Version classiqueVersion mobile

La Suwayqat ‘Ali à Alep

 | 
Jean-Claude David

Chapitre II. La succession des fonctions dominantes qui structurent l'espace dans la Suwayqa

Texte intégral

1. LA PLACE DE LA SUWAYQAT ‘ALĪ DANS L'ORGANISATION GÉNÉRALE DE L'ESPACE URBAIN À L'ÉPOQUE AYYUBIDE

  • 1 Pour le commentaire historique d'Ibn Šaddād, voir : Sauvaget, J., 1941 ; Sourdel, D., 1952 ; Gaube (...)

1L'image de la ville donnée notamment par le texte d'Ibn Šaddād au xiiie siècle, et par ses reprises ultérieures, est encore lisible actuellement, au prix d'un certain effort. Cette image, qui a traversé les siècles, transmise et transformée sous les Mamelouks et les Ottomans, est pourtant bien différente dans le détail1. Les différences résultent sans doute de la croissance de la ville, de l'évolution des styles architecturaux, du déplacement des activités économiques, mais aussi de changements politiques qui se manifestent dans l'évolution de la topographie des pouvoirs. Généralement la localisation des sites de pouvoir dans l'espace et les signes architecturaux qu'ils donnent à voir, reflètent plus ou moins précisément l'histoire politique. Les changements qui les affectent peuvent être la conséquence de conflits, de rivalités, ou enfin d'équilibres établis entre les différents pouvoirs, pouvoirs d'en haut, d'États qui se veulent unificateurs et centralisateurs, pouvoirs d'en bas, essentiellement des notables et des groupes locaux.

2Dans une perception qui peut être caricaturale, la ville du xiiie siècle apparaît comme organisée, d'une façon classique, autour de la Grande Mosquée et des principaux souks, souks de négociants, ceux des produits les plus chers, les plus luxueux, les plus élaborés, mais avec aussi quelques souks d'artisans fabricants, en général dans un second cercle. Cette ville est bien protégée par une forte enceinte, et les rues principales, passant par les portes, convergent presque toutes à proximité de la Grande Mosquée et des souks. A l'intérieur de l'enceinte, il n'y a pas d'autre mosquée à ḫutba que la Grande Mosquée. La Citadelle, au milieu de la partie orientale de l'enceinte, constitue un élément important du système de défense de la ville et le principal site du pouvoir politico-militaire.

  • 2 Sauvaget, J., 1941, p. 78, note 219.
  • 3 Sauvaget, J., 1933, p. 99, note 1. « Il paraît difficile de préciser le sens de cette dénomination (...)
  • 4 Sauvaget, J., 1941, p. 46 et note 112.

3L'ancienne place du marché forain semble avoir joué un rôle important parmi les lieux des services centraux, avec les Souks et la Grande Mosquée. Sauvaget la localise, depuis l'époque omayyade et pendant quelques siècles après la conquête, à proximité du ḫānqāh al-Balāṭ, l'actuelle mosquée Aṣlān Dadah2, au lieu de convergence de la Suwayqa avec l'axe est-ouest d'origine antique à l'est de la Grande Mosquée. Ça n'était pas un souk couvert, mais un terrain nu, raḥbat Sūq al-Balāṭ. Les commentaires étymologiques du mot Balāṭ par Sauvaget sont intéressants, mais peu cohérents. Dans sa publication des Perles choisies d'Ibn al-Šiḥna, à propos du ḫānqāh al-Balāṭ, Sauvaget traduit Balāṭ par Palais3. Dans son ouvrage sur Alep, il considère que ce terme vient du grec plateia, par l'intermédiaire de l'araméen plaṭia, qui aurait produit en arabe une double signification : « dallage » et « portique, colonnade ». « Précisément, la dénomination sous laquelle était connue au Moyen-Age la région orientale des souks d'Alep : al-Balāṭ, rappelle sans équivoque l'existence ancienne d'une pareille avenue monumentale »4. Il y aurait donc trois origines possibles du mot, chacune faisant référence à une caractéristique différente, le Palais, la place dallée, l'avenue à portiques, entre lesquelles il est difficile de choisir, mais qui toutes trois attribuent une valeur particulière à ce site dans le centre d'Alep. L'existence de ce point fort a certainement joué un grand rôle dans la primauté de l'axe de la Suwayqa.

