Version classiqueVersion mobile

Amman

 | 
Jean Hannoyer
, 
Seteney Shami

Quatrième partie. Les espaces communautaires dans la ville

Les associations de bienfaisance à Amman : Le Jabal Achrafiyyeh

Health Services Offered by Religious Associations in Amman: Jabal Achrafiyyeh

Brigitte Curmi

Résumé

L’étude de cas s’intéresse aux associations religieuses et à leur place dans les réseaux des services de santé à Amman. Elle souligne la combinaison des organismes publics, privés et charitables aussi bien que ceux gérés par des groupes religieux ou ethniques dans une ville qui a dû faire face à l’absorption de nouveaux habitants ces dernières décennies. L’institutionnalisation des services de santé accompagne le processus d’urbanisation dans un contexte de changements démographiques rapides, de mouvements de population importants et d’augmentation du nombre des pauvres dans la ville. L’exemple des associations religieuses et des services qu’elles proposent, permet de comprendre leur rôle dans le processus de socialisation et dans l’émergence d’une société civile.

Texte intégral

INTRODUCTION

1La relation entre un pouvoir et une population peut se lire dans une ville à travers ses institutions de santé : la Jordanie avait fait le projet, au moment de la construction de l’État, d’offrir à une population diversifiée et en grande partie venue d’ailleurs, un système public de santé. Celui-ci, entre autres institutions nationales « modernisantes », se voulait fédérateur des différences.

2Ce pari a réussi pour une grande part. La Jordanie fait figure dans la région de vitrine de haute technologie en matière de services de santé. Cependant, une série de défis, crise économique, vagues migratoires successives, mobilisation de plus en plus difficile des ressources publiques, ont mis à mal ce processus, accentuant les disparités dans l’accès aux services de santé.

  • 1 Pour le monde arabe, voir les travaux de Sarah Paris sur le mouvement associatif à réfèrent islamiq (...)

3Ce faisant, des associations de bienfaisance, à caractère militant plus ou moins déclaré, héritières pour quelques-unes d’une tradition de service social, ont trouvé là un manque à combler. Elles font écho à un mouvement général de renforcement des structures associatives dans les pays en développement. Un certain nombre d’études tentent d’ailleurs d’analyser quels nouveaux enjeux de pouvoir se dégagent de ce mouvement associatif1.

4Il nous intéresse ici de comprendre comment s’insèrent ces associations dans un quartier donné de la ville d’Amman, dont la réputation est celle d’une ville plurielle aux identités multiples. Quels liens ces associations entretiennent avec le système public de santé, en quoi consiste leur action sanitaire, et enfin comment la population les utilise ?

  • 2 Voir à ce sujet le rapport sur la pauvreté, ministère des Affaires sociales jordanien, paru en avri (...)

5Il s’agit en fait de voir comment, dans une petite partie de la ville de Amman, il existe un nombre important de ressources de santé différentes, témoin à la fois de l’histoire du quartier, de son insertion dans la ville, et des besoins d’une population diversifiée. Nous avons choisi pour cela un quartier particulièrement touché par la crise économique, le Jabal Achrafiyyeh, dans la partie Est de la ville, dont le niveau de vie des habitants est nettement inférieur aux quartiers situés à l’Ouest et qui concentre une bonne partie de la population défavorisée de Amman2.

LES ASSOCIATIONS ET LE SYSTÈME PUBLIC DE SANTÉ ET DE SOLIDARITÉ

6La Jordanie possède en fait plusieurs types d’institutions de santé : environ un tiers de la population est prise en charge par les services médicaux royaux (services de l’armée) dans ses hôpitaux et centres de santé, du fait de la couverture sociale dont bénéficient les familles des militaires depuis le début des années 60. Un deuxième tiers dépend des services du ministère de la Santé, qui a en charge les fonctionnaires et leurs familles, ainsi que le devoir d’assister la population démunie gratuitement ou à des prix symboliques. Le troisième tiers, quant à lui, doit se tourner vers le secteur privé, en général extrêmement onéreux, et pour lequel il n’existe pas réellement de couverture sociale malgré quelques récentes tentatives. C’est d’ailleurs un point important à souligner en ce qui concerne le recours à des structures relais de type associatif. Enfin, l’UNRWA a en charge les réfugiés palestiniens vivant dans les différents camps de Jordanie et assume principalement les soins de santé primaire, dirigeant ses patients vers les autres pourvoyeurs de soins en cas d’hospitalisation.

