Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement supérieur et marché du travail dans le monde arabe

 | 
Boutros Labaki

Études de cas

L’Égypte

Mohaya Zaytoun

Entrées d'index

Géographique :

Égypte

Note de l’éditeur

Article traduit de l’arabe

Texte intégral

1La question des liens entre l’enseignement supérieur et le monde du travail est sans doute celle qui fait couler le plus d’encre, et suscite le plus de polémiques, car il est question d’enseignement supérieur. Il serait d’ailleurs plus juste de parler des relations de l’enseignement avec le développement et avec la société en général. L’essentiel de la polémique porte, la plupart du temps, sur l’inadéquation entre les débouchés de l’enseignement supérieur et les besoins du marché de l’emploi. Une meilleure compréhension de la relation entre enseignement et monde du travail ne nous aiderait-elle pas à mettre le doigt sur la réalité des problèmes que rencontre l’enseignement supérieur dans son rapport au développement ? De tels problèmes sont-ils endogènes – relevant du système éducatif en tant que tel – et ne peuvent-ils être résolus qu’à ce niveau-là ? Ces problèmes ne puisent-ils pas au contraire leurs sources dans le cadre plus global du développement ? Une compréhension affinée de la relation entre enseignement et monde du travail pourrait aussi nous éviter de confondre les principales causes de cette inadéquation avec ses manifestations et ses effets superficiels (effets de surface que certains pourraient prendre, à tort, pour le cœur du problème).

2Pour ce faire, il nous semble indispensable de situer d’abord le contexte de cette relation et ce, en deux temps. Nous commencerons par présenter certaines caractéristiques de l’enseignement supérieur en Égypte, qui sont susceptibles de causer certaines formes de dysfonctionnement dans le rapport au monde du travail. Ensuite, nous aborderons certaines particularités importantes des activités de production et de la force de travail. Quant à notre troisième partie, elle sera dédiée aux différentes formes de hiatus affectant la relation entre l’enseignement supérieur et le monde du travail en Égypte. En quatrième lieu, nous verrons en quoi, et comment, sont responsables de cette inadéquation le système éducatif (instance de l’offre) d’une part, et le développement ainsi que le monde du travail (instances de la demande) d’autre part. Nous conclurons par un résumé de notre propos et par quelques remarques sur les conséquences de cette inadéquation.

Massification de l’enseignement supérieur au détriment de la qualité

  • 1  Centre des ressources et des prises de décisions, Conseil des ministres, République arabe d’Égypte

3On ne saurait nier que l’enseignement supérieur a fait l’objet de soins particuliers, depuis quelques décennies, et qu’il s’en est trouvé valorisé au sein de la société égyptienne. Une telle valorisation a touché les deux versants de l’offre et de la demande en enseignement. Du côté de l’offre, cet intérêt nouveau s’est manifesté dans le fait qu’on a financé l’enseignement, investi dans ses infrastructures et que l’État a assumé un rôle prépondérant, central, en ce qui concerne sa diffusion et l’assurance de sa gratuité à tous les niveaux d’étude. En conséquence, le nombre d’étudiants ralliant l’enseignement supérieur a fortement augmenté : entre 1992 et 2004 il est passé de 777 000 à 2 023 000 1.

4En ce qui concerne la demande, la gratuité de l’enseignement, adoptée durant cette période d’extension, a permis à des tranches de plus en plus importantes d’une population à revenu limité d’y accéder. Un tel phénomène a pu favoriser une mobilité sociale dont ces secteurs de la population n’auraient jamais pu bénéficier sans la gratuité de l’enseignement.

5L’extension quantitative de l’enseignement supérieur, même très importante, risque de perdre de son impact et de l’intérêt social qu’elle engendre dès lors qu’on ne se préoccupe pas, parallèlement, des différents principes qui donneront à cet enseignement une qualité et un niveau supérieurs. Or, force est de constater que de tels principes qualitatifs ne sont pas pour le moment réunis. A cet égard, certains indicateurs ne trompent pas. Tout d’abord, en ce qui concerne « les moyens », nous remarquons que l’afflux de plus en plus important d’élèves du secondaire dans les établissements d’enseignement supérieur est, la plupart du temps, disproportionné au regard des moyens octroyés à ces établissements – restriction budgétaire oblige. D’autre part, les universités égyptiennes sont prises de mouvements de croissance auxquels rien ne semble pouvoir mettre un terme et souffrent, par là-même, de systèmes administratifs de plus en plus compliqués.

6Il va sans dire que le fait d’ouvrir en grand les portes de l’enseignement supérieur ne veut pas dire que les étudiants puissent rallier des domaines de spécialité conformes à leurs penchants ou à leurs vœux, ni que les universités puissent sonder les aptitudes des étudiants qui s’y inscrivent en vue de les répartir harmonieusement entre les différents domaines de spécialisation. En fait, une telle répartition repose sur un critère unique, à savoir la moyenne générale obtenue par l’étudiant au tawjîhi (cad à l’équivalent du baccalauréat).

7D’autres facteurs importants, et propres au système d’enseignement, ont des conséquences négatives sur sa qualité et sur la nature de ses relations avec la société et le développement. Au nombre de ces facteurs, évoquons les méthodes d’enseignement traditionnelles, toujours de mise, qui reposent essentiellement sur le cours magistral et le sacro-saint manuel, et se caractérisent par l’absence d’interactivité entre le professeur et l’étudiant. De plus, comme il est rare de trouver des bibliographies dans les manuels universitaires, les étudiants fréquentent peu les bibliothèques et ne prennent pas l’habitude de consulter d’autres ouvrages. A tous ces facteurs, il faudrait ajouter que les limitations budgétaires ont laissé péricliter laboratoires et autres installations scientifiques, dès lors incapables de suivre les progrès modernes ; lorsqu’elles existent, ces installations sont insuffisantes au regard du nombre des étudiants et de leurs besoins accrus en matière de pratique.

Des compétences médiocres au sortir de l’enseignement professionnel et technique 

8En principe, la création d’instituts techniques dits intermédiaires et supérieurs vise à former une main d’œuvre qualifiée, capable de répondre aux besoins des différents secteurs de production. On nous a longtemps chanté les vertus de telles institutions. La Banque Mondiale a été l’un des ténors de ce concert. Jugeant nécessaire de mettre les pays en voie de développement sur les rails de l’enseignement professionnel et technique, elle a contribué, à un certain moment, à la création de tels instituts en Égypte.

9Partant de ces prévisions enthousiastes, la proportion des élèves suivant un cursus secondaire professionnel a augmenté jusqu’à atteindre les deux tiers du volume total des élèves du secondaire. On sait que ces élèves se dirigent, à l’issue de leur cursus, soit directement vers le marché du travail, soit vers l’enseignement technologique universitaire (intermédiaire en deux ans, supérieur en quatre ans). Même si la qualité de l’enseignement supérieur général souffre des travers que nous avons évoqués plus haut, son niveau demeure bien supérieur à celui de l’enseignement technique. Au lieu de résoudre, comme prévu, les problèmes de l’enseignement supérieur en Égypte, l’engouement pour l’enseignement technique a ajouté un problème à ceux qui existaient déjà. Ces instituts se sont, en effet, transformés en refuges pour élèves en situation d’échec scolaire dans le secondaire général, et plus particulièrement pour les plus pauvres d’entre eux. De ce point de vue, les moyens faramineux exigés pour suivre un enseignement secondaire général « normal » agissent comme un critère de sélection que ne peuvent remplir les élèves issus des milieux modestes.

10Le premier des problèmes de ces instituts techniques est donc d’accepter des élèves ayant un niveau particulièrement bas, mais il faudrait ajouter que les méthodes d’enseignement elles-mêmes sont à mettre en cause et qu’elles souffrent d’être trop théoriques, trop peu pratiques. Il ne s’agit pas là d’un choix mais d’une situation impliquée par le peu de moyens dédiés à l’organisation pratique de ces enseignements, et par la réticence tant publique que privée à consacrer des fonds à ces formations techniques. De plus, les enseignants de ces instituts manquent, la plupart du temps, des compétences scientifiques et professionnelles requises. Il faudrait ajouter, par-dessus tout, que la plupart de ces instituts appartiennent au secteur privé et qu’ ils sont, en conséquence, gérés avec un objectif financier et commercial et pas du tout en vue d’améliorer les compétences de leurs diplômés. La forte baisse du niveau des diplômés se manifeste alors de plusieurs manières :

  1. Les moyennes d’échec scolaire sont en augmentation, particulièrement dans les instituts offrant des formations en deux ans.

  2. La plupart des diplômes proposés par ces institutions ne sont pas reconnus.

  3. Les diplômés de ces instituts rencontrent de grandes difficultés à trouver un emploi.

  • 2  ESCWA, “Répondre à la mondialisation”, Rapport de l’ESCWA, 2002.

11Aussi estime-t-on que 10 % seulement des 52 000 étudiants, issus des programmes techniques et professionnels en 1996, ont pu trouver un emploi à leur mesure. Pour les autres, ils ont intégré des emplois peu rémunérés dans le secteur de l’économie informelle ou sont restés au chômage 2.

  • 3  Woo, J. H., « Education and Economic Growth in Taïwan : a Case of Successful Planning », World Dev (...)