4Les madrasas, devenues très nombreuses entre le xiie et le xiiie siècles, constituent une nouveauté, puisque la plupart ont été fondées moins d'un siècle avant le recensement d'Ibn Šaddād (planche 76). Les madrasa intra-muros peuvent être regroupées en trois principaux sites :

  • un petit nombre au sud de la Citadelle ;
  • un groupe important entre la porte d'Antioche et la Grande Mosquée, au sud de la qaṣaba (l'axe est-ouest des souks centraux) ;
  • la plus forte concentration à l'ouest de la Citadelle, au nord de l'axe de la qaṣaba, à proximité du contact de la Suwayqa de ‘Alī avec les souks centraux.

Planche76 — Les madrasas et les ḫānqāh-s intra-muros aux xiie et xiiie siècles. Les axes principaux de circulation et les portes de l'enceinte
Les cercles indiquent les bâtiments dont la localisation est approximative. (Des références bibliographiques ne sont données que pour les localisations les moins assurées). Les bâtiments dont la localisation serait trop approximative ne sont pas indiqués.

  • 5 Sauvaget, J., 1933, p. 157, à propos du réseau ayyubide d'adduction d'eau.

5Ces deux derniers groupes sont situés dans la partie centrale de la ville, où le quadrillage antique marque la morphologie urbaine. A l'époque, cette zone est encore le quartier central unique, celui des principales activités économiques, des services divers y compris d'ordre religieux, de résidence des notables, zone qu'Ibn Šaddād (cité par Ibn al-Šiḥna) désigne comme "la ville" par excellence5, acception perpétuée par les alépins actuels pour qui la Mdiné se limite à la zone des souks qui maintenant recouvre la quasi totalité de ces quartiers. C'est aussi pour cette zone seulement que les chroniqueurs anciens donnent le détail des noms de rues. Les autres quartiers intra-muros, au sud, au nord et à l'est, sans doute incomplètement urbanisés, voués surtout à l'habitat (Ǧallūm, al-Ašrafī et quartier des Turcomans au sud, al-‘Aqaba et al-Sadla (devenu Ǧubb Asadallāh) au nord-ouest, al-Ma‘qaliyya et Baḥsītā au nord), sont décrits d'une façon beaucoup plus vague.

6Les quartiers d'habitation semblent alors moins systématiquement séparés des activités économiques et des espaces publics qu'à l'époque ottomane, peut-être parce que la ville est encore relativement petite à l'époque (sa superficie brute intra-muros est proche de 100 hectares), mais cette impression peut être due à l'imprécision des connaissances. Une ségrégation ou une exclusion fondamentale, qui sera maintenue en permanence et jusque dans la ville actuelle, est celle qui s'exerce à l'encontre des non citadins et des étrangers, regroupés dans le Ḥāḍir, grand faubourg au sud de la ville. De la même façon, les lieux du commerce avec le monde rural, de l'entreposage et du commerce d'une partie des produits alimentaires, sont localisés soit hors les murs, soit près des portes à l'intérieur et à l'extérieur. Par contre, les activités artisanales polluantes ou désagréables pour l'environnement, teinturerie, forge, chaudronnerie de cuivre et surtout tannerie, qui seront installées plus tard dans des faubourgs ou hors des zones construites (c'est le cas des tanneries déplacées dans les jardins à l'ouest de la ville à la fin du xvie siècle) à l'époque ottomane ou même avant, sont toutes intra-muros et même très proches du centre et de la Suwayqa. En effet, ce sont des activités essentiellement citadines et donc intégrées au milieu urbain malgré leur désagrément.

  • 6 Les toponymes enregistrés au xiiie siècle, sans doute en partie archaïques déjà à l'époque, sont d (...)

