Version classiqueVersion mobile

Zrariyé, village chiite du Liban‑Sud de 1900 à nos jours

 | 
Souha Taraf-Najib

Avant-propos

Texte intégral

1"... Plus que jamais je crois que l'on ne peut voir vraiment ce qui se passe au Proche-Orient tant que de bons esprits qui font l'opinion penseront tout bas ou à haute voix, de façon directe ou détournée, qu'une vie juive vaut plus qu'une vie arabe, qu'une mort palestinienne ou libanaise est moins grave que l'internement d'un dissident soviétique, qu'un massacre de druzes ou de maronites est sans conséquences, qu'un déplacement de population est peut-être une bonne chose, que les chiites sont "terroristes", que l'Islam est irréductiblement spécifique et donc potentiellement fanatique, que les minorités "doivent" être persécutées pour qu'on puisse voler "bravement" à leur secours une fois que leurs "protecteurs" les ont livrées à la pâture (...).

2Il n'y aura point de paix au Proche-Orient aussi longtemps que le spectre d'Auschwitz et de Dachau, "folie" d'un seul et de quelques acolytes, "innocence" de tous, fera que le poids de la vie humaine au Proche-Orient sera différent selon l'affiliation religieuse de celui qui est mort ou condamné à mourir dans le futur ; il n'y aura point de paix au Proche-Orient aussi longtemps que la mort des uns sera ignorée par certains, condamnée par les autres, dans le jeu stérile d'une géopolitique internationale d'où a disparu définitivement le bon vieux "droit des gens" des philosophes et moralistes de la Renaissance.

3Car les "droits de l'homme" qui lui ont succédé ne sont qu'une machine de guerre médiatique dont le champ d'action, comme par enchantement, s'arrête aux confins du bloc soviétique."

  • 1 évocation des titres de trois ouvrages : G. GORM. 1984, Le Proche-Orient éclate... : E. PICARD, 19 (...)

4Les années passent et les thèmes, échelles et lieux de conflits se renouvellent au Liban, les drames silencieux des familles, les angoisses, les déplacements à la hâte, les privations aussi ; Proche- Orient plus que jamais éclaté, espace libanais déchiré et société en état de discorde1, que dire encore qui ne soit pas une contribution (involontaire) à la discorde ?

5Que dire du Liban et de ses habitants qu'une certaine "information" journalistique n'ait usé ou défloré, dans le seul but d'entretenir le mythe du Liban incompréhensible, de l'imbroglio libanais ?

  • * G. CORM. 1984. Le Proche-Orient éclate. De Suez à l'invasion du Liban. 1956 - 1982 - Paris, p. 9 - (...)

6Les chercheurs en sciences sociales ont un rôle et même un devoir urgent : ils ont la charge de créer un autre langage pour "dire le Liban" (G. CORM*), un langage neuf où ce sont les groupes sociaux et leurs préoccupations quotidiennes qui seront pris en compte.

  • 2 Si des travaux sont publiés sur le Liban-Sud. ils ne lèvent que très rarement et timidement le voi (...)

7Ce n'est évidemment pas le Liban seul qui souffre d'avoir été le thème de "rapports confidentiels" et autres études réalisées dans la quiétude d'un bureau :.. L'important est d'aller dans un premier temps à la rencontre de sociétés et de leurs besoins ; les écrits les plus profonds deviennent futiles s'ils ne reposent pas sur l'échange avec la société et l'espace qu'ils veulent exprimer. Mon espoir est de parvenir à exprimer le point de vue des hommes et femmes que j'ai eu la douceur de connaître, dans un environnement géopolitique et militaire si terrible pour les habitants du Liban-Sud... si terrible et si bien entretenu2.

8Mon but est de faire entendre ces autres voix ; puissent-elles recouvrir de leur force de liberté et d'innocence les fracas des obus et les vociférations des hauts responsables de la déchirure.

***

91986, début Septembre, arrivée au Liban : les premières images de "l'accueil", ce sont un aéroport-bunker en pleins travaux d'agrandissement et une ville, Beyrouth, morcelée, subdivisée en quartiers de milices ; ce sont des rues surveillées en permanence, des êtres quadrillés en permanence...

10De Beyrouth à Zrariyé, le village du Sud choisi pour l'étude, en passant par Damour et Saïda, le trajet met moins de deux heures ; on a tout le temps de contempler les destructions (immeubles, voitures, câbles électriques...) et l'apaisante beauté de la Méditerranée.