  • 3 La Jordanie compte ainsi en 1989, 2350 mosquées, 150 « maisons du Coran », 5 « maisons du Hadîth »,(...)
  • 4 A ne pas confondre avec les comités dont nous parlerons plus loin, qui eux font partie du domaine a (...)

7D’autre part, le Moyen-Orient dans son ensemble a toujours connu une tradition de travail charitable, dans son enracinement islamique et chrétien oriental. En Jordanie, du fait de la jeunesse de l’État, l’institutionnalisation de ce travail est relativement récente, mais reflète dans le même temps, l’impact du passé. Ainsi, le bien waqf chez les musulmans par exemple, terre ou bien inaliénable qui ne peut être divisé ou enlevé de la possession des descendants, peut appartenir à des institutions charitables ou religieuses (écoles ou hôpitaux ou orphelinats) et être utilisé à des fins bénévoles. Ce terme est aussi utilisé en Jordanie chez les chrétiens, sans qu’il n’y ait cependant d’enregistrement au ministère des waqf-s (fondé en 1945) qui ne recense que les waqf-s musulmans3. La zakât, ou devoir de charité, un des cinq piliers de l’Islam, était à l’origine l’affaire des familles et a pris avec le temps un caractère plus institutionnalisé. En Jordanie, la Caisse de la zakât qui dépend du ministère des waqf-s collecte ainsi, à travers ses 220 assemblées (lajnat az-zakât)4 environ 2,5 % du salaire annuel des musulmans dont il est cependant très difficile de repérer exactement les mécanismes qui restent du ressort de l’obligation morale individuelle non contraignante. Le fonds de la zakât a ainsi donné en 1992, 600 000 dinars jordaniens (DJ) sous forme d’assistance urgente à 6 000 familles jordaniennes, qui ont servi, entre autres, à payer des droits d’inscription dans les universités, des traitements médicaux, et des aides en nature représentant 10 et 30 DJ par mois et par famille. Récemment, une partie de ces fonds a été envoyée en Bosnie.

8Notons cependant qu’une tentative est lancée actuellement en Jordanie pour rendre cette contribution obligatoire afin de concurrencer, sur leur propre terrain, les diverses associations islamistes qui se servent de ce devoir moral pour alimenter les donations pour leurs services sociaux. Les chrétiens, pour leur part, ont une longue tradition de services sociaux réservés à leur communauté ; les traditions politiques leur ont permis de maintenir leurs églises, leurs tribunaux et leurs réseaux de travail social. Ils sont, d’autres part, du fait des régimes capitulaires, plus rompus au financement extérieur, et cela pourrait expliquer en partie leur assise sur le terrain.

CADRE DE L’ÉTUDE

  • 5 D’après les estimations du dernier recensement de 1994.
  • 6 Voir Samha Moussa, « Migration of refugees and non-refugees to Amman, 1948-1977 » in Population Bul (...)

9Amman est passée au cours de son histoire récente d’une cité de 60 000 habitants en 1948 à une capitale d’environ 1,5 million d’habitants5. Les vagues migratoires6, échos des guerres qui ont secoué la région, ont considérablement marqué l’évolution des services de santé en augmentant la demande d’une part, en diversifiant la nature des services proposés, d’autre part. Il fallait parer à l’urgence et répondre à une demande aussi démesurée que subite. Le réseau très diversifié des services de santé qui résultent de cette situation d’urgence (structures publiques, privées, militaires, associatives) témoigne d’une réponse multiforme de la cité en terme de participation à la vie publique.

  • 7 Voir l’étude sur les cabinets médicaux appartenant au secteur de la bienfaisance en Jordanie effect (...)
  • 8 Ceci malgré la loi 33 de l’année 1966 sur les associations de bienfaisance en Jordanie qui interdit (...)