7En ce qui concerne la répartition sociale des habitants dans l'espace, l'image qui ressort des toponymes de l'époque, noms de rues et noms de quartiers, confirmée par la localisation des palais ou maisons d'un certain nombre de personnages importants, est d'abord celle d'une organisation par groupes segmentaires, familles, tribus. Elle reflète aussi l'importance des métiers dans la topographie urbaine. Les ségrégations liées à l'appartenance confessionnelle semblent encore peu affirmées et, si les juifs sont surtout groupés dans l'angle nord-ouest de la ville, où ils se trouvaient déjà nombreux vraisemblablement avant la conquête musulmane, les chrétiens semblent plus dispersés et présents encore dans la moitié sud-est de la ville6.

8À cette époque, l'axe de la Suwayqa n'est pas considéré comme pouvant faire l'objet d'une description détaillée. Il est surtout évoqué pour sa fonction de desserte du quartier juif plus au nord. Le fait même que la porte se soit appelée Porte des Juifs jusqu'au xiiie siècle, avant de devenir Porte de la Victoire, est sans doute significatif de son rôle d'abord local, plus que de passage important vers le centre-ville, ce qu'elle semble devenir justement sous les dynasties zankide et ayyubide, au moment où elle change de nom. Son lieu d'aboutissement central est pourtant déjà important, différent de la Grande Mosquée et des Souks, souligné par la présence d'un marché et peut-être d'un palais, qui existe à l'époque zankide. Le nombre assez considérable de madrasas qui sont construites à partir du xiie siècle autour de ce site reflète certainement son importance dans la topographie urbaine.

2. LES SITES DU POUVOIR. LES PALAIS MAMELOUKS. LES NOTABLES

  • 7 Sur les localisations connues de palais à différentes époques, voir notamment Sauvaget, J., 1941, (...)

9L'histoire des lieux du pouvoir à Alep est complexe et mal connue. Le pouvoir s'est souvent déplacé entre des sites urbains et des sites extérieurs ou en marge de la ville7.

  • 8 Sauvaget, J., 1933. p. 41.
  • 9 La Citadelle et les palais sont restaurés à nouveau une trentaine d'années plus tard sur ordre du (...)

10La Citadelle a été longtemps un très fort symbole du pouvoir et un site privilégié de son exercice. La plupart des souverains et de leurs représentants y ont effectué des travaux de construction, mais certains d'entre eux y ont établi leur résidence et y ont construit des locaux affectés à l'administration civile autant qu'au pouvoir militaire. Sayf al-Dawla, au xe siècle, avait un palais important dans les jardins du Quwayq à l'ouest de la ville, pourtant son fils Sa‘d al-Dawla choisit de résider dans la Citadelle8. Pendant la période troublée qui a précédé l'installation des Zankides, puis des Ayyubides, il y avait un gouverneur de la ville, dont le palais devait se trouver près du centre-ville, sans doute dans ce qui deviendra le Matbah al-‘Aǧamī, et un gouverneur de la Citadelle, puis les princes mirdasides choisirent la Citadelle comme résidence, ce en quoi leurs successeurs les imitèrent. Après les Mirdasides, les Zankides et les Ayyubides reconstruisent à plusieurs reprises les palais de la Citadelle, les agrandissent et les améliorent, jusqu'à leur destruction lors de la prise de la ville par les Mongols en 12609.

  • 10 Sauvaget. J., 1950, p. 167 : à deux reprises, le gouverneur assiège la Citadelle.

11Pendant la période temporaire d'existence d'un petit royaume ayyubide, avec Alep comme capitale, la Citadelle a été le site de l'exercice du pouvoir et de la résidence du prince, mais sous les Mamelouks, la ville n'est plus qu'un chef-lieu de région. Entre temps un autre changement important intervient, le déplacement du rempart à l'est, au delà des nouveaux quartiers d'habitation : la Citadelle est dès lors enclavée, perdant toute fonction militaire à l'encontre d'un ennemi extérieur. Elle reste le lieu de résidence symbolique du Sultan, et de séjour réel en cas de déplacement à Alep. Le gouverneur, son représentant, n'y réside pas semble-t-il, mais seulement un émir commandant de la Citadelle, qui est à plusieurs reprises en conflit avec lui10. La Citadelle est entretenue et restaurée assez régulièrement et même équipée de nouveaux espaces prestigieux (au xve siècle), jusqu'à sa ruine lors du tremblement de terre de 1822.

