Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Amman

 | 
Jean Hannoyer
, 
Seteney Shami

Introduction

Amman, texte modèle, histoire rebelle ?

Jean Hannoyer

Texte intégral

  • 1 Voir à la fin de l’ouvrage la bibliographie consultée.

1Les textes publiés ces trente dernières années, et qui ont pris Amman pour objet d’étude, présentent de la ville un portrait largement convergent1. Connaissance et sens commun s’y confondent dans un texte modèle qui garde sous silence des questions centrales de l’histoire de Amman.

2En interrogeant la ville, avec les auteurs de l’ouvrage que nous publions aujourd’hui, nous avons été amenés à formuler l’hypothèse selon laquelle l’histoire de Amman est celle d’une ville rebelle à elle-même. A l’extrême, certains pourront même dire que Amman n’existe pas, que Amman n’est pas ou pas réellement une ville. Et de fait, Amman nous dérange car ce que nous en savons ne ressemble pas à l’image que nous nous faisons d’une ville comme on le dirait de Beyrouth, Damas, Bagdad ou Le Caire, pour ne parler que de capitales voisines.

3A suivre ce questionnement, nous convenons de reprendre à notre compte une approche de la ville qui veut qu’elle constitue une totalité signifiante douée d’expressions spécifiques en même temps que de caractéristiques communes à toute autre ville. De ce dernier point de vue, personne ne doutera de l’existence de Amman. Infrastructures, densités, activités, échanges, communications, etc., en font même une grande ville. C’est, par contre, dans l’ordre de la représentation que Amman pose problème. Soit que son modèle de citadinité n’est pas encore identifiable à celui d’autres villes connues. Et l’on verra, effectivement, que le mélange des influences qui ont façonné Amman peut en faire un cas à part. Soit, et c’est une piste de recherche que je voudrais privilégier, le silence de Amman sur son histoire est une partie même de cette histoire dont il s’agirait alors de déceler les clés d’accès au-delà de l’idéologie véhiculée par son texte modèle.

4Certes, l’image convenue de la ville, qui l’a tenue à l’écart de l’investigation critique et de l’expression d’une figure ou d’une personnalité propre, tient sans doute d’abord à la rareté des sources. Celle-ci serait elle-même le fait de la relative jeunesse de Amman et, par conséquent, de celle de sa tradition académique ou plus largement littéraire. Chaque époque a bien produit quelques études de référence, dont l’ouvrage pionnier de J. Hacker, largement reprises par tous. Et si la bibliographie sur Amman peut paraître relativement riche, elle est aussi particulièrement redondante. Rarement des recherches de terrain ont été conduites dans la ville comme beaucoup de celles que présente cet ouvrage et en quoi il tire son originalité.

5En partant de ce malaise de la ville sur elle-même, résumé par la formule inquiète de cet éditorialiste d’un quotidien jordanien « Qui est Amman ? », en reprenant un temps à notre compte les clichés dont la ville fait l’objet, nous voulons simplement suggérer qu’ils ont aussi leur part dans la connaissance de Amman. Les conditions d’un dépassement de l’histoire rebelle de la ville nous montrent alors que c’est un point qu’elle partage avec d’autres villes au Moyen-Orient où l’idéologie urbaine est prompte à écrire l’histoire de la ville à travers celle de ses maîtres ou de ceux qui prétendent le devenir.

LE TEXTE MODÈLE

6Tout portrait de la ville de Amman, à en croire son texte modèle, se doit de commencer par l’évocation de son passé. C’est-à-dire, en l’occurrence, par la mention d’une rupture de 500 années, celles qui séparent les derniers habitants à avoir occupé le site ancien (peut-être à l’époque mamelouke, nous disent les archéologues) et les nouveaux habitants venus repeupler ses ruines à la fin du 19e siècle.

7La ville d’aujourd’hui serait née voilà un peu plus d’un siècle, en 1878, avec l’installation des premiers groupes circassiens dans ses ruines. Certains auteurs mentionnent, tout de même, le fait que ce grand vide dans l’histoire du site n’en fut pas une page tout à fait blanche à cause de la fréquentation saisonnière des bords de la rivière (sayl ‘Ammân) par les tribus bédouines, en particulier les Bani Sakhr.

8Avec l’installation des Circassiens, on ne parle pas encore de ville. Au début du siècle, Amman est considérée comme un village et il en sera ainsi au moins jusqu’à la première guerre mondiale. C’est l’arrivée de l’émir Abdallah en 1921 qui sera la date-clé de la fondation de Amman comme ville et comme capitale. L’histoire de la ville est, dès lors, largement confondue avec celle du pays qu’elle administre.

9Pas d’autre histoire en apparence pour Amman, donc, que celle de quelques dates importantes mais dont la périodisation n’appartient pas d’abord et en propre à la ville : 1878, premier établissement circassien permanent au service de l’autorité ottomane pour le contrôle des marges steppiques au long du parcours du pèlerinage de La Mekke ; 1903, ouverture de la station de la ligne ferroviaire du Hijaz à Amman ; 1918, évacuation turque ; 1921, installation de l’émir Abdallah, et 1923, reconnaissance de son gouvernement par les Britanniques ; 1928, le mandat britannique se confirme à travers la signature d’un traité anglo-jordanien et Amman est formellement désignée comme capitale de l’Emirat de Transjordanie ; 1946, reconnaissance de l’indépendance ; 1948, défaite arabe en Palestine ; 1967, guerre des six jours des armées arabes avec Israël ; 1973-1975, révolution pétrolière ; 1990-1991, guerre du Golfe. Si tous ces événements de l’histoire régionale auront laissé un impact important sur la ville, c’est en acteur très largement passif que Amman les aurait vécus.

