Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Amman

 | 
Jean Hannoyer
, 
Seteney Shami

Troisième partie. Population, famille et urbanisation

Amman : Lieu de passage ou cité multiple ? Éléments sur la structure des ménages

Amman: Place of Transit or Multiple City? Some Characteristics of Household Structure

Françoise de Bel Air

Résumé

Une enquête menée en 1987 par l’Office de planification du Grand-Amman permet de reconstituer une cartographie des types familiaux par quartiers dans la ville. Ce sont environ 1550 ménages et 10 000 personnes, distribués dans 91 zones qui sont présentés et étudiés sur la base des questions suivantes : La structure des ménages dans les zones résidentielles est-elle homogène ? Existe-t-il un modèle particulier de famille urbaine ? A quels indicateurs socio-économiques la structure démographique peut-elle être liée ? La division Est-Ouest à Amman est-elle pertinente du point de vue démographique ? Quelques hypothèses sont enfin proposées pour évaluer l’impact sur la structure familiale à Amman de l’arrivée de nouveaux immigrés en provenance du Koweit après la guerre du Golfe en 1991.

This paper presents a cartography of family types by the quarters of the city, based on a survey conducted by the Greater Amman Planning Office in 1987. Providing data on about 1550 households and 10,000 persons distributed in 91 areas, it asks questions such as: is the household structure in each residential area homogeneous? Is there a specific model of the urban family? Can the distribution of demographic factors be linked to socio-economic indicators, and which indicators? Is the traditional East-West division of Amman significant in demographic terms? The paper concludes by offering some hypotheses on the possible impact of the returnee influx from Kuwait after the Gulf War on the characteristics of family structure in the city.

Texte intégral

INTRODUCTION

1L’institution familiale est un des éléments les plus précieux pour la compréhension de la structure sociale d’une communauté. On peut repérer des constantes dans son fonctionnement (les nombreux travaux sur « la famille arabo-musulmane » le présupposent en tous cas), mais il nous semble que sa caractéristique principale est, en fait, l’extrême variété des formes qu’elle peut revêtir : dans le temps, à l’échelle de l’histoire de la communauté mais aussi à celle de l’histoire de la famille et des individus qui la composent (au cours du déroulement du cycle familial), dans l’espace, selon les milieux d’habitation (ici, la ville), mais aussi selon les quartiers de cette ville, si une ségrégation spatiale peut être observée. Enfin, nous verrons également que des facteurs de type socio-économique, recoupant les facteurs « historiques » ou spatiaux, jouent un rôle essentiel dans la dynamique des structures familiales.

2Au-delà d’une description du modèle de famille particulier à la ville de Amman en 1987, cette étude nous permettra de proposer des réponses à quelques questions. Sans entrer dans une comparaison systématique entre Amman et le reste du pays, ou d’autres capitales arabes, nous nous demanderons si le phénomène étudié montre une homogénéité. Pouvons-nous alors émettre l’hypothèse que Amman produit ou reproduit une spécificité, ou au contraire doit-on suggérer que cette ville est un lieu de passage, ne produisant pas de modèle original, mais abritant ceux introduits par les multiples immigrés qui la composent ? D’autre part, peut-on repérer la présence d’une ségrégation spatiale à l’intérieur de la ville ?

3Enfin, à l’aide d’autres sources que l’enquête (réalisée en 1987) utilisée pour ces deux premières parties, nous tenterons une réactualisation sommaire des données, après la guerre du Golfe, et l’afflux de 300 000 réfugiés en Jordanie.

  • 1 Seules quelques données brutes apparaissent, mais, par exemple, aucun chiffre de population selon l (...)
  • 2 Voir, entre autres, H. Zurayk, F. Shorter, The Social Composition of Households in Arab Cities and (...)
  • 3 E. Prothro, L. Diab, Changing Family Patterns in the Arab East, Beyrouth, A.U.B, 1974.
  • 4 Voir K. Abu Sabha, “The distribution of population age structures in the city of Amman”, Tours, Les (...)

4D’abord, le problème des sources utilisables pour ce type de recherche doit être abordé. Les données démographiques ne sont presque jamais publiées par les organismes officiels au niveau de la ville elle-même, ni à celui des subdivisions administratives intérieures à la ville, mais à celui du mohafazat1 Les études sur les caractéristiques démographiques des habitants de Amman sont relativement nombreuses, mais portent en majorité sur un type particulier de population (par exemple populations aux conditions de vie précaires décrits dans les travaux sur les squatter areas)2, et ne permettent pas une étude globale de la ville. Inversement, quelques études ont été réalisées sur la ville de Amman dans son ensemble3, mais elles ne prennent pas en compte les clivages spatiaux à l’intérieur de la ville. A notre connaissance donc, peu de travaux ont étudié systématiquement les caractéristiques démographiques des habitants, ou les formes de structures familiales qui nous intéressent ici, au niveau des quartiers de la ville. Nous ne pouvons citer que la thèse du Dr Abu Sabha4.

  • 5 Je remercie cette institution de l’aide qu’elle m’a apportée, particulièrement M. K. Jaluka et Mr. (...)

5Le travail présenté ici a été réalisé à partir des résultats d’une enquête menée par le « Greater Amman Planning Office » en avril 19875. Cette enquête traitait de l’organisation des transports urbains, mais seule la première partie, qui présentait des données sur la structure des ménages enquêtés, en a été utilisée ici. Nous avons travaillé sur les données concernant la municipalité de Amman, à savoir 1 593 ménages et 10 397 personnes, répartis dans 91 secteurs. Le plan 1 montre le découpage de la ville en quartiers utilisé pour l’enquête.

  • 6 Nous regrettons de ne pas avoir pu disposer des données sur le lien de parenté entre le chef de fam (...)
  • 7 Cf. M. Segalen, Sociologie de la famille, (chap. 2), Paris, A. Colin, 1981, 2 e éd. 1987.

6A cause du manque de données évoqué plus haut, nous avons dû utiliser cette enquête qui nous offrait l’avantage d’un échantillon représentatif de toute la population de la ville, ainsi qu’un vaste ensemble de données de type démographique, socio-économique, distribuées par unité d’habitation, même si d’autres facteurs nous manquent6. Nous ne disposons pas du lien de parenté des membres de l’unité de résidence avec la personne déclarée en être le chef. Nous utiliserons donc indistinctement les mots « famille », et « ménage », au sens de « groupe domestique », la notion de résidence commune étant essentielle7. Le mot « famille » ne signifie pas que nous supposons tel ou tel lien de parenté entre les personnes partageant le même toit.