11On se sent convié, déjà, à l'univers de tout "locataire" du Liban ; barrages (hawâjiz) de milices avec portraits géants de Nasser et Joumblatt et vérification plus ou moins stricte ; on est en période calme politiquement en ces premiers jours de septembre.

12Le temps est chaud mais les regards restent méfiants : les esprits ne se détendent qu'après le barrage du Zahrani ; on entre alors véritablement en terrain connu.

13Les hommes des trois ou quatre hawâjiz sur la route jusqu'à Saïda et Zrariyé ont souvent moins de vingt ans et saluent d'un sourire un conducteur voisin, cousin, ami...

14Premier contact avec le Sud ; la vie y est active, seuls les regards montrent une réserve spontanée et un peu de mélancolie malgré le sourire.

  • 3 Aïn al-Héloué : camp de réfugiés palestiniens dans la banlieue de Saïda.
  • 4 O.L.P. : Organisation pour la Libération de la Palestine, créée en 1964 pour réunir les différents (...)

15Le dernier contact à notre départ sera plus brusque, plus douloureux : la route du littoral vers Beyrouth est dangereuse depuis les combats entre Palestiniens et Libanais ; elle a déjà été fermée à la circulation plusieurs jours en octobre et c'est dans la rumeur d'une future confrontation sanglante à Aïn al-Héloué3 que nous abandonnons Zrariyé et le Sud du Liban. Signe annonciateur traditionnel, la route est envahie par les barrages plus resserrés et militarisés des différentes parties impliquées, O.L.P., Amal, P.S.P., P.S.N.S....4.

  • 5 Rite annuel spécifique aux musulmans chiites et qui se déroule les dix premiers jours du mois Muha (...)
  • 6 Zrariyé est un village chiite : chez les musulmans chiites la mort du onzième imam. Husayn, en 680 (...)

16Mais revenons à notre sujet premier, Zrariyé. Deux mois à Zrariyé, c'est d'abord le spectacle d'accueil, la fin de Achoura5, représentation théâtrale très colorée et émouvante de la tragédie de Karbala6 qui alimente les conversations autour du café "turc".

17C'est aussi la fièvre traditionnelle - mais qui se perd - de la cueillette des olives, l'olivier symbole d'un passé pas vraiment dépassé, mais pas vraiment accepté.

  • 7 Siyyâd : Lignée des descendants du Prophète Mohammad.

18C'est encore les ragots au sujet d'un homme mal vu (de même que sa famille), violent avec sa jeune femme, une bachelière appartenant à la lignée respectée des Siyyâd7 qui a bien voulu ce mariage ; une situation que l'on pourrait croire abolie à la vue des très luxueuses villas bâties à l'occidentale, des très coûteuses voitures ignorant tout code de conduite sur la route rénovée du village.

19Bien sûr l'image reste creuse, le respect de l'autre n'est pas fonction du volume d'un compte en banque.

  • 8 Rachidiyé est un camp de Palestiniens réfugiés dans la banlieue de Tyr.

20Au mois d'octobre, il n'est déjà plus question que des luttes fratricides de Rachidiyé8 et de Aïn al-Héloué entre les Palestiniens (de l'O.L.P. et des autres branches dissidentes du Fatah) et les Libanais (du mouvement Amal et d'autres groupes alliés du moment, P.S.N.S., P.S.P....).

  • 9 Depuis la destruction près de Maghdouché en octobre d'un avion militaire israélien, et des âpres c (...)

21A mesure que les jours passent, on commence à s'inquiéter : pain, fruits, légumes se font rares et chers, l'approvisionnement du village est très ralenti et l'électricité coupée dans toute la région9. Ceux qui en possèdent un font fonctionner l'assourdissant générateur.

  • 10 A.L.S. : Aimée du Liban-Sud. L'A.L.S. est une milice créée et financée par Israël au Liban ; une f (...)

22En autre bruit de fond, les bombardements plus ou moins proches, plus ou moins faciles à localiser, dirigés par l'A.L.S.10 sur Nabatiyé voisine, Jbaa, Kfar Remmane, 'Abbassiyé, 'Aïn Baal et autres villages à l'Est de Tyr appelés évidemment "caches de terroristes" ; sans oublier, enfin, les passages réguliers dans un ciel d'azur des avions-espions israéliens.

  • 11 : du moins la portion qui en reste libre, et qui est convoitée actuellement par Israël d'un côté ; (...)

23Tel est le contexte, pratiquement au jour le jour, de la vie à Zrariyé et dans la partie non-occupée de la région méridionale11, une ambiance particulière où beaucoup de notions, de vérités sont remises en question par la force des choses, par la force surtout des hommes et de leurs violences.