10La ville revendique, tout de même, des réalisations qui lui sont propres et qui marquent le rythme de son urbanisation : fondation du premier conseil municipal en 1909 ; ouverture du premier hôpital en 1922 ; construction de la mosquée el-Huseyni en 1924 ; installation de l’électricité, d’une imprimerie, d’un cinéma, en 1925 ; après le séisme de 1927, est construit l’hôtel de première classe, le « Philadelphia » ; premières liaisons téléphoniques avec la Palestine, la Syrie, l’Egypte, l’Irak en 1928 ; Amman supplante désormais el-Salt comme centre administratif ; premiers plans d’urbanisme entre 1949 et 1955, etc.. Et la liste est longue jusqu’à nos jours des aménagements et équipements urbains qui marqueront l’espace de la ville et accompagneront son extraordinaire croissance comme capitale de la Jordanie, sous l’égide d’une municipalité devenue, en 1987, celle du « Grand Amman ».

11Voilà donc, à grands traits, fixé le cadre général. Pour le remplir, les auteurs auront recours à une table des matières à son tour quasiment invariable : le site, la population, la vie économique et sociale, les problèmes d’aménagement de l’espace constituent les sujets abordés le plus généralement et dans cet ordre.

12Amman est caractérisée par un site remarquable, le long d’une vallée bordée de gracieuses collines. La beauté du site est soulignée, à mesure que progresse l’urbanisation des pentes, par un enchaînement d’escaliers puis de routes sinueuses. Aux contrastes des reliefs qui s’échelonnent entre 700 et 1000 m d’altitude, s’ajoute celui des saisons. Avec une moyenne annuelle de 250 mm de pluie, Amman est une ville sèche, aux limites du climat de steppe, mais l’eau abondante de sa rivière poissonneuse en restera longtemps un joyau apprécié.

13De ses sept, puis de ses quatorze collines habitées aujourd’hui, Amman se regarde et compte ses habitants. La démographie est, sans doute, le thème le plus abondamment reproduit à la mesure, d’ailleurs, de l’extraordinaire croissance de la ville. La part de sa croissance naturelle est relativement secondaire (même si le pays connaît un des plus forts taux de natalité dans le monde arabe) par comparaison avec l’augmentation du nombre des habitants venus de l’extérieur. Après l’installation discrète et progressive, à côté des Circassiens, des commerçants originaires de el-Salt et Madaba d’abord, puis de Damas, Naplouse, Jaffa et Jérusalem, la population de Amman est brutalement et périodiquement grossie par un afflux de réfugiés, principalement palestiniens. Un chiffre résume la situation : depuis que les bédouins venaient à la rivière de Amman abreuver leurs troupeaux à ses eaux claires à la fin du siècle dernier, la population de la ville a été multipliée par mille. Elle est passée du millier au million d’habitants entre 1890 et 1990.

14On est très mal informés, par contre, sur ce dont vivent les citadins. A mesure que la ville quittait les espaces de la vallée qui l’a vue (re) naître, l’agriculture d’abord, le commerce et les échanges ensuite, puis les services en général, gouvernementaux en particulier, le pétrole enfin par le canal des aides arabes et internationales et les retours d’épargne des migrants que la ville ne pouvait plus nourrir, constituèrent successivement ses ressources principales. Les revenus de l’émigration représentaient dans les années 1970 quelque 25 % du PNB et on a évalué, en 1981, à près d’un milliard de dollars la valeur des retours d’épargne. Symbole de cette soudaine richesse de la ville, l’explosion spectaculaire des somptueuses villas construites à partir de ce moment dans les quartiers Ouest de Amman. L’argent serait ainsi devenu la ressource principale de la ville où l’industrie reste marginale. Mais l’enrichissement de certains n’a eu d’égal que la pauvreté des autres. Les rapports officiels et les missions internationales s’ajoutent aux témoignages locaux pour parler de l’état de misère d’une grande partie de la population de la ville qui vit en deçà du seuil de pauvreté.

15Désormais, la ville n’est plus cet ensemble à la fois harmonieux et assailli de l’extérieur. Elle est divisée en deux, entre les riches et les pauvres, les premiers vivant plutôt à l’Ouest, les seconds plutôt à l’Est, de part et d’autre du lit de la rivière au bord duquel, puis sur lequel, le centre-ville s’est développé.

16Beaucoup plus rarement décrite encore, la vie sociale et culturelle est représentée comme hésitant entre les expressions d’une tradition villageoise, contée par des évocations chaleureuses, et les premiers signes urbains du loisir et de la mobilisation socio-politique. Au café Hamdan, Arar, poète de la Jordanie, rencontrait ses amis ; le café Chalati reçut la première radio en 1935 et à l’hôtel Philadelphia, au centre-ville, furent accueillis des hôtes de marque, de l’émir Fayçal à Ahmad Ben Bella, de Peter O’Toole à Omar Charif. Ce lieu d’une vie mondaine naissante abrita aussi la première piscine, le premier « night club » et l’élection de la première « Miss Jordan ». Trop occupée, ensuite, à maîtriser sa croissance, la ville semble avoir fait silence sur ses expressions et lieux de vie publique. Ce n’est que récemment, depuis le début des années 1990, que l’activité culturelle à Amman semble avoir repris quelques droits.

17Les problèmes d’aménagement et de planification de la croissance exceptionnelle de Amman sont le dernier trait, et de loin le plus important, du portrait-type de la ville, sujet d’étude et de préoccupation pour nos auteurs, largement partagé avec les urbanistes et les pouvoirs municipaux.