7Les conclusions avancées paraîtront peut-être démesurées par rapport aux données présentées. C’est pourquoi nous précisons que ces conclusions ne sont que des hypothèses, limitées par le choix que nous avons dû opérer entre les différents types de données. Nous présentons ces hypothèses après avoir exploité, autant que possible, les données disponibles.

DONNÉES DÉMOGRAPHIQUES

8Les indicateurs disponibles dans l’enquête utilisée sont : la taille des familles, la proportion de jeunes (moins de 15 ans), et de personnes âgées (plus de 60 ans) dans la population, la proportion de ménages tenus par des chefs de famille âgés de plus de 50 ans, la proportion de ménages comprenant plus d’un noyau familial, de même que le rapport de masculinité, ou nombre d’hommes pour 100 femmes dans la population de chaque quartier, et la proportion de ménages tenus par des femmes. Ces données sont disponibles selon les étapes du cycle familial (âge du chef de famille), de même que selon la structure des familles (familles comprenant plus d’un noyau familial, ou un seul).

  • 8 Estimation fournie par la “World Population Data Sheet”, reproduite dans Population et Société, (...)

9En général, la population de Amman n’est que relativement jeune : 38 % de la population est âgée de moins de 15 ans, tandis que dans la totalité du pays par exemple cette proportion s’élevait à plus de 50 % en 19878. Selon la même source, la proportion de plus de 60 ans est sensiblement la même que dans le reste du pays (5 %), proportion qu’on peut qualifier de faible. Le rapport de masculinité indique une prédominance des femmes sur les hommes : la ville abrite seulement 88,7 hommes pour 100 femmes, ce qui caractérise une population touchée par l’émigration masculine.

  • 9 Voir introduction : les 92 % restants ne sont pas forcément des familles nucléaires, mais peuvent a (...)

10Les familles sont de taille moyenne (6,5 personnes par ménage), et à leur tête se trouvent, en grande majorité, des hommes (88,5 %, contre 11,5 % de femmes). Elles ne sont d’autre part que rarement composées de plus d’un noyau familial (dans 7  % des cas)9. Les ménages composés d’une personne seule sont presque inexistants : ils ne représentent que 0,62 % des ménages. Six sur 10 d’entre eux (60 %) abritent une personne âgée de plus de 55 ans, et 90 % une femme (Tableau 1).

  • 10 Les données présentées ici sont conjoncturelles ; elles décrivent le déroulement d’un cycle familia (...)

11Au cours de son histoire, le ménage changera de structure. Les étapes de cette histoire, ou cycle familial, définies par l’âge du chef de famille ici, sont décrites dans les graphiques 1, 2, et 3 (tableau 2)10.

12Nous voyons tout d’abord que la plus grande proportion de ménages par rapport à l’ensemble est dirigée par des hommes âgés de 40 à 50 ans. A cet âge également, les chefs de ménage dirigent encore des familles de grande taille, même si la proportion de moins de 15 ans par rapport au reste de la population poursuit son déclin depuis la classe d’âge précédente. La proportion de personnes âgées atteint son niveau le plus faible à cette étape du cycle familial, de même que celle des familles multiples.

13Les ménages dirigés par des femmes, comme nous l’avons dit, sont en nombre bien inférieur à ceux tenus par des hommes, mais le déroulement du cycle familial comporte des points communs quel que soit le sexe du chef de famille. D’abord, la plus grande part des ménages féminins est dirigée par une femme âgée de 40 à 50 ans, la proportion de moins de 15 ans décroît à cette étape du cycle de la famille, et la part des personnes âgées de plus de 60 ans est faible. Cependant, les familles dirigées par des femmes sont toujours plus petites, et le point culminant de leur évolution se situe avant celui des hommes, quand la femme est âgée de 30 à 40 ans. Egalement, la proportion de familles étendues évolue de façon inverse dans les ménages tenus par des femmes et dans ceux tenus par des hommes : dans le premier cas le point culminant se situait entre 40 et 50 ans, alors que dans le second, elle atteint à ce moment son niveau le plus faible. Enfin, l’accueil des personnes âgées est fortement lié au sexe du chef de famille : on ne trouve pas d’hommes âgés dans les ménages féminins, alors que des femmes âgées sont accueillies dans les ménages masculins, en plus petit nombre que les hommes il est vrai.

14En ce qui concerne les 8 % de ménages multiples, le tableau 1 bis nous montre que ce type de famille est, dans 61 % des cas, sous la responsabilité d’une personne âgée de 50 ans et plus. Par contre, ces ménages ne comprennent pas plus de moins de 15 ans, ni de plus de 60 ans que la moyenne. Une famille multiple n’est pas définie par une fécondité particulièrement élevée de ses membres, ni par l’accueil systématique de personnes âgées.

15Comme la taille de ce type de ménage est sensiblement plus élevée que la moyenne (9,8 personnes, contre 6,5), il semble que la différence avec les familles non multiples soit faite par la proportion d’individus dont l’âge s’étend entre 15 et 50 ans.

  • 11 Dans la moitié des cas ce deuxième noyau familial comporte une femme à sa tête.

16D’autre part, la distribution de l’autorité en leur sein est claire. Nous avons vu que plus de 60  % d’entre eux sont dirigés par des personnes âgées de plus de 50 ans ; de plus, 50  % des familles étendues sont dirigées par un individu dont l’âge dépasse de 30 ans ou plus celui du chef du deuxième couple cohabitant, ce qui prouve que ce type de groupe domestique est proche d’un modèle patriarcal, plus que fondé sur la cohabitation de collatéraux. Seuls 10  % des chefs de ces ménages sont dirigés par un chef plus jeune que celui du deuxième noyau familial11.

17Pour finir, remarquons que peu de ces ménages comprennent plus de deux noyaux familiaux : 6,3  %.

18Ce tableau rapide des structures familiales nous évoque trois types de facteurs explicatifs : biologique, économique et socio-culturel.

  • 12 Nous avons vu que les familles composées d’une personne seule sont très rares.