24Nous avons voulu approcher concrètement cette ambiance : notre projet était de tenter d'entrer dans les logiques et les contradictions d'une société, celle des musulmans chiites, et d'un espace, le Liban- Sud, en gestation.

25Nous n'affirmons qu'un réel connu en écrivant que le Sud du Liban est une terre en crise, une terre de 2000 km² environ (au sein d'un pays de 10.400 km² lui aussi en crise) qui supporte des enjeux divers, de géopolitique locale et internationale, d'économie, de religion et de socio-culture, aux dimensions énormes.

26Que dire des Méridionaux eux-mêmes ? Oubliés de tout programme réel de planification-développement, quelle que soit leur religion, dans un Liban indépendant et laïc mort-né, ils ont édifié seuls les bases de leur vie et parfois de leur survie, comme les autres habitants du Liban périphérique, au Nord (Akkar), à l'Est (Bé-qaa) et au Nord-Est (Hermel).

27La société méridionale s'est bâtie et continue de se bâtir pratiquement toute seule, par un jeu de relations sociales et de rapports de travail qui lui reste interne, si l'on considère le fait que les émigrés participent par leurs investissements politiques, économiques, culturels à la vie de cette société.

28En particulier, les habitants du Jabal Amel aujourd'hui majoritairement chiite ont connu dans une période très courte une véritable révolution socio-économique, qui a fait passer leurs villages enclavés et semi-autonomes à l'ère de la "Mercédès", du magnétoscope et de la villa sans que les mentalités aient vraiment eu loisir de suivre le mouvement, d' "évoluer". L'eau courante, l'électricité venaient à peine d'être installées...

29Il en résulte spatialement des changements profonds, et socialement des cultures paysannes ébranlées.

30L'introduction de la voiture, moyen rapide de liaison ville-campagne, fait figure à Zrariyé -pour revenir à notre village- de révolution : ainsi la ville n'est plus qu'à deux heures de trajet, là où le mulet ou le chameau ont besoin de toute une journée ; la nouvelle proximité de Saïda, Tyr et Beyrouth est un fait très important dans les consciences et la vie quotidienne.

31Pourquoi avons-nous tenu à étudier le milieu rural plutôt que la ville dans le Jabal 'Amel ? Parce que cette région est restée très rurale malgré les signes d'urbanisation importants qu'elle émet ; quant à la ville, Nabatiyé par exemple, elle correspond plutôt à un gros bourg semi-urbain situé en face des positions de 1'A.L.S. et exposé en permanence aux tirs de cette milice.

32D'un autre point de vue, la communauté des Libanais musulmans chiites constitue actuellement près de 80 % de la population méridionale ; elle est depuis l'invasion israélienne de 1982 associée à la notion de terrorisme, parce que les habitants du Sud ont été et sont toujours à la base d'une résisitance acharnée à l'occupation de leurs villages par Israël (voir A. BOURGI et P. WEISS, 1982).

33Les causes profondes de l'émergence des chiites sur la scène politique libanaise se trouvent dans les terroirs délaissés du Sud, et de l'Est/Nord/Est également habité par des communautés chiites ; l'émigration à Beyrouth dans les années 1900 - 1975, de même que l'exil vers un "ailleurs" beaucoup plus lointain et douloureux, déracinant souvent (S. ABOU, 1979), correspond en tout premier lieu à un exode de la faim.

34Pourtant ce n'est que dans l'exil que cette communauté a pu espérer trouver l'ouverture, le créneau du changement ; son cas n'est pas exceptionnel, il se rapproche particulièrement de celui des paysans maronites ayant émigré dès le début du xixème siècle, notamment pour fuir le système de production "féodal" dans là montagne (D. CHEVALLIER, 1971).

  • 12 F.A.D. : Force Arabe de Dissuasion, constituée en réalité presque uniquement de Syriens et créée e (...)

35L'intérêt de Zrariyé vient aussi de sa localisation géographique dans la région méridionale. Le village fait en effet partie de ce Sud libanais coincé entre la "ligne rouge" de la F.A.D.12 et la zone de contrôle de l'A.L.S. : il appartient donc à ce Sud non occupé, mais convoité et harcelé régulièrement par l'A.L.S. Les médias mentionnent rarement les actions quasi-quotidiennes de cette milice d'Israël dans les villes et villages du Sud libanais, sinon en termes d'actions punitives, préventives... Voir la figure 1, page 18, qui présente la situation politico-militaire du Liban-Sud en 1987.