10Les associations se sont servies de leur souplesse d’organisation, de leur caractère quasi-bénévole et identifiable dans la cité pour constituer un relais aux structures publiques, devenant, en retour, un organisme intermédiaire qui se veut refléter les différents visages de la société civile et citadine. Amman totalise ainsi aujourd’hui quelques 200 associations de différentes natures dont 56 distribuent des soins de santé7. Achrafiyyeh compte 10 associations enregistrées au ministère des Affaires sociales, dont 7 ont un réfèrent religieux8.

  • 9 Il faut mentionner ici que ces hôpitaux privés ont souvent été construits par des notables palestin (...)

11En ce qui concerne les services de santé, comme pour bien d’autres domaines, la dichotomie entre Amman-Ouest, plus riche, et Amman-Est, plus pauvre, est effective. La nature des demandes est, par conséquent, différente : Amman-Est est dotée du seul hôpital public de la capitale, d’un réseau d’associations caritatives, de modestes cabinets privés et de quelques hôpitaux privés à but non lucratif héritiers des structures missionaires ; Amman-Ouest, quant à elle, voit littéralement « pousser », depuis le retour des médecins qui travaillaient dans le Golfe, des hôpitaux privés de très haute technicité ; on y trouve le meilleur hôpital du pays attirant une clientèle arabe régionale (l’hôpital militaire « King Hussein Medical Center ») et une multitude de cabinets et de groupes médicaux privés, ouverts par des médecins militaires à la retraite, dont le professionnalisme n’est plus à prouver, toutes ces structures étant évidemment hors de prix. Pour être schématique, on peut distinguer très rapidement les besoins d’une élite « middle class » occidentalisée, orientée vers la technologie, qui dispose à Amman-Ouest d’un très bon réseau d’hôpitaux hautement technicisés, qu’ils soient publics ou privés9. D’un autre côté, par contre, une population hâtivement qualifiée de plus « traditionnelle », dont les revenus se situent très souvent à la limite du seuil de pauvreté et ne disposant que d’un seul hôpital public, largement surchargé, et qui recourt beaucoup plus souvent aux structures caritatives.

ACHRAFIYYEH ET SON RÉSEAU ASSOCIATIF

  • 10 Les terres d’Achrafiyyeh appartenaient aux Circassiens, considérés comme les premiers sédentaires d (...)
  • 11 L’hôpital du Croissant rouge à Achrafiyyeh accueille les personnes dans le besoin à un prix minimal (...)

12La colline d’Achrafiyyeh, un des premiers quartiers d’habitation dans Amman10, compte 7 rites chrétiens, plusieurs associations à réfèrent musulman, ainsi qu’un des plus grands hôpitaux publics de Jordanie (Al-Bashîr, 695 lits), hôpital de référence pour toute la ville d’Amman. Achrafiyyeh a vu naître les premiers hôpitaux en Jordanie, émanation des missionnaires ou du secteur associatif (Hôpital italien en 1928 et Hôpital du Croissant rouge jordanien en 1947)11, qui ont perdu, depuis, de leur importance avec le développement du secteur privé à Amman-Ouest.

  • 12 60 à 100 dinars jordaniens par mois selon les estimations de la dernière commission gouvernementale (...)

13C’est, par ailleurs, un des quartiers où il y a une grande concentration de familles vivant en deçà du seuil de pauvreté12. Enfin, l’Est de Amman comporte plus de cohésion communautaire apparente comme nous le verrons plus loin (communauté d’origine de village, de rite ou d’opinion).

  • 13 Entretien avec Um Usâma, infirmière formée sur le tas travaillant dans le centre de santé de l’asso (...)
  • 14 Le camp de Wahdat, établi en 1955, compte environ 50 à 60 000 personnes (la fourchette des estimati (...)

14Le réseau de taxis collectifs qui traversent Achrafiyyeh en fait un endroit accessible, même aux citoyens les plus démunis. L’hôpital al-Bashîr étant l’hôpital de référence de toute la ville, la colline est ainsi connue de tout habitant de Amman, en particulier des quartiers de Qweismeh, Jabal al-Tâj, Marikh, Jabal Nadif, Ra’s al-‘Ain et Masdar13. Enfin, la proximité du camp de réfugiés palestiniens de Wahdat14 fait d’Achrafiyyeh une région extrêmement fréquentée, une grande partie des habitants du camp se rendant très régulièrement dans les centres médicaux associatifs d’Achrafiyyeh .

