Version classiqueVersion mobile

Zrariyé, village chiite du Liban‑Sud de 1900 à nos jours

 | 
Souha Taraf-Najib

Chapitre II. Zrariye et le Liban intégration et clientélisme (1920-1950)

Texte intégral

1L'entrée véritable de Zrariyé dans l'économie mondiale a lieu dans un moment-tournant pour la région arabe, et pour le Sud libanais en particulier ; en effet plusieurs événements-clés auront lieu entre 1943, date de l'indépendance officielle du Liban, et 1975, année de "l'éclosion de l'abcès libanais" (G. CORM).

2Citons, parmi ces événements :

  • La création en 1948 de l'Etat israélien ; elle abolira définitivement les mouvements d'hommes et de marchandises entre Nord palestinien, Sud libanais et Sud-Ouest syrien, elle poussera des milliers de Palestiniens hors de leurs terres, vers des camps "provisoires" de refuge en terre arabe.
  • L'effet Nasser et le mouvement tiers mondiste et pan-arabe, amplifiés et propagés par la radio dans les villages les plus reculés.
  • La défaite arabe de 1967 et la désillusion socio-politique qui s'ensuivra.
  • La tuerie de Jordanie en 1970 ("Septembre Noir") qui gonflera le nombre des Palestiniens et l'importance de la structure de l'O.L.P. au Liban.

3Le lien entre le monde arabe et Zrariyé peut paraître disproportionné : mais avec ce village, nous nous situons dans une région que l'on ne peut manquer de définir à plusieurs points de vue, géostratégique, politique et socio-économique au moins, qui ont toujours leur importance dans l'évolution de l'espace rural méridional tel que nous allons tenter de le montrer.

4Si Zrariyé s'ouvre effectivement au monde extérieur et à la logique du système de production capitaliste entre 1943 et 1975, il s'agit d'observer en quoi les différents niveaux de ce désenclavement amorcent ou pas le déblocage de la situation dans le village à travers le social, l'économique, le spatial, le politique...

5La dualité possédants/non possédants bloquait toute évolution économique et sociale véritable dans Zrariyé ; avec le support de quelques mesures administratives ordonnées par Beyrouth (sans aucune connaissance du terrain), les familles des migrants-possédants s'orientent vers une coopération tacite avec le nouveau pouvoir libanais.

  • 1 Les mashâikh chiites (As'ad. Khalil. Osseyrane...) sont intégrés dans le système du Pacte National (...)

6Point question donc d'appartenance solidaire à un village excentré, ou encore d'appartenance communautaire à un chiisme oublié des objectifs du gouvernement1 : cette nouvelle notabilité méridionale chiite est clairement fondée sur l'allégeance qu'elle fait au clan politique libanais au pouvoir, et sur l'allégeance que lui doivent les villageois métayers.

A - Equiper le village ou soutenir l'agriculture de rente ?

7L'Indépendance de 1943 et surtout l'occupation sioniste de la Palestine en 1948 contraignent les Méridionaux à se tourner tout à coup vers un espace national bien peu connu, bien peu pratiqué, vers une capitale perçue comme très lointaine (pas seulement faute de route), une plaine (la Béqaa) et une montagne presque aussi étrangères, et dans une mesure moindre vers une plaine côtière inhospitalière.

8Zrariyé, quant à lui, est doté d'une identité nationale : il est administrativement inclus dans le caza de Saïda et un poste de gendarmerie est installé pour marquer sur place l'autorité du nouvel Etat.

9Le village émerge de ses traditions : l'eau arrive désormais dans une citerne familiale, et d'autre part les "protecteurs" du Liban à l'époque, Français et Britanniques, achèvent en 1944 la construction d'un canal pour l'irrigation agricole et pour la régulation du cours du Litani (cela est très important pour les propriétaires terriens de Zrariyé). En 1945 enfin, l'Etat commande le percement à flanc de colline d'une route rejoignant la côte et les centres urbains du littoral.

10Si le monde urbain est désormais à la portée des villlageois puisque la porte (Ouest) est grande ouverte à tous les types d'échanges, à tous les courants de la "modernité" inconnue, cette route correspond en premier lieu à un moyen de communication qu'exige l'économie extravertie du Liban -du Liban-Sud tout au moins.