36Enfin, si le cas de Zrariyé n'est pas entièrement représentatif de ce Sud non occupé, il n'est pas différent, dans les grandes lignes de son évolution, de la majorité des villages de cette région.

37Mais notre essai de monographie reste très partiel, et pour tirer des conclusions globales sur ce Sud libanais en gestation, il serait bien intéressant de multiplier les études ponctuelles et pluridisciplinaires, ce que la situation politico-militaire ne permet pas toujours malheureusement.

38Il est difficile de donner l'image du village méridional tel que nous l'avons vécu et perçu à travers l'histoire socio-religieuse, l'économie, les mouvements de population, les rapports au politique et à l'Etat libanais... des familles de Zrariyé.

39Il est en effet très malaisé de faire passer à travers les mots la chaleur des visages, la majesté de collines désertes, l'atmosphère pathétique et "libertine" à la fois du Sud quand la désinformation officielle diffuse dans les esprits l'événement couleur rouge sang et les clichés devenus classiques de fillettes voilées, d'Islam fanatique et de minorités persécutées.

Notes

1 évocation des titres de trois ouvrages : G. GORM. 1984, Le Proche-Orient éclate... : E. PICARD, 1988. Liban état et discorde : N. PICAUDOU, 1989, La déchirure libanaise.

2 Si des travaux sont publiés sur le Liban-Sud. ils ne lèvent que très rarement et timidement le voile de l'occupation sioniste ; pour justifier les raids fréquents, "préventifs" et/ou "punitifs", de l'armée israélienne dans la région (exemple récent, J. SEGUIN, 1989).

3 Aïn al-Héloué : camp de réfugiés palestiniens dans la banlieue de Saïda.

4 O.L.P. : Organisation pour la Libération de la Palestine, créée en 1964 pour réunir les différents courants de la résistance palestinienne.
Amal : Milice politico-militaire créée en 1975 et voulant représenter les musulmans chiites libanais ; bien implantée dans le Sud depuis 1982. P.S.P. : Parti Socialiste Progressiste. Milice politico-militaire dirigée par le clan JOUMBLATT et ambitionnant la représentation des Libanais druzes. P.S.N.S. : Parti Social National Syrien. Son objectif est la réunification des entités administratives créées par les Mandataires européens (après la chute de l'Empire ottoman en 1918) dans la région du Croissant fertile en une grande Syrie "naturelle".

5 Rite annuel spécifique aux musulmans chiites et qui se déroule les dix premiers jours du mois Muharram (premier mois du calendrier musulman). Achoura se "décompose" en deux parties, al-ta'azi et al-fallé, la première étant un temps de deuil et de recueillement, où est contée la tragédie de Karbala (cf note ci-dessous), la seconde étant la "matérialisation" théâtrale de cette tragédie, le 10e jour.

6 Zrariyé est un village chiite : chez les musulmans chiites la mort du onzième imam. Husayn, en 680 ap. J.C. à Karbala (Irak), est vécue comme une tragédie. La commémoration de ce drame se résumait jusqu'au siècle dernier à dix jours de deuil (al-ta'azi) ; mais la représentation théâtrale du drame (al-fallé) a été réintroduite à Nabatiyé. bourg central dans le Liban-Sud, à la fin du xixe siècle par des étudiants iraniens (T. Jaber, 1980).

7 Siyyâd : Lignée des descendants du Prophète Mohammad.

8 Rachidiyé est un camp de Palestiniens réfugiés dans la banlieue de Tyr.

9 Depuis la destruction près de Maghdouché en octobre d'un avion militaire israélien, et des âpres combats qui se sont déroulés dans cette région de Maghdouché (à quelques kilomètres au Sud-Est de Saida).

10 A.L.S. : Aimée du Liban-Sud. L'A.L.S. est une milice créée et financée par Israël au Liban ; une frange de plus de 850 km2 du Sud est sous son contrôle.

11 : du moins la portion qui en reste libre, et qui est convoitée actuellement par Israël d'un côté ; par le Mouvement Amal et les différents partis opérant dans le Sud et passés en semi-clandestinité de l'autre.

12 F.A.D. : Force Arabe de Dissuasion, constituée en réalité presque uniquement de Syriens et créée en 1976.

Notes de fin

* G. CORM. 1984. Le Proche-Orient éclate. De Suez à l'invasion du Liban. 1956 - 1982 - Paris, p. 9 - 10.

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search