Version classiqueVersion mobile

Enseignement supérieur et marché du travail dans le monde arabe

 | 
Boutros Labaki

Études de cas

Le Liban

Suzanne Abdul-Reda Abourjeili

Entrées d'index

Géographique :

Liban

Texte intégral

1Interpellée par les difficultés croissantes d’insertion professionnelle des diplômés sur le marché de l’emploi, et par les échecs sociaux en termes d’ajustement du lien formation-emploi, la recherche sociologique s’attelle à diagnostiquer, interpréter et proposer des remédiations d’ordre sociopolitique et économique. Toutefois, elle demeure encore assez peu prospère dans les conjonctures socioculturelles des pays arabes, particulièrement au niveau de l’analyse des interactions enseignement supérieur-marché de l’emploi. Cette carence pourrait être en partie justifiée par le manque d’observatoires permanents des fluctuations socioéconomiques et la valorisation insuffisante des études, de leurs acteurs et de leurs résultats. C’est justement dans une perspective de partage du savoir scientifique généré sur ce sujet que cet article s’inscrit, et qu’il tente d’établir une approche descriptive et analytique de la question dans le contexte libanais.

Évolution des structures de l’enseignement supérieur depuis l’indépendance

2Au Liban, la naissance de l’Université remonte à la fin du XIXème siècle, avec la fondation de l’Université Américaine de Beyrouth (1866) par les Missionnaires protestants, puis de l’Université Saint-Joseph (1875) par les Pères jésuites. Ce n’est qu’en 1951 que l’université publique voit le jour, suivie par plusieurs autres universités. A la suite d’un décret publié en 1996, 23 universités et collèges universitaires viennent s’ajouter aux 15 universités et instituts existant jusque-là. Voyons de plus près les indicateurs et les interprétations de cette évolution.

Évolution quantitative

3Les effectifs d’étudiants des différentes universités ont été affectés, aux différentes phases de l’histoire du Liban, par les données politiques et économiques du contexte. Nous allons nous intéresser particulièrement à l’évolution, depuis l’indépendance (en 1943), qui a ouvert la voie à une massification de l’enseignement supérieur, jusqu’en 2003-2004 (dernières statistiques en date à l’heure de la rédaction de cet article).

4L’évolution importante des effectifs de l’Université libanaise est due d’une part à l’expansion horizontale de cette dernière (ouverture de branches régionales), ainsi qu’à son expansion verticale (ouverture de nouvelles Facultés). Quant aux universités privées, leurs effectifs augmentent selon une cadence plus lente, étant donné qu’elles s’autofinancent. Seule l’Université arabe de Beyrouth a témoigné d’une chute importante de ses effectifs (de 25 000 en 1973 à 9330 en 2003-2004), due à la régression des effectifs des étudiants arabes qui constituaient près de 90% de ses effectifs. Toutefois, une augmentation claire est récemment notée dans la catégorie « autres universités » en raison de l’accroissement massif du nombre de nouvelles universités à partir de 1996 (22 institutions). Cette croissance globale est certes révélatrice d’un progrès au niveau de la démocratisation de l’enseignement supérieur, mais ne va pas nécessairement de pair avec une équité qualitative interne, ni avec une efficacité externe plus confirmée. C’est ce que la suite de ce travail  s’efforcera de démontrer.

Structuration de la carte universitaire

  • 1  El-Amine, A., 2006.

5Après la période d’implantation des deux premières universités, et de trois autres institutions à cachet universitaire (1866-1950), Mounir Bachour (El-Amine et alii, 1997) distingue deux autres périodes de structuration de l’enseignement supérieur : 1950-1975 et 1975-1995 1, à laquelle nous ajouterons la période contemporaine, à partir de 1996.

6En 1951, l’École Normale Supérieure est créée et constitue l’embryon de l’université libanaise. S’ensuivit la création successive de plusieurs facultés, puis la mise en place de la loi d’organisation de l’enseignement supérieur en 1961, qui a consacré la liberté de l’enseignement supérieur privé, en réservant toutefois quelques privilèges à l’université libanaise. En fait, l’histoire de l’université libanaise a toujours été rythmée par les pressions populaires et étudiantes, qui n’ont néanmoins pas encore réussi à garantir les conditions pédagogiques et matérielles optimales. La loi de titularisation (1970) a permis un début de professionnalisation de cette institution, brutalement interrompue avec l’avènement de la guerre en 1975. Celle-ci a profondément affecté le fonctionnement de l’université à tous les niveaux. Elle a néanmoins été « bénéfique » au niveau de la régionalisation des branches, dont le nombre a atteint 47 en 1996, et qui s’est récemment contractée avec la réouverture du Campus central dans la banlieue de Beyrouth. Aujourd’hui, les ingérences politiques bloquent considérablement la promotion qualitative de l’université, et aucune solution ne semble se dessiner dans futur proche. En parallèle, le nombre d’étudiants ne cesse d’augmenter d’année en année…

Tableau n°1 : Répartition des étudiants dans l’enseignement supérieur selon le sexe

1953/1954

1972/1973

1982/1983

1992/1993

2004/2005

Hommes

Femmes

Total

%

Hommes

Femmes

Total

%

Hommes

Femmes

Total

%

Hommes

Femmes

Total

%

Hommes

Femmes

Total

%

UL

74

26

266

74

26

1402

27.6

52.7

47.3

27147

37.2

49.8

50.2

39926

45

36.11

63.89

70065

49.5

AUB

-

-

1892

-

-

4281

8.4

59

41

4955

6.8

56.3

43.7

5171

5.8

51.87

48.13

7089

5

USJ

-

-

-

-

-

3639

7.2

48.1

51.9

5171

7.1

40.9

59.1

5456

6.2

36.48

63.16

9377

6.6

USEK

76.6

23.4

-

76.6

23.4

372

0.7

55.9

44.1

2821

3.9

50.1

49.9

2241

2.5

53.14

46.86

6296

4.5

UAB

82.4

17.6

-

82.4

17.6

25132

49.5

77.7

22.9

28992

39.7

67.7

33.3

27927

31.5

57.48

42.52

9330

6.6

ALBA

59.6

40.4

-

59.6

40.4

255

0.5

43.5

56.5

545

0.7

41.1

58.9

939

1.1

59.19

40.81

2710

1.9

NDU

-

-

-

-

-

-

-

68.9

31.1

344

0.5

61.1

38.9

1459

1.6

63.68

36.32

4584

3.2

LAU

10.1

89.9

-

10.1

89.9

985

1.9

47.7

52.3

1845

2.5

52.9

47.1

3441

3.9

56.37

43.63

4476

3.2

Ouzaï

-

-

-

-

-

-

-

86.7

13.3

135

0.2

75.6

24.4

977

1.1

56.85

43.15

2401

1.69

Sagesse

88.9

11.1

-

88.9

11.1

235

0.5

44.9

55.1

216

0.3

51.9

48.1

549

0.6

59.70

40.30

1650

1.16

Autres

-

-

-

-

-

1902

3.7

69.4

30.6

881

1.2

72.5

27.5

603

0.7

63.24

36.76

23501

16.6

Total

-

-

-

-

-

50803

100

62.7

32.3

73052

100

56

44

88689

100

65368

76111

141479

100

Source : Centre de Recherche et de Développement Pédagogiques, Bilan statistique 2004-2005, Beyrouth, 2005. Adnan El-Amine et alii, L’enseignement supérieur au Liban, Beyrouth, 1997.

7Pour ce qui est de l’Université américaine et de l’Université Saint-Joseph, elles ont progressivement consolidé leur identité locale à travers une autonomie organisationnelle, une laïcisation institutionnelle, une ouverture progressive aux différentes confessions et, plus particulièrement pour l’USJ, une expansion régionale à partir de 1977. Ce nouvel élan a assoupli le fonctionnement de ces deux universités et leur a insufflé une adaptabilité aux évolutions conjoncturelles, soient-elles sociopolitiques ou économiques.

8Le troisième constituant de taille de la carte universitaire au Liban, est un ensemble de 7 universités et instituts universitaires fondés dans les années 1960, dont deux sont à cachet catholique (USEK – Université du Saint-Esprit - francophone, NDU, anglophone), une à cachet musulman (Ouzaï), une à cachet arabe égyptien (UAB), et deux à cachet laïque (LAU et ALBA). Une huitième université à cachet orthodoxe (Université de Balamand) est venue s’y ajouter en 1988. Ce groupe d’universités a acquis une place respectable dans la mosaïque universitaire, et s’est caractérisé par un recrutement assez sectoriel, d’ordre confessionnel et régional, qui tend aujourd’hui à s’atténuer. Quant à la qualité interne et externe de la formation, elle demeure un souci plus ou moins marqué en fonction des politiques et des capacités de chaque institution.