11Cet argument s'impose de lui-même, puisqu'une planification véritable par désenclavement-intégration des villages méridionaux aurait conduit à un tracé de voies de communication d'abord entre les différentes localités (au moin les plus importantes) de la région, et ensuite à la jonction de ce réseau local au réseau national (côtier).

12Au lieu de quoi Zrariyé se trouve lié uniquement au littoral par la route de l'Ouest -non encore goudronnée- et comme détaché du contexte antérieur de son réseau de relations, vers l'Est et le Sud.

13Cette destruction d'un équilibre spatial "naturel" est directement en rapport avec la construction du canal du Litani : les deux innovations, dans l'équipement (le canal) et dans l'infrastructure (la route), amorcent la mutation des structures économiques et spatiales de Zrariyé avec principalement la mort de l'agriculture traditionnelle de subsistance et parfois d'échanges, à travers les souq régionaux, au profit d'une économie de plantations jardinées -les basâtîn- tournée vers la rente.

  • 2 Des familles de métayers ont des parents à l'étranger mais ceux-ci partent seulement depuis les an (...)

14Les terres basses et relativement fertiles, situées à proximité du Litani, appartiennent aux grandes familles de Zrariyé : leur exploitation intensive en véritables oasis miniatures d'agrumes, de bananes, de grenades constituera le deuxième niveau - très productif cette fois - de l'investissement des émigrés enrichis, c'est-à-dire quatre familles2.

  • 3 La baisse de la céréaliculture est aussi liée à la politique du gouvernement : importations de cér (...)

15Des produits tels que le blé, l'orge, l'olive à un moindre degré, reculent3 et sont remplacés par la culture commerciale par excellence du Sud libanais, le tabac : même si cette culture reste marginale à Zrariyé (30 à 35 tonnes récoltées annuellement), elle marque avec les basâtîn irrigués du Litani l'entrée définitive du village dans le circuit monétaire.

B - Vers un monopole de la ville

16Si les champs ouverts sont concurrencés par les exploitations fermées et cultivées intensivement près du Litani, ce gain de terres neuves n'est pas réalisé dans le cadre spatio-économique antérieur : dans ces années 1940-1950, l'essentiel de la production agricole est en effet acheminé par route dans des camions jusqu'à Saïda. Le tabac est alors pris en charge (monopolisé) par la Régie des Tabacs qui s'occupe de la commercialisation du produit et qui "salarie" les métayers.

17Quant aux produits des basâtîn, ils sont écoulés principalement chez les grossistes et exportateurs de la ville qui fixent eux-mêmes les prix : ville souveraine...

18Une dernière partie, peu importante, des récoltes, est vendue dans les villages voisins et les souq ; le souq de Nabatiyé a pris un nouvel essor depuis que Bint Jbail, plaque tournante du commerce entre le Jabal 'Amel et les régions palestinienne et syrienne proches, a été court-circuité par le découpage colonial de la région et plus tard par la création d'Israël.

19La position centrale de Nabatiyé dans le Sud a été un autre facteur favorable au développement du souq al-ithnayn (souq du lundi, jour de marché de Nabatiyé), car les paysans n'ont pas toujours les moyens de louer des camions de transport vers la ville ; et le souq leur est plus avantageux pour la vente.

20Certains paysans allaient encore par tradition jusqu'en Palestine, malgré le tracé des frontières internationales ; mais Israël naît en 1948, l'invasion sioniste de la terre palestinienne est réalisée et approuvée dans le monde.

21A partir de 1948, les flux économiques et humains s'inversent, et c'est une population palestinienne chassée de sa terre qui cherche refuge dans les terres arabes proches, dont celles du Sud libanais.

22Une dizaine de familles se réfugient dans le village perché et excentré de Zrariyé, soit environ cent personnes dans un espace comptant près de 2.000 habitants (source orale du maire et des villageois âgés : cette estimation du chiffre de population locale - que nous avons ré-évalué de 3.000 à 2.000 habitants - n'est pas exagérée en regard de l'évolution démographique ultérieure, elle aussi estimée faute de mieux. Et les indications démographiques quantitatives proposées par A. FA'OUR (1985) semblent très en-deçà d'une réalité que seul un recensement démographique bienvenu éclairerait).

23Les nouveaux venus logent chez l'habitant puisqu'il n'y a aucune structure d'accueil, et pas de dirigeant véritable ; ceux qui ne repartent pas vers Beyrouth, Saïda ou Nabatiyé travaillent la journée dans les basâtîn prospères du Litani.

