman moderne est aussi contemporaine. Ils nous indiquent quelques directions de réflexion pour saisir les contours de ce modèle propre aux États-rentiers construits sur le pétrole et où « la composition des dépenses de l’État détermine l’essentiel de l’économie urbaine et sa structure : secteur directement consumatoire des ressources pétrolières, secteur de la construction d’un cadre urbain approprié à la consommation, secteur de la circulation, de l’importation et de la distribution intérieure » (Seurat, 1982). Avec cette différence que l’émargement à la rente s’est opéré ici de manière indirecte, par le mouvement des flux financiers d’abord (secteur public) et par celui des hommes ensuite (secteur privé). Le modèle ne s’est-il pas imposé, peu ou prou, à l’ensemble des villes du Moyen-Orient ?

9Amman rejoindrait ainsi les grandes capitales de la région pour ressembler à ces villes-États du Golfe, hypertrophiées aux dépens d’un espace national sous-équipé. La Syrie ferait de ce point de vue exception où la concentration urbaine, qui reste très forte avec plus de 50% de la population totale, est mieux distribuée, hors de la capitale, par un important réseau de villes secondaires. Amman, comme Beyrouth, a le quasi-monopole dans le pays, des services, des banques et des assurances ; elle concentre également l’essentiel des industries. La concentration est d’abord le résultat d’un investissement politique de l’État dans la ville. Constitutif de l’existence même de Amman, le rôle de l’État est allé croissant dans les autres villes-capitales, au point de marginaliser les centres urbains que leurs ressources destinaient à un rôle plus important. Mais la concentration signifie aussi un nouveau et profond changement du rapport de la ville avec les campagnes. L’exode rural vers la ville capitale a déplacé la question de cette relation jusque dans la ville même, transformant la relation de la ville à l’État et modifiant profondément la définition de la société urbaine « traditionnelle ». Ouvrant l’ère des administrations pléthoriques et du quasi-monopole par l’État de la ressource nationale, l’immigration rurale a nourri les rangs du régime de Damas et de son administration comme elle l’a fait pour celle de Amman ou encore pour les fiefs des élites politiques libanaises à Beyrouth. Elle s’est placée en concurrence avec les personnels des institutions urbaines qui composaient ces fameuses classes moyennes dont on déplore aujourd’hui, très généralement, la disparition ou la perte d’influence.

10Face aux administrations qui ont constitué une base sociale importante pour l’affirmation des nouveaux États, l’histoire de l’entreprise, supposée donner un second souffle à une modernisation mal adoptée et une modernité plus problématique encore, en même temps qu’elle apporterait les ressources d’une indépendance nationale accrue, nous informe qu’une autre distinction s’est également dissipée dans les retombées de l’économie urbaine de rente. Secteur privé et secteur public ont cessé de s’opposer pour s’articuler dans une autre dynamique opposant l’entreprise productive et l’entreprise spéculative dont relève le secteur des flux commerciaux et financiers. Une grande partie de la rente dans les pays de la région est constituée par les retours d’épargnes privées. Elles ont contribué largement à l’explosion urbaine des villes capitales. De leur mode d’investissement, consumatoire ou productif, dépend, sans doute en grande partie, le modèle urbain en jeu à Amman comme dans les autres villes de la région.

11Il est à cet égard un secteur peu exploré des économies urbaines qui mérite une attention particulière. Face aux effets de la redistribution « par le haut » et aux retombées affairistes des ressources extérieures des États liées, directement ou non, à l’économie pétrolière, un secteur, dit informel, constitue le lieu de stratégies multiples, peut-être alternatives, « par le bas », dans l’économie politique urbaine des années 1990. C’est lui aussi qui donne forme à la ville, l’organise au quotidien, dans des entreprises à l’échelle domestique mais dont les effets affectent largement la structure urbaine et ses transformations.

12Une étude du secteur privé du textile à Alep (Cornand, 1994) est instructive sur la centralité de la problématique de l’informel dans l’économie urbaine et, au-delà peut-être, dans l’économie nationale. Il n’est plus question ici de croissance mais de dynamiques sociales et de leurs implications dans l’organisation locale de la ville. Il y aurait fort à parier que c’est bien là que peuvent se construire de nouvelles données structurelles sur le long terme. L’organisation du secteur, le textile dans ce cas de figure, a su, depuis longtemps, faire la preuve de sa grande capacité d’adaptation et de résistance aux variations de conjonctures qu’a connu la Syrie depuis plus d’un siècle. La petite taille des établissements témoigne de l’éclatement du capital comme protection contre les interventions de l’État. Il entraîne avec lui toute une chaine d’activités dont l’articulation dessine la trame d’un espace urbain très large et mobilise un bassin d’emploi important. Mais, loin d’être géré en marge de l’État, le secteur informel, qui n’en a que le nom, joue de connivences avec ses administrations pour en contourner la législation.

13Le rôle de l’État, entre désengagement, contrôle et régulation, reste une question décisive pour décider de l’évolution de l’économie politique urbaine. Secteur d’État (et non plus secteur public) et secteur privé seraient-ils devenus complices d’un même mouvement pour le maintien des équilibres sociaux ou pour la reproduction même de l’État devant les « politiques d’ajustement structurel », les « politiques d’ouverture » ou de « libéralisation », les effets de la « globalisation », bref ce « nouvel ordre » annoncé au chevet de l’économie pétrolière et de l’État-providence ?