12Alors que beaucoup voyaient dans l’extension de ces instituts une solution pouvant permettre à l’enseignement de répondre aux besoins en main d’œuvre qualifiée des secteurs de production et de services, il faut constater qu’au contraire ces instituts sont devenus un danger qui menace la qualité de l’enseignement et sa relation au monde du travail. Après avoir vivement encouragé une telle orientation, la Banque Mondiale elle-même en est venue à tirer une leçon importante de cette expérience, à savoir que la réussite de l’enseignement professionnel dépend d’une administration raisonnée de l’économie, d’une gestion qui encourage l’investissement et la création d’emplois appropriés. Il faut dire, en effet, que le développement de l’enseignement technique dans les pays les plus avancés ne repose pas sur rien mais vient répondre aux besoins que l’activité économique dicte au monde du travail. En ce qui concerne Taiwan, par exemple, l’un des buts avoués de la politique éducative était de faire baisser la proportion d’inscriptions dans l’enseignement général, au profit de l’enseignement technique. Cette politique a été volontaire et planifiée avec soin pour que les formations, proposées par l’enseignement, puissent faire face aux besoins de l’activité économique – une telle planification a reposé, comme il se doit, sur une coopération et une coordination entre le gouvernement et le monde des affaires. D’autre part, les diplômés qui pouvaient se targuer d’un haut niveau de pratique n’eurent aucun mal à trouver des emplois aux rémunérations gratifiantes 3.

Quelques caractères des activités de production et de la force de travail

13Comprendre la relation entre l’enseignement supérieur et le monde du travail suppose, avant tout, qu’on se fasse une image claire de l’état de l’activité économique en Égypte. Ce n’est, en effet, qu’à partir de cette image qu’on pourra mettre en lumière la nature de la demande à laquelle doit faire face l’enseignement supérieur. Nous nous contenterons ici de ne mentionner que les aspects essentiels utiles à notre étude.

  • 4  UNDP et INP, « Choosing our Future : Towards a New Social Contract », Egypt Human Development Repo (...)

14Quand nous nous penchons sur la répartition de la force de travail en fonction des activités économiques (tableau I), nous remarquons une baisse de la part revenant à l’agriculture : elle passe de 40 % à 30 % du total des employés sur la période s’étalant de 1990 à 2003. En dépit de cela, l’agriculture demeure l’activité qui emploie le plus de main d’œuvre en Égypte. En ce qui concerne les caractéristiques de la production dans ce domaine d’activité, disons que l’agriculture continue à reposer en grande partie sur des méthodes traditionnelles. Selon le plus récent des Rapports sur le développement humain (PNUD), l’essentiel de l’agriculture en Égypte ne repose pas sur des méthodes modernes et ce, aussi bien en matière de préparation de la terre ou des semailles, de lutte contre les insectes, d’arrosage ou de moissonnage. D’après ce même rapport, les compétences en matière de préparation des semences et d’arrosage plafonnent à 50 % de ce qu’elles pourraient être, alors que 75 % des pesticides se perdent en terre en raison de l’utilisation de vaporisateurs hors d’usage et que 28 % de la production de riz et de blé se perd dans l’opération manuelle de moissonnage 4.

Tableau I : Répartition des actifs en fonction des domaines d’activité économique (1990-2003)

Type d’activité

1990

1993

1995

1997

1999

2000

2003

Agriculture (%)

40,0

35,3

33,0

31,3

29,0

29,6

30,0

Industrie minière (%)

0,3

0,3

0,3

0,3

0,3

0,3

0,2

Industrie de transformation (%)

14,0

13,9

14,0

13,5

13,0

11,9

11,0

Service public (%)

0,8

1,0

1,0

1,2

1,0

1,2

1,0

Bâtiment (%)

6,0

6,5

6,0

7,3

8,0

7,9

7,0

Commerce et tourisme (%)

9,0

9,8

10,0

12,4

14,0

13,2

13,0

Télécommunications (%)

5,0

5,5

6,0

5,8

6,0

6,5

6,0

Finance et immobilier (%)

2,0

1,9

2,0

2,4

3,0

2,9

3,0

Services (%)

22,0

25,9

26,0

25,5

26,0

26,4

27,0

Total (%)

100

100

100

100

100

100

100

Source : UNDP et INP, “Choosing our Future : Towards a New Social Contract” in Egypt Human Development Report 2005.

Tableau II : Répartition des actifs en fonction des secteurs d’emploi (1990-2003)

Secteur employeur

1990

1995

1999

2000

2003

État (%)

22

26

27

28

29

Entreprises publiques (%)

10

9

6

6

6

Ensemble du secteur public (%)

32

35

33

34

34

Secteur privé (%)

67

63

66

65

64

Secteur de l’investissement (%)

1

1

2

1

1

Total (%)

100

100

100

100

100

Source : UNDP et INP, “Choosing our Future : Towards a New Social Contract” in Egypt Human Development Report 2005.

15La catégorie des services vient au deuxième rang, après l’agriculture, en ce qui concerne la capacité d’absorption de main d’œuvre. L’importance de ce secteur d’activité ne se manifeste pas seulement dans le volume qu’il occupe, mais encore dans sa dynamique, qui lui permet, alors qu’il emploie 22 % de l’ensemble des actifs en 1990, de passer à 27 % en 2003.

16Le tableau II nous permet de constater que le secteur privé est le secteur d’emploi le plus important en Égypte. On peut, toutefois, affirmer qu’un tel phénomène n’est pas dû aux transformations opérées dans les politiques économiques, ni à l’orientation vers l’économie de marché entérinée en Égypte avec l’adoption du programme de stabilisation et d’ajustement structurel en 1991. En effet, ce tableau nous montre bien que la part revenant au secteur privé est plus élevée au début des années quatre-vingt-dix qu’en 2003. A vrai dire, si nous examinons minutieusement la nature de la contribution du secteur privé, nous constatons que 66 % des employés de ce secteur ne travaillent pas en entreprise. Ils appartiennent soit au secteur agricole, soit à des secteurs informels de l’économie, aussi bien à la campagne qu’en milieu urbain. Étant donné la croissance limitée qui est celle du secteur privé réglementé et son impuissance à absorber la force de travail, c’est le secteur informel qui l’a emporté en dynamique et en souplesse dès lors qu’il s’agissait d’absorber l’augmentation croissante de main d’œuvre.

  • 5  El-Ehwany, N. et Metwally, M., « Labour Market Competitiveness and Flexibility », Economic Researc (...)

17A partir des années quatre-vingt-dix, on note, en effet, une importante hausse de la proportion occupée par le secteur informel en Égypte, qui s’est traduite par le doublement du nombre de travailleurs dans ce secteur en une seule décennie. Alors que le nombre d’employés dans le secteur réglementé est estimé à environ 474 000 travailleurs en 1996, le nombre de personnes employées la même année dans le secteur informel atteint les 5,2 millions de travailleurs 5.

18Autrement dit, la main d’œuvre employée dans le secteur informel représente 92 % de l’ensemble des actifs ne travaillant pas dans le secteur agricole. C’est sans doute une proportion particulièrement élevée et qui traduit l’extrême faiblesse du secteur privé réglementé en matière de création d’emplois.

  • 6  Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences, Ministère de l’Enseignement Supér (...)

19Certains expliquent cette différence énorme des capacités d’absorption de main d’œuvre, entre secteur réglementé et secteur informel, par la nature même de ces deux secteurs. Alors que l’emploi est essentiellement déterminé dans le secteur réglementé par la demande (demand driven) – et ce en fonction des besoins de production et des exigences technologiques du secteur – l’emploi, en secteur informel, est tributaire de l’offre que constituent l’ensemble des actifs qui n’ont pas pu rejoindre le secteur réglementé (supply driven6.

20Quant au secteur public, il occupe la deuxième place sur le marché du travail, en matière de capacités d’absorption des actifs. Ce secteur comprend les différentes activités publiques, soit dans le domaine de l’administration étatique, soit dans celui des services publics et sociaux (enseignement, santé, infrastructures). En ce qui nous concerne ici, il faudrait rappeler deux orientations politiques majeures : d’une part le développement de l’embauche dans le secteur gouvernemental (avant les années quatre-vingt-dix), et d’autre part le basculement dans l’économie de marché. Ces deux orientations sont intimement liées à la volonté de l’État de garantir la nomination des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur et intermédiaire à des postes gouvernementaux ou relevant d’entreprises publiques. Une telle politique a d’abord convenu à la situation du développement en Égypte. L’État jouait, alors, un rôle central dans l’activité économique et plus généralement dans le processus de développement. La planification globale était l’outil privilégié pour administrer l’économie nationale. Une telle situation a bien entendu engendré un besoin croissant de cadres instruits, chargés de s’occuper des différentes tâches nécessitées par les plans de développement. En revanche, le fait de rester attaché à ce système d’embauches massives, au moment même où reculait progressivement le rôle de l’État, a fait apparaître un excédent de main d’œuvre dans l’ensemble des secteurs d’activité gouvernementaux et publics.