24Tout le travail est manuel, et les ouvriers agricoles viennent aussi de villages voisins plus défavorisés et plus petits que Zrariyé ; des Syriens et des Jordaniens passent les frontières au moment des récoltes...

25La famille n'est plus l'unité économique de base, symbole d'un environnement socio-culturel original.

26Et Zrariyé est un village riche : du moins enrichit-il un peu plus ses notables, car le fellah ne tire pas parti de la nouvelle forme d'exploitation des terres et de commercialisation des récoltes. Sur le plan spatio-économique en effet, le village est de plus en plus éloigné de son aire traditionnelle de déplacements et "tiré" vers la côte : le travail à Zrariyé est orienté en faveur du monde urbain et de ses serviteurs locaux, les mallâk, qui ont construit en Afrique leur base financière.

27Le déséquilibre spatial est net, il est surtout brutalement imprimé par la nouvelle organisation économique et sociale, qui pousse Zrariyé à l'extraversion totale, ce qui n'est que le cas général des campagnes du "tiers" monde naissant, s'ouvrant au monde "moderne" d'échanges. Un tel déséquilibre rejaillit sur la société rurale, puisqu'il est voulu par une minorité puissante et est subi par la majorité sans pouvoir du village.

28Il met donc un peu plus en valeur la fracture sociale interne.

C - Les premières fuites du système agricole

29Les propriétaires fonciers équipent et mécanisent leurs champs (tracteurs, batteuses à blé...) alors que les paysans restent fidèles à la culture attelée, à l'araire ancestrale et au pressoir traditionnel à olives.

30Chaque famille de fellah obtient près de 60 % des produits céréaliers traditionnels et des olives, les deux tiers de la récolte du tabac et seulement le cinquième des produits des plantations (basâtîn) : revenus insuffisants et naissances nombreuses sont les deux caractères incompatibles de la vie quotidienne des familles rurales défavorisées.

31Des tentatives de reconversion sont faites vers le commerce, avec dans quelques cas l'aide des premiers mandats d'émigrés métayers ; quelques-uns réussissent, c'est-à-dire qu'ils parviennent même sans lire et écrire à ne pas faire faillite. D'abord colporteurs de produits potagers et manufacturés (achetés dans les souq régionaux ou dans la ville) à dos de mulet à travers les villages les plus enclavés et éloignés de la côte, les fils de paysans se stabilisent en ouvrant une petite boutique d'alimentation et d'articles divers.

32Ils vendent divers produits de base au détail (sucre, thé, pétiole, légumes...) aux ruraux de Zrariyé mais aussi de deux ou trois villages voisins très proches. Peut-on parler d'embryon de centre commercial (premier facteur d'urbanisation...) puisque c'est de trois ou quatre locaux étroits gagnés sur l'habitation familiale dans le centre étriqué du village qu'il s'agit ? Trois ou quatre locaux symboles d'une fuite possible de l'activité agricole...

33Les plus pauvres d'entre les habitants sont encore, en effet, ceux qui restent liés à l'agriculture traditionnelle (olives et céréales) et ceux qui sont demi-salariés dans la production de tabac ; la mévente est un facteur supplémentaire de pauvreté pour les villageois qui se rendaient par tradition dans la Palestine d'avant 1948.

34L'alternative à un exode fait d'incertitude et d'attrait vers la ville qu'ouvre la route toute neuve et maintenant goudronnée du village n'existe plus pour le père de famille ou pour son fils aîné.

35C'est dans ces années cinquante que seront réalisés les premiers essais de dizaines de fils illettrés de Zrariyé dans la ville-mystère : ces nouveaux Beyrouthins s'entassent dans les logements précaires des bidonvilles (Chiyah, Ghobeiré, Quarantina...) et cherchent des activités de survie, ouvriers des bâtiments et travaux publics, balayeurs...

36Le niveau de vie est bas et les mentalités sont complètement rattachées au village d'origine et aux événements de Zrariyé. Zrariyé qui n'est qu'un pion dans l'échiquier politico-financier sur lequel s'affrontent les anciens mashâikh du Jabal 'Amel à travers leurs vassaux locaux, les mallâkîn.

37Cette dualité dans la perception de l'espace d'origine, le village, divise encore les deux groupes principaux de Zrariyé, les favorisés de l'émigration et les défavorisés du système productif capitaliste dans leur propre village.