9Quant au quatrième ensemble, il regroupe 22 nouvelles universités dont certaines sont véritablement nouvelles et d’autres correspondent à des transformations de collèges ou d’instituts en universités. Elles se distinguent des précédentes par leur caractère plutôt laïque et anglophone. Étant donné la souplesse de leurs horaires et la modération de leurs frais de scolarité, elles ont contribué à faciliter l’accès de nouveaux publics (jeunes provenant du secteur informel, adultes en exercice, jeunes d’origine sociale modeste, etc.) à l’enseignement supérieur. En l’absence de politique nationale de l’enseignement supérieur, chaque institution adopte des mesures propres pour organiser leur cadre pédagogique et interagir avec le marché de l’emploi.

Rendement externe de l’enseignement supérieur

Indicateurs de performance

Taux de femmes

10En 2004-2005, les femmes représentent 53,7% de l’ensemble des étudiants universitaires, ce qui est indicateur important de l’évolution de la demande d’éducation et de l’égalité des chances d’accès à l’université en fonction du sexe. Quant aux diplômées en 2003-2004, leur taux est proportionnel au nombre d’inscrites, et a atteint 55,2% de l’ensemble. Pour ce qui est du taux des femmes dans le corps administratif, il est de 52,1%, ce qui semble assez « honorable ». Reste à étudier l’équité au niveau des postes qui leur sont impartis, mais les données manquent à ce niveau. Pour ce qui est des femmes enseignantes, le taux chute clairement pour avoisiner les 32%, indicateur d’une répartition inégale entre les différentes filières universitaires, plus ou moins féminisées.

Taux de passage d’une année à l’autre

11Les dernières statistiques du taux de passage datent de 1995. Elles révèlent une rétention et une performance faibles du système universitaire, en raison des places limitées (particulièrement à l’université libanaise) et de la sélection pratiquée dans certaines universités privées. Ces statistiques dénotent par ailleurs des failles pédagogiques, sans doute parfois délibérées, au niveau de l’accompagnement et du suivi personnalisé des étudiants en difficulté. Dès lors, une partie de ces derniers préfèrent s’auto-exclure en cours de route.

Inscrits en première année

Inscrits en deuxième année

Inscrits en troisième année

Inscrits en quatrième année

1990-1991

23606

100%

1991-1992

45.3%

1992-1993

31.6%

25.7%

1993-1994

40%

22.2%

19%

1994-1995

27.8%

16%

Source: Adnan El-Amine et alii, L’enseignement supérieur au Liban, ALSE, 2005.

Distribution des étudiants de l’Université libanaise selon les régions

12En l’absence de données sur la distribution régionale des étudiants de toutes les universités, nous nous limitons à celle des étudiants de l’Université libanaise, implantée dans les différentes régions du pays. En 2004-2005, les étudiants des branches installées dans les banlieues de Beyrouth (Mont-Liban) représentent 56% de l’ensemble des étudiants de l’UL, signe de la concentration étudiante dans le centre. Les branches du Nord regroupent 17,2% de l’ensemble, celles du Sud 16,8%, et celles de la Békaa 9,6%. L’Université Libanaise est donc en train de contribuer à un certain développement régional, notamment pour les catégories sociales en difficulté économique.

Taux d’étudiants étrangers

13En 2004-2005, les étudiants étrangers étaient au nombre de 12 860 étudiants, soit 9% de l’ensemble des étudiants, ce qui constitue une chute importante par rapport à l’année 1992-1993 où ils représentaient 29,5% de l’ensemble. Cette régression est principalement due à la diminution des effectifs d’étudiants syriens de l’UAB, en particulier suite au retrait syrien du Liban en 2005.

Indicateurs d’efficacité externe

Durée moyenne de recherche d’emploi par les diplômés (selon différentes variables)

14En 2001, 43,5% des diplômés universitaires au chômage trouvaient un premier emploi au bout d’un an en moyenne. Cette moyenne semble assez modérée par rapport à la situation mondiale, d’autant que les universitaires sont les moins exposés au chômage par rapport aux autres catégories de la population active. Ceci dénote la valeur socioéconomique persistante du diplôme au Liban, même en voie de déstabilisation sous l’effet des mutations économiques.

15Par ailleurs, le diplôme semble avoir un impact plus important sur le devenir professionnel des femmes que sur celui des hommes. En effet, 38,2% du travail féminin en 2001 faisait appel à une formation universitaire, contre 16,2% pour les hommes. Si les emplois les plus qualifiés sont plutôt le privilège des hommes, les moins qualifiés semblent aussi relever de cette catégorie sociale. L’adéquation diplôme-métier serait-elle conjuguée au féminin ?

Taux d’émigration des jeunes

  • 2  Kasparian, C., 2006.

16L’étude sur « L’entrée des jeunes dans la vie active et l’émigration » 2 montre que 32,9% des diplômés universitaires enquêtés déclarent leur intention de quitter le pays : 9,7% pour une durée déterminée, 14,7% pour émigrer, 5% le souhaitent mais ne comptent pas le faire pour le moment et 3,5% le souhaitent mais n’ont pas les moyens de le faire pour le moment. La première raison invoquée est le chômage et la seconde les études. En tout cas, l’intention de départ est la moins élevée dans cette tranche diplômée de la population, et elle s’accroit chez les jeunes non ou peu qualifiés. Ceci n’en réduit pas moins la gravité de l’émigration en termes de fuite des cerveaux et de régression économique.

Contribution de l’université à la recherche d’emploi

17Certaines universités privées récentes procèdent à l’ouverture d’un bureau d’emploi pour leurs diplômés, afin de leur assurer des relais avec le marché de l’emploi. Des universités plus anciennes sont visitées par des employeurs qui recrutent sur place. Quelques universités organisent des expositions des productions de leurs étudiants à destination des employeurs. D’autres recommandent leurs étudiants auprès de leurs réseaux de partenaires. Cette contribution des universités fonctionne encore de manière plutôt informelle que formelle.

Situations professionnelles et niveau de satisfaction des diplômés

  • 3  Abdul-Reda Abourjeili, S., 2003.

18En 1998, une enquête auprès des diplômés 3 révèle une divergence nette dans la qualité des situations professionnelles. En effet, les diplômés de l’AUB, les ingénieurs, les hommes, et les travailleurs à Beyrouth, enregistrent les taux les plus élevés dans les postes de direction, dans les professions libérales et chez les cadres supérieurs et indépendants, dans les catégories qui bénéficient d’allocations et qui touchent des salaires supérieurs à 500 dollars par mois. Les diplômés de la LAU, de la catégorie des « autres universités » et de l’USJ viennent respectivement dans les rangs moins élevés. Quant aux étudiants de l’UL et de l’UAB, ils jouissent de conditions professionnelles et économiques moins avantageuses.

19Pour ce qui est de la satisfaction au travail, le désir d’être promu dans le même métier et la même entreprise prédomine, tandis que le désir de changer de métier est restreint à ceux qui éprouvent une insatisfaction dans leur actuelle activité professionnelle, groupe principalement constitué de petits fonctionnaires. Pour ce qui est de l’adéquation métier/formation, il s’avère que seuls 25% des diplômés considèrent que le premier est de niveau inférieur au deuxième, particulièrement chez les diplômés de l’UAB. Quant aux propositions pour promouvoir cette adéquation, elles se focalisent sur l’intégration de formations plus pratiques, et sur la valorisation des compétences linguistiques et technologiques, sachant que les étudiants de l’USJ, de l’UL, et de l’UAB ont exprimé le plus grand nombre de plaintes.

Diplômés et profils des formations

20En 2004-2005, les diplômés représentaient 15,2% de l’ensemble des étudiants. Ce chiffre semble peu élevé et pourrait être justifié par les lacunes au niveau de l’efficacité interne du système universitaire. Par ailleurs, le nombre de diplômés a atteint 21 614 personnes réparties sur 35 universités. A elle seule, l’UL regroupait 41,5% de ces diplômés. C’est dire la diversité de ses spécialisations et l’importance de ses effectifs globaux. Ses diplômés proviennent en premier lieu de la Faculté des lettres et sciences humaines, puis de celles des sciences juridiques, administratives et politiques, et en troisième lieu de celle des sciences exactes. Quant aux taux les moins élevés, ils sont issus de la Faculté des sciences appliquées, de celle de l’Agronomie et de celle de Pharmacie. Toutefois, le taux des diplômés par rapport à l’ensemble des étudiants de l’UL n’excède pas 12,8%, ce qui rappelle encore une fois les dysfonctionnements de cette structure universitaire.  