  • 11 Le lundi et le jeudi de chaque semaine (jours du mawqab), « [...] le gouverneur se dirige à cheval (...)

12Le Palais de Justice (Dār al-‘Adl) ou Palais du Gouvernement, second lieu important du pouvoir, a été construit par Nūr al-Dīn à partir de 1189, à quelques dizaines de mètres au sud-ouest de l'entrée de la Citadelle. Un texte intéressant des « Perles choisies » d'Ibn al-Šiḥna, donne des informations sur les cérémonies, l'apparat, liées aux fonctions et aux déplacements du gouverneur mamelouk à Alep au xve siècle. Un espace important pour un certain nombre de cérémonies publiques est le terrain vide (le haut du Muballāṭ et de l'ancien champ de tir), justement situé entre la porte de la Citadelle et celle du Palais de Justice. Un gouverneur nouvellement nommé doit se présenter devant la porte de la Citadelle, mettre pied à terre, puis après un rituel religieux et symbolique dans lequel le commandant de la Citadelle joue un rôle important, « [il] remonte à cheval et entre dans le Palais du Gouvernement, où il écoute debout la lecture de son arrêté de nomination. »11.

  • 12 À l'époque ottomane on l'a appelé aussi Sarāyat al-Ḥukm (le Palais de Justice) ou simplement al-Sa (...)
  • 13 Sauvaget, J., 1933. Il cite dans la note 4, p. 24-25, un texte intéressant sur les constructions s (...)

13Il semble que ce palais ait été longtemps la résidence des gouverneurs mamelouks, qui y ont fait de nombreux travaux d'amélioration et d'agrandissement12. Il contenait un harem (ḥaram), espace familial du souverain ou de son représentant, un bain « pour les femmes des souverains »13, des cuisines, une grande mosquée, des salles de réception et d'audience... En fait c'était un complexe vaste et très hétérogène et sans doute de moins en moins adapté à ses fonctions : Ibn al-‘Aǧamī nous dit que « chaque gouverneur qui quittait le poste d'Alep laissait le Palais de Justice dans l'abandon le plus complet ; son successeur le remettait en état ».

  • 14 Voir aussi Sauvaget, J., 1941, p. 231-232 et notes 869-876.
  • 15 Un nouveau Sérail est aménagé en regroupant plusieurs anciens palais privés, au nord de la Citadel (...)

14Il semble bien que les derniers gouverneurs mamelouks n'aient pas résidé dans ce vieux palais qui ne fonctionnait plus que comme lieu d'audience officielle. Ils ont fait construire dans d'autres quartiers des palais plus commodes et plus modernes, répondant aussi à leur désir de grandeur et à leurs ambitions personnelles. Par la suite, les gouverneurs ottomans ont poursuivi cette pratique, construisant de nouveaux palais ou reprenant celui de leur prédécesseur. Une grande salle d'audience et des locaux d'habitation avaient aussi été aménagés dans le couvent de derviches du šayḫ Abu Bakr, tout à fait à l'extérieur de la ville, utilisés surtout pendant les périodes de trouble, notamment aux xviiie et xixe siècles14. L'ancien Sérail restait cependant le site d'une partie des bureaux de l'administration ottomane, du logement officiel du Pacha avec sa salle d'audience, jusqu'à sa destruction par un incendie lors d'une révolte en 1818, puis par le tremblement de terre de 182215.

15Pendant une grande partie de la période de domination mamelouke, les quartiers à l'est du Palais de Justice, au pied de la Citadelle ont été l'objet des attentions des gouverneurs, sans doute pour deux raisons, d'abord la proximité des sites d'exercice du pouvoir et de résidence du principal représentant de l'administration mamelouke, ensuite parce que cette zone était alors en cours de développement comme quartier d'habitation et zone d'activité économique.