  • 4 Par exemple le fellah dont le fils tient un petit commerce tout en vivant dans la maison du père ; (...)

38Il faut, de plus, distinguer désormais dans ce dernier groupe deux catégories d'actifs paysans : les travailleurs de l'agriculture d'une part, et d'autre part les travailleurs mixtes, c'est-à-dire ceux qui exercent plus d'une activité4, qui ont plus d'une source de revenus.

39Plus que l'aide financière (faible) des premiers mandats envoyés par les émigrés de "statut" fellah, les bénéfices d'une soumission particulière aux mallâkîn (surtout en période d'élections) sont le facteur essentiel de cette différenciation socio-économique entre métayers ; quant aux villageois de l'exode rural, ils ne sont pas d'un grand recours pour leurs familles...

40La catégorie socio-économique supérieure, celle des propriétaires terriens, s'éloigne de plus en plus de la condition de la majorité des ruraux... Elle s'apprête à investir dans l'immobilier beyrouthin grâce aux produits des plantations irriguées, et bien sûr grâce aux importants mandats des cousins et oncles d'Afrique.

D - Les extensions de l'espace rural (1950) : vers des écarts socio-spatiaux importants

41C'est au tournant de ce siècle, dans ces années cinquante où Zrariyé compte près de 2.000 habitants, que l'espace villageois originel des cinq hârât, saturé, est délaissé par les familles qui en ont la possibilité matérielle. Les symptômes de paupérisation du noyau ancien, insalubrité, humidité... poussent en effet ceux qui le peuvent, propriétaires terriens, familles de siyyâd et premières familles d'actifs aux revenus non uniquement agricoles, à construire le long de la nouvelle route ou sur le chemin des grandes oliveraies (voir figure n° 6, page 49) de nouvelles maisons. Des habitations ponctuelles et linéaires par rapport à la route sont bâties par les maîtres-maçons de Zrariyé pour le compte des familles riches : c'est là une véritable stratégie d'occupation de cet espace rural en mutation par les mallâkîn car ces constructions utilisent des matériaux nouveaux fournis par Saïda (briques, ciment...) mais sans abandonner la pierre locale.

42Ces mallâkîn élaborent ainsi un nouveau style architectural, citadin : c'est la maison à étage très spacieuse avec jardin fleuri du "bourgeois campagnard" (M. GILSENAN).

43De plus, ces véritables maisons de maîtres, bâties légèrement en retrait de la route, dominent l'accès à la ville, c'est-à-dire au monde extérieur "libre" ; tout mouvement est soumis à leur regard au point qu'elles se disputent les meilleurs emplacements, pour une meilleure surveillance et "pour être visibles de tous les côtés" (M. GILSENAN, 1986, p. 217).

44L'autre direction que prend la construction, moins grandiose que dans le cas précédent, est le Nord-Nord-Ouest, sur le chemin des grandes oliveraies et des champs de céréales. C'est le fief des M., mais y sont aussi localisées quelques maisons de ces actifs qui trouvent une issue non exclusivement agricole, les maîtres-maçons respectés pour leur savoir, les paysans-commerçants aidés par leurs parents d'Afrique (une ou deux familles) et quelques familles de métayers très proches des M..

45Si le centre ancien est totalement occupé désormais par la catégorie socio-économique la plus démunie, celle qui n'a aucune possibilité de choix et de stratégie sur l'espace (mais aussi sur la société et l'économie), un nouveau quartier pauvre se construit en quelques années au Nord-Est immédiat du noyau ancien dont il est en réalité une extension.

  • 5 Car ces terres mawat (sans propriétaires), récupérées par l'Etat, sont devenues communales. Mais n (...)

46Illégalement occupé selon le maire5, très excentré, construit sur des pentes, loin de la mosquée et des maisons des familles de notables, ce "quartier des renards" (hara al-tha'labiyya) est habité par plus de deux cents personnes de condition très modeste, des familles nombreuses beaucoup trop à l'étroit dans le vieux centre.

LE NOUVEL ESPACE BÂTI (1955)

LE NOUVEL ESPACE BÂTI (1955)

SOURCE : Enquête personnelle

47Et si l'eau arrive désormais à Zrariyé dans les citernes familiales, elle ne parvient pas à hâra al-tha'labiyya qui garde des traits du proche passé aussi parce que les logements étroits de ce nouveau quartier ne sont pas en briques : il revient en effet moins cher de payer l'artisan-maçon et les matériaux locaux que d'assurer l'acheminement des briques et des outils de travail depuis Saïda et de payer le travail du maître-maçon et de ses apprentis.