19Le premier peut expliquer la dissolution des familles étendues et la création massive de nouveaux ménages dont le chef est âgé de 40 à 50 ans quand il s’agit d’un homme, 30 à 40 ans dans le cas d’une femme, de même que la chute de la proportion de personnes âgées de plus de 60 ans dans ces familles. La mortalité, en effet, agit en brisant un couple âgé, que nous avons vu diriger en grande proportion des ménages multiples. Après le décès d’un des membres du couple, un ménage disparaît, l’individu survivant se rattachant à un ménage déjà existant12, ou la direction du ménage, auparavant étendu, change de mains. De la même façon, la mort frappe les personnes âgées veuves dont les enfants atteignent l’âge de 40-50 ans : compte tenu d’un écart d’âge moyen entre parents et enfants qui ne descend que rarement au-dessous de 20 ans, les parents, dans ce cas, sont âgés de 60-70 ans au moins.

20Mais ce qui nous intéresse ici sont les facteurs autres que biologiques, même si la réaction aux aléas de la mortalité est essentiellement culturelle.

21Les conséquences d’attitudes socio-culturelles tels que l’âge au mariage, la proportion d’individus restant célibataires, les comportements de fécondité (volume de la descendance souhaité, pratiques de contrôle des naissances...), le statut des personnes vivant seules, la proportion de familles étendues et leur structure, la distribution des rôles, de l’autorité en fonction de l’âge et du sexe sont essentiels à la compréhension des résultats présentés jusqu’ici. Nous ne disposons pas de tous ces renseignements pour la ville de Amman ; nous pouvons uniquement commenter et analyser les résultats obtenus jusqu’ici.

  • 13 Nous avons pu, au « Greater Amman Planning Office », avoir accès à des données non exploitées de l’ (...)

22La taille relativement peu élevée des familles, la présence dans les ménages de personnes âgées de 15 à 60 ans en nombre, qui laisse imaginer un célibat important ou du moins la possibilité de mariages tardifs, la proportion moyenne de moins de 15 ans dans la population inférieure à la moyenne, celle des familles multiples par rapport au total paraît en contradiction avec la proportion infime de personnes vivant seules (qui laisserait supposer vivace l’habitude de recueillir les parents âgés), et avec la faible proportion de femmes chef de famille. Également, nous avons vu que peu de familles multiples comportent plus de deux noyaux familiaux, ce qui indique peu de familles composées des parents et de plusieurs fils mariés, et confirme l’hypothèse que la famille multiple n’est qu’une étape dans le déroulement du cycle familial. Cependant, la structure interne de ces ménages, les déductions que nous avons pu faire à partir de l’âge des chefs des deux ménages partageant le même logement nous suggéraient qu’ils peuvent être le refuge d’une organisation sociale à base patriarcale. Que penser par-dessus tout de la faible proportion de personnes seules dans la population ? Est-ce le résultat d’une tradition d’accueil des parents âgés au sein de la famille d’un des enfants, ou celui d’une pénurie de logements dans la ville ? Ou, au contraire, la situation observée dans un des quartiers de Amman peut-elle être étendue au reste de la cité13 ?

  • 14 R. Patai décrivait la famille arabe comme « étendue, patrilinéaire, (...), patriarcale, (...) ». R. (...)

23Il semble donc que Amman soit une ville difficile à classer dans une catégorie définie, entre une ville dont la structure sociale paraît marquée par certaines caractéristiques de la famille arabo-musulmane traditionnelle14, et une autre donnant des signes opposés tendant vers un type de famille nucléaire, de faible taille, sans cohabitation de plusieurs générations. Au début de cet article nous nous demandions si Amman montrait un modèle de structures familiales homogène, ou semblait abriter divers schémas différents les uns des autres. Ces premières conclusions élaborées à partir des indicateurs démographiques nous incitent à pencher pour la seconde solution.

24Nous allons maintenant faire appel aux seuls facteurs discriminants disponibles, de type socio-économique. Mais auparavant, nous nous assurerons que ces indicateurs socio-économiques peuvent bien être rapprochés des facteurs démographiques exposés jusqu’ici.

DONNÉES ÉCONOMIQUES ET SOCIO-CULTURELLES

25Les graphiques 4 et 5 montrent de grandes différences dans le statut économique des chefs de famille, selon leur âge et leur sexe. Le graphique 4 indique une forte prédominance des employés, aux dépens des autres types de statut professionnel, jusqu’à l’âge de 50-55 ans. Ensuite, les hommes chefs de famille se déclarent principalement chômeurs. Les femmes, pour leur part (graphique 5), échappent rarement au statut d’« inactive », qui ne concerne jamais moins de 70 % d’entre elles quel que soit leur âge.

26On peut remarquer à ce propos de quelle façon les rôles féminins et masculins semblent être envisagés de façon différente : une femme, même jeune, chargée de famille, ne se déclarera que dans une infime minorité des cas à la recherche d’un emploi, tandis qu’un homme âgé, dont l’activité économique réelle décroît, se prétendra toujours actif potentiellement, en se déclarant jusqu’à sa mort en quête de travail. Les rapports d’autorité, la prépondérance de l’homme sur la femme, celle du chef de ménage sur son conjoint, reposent semble-t-il plus sur des symboles, des rôles préétablis, que sur des réalités.

  • 15 Ce type d’actifs ne représente de toutes façons que 2,1  % du total des actifs ; cette catégorie es (...)

27D’autre part, la forte proportion d’employés (personnes privées de pouvoirs de décision sur leur lieu de travail), par rapport aux individus se déclarant « patrons », même de petites entreprises, pose la question de la répartition de l’autorité au sein de la famille. Nous avons vu que la proportion de familles étendues était faible, mais que la moitié d’entre elles montraient clairement une structure patriarcale : autorité d’un homme âgé sur un couple plus jeune que lui d’au moins 30 ans. Tout ceci laisse penser que le statut d’employé n’est pas réservé apparemment à des individus dépourvus de pouvoir de décision au sein de leur unité d’habitation, puisqu’une grande part d’entre eux dirige un ménage. Les rapports d’autorité au sein du ménage ne semblent donc pas se calquer sur le type de statut économique des individus. Une preuve supplémentaire en est d’ailleurs la structure des familles comportant des individus classés comme « aides familiaux » : loin de résider en majorité dans des familles patriarcales étendues, de grande taille, seuls 12,2 % d’entre eux sont membres d’une telle structure, tandis que la taille moyenne de leurs familles est de 5,3 personnes, soit moins que celle relevée pour l’ensemble de la ville15. Si les rapports d’autorité ne suivent pas le statut économique des individus à l’intérieur des unités d’habitation, on doit donc émettre l’hypothèse que les frontières du ménage ne sont pas reconnues par ces réseaux d’autorité. L’évolution de la proportion d’actifs dans les ménages, en fonction de celle de leur structure, en donne une idée.