  • 16 Sauvaget, J., 1933, p. 69-70 note 2 : sont cités notamment : neuf magasins et une qīsāriyya à prox (...)
  • 17 Parmi ses waqfs (Sauvaget J., 1933, p. 69-70 note 2), on remarque un nombre important de locaux co (...)

16La première mosquée élevée à Alep à l'intérieur de l'enceinte en dehors de la Grande Mosquée, est construite par le gouverneur Alṭunbōġā en 1323, à cinq cents mètres à l'est du Palais. C'est ici que les gouverneurs font dorénavant la prière des deux fêtes, et non plus dans la Grande Mosquée. Un autre gouverneur, Yalbuġā al-Nāṣirī se fait construire une mosquée à l'intérieur de l'enceinte du Palais vers 1385 (année de son arrestation consécutive à sa révolte contre le sultan Barqūq). Il fonde également un bain très monumental au pied de la Citadelle (qui existe encore actuellement) à une centaine de mètres du Palais, une école pour les orphelins et un réservoir d'eau dans le même quartier. La mosquée d'Aqbuġā al-Uṭrūš est fondée en 1399 (terminée quelques années plus tard), non loin du hammam de Yalbuġā un peu à l'est du Palais, « devant le marché aux chevaux » lieu de forte concentration d'activités commerciales16. C'est dans cette mosquée remarquable par sa monumentalité et la richesse de son décor que les gouverneurs font dès lors la prière des deux fêtes et celle du vendredi, qu'ils faisaient autrefois dans la mosquée d'Alṭunbuġā17.

  • 18 Sur le Maṭbaḫ al-‘Aǧamī, voir les commentaires architecturaux pages 34-50 et chapitre II, note 3. (...)
  • 19 Voir Sauvaget, J., 1941. p. 182 et note 687 ainsi que la planche LXII.

17Le troisième site ancien important du pouvoir est dans la partie sud de la Suwayqa, non loin de sa jonction avec les souks et le centre, le site supposé de l'ancien palais urbain d'al-Malik al-Ẓāhīr Ġāzī, l'actuel Maṭbaḫ al-‘Aǧamī, manifestement antérieur à la dynastie ayyubide, et qui pourrait avoir une origine beaucoup plus ancienne, peut-être byzantine. Malheureusement ce palais n'est connu que par les vestiges architecturaux décrits dans le chapitre I et par quelques textes qui le citent, et l'on ne sait rien de son origine et de ses fonctions successives dans la hiérarchie des lieux du pouvoir18. D'autres services publics importants, sont localisés dans ce quartier à différentes époques. Sous les Mamelouks, un tribunal religieux est signalé par Ibn al-Šiḥna dans le palais d'Aztīmūr. Sauvaget note la création, sans doute un peu plus tôt, d'un local spécifique pour le Tribunal religieux : le cadi quitte dès lors la Grande Mosquée et siège au nouveau maḥkama šar‘iyya dans le quartier de Farāfra non loin de la Suwayqa19.

  • 20 Voir ci-après, p. 153-155.

18À l'époque ottomane, pour faire face à la croissance urbaine, le Tribunal religieux, est doté d'annexes dans différents quartiers, notamment dans la Suwayqa, où se trouve aussi un tribunal du rite chaféite à quelque distance. Dans le même quartier se trouvent aussi plusieurs autre sites importants de l'administration énumérés par Rousseau20. L'importance de ce site est enfin attestée par l'intérêt que lui portent plusieurs gouverneurs mamelouks au xve et au xvie siècles.

19L'installation des gouverneurs mamelouks dans le quartier de la Suwayqa (planche 77) est accompagnée d'un déplacement des fondations effectuées par eux en ville, avec un abandon progressif du site au pied de la Citadelle. Aztīmūr al-Ašrafī, réaménage et agrandit considérablement entre 1479 et 1494, l'ancien palais qui devient sans doute sa résidence et l'un des lieux d'exercice de son pouvoir, actuellement khan Qurṭbak sur la Suwayqa. Il construit dans cette zone de la ville, un peu plus au sud, le khan du Savon, un bain à l'est « près de la fontenelle » au nord de Farāfra, qui existe encore.