15Les raisons qui ont présidé à l’installation des associations, définies comme ayant un réfèrent religieux, ne sont pas forcément celles d’un prosélytisme par le travail social comme on peut s’imaginer d’emblée. Elles varient selon les associations concernées et les périodes historiques.

  • 15 L’Association de bienfaisance arménienne, dont la branche jordanienne date de 1949, est enregistrée (...)
  • 16 Lors de notre visite, cette association nous a donné comme principale raison d’être de servir les m (...)
  • 17 Ceux-ci fondent en 1972 un centre médical pour les membres de la communauté, utilisé aussi par d’au (...)
  • 18 Caritas, association de bienfaisance catholique latine, a été fondée en 1967 en Jordanie et est con (...)

16Sur les sept associations que nous avons visitées, 4 ont été fondées entre 1948 et 1970, arménienne (1949)15, syriaque (1962)16, grecque-catholique (1970)17 ou latine (1969)18. On peut avancer l’hypothèse ici que l’objectif premier dans la distribution de services était la préservation de l’unité de la communauté au sein d’une société jordanienne plus large, moyen d’intégrer les populations nouvellement arrivées : c’est ainsi qu’elles proposaient, quasi-exclusivement, leurs services aux membres de leur rite. Notons le fait que les associations chrétiennes ont été les premières à s’installer dans ce quartier, comme dans le reste de la Jordanie.

17Le rapport à l’Église pouvait être institutionnalisé (pour les Syriaques) ou tout à fait distant comme pour l’association de bienfaisance arménienne. Dans les deux cas, la distribution de services n’était pas l’assise d’un prosélytisme, mais plutôt le moyen de fonctionner en communauté. Il est intéressant de souligner que le rayon de cette distribution dépassait rarement le quartier lui-même comme en témoignent les appellations, Hay al-Arman, (quartier arménien), Hay as-Sirian, (quartier syriaque). La « sortie » d’Achrafiyyeh, en d’autres termes la promotion sociale de membres de la communauté plus nantis qui vont alors s’installer dans les beaux quartiers de Amman-Ouest, a modifié la nature de la fréquentation des associations, certains membres n’utilisant presque pas leurs services, mais s’y rendant occasionnellement pour les grandes fêtes, marquant ainsi l’attachement à leur communauté.

  • 19 Cette association sert environ 150 familles dans le domaine de la santé, originaires pour la plupar (...)

18Parmi les associations installées à Achrafiyyeh, certaines ont d’abord construit un espace de socialisation (salle de sport, rencontres) où l’on retrouva ses racines géographiques (Jabal Zeitoun19, Arméniens, Syriaques, Grecs-catholiques) ; la prise en charge de la santé est venue après, comme en témoignent les dates de création des cabinets médicaux (1972 pour les Grecs-catholiques, 1984 pour Jabal Zeitoun). L’ouverture d’une branche médicale, en élargissant le service aux gens du quartier, modifie la nature de l’association, comme c’est le cas pour Jabal Zeitoun, dont le moment fondateur avait été le rassemblement autour d’un village et dont la vocation se tourne de plus en plus aujourd’hui vers la population paupérisée du quartier dans son ensemble.

  • 20 Fondée en 1930 à côté de l’Hôpital italien, à l’initiative d’une missionnaire anglaise, cette assoc (...)

19Enfin, deux associations affirment un certain prosélytisme envers la population comme l’Association évangélique20 ou le centre de santé du « comité de la charité » (lajnat az-zakât). La distribution de services sociaux devient ici le support de l’action « militante » et ne connait plus les frontières d’un quartier ou d’une confession.

  • 21 Ainsi 4 membres du bureau des Frères musulmans ont été ministres à l’époque de la guerre du Golfe. (...)