21Aujourd’hui, ce système, qui garantit la nomination de jeunes diplômés, ne ressemble plus à ce qu’il était au moment de son lancement, et on ne peut en aucun cas confondre le fait qu’il y ait de nouvelles nominations dans le secteur public avec une garantie d’employer les jeunes diplômés. D’une part, il n’est pas rare de voir ces diplômés attendre de longues années sans trouver d’emploi ; d’autre part, la majorité des nominations enregistrées dans ce secteur se limite à remplacer des employés arrivés en fin de carrière et et à répondre aux besoins générés par les activités à caractère social que l’État continue à assumer, pour une grande part, à savoir l’enseignement et la santé.

  • 7  Nassar, H. et Elaithy, G., « Labour Market, Urban Poverty and Pro-poor Employment Policies », Econ (...)

22D’après Le Rapport sur le développement humain précédemment cité, 42 % des emplois créés pendant les années quatre-vingt-dix appartiennent au domaine de l’administration gouvernementale. Plus de la moitié de cette croissance concerne la catégorie des enseignants, qui est aussi la catégorie qui peut se targuer d’avoir eu la croissance la plus forte en matière d’effectifs 7.

23Étant donnés la médiocrité des résultats obtenus par le secteur privé et le peu d’investissements consentis par ce même secteur, on comprend mieux la place relativement importante qu’occupe le secteur gouvernemental en matière d’embauche (passant de 22 % de l’ensemble des employés en 1990 à 29 % en 2003 – tableau II).

24En ce qui concerne le secteur des entreprises publiques, la part qui lui revient sur le marché du travail n’a cessé de décroître au fil des années quatre-vingt dix, traduisant ainsi le rôle décroissant de l’État dans l’activité économique et les répercussions des privatisations massives opérées dans le secteur à la suite de la restructuration capitaliste de l’économie égyptienne. Ainsi, comme on peut le voir dans le tableau II, la part revenant aux projets publics en matière d’embauche baisse de 10 % en 1990 à 6 % en 2003. En dépit de ces transformations radicales et accélérées intervenues sur la nature même du circuit économique, l’activité industrielle privée s’est montrée incapable de prendre la relève du secteur public qui se désengageait à son profit. Alors qu’on attendait de l’activité industrielle privée qu’elle occupe une place de premier ordre en matière de création d’emploi, on constate au contraire (tableau I) une baisse des capacités de l’industrie à absorber de la main d’œuvre et une impuissance du secteur industriel privé à compenser les baisses de l’investissement public dans ce domaine vital. Or l’enseignement et la formation (qui constituent le pôle de l’offre sur le marché du travail) ne pouvaient qu’être affectés par cette faiblesse de la demande en main d’œuvre.

Quelques aspects du dysfonctionnement dans la relation de l’enseignement supérieur au monde du travail

Faiblesse du lien entre la recherche scientifique universitaire et les besoins de la société et du développement

25La situation de la recherche scientifique universitaire est l’une des dimensions principales du lien qui relie l’enseignement supérieur au monde du travail. En effet, si une institution universitaire, quelle qu’elle soit, veut devenir un acteur de poids dans la société et dans le processus de développement, elle n’a pas d’autre choix que de faire de la recherche scientifique une priorité essentielle et d’orienter celle-ci sur la voie du développement. Il faudrait ajouter ici qu’une bonne coordination entre établissements d’enseignement supérieur et instances de production et de services devrait, en principe, permettre à ces établissements de disposer de nouvelles ressources pour financer la recherche, de se doter d’équipements indispensables à l’apprentissage, et enfin de donner à leurs étudiants l’occasion de suivre des stages dans le monde du travail.

26En Égypte, les universités concentrent la grande majorité des ressources humaines en matière de recherche scientifique. Mais, étant donné la part extrêmement restreinte des budgets des universités allouée à la recherche (de l’ordre de 4 %), on peut considérer que la fonction principale des universités en Égypte est l’enseignement. Le corps enseignant consacre l’essentiel de son temps à l’enseignement. De plus, il faut noter ici que le chercheur universitaire n’entreprend pas ses recherches en fonction des besoins de la société mais généralement pour accéder à un niveau d’étude plus élevé. Ainsi la question de la recherche devient une affaire privée, qui concerne le chercheur seul et dont il est le seul à tirer bénéfice. Voilà sans doute pourquoi la relation entre la recherche scientifique universitaire et les activités de production et de services s’est amenuisée et distendue.

  • 8  UNDP et INP, 2005.
  • 9  Majlis al-Choura,Commission enseignement, recherche scientifique et jeunesse, « Développement de l (...)

27Le gouvernement égyptien est la principale source de financement de la recherche scientifique. En dépit de la modestie des subventions allouées à ce secteur, en comparaison avec d’autre pays, et malgré le changement de cap en matière de développement et le passage à l’économie de marché, le secteur privé ne finance presque jamais la recherche scientifique universitaire et n’attribue que très rarement des bourses d’étude ou de recherche. Ajoutons que l’activité industrielle n’est même pas demandeuse en matière de recherche scientifique, ce qui s’explique sans doute par le faible niveau technologique qui la caractérise. En effet, l’essentiel de ses équipements et de son matériel est importé, « clefs en main », ce qui réduit considérablement les occasions d’interaction entre cet important secteur de production et les établissements universitaires 8. L’industrie automobile par exemple, qui s’est étendue d’une manière importante ces dernières années, est pour l’essentiel une industrie d’assemblage. A ce titre, non seulement cette industrie est une activité à faible valeur ajoutée locale, mais elle n’est en aucun cas demandeuse en recherche scientifique, dans la mesure où les composants technologiques qu’elle utilise ou qu’elle assemble sont précisément ceux qu’elle importe 9.

  • 10  Majlis al-Choura, 2005.

28Cette impuissance locale à financer la recherche scientifique universitaire a permis une prolifération de financements étrangers, créant un marché informel de la recherche. Les membres du corps enseignant se sont mis à mener de telles recherches, tantôt à l’intérieur même des universités, tantôt à l’extérieur et la plupart du temps de manière individuelle. Voulant mettre un terme à ce problème, les universités en sont venues, depuis quelques années, à créer des sortes d’instituts indépendants pour la recherche scientifique : les Unités de recherche à caractère privé. La plupart de ces unités tirent leurs financements de l’étranger. Les universités égyptiennes en comptent environ 350 qui couvrent l’ensemble de l’éventail en matière de recherche scientifique et d’applications technologiques. Pourtant un récent rapport du Majlis al-Choura (Conseil consultatif équivalent du Sénat) égyptien constate qu’il n’y a aucun lien sérieux entre les universités et les secteurs de production et de services (en particulier en ce qui concerne le privé), ce qui nous fait douter de l’intérêt réel de ces unités de recherche au niveau national. Le même rapport les considère, en fin de compte, comme des sortes de bureaux de consultation dans des domaines qui ne nécessitent pas forcément de recourir à la recherche scientifique 10.

  • 11  Zaytoun, M. A., Condition of Research and Development in the Arab countries, UNESCO, Regional Scie (...)

29Certains chercheurs critiquent sévèrement le financement étranger de la recherche scientifique, et ce en dépit des besoins considérables en apports financiers. L’essentiel de ces critiques portent sur le manque de liberté, pour les chercheurs, qu’implique le recours à de tels types de financements. Il est, en effet, fréquent que les commanditaires imposent aux chercheurs des priorités et des objets d’études conformes aux intérêts et aux préoccupations qui sont les leurs. Une autre critique porte sur le fait que de tels financements étrangers menacent la possibilité même de mettre sur pied une stratégie nationale cohérente en ce qui concerne la recherche scientifique. Toujours d’après ces thèses, l’apport de financements étrangers freine le développement d’écoles scientifiques diversifiées tout comme la mise en place d’une complémentarité dynamique entre le monde de la recherche et les différents secteurs de production 11.

Un enseignement supérieur imperméable aux nouvelles données du monde contemporain

30La mondialisation implique la mise en place d’un nouveau type de relations entre les institutions d’enseignement supérieur et leurs partenaires dans la société. Étant donné le progrès ininterrompu des techniques et des connaissances, le monde du travail lui-même se trouve profondément transformé. Une grande part des connaissances de pointe, que les étudiants ont pu assimiler au début de leur formation, peut vite s’avérer dépassée. La nature même des emplois se trouve périodiquement redéfinie et il n’est pas rare qu’un employé doive assumer de nouvelles charges, voire se reconvertir complètement. D’un autre côté, l’enseignement supérieur ne peut plus se contenter de subir les changements qui interviennent sur le marché du travail, il lui revient également de modeler en partie le monde du travail à venir. A l’heure actuelle, à un certain niveau d’étude ne correspond pas forcément un emploi donné ; pourtant nous sommes en droit d’exiger de l’enseignement supérieur qu’il produise des diplômés qui ne soient pas seulement des demandeurs d’emploi mais bien d’avantage des « entrepreneurs » et à ce titre des créateurs d’emploi.