48L'éclatement de l'espace bâti du village qui se dessine dans les années 1945-1955, dans le sens d'une division socio-spatiale en trois ensembles, a lieu parallèlement à l'ouverture de l'éventail local des activités : en effet, une distinction commence à se faire entre les paysans les plus déshérités, les paysans-ouvriers et les paysans-commerçants (qui cherchent à ne pas être totalement exclus, eux aussi, par la nouvelle organisation spatiale et économique de Zrariyé en tentant de diversifier leurs revenus).

49Du côté des propriétaires fonciers, l'esprit de clans familiaux concurrents s'aiguise à mesure que l'enjeu spatio-économique (régional), politique (national) et social (local) du village augmente.

  • 6 za'îm, pluriel zou'amâ' : chefs ou "patrons politiques" (M. JOHNSON, 1986) ou encore "leaders trad (...)

50Un véritable duel de clans secoue en effet le village au cours de ces années où les zou'amâ' locaux6 consolident leur assise financière et sociale en ouvrant les portes de Zrariyé au système de production capitaliste d'une part, et en jouant dans le village le jeu des députés représentant théoriquement les chiites libanais à Beyrouth d'autre part (puisque le système politique libanais actuel est fondé sur la représentation communautaire religieuse).

E - Des fellahîn aux shabâb, ou la mobilisation socio-politique bloquée

51L'affrontement entre la famille F. et la famille M. éclate à la suite d'une sombre histoire d'héritage ; mais l'origine réelle du conflit remonte au moment de l'émigration de la faim du début du siècle, lorsqu'en Afrique Occidentale Française les F. ont atteint plus rapidement le but, c'est-à dire l'enrichissement puis l'accaparement de terres à Zrariyé et dans d'autres villages.

52Les F. ont ensuite voulu se faire les "meilleurs" zou'amâ' de Zrariyé à l'instar des M., la plus ancienne famille de la village : les M. représentaient le village à l'époque ottomane auprès de Bayk As'ad, sans être beaucoup plus aisés matériellement que les autres familles de fellahîn.

53Les M. sont donc la famille traditionnelle de zou'amâ' dans Zrariyé, et l'enrichissement à partir de l'émigration du xix° siècle n'a fait que rendre effective cette situation sociale.

54Les F. dérangent, par conséquent, le traditionnel ordre interne guidé par la famille M. ; par leur nouvelle localisation sur le chemin de la ville et par leur soutien à Osseyrane, le rival traditionnel de As'ad dans le Sud, ils se présentent comme les modernistes du village (la famille As'ad est évidemment peu aimée à Zrariyé, où elle s'appuie sur les M.).

55Latente depuis l'émigration financièrement réussie des M. en Afrique, la lutte d'influence entre les familles F. et M. est devenue réelle avec la mise en exploitation des terres du Litani en basâtîn et avec le nouvel enjeu politique de Zrariyé.

56Cette lutte d'influence M./F. se situe donc à deux niveaux : dans le cadre de Zrariyé même, et dans le cadre du Liban politique.

57– Sur le plan du duel intérieur, les deux familles se lancent dans une course effrenée à la clientélisation des habitants : tel fils de métayers sera logé et nourri sans problème s'il veut bien émigrer à Dakar ou à Abidjan, à tel autre encore sera offert un lopin de terre pour son mariage, etc..

58Les points essentiels, argent et honneur social, seront flattés chez les paysans ; plus celui de l'entr'aide communautaire (teintée de paternalisme) en cas d'exode.

  • 7 Shabâb : “jeunes miliciens” (M. SEURAT, 1985), “hommes en armes” (M. GILSENAN. 1986) ou encore “me (...)

59Cette concurrence comporte des éléments de haine et de violence corporelle : les combats de rue ne furent pas rares entre clans de shabâb7, et aujourd'hui encore tel villageois se remémore avec fierté et nostalgie le jour où il a été emprisonné avec son mallâk... !

60Bien sûr, derrière sa nostalgie se profile l'image non encore trop éclatée du village, et bien sûr derrière sa fierté se cache un sentiment d'allégeance non encore totalement dépassé...