20Le comité de la zakât s’inscrit dans une période historique donnée (le milieu des années 80), période particulièrement propice au développement de la formule associative du fait de la situation économique qui se dégrade, avec ici une facilité d’autant plus grande que l’association des Frères musulmans est à l’époque la seule association de bienfaisance, émanant d’une force politique, autorisée à exister. Notons au passage que l’association des Frères musulmans a toujours été plus ou moins cooptée par le pouvoir en Jordanie, et n’a en tout cas jamais remis en question la légitimité du souverain hachémite21, ce qui n’est pas le cas de ces mêmes courants en Égypte ou en Algérie, bien que le travail social soit dans les trois cas une partie très importante de leurs activités.

  • 22 Voir à ce sujet la polémique autour de la part réelle du budget de l’Hôpital islamique consacrée à (...)
  • 23 Il faut souligner ici le rôle important de Yousef al-Azm, membre de la Confrérie des Frères musulma (...)

21Le comité est installé à l’intérieur du camp palestinien de Wahdat. Malgré son rattachement au ministère des waqf-s, il fait partie des centres du réseau de l’Association de bienfaisance des Frères musulmans (18 centres dans tout le pays), dont l’Hôpital islamique de Amman constitue la figure de proue. Encore une fois ici, la dichotomie entre Amman-Ouest et Est est effective, Hôpital islamique extrêmement cher à l’Ouest22, centres de santé pour déshérités à l’Est23. Fondé en 1984, le centre est placé en plein cœur de la région du marché de Wahdat et est fréquenté par une population qui dépasse largement les limites du camp (c’est l’immeuble le plus haut de Wahdat, bien waqf).

22Outre l’aide régulière à 400 familles (30 à 50 dinars/mois) et des aides en nature, ce centre médical propose tous genres de services dans ses 8 cabinets de consultation spécialisés pour des prix modiques. 8 médecins spécialistes y travaillent. Il reçoit en moyenne 100 patients par jour, chiffre qui a augmenté après la guerre du Golfe, et coopère avec l’Hôpital islamique aussi bien dans le choix des professionnels que pour y orienter des patients. Il leur fait bénéficier d’une remise de 20 % ou peut s’appuyer sur la caisse de solidarité pour les personnes dans le besoin.

23Le comité constitue dans le camp de Wahdat un des seuls centres adaptés aux besoins du quartier, l’UNRWA ne s’occupant que des soins de santé primaire et les médecins privés restant très difficilement accessibles à la population. Sa clientèle est exclusivement musulmane. Il est intéressant de noter ici que son directeur a une fonction politique à l’intérieur du camp car il représente le bloc islamiste au bureau de l’UNRWA à Wahdat. Ainsi, du fait de l’histoire particulière du réseau associatif de bienfaisance des Frères musulmans et de la conjonction d’une crise économique et d’un accès difficile au service public, nous avons ici l’exemple d’une association qui, tout en assurant un service social indispensable, a mis au service de ses intérêts privés (l’obtention d’une reconnaissance politique), une connaissance parfaite des besoins d’un quartier défavorisé et des moyens à mettre en œuvre pour les satisfaire.

24Outre ces structures connues et dûment enregistrées par les autorités, bien que très peu contrôlées sur le terrain du fait du peu de moyens dont les organismes de tutelle disposent pour ce faire, tout un secteur associatif informel se fait et se défait, comme par exemple dans certains sous-sols de mosquées d’Achrafiyyeh. D’autre part, la guerre du Golfe et les mouvements de population qui s’en sont suivi, ont réactivé les réseaux associatifs, surtout chez les chrétiens, pour accueillir et organiser le transit des chrétiens venant d’Irak.

25Il faut souligner ici le fait que ces associations, bien qu’étant situées à quelques centaines de mètres les unes des autres, non seulement ne coopèrent pas du tout, mais ne connaissent pas, la plupart du temps, l’existence des associations qui les entourent, ce qui renforce l’image de Amman comme un ensemble de territoires juxtaposés. Le fait que les services de santé n’ont jamais été construits selon les lois d’une carte sanitaire étudiant les besoins de chaque quartier et ses rapports avec les autres services présents n’a pas non plus aidé à la cohésion du système.

26L’existence d’un service public n’empêche pas ou n’a pas supprimé la distribution de services par les associations à caractère « communautaire » qui se retrouvent plus ou moins en concurrence avec celui-là.