31Les bouleversements déjà intervenus dans le monde du travail ne manquent pas d’affecter l’enseignement supérieur. Dans de telles circonstances, les universités ne sauraient se passer d’une analyse constante de la nature des besoins en termes de programmes scolaires, de programmes de formation ou de formation continue. De ce point de vue, il est nécessaire d’adopter de nouvelles méthodes pédagogiques, de créer des cadres d’enseignement plus souples, permettant, par exemple, à des spécialistes de différents secteurs économiques de prendre part à l’enseignement dans les structures d’enseignement supérieur. Ajoutons qu’au niveau mondial, la relation entre enseignement supérieur et société ne se limite pas à de telles visées à court terme. Sur le long terme et dans un cadre global, on attribue aux institutions d’enseignement supérieur non seulement la tâche de refléter les aspirations de la société en ce qui concerne l’enseignement, mais encore celle de contribuer aux changements économiques et sociaux et de se hausser au niveau du développement humain – en un mot de chercher des solutions pratiques et innovantes aux problèmes impérieux qui se posent à l’ensemble de l’humanité.

32L’âge de la mondialisation exige donc de l’enseignement supérieur en Égypte qu’il assume un grand nombre de responsabilités que nous résumons ici en quelques points :

  1. Mettre en place un enseignement de masse et permettre à tous ceux qui en ont les capacités de suivre un enseignement supérieur.

  2. Proposer un enseignement de qualité et se hausser au rang de l’excellence.

  3. Etre relié au savoir planétaire, accompagner ses évolutions et prendre part à l’innovation des nouveaux savoirs.

  4. Assurer un enseignement qui mette les étudiants sur la voie de l’auto-apprentissage et permettre à ceux-ci de pouvoir renouveler leurs connaissances d’une manière continue.

  5. Assouplir les méthodes en matière de pédagogie et de pratique.

  6. Répondre aux évolutions du monde du travail et se montrer capable, en même temps, d’influer sur lui.

  7. Prendre part aux changements économiques et sociaux.

33Se pose alors la question suivante : jusqu’à quel point l’extension opérée dans le domaine de l’enseignement supérieur en Égypte répond-elle aux particularités résultant de la mondialisation et à la primauté d’un progrès reposant sur le savoir et la technologie ?

34Comme nous l’avons vu plus haut, l’université égyptienne s’est engagée sur la voie d’une augmentation sensible du nombre de ses étudiants. Nous avons aussi constaté que l’Égypte avait récemment diversifié la nature des institutions d’enseignement supérieur, ce qui a pu lui permettre d’absorber le nombre croissant d’inscrits. On compte donc des établissements universitaires et des établissements d’enseignement professionnel et technique, des universités ouvertes, des universités et des établissements privés et publics, des institutions étrangères côtoyant des institutions locales. Quelles qu’elles soient, ces institutions doivent en principe relever le défi lancé par l’augmentation de la demande et sa diversification, répondre aux besoins nouveaux de la société, et enfin impulser une dynamique de type « formation continue », tant du point de vue institutionnel qu’auprès des étudiants. Mais lorsque l’on examine le cas des universités ouvertes en Égypte par exemple, il faut bien avouer qu’il est difficile de voir dans cette institution un système de formation continue. Sans doute le problème rencontré par l’enseignement libre s’explique-t-il d’abord par le manque de demande des entreprises ou des institutions sociales en ce qui concerne la formation continue de leurs employés. Le fait que ces mêmes entreprises ou institutions n’offrent aux étudiants de l’enseignement libre quasiment aucune opportunité de stages explique probablement, à son tour, la carence de ce système.

  • 12  Zaytoun, M. A., «Le niveau de l’enseignement supérieur en Égypte», dansBashshur M., Courbage Y. et (...)

35Un changement récent et important dans la structure de l’enseignement supérieur place celui-ci en complète contradiction avec les besoins de toute société qui aspire à progresser en sciences et en technologie, dans un siècle dominé par l’innovation en matière de savoir. Ce changement aberrant consiste dans l’afflux, sans cesse croissant, d’étudiants dans les filières de sciences humaines et sociales et ce, aux dépens des spécialités scientifiques et technologiques. Alors que les étudiants en sciences représentaient 44 % des inscrits en 1972/1973, ils ne sont plus que 22,7 % des effectifs en 1999/2000 12.

36La tendance à accumuler les étudiants dans les filières théoriques, tout au long des années quatre-vingt-dix, a contribué à l’augmentation du taux de chômage chez les diplômés de ces filières.

37De nos jours le marché du travail ne se limite pas à l’économie nationale, il s’étend bien au-delà, jusqu’au niveau planétaire. Pour le développement de l’activité d’entreprises multinationales, les compétences requises sont des compétences de pointe, régulièrement mises à jour, surtout en ce qui concerne les nouvelles technologies. Dans de telles circonstances, les carences du système d’enseignement supérieur, constatées plus haut, le placent en porte-à-faux par rapport au monde du travail d’aujourd’hui et de demain.

Le chômage – évidence majeure de l’inadéquation entre enseignement supérieur et monde du travail

38Dans ce qui précède, nous nous sommes penchés sur quelques caractères du système d’enseignement égyptien qui révèlent ses insuffisances du point de vue de sa relation au développement et au monde du travail. Toutefois, la plupart des études consacrées à ce sujet font état d’un problème que nous n’avons pas vraiment abordé, celui du chômage ou plus exactement ce que l’on appelle de nos jours « le chômage des diplômés » et qui est devenu un véritable phénomène de société. Ce phénomène constitue la manifestation majeure de l’écart entre la demande du monde du travail et l’offre en main d’œuvre, comme en témoignent les chiffres qui suivent :

  • 13  Zaytoun, M. A., L’enseignement dans le monde arabe à l’heure de la mondialisation et de la culture (...)

39La force de travail augmente annuellement à hauteur de 2,7 à 3 %. Le nombre de personnes quittant avec succès le monde de l’enseignement pour se diriger vers le monde du travail est de 750 000 à 800 000 par an, alors que le nombre d’emplois disponibles est compris entre 380 000 et 450 000, ce qui donne un écart de 350 000 à 400 000 personnes qui restent sans emploi 13. De plus, la proportion des diplômés au chômage ou à la recherche d’un emploi est pour la première fois en augmentation. Le tableau III donne la répartition proportionnelle de la force de travail, entre actifs et chômeurs, en fonction du niveau d’étude et ce, pour l’année 2004.

Tableau III : Répartition proportionnelle des actifs et des chômeurs, en fonction du niveau d’étude, en 2004.

Niveau d’étude

Analpha-bète

Sachant lire et écrire

En deçà du collège

(ou de l’ancien certificat d’études)

Premier cycle d’enseigne-ment secondaire ou Collège

Enseigne-ment secondaire

Enseigne-ment supérieur

Total

Force de travail (%)

23,6

17,8

5,7

32,1

4,7

16,0

100,00

Actifs (%)

26,3

19,7

6,3

28,2

4,5

15,0

100,00

Chômeurs (%)

0,4

0,9

1,0

66,3

6,4

24,9

100,00

Source : Organe central pour la conscription et le recensement, Étude de la force de travail sur échantillons, 2004.

40Ce tableau montre bien la différence entre le niveau d’étude de l’ensemble de ceux qui pourraient travailler et celui de ceux qui travaillent effectivement : le niveau d’étude de la force globale de travail est supérieur à celui des actifs. Alors que la proportion d’analphabètes dans la force de travail est de 23,6 %, elle représente 26,3 % des actifs. Troisième point : la proportion des instruits qui composent la force globale de travail (16%) est supérieure à la proportion d’instruits effectivement actifs (15 %). Malgré son apparence paradoxale, cette situation s’explique facilement par l’identité des chômeurs et leur niveau d’étude. En effet, on note une baisse sensible de la proportion des analphabètes et des personnes sachant lire et écrire quand on passe dans la catégorie des chômeurs. Le chômage frappe avant tout la catégorie de ceux qui ont un diplôme de premier cycle d’enseignement secondaire (65,9 %), et cette catégorie est suivie par celle des personnes issues de l’enseignement supérieur, qui représente un quart des chômeurs en 2004. Ce gouffre entre la demande et l’offre en main d’œuvre instruite doit bien traduire un certain dysfonctionnement dans la relation entre les institutions d’enseignement et le monde du travail.

41De là, certains n’hésitent pas à attribuer la responsabilité de ce dysfonctionnement au seul secteur de l’enseignement : un usage excessif serait fait, selon eux, de l’enseignement en général et de l’enseignement supérieur en particulier. Mais cette explication est en contradiction avec une série de faits :

  1. Le pourcentage d’inscrits dans l’enseignement supérieur en Égypte a sans doute augmenté depuis deux décennies, mais il reste sensiblement inférieur à celui des pays avancés, et inférieur encore à celui de certains pays en voie de développement qui travaillent sérieusement à réaliser leur développement économique global.

  2. Les chiffres, que nous venons d’examiner dans le tableau III, nous montrent que 41 % de la force de travail en Égypte est constitué d’analphabètes ou de personnes sachant tout juste lire et écrire, alors que la proportion des personnes ayant un niveau d’études supérieur ne dépasse pas les 16 % de l’ensemble de la force de travail. Ces seuls chiffres devraient nous convaincre qu’il est impératif d’élever le niveau d’enseignement de la force de travail, et ce en augmentant la proportion des personnes qui suivent des études supérieures.

    • 14  Hadoussa, H. et El-Oraby, N., « Civil and Service Wages and Reform : The case of Egypt », The Egyp (...)