21Le taux de diplômés par spécialisation est déterminé par plusieurs facteurs, dont l’image du métier dans la société, les modalités d’admission et de fonctionnement pédagogique, et l’expansion régionale des lieux de formation. Néanmoins, aucune politique gouvernementale n’impose de numerus clausus ou des conditions d’admission (notes aux examens officiels par exemple) par spécialisation ou par année. Si cette liberté de choix demeure un atout du système éducatif libanais, qui attire certains étudiants étrangers, elle participe de la désorientation d’une partie des jeunes au seuil de l’université : elle va de pair, en effet, avec une information insuffisante sur les filières, les universités et les besoins du marché de l’emploi d’une part, et pour certains, avec une méconnaissance de leurs capacités et qualités personnelles d’autre part. Dès lors, une partie des étudiants fait ses choix par hasard, ou par désir personnel, mais beaucoup moins en réponse aux besoins du marché.

22Quant aux formations disponibles, elles peuvent être classées en 13 groupes de spécialisation : génie (14 spécialisations), sciences de la santé (12), sciences exactes (16), sciences administratives (12), sciences de l’information (4), sciences juridiques (8), sciences humaines (7), lettres (3), traduction (1), sciences de l’éducation (20), beaux-arts (8), sciences industrielles (5), religion (3). Un petit nombre de spécialisations est spécifique à l’UL, et de même pour les universités privées. En fait, au sein de l’Université libanaise, une même formation peut se retrouver dans les cinq branches (dont deux dans les banlieues de Beyrouth). Cette situation engendre nécessairement des dépenses superflues et des investissements humains importants. Une meilleure harmonisation entre les branches de l’UL et les universités aurait justement pu empêcher le dédoublement des mêmes spécialisations, et faciliter la concentration de certaines filières dans certaines universités, sous réserve d’accès assuré à toutes les classes sociales et aux trois langues d’enseignement en usage dans le pays.

  • 4  El-Amine et alii, 2005.

23Comme il a été démontré dans l’étude sur « L’enseignement supérieur au Liban » 4, aucune coordination n’a réellement lieu entre les différentes institutions universitaires s’agissant de la conception des cursus communs de formation. Différents référentiels du diplômé et du métier pourraient ainsi être repérés pour une même spécialisation, ou peuvent parfois ne pas du tout exister. En l’absence de points d’appui pour le diplômé et le marché de l’emploi, chaque institution économique forge ses propres modalités de recrutement et d’évaluation des compétences du diplômé. Le niveau de professionnalisme est très mouvant à ce niveau, et à chacun d’user de tous ses moyens, allant de son réseau personnel au réseau familial ou communautaire à la mise en valeur de ses compétences distinctives, pour se faire une place sur le marché du travail et, de plus en plus, pour la protéger.  

Caractéristiques démographiques

Répartition des résidents selon leur rapport au travail

24Plusieurs catégories peuvent être identifiées dans la population résidente en fonction du rapport de la personne au travail :

Répartition de la population résidente selon son rapport à la force du travail

N’est pas d’âge scolaire

Travaille

Chômage déclaré

Scolarité

Retraité

Femme au foyer

Interruption volotaire d’activité

Incapable de travailler

Pas besoin de travailler

Situation non définie

Non concerné

Total

%

6.4

27.9

3.8

29.6

1.6

22.6

0.6

3.2

0.2

2.1

1.8

100

Source: Administration centrale de la Statistique (ACS) 2005.

Répartition de la population des jeunes adultes 5 selon l’âge et le genre

  • 5  Nous nous intéressons particulièrement à la population d’âge universitaire (18-25 ans), et à celle (...)

25En juin 2005, l’Administration centrale de la Statistique (ACS) a établi en  collaboration avec le Ministère des Affaires Sociales et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) des statistiques portant sur la situation démographique au Liban. Celles-ci révèlent que la population résidente du Liban est de 3 753 785 personnes dont la majorité  se situe dans la catégorie des 15-64 ans. En 2001, le taux de croissance annuel de la population est estimé à 1,3%, révélant par là une accélération assez récente du taux de natalité. Les femmes représentent 50,2% des résidents. Quant à la tranche d’âge 20-24 ans, elle  représente 9,9 % de la population globale.

26En termes de formation et d’emploi, ces données présagent de tensions futures fortes d’une part sur le système éducatif, qui devra se préparer à y répondre sur le plan de la quantité et de la qualité, et d’autre part sur le marché de travail, qui aura prochainement à gérer les coûts élevés de la retraite massive de la population vieillissante et à créer des emplois pour les sortants de plus en plus nombreux du système éducatif.

Répartition de la population des jeunes adultes selon le genre en 2005

Tranches d’âge

                 Femmes                                          Hommes                                 Total

Nombre

% par rapport à la tranche concernée

Nombre

% par rapport à la tranche concernée

Nombre

15-19

179620

48.3

192415

51.7

372035

20-24

182331

48.9

190859

51.1

373190

25-29

154694

51.9

143229

48.1

297923

30-34

141595

51.3

134493

48.7

276088

Source: Administration centrale de la Statistique (ACS) 2005.

Taille de la population des jeunes adultes par rapport à la population active

27En 2005, le taux des travailleurs est de 27,9 % de la population (les personnes actives de 20-65 ans constituent 93% de l’ensemble de cette tranche d’âge). En outre, la répartition des emplois est déséquilibrée, étant donné que les femmes représentent 20.5% de l’ensemble de la population active, contre 79.5 % d’hommes. Les taux des personnes actives dans la population des jeunes adultes se répartissent de la manière suivante par rapport à la population active générale :

Répartition des taux d’activité dans les différentes tranches d’âge de la population des jeunes adultes en 2005

Nombre

% par rapport à la tranche d’âge correspondante

% par rapport à l’ensemble de la population active

15-19

43098

11.5

4

20-24

127686

34.2

11.9

25-29

151281

50.8

14.1

30-34

152183

55.1

14.2

Structure de la population des jeunes adultes inactifs

28En 2001, le taux global de chômage a atteint 11,5%, sachant que ce chiffre est largement sous-estimé étant donné le manque de statistiques socioéconomiques. Les femmes représentaient 28,3% de l’ensemble des chômeurs, contre 71,7 % d’hommes et ce, en raison de contraintes familiales et culturelles persistantes qui poussent souvent les femmes, même les plus instruites, à ne pas rechercher d’emploi. Quant à l’inactivité dans la tranche d’âge 25-35 ans, elle a représenté 26,2 % par rapport à l’ensemble de la population inactive, ce qui reflète une crise de l’emploi chez les jeunes. Ce taux était le plus élevé à Beyrouth.

Répartition du taux d’inactivité dans la population des jeunes adultes

% par rapport à l’ensemble de la population inactive

Nombre

Age

16.9

16297

15-19

30.0

28922

20-24

16.5

15865

25-29

9.7

9336

30-34

Source: Administration centrale de la Statistique (ACS) 2005.

Répartition de la population active selon le niveau d’instruction

29En 2005, le niveau d’instruction de la population active variait sensiblement en allant de l’analphabétisme à des niveaux universitaires avancés :

Niveau d’instruction de la population active en 2005

Illettré

Alphabète

Niveau préscolaire

Niveau primaire

Niveau complémentaire

Niveau secondaire

Niveau universitaire

Enseignement professionnel

Enseignement technique secondaire

Enseignement technique supérieur

Licence technique

Pas de réponse

Total

%

4.7

4.8

0.9

29.3

22.1

12

17.9

0.7

4.4

2.3

0.6

0.2

100

Source: Administration centrale de la Statistique (ACS) 2005.

30Les universitaires connaissent l’un des taux d’activité les plus élevés, ce qui signifie que le diplôme revêt une certaine valeur socioéconomique dans la société libanaise. Toutefois, cette valeur est négativement affectée par la croissance du chômage des universitaires, qui est passée de 6,2% en 1997 à 10,8% en 2001.

Projets d’avenir des jeunes scolarisés ou universitaires

  • 6  Kasparian, C., 2006.

31En 2001, 82% des bacheliers enquêtés 6 ont déclaré qu’ils souhaitaient poursuivre leurs études, contre 47% des universitaires dans le même cas. Parmi ces derniers, 25,9% ont exprimé leur souhait d’étudier et de travailler en même temps. 10,7% de l’ensemble de ces jeunes ont affirmé vouloir quitter le pays (16,1 % de garçons et 4,6% de filles).

Conjoncture économique 7

  • 7  Rapport FEMISE 2005.