28Sur ce sujet, on voit, d’une part, que dans le cas des ménages féminins, le ratio descend plus bas que dans celui des ménages masculins, signifiant, sans doute, que les femmes restent plus dépendantes que les hommes d’un apport extérieur de ressources. D’autre part, si l’on compare l’évolution de la taille des ménages (graphique 3), et celle de la proportion d’actifs selon l’âge du chef de famille, il apparaît que cette dernière est au plus bas quand le ménage atteint sa taille maximale, entre 40 et 50 ans pour les hommes, entre 30 et 40 ans pour les femmes. Ce moment correspond à une fragilisation de la situation économique du ménage, alors que nous avions repéré au paragraphe précédent, une dissolution des ménages étendus justement à ce stade du cycle familial.

  • 16 Nous avons relevé la proportion de jeunes de moins de 15 ans classés dans d’autres catégories que c (...)
  • 17 Entre autres nombreux travaux, F. Shorter, H. Zuraik, Population Factors in Development Planning in (...)

29En effet, en dehors du fait que la proportion de moins de 15 ans à ce moment (inactifs en presque totalité)16 est encore très élevée, et que déjà des personnes se joignent au ménage nucléaire alors qu’elles n’ont pas encore atteint l’âge de 60 ans, le tableau 4 nous montre que les femmes actives sont non seulement peu nombreuses en général (17,9 % des femmes âgées de plus de 15 ans), mais de plus restreignent leur activité lorsqu’elles dépassent l’âge de 30 ans (graphique 6), selon un schéma d’évolution commun à tous les pays arabes17. Cette baisse d’activité peut être expliquée soit par le mariage de la femme, soit par la naissance de son premier enfant.

  • 18 Les données rassemblées par E. Prothro et L. Diab (op. cit.) pour les années 1960 montrent qu’à Amm (...)

30On voit donc que la structure des ménages, de même que l’activité économique des individus qui la composent, ne se calque pas sur l’évolution des besoins de base de la famille au cours du cycle familial. Ceci renforce notre hypothèse selon laquelle, si la cohabitation de plusieurs noyaux familiaux est rare, des rapports de solidarité, d’entraide, doivent exister, entre unités de logement séparées18.

31Nous venons de voir en quoi les facteurs économiques sont dépendants de la structure (moyenne) des familles. Mais au niveau de sous-populations, la situation est-elle la même qu’au niveau de la moyenne ? Au début de cet article, nous nous posions la question des modèles de comportements que les habitants de Amman pouvaient reproduire en commun. Ces modèles sont-ils les mêmes quelle que soit l’appartenance socio-culturelle, ou socio-économique des membres du ménage ?

32On répondra à cette question à travers deux critères de différentiation. L’un, la structure des familles dont le chef est né à Amman, nous permettra de vérifier si cette ville produit ou non une spécificité, un type de citadinité à travers les comportements familiaux. Le second, indicateur économique utilisable pour son contenu sociologique, concerne la sous-population des familles dirigées par des individus classés comme exerçant une « profession administrative ou de direction », catégorie où l’on range, par exemple, les professions libérales. Cette catégorie est une des rares dans la classification choisie à réunir un ensemble homogène de professions. On suppose que ces personnes ont non seulement un niveau de revenus supérieur à la moyenne, un pouvoir de décision, mais encore un niveau socio-culturel supposant des études supérieures, parfois à l’étranger, qui favorisent une ouverture vers des modèles différents de ceux rencontrés dans la communauté d’origine, ou au contraire, en résultent.

  • 19 La proportion relativement plus faible de familles étendues dans la population moyenne par rapport (...)

33Les deux indicateurs choisis, la taille des ménages et la proportion de familles comportant plus d’un couple marié, évoluent différemment selon ces deux indicateurs socio-économiques : ni la taille des ménages, ni la proportion de familles étendues ne diffèrent, selon que le chef de famille soit né ou non dans la ville19, alors que peu de ménages de la seconde catégorie sont composés de plusieurs noyaux (2,9 %), la taille de ces familles étant faible (5,4 personnes par ménage, soit une de moins que pour la moyenne des familles dans la ville).

  • 20 Si la proportion de personnes employées dans l’agriculture était supérieure aux 1,3 % de la populat (...)

34Le fait d’être né à Amman ne prédispose donc pas à adopter un comportement particulier ; cette ville ne semble pas produire d’habitus particulier, alors qu’on remarque que les comportements démographiques des habitants de Amman sont gouvernés par des considérations d’ordre socio-économiques20. Une ségrégation sociale paraît pouvoir être observée. Cette ségrégation sociale est-elle également géographique ?

RÉPARTITION SPATIALE DES DONNÉES

35La cartographie de ces facteurs, pris isolément, permet de dégager une structure claire pour la taille des familles, la proportion de moins de 15 ans dans la population, et celle des ménages dont le chef est âgé de plus de 50 ans. Grossièrement, les ménages ne sont d’une taille inférieure à la moyenne trouvée pour l’ensemble de la ville (6,5 personnes) que dans les quartiers situés dans la partie ouest-nord-ouest de la ville, composée des quartiers de Shmeisani, Jebel Hussein sud-ouest, Jebel Al-Lweibdé, la basse-ville, Jebel Amman, et dans une moindre mesure Abdoun (cartes 1,2,3). Cette répartition se retrouve pour la proportion de chefs de ménage âgés de plus de 50 ans : ces derniers sont plus nombreux (plus de 38  % des chefs de ménage) dans les quartiers nommés. En ce qui concerne la proportion de moins de 15 ans, elle est plus faible dans ces quartiers que dans le reste de la ville (les moins de 15 ans forment moins de 40 % de la population), mais on doit joindre à ces quartiers ouest-nord-ouest ceux de Jebel Joffé, Ashrafiyyé, Jebel Ettag, le camp de réfugiés de Wahdat, et les zones situées sur la route de Zarqa (Al-Matar, Al-Rasha, Ain-Ghazal).

36La structure spatiale de ces indicateurs était nette. Celle des autres facteurs démographiques que nous avons retenus, s’organise de façon à faire ressortir le quart ouest-nord-ouest de la ville déjà repéré, mais d’autres quartiers lui sont associés (cartes 4,5,6,7).