    A examiner la situation des autres pays arabes du point de vue du chômage, on observe une nette différence dans le pourcentage d’inscrits en études supérieures entre les sociétés où il est élevé (comme c’est le cas en Jordanie), et celles où ce pourcentage est plus bas (au Yémen par exemple) 14.

  3. Le taux de chômage proportionnellement bas chez les analphabètes peut s’expliquer par le fait que la plupart d’entre eux appartiennent à des classes défavorisées pour lesquelles il est impossible de supporter le poids du chômage. De plus, l’absence de système de compensation du chômage rend la pratique de n’importe quel emploi, et quelle qu’en soit la rémunération, bien préférable au chômage total. Pour ces classes, le chômage n’est pas un phénomène net et tranché, mais il se manifeste de manière indirecte par la baisse de productivité, l’exercice de métiers marginaux, la nature intermittente du travail. Le chômage peut encore prendre la forme d’un surplus de main d’œuvre au sein de projets familiaux, notamment dans les familles d’agriculteurs. Autrement dit, si le chômage apparaît clairement dans les chiffres officiels en ce qui concerne les instruits, c’est que leur chômage est net alors que celui des non-instruits est masqué. Il n’y a qu’à voir combien il est difficile de mesurer le chômage des personnes travaillant par intermittence.

  4. Enfin, puisque la plupart des analphabètes et des non-instruits passent peu (ou pas) de temps dans le système scolaire, ils entrent dans le monde du travail d’une manière précoce en comparaison avec ceux qui suivent un cursus supérieur. En conséquence, la probabilité est faible de voir une personne analphabète au chômage à l’âge de vingt-cinq ans, alors que la chose est beaucoup moins étonnante en ce qui concerne un diplômé du même âge.

42Ajoutons ici une remarque méthodologique : on ne peut parler d’un usage excessif de l’enseignement supérieur qu’à condition de se référer à une norme donnée. Y a-t-il excès par rapport au nombre total des habitants en Égypte ? Par rapport aux autres sociétés ? Par rapport aux besoins d’une économie qui a des stratégies sérieuses en matière de développement et qui aspire à occuper une place importante dans l’économie mondiale ? Il ne fait aucun doute que l’enseignement supérieur n’a rien d’« exagéré » dans notre pays – sauf si l’on décide de prendre pour normes le relâchement des efforts faits sur la voie du développement, la faiblesse des niveaux d’industrialisation et de leur enracinement, le refus d’une économie moderne reposant sur la connaissance. Comme nous l’avons évoqué plus haut, la proportion de la force de travail égyptienne, issue de l’enseignement supérieur, est bien en deçà des chiffres dont peuvent se prévaloir les pays avancés ou les pays qui aspirent vraiment au développement.

Responsabilités respectives du système d’enseignement supérieur et du développement

43L’Égypte n’est pas le seul pays à souffrir de cette dissymétrie entre les débouchés de l’enseignement supérieur et la situation du marché du travail, c’est une réalité qu’elle partage avec la plupart des pays arabes et des pays en voie de développement. Mais la question est de savoir si la responsabilité en revient vraiment au seul système éducatif, et au retard que ce système a pris sur le train du développement et du monde du travail.

44De telles explications sont en fait des simplifications grossières du problème. Premièrement, le système éducatif en Égypte n’est pas aussi sclérosé et aussi incapable de répondre aux besoins du marché du travail que voudraient nous le faire croire certains chercheurs. Deuxièmement, tout comme il y a des défauts et des faiblesses du côté du système d’enseignement – défauts qui affectent ses rapports avec le monde du travail –, il y a aussi des faiblesses du côté de la stratégie de développement et des particularités de ce monde du travail, faiblesses qui à leur tour ont un effet néfaste sur l’enseignement supérieur. Autrement dit les problèmes sont imputables aux deux versants du marché du travail : l’offre et la demande.

Du côté de l’offre : jusqu’où va la souplesse du secteur de l’enseignement ?

45En ce qui concerne les accusations d’immobilisme émises à l’encontre du système d’enseignement, il nous est possible d’aborder une série d’exemples tendant à infirmer de telles généralisations. En présence d’une puissante volonté de changement, l’enseignement supérieur peut, en effet, se montrer capable de s’adapter aux nouvelles situations du monde du travail (cette remarque est indépendante du fait que ces changements soient positifs ou négatifs, superficiels ou profonds).

46Le secteur touristique a connu un fort regain d’activité à l’issue des dernières orientations de l’économie égyptienne vers l’économie de marché. L’investissement hôtelier et touristique a gagné en importance et de nouvelles zones touristiques ont été développées dans des régions comme celles d’Ourgada et du Sinaï. En conséquence, la structure de la demande en main d’œuvre a elle-même changé, faisant appel à un nombre croissant de personnel dans ce secteur. Le système éducatif a su s’adapter à cette nouvelle demande, développant de manière significative les établissements de premier et de second cycle d’enseignement secondaire spécialisés dans l’hôtellerie et le tourisme. Une faculté de tourisme et d’hôtellerie a été créée ; de nombreuses facultés et instituts supérieurs ont ensuite fleuri dans ce domaine.

47Cet élan ne s’est d’ailleurs pas résumé aux institutions publiques, le secteur privé à son tour y a participé en ouvrant un nombre considérable d’écoles et d’instituts supérieurs. On ne peut donc pas dire que le système d’enseignement a manqué de réactivité en la matière, il a même trop réagi, en ce sens qu’il s’est mis à produire un excédent de diplômés ces dernières années – alors que la croissance du secteur touristique entrait en récession. Il faut toutefois ajouter que les compétences des diplômés sortant de ces instituts et de ces facultés n’ont pas toujours la qualité correspondant aux besoins du secteur en main d’œuvre qualifiée.

48Notre deuxième exemple concerne les différentes activités commerciales et industrielles tournées vers l’étranger qui ont été encouragées lors du passage à l’économie de marché. Au nombre de ces activités on compte celles des institutions bancaires, des sociétés d’exploitation sous licence, des entreprises d’import-export et de différentes entreprises exclusivement étrangères ou mixtes. L’émergence d’un tel phénomène a eu pour conséquence d’augmenter les besoins du marché du travail en personnes maîtrisant suffisamment les langues étrangères, et particulièrement l’anglais. Les systèmes d’enseignement public et privé n’ont pas manqué de réagir à de telles évolutions : les écoles de langue privées se sont multipliées d’une manière incroyable en Égypte, des écoles islamiques de langues ont même vu le jour et cet engouement a gagné le gouvernement qui s’est mis à ouvrir des écoles publiques calquées sur le modèle des écoles privées. Dans les universités gouvernementales, des parties entières de certaines facultés ont été consacrées à l’apprentissage de l’anglais, et du français dans certains cas. Enfin, parmi ces nouvelles universités privées, certaines se sont mises à dispenser des enseignements entièrement anglophones ou francophones dans le but d’offrir à leurs diplômés un « plus » sur le marché du travail.

49Cette capacité d’adaptation à un marché du travail changeant s’est aussi manifestée dans la création de facultés d’informatique dans de nombreuses universités et instituts supérieurs égyptiens, sans compter que l’enseignement et l’utilisation de l’informatique ont été introduits dans la plupart des cursus universitaires en tant qu’unités d’enseignement obligatoires. De tels développements témoignent d’une adaptation à la part de plus en plus grande qu’occupent les technologies de l’informatique et des télécommunications dans l’économie égyptienne, et donc au besoin croissant en diplômés compétents dans ce domaine.

50Ces exemples montrent bien que les institutions d’enseignement supérieur ne sont pas ces monstres d’immobilisme pour lesquels on veut les faire passer, mais qu’elles savent s’adapter le cas échéant aux transformations du monde du travail. Il est toutefois impossible de nier que le monde de l’enseignement porte une part de responsabilité, surtout en ce qui concerne la baisse de la qualité de son enseignement et de ses différents programmes. On peut par conséquent reprocher à l’enseignement supérieur de ne pas former des diplômés suffisamment compétitifs sur le marché du travail au niveau local, régional ou international. La responsabilité d’une telle déficience revient également aux politiques d’enseignement supérieur qui s’alignent sur les restrictions budgétaires publiques, et qui en viennent à entasser les étudiants dans des filières théoriques sans se soucier du manque de moyens de ces facultés ou de la médiocrité de l’enseignement qui y est dispensé.

Du côté de la demande : l’économie nationale est-elle capable de créer des emplois pour les diplômés de l’enseignement supérieur ?

51La plupart des études ignorent ce second point qui a trait à la demande en main d’œuvre, à une certaine impuissance en matière de développement et à certaines caractéristiques du monde du travail qui se répercutent sur le système éducatif. Nous avons abordé plus haut la structure de l’activité économique en Égypte, la capacité des différents secteurs à absorber la main d’œuvre et la nature des qualifications exigées par ces mêmes secteurs. Or ces caractéristiques trahissent l’impuissance de l’économie égyptienne à créer des emplois qui correspondraient aux diplômés du système éducatif en général et de l’enseignement supérieur en particulier. Examinons plus en détail cette faiblesse :

52Premièrement : à l’heure actuelle l’agriculture continue à absorber la plus grande part de la main d’œuvre en Égypte. Or les chances de voir ce secteur créer des emplois, à l’avenir, sont fortement limitées, surtout en ce qui concerne la création d’emplois qualifiés faisant appel à des diplômés de l’enseignement supérieur. Ce secteur entretient, en effet, très peu de liens avec le régime d’enseignement supérieur dans la mesure où l’agriculture égyptienne, comme nous l’avons vu précédemment, repose toujours sur des méthodes traditionnelles qui ne nécessitent pas un niveau d’enseignement élevé.