18On s’accorde sur le fait que l’urbanisme de la ville aujourd’hui n’a à peu près aucune racine ou implantation ancienne. On n’en reconnaît pas moins au passé récent quelques belles réalisations, telles ces maisons bourgeoises en pierre, implantées, dès les années 1930, sur les premières pentes du Jebel Amman. Mais l’attention se porte surtout sur le constat du développement explosif de la ville, à partir des années 1950 et surtout 1970, et de son extension considérable. Ainsi, la ville s’est agrandie de plus de 300 % en vingt ans, de 1961 à 1981.

19La cité dortoir des réfugiés se transforme donc en ville champignon. Des banlieues résidentielles ont poussé sur les collines. Les fonctions professionnelles sont longtemps restées accrochées au fond des wâdi-s qui convergent vers le « vieux » centre. Même les établissements publics semblent avoir été dépassés par le boom urbain en continuant d’occuper de simples maisons en guise de bureaux. L’émir Abdallah n’avait-il pas montré l’exemple en campant sous la tente en basse-ville avant d’officier dans une modeste maison du centre en attendant la construction d’un palais digne de son rang ?

20L’ensemble de la ville, dit-on, sans bien savoir ce que cela signifie, manque de caractère arabo-islamique ou oriental et l’on évoque plutôt une ville à l’américaine. Les années 1980 verront pourtant une floraison de mosquées à Amman. Un débat sera même ébauché sur l’idée d’imprimer une architecture islamique à l’ensemble.

21Mais c’est surtout le souci de planification urbaine qui est constamment évoqué et éventuellement analysé, témoignant d’une volonté claire de maîtriser, de contrôler, l’espace de la ville. Et comment en serait-il autrement alors que dans ses plans d’aménagement de 1965, la municipalité se basait sur une prévision de 500 000 habitants pour 1990, chiffre qui fut atteint dès 1971, 6 ans plus tard donc, au lieu des 25 prévus ! Trois questions majeures préoccupent les urbanistes : le centre-ville et son aménagement avec ses problèmes de trafic et de contrôle des flux ; les services urbains et leur extension aux nouvelles zones construites ; l’aménagement des quartiers les plus pauvres et les plus défavorisés. On en trouve témoignage dans les nombreux rapports édités, entre autres, par la municipalité de Amman et ses différents départements (voir la bibliographie en fin d’ouvrage).

LA VILLE EN QUESTION

22La première leçon de ce texte modèle, reconstitué à partir des sources existantes, témoigne au fond du succès de Amman qui aurait su trouver les réponses aux problèmes posés par sa croissance très rapide. Le regard de l’observateur, comme celui de l’urbaniste, convergent généralement pour saluer les progrès de Amman vers l’épanouissement de son confort urbain. A quel modèle répond l’aménagement de l’espace urbain ? Nous n’en trouvons nulle réponse dans le texte de Amman.

23Et c’est la seconde leçon que nous en tirerons. Il apparaît que Amman serait l’héritière d’une histoire qui ne lui appartient pas. Comme si, dès sa (re) naissance elle avait à nouveau disparu pour n’être plus que l’ombre de l’histoire nationale et surtout régionale. Comme nous le disait un jour l’écrivain Mu’nis Razzaz, l’un des rares auteurs littéraires à s’être inspiré de Amman dans son œuvre, « Amman est une réaction, non un acteur » (‘ammân raddet fi’l lâ fi’l). Et l’on se souviendra, pour l’anecdote, de la réponse qui nous fut donnée lorsque nous nous étonnions du calme, du silence pour ne pas dire de l’ennui, qui s’empare de cette grande ville dès la tombée de la nuit et surprend bien souvent l’étranger qui vient de Beyrouth, de Damas ou du Caire. Comment Amman, nous disait-on, pourrait-elle se distraire alors que pas une de ses familles n’a un parent qui ne soit exposé ou menacé par les conflits et les guerres qui secouent la région depuis si longtemps. L’histoire régionale aurait ainsi dépossédé de sa vie la ville de Amman transformée en ville-refuge.

24Remarquons enfin que l’écriture de Amman reste largement dominée par la métaphore organiciste. La ville est ainsi le plus souvent présentée comme un corps, un être humain ou même un enfant qui aurait beaucoup grandi. L’histoire « naturelle » de Amman ainsi restituée par les textes ne laisse plus guère de place à la contradiction et aux conflits, tout juste à quelques disfonctionnements qu’un urbanisme résolument moderne pourra contrôler.

25Le texte modèle s’arrête là où devrait commencer l’histoire de la ville. On aura bien sûr lu entre les lignes quelques questions inquiètes posées à la ville. Privée d’un passé, privée de ses monuments islamiques médiévaux, sans tradition urbaine inscrite dans une culture vivante, à la recherche d’un centre, au-delà de son succès de croissance, Amman serait en crise d’identité ou, pour reprendre l’image la plus répandue, en crise de personnalité. La cité ne dormirait que d’un œil.

26Nous sommes partis de ces généralités et de ce malaise exprimés par clichés, pour interroger à nouveau Amman sur elle-même et contribuer à lui restituer une histoire. Trois ensembles de raisons nous paraissent nourrir la tension vécue par la ville et constituer quelques clés pour ouvrir le débat qui permettrait d’en déchiffrer l’histoire rebelle : Amman ville de migrants ; Amman à la recherche d’un centre ; Amman et ses publics.

Amman, ville de migrants

27La personnalité de Amman, disait un de ses anciens maires, c’est d’être un passage et un campement (‘ammân mamarr wa maqarr). Les études sur les migrations ne peuvent pas réduire la question à cette idée sans évaluer ses dangereuses implications. Le cliché a le mérite de souligner l’importance des migrations dont la ville a été ou continue d’être le théâtre. Mais encore faut-il, au-delà de l’effet du nombre, restituer aux migrations leur diversité dans le temps, leurs différences de nature et les modes d’inscription des migrants dans la ville et ses espaces.