32Sorti d’une guerre civile de 15 années, le Liban a dû relever le défi de la reconstruction de son infrastructure et des services de base qui ont été complètement détruits. Il fallait également mettre en place des mesures pour stimuler la croissance économique. La présence syrienne n’a pas toujours facilité les choses : de nombreux emplois ont été occupés par des Syriens, aggravant par là aussi les distorsions en matière de revenus. La persistance sur son territoire de groupes armés et de conflits armés occasionnels avec Israël, et l’incapacité chronique des politiciens à élaborer un consensus salvateur ne simplifient pas la mise en place de mécanismes de redressement économique.

33En l’absence de ressources financières suffisantes, le gouvernement a lancé un plan de reconstruction, au début des années 1990, s’appuyant principalement sur l’endettement. Il devait assurer le processus de reconstruction tout en assurant la stabilité monétaire alors que l’inflation se montait à 120% en 1992. Ce lourd dispositif a engendré un déficit budgétaire que le gouvernement a encore beaucoup de mal à traiter.

34Dès lors, les réformes structurelles entreprises depuis la fin de la guerre ne parviennent pas réellement à fonder une économie solide. En effet, le secteur économique, principalement basé sur le tourisme aux dépens de l’industrie, respecte peu les standards internationaux et affiche une fragilité alarmante face à la globalisation. L’assassinant du premier ministre Rafik Hariri a encore plus contribué à affliger l’économie, et en l’occurrence le tourisme, son secteur le plus florissant, avec une chute de 10,9% en moins d’une année.

35Ces développements macro-économiques ont eu des implications graves sur le marché du travail libanais, surtout dans un contexte de ralentissement des investissements. Les politiques gouvernementales dans l’ère d’après-guerre se sont concentrées principalement sur la croissance économique sans prêter véritablement attention au marché du travail. Ce dernier a souffert de distorsions fortes en termes de quantité et de prix dans un pays où la demande est contrainte par une capacité d’absorption limitée.

36Du côté de l’offre, beaucoup de facteurs ont pesé sur le marché du travail, notamment le changement de la répartition par âge de la population active, associé à une amélioration du niveau de l’éducation. Ceci a conduit à une augmentation substantielle de la force de travail qui n’a pas été absorbée par la demande domestique. La conséquence en a été des taux de chômage élevés et une émigration forte. Avec une population active croissante, des politiques d’emploi insuffisantes, un chômage grandissant, un revenu des ménages en baisse, et une émigration soutenue de la main d’œuvre libanaise qualifiée, tous mis en exergue suite à l’assassinat de Hariri, les conditions de vie au Liban se sont fortement dégradées.

37Le taux d’activité de la population libanaise est extrêmement bas, l’un des plus bas du bassin méditerranéen. Ceci est à attribuer à de nombreux facteurs, dont l’économie en reconstruction, la participation relativement faible des femmes dans les activités économiques et le poids considérable de l’économie informelle.

38En 2000, une estimation du volume de l’offre et de la demande révèle que 24 575 nouveaux emplois sont créés chaque année, contre 48 000 nouvelles demandes d’emploi, ce qui signifie que la demande des employeurs en main d’œuvre couvrait à peine 50% de l’offre.

39À y regarder de plus près, le secteur le moins créateur d’emplois est le secteur industriel, spécialement l’industrie textile, celle du prêt-à-porter et la maroquinerie. En parallèle, la construction, l’industrie joaillière et l’agro-alimentaire prospèrent. Des besoins en main d’œuvre moyennement et hautement qualifiée sont repérés dans ces domaines.

40En second lieu, les secteurs de l’éducation (surtout celui de l’enseignement), des banques et des assurances, de l’information et de la publicité sont assez stables et continueront à l’être dans les cinq années à venir. Les besoins en main d’œuvre seront assez modérés dans ces domaines.

41En troisième lieu, les différents secteurs de l’hôtellerie, des soins infirmiers et de la vente dépassent largement le secteur industriel. Des besoins s’affichent dans les emplois de secrétariat, de gestion hôtelière et des soins infirmiers.

42Des disparités régionales claires sont relevées au niveau de la répartition de l’activité économique, avec une concentration des activités industrielles dans les banlieues de Beyrouth, et des activités agricoles dans la Békaa.

Emploi par secteur en 2001 (en %)

Secteurs

2001

Agriculture

6,7

Industrie

14,1

Construction

9,4

Services

35,2

Transport

6,9

Administration

8,4

Enseignement

10

Santé

4

Autres

5,2

Total

100

Source: Université Saint-Joseph, L’entrée des jeunes dans la vie active et l’émigration, 2005.

43Entre 1970 et 2001, le taux des emplois nécessitant une main d’œuvre qualifiée universitaire est passé de 4, 3% à 21,1%. Dans l’ensemble, l’émigration contribue à accentuer la demande quant à certaines spécialisations et qualifications: les cadres supérieurs et les hommes de sciences (diplômés de l’enseignement universitaire), la main-d’œuvre qualifiée dans certains métiers techniques et manuels (diplômés de l’enseignement technique) et les travailleurs peu qualifiés. Ces derniers sont souvent recrutés parmi les travailleurs étrangers (Asie du sud-est, Syrie, Égypte).

44En l’absence de ressources naturelles, le Liban continue donc à compter sur son capital humain en tant que l’un des enjeux économiques de taille. Ainsi, le niveau des dépenses sur l’éducation a atteint en 2001 12% du PIB, soit l’un des taux les plus élevés du monde, comparable à celui des pays développés. La question qui se pose à ce niveau reste de savoir dans quelle mesure ces investissements sont efficients et contribuent à l’amélioration du niveau de vie personnelle du jeune Libanais. C’est qui sera étudié dans les sections suivantes.

Les études sur les trajectoires d’insertion des diplômés de l’enseignement supérieur

Études macro-économiques, macro-sociologiques et études empiriques

45Il est à constater que les études sur l’enseignement supérieur au Liban, y compris celles traitant de ses liens avec le marché de l’emploi sont peu nombreuses. En fait, elles sont en général menées par des instances privées telles que des ONG comme l’ALSE (Association libanaise des Sciences de l’éducation) qui compte à son actif, depuis 1997, cinq publications portant sur des thématiques variées en rapport avec l’enseignement universitaire. L’un de ces ouvrages, L’enseignement supérieur et le marché d’emploi au Liban, consiste en une enquête nationale auprès d’une cohorte de diplômés, cinq ans après leur obtention de diplôme. Elle analyse leurs situations professionnelles en fonction de plusieurs variables. Elle déduit une forte corrélation entre l’origine socio-économique, le choix de l’université et la qualité des conditions professionnelles. D’autres facteurs discriminants tels que le genre et la spécialisation jouent en défaveur des femmes. Ce déterminisme est d’autant plus prégnant que l’État tarde à instituer une politique structurante de l’enseignement supérieur assurant plus d’équité à l’entrée et à la sortie de l’université. Étant donné son ampleur et sa contribution confirmée à l’avancement du savoir scientifique dans ce domaine, cette recherche figure parmi les références de base de cet article.

46Une autre étude réalisée en 1997 par l’ALSE, L’enseignement supérieur au Liban, débouche, à travers une analyse des programmes et des analyses statistiques, sur certaines conclusions en rapport avec la pluralité incontrôlée des modalités et des contenus de la formation initiale, qui induit de nettes divergences quant à la qualité des situations professionnelles des diplômés. D’autre part, elle démontre que la disparité dans la distribution des étudiants selon le sexe et la spécialisation risque d’engendrer un déséquilibre dangereux entre le volume de l’offre et celui de la demande.

47La troisième étude de l’ALSE, Les attitudes des étudiants universitaires au Liban- L’héritage des clivages, s’est intéressée aux attitudes des étudiants des première et troisième années de différentes universités, vis-à-vis de sujets divers, dont leur perception de l’adéquation de leur formation au marché d’emploi, et des chances professionnelles éventuelles. Ces attitudes ont sensiblement varié en fonction de la spécialisation, de l’université et de la région. Ainsi, elles ont été plus positives chez les étudiants en sciences médicales, en pharmacie et en éducation, dans les universités les plus anciennes, et dans les régions du centre.

48En ce qui concerne l’étude portant sur L’université libanaise et sa réforme, une analyse des réalités pédagogiques et scientifiques de l’université libanaise autorise les chercheurs à corréler les lacunes de la formation à des failles au niveau des compétences des diplômés.