53Deuxièmement : l’agriculture mise à part, l’essentiel de l’activité économique privée se concentre dans le secteur informel. Ce secteur revêt en général la forme de services de base. En ce qui concerne les activités de production de marchandises, elle est assumée la plupart du temps par de petites (pour ne pas dire « minuscules ») entreprises qui se caractérisent par une productivité des plus basses, et qui souffrent de difficultés financières ne leur permettant pas d’améliorer les moyens de production ni d’utiliser des méthodes de production développées. On comprendra dès lors que de telles entreprises se montrent incapables de créer des emplois qualifiés, donc de faire appel aux diplômés du supérieur.

  • 15  Fawzy, S., « Investment Policies and Unemployment in Egypt », The Egyptian Centre for Economic Stu (...)

54Troisièmement : en plus de ses dimensions modestes et du peu de croissance qui lui est propre, le secteur privé réglementé souffre d’une augmentation de la concentration de ses capitaux. Il n’y a qu’à voir combien le coût de la création d’un emploi a augmenté entre les années quatre-vingt et les années quatre-vingt-dix, passant d’environ 60 000 livres égyptiennes à 103 000 livres, ce qui a eu pour conséquence de baisser le rapport flexibilité du travail/productivité moyenne de 7,0 à 5,0 sur la même période 15. Ce secteur est donc bien capable de créer de nouveaux emplois faisant appel à une main d’œuvre qualifiée, mais cette capacité reste limitée.

55Quatrièmement : Le secteur des entreprises publiques a vu baisser sa capacité à créer des emplois qualifiés pour deux raisons. D’abord en raison de la forte baisse des investissements publics dans le cadre du passage à l’économie de marché et des transformations des politiques économiques qui l’ont accompagnée. Ensuite, en raison des privatisations massives qui ont touché 50 %, voire plus, des entreprises du secteur. Les capacités de ce secteur à créer des emplois à l’avenir sont donc restreintes et le seront de plus en plus, étant donné l’extension des privatisations annoncée pour ces prochaines années.

56Cinquièmement : Le secteur gouvernemental est, comme nous l’avons vu, un secteur qui emploie un nombre proportionnellement important d’actifs, et la proportion qui lui revient par rapport au total de la main d’œuvre employée n’a cessé de croître depuis les années quatre-vingt-dix et jusqu’en 2003. Une telle augmentation se produit alors que la croissance de la demande en main d’œuvre dans ce secteur est inférieure à ce qu’elle était par le passé – comparativement surtout à l’époque du système de garantie des nominations pour les nouveaux diplômés. Ce paradoxe s’explique par la faible croissance de la demande en main d’œuvre dans les autres secteurs. Ainsi le secteur gouvernemental en vient à être le principal employeur de main d’œuvre non-agricole en Égypte – aux côtés du secteur informel, il est vrai. Mais comme ce dernier ne fait pas appel à une main d’œuvre qualifiée, il nous faut conclure que le secteur gouvernemental est le secteur le plus important en matière de création d’emplois qualifiés, donc d’emplois destinés aux diplômés de l’enseignement supérieur.

57On peut sans mal prévoir la pérennité de l’importance de ce secteur sur le marché du travail, et particulièrement en ce qui concerne la demande en main d’œuvre instruite. Toutefois, le volume de la demande du secteur pourrait être affaibli si l’État décidait de pousser plus loin la privatisation des services d’enseignement et de santé, services qui sont de loin les plus demandeurs en main d’œuvre instruite dans le secteur gouvernemental.

58Il serait intéressant de se pencher à présent sur quelques analyses s’appuyant sur la mesure de la demande en main d’œuvre en fonction des niveaux d’études et des professions entre 2001 et 2005. Les résultats de ces études sont exposés dans les deux tableaux IV et V.

Tableau IV : Distribution proportionnelle de la force de travail et du chômage, et estimation de la demande en main d’œuvre en fonction du niveau d’études (2001-2005)

Niveau d’études

Force de travail*

Chômage*

Demande en main d’œuvre**

En milliers

%

En milliers

%

En milliers

%

Analphabète

4617

23

12

0,5

Sachant lire et écrire

3799

19

15

0,7

En deçà du collège

1092

5

23

1

531

66

Premier cycle d’enseignement secondaire ou Collège

31

1478

65,9

28

4

Enseignement secondaire

1099

5

146

6,5

108

13

Niveau universitaire et plus

3460

17

576

25,3

138

17

Total

20360

100

2241

100

805

100

Sources : * Egypt Human Development Report, Choosing our Future : Towards a New Social Contract, 2005. ** Samir Radwan, “Employment and unemployment in Egypt, Conventional Problems, Unconditional Remedies”, in “Employment and unemployment in Egypt”, A Conference Organized by the Egyptian Center for Economic Studies, Le Caire, 2002.

Tableau V : Distribution proportionnelle de la force de travail et du chômage (1999-2000) et de la demande en main d’œuvre (2001-2005)

Gouvernorat

Chômeurs (%)

Demande en main d’œuvre (%)

Le Caire

4,8

34,6

Alexandrie

3,8

15,2

Guizeh

3,9

17,5

Gouvernorats du Delta

4,4 – 13,2

1 – 5,1

Gouvernorats de Moyenne-Égypte

2 – 19

0,1 – 1,1

Gouvernorats des frontières

7,3 – 16,7

0,1 – 0,9

Source: S. Radwan, document cité ci-dessus.

  • 16  Radwan, S., « Employment and Unemployment in Egypt : Conventional Problems Unconventional Remedies (...)

59Les résultats auxquels parviennent ces études corroborent indéniablement nos dernières remarques concernant l’activité économique en Égypte et la demande en main d’œuvre qui en émane. On constate en effet que les deux tiers de cette demande, entre 2001 et 2005, se concentrent sur une main d’œuvre ayant un niveau d’éducation inférieur au premier cycle secondaire (collège) – 66 % de l’ensemble de la demande concerne cette catégorie. Quant à la demande en diplômés du supérieur, dont la plus grande part est assumée par le secteur gouvernemental, elle ne dépasse pas les 17 %. De plus, les estimations de la demande en employés en fonction de la nature des emplois révèlent que dans les domaines plutôt techniques tels les mathématiques, les statistiques ou l’informatique, la demande est très limitée. Elle ne dépasse pas en effet les 0,4 %, alors que la proportion de spécialistes de ces domaines approche les 1,2 % 16.

60Quant à la distribution géographique de la demande en main d’œuvre, elle entretient manifestement les inégalités déjà existantes entre les différentes régions d’Égypte. La demande se concentre en effet, quasi-exclusivement, dans les gouvernorats les plus riches. Les gouvernorats du Caire et d’Alexandrie sont en effet demandeurs, à eux seuls, des deux tiers du marché du travail alors que des gouvernorats les plus pauvres émane une demande comprise entre 0,1 % et 1,1%.

Défaillance dans le système de formation professionnelle

61Certaines écoles de pensée attribuent pour seule mission à l’enseignement supérieur celle de former à des métiers donnés et de répondre, strictement, aux besoins du monde du travail. En vérité, les compétences strictes qu’exige tout travail sont beaucoup moins l’affaire de l’enseignement supérieur que celle de la formation professionnelle. La formation professionnelle est, en effet, cet outil précieux qui permet d’adapter la force de travail au besoin en qualifications précises, et de combler les manques de compétences pratiques chez les nouveaux diplômés de l’enseignement supérieur. En raison du développement accéléré des technologies et des changements connexes en matière de compétences, l’importance accordée à la formation professionnelle et à la formation continue est en constante augmentation au niveau mondial.

  • 17  Radwan, S., Towards Full Employment : Egypt into the 21st Century, The Egyptian Centre for Economi (...)

62La constatation d’un manque considérable de cohésion dans le système de formation professionnelle en Égypte fait l’objet d’un large consensus. Bien que nombreuses, les institutions de formation sont absolument déconnectées les unes des autres ; elles manquent la plupart du temps de financements et elles croulent sous le poids de leur propre bureaucratie. Pour toutes ces raisons, on entend des voix s’élever pour proposer d’étendre le domaine de la formation professionnelle, de créer surtout une instance unique chargée de coordonner les différents programmes de formation et de veiller à leur qualité ainsi qu’à leur capacité à répondre adéquatement aux besoins du monde du travail. Il a été recommandé également de créer une caisse pour la formation professionnelle, chargée de collecter 1 à 2 % des rémunérations des entreprises participant au projet (aussi bien les entreprises publiques que les entreprises privées) 17.

63Bien que de telles recommandations soient intéressantes, et sans doute efficaces, il ne faut pas perdre de vue que le développement d’un système pertinent de formation professionnelle dépend de l’ampleur de la demande des entreprises en matière de formation et de formation continue pour leurs employés. Tant que cette demande ne sera pas plus importante et qu’elle ne touchera pas un plus grand nombre d’entreprises, le système de formation professionnelle continuera à être relativement inefficace.