LES ASSOCIATIONS D’ACHRAFIYYEH : IMAGES D’UNE SOCIÉTÉ PLURIELLE

27Les associations en Jordanie devaient être un moyen de créer une nouvelle structure sociale qui pouvait jouer un rôle important comme facteur d’intégration et aider à la construction d’une citoyenneté. L’État, qui avait interdit dans les années cinquante le regroupement d’associations sur des bases familiales ou tribales, ne semble pas avoir pris en compte le regroupement sur bases communautaires. Que peut refléter l’exemple d’Achrafiyyeh pour cette forme d’intégration, au moment où, au cœur d’un quartier restreint, se trouve un éventail particulièrement diversifié de toutes sortes de regroupements dont la non-coopération témoigne pour le moins d’un fonctionnement très peu transversal des réseaux dans la ville ?

  • 24 Voir aussi les conséquences du Plan d’ajustement structurel et du désengagement de l’ETA: cf. artic (...)

28Au cours des entretiens que nous avons effectués avec les clients de ces associations, il est apparu que la fréquentation et l’utilisation des services des associations connaissent des impératifs de nature bien souvent beaucoup plus pratique qu’elles ne relèvent d’un sentiment d’appartenance. Ainsi la proximité du lieu, le prix symbolique, l’humanité du service ( par comparaison avec 4 ou 5 heures d’attente à l’Hôpital al-Bashîr) sont bien souvent les causes des choix du système associatif. Il est courant que les patients, quant à eux, utilisent plusieurs associations dans le même temps, ayant recours au maximum de services possibles, dans un contexte de désengagement et de surchage du service public24. L’appauvrissement, d’une part, une protection sociale défaillante, d’autre part, ont transformé la clientèle et la nature des associations, celles-ci devenant le recours d’une politique publique défaillante.

29Le gouvernement avait dans son projet de construire un service public qui répondrait aux besoins de la population. Ce pari a été en partie honoré. A ce titre, l’attaque en 1989 des centres de santé à Ma‘an, dans le Sud du pays témoigne des attentes de la population en terme de service public. Devant les carences du système public, les associations rentrent alors en jeu. L’usage que la population fait des associations, pour les raisons pratiques invoquées plus haut, est peut-être le seul lien qui constitue le point de départ d’un fonctionnement transversal des réseaux dans un même quartier. C’est précisément sur ce point d’accès à un service quasi-gratuit pour une population que les stratégies des associations à message religieux vont jouer en se servant de la distribution de services pour s’attacher une population dans le besoin, voire un futur électorat.

30Dans un contexte de remise en cause de l’État-providence, il est intéressant de se poser la question de l’interrelation entre acteur public et acteur privé. C’est là que se placent les associations, lieu de création de nouveaux pouvoirs. S’agit-il de l’instrumentalisation par le religieux d’un réseau de distribution de services à des fins politiques ? La crise économique passée, ce même type de mobilisation serait-il possible ? Ou bien ce foisonnement serait-il à l’image d’une ville aux identités multiples qui trouve à travers le réseau associatif l’expression de ses différences plus aisément que dans les institutions publiques ?

31Il resterait à explorer beaucoup d’autres formes de solidarité comme celle mise en œuvre par la famille ou par la redistribution clientéliste d’un notable local pour avoir une image réelle des compositions et recompositions des appartenances dans le quartier.

32Dans tous les cas, le rôle des associations est à prendre en considération car elles constituent un « réservoir de citoyenneté » et, dans le cadre de la santé, elles font le lien entre bien collectif (santé publique) et prise en charge de l’individu dans son milieu (rôle de l’association) ; en quelque sorte, elles sont lieu de définition de l’urbanité comme peuvent l’être les clubs ou autres formes de regroupement et contribuent à l’intrusion de la société civile sur la scène du politique.

Annexe :
Évolution des associations de bienfaisance en Jordanie

Annexe :Évolution des associations de bienfaisance en Jordanie

* Le ministère des Affaires sociales est alors à la charge d’un ministre de l’Association des Frères musulmans.
Source : Fédération des sociétés de bienfaisance.