37Il s’agit d’abord de la proportion de ménages comprenant plus d’un noyau familial, inférieure à 8 % (moyenne pour l’ensemble de Amman) dans les zones de famille de faible taille, mais également dans d’autres zones caractérisées par une taille des ménages supérieure à la moyenne : le nord de Jebel Hussein, la cité sportive, certaines parties périphériques du sud de la ville (Al-Rayhan-Qweismé), par exemple.

38Les régions de petites familles (les quartiers situés dans la partie ouest-nord-ouest de la ville, énumérés plus haut) sont également caractérisées par un rapport de masculinité inférieur à 88,7 hommes pour 100 femmes, ce qui est déjà un ratio déséquilibré au niveau de l’ensemble de la ville. Ces quartiers sont donc essentiellement « féminins », ce qui transparaît aussi dans la répartition des ménages dont le chef est une femme ; on doit ajouter à ces quartiers féminisés ceux de la frange nord de la ville, de Rachadan à Al-Jorm, et le camp de Wahdat.

39Enfin, on remarque que les personnes âgées de plus de 60 ans sont nombreuses dans ces quartiers, et forment plus de 5 % de leur population (proportion moyenne dans Amman), voire plus de 10 %. Les quartiers périphériques nord de la ville, où nous avions repéré une population féminisée, sont habités par une population plutôt caractérisée par une très faible proportion de personnes âgées, alors que le camp de réfugiés palestiniens de Wahdat (quartier n°50), Al-Hashmé, et l’extrême nord-est de la ville (Ain Ghazal) en abritent légèrement plus que la moyenne.

40En résumé, nous dirons que la structure des ménages dans la ville de Amman se définit de la façon suivante : deux « bastions », deux pôles se dégagent. Le premier se compose des quartiers situés dans la partie ouest-nord-ouest de la ville, Shmeisani, Jebel Hussein sud-ouest, Jebel Al-Lweibdé, la basse-ville, Jebel Amman, et, dans une moindre mesure, Abdoun, caractérisé par des familles de petite taille (moins de 6,5 personnes en moyenne par famille), une proportion de moins de quinze ans faible (moins de 40 % de la population, voire moins de 20 % à Jebel Al-Lweibdé, et dans la zone située à Jebel Amman entre le 3e et le 4e cercle), allant de pair avec une plus forte proportion de personnes âgées (plus de 60 ans, et chefs de famille fréquemment âgés de plus de 50 ans). Les familles complexes sont absentes de cette partie de la ville, tandis que les femmes sont nettement plus nombreuses que les hommes dans la population.

41Le second pôle, à l’opposé, est repérable du nord-est de Jebel Hussein (camp inclus, situé dans le quartier n° 26), à Al-Qusour, en passant par Jebel Nuzha. Le même type marqué de structure des familles se repère dans le quart sud-ouest de la ville, Ras el ‘Ain, Jebel Akhdar, Al-Nazal, Al-Nadhif, de même qu’à Al-Rabwé. Y vivent des familles de grande taille (jusqu’à plus de 7,5 personnes en moyenne), et très jeunes (parfois plus de 60 % de moins de 15 ans, et moins de 5 % de personnes âgées), une proportion de ménages complexes moins faible qu’ailleurs (de 8 à 27 % des ménages), et un nombre d’hommes supérieur à celui des femmes, dans la population (plus de 110 hommes pour 100 femmes dans les quartiers périphériques sud-est de la ville et Jebel Nuzha), et à la tête des ménages.

42Ailleurs (Jebel Ashrafiyyé, Joffe, Ain Ghazal, cité sportive, Al-Jorm, Rachadan), le modèle de famille de grande taille, à moyenne d’âge jeune est présent, mais d’autres facteurs n’y sont pas associés (ménages complexes rares à Qweismé, Ain Ghazal, population féminisée à Al-Jorm, Rachadan,...).

43Les modèles de famille rencontrés selon les quartiers ne sont pas homogènes. Allant de pair avec la discrimination socio-économique remarquée au chapitre précédent, on voit donc clairement les traces d’un cloisonnement spatial, qui n’est d’ailleurs pas organisé autour d’une ligne de répartition est/ouest, mais plutôt ouest-nord-ouest/reste de la ville.

44Ce cloisonnement spatial des comportements démographiques s’aligne comme prévu sur celui d’un critère socio-économique utilisé plus haut : la proportion de chefs de ménages exerçant des professions « d’administration et de direction » dans l’enquête (carte 8).

  • 21 « En 1948, Amman comptait tout juste 60 000 habitants. La taille de la capitale a pratiquement doub (...)

45Pour conclure ce troisième chapitre, nous dirons qu’il semble donc bien qu’il n’existe pas de structure des familles particulière à la ville de Amman. D’ailleurs, comment espérer qu’une ville ayant subi des afflux aussi massifs, mais surtout aussi violents de populations allogènes21 soit à même d’absorber les nouveaux arrivants, de changer leurs comportements originaux en les mettant en contact avec les habitants « de souche » de la communauté urbaine, en les obligeant à recomposer leurs réseaux économiques et sociaux éventuellement ? N’oublions pas, sans entrer ici dans le débat niant ou affirmant ses caractères urbains, que Amman est une ville de formation très récente.

  • 22 Chiffre fourni par l’ESCWA, "Expert group meeting on the absorption of returnees in the ESCWA régio (...)

46Mais la violence qui caractérise les mouvements de population dans la région a touché Amman une nouvelle fois, après l’enquête de 1987 à partir de laquelle nous avons bâti notre image de la ville : 300 000 réfugiés jordano-palestiniens ont quitté le Koweit pour la Jordanie après le déclenchement de la guerre du Golfe22. Quelles peuvent être les conséquences de cet afflux sur la composition des familles, les cloisonnements socio-économiques et spatiaux que nous venons de décrire ?

LES « RETURNEES » : ESSAI D’ACTUALISATION DES DONNÉES APRÈS LA GUERRE DU GOLFE23.

  • 23 Deux enquêtes seront utilisées. La première, réalisée fin avril 1991 par le National Center for Edu (...)

47Nous allons tracer un portrait démographique et socio-économique (sommaire) des réfugiés jordano-palestiniens installés en Jordanie au lendemain de la guerre du Golfe, et ainsi proposer une réponse à ces questions.