  • 18  Evans-Klock, C. et Lim, L. L., Options for Human Resources Development in Egypt, The Labour Market (...)

64Une enquête intéressante a été effectuée en 1996 auprès de 1 700 entreprises, employant 282 259 employés, pour sonder les besoins d’entreprises aussi bien publiques que privées en matière de formation professionnelle. Ses résultats nous seront précieux pour déterminer le comportement des entreprises à l’égard de la formation et de la formation continue 18.

65Cette enquête révèle qu’un nombre restreint d’entreprises propose de tels programmes de formation à leurs effectifs, qu’il s’agisse de leurs nouveaux employés ou des plus anciens d’entre eux. Les résultats sont frappants :

  1. Une entreprise sur cinq a proposé une formation à ses nouveaux employés.

  2. Une sur huit a proposé des programmes de formation continue dans le but d’améliorer la qualité du travail de ses employés ou pour des raisons de promotion interne.

  3. Une seule entreprise sur dix a proposé des formations supplémentaires dans le but de moderniser le processus de production et d’élever le niveau de compétence de ses ouvriers.

66D’après la même enquête, ce faible taux de recours à la formation professionnelle s’explique par le fait que la grande majorité des entreprises de production et de services en Égypte sont des petites entreprises (de moins de 10 employés). Alors que moins de 10 % de ces petites structures ont proposé des formations (quelles qu’elles soient) à leurs employés, 70 % des entreprises les plus importantes ont formé leurs nouvelles recrues tandis que 60 % d’entre elles ont adopté des programmes de formation continue. On constate encore que les entreprises basées à la campagne ont moins recours à ce type de formations que les entreprises situées en milieu urbain. Pour finir, tout nous porte à croire que les entreprises tournées vers l’exportation ou celles dont les produits visent à se substituer aux produits importés, sont des entreprises qui misent beaucoup plus que la moyenne sur la formation professionnelle.

67La plupart des entreprises sondées se justifient en affirmant que leur activité ne nécessite en rien des programmes de formation professionnelle, soit que les nouveaux employés aient la compétence exigée, soit que telle ou telle tâche ne requière pas de savoir-faire particulier. Les plus grandes structures, quant à elles, ne recourent guère à de tels arguments, sans doute dans la mesure où elles emploient un taux plus important de main d’œuvre hautement qualifiée.

68On peut donc dire que la plupart des entreprises égyptiennes adoptent un système de « formation sur le tas » ou d’apprentissage informel, et qu’elles ont peu recours à la formation professionnelle officielle dès lors qu’il s’agit de façonner les compétences de leurs nouveaux employés. Par ailleurs, l’éventualité de continuer à former les « anciens » demeure limitée dans la mesure où l’on observe que la formation continue s’adresse plus volontiers à la tranche des 25-34 ans. Ce qui signifie que les employés les plus susceptibles d’avoir besoin de renouveler leur savoir-faire sont ceux qui ont le moins de chance de recevoir une formation leur permettant de se mettre au fait de pratiques plus récentes.

69En général, le besoin en formation professionnelle d’une entreprise dépend de ses stratégies et de ses méthodes de production, de son besoin de moderniser ses modes de gestion et enfin de la place qu’elle accorde aux technologies de l’informatique et des télécommunications.

70Tant que la grande majorité des entreprises égyptiennes sera constituée de petites structures à caractère artisanal, le besoin en matière de formation professionnelle demeurera circonscrit. Ceci nous amène à conclure que le problème ne consiste pas seulement dans le besoin urgent de développer un système officiel de formation professionnelle, mais aussi et peut-être davantage, dans la nécessaire modernisation des entreprises, modernisation tant du point de vue de leur capacité de production, de leur technicité, que de leurs méthodes de gestion. Sans cela nous serions condamnés à proposer des programmes de formation professionnelle qui ne correspondraient à aucun besoin réel.

Conclusion

71L’Égypte a sans aucun doute accompli une avancée substantielle dans le domaine de l’enseignement supérieur, mais ces progrès se sont limités à un aspect quantitatif. Les établissements d’enseignement supérieur ont augmenté à un rythme rapide depuis les années quatre-vingt-dix jusqu’à nos jours. La nature même de ces institutions a gagné en diversité puisqu’on compte à présent à la fois des établissements universitaires et d’autres non-universitaires, de l’enseignement public et du privé, de l’enseignement à caractère national aussi bien qu’étranger. En revanche, dans la plupart des cas, on ne s’est pas suffisamment soucié de la qualité de l’enseignement qui devait accompagner une telle massification. Les politiques de l’enseignement ont été, jusqu’à présent, menées au nom de deux objectifs, l’un financier, l’autre politique : d’un côté le but était de faire des économies sur les budgets de l’enseignement et de freiner les dépenses publiques dans le domaine ; d’un autre côté on comptait tirer un bénéfice politique du fait d’ouvrir les portes de l’université à un grand nombre de personnes. Ce double objectif a eu pour conséquence une extension rapide de l’enseignement supérieur professionnel et technique et ce, aux dépens du développement de l’enseignement général, par nature plus coûteux. Autre conséquence de ces politiques : l’entassement des étudiants dans les facultés qui dispensent un enseignement théorique (dont les besoins, en général, sont moindres) et la limitation de l’accès aux facultés scientifiques.

72Ces phénomènes ne pouvaient qu’avoir un impact négatif sur la qualité de l’enseignement supérieur, et plus particulièrement sur celui de l’enseignement dispensé dans les instituts techniques. Ces instituts, présentés comme les sauveurs du système éducatif, devaient faire face aux besoins des secteurs de production, en dispensant des formations pratiques et en s’adaptant avec plus de souplesse aux exigences spécifiques du monde du travail. Ce type d’institutions s’est pourtant vite révélé vicié en raison du manque de financements dont souffrent les établissements publics de ce genre, alors que les établissements privés semblent n’avoir été crées que pour des raisons mercantiles. Les étudiants sortant de ces instituts rencontrent le plus grand mal à s’adapter au monde du travail, d’une part en raison de la trop petite croissance de la demande en main d’œuvre qualifiée, et d’autre part en raison de la médiocrité du niveau d’enseignement ou de formation qui leur a été dispensé. Par ailleurs, l’afflux massif d’étudiants dans les cursus universitaires théoriques et la baisse notoire de leur niveau de compétence ont rendu cette main d’œuvre largement excédentaire sur le marché du travail.

73Ceci nous amène à la conclusion que la baisse du niveau des diplômés du supérieur est l’élément principal expliquant le dysfonctionnement de la relation entre enseignement supérieur et monde du travail. Comme nous venons en effet de le voir, l’enseignement supérieur ne saurait être accusé de ne pas savoir s’adapter aux changements qui interviennent sur le marché du travail, en restructurant les domaines de spécialité et les programmes d’enseignement ; c’est bien dans la qualité de l’enseignement que réside le problème.

74Le temps est venu, pour l’institution éducative en Égypte, d’accorder la priorité absolue à la qualité de son enseignement et à sa compétitivité. Le problème principal que l’on rencontrera sur cette voie est sans doute de savoir comment on pourrait améliorer le niveau de l’enseignement sans revenir en arrière et adopter à nouveau un système élitiste, privant de cet enseignement de larges tranches de la société. En l’occurrence, il nous semble primordial de ne pas perdre de vue ces quelques lignes directrices :

  1. L’extension de l’enseignement doit être minutieusement planifiée, de sorte que les critères de potentiel et d’excellence soient aussi bien au centre des politiques d’admission qu’au cœur du processus éducatif lui-même.

  2. Il est essentiel de modifier la représentation qu’on se fait du financement public de l’enseignement supérieur : cesser de voir cette institution comme un fardeau qui pèse sur les deniers de l’État, pour la considérer comme un investissement à long terme et d’intérêt public. De fait, les fonds publics sont limités mais les difficultés de financement qui en découlent ne doivent pas, en prenant la forme de restrictions budgétaires, avoir d’incidences néfastes sur la qualité de l’enseignement et son excellence. Une telle contrainte doit, au contraire, nous encourager sur la voie d’une gestion raisonnée des finances publiques, mettant un terme au gaspillage aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du secteur de l’enseignement, autrement dit au niveau de l’économie nationale toute entière.

  3. Il est nécessaire de suivre systématiquement et d’ajuster en permanence l’institution éducative, sur tous les plans, et plus particulièrement en ce qui concerne la relation du diplômé à la société et sa relation au monde du travail. Ainsi, cette institution et ses responsables auront en main des retours d’information sur leur travail, « retours » qui leur permettront de faire face à leurs propres points faibles et d’améliorer le niveau des diplômés en corrélation avec les besoins du monde du travail actuel et à venir.

75L’une des conclusions importantes que l’on peut tirer de cette étude relève d’une relativisation : l’enseignement n’est qu’un élément parmi d’autres qui participent au développement. Sans doute la réussite ou l’échec du système éducatif sont-ils des facteurs importants de développement, mais ce que l’on ignore la plupart du temps c’est que, inversement, la situation économique et les stratégies adoptées en matière de développement ont un effet considérable sur le système éducatif – ces facteurs peuvent à leur tour introduire des dysfonctionnements dans la relation entre l’enseignement supérieur et le monde du travail.