Notes

1 Pour le monde arabe, voir les travaux de Sarah Paris sur le mouvement associatif à réfèrent islamique en Égypte, ceux de Iman Farag sur les associations coptes, et ceux de l’auteur sur le Liban. Enfin pour une étude plus détaillée sur la Jordanie, voir Amawi A., Curmi B., « Mobilisation sociale et libéralisation politique en Jordanie », Cahiers du Cermoc, à paraître.

2 Voir à ce sujet le rapport sur la pauvreté, ministère des Affaires sociales jordanien, paru en avril 1993.

3 La Jordanie compte ainsi en 1989, 2350 mosquées, 150 « maisons du Coran », 5 « maisons du Hadîth », 28 centres culturels dépendant du ministère des waqf-s. Cf. Religious Education and Modem Society, acts of a Muslim-Christian Colloquium organized by the Pontifical Council for Interreligious Dialogue (Vatican City) and the Royal Academy for Islamic Civilization Research, Ahl al-Bait Foundation, (Amman), 6-8 december 1989, Rome, Italy

4 A ne pas confondre avec les comités dont nous parlerons plus loin, qui eux font partie du domaine associatif.

5 D’après les estimations du dernier recensement de 1994.

6 Voir Samha Moussa, « Migration of refugees and non-refugees to Amman, 1948-1977 » in Population Bulletin of the United Economic Contusion for Western Asia, n°19, pp. 47-67, December 1980; ces migrations constituent la raison essentielle de la mise en place du système associatif, pour absorber la demande urgente de services, avant la création (ou l’adaptation) de services publics. Pour des données plus récentes sur les services sociaux présents dans les camps, qu’ils soient publics ou associatifs, voir Palestinian Refugee Camps in Jordan; Status Report and Data Base, prepared by Qutaishat A. and Mahmoud L., UNICEF, Amman, August 1993.

7 Voir l’étude sur les cabinets médicaux appartenant au secteur de la bienfaisance en Jordanie effectué par la Fédération générale des œuvres de bienfaisance et le Syndicat des médecins jordaniens en mai 1988; 24 associations ont été visitées, 19 à Amman, 2 à Sait, 3 à Zarqa.

8 Ceci malgré la loi 33 de l’année 1966 sur les associations de bienfaisance en Jordanie qui interdit à toute association de poursuivre un but religieux ou d’encourager les regroupements familiaux.

9 Il faut mentionner ici que ces hôpitaux privés ont souvent été construits par des notables palestiniens ou des membres d’une minorité ayant accédé à un meilleur statut social après une installation difficile en Jordanie. Pour une description en détail du système de santé en Jordanie, voir Curmi B., « Les médecins militaires jordaniens, précurseurs de la modernité scientifique » in Monde Arabe, Maghreb-Machrek,. n°146, octobre-décembre 1994, pp 48-58, Khalidi M., The Determinants of Health Status in Jordan, 1960-1988, Ph. D. Thesis, London School of Economics and Political Sciences, University of London (non publié), 1992, et enfin DeJong J., The Impact of Economie Crisis on Household Health Conditions : A Case Study of Jordan, University of London, Health Policy Unit, London School of Hygiene and Tropical Médecine, (non publié), 1993.

10 Les terres d’Achrafiyyeh appartenaient aux Circassiens, considérés comme les premiers sédentaires de la nouvelle ville d’Amman au début du siècle.

11 L’hôpital du Croissant rouge à Achrafiyyeh accueille les personnes dans le besoin à un prix minimal et bénéficie du soutien des sociétés sœurs; il a été récemment agrandi (il comptait 60 lits).

12 60 à 100 dinars jordaniens par mois selon les estimations de la dernière commission gouvernementale de 1991, le dinar valant en 1994 environ 7,50 FF.

13 Entretien avec Um Usâma, infirmière formée sur le tas travaillant dans le centre de santé de l’association Caritas à Achrafiyyeh depuis l’ouverture de ce centre en 1969 et habitant Achrafiyyeh.

