Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Amman

 | 
Jean Hannoyer
, 
Seteney Shami

Préface

Jean Hannoyer et Seteney Shami

Texte intégral

1La convergence de deux projets a donné naissance au programme d’étude dont les premiers résultats sont présentés dans cet ouvrage. Celui de Seteney Shami, d’une part, soucieuse de prolonger les travaux qu’elle avait engagés sur la ville plusieurs années auparavant ; celui du CERMOC, d’autre part, qui venait, depuis peu, d’ouvrir un centre à Amman et qui entendait s’intéresser à la ville qui l’accueillait. Il apparaissait que la ville était peu connue du monde de la recherche et qu’il était important de lui donner sa place sur la carte des études académiques alors même que son rôle dans l’actualité régionale ne faisait que croître. Autant de raisons pour tenter d’en déchiffrer l’histoire méconnue.

2Pendant près de deux ans, une série régulière de séminaires, accompagnée de conférences publiques, a été tenue au CERMOC, organisée par S. Shami. Dans le même temps, le Centre encourageait les chercheurs à entreprendre des travaux de recherche originaux dans la ville. Progressivement enfin, nous avons retrouvé des chercheurs qui avaient travaillé sur Amman ou continuaient de le faire.

3Le premier objectif du colloque (juin 1993) qui est venu conclure nos réunions et dont nous publions les actes aujourd’hui, était de rassembler un grand nombre de ceux qui avaient pris Amman comme objet d’étude, particulièrement dans le domaine des sciences sociales. Une des particularités de cette rencontre est bien d’ailleurs de réunir aussi bien des chercheurs confirmés que de plus jeunes dont c’était la première recherche urbaine de terrain.

4Cet ouvrage est un reflet assez fidèle des séances du colloque en dépit de quelques modifications mineures inévitables.

5La première partie présente des approches novatrices de l’histoire de Amman. Elle souligne la nécessité de reconsidérer les idées acquises sur la naissance de la ville, les transformations de sa société et sa relation au nouvel Etat dont elle allait devenir la capitale.

6Les parties II et III offrent une lecture des éléments contextuels essentiels à la compréhension de la ville d’aujourd’hui, ses dimensions spatiales et ses structures démographiques, abordées dans une approche critique des sources disponibles. Alors que la ville et ses habitants sont à la lutte pour concilier leurs besoins respectifs, les transformations très rapides du milieu urbain défient toutes conclusions ou généralisations hâtives.

7La quatrième partie présente des études ethnologiques qui portent sur les pratiques du quotidien, les discours, les représentations et les relations qui organisent la vie de certains habitants de Amman. Proximité spatiale, relations communautaires, identité urbaine s’articulent et se combinent en figures complexes de la vie urbaine.

8Les cinquième et sixième parties associent les niveaux micro- et macro-sociologiques dans l’étude des mécanismes politico-économiques qui structurent l’organisation de l’espace et la distribution des ressources dans la ville. Ils soulignent certains effets, volontaires ou non, des politiques urbaines à Amman. Les facteurs internes et externes comme les pratiques administratives et institutionnelles y révèlent la négociation continue dont font l’objet l’accès à l’espace, aux terrains et au logement.

9En dépit de la richesse des données présentées dans ces textes, il reste de nombreux domaines qui n’ont pu être abordés. Le manque de chercheurs ou celui des données de base peut expliquer cela. Mais il est une lacune plus grave qui concerne les études sur les liens entre Amman et les autres villes de la région ou, plus généralement, sur les approches comparatives entre la première et les secondes.

10Convenant de l’importance de ce fait, les commentaires d’un discutant ont été ajoutés aux différentes parties, non pas pour présenter un résumé ou une critique des textes en eux-mêmes, mais afin de situer Amman dans son contexte régional.

11Nous souhaitons que cette rencontre à propos de Amman soit un début pour d’autres initiatives de réflexion sur la ville. Il s’agit d’abord de susciter de nouvelles recherches qui contribueront lentement à combler les lacunes de notre connaissance sur Amman. Notre souhait s’adresse particulièrement aux universités jordaniennes et aux jeunes générations qui s’y forment à la recherche. Il s’agit aussi d’encourager les générations plus âgées à faire revivre souvenirs, documents, expériences qui, sinon, resteraient inaccessibles. C’est d’ailleurs un grand plaisir, au moment de publier ce livre, que d’annoncer la récente parution de l’ouvrage de Abd el-Rahman Mounif sur Amman, et de penser que notre modeste projet n’est peut-être pas totalement étranger, sinon bien sûr à son inspiration, du moins à sa réalisation à ce moment. Il s’agit, enfin, de contribuer à favoriser le dialogue et le débat public sur Amman, dans un cercle plus large que celui du milieu académique. L’organisation par le Centre de la Jordanie nouvelle, au printemps 1995, en collaboration avec la Municipalité de Amman, d’un colloque dit « n°2 », par référence à celui que nous publions, est la meilleure réponse à notre attente.

12Il nous faut remercier tous ceux qui ont rendu possible le travail que nous présentons :

  • les autorités jordaniennes pour leur accueil aux activités du CERMOC à Amman dans le cadre des accords franco-jordaniens de coopération scientifique et culturelle.

  • l’Université de Jordanie et son Département d’architecture, coorganisateur des trois journées de cette rencontre et qui nous a offert ses espaces et ses services avec une grande générosité,

  • la Municipalité du Grand Amman qui a témoigné des meilleures dispositions pour aider les chercheurs dans leurs travaux,

  • l’ESCWA qui a apporté son aide à l’invitation de certains participants au colloque et s’est jointe à nos débats,

  • les Services culturels de l’Ambassade de France à Amman pour leur soutien dans la préparation du colloque,

  • l’ensemble des participants, interprètes, conférenciers, discutants et présidents de séance pour leur contribution. Citons, dans l’ordre de leurs interventions, Rocks Ben Zayd al-’Uzayzî, Kamal Jalouka, Ja’far Touqân, Riyad Tappouni, Hichâm Zâgha, Thurayya Ubayd, S.E. Abdel Raouf al-Rawabdé pour la présidence des séances, et Luc Barbulesco, Adnan al-Bakhit, Jean-Luc Arnaud, Huda Zurayk, Michael Gilsenan, Nabil Beyhum et Jean-Charles Depaule pour leur rôle de discutants, sans oublier l’accueil chaleureux de M. J. Bisharat à l’issue de nos journées de travail,

  • toutes celles et tous ceux qui se sont associés, jour après jour, à la préparation de ce premier colloque international sur Amman et à l’édition de ses actes, B. Mermoud pour le secrétariat, A. Amawi et E. Tampier pour la relecture des textes, Aïda Ben Saad Maraqa pour la saisie, Anne Louis et Gaby Melki pour la mise en forme.

13Au nom de tous, nous remercions les habitants de Amman dont l’hospitalité généreuse, en faveur de ceux qui sont venus les interroger, ne s’est jamais démentie en dépit de circonstances parfois difficiles et douloureuses.

Amman, 1995

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter

Volume papier

amazon.fr