Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement supérieur et marché du travail dans le monde arabe

 | 
Boutros Labaki

Présentation

Boutros Labaki

Texte intégral

1Les travaux présentés dans cet ouvrage s’intéressent à la question des tensions latentes ou déclarées dans les sociétés des sept pays arabes étudiés (sur les 21 membres que compte la Ligue Arabe) : Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Jordanie, Syrie et Liban. En effet, ces pays connaissent un important chômage des diplômés universitaires, phénomène qui se manifeste de manière aiguë partout dans le monde arabe.

2Les médias rendent compte régulièrement de mouvements de protestation organisés par des universitaires chômeurs. Au cours des quinze dernières années, le rôle joué dans de tels mouvements par des universitaires en attente d’insertion professionnelle a été souligné dans plus d’un pays arabe. D’autre part, nombre de nos pays connaissent une émigration massive des universitaires diplômés.

3Tous ces phénomènes sont la conséquence d’une offre excessive de diplômés par rapport à la demande du marché du travail. Ils reflètent aussi l’inadaptation qualitative de l’offre de diplômés par rapport à la demande, que ce soit du point de vue sectoriel ou du point de vue de la qualité de la formation.

4Dès 2003, le « Rapport sur le développement humain dans le monde arabe » (PNUD), soulignait l’aspect quantitativiste du développement de l’enseignement supérieur dans le monde arabe.

5Cependant, les aspects qualitatifs de l’inadaptation de l’offre de diplômés méritent d’être soulignés : relations insuffisantes entre les institutions d’enseignement supérieur et le secteur privé, méthodes pédagogiques passives ne préparant pas à l’auto-apprentissage et à l’apprentissage continu, rendus nécessaires par l’accélération des multiples changements techniques dans le monde du travail du fait de différents aspects de la mondialisation ; recherche universitaire déconnectée des besoins.

6À ces aspects qualitatifs ajoutons que des phénomènes de société, qui se manifestent dans plus d’un pays, favorisent ou défavorisent l’insertion des diplômés universitaires dans le monde du travail : les diplômés d’origine urbaine, connaissant une langue étrangère, connectés socialement, mâles, de formation secondaire scientifique, de formation universitaire technique et/ou commerciale bénéficient d’un relatif avantage.

7En arrière plan de ce panorama se profile une réalité généralisée dans les pays arabes non pétroliers : une baisse du produit national réel, que ce soit au niveau des économies nationales ou au niveau des individus, entre 1980 et 1993-1994, et une stagnation depuis lors (Hazem Béblaoui – ancien secrétaire exécutif de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie occidentale –,  L’économie arabe à l’ère de la mondialisation, Centre des Émirats pour les études et les recherches stratégiques, Abou-Dhabi, 2003, p. 77-78 – en arabe).

8La croissance économique n’est donc pas au rendez-vous en termes réels (à l’exception notable de la Tunisie, dont nous parlerons plus loin).

9Ce fait global est confirmé du côté européen (Jacques Ould Aoudia, « Croissance et réformes dans les pays arabes méditerranéens », Notes et Documents, n° 28,Agence Française de Développement, avril 2006, Paris, p. 30-31).

10Les problèmes se situent surtout du côté de la « non-croissance » économique. Même la Tunisie, qui fait exception à ce phénomène, a une croissance offrant peu d’emplois hautement qualifiés (voir dans le présent ouvrage le chapitre de Ben Sedrine sur la Tunisie).

11Dans presque tous les pays étudiés dans cet ouvrage (Maroc, Algérie, Tunisie, Jordanie), la croissance du chômage des diplômés universitaires est un phénomène patent ; elle peut aussi être cachée par l’émigration des diplômés (Liban).

12Au tableau globalement négatif que je viens de tracer à grands traits, il faut ajouter une petite touche positive et réaliste : les bonnes performances des diplômés arabes en Occident, l’augmentation nette du pourcentage de femmes parmi les diplômés, l’amélioration globale de la qualité de la force de travail dans les pays arabes, du fait de l’injection d’universitaires, même sous- ou surqualifiés pour les emplois qu’ils occupent.

  • 1  « Enseignement supérieur et marché du travail dans le monde arabe », Rabat, 24-25 juillet  et  2-3 (...)

13Avant de clore cette brève présentation je tiens à remercier particulièrement les personnes et institutions qui ont contribué à la réussite de cet atelier1 : la Mission culturelle française au Liban ; la Fondation Ford, en la personne de Mme Dina Khawaja ; le Centre Jacques Berque de Rabat, représenté par son directeur Monsieur Michel Peraldi et Mme Loubna Mourady ; le professeur Mohammad Souali, notre coordinateur d’atelier, dont les compétences académiques et logistiques,la gentillesse et la disponibilité ont été d’un grand secours ; Monsieur Youssef Courbage, ancien directeur de l’IFPO – Études Contemporaines – qui a joué le rôle de force motrice pour le lancement de ce projet de recherche ; Monsieur Franck Mermier, actuel directeur de l’IFPO – Études Contemporaines –, pour son appui, sur le plan logistique comme sur le plan humain ; Mmes Habiba Essahel et Fatima Bellaoui, du Centre Jacques Berque, pour leur soutien multiforme à la tenue de cet atelier ; et enfin Monsieur José Kobielski, attaché de coopération au SCAC – Ambassade de France à Rabat.

14Et pour finir je remercie les spécialistes, venus de Jordanie, du Liban, de Syrie, d’Égypte, de Tunisie, d’Algérie, et du Maroc, qui ont apporté leur contribution scientifique à cet atelier de Rabat. Ils ont fourni la matière qui a été exposée et discutée dans ce colloque. De même, je tiens à remercier les participants marcains de différents secteurs et ceux venus d’autres pays qui ont contribué à la richesse et à l’animation de nos débats.

Notes

1  « Enseignement supérieur et marché du travail dans le monde arabe », Rabat, 24-25 juillet  et  2-3 novembre 2006. Cet atelier était organisé dans le cadre du projet « Bilan de l’enseignement supérieur dans le monde arabe », financé par la Fondation Ford.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site