49Une autre instance de recherche, le secteur universitaire, et en l’occurrence l’Université Saint-Joseph, a aussi publié en 2001 une étude en rapport avec notre sujet : L’entrée des jeunes Libanais dans la vie active et l’émigration. Cette enquête a été menée auprès d’un échantillon représentatif de ménages libanais, et a donné lieu à une multitude de tableaux statistiques en rapport avec la formation et l’emploi des jeunes de 18-35 ans, croisés avec différentes variables. Nous y avons recours à plusieurs reprises dans cet article.

50En outre, le secteur public, en l’occurrence l’Office National de l’emploi, en coordination avec le PNUD, l’OIE et l’ESCWA, a commandité une étude sur « L’enseignement supérieur et le marché d’emploi », achevée en 2000. Elle a porté sur trois axes principaux : la délimitation de la crise formation-emploi, l’analyse des causes de cette crise et la proposition d’une stratégie globale pour sa remédiation. Elle a eu recours à une enquête auprès d’universités, de syndicats et d’employeurs.

51Elle a abouti à certaines conclusions dont les principales sont : l’adéquation de la nature des spécialisations universitaires aux besoins des marchés libanais et arabe, la supériorité du volume de l’offre à celui de la demande, la dualité de la crise : une crise d’adaptation avec le marché de l’emploi local et l’économie nationale, et crise d’adaptation de ces derniers aux mutations économiques et technologiques ; le partage de la responsabilité à l’égard de la qualité de la formation entre les institutions universitaires d’une part, et l’État censé contrôler l’enseignement et gérer les flux des diplômés d’autre part ; l’accroissement du chômage dû à la saturation du marché arabe ; les liens entre le traditionalisme de l’économie libanaise et la limitation quantitative et qualitative des besoins du marché d’une part, et l’insuffisance des interactions entre les institutions économiques et l’enseignement supérieur d’autre part.

52Des études de cas ont aussi envisagé les rapports entre la formation universitaire dans une institution donnée, et la situation professionnelle des diplômés. Nous citons deux études portant sur l’Institut des Sciences sociales (1999 et 2002), une autre portant sur la Faculté de Gestion à l’UL, branche de Nabatieh au Sud-Liban (2001), et une quatrième plus récente sur « Le devenir des diplômés de l’USJ, 2000-2005 », qui vient d’être publiée.

Évaluation critique des approches, des méthodologies et des modes de gestion de l’interaction formation-emploi

53Avant le XXème siècle, l’université, particulièrement en France, se considérait comme le lieu privilégié de la formation à un savoir scientifique universel, qui dépasse les frontières géographiques et temporelles, et qui mérite d’être un objectif en soi. Le lien formation-emploi n’a « daigné » être envisagé par l’université qu’avec la révolution industrielle, où se sont avérés les besoins de recourir à la science pour améliorer les conditions socioéconomiques. Dès lors, le courant techno-fonctionnaliste a envisagé l’enseignement supérieur comme un rouage incontournable dans la préparation des individus à occuper les fonctions requises dans la nouvelle conjoncture socioéconomique. Jusqu’aux années 1960, il a ainsi influencé les politiques économiques et universitaires des pays industriels, qui ont procédé à des planifications rigoureuses de l’offre et de la demande à moyen et à long terme. Cette approche a contribué à instituer des maquettes de formations adaptées aux nouvelles exigences socioéconomiques, à gérer les entrées et les sorties des étudiants dans le système universitaire et à former une force de travail qualifiée pour assurer le fonctionnement des nouvelles institutions économiques. Toutefois, elle a progressivement montré ses limites face à l’essor technologique et à l’imprévu économique, particulièrement dans les sociétés en développement. Avec la massification de l’enseignement supérieur, la correspondance exacte entre des formations et des débouchés devenait un leurre. Cette orientation a par ailleurs été utilisée par des gouvernements autocratiques pour brimer les libertés individuelles de choix et de développement professionnel, et a plutôt contribué à accentuer la discrimination sociale. De nos jours, certains pays tentent de l’adopter avec modération, en la combinant à d’autres perspectives plus respectueuses de la personne.

54A partir de la seconde moitié du XXème siècle, de nouveaux publics - les classes populaires et les femmes - ont commencé à fréquenter l’université, mus par des ambitions d’émancipation et de mobilité socioculturelle. L’enseignement supérieur a donc été amené à réajuster progressivement ses structures administratives et pédagogiques aux nouvelles attentes et exigences, non plus seulement sociales, mais aussi personnelles. L’approche systémique a ainsi mis en lumière la nécessité d’aborder l’institution universitaire en tant qu’entité, en tant que système habité par des relations internes qui nouent ses éléments entre eux, et évoluant dans un environnement avec lequel il entretient des interactions mouvantes et contextualisées. Ces deux dynamiques relationnelles orientent le fonctionnement interne de l’université dans un sens ou dans un autre. Une régulation de ces interactions serait à assumer tout à la fois par les instances universitaires et les autorités sociales et économiques, et plus particulièrement l’État et le marché d’emploi. Dans ce sens, une collaboration soutenue et permanente entre ces différents acteurs serait absolument indispensable.

55Cette perspective a décloisonné la réflexion sur les rapports université-travail, et y a ajouté des dimensions plus réalistes car complexes. Elle a donné lieu à des rapprochements diversifiés entre les institutions de formation et de production, jusque-là occultés, tels que la recherche économique, l’accréditation, la formation professionnelle sur mesure, etc. Elle a accordé une importance marquée à l’étude des processus administratifs et pédagogiques et leurs interactions avec la demande socioéconomique. Elle a en général recours à l’enquête par questionnaire et aux entretiens structurés. Elle a néanmoins minimisé le rôle des acteurs internes à chaque institution, en termes d’attentes, de projets personnels, de représentations, dans le façonnement des liens inter et intra-institutionnels.  

56Plus récemment, s’impose l’approche clinique qui cherche à explorer le vécu psychosocial et académique des acteurs au sein de tout lieu d’éducation, de formation ou de production, et à comprendre les liens entre la formation et la vie professionnelle à travers le regard des personnes concernées. Il ne s’agit donc plus simplement de recueillir des données macro-sociales objectives et de les interpréter en dehors de la sphère subjective, mais de valoriser la personne en tant qu’acteur principal autant de sa formation que de son parcours professionnel. Envisager les choses sous cet angle revient à repositionner les facteurs macro-économiques et institutionnels comme une partie des enjeux du lien formation-emploi, et à donner une place honorable, à leurs côtés, aux facteurs individuels et psychosociaux. Les chercheurs concernés par ce courant adoptent en général des démarches qualitatives de recherche, où sont privilégiés les récits professionnels, les entretiens non-directifs et parfois l’observation directe. Pour être plus bénéfique en termes de compréhension du réel, elle serait à combiner avec la perspective systémique. Les méthodes de l’une et de l’autre permettent de trianguler les données et d’objectiver l’analyse en la rendant pluridimensionnelle.

Variables de formation, variables d’emploi et dynamique générale des deux systèmes

57Les différentes analyses portant sur l’organisation administrative et pédagogique de la formation universitaire, révèlent l’existence de variables déterminantes et discriminantes au niveau de la nature et de la qualité de la formation. En voici les principales :

  • 8  El-Amine et alii, 1997.

58• Le modèle de référence adopté 8 : quatre modèles sont ainsi répertoriés : le modèle américain, le modèle français, le modèle arabe et le modèle gouvernemental. Même si les finalités déclarées semblent converger entre ces différentes catégories, les variations s’y retrouvent à plusieurs niveaux de base: la hiérarchie administrative, les prérogatives et les sphères de pouvoir, les conditions d’admission, les programmes d’études, les diplômes, le système d’évaluation, les méthodes de formation et la langue d’enseignement. L’adoption récente du système LMD par les universités francophones a induit une plus grande souplesse au niveau des parcours de formation, même si la philosophie même du système de crédits n’a pas encore imprégné ces institutions.

  • 9  Abdul-Reda Abourjeili, S., 2003.

59• La réputation de l’université: dans un pays où les réseaux relationnels et l’effet de groupe s’imposent clairement dans le modelage des attitudes et des choix personnels, la renommée sociale de l’université joue pour beaucoup dans l’orientation des jeunes. Ainsi, 67,7% des diplômés 9 ont affirmé en 1997-1998 avoir choisi leur université en fonction de son niveau académique (sa réputation, son excellence, son système d’enseignement, etc.), information qui leur est communiquée par leur milieu social. Les étudiants qui privilégient ce facteur considèrent ainsi que la qualité de la formation au sein de cette université va nécessairement se distinguer de celles offertes par les autres institutions universitaires.

  • 10  Abdul-Reda Abourjeili, S., 2003.
  • 11  Y sont incluses : Balamand, Haykazian, USEK, Faculté du Moyen-Orient, NDU, Sagesse, CNAM, Ouzaï.