76On sait bien de nos jours que l’économie moderne, qui repose sur une compétitivité élevée et une concentration des connaissances, a des répercussions positives tant sur le système d’enseignement que sur le monde du travail. Cette nouvelle forme d’économie, en effet, exige un système d’enseignement capable de faire accéder un grand nombre de personnes à un niveau d’études supérieures (à condition qu’un tel système dispense, en même temps, un enseignement de qualité et qu’il forme de futurs employés hautement qualifiés). En ce qui concerne l’impact de cette forme moderne d’économie sur le marché du travail, disons qu’elle implique une croissance élevée de la demande en main d’œuvre et qu’elle renouvelle la structure de l’emploi au profit de postes à haute productivité et à hauts revenus, postes ayant donc un besoin considérable en termes de compétences et de formation.

77Comme nous avons pu le voir, les fondements d’une telle économie n’existent pas en Égypte ; nous ne pouvons donc pas nous attendre à voir ses bienfaits sur l’enseignement et le monde du travail. En dépit des transformations des politiques économiques et des coups de pouce incessants donnés au secteur privé réglementé, celui-ci se montre incapable d’investir suffisamment pour compenser le désengagement de l’État (cette remarque concerne surtout le secteur industriel). Ceci explique pourquoi ce secteur ne peut proposer que très peu d’emplois correspondant aux diplômés de l’enseignement supérieur.

78En dehors du secteur agricole, l’embauche en Égypte est surtout le fait de deux secteurs : le secteur informel et le secteur gouvernemental. Le premier n’a pas de besoins particuliers en matière de niveau d’instruction ou d’enseignement. Quant au second, il est à ce jour le principal employeur de diplômés du supérieur – autrement dit, le système d’enseignement est, avant tout, en interaction avec le secteur public, et il destine la plupart de ses étudiants soit à des postes bureaucratiques, soit aux différentes professions que comprend ce secteur.

79Par conséquent, un véritable développement économique et l’assimilation des fondements de l’économie du savoir et de ce qui s’y rattache, exigent de diversifier la structure de la production, de développer l’industrie et la développer en profondeur, de renforcer la productivité des secteurs des services, d’utiliser des technologies avancées en atteignant une certaine autonomie en la matière (en s’appuyant sur les compétences locales), et enfin de rendre la production nationale compétitive au niveau international. Tous ces points doivent constituer des objectifs vitaux de l’économie égyptienne, seuls susceptibles d’offrir à l’enseignement supérieur un motif de changement : à charge alors, pour cet enseignement supérieur, de façonner le haut niveau de compétences exigé par l’économie moderne, et à charge pour un système de formation cohérent de combler les intervalles entre enseignement supérieur et monde du travail.

Bibliographie

Sources documentaires

مركز المعلومات واتخاذ القرار التابع لمجلس الوزراء، جمهورية مصر العربية (Centre des ressources et des prises de décisions, Conseil des ministres, République Arabe d’Égypte).

الأسكوا، الإستجابة للعولمة، تقرير منظمة الاسكوا، 2002 (ESCWA, “Répondre à la mondialisation”, Rapport de l’ESCWA, 2002)

UNDP et INP, « Choosing our Future : Towards a New Social Contract », Egypt Human Development Report, 2005.

El-Ehwany N. et Metwally M., « Labour Market Competitiveness and Flexibility », Economic Research Forum, Working Paper Series, n° 0129.

المنظمة العربية للتربية والثقافة والعلوم، وزارة التعليم العالي، الجمهورية العربية السورية، متطلبات مجتمع المعرفة، المؤتمر التاسع للوزراء والمسئوليين عن التعليم العالي والبحث العلمي في الوطن العربي، دمشق 15-18 ديسمبر 2003. (Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences, Ministère de l’Enseignement Supérieur, République arabe syrienne, « Les besoins de la société du savoir », Neuvième conférence des ministres et responsables de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans le monde arabe, Damas, 15-18 décembre 2003.)

Nassar H. et Elaithy G., « Labour Market, Urban Poverty and Pro-poor Employment Policies », Economic Research Forum, WP 2036.

مجلس الشورى, لجنة التعليم والبحث العلمي والشباب، تطوير البحث العلمي والقاعدة العلمية في مصر، جمهورية مصر العربية، 2005. (Majlis al-Choura, Commission enseignement, recherche scientifique et jeunesse, « Développement de la recherche scientifique et rôle de l’assise scientifique en Égypte », République arabe d’Égypte, 2005.)

Radwan S., « Employment and Unemployment in Egypt : Conventional Problems Unconventional Remedies », colloque organisé par The Egyptian Centre for Economic Studies, Le Caire, 13-14 janv. 2002.

Références bibliographiques

Fawzy S., « Investment Policies and Unemployment in Egypt », The Egyptian Centre for Economic Studies, Working Paper n° 68, sept. 2002.

Hadoussa H. et El-Oraby N., « Civil and Service Wages and Reform : The case of Egypt », The Egyptian Centre for Economic Studies, Working Paper, n° 98, mai 2004.

Evans-Klock C. et Lim L. L., Options for Human Resources Development in Egypt, The Labour Market Context, ILO, 1998.

Radwan S., Towards Full Employment : Egypt into the 21st Century, The Egyptian Centre for Economic Studies, Distinguished Lecture Series (10).

Woo J. H., « Education and Economic Growth in Taïwan : a Case of Successful Planning », World Development, vol.19, n°8, 1991.

Zaytoun M. A., Condition of Research and Development in the Arab countries, UNESCO, Regional Scientific Committee for Higher Education Research and Knowledge.

محيا زيتون، التعليم في الوطن العربي في ظل العولمة وثقافة السوق، مركز دراسات الوحدة العربية، بيروت، ديسمبر 2005.(Zaytoun M. A., L’enseignement dans le monde arabe à l’heure de la mondialisation et de la culture de marché, Centre d’études de l’Unité arabe, Beyrouth, décembre 2005).

محيا زيتون، مستوى التعليم العالي في مصر، المنشور في : Zaytoun M. A., «Le niveau de l’enseignement supérieur en Égypte», dans Bashshur M., Courbage Y. et Labaki B., L’Enseignement supérieur dans le monde arabe : une question de niveau ?, Institut Français du Proche-Orient, Beyrouth, Liban, 2006.

Notes

1  Centre des ressources et des prises de décisions, Conseil des ministres, République arabe d’Égypte.

2  ESCWA, “Répondre à la mondialisation”, Rapport de l’ESCWA, 2002.

3  Woo, J. H., « Education and Economic Growth in Taïwan : a Case of Successful Planning », World Development, vol.19, n°8, 1991.

4  UNDP et INP, « Choosing our Future : Towards a New Social Contract », Egypt Human Development Report, 2005.

5  El-Ehwany, N. et Metwally, M., « Labour Market Competitiveness and Flexibility », Economic Research Forum, Working Paper Series, n° 0129.

6  Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences, Ministère de l’Enseignement Supérieur, République arabe syrienne, « Les besoins de la société du savoir », Neuvième conférence des ministres et responsables de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans le monde arabe, Damas, 15-18 décembre 2003.)

7  Nassar, H. et Elaithy, G., « Labour Market, Urban Poverty and Pro-poor Employment Policies », Economic Research Forum, WP 2036.

8  UNDP et INP, 2005.

9  Majlis al-Choura,Commission enseignement, recherche scientifique et jeunesse, « Développement de la recherche scientifique et rôle de l’assise scientifique en Égypte », République arabe d’Égypte, 2005.

10  Majlis al-Choura, 2005.

11  Zaytoun, M. A., Condition of Research and Development in the Arab countries, UNESCO, Regional Scientific Committee for Higher Education Research and Knowledge.

12  Zaytoun, M. A., «Le niveau de l’enseignement supérieur en Égypte», dansBashshur M., Courbage Y. et Labaki B., L’Enseignement supérieur dans le monde arabe : une question de niveau ?, Institut Français du Proche-Orient, Beyrouth, Liban, 2006.

13  Zaytoun, M. A., L’enseignement dans le monde arabe à l’heure de la mondialisation et de la culture de marché, Centre d’études de l’Unité arabe, Beyrouth, décembre 2005.

14  Hadoussa, H. et El-Oraby, N., « Civil and Service Wages and Reform : The case of Egypt », The Egyptian Centre for Economic Studies, Working Paper, n° 98, mai 2004.

15  Fawzy, S., « Investment Policies and Unemployment in Egypt », The Egyptian Centre for Economic Studies, Working Paper n° 68, sept. 2002.

16  Radwan, S., « Employment and Unemployment in Egypt : Conventional Problems Unconventional Remedies », colloque organisé par The Egyptian Centre for Economic Studies, Le Caire, 13-14 janv. 2002.

17  Radwan, S., Towards Full Employment : Egypt into the 21st Century, The Egyptian Centre for Economic Studies, Distinguished Lecture Series (10).

18  Evans-Klock, C. et Lim, L. L., Options for Human Resources Development in Egypt, The Labour Market Context, ILO, 1998.

Auteur

Professeur d’économie, Université d’al-Azhar, Le Caire.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540