48Ce que nous connaissons de la structure démographique de cette population nous laisse penser qu’elle ne changera pas beaucoup la composition de la population d’origine. En effet, sa structure par âge est comparable à celle de l’échantillon enquêté en 1987 : 43 % de moins de 15 ans, et 2 % de plus de 60 ans, en font une population légèrement plus jeune que celle de Amman en 1987. Le rapport de masculinité est équilibré (104 hommes pour 100 femmes) alors que celui de Amman présentait une relative surpopulation féminine (88 hommes pour 100 femmes). La taille des familles se situe approximativement autour de 5,9 personnes (enquête « a »).

  • 24 Inférieurs à 100 J.D par mois, sans indication sur la localisation du logement, ni sa taille.
  • 25 150 J.D. par mois pour un ménage (au moment de l’enquête).

49La particularité de la sous-population des réfugiés réside plutôt dans leurs conditions socio-économiques. La seconde enquête (« b ») relève que seuls 43,6 % des plus de 15 ans parmi ces personnes ont un emploi (3 % étant classés comme exerçant une profession d’administration et de direction) ; l’enquête « a » ajoute que si 47 % des réfugiés sont propriétaires du logement qu’ils occupent en Jordanie, 10 % d’entre eux sont installés chez des parents ou amis. 82 % des locataires sont forcés de payer des loyers très bas24, tandis qu’un tiers de cette population vivrait en dessous du seuil de pauvreté25. Malgré cela, 53,7 % des réfugiés ne souhaitent pas trouver un emploi en Jordanie, et moins de 20 % seulement des ménages immigrés se déclaraient favorables à l’idée d’investir dans le pays.

50Le rapport de l’ESCWA déjà cité (note 22) mentionnait le poids de ce flux migratoire, son incidence sur le volume et la répartition de la population, spécialement à Amman-Zarqa déjà hypertrophiés par rapport au reste du pays, mais surtout sur les services, scolaires et autres, de même que sur les possibilités de créations d’emplois dans le secteur public, devant cet accroissement de la main-d’œuvre disponible alors que la Jordanie traverse une récession économique.

  • 26 Nous ne parlons pas ici du rapport entre population d’« origines » transjordanienne ou palestinienn (...)

51Il apparaît donc que la guerre du Golfe aura eu pour conséquence non un changement dans la structure démographique de la population26, mais un appauvrissement de celle-ci, sans que les « returnees », les premiers touchés selon les données présentées, ne manifestent le désir d’améliorer leur situation économique précaire.

CONCLUSION

  • 27 M. Lavergne, « Aménagement du territoire et croissance urbaine en Jordanie-Amman et le désert jorda (...)

52Au milieu des années 1980, dans son analyse de l’accroissement urbain de Amman, A. Findlay parlait d’une « Urbanization in a ‘charity state’ ». Il exprimait par là le fait que la croissance de la capitale jordanienne n’était pas le résultat d’un dynamisme interne de son économie et de ses habitants, mais le fait des subsides distribués à l’État par les pays du Golfe pour sa situation de pays voisin d’Israël, ainsi que des remises des travailleurs jordaniens expatriés. Selon les mots de M. Lavergne, « les ressources de l’État jordanien vont lui permettre d’alimenter une croissance par la consommation, et de financer des infrastructures et des services qui transformeront la Jordanie en un Welfare State, et sa capitale en une grande ville moderne de type occidental »27. Nous avons vu les résultats de cette politique sur la structure des ménages dans Amman, capitale et vitrine de cet État-providence jordanien : de très fortes disparités démographiques, socio-économiques, spatiales, une absence apparente de « citadinité », comprise comme cohérence et homogénéité des comportements. Ces différences ne peuvent-elles pas s’expliquer par les défauts de cet État-providence, à savoir des redistributions différentielles et sélectives, qui n’ont donc pas contribué à unifier les comportements, mais ont au contraire creusé le fossé entre chacun des « bastions » en présence sur la scène de la ville ?

53Avec l’afflux de réfugiés après la guerre du Golfe, il semble que les redistributions ne peuvent qu’aller en s’amenuisant, même si les « returnees » paraissent attendre une prise en charge de leur situation par une instance extérieure. Que deviendrait Amman, si l’État jordanien, force potentiellement unificatrice et homogénéisante, mais qui traverse une crise financière, devait céder au secteur privé la gestion de l’économie ? Les contradictions, les disparités héritées de son histoire, et de son rapport à l’État-providence seront-elles renforcées, observera-t-on un repli, une activation des réseaux sociaux et économiques basés sur les liens de solidarité primaires (familles par exemple), que nous avions supposés entrer en action au moment du cycle familial caractérisé par le plus faible rapport actifs/inactifs ? Ou la ville se découvrira-t-elle une spécificité, une « identité », par contraste avec un autre ensemble géographique ? Le profil socio-économique des « returnees » nous inciterait à pencher pour la première solution, mais on ne peut à présent qu’attendre le déroulement des événements politiques dans la région, intimement liés comme nous l’avons vu à la vie de la cité, à travers la diversité des origines géographiques et sociales, des comportements démographiques de ses habitants.

Tableau n° 1. Caractéristiques démographiques des individus ou des familles selon le quartier (Amman, 1987).

Tableau n° 1. Caractéristiques démographiques des individus ou des familles selon le quartier (Amman, 1987).

Tableau n° 2. Caractéristiques de la famille selon le sexe et la classe d’âge de son chef (Amman, 1987)

Tableau n° 2. Caractéristiques de la famille selon le sexe et la classe d’âge de son chef (Amman, 1987)

Tableau n°2 bis. Caractéristiques de la famille selon le quartier (Amman, 1987)

Tableau n°2 bis. Caractéristiques de la famille selon le quartier (Amman, 1987)

PROPORTION DE CHEFS DE MENAGES AGES DE PLUS DE 50 ANS SELON LES SECTURS (AMMAN. 1987)

PROPORTION DE CHEFS DE MENAGES AGES DE PLUS DE 50 ANS SELON LES SECTURS (AMMAN. 1987)

Carte 1

PROPORTION DE MOINS DE 15 ANS SELON LES SECTEURS (AMMAN.1987)

PROPORTION DE MOINS DE 15 ANS SELON LES SECTEURS (AMMAN.1987)

Carte 2

NOMBRE MOYEN DE PERSONNES PAR MENAGE SELON LES SECTEURS (AMMAN. 1987

NOMBRE MOYEN DE PERSONNES PAR MENAGE SELON LES SECTEURS (AMMAN. 1987

Carte 3

PROPORTION DE PLUS DE 60 ANS PANS LA POPULATION SELON LES SECTEURS (AMMAN.1987)