61– Mais ce duel intérieur se situe aussi dans le cadre du Liban politique. Nous avons déjà abordé ce sujet : la concurrence entre les deux familles F./M. est un sous-produit, ou si l'on veut, un reflet de la concurrence nationale entre le clan As'ad et le clan Osseyrane pour la représentation des musulmans chiites à Beyrouth.

62C'est évidemment en période électorale qu'une telle situation prend toute son ampleur à Zrariyé, où les plus pauvres sont flattés pour leur courage patriotique, les plus riches récompensés pour leur attachement au sens de l'Etat libanais.

63Qu'est-ce qui pourra ébranler une telle clientélisation politique (nationale) des rapports socio-économiques (locaux) de production ?

64Dans un espace rural dominé très vite par une économie agricole de rente, les jeux d'influence des propriétaires fonciers divisent les familles de paysans en deux clans rivaux. De plus, le découpage socio-économique interne strict en deux classes, possédants et non-possédants, est en train d'évoluer vers un élargissement de l'éventail des situations socio-économiques : une sorte de classe moyenne rurale, ni aisée comme les mallâkîn, démunie comme les fellâhîn (dont elle est encore proche bien sûr) tente d'émerger dans ce second demi-siècle malgré les différents blocages face au changement.

65Il reste que le duel entre les deux familles de notables F. et M. s'achève en grandes embrassades de réconciliation, essentiellement parce que l'objectivité des intérêts communs à défendre l'emporte sur une concurrence devenue déplacée (des divergences de vue apparaissent même au sein de la grande famille M. sur le plan politique).

66Zrariyé est en effet, comme la plupart des villages du Sud, irrésistiblement happé vers la géopolitique régionale de par sa localisation proche de la frontière avec l'Etat sioniste.

67Et si le militantisme politique local deviendra très important, c'est qu'il constitue aussi un mouvement social, un moyen d'expression de grande envergure (spatiale et culturelle) pour les paysans restés longtemps sans voix.

68Ainsi, après une longue période de domination des ruraux maintenus dans le besoin matériel par les zou'amâ' locaux, Zrariyé s'apprête à vivre quelques années de profond bouleversement des mentalités et des pratiques ; où l'on ne parle plus de l'Islam chiite dénigré, ni de mallâk et fellah ; où l'on parle d'une résistance palestinienne salvatrice et d'un village pénétré de valeurs et aspects d'une citadinité découverte bien tard, apportée principalement par ceux, riches et pauvres, de l'exode (à Beyrouth, à Dakar, depuis peu à Koweït).

Notes

1 Les mashâikh chiites (As'ad. Khalil. Osseyrane...) sont intégrés dans le système du Pacte National de 1943 ; ils sont censés représenter "les autres", c'est-à-dire le grande majorité des déshérités à la Chambre des Députés...

2 Des familles de métayers ont des parents à l'étranger mais ceux-ci partent seulement depuis les années 1930-1940 ; ils n'ont pas encore réalisé assez d'économies à envoyer au village, pour ceux d'entre eux qui atteignent un niveau commercial conséquent.

3 La baisse de la céréaliculture est aussi liée à la politique du gouvernement : importations de céréales d'Europe moins coûteuses que la production locale, ainsi dévalorisée et dépréciée.

4 Par exemple le fellah dont le fils tient un petit commerce tout en vivant dans la maison du père ; ou encore le père de famille à la fois métayer et apprenti-maçon.

5 Car ces terres mawat (sans propriétaires), récupérées par l'Etat, sont devenues communales. Mais nombreux sont les paysans qui n'ont pas les moyens d'acheter le sol sur lequel ils vivent avec leurs familles : ceux qui ont construit au Nord - Nord-Ouest du noyau villagois avaient quelques économies ou encore de bonnes relations avec tel ou tel notable...

6 za'îm, pluriel zou'amâ' : chefs ou "patrons politiques" (M. JOHNSON, 1986) ou encore "leaders traditionnels" (S. NASR. 1985) les zou'amâ' sont de véritables "parrains" socio-politiquement, de par les liens clientélistes qu'ils entretiennent autour d'eux.

7 Shabâb : “jeunes miliciens” (M. SEURAT, 1985), “hommes en armes” (M. GILSENAN. 1986) ou encore “meneurs de me musclés” (M. JOHNSON, 1986) utilisés par les zou'amâ'.

Table des illustrations

Titre LE NOUVEL ESPACE BÂTI (1955)
Légende SOURCE : Enquête personnelle
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7617/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 238k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search