28Les premiers établissements circassiens représentent une page importante de l’histoire de la ville contemporaine. La forme de leur installation reste cependant en question (S. Shami). Quelles relations ont-ils établies avec les membres de la tribu des Bani Sakhr qui avaient coutume de fréquenter les rives de la rivière de Amman ? Les conflits évoqués à cette occasion correspondent-ils à des logiques concurrentes d’occupation du sol, à des conflits de propriété, à des représentations contradictoires du droit ? Question importante dont on sait qu’elle parcourt toute l’histoire du Bilâd ach-Châm et particulièrement au tournant du siècle. La naissance des agglomérations, telle Amman, aux marges des zones cultivées, a mis aux prises une logique sédentaire et une logique nomade du rapport à l’espace, arbitrées par le pouvoir ottoman dans le sens de son propre contrôle sur ces espaces et leurs ressources. Amman fut un acteur et un produit de cette histoire qui, aujourd’hui encore, a un écho aux périphéries de la ville, dans les conflits d’occupation des terres et la spéculation dont elles sont l’objet (O. Razzaz) et qui hier, dans les années 1950-1960, ont animé d’âpres débats, maintenant oubliés, à propos de la colonisation des très bonnes terres agricoles sur lesquelles tout l’Ouest de Amman s’est construit.

29Après la fondation de la ville, le mouvement des réfugiés palestiniens vers Amman et sa région a, sans doute, constitué la page la plus importante dans la démographie de la ville et l’évolution de ses espaces (M. Samha). Mais chacune des migrations de 1948, 1967 et 1991 n’est pas identique à l’autre sous l’aspect de l’installation à Amman. Le fait que des camps, hier installés à l’extérieur de la ville, en constituent aujourd’hui des centres, ne manque pas d’affecter la notion même de camp et sa relation à la ville (B. Destremau).

30Le réfugié est, par définition, quelqu’un qui va repartir, un habitant temporaire à qui l’on promet un retour à sa terre. Le provisoire a duré pour ces camps presqu’aussi longtemps que l’histoire même de la ville contemporaine depuis qu’elle a commencé à sortir du creux de sa vallée. On pense, on dit que beaucoup de ces Palestiniens de Amman ne repartiront pas. Pourtant ils continuent à se dire d’ailleurs. Sur cette profonde ambiguïté se construit Amman et les recherches restent encore largement silencieuses sur ses implications. Si l’on ne peut réduire le soulèvement du « septembre noir » en 1970 à cette seule dimension, la nature de la relation des habitants de Amman à la ville, les formes de participation qu’elle leur offre et les formes de citoyenneté que produit cette interaction restent des questions centrales de son histoire oubliée.

31Par ailleurs, tous les migrants, y compris parmi les Palestiniens, ne sont pas arrivés par vagues groupées et dans le dénuement. D’autres mouvements, moins importants numériquement, ont également marqué l’espace de la ville et sa société. C’est le cas des marchands et artisans en provenance de Palestine et de Syrie (A. Amawi). Par un mouvement régulier, ils ont investi la ville et dans la ville, transformant son cadre bâti (T. Rifaï), lui donnant sa respiration et orientant ses échanges avec l’extérieur. C’est le cas aussi des déplacements de groupes liés aux mouvements des affaires (R. Biegel) et au développement des administrations. Depuis la guerre du Golfe, Amman a ainsi accueilli, par exemple, les bureaux de l’ESCWA, établis à Bagdad, et ses fonctionnaires internationaux. Pour qui a suivi les longues délibérations et rivalités régionales pour le maintien du siège de l’ESCWA à Amman, finalement promis à Beyrouth, pourra juger de leur importance pour la ville. A ces mouvements sont liés une grande partie des équipements urbains, des infrastructures de communication et de leurs réseaux internationaux, sans parler du dispositif d’hôtellerie qui a tellement marqué l’espace de la ville depuis quelques années.

32La question est posée enfin du lieu d’installation des migrants entre centre et périphérie, de leur redéploiement progressif dans l’espace urbain et donc de leur mobilité socio-économique à l’intérieur même de la ville. Les immigrants pauvres vont-ils investir le centre comme au Caire ou à Damas pendant que les familles plus aisées, signe de leur ascension sociale, s’établiront progressivement dans de riches banlieues ? Les immigrants vont-ils occuper les périphéries comme à Casablanca, Beyrouth ou Paris ? Questions graves, on le sait, si l’on cesse de considérer, comme souvent, qu’il suffit de loger les immigrés pour que soit résolue la question de l’immigration. De ce point de vue, l’exemple de Amman sera particulièrement instructif où l’extension horizontale très rapide de la ville a dessiné une géographie sociale aux imbrications extrêmement complexes qui ne permet plus de localiser clairement centre et périphérie et où la notion même de banlieue paraît absente.

33La succession et la juxtaposition des apports multiples de l’extérieur dont Amman a été le théâtre dans un temps relativement court ne fait pas une ville. Aux questions inquiètes qui se posent aujourd’hui à Amman, répond un cliché selon lequel les habitants ne s’en réclament jamais quand on les interroge sur leur identité et leur appartenance. Il n’y aurait pas de « Ammaniens ». Se dire d’ailleurs n’est-il pas aussi une façon de faire silence sur l’effet qu’être là peut avoir en ville et sur cette manière d’être en ville qui caractériserait le citadin ?