PROPORTION DE PLUS DE 60 ANS PANS LA POPULATION SELON LES SECTEURS (AMMAN.1987)

Carte 4

PROPORTION DE MENAGES COMPLEXES SELON LES SECTEURS (AMMAN 1987)

PROPORTION DE MENAGES COMPLEXES SELON LES SECTEURS (AMMAN 1987)

Carte 5

RAPPORT DE MASCULINITE DANS LA POPULATION SELON LES SECTEURS (AMMAN 1987)

RAPPORT DE MASCULINITE DANS LA POPULATION SELON LES SECTEURS (AMMAN 1987)

Carte 6

PROPORTION DE MENAGES DIRIGES PAR UNE FEMME SELON LES SECTEURS (AMMAN 1987)

PROPORTION DE MENAGES DIRIGES PAR UNE FEMME SELON LES SECTEURS (AMMAN 1987)

Carte 7

PROPORTION DE CHEFS DE MENAGE CHEFS D’ENTREPRISE SELON TES SECTEURS (AMMAN. 1987).

PROPORTION DE CHEFS DE MENAGE CHEFS D’ENTREPRISE SELON TES SECTEURS (AMMAN. 1987).

Carte 8

Notes

1 Seules quelques données brutes apparaissent, mais, par exemple, aucun chiffre de population selon les quartiers ne peut être rencontré, ce qui supprime toute possibilité de travail sur ces données, à moins de disposer de matériaux non-publiés.

2 Voir, entre autres, H. Zurayk, F. Shorter, The Social Composition of Households in Arab Cities and Settlements : Cairo, Beirut, Amman, Cairo, Population Council, Aug. 1988, et Deeb (M), Household structure as related to childhood mortality and morbidity among low income areas in Amman, Baltimore, Doctorate in Philosophy, John Hopkins University, Nov. 1987.

3 E. Prothro, L. Diab, Changing Family Patterns in the Arab East, Beyrouth, A.U.B, 1974.

4 Voir K. Abu Sabha, “The distribution of population age structures in the city of Amman”, Tours, Les Cahiers d’Urbama,1990, n°4. Cette étude est basée sur des données non-publiées du RPH de 1979.

5 Je remercie cette institution de l’aide qu’elle m’a apportée, particulièrement M. K. Jaluka et Mr. K. Al-Qotb.

6 Nous regrettons de ne pas avoir pu disposer des données sur le lien de parenté entre le chef de famille et chacun des membres de celle-ci. Nous aurions pu proposer une analyse plus fine de la composition des ménages. L’absence de cette rubrique dans les données de l’enquête que nous avons pu utiliser ne nous permet également que de repérer les familles « multiples », comprenant deux couples mariés relevés dans l’enquête, mais pas les personnes non mariées (domestiques, enfants de collatéraux, parents veufs) qui se joignent à un ménage. Nous avons dû nous garder de faire la moindre supposition sur l’éventuel lien de parenté qui pouvait les lier au chef de ménage bien entendu.

7 Cf. M. Segalen, Sociologie de la famille, (chap. 2), Paris, A. Colin, 1981, 2 e éd. 1987.

8 Estimation fournie par la “World Population Data Sheet”, reproduite dans Population et Société, n° 216, INED, Paris, septembre 1987.

9 Voir introduction : les 92 % restants ne sont pas forcément des familles nucléaires, mais peuvent abriter une ou plusieurs personnes extérieures au couple et ses enfants. Cette proportion de familles formées de plusieurs couples rejoint celle livrée par l’enquête de H. Zurayk et F. Shorter : 9 % de leur échantillon de familles des quartiers pauvres de Amman. Ils repéraient également 8 % de ménages formés d’un couple et de personnes co-résidentes autres que les enfants du couple, impossibles à distinguer dans nos données.

10 Les données présentées ici sont conjoncturelles ; elles décrivent le déroulement d’un cycle familial fictif, à travers les images de familles dirigées par différents individus d’âge variés à une même date, non pas un même groupe de chefs de ménage à différentes dates à travers le temps. Les données présentées sont donc susceptibles d’être affectées par le contexte socio-économico-culturel du moment, comme dans toute enquête ou recensement.

11 Dans la moitié des cas ce deuxième noyau familial comporte une femme à sa tête.

12 Nous avons vu que les familles composées d’une personne seule sont très rares.

13 Nous avons pu, au « Greater Amman Planning Office », avoir accès à des données non exploitées de l’enquête, concernant en particulier le lien unissant chaque membre du ménage au chef de celui-ci. Mais cette permission ne nous a été accordée que pour deux quartiers, recouvrant grossièrement les limites de Jebel Al-Lweibdé, comprenant 40 familles seulement, ce qui ne nous permettait pas une exploitation et une analyse des données riches d’enseignements. Cependant, nous avons pu découvrir qu’un tiers des familles résidant dans cette partie de la ville hébergeaient des domestiques, ce qui contribue à augmenter la taille des ménages. 75  % de ces domestiques résidaient dans des unités dirigées par des personnes de plus de 60 ans. Il semble donc que la solidarité familiale ne s’exerce pas partout, ou pas à travers des pratiques de cohabitation. Mais comme nous le verrons en III, ce quartier n’est pas forcément représentatif de la population de la ville.

14 R. Patai décrivait la famille arabe comme « étendue, patrilinéaire, (...), patriarcale, (...) ». R. Patai, The Kingdom of Jordan, Princeton : Princeton University Press, 1958.

15 Ce type d’actifs ne représente de toutes façons que 2,1  % du total des actifs ; cette catégorie est composée de 85  % d’hommes, pour une moyenne d’âge de 26 ans.

16 Nous avons relevé la proportion de jeunes de moins de 15 ans classés dans d’autres catégories que celle d’étudiant. Elle est très faible d’après les données de l’enquête utilisée : 1,2  % des jeunes de moins de 15 ans. Les garçons (55  % de l’effectif) sont en faible majorité chômeurs (54  %), tandis que cette catégorie représente 96  % des filles non scolarisées.

17 Entre autres nombreux travaux, F. Shorter, H. Zuraik, Population Factors in Development Planning in the Middle-East, New York/Cairo, Population Council, 1985, Ph. Fargues, » Le Monde arabe : la citadelle domestique », in : A. Burguiere, C. Klapisch, M. Segalen, Histoire de la famille, t. 2, Paris, Armand Colin, 1986.