14L’exemple syrien n’est pas isolé. Le secteur de la petite activité urbaine et péri-urbaine à Beyrouth semble florissant. Recours de survie pour la société urbaine après le démembrement de l’ensemble des infrastructures de production et de service dans la ville en guerre, elle est aussi un moyen d’échapper aux pouvoirs auxquels il faudrait rendre des comptes. Amman, quant à elle, bénéficie de l’existence d’un secteur professionnel dynamique qui s’organise en associations actives. Il ne se heurte pas moins, dans sa relation à l’État, à cette administration dont M. Shtewi nous rappelle qu’elle est encore la bénéficiaire privilégiée des redistributions publiques et dont R. Hommery nous montre qu’elle fait obstacle au développement de l’entreprise. Mais dans tous les cas, les ouvertures libérales des économies proche-orientales, comme les dérives spéculatives des investissements privés se développent sur une même problématique concernant l’État en question, son rôle, par excès ou par défaut, sa nature « publique » ou « privée ». Car, de la même manière que la modernisation dans les sociétés moyen-orientales n’a pas abouti à leur conversion à la modernité, la libéralisation, devenue le leitmotiv des politiques économiques, n’y implique pas nécessairement l’émancipation du marché et par le marché. L’acteur central reste la famille. Les coalitions familiales à la base, dont R. Biegel rappelle le rôle dans les processus de redistribution, rejoignent celles du sommet pour le contrôle des flux de la rente ou des aides internationales. Par ailleurs, les mobilisations professionnelles ne doivent pas faire oublier le risque de la tentation corporatiste (J. Bahout, 1992) qui permet la reproduction de systèmes autoritaires sous les apparences de la libéralisation. Surtout, il faut tenir compte des laissés-pour-compte de ces mouvements d’ouverture, en particulier ceux que l’État aura abandonnés après les avoir utilisés pour sa propre promotion. Ainsi, au moment où la manne pétrolière se tarit pour tous, l’État serait appelé à intervenir pour protéger ces secteurs dont il aura favorisé l’éclosion. Le paradoxe est souligné par J. Charmes (1994) qui veut qu’au moment de son désengagement en matière économique, phénomène général dans la région, l’État est sollicité vers plus d’intervention, particulièrement dans le domaine de la protection sociale. Quel État ?

15La ville est plus que jamais le lieu où se joue la définition de l’État. Elle est le lieu où se joue la mobilisation citoyenne qui doit réconcilier États et sociétés et sans laquelle l’ouverture économique, qui entretient la dissociation du social et du politique, promet des confrontations tout aussi graves que celles qui opposent dans leurs concurrences affairistes les bénéficiaires de l’ordre éphémère des pétro-dollars.

16Pour cette raison, enfin, n’était-il pas tout à fait incongru de ranger dans cette partie consacrée aux ressources dans la ville de Amman un chapitre sur l’activité culturelle. L’émancipation citoyenne, à la condition que soient satisfaits les besoins élémentaires de survie, passe aussi par la mobilisation des facultés de l’esprit et de la création. L’éclosion d’un secteur culturel actif et libre à Amman, comme à Beyrouth ou Damas, en sera autant la condition que le résultat. Pour ne pas rester incantation, le jugement doit d’ailleurs s’alimenter à une connaissance accrue des réalités qui parcourent les secteurs multiples d’activités des villes moyen-orientales. La pauvreté de la recherche sociologique actuelle dans ce domaine, si elle souligne l’intérêt des textes ci-dessus, ne laisse pas d’inquiéter.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

BEYHUM N. (éd.), Reconstruire Beyrouth, les paris sur le possible, EMA, n°5, Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1991.

BAHOUT J., Les Entrepreneurs syriens, économie, affaires et politique, CERMOC, Beyrouth, 1994.

BLIN L. et FARGUES Ph. (sous la dir. de), L’Économie de la paix au Proche-Orient, Maisonneuve et Larose-CEDEJ, 2 vol., 1995.

CHARMES J., “The Role of the Informal Sector, Public Intervention and Social Protection in a Changing Labor Market”, in Forum, Newsletter of the Economic Research Forum for the Arab Countries, Iran and Turkey, vol. 2, n°2, pp. 6-8, 1995.

CORNAND J., L’Entrepreneur et l’État en Syrie, le secteur privé du textile à Alep, L’Harmattan, Paris, Maison de l’Orient, Lyon, 1994.

LECA J., « L’Économie contre la culture dans l’explication des dynamiques politiques », in Bulletin du CEDEJ, 23, 1988.

METRAL J., « Ordres urbains et cosmopolitismes en Méditerranée orientale », in Prendre place, espace public et culture dramatique, colloque de Cerisy (textes réunis par Isaac Joseph), Éditions Recherches, Plan Urbain, 1993.

PERTHES V., “The Syrian Private Industrial and Commercial Sectors and the State”, International Journal of Middle Eastern Studies, 24, 1992.

RAYMOND A., Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Sindbad, Paris,1985

SEURAT M., « État et industrialisation dans l’Orient arabe (les fondements socio-historiques) », in Industrialisation et changements sociaux dans l’Orient arabe, A. BOURGEY (ed.), CERMOC, Beyrouth 1982.

THOBIE J., et KANCAL S. (éd), Industrialisation, communication et rapports sociaux en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XX, L’Harmattan, Paris, 1994.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search