60• Les conditions pédagogiques assurées : ces conditions varient sensiblement entre le secteur privé et le secteur public, et parfois entre différentes universités privées. Ainsi, malgré l’adoption par l’Université libanaise  de critères assez exigeants au niveau de la qualification scientifique des enseignants, elle souffre de lacunes importantes sur le plan de la diversification des méthodes, de la disponibilité des ressources et des supports pédagogiques, et du suivi personnalisé de l’étudiant. De leur côté, un certain nombre d’universités privées veillent de manière plus systématique à la qualité pédagogique, en accordant à l’évaluation de ces conditions par les étudiants une attention particulière. Dans l’enquête sur « L’enseignement supérieur et le marché d’emploi au Liban » 10, les plaintes relatives à la pédagogie universitaire ont été déclarées de manière plus affirmée par les diplômés de l’Université arabe, puis par ceux de l’Université libanaise et de la catégorie « autres universités » 11, et beaucoup moins par les diplômés de l’USJ, de la LAU et de l’AUB. Elles ont particulièrement concerné le manque de méthodes actives, le manque de mises à jour des contenus, les failles au niveau des techniques de communication, le grand nombre d’étudiants en classe, etc. Il va sans dire que ces lacunes portent préjudice à la qualité des savoirs et des compétences développés chez les étudiants et, par conséquent, à leur compétitivité sur le marché d’emploi.

  • 12  El-Amine et alii, 1999.

61• Les conditions matérielles assurées : la qualité des ressources matérielles varie selon la politique académique et budgétaire de l’université. Ainsi, de graves difficultés sont perçues sur ce plan à l’Université libanaise par rapport à l’ensemble des universités privées plus sensibles à cet aspect qui touche particulièrement leur image de marque. Les données publiées concernant l’Université libanaise révèlent un décalage important entre les normes internationales et les conditions disponibles au niveau de l’aménagement des espaces, de l’entretien des locaux et de la qualité des équipements 12, toutes insuffisances qui seraient résolues avec l’ouverture du campus unifié. Celui-ci a été inauguré en 2004-2005, mais plusieurs branches et facultés ne s’y sont pas encore installées pour diverses raisons académiques et politiques. La qualité de ces conditions matérielles fonde, entre autres éléments, la qualité de la formation.

  • 13  Abdul-Reda Abourjeili, S., 2003.
  • 14  Idem.

62• Les frais de scolarité : ils constituent un enjeu fondamental dans les choix de formation des jeunes Libanais, et contribuent à perpétuer une inégalité foncière des chances d’accès à l’université. En effet, ils varient sensiblement d’une université à l’autre, pouvant aller de 70 dollars à l’Université libanaise (gratuite), à 400 dollars le crédit aux deuxième et troisième cycles à l’AUB ou la LAU. Il n’est donc plus surprenant de savoir que les diplômés provenant de la classe ouvrière représentaient 10,2% de l’ensemble en 1992-1993 13. En 1997, 19,5% des diplômés 14 ont avancé cet argument pour justifier le choix de leur université. Certaines personnes choisissent les universités à frais élevés considérant que la qualité « se paie ».  L’un des atouts des nouvelles universités est de proposer les formations disponibles dans les autres universités à des prix assez compétitifs. Elles ont ainsi ouvert la porte de l’université à de nouveaux publics qui, auparavant, fréquentaient l’université publique ou n’avaient pas accès aux universités privées.

63• La région d’implantation : avec la situation économique difficile, cette variable pèse lourd sur les budgets familiaux. En fait, de moins en moins de familles peuvent se permettre de louer des foyers en ville pour leurs enfants, ou d’assumer des transports de plus en plus chers. Dès lors, la proximité de l’université devient un facteur décisif pour certains jeunes dans le choix de leurs spécialisations. Toutefois, les branches régionales semblent éprouver certaines difficultés au niveau du recrutement des enseignants qualifiés, ce qui les pousse à faire appel à des enseignants du centre. Cette situation se répercute nécessairement sur la qualité de la formation.

  • 15  Abdul-Reda Abourjeili, S., 2003.

64Quant aux variables décisives en rapport avec l’emploi, les études auprès des diplômés 15 mettent en lumière plusieurs d’entre elles :

65• L’université : l’université d’origine du diplômé fait nettement la différence au niveau de la qualité des conditions professionnelles qui lui sont offertes. L’enquête auprès des diplômés a révélé que ceux issus de l’AUB bénéficient des conditions les plus louables, dans le sens où leurs lieux de travail semblent assez professionnels, et leur proposent des positions et des salaires satisfaisants, des allocations et des chances de développement professionnel. Quant aux conditions les moins favorables, elles sont celles des étudiants de l’UAB et de l’UL.

66• La spécialisation : les diplômés jouissent de conditions très variables en fonction de leur spécialisation, avec le moins de privilèges pour les diplômés en lettres, en sciences sociales, en gestion et en droit, et le plus d’avantages pour ceux en génie et en sciences médicales.

67• Le genre : les disparités s’avèrent à tous les niveaux entre hommes et femmes, et ce, en défaveur des femmes. Ainsi, celles-ci, à diplômes égaux, ont moins de chances d’embauche, touchent des salaires moins élevés et occupent des postes moins prestigieux que leurs collègues masculins.

68• L’origine socioéconomique : ayant déjà contribué au choix de l’université, ce facteur continue à marquer le parcours de l’étudiant au niveau de son embauche. En effet, le réseau relationnel des familles favorisées peut faciliter le recrutement dans certains types de marchés d’emploi qui, par le fait même, sont cloisonnés et fractionnés en fonction de la conjoncture socioéconomique du pays. Nous reviendrons ultérieurement sur ce sujet.

69• Le lieu de travail : les personnes exerçant dans les périphéries ont généralement des conditions de travail moins favorables que celles œuvrant dans le centre (Beyrouth et ses banlieues).

70Cette panoplie de variables est certes influente au niveau de chacun des deux domaines mais, au-delà de ce bilan, une complexité d’interactions est entretenue entre formation et emploi, et qui mérite d’être mise en lumière.

71En parallèle avec une croissance remarquable du nombre de diplômés universitaires, qui est passé de 12 800 en 2000 à 21 614 en 2004, la précarité de l’économie et du marché de travail ne cesse de s’accentuer. Si les enjeux politiques et économiques pèsent lourd dans le déséquilibre entre l’offre et la demande, il n’en est pas moins nécessaire que le système de formation et les forces de production assument leur part de responsabilité face à cette réalité.

72En effet, l’organisation administrative et pédagogique de la formation universitaire comporte des failles qui la placent en déphasage par rapport aux besoins du marché :

73• La rigueur de la formation dans et par la pratique reste à travailler : ce constituant important du cursus universitaire n’occupe pas encore une place prioritaire dans bon nombre d’universités. En fait, la vision théorique, centrée autour du cours magistral, de la formation universitaire prédomine chez certains administrateurs et enseignants et impose une certaine occultation de la dimension pratique de l’enseignement. De plus, un travail sérieux à ce niveau nécessiterait une mobilisation forte de ressources humaines et matérielles, et l’élaboration de partenariats pérennes entre université et lieux de travail, ce qui n’enthousiasme pas toujours les enseignants et leurs responsables. En raison de ces lacunes, diplômés et employeurs se plaignent surtout du manque de préparation aux exigences et aux compétences professionnelles pragmatiques.

74• La prégnance des tendances formalistes par rapport aux tendances de production dans la gestion des cursus : malgré l’alignement progressif des différents modèles universitaires sur le système LMD, il s’avère que les universités sont encore assez ancrées dans une vision de formation relativement décontextualisée et centrée sur la spécialisation en tant qu’entité propre plutôt que sur des qualifications professionnelles et sur des débouchés concrets. Ces cas de figure sont assez fréquents dans les filières des sciences humaines et sociales, qui munissent certes le diplômé de certaines compétences intellectuelles, mais qui ne l’aident pas réellement à se positionner par rapport à des compétences professionnelles précises. Dans un tel contexte, il sera encore plus difficile de retrouver le modèle ad hoc qui consiste à créer des formations ciblées en réponse à de nouveaux métiers. L’université hésite à interpeller le marché de l’emploi pour adapter sa formation aux exigences de ce dernier, soit parce qu’elle craint une ingérence incontrôlable dans ses propres affaires internes, surtout en l’absence d’une démarche-qualité dans certaines institutions, soit qu’elle envisage difficilement de trouver des espaces de dialogue et de convergence avec ce monde si différent. Cette situation ne facilite pas vraiment la recherche d’emploi par le diplômé, ni la prise de décision d’embauche par l’employeur.