14 Le camp de Wahdat, établi en 1955, compte environ 50 à 60 000 personnes (la fourchette des estimations varie selon les sources – UNRWA, Département des Affaires palestiniennes ou direction du camp), dont environ 700 familles sont connues pour leurs difficultés économiques. Les centres de santé à l’intérieur du camp sont ceux de l’UNRWA (7 médecins, un dentiste et 33 infirmières pour environ 1100 traités chaque mois) et celui du comité de la charité (lajnat az-zakât) dont nous parlerons plus bas et dont la fréquentation est supérieure à celle de l’UNRWA.

15 L’Association de bienfaisance arménienne, dont la branche jordanienne date de 1949, est enregistrée en 1962 à la Fédération générale des œuvres de bienfaisance jordanienne. Bien que le nombre des Arméniens ait considérablement diminué (15000 de 1948 à 1951, à environ 2000 aujourd’hui), elle est en charge de la bienfaisance exclusivement pour les membres de sa communauté. Jabal Achrafiyyeh en est le centre avec son église, son école primaire et ses deux « clubs sportifs »; cf. Ohanessian A., dans ce même ouvrage.

16 Lors de notre visite, cette association nous a donné comme principale raison d’être de servir les membres de leur communauté confessionnelle. Ils ont beaucoup travaillé pour les Syriaques irakiens pendant la guerre du Golfe, les aidant dans leur réinsertion à leur retour en Jordanie.

17 Ceux-ci fondent en 1972 un centre médical pour les membres de la communauté, utilisé aussi par d’autres personnes du quartier.

18 Caritas, association de bienfaisance catholique latine, a été fondée en 1967 en Jordanie et est considérée comme une association étrangère, son bureau principal se trouvant hors de Jordanie. Achrafiyyeh est un de ses 7 centres de santé en Jordanie, c’est aussi le premier centre ouvert par une association à Achrafiyyeh. Bien qu’elle ait comme politique de ne jamais acheter les immeubles où elle s’installe afin de rester plus mobile pour l’urgence, son ancrage dans le quartier d’Achrafiyyeh est très fort (elle reçoit une moyenne de 1300 personnes par mois dont 90 % n’ont pas de couverture sociale). Il est à souligner que c’est la seule association dont les employés habitent le quartier.

19 Cette association sert environ 150 familles dans le domaine de la santé, originaires pour la plupart du mont des oliviers à Jérusalem et qui s’étaient installées à Achrafiyyeh lors de leur arrivée.

20 Fondée en 1930 à côté de l’Hôpital italien, à l’initiative d’une missionnaire anglaise, cette association s’est beaucoup développée au moment de l’arrivée des réfugiés palestiniens. Sa « clientèle » vient de tout endroit d’Amman, n’étant ni une association de quartier, ni un organe de préservation d’une communauté particulière. Placée intelligemment sur la ligne des taxis collectifs du quartier de Wahdat, elle sert environ 200 familles.

21 Ainsi 4 membres du bureau des Frères musulmans ont été ministres à l’époque de la guerre du Golfe. L’action des Frères ne consistait pas, jusqu’à un passé très récent, en une contestation de la légitimité du pouvoir, mais plutôt de sa capacité à assurer le bien-être aux citoyens. Cependant, le tournant de la paix récente avec Israël risque de modifier ces données.

22 Voir à ce sujet la polémique autour de la part réelle du budget de l’Hôpital islamique consacrée à l’aide aux nécessiteux (sandouq al fuqara) par rapport aux effets d’annonce dans le journal al-Bilad, 1 mars 1993, « Bataille nouvelle entre le Dr Khasawneh et l’Hôpital islamique » et l’opinion opposée dans ar-Ribât, n° du 16 au 23 septembre 1992, L’hôpital islamique, dix ans de dons.

23 Il faut souligner ici le rôle important de Yousef al-Azm, membre de la Confrérie des Frères musulmans, ministre des Affaires sociales en 1991, année où seront créées 50 nouvelles associations.

24 Voir aussi les conséquences du Plan d’ajustement structurel et du désengagement de l’ETA: cf. article de Jocelyn DeJong dans ce même ouvrage, et celui de Reiner Biegel, mais aussi les différents programmes de l’UNICEF pour corriger les coûts sociaux de l’ajustement.

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search