18 Les données rassemblées par E. Prothro et L. Diab (op. cit.) pour les années 1960 montrent qu’à Amman, plus qu’à Damas ou Beyrouth, l’usage pour un couple était de résider non loin des parents du mari (34 % des cas, contre respectivement 19 et 17 % des cas). Des travaux sur les relations de voisinage également fourniraient des renseignements intéressants.

19 La proportion relativement plus faible de familles étendues dans la population moyenne par rapport à celle des personnes nées à Amman dépend de la jeune moyenne d’âge de ces derniers : dans la population totale, 31 % des chefs de ménage ont moins de 40 ans, contre 51 % de ceux nés à Amman. Nous avions, en effet, remarqué plus haut que les familles étendues étaient particulièrement nombreuses au sein du groupe des familles dirigées par les plus de 50 ans.

20 Si la proportion de personnes employées dans l’agriculture était supérieure aux 1,3 % de la population repérés dans Amman, nous aurions pu rapporter cette proportion à certains facteurs socio-culturels prédominants que nous avons remarqués dans la population de la ville. Les agriculteurs sont, en effet, connus pour privilégier certaines formes de socialisation, certains rapports au patrimoine, certains modes de production basés sur la solidarité familiale. Cette très faible proportion d’actifs employés dans l’agriculture permet cependant de remarquer que la population de Amman est cantonnée dans des activités purement « urbaines », et que les formes familiales rencontrées, globalement orientées vers une structure nucléaire même si des formes de solidarités doivent être pratiquées, peuvent alors difficilement être attribuées à des survivances de comportements ruraux.

21 « En 1948, Amman comptait tout juste 60 000 habitants. La taille de la capitale a pratiquement doublé en deux jours, à la création de l’Etat d’Israël. Puis la deuxième vague de réfugiés palestiniens, en 1967, a amené 200 000 personnes supplémentaires ». A. Deboulet, « Amman, urbanisation, habitat. De la prospérité aux défis posés par la récession », Lettre de l’Observatoire urbain du Caire contemporain, n° 24, 1991, p. 5. En plus des réfugiés palestiniens (et de l’accroissement naturel non négligeable de ses habitants), la ville de Amman accueille des immigrants venus d’autres villes ou des campagnes jordaniennes : l’enquête sur les migrations internes menée en 1986 indique que les immigrés de tous types forment 73,7 % de la population ; entre 1952 et 1979, le taux d’accroissement urbain annuel (accroissement naturel + immigration) était de 7,3 % à Amman (mohafazat).

22 Chiffre fourni par l’ESCWA, "Expert group meeting on the absorption of returnees in the ESCWA région with spécial emphasis on opportunities in the industrial sector", Amman, 1992.

23 Deux enquêtes seront utilisées. La première, réalisée fin avril 1991 par le National Center for Educational Research and Development, porte sur 100 000 personnes, soit 16 500 familles. Elle sera désignée par la lettre « a ». La seconde a été menée par le Bureau des Statistiques sur 71 552 personnes parmi les 300 000 entrées en Jordanie entre le 10/8/91 et le 31/12/92. Les données sont présentées selon le pays de départ de l’individu, ce qui permet d’isoler les réfugiés jordano-palestiniens. Par contre, elles ne sont dans aucun des deux cas présentées selon un lieu d’implantation plus précis que le gouvernorat, la région. Nous aurons donc à poser comme acquise la similitude de la situation de tous les réfugiés quel que soit leur destination, ville de Amman, ou reste du pays, ce qui n’est pas sûr. Cependant, on sait d’après la deuxième enquête (« b ») que les « returnees » sont implantés à 58 % dans Amman et sa région.

24 Inférieurs à 100 J.D par mois, sans indication sur la localisation du logement, ni sa taille.

25 150 J.D. par mois pour un ménage (au moment de l’enquête).

26 Nous ne parlons pas ici du rapport entre population d’« origines » transjordanienne ou palestinienne, aucun chercheur n’ayant jusqu’à présent défini des comportements différentiels traduisant une identité. Nous n’avons pu aborder ce problème qu’à travers l’étude des quartiers occupés par les camps (n° 26, n° 50), où la population est à coup presque sûr d’origine palestinienne. Nous avons vu que ces quartiers ne se distinguaient pas d’autres, où la concentration de réfugiés et leurs descendants est sans doute moins élevée. Nous croyons plus à un cloisonnement né de circonstances politico-économiques, qu’à un déterminisme tranché.

27 M. Lavergne, « Aménagement du territoire et croissance urbaine en Jordanie-Amman et le désert jordanien », Maghreb-Machrek, n° 140, avril-juin 1993.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau n° 1. Caractéristiques démographiques des individus ou des familles selon le quartier (Amman, 1987).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8238/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Tableau n° 2. Caractéristiques de la famille selon le sexe et la classe d’âge de son chef (Amman, 1987)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8238/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau n°2 bis. Caractéristiques de la famille selon le quartier (Amman, 1987)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8238/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre PROPORTION DE CHEFS DE MENAGES AGES DE PLUS DE 50 ANS SELON LES SECTURS (AMMAN. 1987)
Légende Carte 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8238/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre PROPORTION DE MOINS DE 15 ANS SELON LES SECTEURS (AMMAN.1987)
Légende Carte 2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8238/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre NOMBRE MOYEN DE PERSONNES PAR MENAGE SELON LES SECTEURS (AMMAN. 1987
Légende Carte 3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8238/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre PROPORTION DE PLUS DE 60 ANS PANS LA POPULATION SELON LES SECTEURS (AMMAN.1987)
Légende Carte 4
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8238/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre PROPORTION DE MENAGES COMPLEXES SELON LES SECTEURS (AMMAN 1987)
Légende Carte 5
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8238/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre RAPPORT DE MASCULINITE DANS LA POPULATION SELON LES SECTEURS (AMMAN 1987)
Légende Carte 6
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8238/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre PROPORTION DE MENAGES DIRIGES PAR UNE FEMME SELON LES SECTEURS (AMMAN 1987)
Légende Carte 7
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8238/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre PROPORTION DE CHEFS DE MENAGE CHEFS D’ENTREPRISE SELON TES SECTEURS (AMMAN. 1987).
Légende Carte 8
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8238/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter

Volume papier

amazon.fr