La recherche d’un centre

34On peut se représenter alors la ville de Amman comme une mosaïque de groupes à l’identité très marquée par le sens des appartenances communautaires et par la fidélité à leurs lieux d’origine. Les Caucasiens (S. Shami), les Arméniens (A. Ohannessian), les Syriens (A. Amawi), les Palestiniens de différentes villes et villages (A. Sawalha), expriment bien, en effet, leurs loyautés communautaires en autant d’expressions culturelles, en autant d’occasions et de célébrations qui les rassemblent en cercles festifs ou cultuels, tout comme ces groupes tribaux, bédouins ou ruraux d’origine, qui constituent autant de villages dans la ville. Dans quelle mesure l’appartenance communautaire serait-t-elle à Amman un relais de l’intégration urbaine ou au contraire son obstacle ? Si la question n’a pas été posée en tant que telle dans cet ouvrage, elle n’en parcourt pas moins de nombreux textes comme question centrale dont on sait que Amman la partage avec d’autres villes du Proche-Orient. Et c’est précisément dans la question du centre que l’on peut chercher un des lieux de cette médiation inter-communautaire.

35L’absence d’étude spécifique consacrée dans cet ouvrage au centre-ville de Amman pourrait confirmer la difficulté pour la ville à exprimer une certaine unité et à s’y reconnaître.

36Le centre géographique et fonctionnel de la ville, son lieu carrefour où se croisent ses habitants fut, peu après la fondation de Amman, constitué par le balad, centre de basse-ville où le souk, la mosquée, l’administration et l’ensemble des fonctions urbaines restèrent longtemps regroupées (N. Hmoud).

37Aujourd’hui encore, l’animation du lieu n’est pas sans évoquer le cœur d’autres grandes villes orientales. La basse-ville à Amman garde effectivement une grande importance à de nombreux égards. L’actualité des dernières années a montré que c’est là que s’exprimaient des courants d’opinion qui, pour n’être pas nécessairement formulés ou organisés en mobilisations explicites n’en rythment pas moins le pouls de fragments importants de la société urbaine. Pendant la guerre du Golfe, s’y formaient les manifestations où s’exprimait le soutien populaire à l’Irak. Chaque événement politique y a ainsi son écho, plus ou moins encouragé, plus ou moins maîtrisé par l’autorité de l’Etat. Pour l’activité commerciale également, et longtemps après l’ouverture de nouveaux espaces d’activités, la basse-ville reste une référence. Sous l’effet de l’urbanisation rapide, de nombreuses maisons de commerce qui y étaient implantées exclusivement se sont dédoublées, ouvrant dans les nouveaux quartiers des lieux de négoce complémentaires. Le succès de l’entreprise n’a pas conduit à l’abandon du magasin de basse-ville. Quelques témoignages, qu’il faudrait étayer, laissent penser que ce ne sont pas seulement des raisons économiques qui ont entretenu la double implantation. Dans la boutique du vieux centre ne se jouerait pas tant la logique affairiste de la transaction vendeur-acheteur que la valeur sociale de l’échange exprimée dans la qualité de la relation entre gens du souk et où se réaffirment l’esprit et les codes du milieu des grandes « maisons de commerce » qui risquent de disparaître dans l’éclatement géographique des activités. Du souk aux magasins de quartiers (et de celui-ci au supermarché ?), se transforment insensiblement des modes de vie urbains qui coexistent encore.

38Mais, depuis des années, le vieux centre a perdu sa fonction centrale exclusive. Y convergent maintenant au quotidien surtout les habitants de l’Est de la ville, réputés les plus pauvres, dans ce qui fait désormais figure du Amman populaire. Les résidents de Amman Ouest trouvent eux de plus en plus aux Jebel Amman, al-Lwebdé, ai-Hussein, à Shmeisani, Abdoun, la rue Gardens, etc., les centres commerciaux, d’activités et de loisir qui correspondent à leur train de vie, en autant de centres qui témoignent de modes et de ressources nouvelles dans la ville.

39L’effacement progressif de la fonction centrale du balad accompagne la ségrégation de Amman en deux ensembles Ouest et Est, nettement différenciés sur le plan social, inégaux quant à l’accès aux services (J. DeJong) et aux biens (M. Shtewi) et dont témoigne également la redistribution des fonctions urbaines centrales dans l’espace (R. Biegel).

40Il n’est pas rare d’entendre dire que les habitants de l’Est et ceux de l’Ouest ne se connaissent pas. Même si cette division, passée dans les représentations courantes sur la ville, doit être largement nuancée (F. De Bel Air), la ségrégation progressive de l’espace urbain devient une donnée structurelle aux graves implications socio-politiques. Les inégalités, lisibles dans la morphologie urbaine, activées par la spéculation immobilière (M. al-Adhami), morcellent l’espace urbain en autant de fractures socio-économiques que ne tempère plus le centre ancien de la ville.

41La dilution du centre dans l’éclatement géographique des fonctions urbaines maintient donc entière la question des lieux de médiation qui permettent à Amman de trouver son unité et d’intégrer les habitants de l’agglomération dans une culture urbaine partagée. La grande diversification des activités et leur redistribution dans l’espace a-t-elle fait disparaître cette centralité urbaine où se jouent les expressions de la diversité, de la distinction, où s’éprouve la liberté attachée à l’image de la ville, tout le contraire donc de la place du village où s’effectue le contrôle et se joue le conformisme ?

42Peut-être la dernière page d’une histoire harmonieuse entre centre et centralité urbaine à Amman a-t-elle été tournée avec la destruction de l’hôtel Philadelphia en 1984 dans le balad. A en juger par la mémoire qu’il a laissée, le lieu fascine. Même si chacun s’accorde à reconnaître qu’il n’aurait pu être classé au rang de « monument historique », haut lieu de la politique et du loisir tout à la fois, cœur et symbole de la cité par sa fonction même d’accueil et de tribune, il marquait le centre d’une esthétique de la ville dans laquelle Amman pouvait se reconnaître et s’exprimer. Ne s’agit-il que d’une réminiscence nostalgique ? A écouter l’une des raisons invoquées pour sa destruction, la curiosité au moins en est accrue. Il nous fut expliqué, en effet, par une autorité municipale de l’époque, que les abords de l’hôtel regorgeaient de mauvaises fréquentations, hommes et femmes s’y côtoyant sans contrôle...