75• Des décalages entre les niveaux de qualification requis et les niveaux de qualification développés : comme il est apparu plus haut dans cette contribution, les diplômés universitaires sont en partie surqualifiés par rapport à certains besoins du marché libanais. D’une part, certains d’entre eux le sont en raison d’une sur-diplômation interprétée par les sociologues comme une fuite en avant de l’insertion professionnelle difficile, alors que d’autres le sont en raison d’un choix initial peu disponible au niveau local. Dans les deux cas, ces personnes se voient confrontées à une émigration obligée, ou à un sous-emploi. Quoique consciente de ce malaise, l’université ne semble pas déployer assez d’efforts dans le sens d’un réajustement de ces cursus aux réalités socio-économiques.  

76• La présence timide de l’université sur le marché de la formation professionnelle continue : en dépit des besoins croissants des entreprises en termes de formation professionnelle continue, l’université se cantonne dans ses prestations de formation initiale. Elle cède le pas dans ce domaine aux organismes privés indépendants, dont le nombre a sensiblement augmenté dans les cinq dernières années. En outre, un petit nombre de moyennes et de grandes entreprises instituent en leur sein des dispositifs internes de formation et de développement professionnel de leur personnel. Ces faits ne font qu’éloigner l’université de la réalité économique, alors qu’elle aurait pu, par ce biais, consolider la formation initiale de ses diplômés en les soutenant continuellement dans leur insertion professionnelle et en leur assurant un suivi post-formation.

77À leur tour, les forces de production manquent à certains de leurs devoirs vis-à-vis du développement économique et de l’insertion professionnelle des jeunes:

78• Un retrait par rapport au monde universitaire : en dépit d’une prise de conscience croissante des apports éventuels d’une collaboration avec l’université, les employeurs se placent plutôt en retrait par rapport à cette dernière. Est-ce dû à un certain sentiment « d’infériorité » ou de « supériorité » qu’ils ressentent à l’égard de ce lieu tellement autre, ou à un manque de disponibilité ? En tout cas, la méconnaissance mutuelle de ces deux milieux n’a pas besoin d’être démontrée. Dès lors, la coordination en vue d’une plus grande efficacité tarde à venir.

79• Une vision traditionnelle de la formation et du travail : dans une société ayant peu intégré la culture du professionnalisme et de la qualité, une enquête menée en 1995 par l’Office National de l’Emploi a montré que 87% des employeurs déclarent ne pas avoir besoin de former leurs employés et 93% ne dépensent rien pour la formation continue de leur personnel. Même si le souci de professionnalisme, en vue d’une plus grande compétitivité face aux prochains défis de la libéralisation des marchés, s’est accru depuis cette époque, la taille des entreprises (une majorité de micro-entreprises) ainsi que l’instabilité persistante de la conjoncture socioéconomique constituent un obstacle à la modernisation des représentations professionnelles des employeurs. Dès lors, la formation initiale est plutôt perçue comme une fonction exclusivement universitaire, le travail comme une affaire exclusivement gérée par l’employeur (plutôt que par une équipe de collaborateurs et de spécialistes) et la formation continue comme une dépense superflue sans rentabilité réelle. Besoins, compétences et développements professionnels sont ainsi considérés comme un jargon qui ne sert qu’à obtenir un diplôme, et non à exercer un métier.

80• Un cloisonnement de certaines entreprises dans des réseaux de collaboration privilégiés avec certaines universités : les études sur les conditions professionnelles des diplômés ont confirmé la sectorisation de la collaboration universités-marché de l’emploi, dans le sens où les enjeux socioculturels (origine sociale du public, langue d’enseignement, appartenance communautaire) participent de la création de réseaux privilégiés entre certaines catégories d’universités et certaines catégories d’entreprises. Ces subdivisions discrètes mais constitutives de la conjoncture globale perturbent la collaboration ouverte et limitent les chances d’emploi des étudiants provenant des établissements les moins prestigieux.

81Au sein de trajectoires indéniablement marquées par les données macro‑économiques d’une part, et institutionnelles d’autre part, où se situe la compétence et le mérite personnels du diplômé ? C’est justement la capacité du jeune à se démarquer, à s’auto-former et à se forger une place par ses efforts propres, qui est aujourd’hui en train de détourner la réflexion sur l’adéquation formation-emploi de la perspective globalisante à une perspective plus personnalisée et subjectivée. Ce réajustement conceptuel s’impose progressivement dans un contexte de plus en plus mouvant et interactif. Il est d’autant plus convenable au Liban que les structures universitaires et de production échappent aux modèles explicatifs classiques, valables pour les pays développés. C’est dans une approche inductive que le chercheur est appelé à se placer à l’écoute du réel pour construire des synthèses combinées propres à ce milieu spécifique.

  • 16  Abdul-Reda Abourjeili, S., 2003.

82A explorer l’adéquation du point de vue des diplômés eux-mêmes, l’enquête auprès de ces derniers 16 a montré que la variation des attitudes vis-à-vis des facteurs influençant le recrutement a surtout été prédite par le salaire, le domaine de spécialisation, le niveau d’instruction des parents, et la catégorie socioprofessionnelle du diplômé. En outre, le salaire et le domaine de spécialisation ont revêtu une valeur significative dans l’explication de la variation des attitudes des diplômés à l’égard de l’utilité des composantes de la formation dans la pratique de leur métier. En effet, la correspondance entre le métier désiré et le métier exercé s’accroît lorsqu’on monte dans l’échelle socioéconomique. Ainsi, les taux les plus élevés de correspondance sont relevés dans les spécialisations d’ingénieurs et les sciences médicales, ainsi qu’à l’AUB et la LAU.

83Ces données viennent rappeler l’urgence de relativiser toute approche systématique du lien formation-emploi, en l’intégrant d’une part dans tout son contexte sociopolitique, et en l’ancrant d’autre part dans la perspective personnalisée qui donne le ton singulier à la formation et à la profession telles qu’elles ont été et sont vécues au quotidien par le diplômé. Tout morcellement à ce niveau ne pourra plus être que réducteur et falsificateur de tout ce dont cette question est porteuse.

Réformes institutionnelles de l’enseignement supérieur et adaptation au marché de l’emploi

84En dépit de la mise en place du plan de restructuration du système éducatif libanais, et de la multitude des réformes structurelles qui ont touché l’enseignement général et l’enseignement technique, la promotion qualitative du système universitaire adopte un rythme beaucoup plus lent. D’un côté, l’Université libanaise voit s’aiguiser ses problèmes gestionnaires et pédagogiques, intimement liés à la structure sociopolitique globale. De l’autre, les universités privées travaillent à deux vitesses : les anciennes universités cherchent à implanter en leur sein la démarche qualité et convoitent l’accréditation internationale, les nouvelles consolident leurs assises en termes de nombre de spécialisations et d’effectifs, reléguant parfois au second plan l’amélioration qualitative du travail. En somme, à chacun ses réformes rêvées, et celles réalisées.

85A y regarder de plus près, peu nombreux sont les changements induits à la tête de la pyramide : une absence chronique de politique organisationnelle de l’enseignement supérieur, malgré la conception d’un document de travail distribué aux différentes autorités universitaires en 2004, un manque de supervision et d’évaluation du travail pédagogique dans les deux secteurs, aucune politique d’harmonisation formation-emploi. La dernière initiative législative menée par le Ministère de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, remonte à 1996 lorsque 5 décrets en rapport avec l’enseignement universitaire ont été publiés d’un seul coup. Ceux-ci ont stipulé l’ouverture de nouvelles institutions universitaires, et les conditions d’ouverture de nouvelles universités. Toutefois, ces mesures ont plutôt suscité des difficultés que résolu des problèmes : la prédominance du souci commercial au sein de certaines universités, l’ouverture arbitraire et non-contrôlée de nouvelles spécialisations, l’anarchie pédagogique dans certains lieux de formation.

86Une initiative courageuse a de nouveau été lancée en 2001 pour réformer la loi de l’enseignement supérieur, vieille de 45 ans. Des discussions vives ont ainsi eu lieu dans les commissions parlementaires autour de certains points tels que la constitution du Comité national d’évaluation de la qualité de l’enseignement supérieur, dont l’une des tâches serait de veiller à l’adéquation des programmes de formation aux besoins du développement. Toutefois, aucune opérationnalisation n’a eu lieu à ce niveau, mais le Ministre de l’éducation a signé des contrats en 2004 avec des entreprises internationales d’audit pour l’audit des universités privées. Aucune information n’a pu être obtenue sur l’avancement des travaux de ces entreprises.