43L’« assainissement » du centre-ville est un thème suffisamment récurrent des politiques urbaines pour se rassurer alors au moins sur le fait que Amman affirmait ainsi son identité urbaine. Mais pour nous rappeler, surtout, que la centralité est d’abord celle de la politique de la ville et dans la ville.

La logique des cercles, Amman et ses publics

  • 2 Voir dans la bibliographie l’étude d’Alfredo Cavalière qui avait participé aux séminaires du CERMOC (...)

44Ville fondée, Amman naquit d’une volonté politique. La centralité extrême de Amman comme ville capitale témoigne bien de l’investissement politique dont elle a fait l’objet pour servir en retour de lieu d’expression par excellence du pouvoir qui l’a créée et qui l’occupe. Plans d’urbanisme et infrastructures sont venus imprimer un ordre à cet ensemble en mouvements comme autant d’instruments de son contrôle2. Si la croissance de Amman est le résultat d’une économie-politique de redistribution et de services propre aux Etats-rentiers (R. Biegel), la centralité même de Amman, par un effet grossissant, reproduit en ville les inégalités et les divisions de la société globale. Où en trouver les expressions proprement urbaines au-delà de ses effets de concentration ?

45Les différents segments de la société urbaine ont bien pris leur part des nouveaux marchés pour négocier leur place en ville. Emigration vers le Golfe et retours d’épargne pour certains, recrutement dans les administrations et les services de l’Etat pour d’autres, investissement dans les réseaux d’échange et de circulation commerciale pour d’autres encore, et jusqu’à la moderne industrie, presque exclusivement concentrée dans l’agglomération de Amman (R. Hommery) sont autant de lieux d’investissement où interroger les expressions d’une culture urbaine qui saurait ordonner la société de Amman, construire cette identité qui la distingue à la fois de son environnement et des autres villes dans la région avec lesquelles elle ne pourrait se confondre.

46Où chercher les lieux et mécanismes de la représentation urbaine, retrouver ces pouvoirs urbains qui, ailleurs, ont donné forme et expression à la diffusion par la ville d’une représentation d’elle-même, jouant de la médiation entre Etat et société pour produire une histoire urbaine spécifique ? Les acteurs sont connus, immigrés d’origines diverses, communautés nombreuses mais d’importances inégales ; les ressources le sont également, largement extérieures à la ville. Qu’en est-il à Amman de cette culture qui en d’autres villes arabes a donné naissance à une classe de notables, grands commerçants ou propriétaires fonciers, ulémas ou fonctionnaires, par rapport au peuple d’un côté, à l’Etat de l’autre ? Qui furent, qui sont les notables de Amman (A. Amawi) ? Amman s’est-elle constituée comme ville-Etat sans notables, à la différence de el-Salt, ville de notables sans Etat, comme le suggèrent certaines questions posées à la naissance de la ville (E. Rogan) ?

47Les éléments de réponse proposés dans cet ouvrage livrent une lecture fragmentée de l’histoire de Amman qui conduit à une image éclatée de sa situation aujourd’hui quand il s’agit d’en saisir les hiérarchies. Entre les expressions d’une mosaïque communautaire, d’un côté, ou les logiques de la ségrégation socio-économique, de l’autre, nous pouvons essayer d’explorer une troisième voie dans ce rapide essai de trouver une cohérence à l’ensemble, un modèle dominant d’organisation de la société et de la culture urbaine.

48Cette voie nous l’empruntons à l’image des « cercles » (duwwâr), ainsi sont-ils nommés, qui ont ponctué l’extension de la ville dans l’espace en autant de carrefours où se croisent les artères qui irriguent les nouveaux quartiers. La métaphore du cercle sera utilisée ici pour suggérer ces foyers de représentation en ville dont il s’agit de savoir comment ils s’articulent pour donner sens à une histoire urbaine spécifique.

49A un premier niveau, Amman se présente bien comme l’expression par excellence du pouvoir qui l’a fondée. Une culture s’y trouve largement active, très directement inspirée par la « société de cour », suivant les termes du sociologue N. Elias, et les formes que la famille royale, au sens très large, dans toutes ses ramifications et composantes, imprime aux lieux, modes et pratiques dans la ville. Au cœur du dispositif, le palais royal, les cérémonials qui ponctuent la vie officielle, les agencements de la vie publique et jusqu’à d’infimes détails où d’aucuns auront voulu reconnaître l’héritage d’une urbanité toute « britannique » et qui donnent à Amman un style que n’auront pas les capitales voisines. Les disciplines, souvent très intériorisées, la civilité des comportements, leur réserve même, et l’ordre dont on sait par ailleurs la fonction très directement politique de contrôle d’un espace et d’une société en mouvement, ont pour ordonnateur et pour réfèrent la personne du Roi.