  • 17  El-Amine et alii, 2005.

87En parallèle, deux tentatives ont été exécutées dans le sens d’une démarche qualité, l’une à l’UL et l’autre à l’AUB. Elles ont consisté à élaborer des rapports évaluatifs du fonctionnement institutionnel, le premier qui est demeuré interne à l’université, le deuxième qui a été soumis à des commissions américaines, et qui permettra de prendre des décisions pour le renouvellement ou non de l’accréditation 17.

88Du côté de l’UL, une mesure importante a été prise en 2005-2006, celle du regroupement de plusieurs facultés du centre dans le campus de Hadath (banlieue de Beyrouth). Elle a nettement amélioré les conditions matérielles et pédagogiques du travail. Toutefois, certaines branches et facultés n’y ont pas de place, et d’autres ne souhaitent pas en avoir, pour des raisons d’ordre sociopolitique.

89Par ailleurs, au niveau des institutions privées, une réforme importante a eu lieu dans deux universités francophones, l’USEK (en 2002-2003) et l’USJ (en 2004-2005) : l’intégration du système LMD. Ce dispositif a poussé ces deux universités à mieux envisager les besoins du marché dans l’élaboration de leurs nouvelles maquettes de formation, et à assurer un suivi plus personnalisé et intensif de l’étudiant, au regard de son projet de formation et du référentiel des compétences mis en place. Ceci n’en demeure pas moins un travail de longue haleine, et nécessite une plus grande coordination et communication avec les différents acteurs universitaires et économiques.

Préparation des jeunes du supérieur à l’insertion professionnelle : mesures incitatives et organismes d’intermédiation

90La problématique de l’emploi des jeunes s’impose clairement dans les hautes sphères internationales. C’est dans une approche de sensibilisation et d’incitation que l’UNESCO, l’OIT (Organisation internationale du travail) et la Banque Mondiale œuvrent auprès des gouvernements pour obtenir l’engagement de ces derniers dans des politiques plus rigoureuses d’insertion professionnelle des jeunes. Ces organismes suggèrent des mesures mais ne s’autorisent pas à les imposer, ce qui laisse la totale liberté aux gouvernements de les adopter ou pas. Par ailleurs, ils tendent à exiger des compte rendus réguliers relatant les dernières évolutions en rapport avec les conventions internationales ratifiées par chaque pays. En matière de politiques d’emploi des jeunes, l’UNESCO exige des rapports réguliers du Liban sur son plan d’action national en réponse à la résolution 57/165 sur la promotion de l’emploi des jeunes. Elle suggère même d’assister la mise en place de ces politiques, à la demande des États membres désireux. Cette stratégie d’intimidation pourrait parfois porter ses fruits.

91Pour illustrer ces pressions internationales, nous mentionnons une déclaration internationale, diffusée en 2001 par le Groupe de haut niveau du Réseau pour l’emploi des jeunes créé par le Secrétaire Général de l’UNESCO, et qui propose la fondation d’une alliance mondiale pour l’emploi des jeunes sous l’égide de l’UNESCO, la Banque Mondiale et l’OIT. Elle fait appel à la mise en place de stratégies globales par ces derniers, où s’intègreraient des politiques et des plans d’action élaborés au niveau national. Celles-ci seraient à concevoir en partenariat entre les gouvernements, les organisations patronales et syndicales, les organisations de jeunesse et des ONG de la société civile.

92Par ailleurs, il est affirmé que les plans d’action nationaux devraient se fixer quatre priorités : reconnaître l’aptitude à l’emploi de tous les jeunes, assurer une égalité des chances entre femmes et hommes, développer l’esprit d’entreprise et créer des emplois.

93Une autre initiative prise par l’OIT est l’organisation d’une conférence régionale d’experts sur l’emploi des jeunes dans la région arabe. Les recommandations détaillent les priorités mentionnées ci-dessus et proposent des conditions pour favoriser leur application : une cohérence entre les politiques économiques et sociales relatives à l’emploi des jeunes, une concertation sociale au niveau de la conception, de l’application et du suivi des plans d’action nationaux, la promotion du dispositif de l’offre et de la demande, la mobilisation du financement nécessaire.

94Il reste au gouvernement libanais à réagir à ces orientations de manière active et pertinente.

Conclusion : Perspectives d’avenir de la problématique de l’adéquation formation-emploi

95Ce ne sera pas en fuyant le marché de l’emploi à travers la prolongation de ses études ou à travers l’émigration, pas toujours aussi salutaire qu’on le croit, que notre diplômé se fera une plus belle place au soleil. Ce ne sera pas non plus en démissionnant de ses devoirs citoyens et en imputant tout le mal à un État disloqué que nos problèmes socioéconomiques se dissiperont. Penser la problématique du lien formation-emploi pour le Liban demain est avant tout synonyme d’une prise en charge individuelle de la part du jeune, et d’un partenariat plus confirmé État-société civile.

96Les tâches de l’État ne sont plus à rappeler : élaboration d’une politique globale consensuelle de l’enseignement supérieur, incluant des dispositifs de contrôle de la qualité, et structuration de stratégies d’étude et d’amélioration des situations professionnelles, et de création d’emplois pour les jeunes. En parallèle, un assouplissement des conditions du travail indépendant serait susceptible d’encourager la fondation d’entreprises par les jeunes. Il sera aussi appelé à gérer les concertations nationales pour renforcer les interactions entre système éducatif et système économique.

97Quant à la place du secteur universitaire privé, elle ne sera peut-être pas à renégocier, mais ses politiques seront certes à harmoniser entre les institutions, et entre celles-ci et l’État. Pour ce qui est des prestations de l’université publique, elles auront nécessairement à être promues au niveau stratégique et tactique, en passant par un regain d’autonomie et de professionnalisme, dosés avec équilibre, par les facultés.

98Dans ce contexte, la recherche aura à jouer un rôle diagnostique et pronostique, que ce soit au sein des universités, des entreprises, ou des institutions gouvernementales. Ses méthodologies auront à se diversifier, ses données seront à trianguler, et la rationalité sera synonyme d’agencement entre le subjectif, l’intersubjectif et le concrètement observable, entre l’individuel et le collectif, entre la sphère privée et la sphère publique… à l’image du Liban tantôt vécu, tantôt rêvé.

Bibliographie

Abdul-Reda Abourjeili S. (coordonné par), L’enseignement supérieur et le marché de l’emploi au Liban – Étude auprès d’une cohorte de diplômés, ALSE, Beyrouth, 2003.

CDRP, Bilan statistique 2004-2005, Beyrouth, 2005.

Direction centrale de la statistique, PNUD, Ministère des Affaires sociales, Étude nationale des conditions des ménages 2004, Beyrouth, 2006.

El-Amine A. et alii, L’enseignement supérieur au Liban, ALSE, Beyrouth, 1997.

El-Amine A. et alii,L’Université libanaise et sa réforme, Beyrouth, 1999.

El-Amine A. et alii, L’assurance de la qualité dans les universités arabes, ALSE, Beyrouth, 2005.

El-Amine A. et Faour M., Les attitudes des étudiants libanais – L’héritage des clivages, ALSE, Beyrouth, 1998.

Kasparian C., L’entrée des jeunes dans la vie active et l’émigration, USJ, Beyrouth, 2001.

Kasparian C., Le devenir des diplômés de l’Université Saint-Joseph 2000-2004, USJ, Beyrouth, 2006.

Rapport FEMISE, 2005.

Notes

1  El-Amine, A., 2006.

2  Kasparian, C., 2006.

3  Abdul-Reda Abourjeili, S., 2003.

4  El-Amine et alii, 2005.

5  Nous nous intéressons particulièrement à la population d’âge universitaire (18-25 ans), et à celle des diplômés depuis 0-10 ans (25-35 ans) et ce, en fonction des données disponibles.

6  Kasparian, C., 2006.

7  Rapport FEMISE 2005.

8  El-Amine et alii, 1997.

9  Abdul-Reda Abourjeili, S., 2003.

10  Abdul-Reda Abourjeili, S., 2003.

11  Y sont incluses : Balamand, Haykazian, USEK, Faculté du Moyen-Orient, NDU, Sagesse, CNAM, Ouzaï.

12  El-Amine et alii, 1999.

13  Abdul-Reda Abourjeili, S., 2003.

14  Idem.

15  Abdul-Reda Abourjeili, S., 2003.

16  Abdul-Reda Abourjeili, S., 2003.

17  El-Amine et alii, 2005.

Auteur

Professeur associé en Sciences de l’éducation, Université Saint-Joseph, Beyrouth.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search