50La centralité du cercle royal et de ses dispositifs urbains trouve ses prolongements au niveau d’un second cercle identifiable aux sociétés de salons, largement ouvertes aux influences extérieures mais aux codes d’accès très stricts et qui organisent les sociabilités de l’élite urbaine dans certains quartiers. Amman Ouest abrite aujourd’hui ces lieux et bruisse de leurs activités invisibles où se scellent des alliances, se jouent et se confirment des accords, où s’exposent des modes. Un dispositif impressionnant de villas (I. Fethi, K. Mahadin) et d’appartements luxueux a explosé pour abriter cette « société de salons ». Et c’est un autre aspect de la ville de Amman qui trouve, là peut-être, une illustration particulière. Dans ces quartiers, la rue n’existe pas pour les piétons, sauf aux heures matinales ou tardives du jogging qui y a fait son apparition voilà peu. La maison semble y constituer le seul espace public de rencontre. Ne sont visibles que les voitures, souvent luxueuses, sortes d’antichambres de la rencontre, et leur circulation intensive qui témoigne seule de la densité des échanges et des visites dont les beaux quartiers sont le théâtre. Comme pour éviter le risque d’un cloisonnement trop marqué, la fréquentation d’un club élargit parfois le cercle de la maison. On s’y retrouve pour le loisir, le sport, le jeu et plus généralement la pratique de la conversation et l’exposition de soi en éprouvant les signes de la distinction et de la reconnaissance. Des cercles privés s’y croisent en un cercle plus large, construit sur des logiques d’appartenance, de classe d’abord, mais aussi de corps (militaire, professionnel, etc..) ou communautaire. Les salons des grands hôtels seront pour d’autres, moins fortunés sans doute, et pour quelques célébrations exceptionnelles, le lieu d’exposition et de rencontre publiques de leurs cercles de relations dans une représentation éphémère de leur désir de reconnaissance sociale. Le contours du cercle des salons trouve, là peut-être, la limite de son extension qui lui renvoie une image déformée de lui-même, mais qui trouve une large diffusion si l’on en juge par la densité des manifestations qui prennent ces grands hôtels pour théâtre tout au long de l’année à Amman.

51Il est un troisième cercle, recoupant ou inspiré parfois par les premiers, qui se décompose en expressions plus diffuses si l’on veut en approcher le centre. La promotion d’associations de bienfaisance, les différentes formes de philanthropie, largement tournées vers le mieux-être des plus défavorisés, restent étroitement dépendantes d’une législation de contrôle et semblent bien en partie résulter d’un effet d’entraînement des sociétés de cour et de salon sur les cercles de la bourgeoisie ou des classes moyennes. L’explosion du nombre de ces associations à Amman (B. Curmi) est certainement un des traits les plus significatifs de ces dernières années. Mais on ne saurait les réduire à la seule résultante d’un mouvement impulsé par le haut. On incluera, en effet, dans ce cercle, les associations professionnelles ou religieuses, syndicales, partisanes ou culturelles (H. Hourani), comme autant de lieux de socialisation, de mobilisation et d’organisation dans la diversification grandissante des activités urbaines. Quelques hauts lieux sont ainsi devenus partie intégrante du paysage urbain comme autant de supports de mobilisation sociale : fondations, maison des syndicats, mosquées, etc., qu’il serait important d’interroger non seulement dans leur fonction déclarée, mais aussi dans leur mode de fonctionnement et de représentation et donc dans leur mode de production d’un public. Sur quelle base recrutent-ils et en quoi contribuent-ils à produire de nouvelles élites ?

52On retiendra un quatrième cercle de représentation en ville dans ces lieux de sociabilité qui foisonnent à Amman sous forme de diwân-s familiaux, de madâfa-s (maisons des hôtes) tribales, de cercles communautaires (rawâbit) où s’organisent en hiérarchies plus localisées les fréquentations du quotidien, les voisinages, et qui mobilisent les liens du sang comme les appartenances ou les origines communes. Survivances d’un passé plus convivial ? Refuge pour l’étranger ou l’immigré récent dans la ville ? Prolongement de traditions rurales, bédouines ou villageoises, reproduites en ville pour la reproduction d’une identité locale au niveau du quartier ? Si les quartiers de Amman frappent ainsi par la diversité et la persistance de modes, de vêtements, de signes d’appartenance, des manières de faire ou de parler, qui s’exposent en public et s’y reconnaissent, ils trouvent sans doute en ces lieux la source principale de leur reproduction conformiste.

53Il faudrait ajouter à ce découpage très exploratoire et trop grossièrement illustré, le cercle des rencontres le plus large, le plus ouvert et par lequel on aborde généralement la ville d’emblée : la rue et les espaces publics produits par l’urbanisation (O. Amireh). Lieux par excellence de l’étranger, nous dit l’anthropologie urbaine, espaces de la confrontation maîtrisée des différences, la rue et les espaces publics sont aussi les lieux privilégiés de diffusion des modes et modèles adoptés par les citadins comme expression des individualités. Amman paraît en accepter difficilement les règles. Peu d’espace est laissé à l’aventure. Dans ces cercles publics les plus larges, l’anonymat trouve difficilement sa place. L’étranger n’y évolue pas sans la médiation d’une appartenance explicitée ou celle d’une hospitalité de contrôle que n’en soutient pas moins qu’ailleurs la chaleur de l’accueil.

54On se souviendra pour l’anecdote de ce jour de fête qui marqua le retour du Roi après une longue absence due à la maladie. « La » rue de Amman explosa de calicots exprimant la bienvenue. Des tentes furent dressées dans tous les terrains en friche qui sont nombreux dans la ville. A l’enseigne de cette célébration, se lisait la géographie sociale de Amman. Chacun déclinait son identité en public en autant de calligraphies bariolées signant les appartenances dans une publicité qui gommait la société anonyme des espaces publics. La ville s’y trouva réunie mais comme pour mieux y revendiquer ses différences. Retour au premier cercle ?

55Dans la Amman populaire ou bourgeoise, musulmane ou chrétienne, palestinienne ou circassienne, tribale ou villageoise, industrieuse ou mercantile, ce qui ne laisse pas de nous interroger sur les dimensions urbaines de la ville pourrait se résumer à la question de l’existence et des dimensions de ses espaces publics. Ceux-là mêmes où la logique des cercles comme culture dominante s’ouvrirait à une culture citadine mais déclinée au pluriel, témoignant de la capacité des citadins à exprimer leurs « compétences » à concilier leurs appartenances dans une urbanité partagée. L’identification de ces expressions proprement urbaines supposerait un retour au centre des cercles pour y chercher dans la pratique des citadins et les modalités de leurs interactions, la nature des médiations par lesquelles ils construisent leur coexistence. La multiplication même de ces cercles, des plus institutionnalisés aux plus informels, témoigne-t-elle de lieux de formation de notabilités et de cultures concurrentes ? S’agit-il de relais à l’intégration, voulue par l’État, de la société urbaine, neutralisant l’émergence de pouvoirs urbains rivaux du sien ?

56La définition d’un ordre urbain à Amman paraît aujourd’hui se poser à l’intersection de ces questions. Après que la ville se soit construite sur l’alliance des marchands avec le pouvoir (A. Amawi), puis sur la neutralisation violente du contre-pouvoir palestinien au début des années 1970, l’ouverture démocratique qui accompagne le mouvement de libéralisation politique en Jordanie a depuis quelques années favorisé la multiplication de lieux d’expression d’une culture citadine aux multiples facettes réunies par leur commune revendication à la représentation. On sait que l’islam y a trouvé une occasion de mobilisation privilégiée. Ce n’est pas ce fait plutôt que ses modalités d’expression qu’il faudra interroger pour en comprendre les incidences urbaines. Car la société urbaine (comme du fait d’autres appartenances communautaires) peut y exprimer ses résistances à l’intégration, et donc son refus de la ville, en reproduisant la logique d’une mosaïque de groupes ainsi flattés et réfugiés dans leurs particularismes. Où se forment à Amman, et comment, les médiations entre ces appartenances ailleurs que dans l’ordre instauré par le pouvoir central lui-même, celui de l’ordre divin ou celui des solidarités primordiales ? L’absence de réponse claire à cette question aujourd’hui explique, sans doute en grande partie, l’histoire rebelle de Amman.

57Le colloque « Amman, ville et société » a, un temps, donné réalité à Amman en témoignant de la possibilité d’une représentation critique de la ville. Témoignage fragile parce qu’éclaté et très disparate. Réalité éphémère que la médiation de sa publication tempérera à peine. Beaucoup d’obstacles demeurent à l’écriture d’une histoire urbaine et aussi aux conditions de sa possibilité. Des archives existent, la recherche universitaire hésite, des traces de la ville s’accumulent tant bien que mal, entre autres dans une administration dont la culture est peu encline à un travail sur le temps, trop absorbée par celui d’une maîtrise de l’espace au présent. La jeunesse de la ville et la précarité de ses espaces en constants bouleversements, sont les deux ennemis d’une mémoire de Amman. Ainsi, les lieux destinés à contenir les discours de la ville, c’est-à-dire à les contrôler mais aussi à les comprendre, restent improbables et comme insaisissables. La tradition orale sera-t-elle le seul recours avant que la communication de masse et ses développements sophistiqués ne plongent Amman dans les espaces indistincts de la « globalisation » ?

58Comme pour conjurer cette difficulté et compenser le déficit de sens qu’elle induit au présent, Amman se représente un passé prestigieux, écrit avec la pierre des anciens et le met en représentation au centre-ville. La citadelle et le théâtre romain sont le témoignage incontestable de l’Histoire qui devient celle de la ville, restaurée et entretenue par les discours savants, et bientôt promue par la reconstruction d’un musée national, média moderne par excellence. S’il n’y a pas encore accord sur sa localisation exacte (le débat est vif à ce propos), il y a certainement unanimité sur sa nécessité qu’une industrie touristique en plein essor achèvera de légitimer. Voilà un lieu qui permet de rattraper le temps, en niant celui de la ville. Ne serait-ce plus que le marché seul qui donnerait réalité à la ville, médiatisant seul sa représentation d’elle-même ?

59On serait ainsi en droit de s’interroger sur la validité même de la ville comme objet d’étude spécifique quand, à son temps qui lui échappe, se combine l’évanescence des lieux qui la composent et interdisent d’en qualifier les espaces. Les moments-clé qui ont marqué l’histoire de la Amman moderne en appellent chacun à un autre monde, extérieur à la ville. Les commerces s’articulent aux échanges lointains plus qu’à la production locale ; les camps vivent largement au rythme d’une autre terre ; les mosquées assignent au lieu la valeur d’un ailleurs. Et il n’est jusqu’aux maisons qui ne servent de refuge à l’illusion de l’actuel.

60Et pourtant, tout cela fait Amman. L’écriture de la ville n’aurait alors d’autre recours que l’histoire d’expériences individuelles. Itinéraires confrontés à l’épreuve d’un temps introuvable et d’un espace insaisissable ? A. R. Mounif relève le défi en racontant sa ville, comble du paradoxe, à travers le cours de la rivière, témoin de sa fluidité même. Mais il ne peut le faire qu’après l’avoir quittée. Sur l’eau toujours en mouvement, il construit les ponts d’une mémoire qui en relie les espaces éclatés. Prolongeant l’évocation, Luc Barbulesco soulignait au premier jour du colloque cette nécessaire dimension littéraire de la ville pour qu’elle échappe à la seule logique du trafic. Amman en quête d’auteurs ? Si sa réalité est le fruit de sa représentation, ce livre veut témoigner de ce que Amman, toute occupée qu’elle fut à se mêler aux trafics d’une histoire qui lui échappait, y a pris progressivement sa place et a commencé à s’occuper d’elle-même.

Notes

1 Voir à la fin de l’ouvrage la bibliographie consultée.

2 Voir dans la bibliographie l’étude d’Alfredo Cavalière qui avait participé aux séminaires du CERMOC sur Amman.

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter

Volume papier

amazon.fr