  • 21 Herzfeld, E., 1954, Tome 1, p. 406, texte et commentaire de l'inscription.
    Beaucoup de fondations d (...)
  • 22 Il fait aussi des travaux au mašhad al-Anṣārī, à l'extérieur d'Alep, à quelques kilomètres, commém (...)

20Quelques années plus tard, Ḫā'irbak aménage aussi un palais sur la Suwayqa, un peu plus au sud, vraisemblablement l'actuel Maṭbaḫ al-‘Aǧamī, et fait restaurer en 1508 une fontaine en face de son palais. La même année, est restauré le bain qui se situe plus au nord sur le même axe (actuellement hammam al-Qāḍī). Il fait construire non loin de son palais, en bordure de l'axe central des souks, un khan qui porte encore son nom, avec une inscription sur les vantaux du portail, datée de 920/1514-1515. Il fait aussi construire ou restaurer un khan, actuellement connu sous le nom de khan Uǧḫān21, en dehors de la porte de la Victoire, sur le même axe nord-sud, dans un faubourg alors en plein développement comme site d'activités économiques et quartier d'habitation pour les chrétiens et les musulmans22.

Planche 77 — Plan 1930 ; bâtiments mamelouks et antérieurs.

  • 23 Certaines constructions de Ḫā’irbak à Alep ont fait partie de son waqf (la waqfiyya est conservée (...)

21Ces deux gouverneurs, qui ont beaucoup construit à Alep, n'y ont pas réalisé de mosquée ou de madrasa, contrairement à certains de leurs prédécesseurs notamment au xive siècle, et à plusieurs gouverneurs ottomans du xvie siècle23.

  • 24 Ses travaux à la Citadelle et ailleurs en ville sont aussi importants, voir Herzfeld, E., 1954, t. (...)

22Ces interventions concentrées dans un espace limité, un quartier à proximité d'un palais, ne sont pas propres à Alep, mais semblent correspondre à un mécanisme commun de marquage d'un territoire, par des interventions diverses, immeubles de rapport, bâtiments religieux et de bienfaisance, le tout généralement consolidé dans des fondations en waqf. On retrouve le même système dans le Caire mamelouk, à une échelle beaucoup plus large, avec des fondations du Sultan et de ses émirs dans les mêmes quartiers. A l'époque ottomane, de grands négociants du Caire réalisent de la même façon des fondations regroupées dans une rue, un quartier. L'importance des travaux à Alep de deux des derniers gouverneurs mamelouks de la ville, auxquels il faut ajouter le grand khan al-Qaṣṣābiyya, construit par Abrak, lieutenant de la Citadelle d'Alep entre 912/1506-1507 et 916/1510-151124, dans le quartier des souks (avec une inscription de construction sur la façade au dessus du portail datée de 916/1510-1511), est sans doute significative à la fois d'un nouvel essor économique de la ville, qui prépare celui du premier siècle ottoman et peut-être d'un intérêt croissant de l'administration mamelouke pour la région frontière nord de la Syrie, menacée par l'expansionnisme ottoman.

23Il est remarquable que le site de la Suwayqa soit celui de plusieurs de ces fondations : ce choix doit être vraisemblablement motivé à la fois par une ancienne présence du pouvoir et donc une valeur symbolique forte, en rupture par ailleurs avec les autres sites du pouvoir mamelouk, ensuite par le dynamisme économique du quartier et des faubourgs qui lui sont directement liés, dynamisme qui se confirmera à l'époque ottomane.

24Les lieux d'habitation des notables et leurs déplacements sont aussi significatifs : ils peuvent suivre ceux des représentants officiels du pouvoir, confirmant ainsi l'importance d'un site ; ils sont parfois différents, sans doute en accord avec le désir de certains de se démarquer du pouvoir officiel.

25Les indications données par Ibn Šaddād pour le xiiie siècle sont loin d'être systématiques et bien souvent les personnages cités, généralement à propos de leurs fondations religieuses, ne sont plus reconnaissables. Dans son étude de topographie historique d'Alep ayyubide, fondée sur les descriptions d'Ibn Šaddād, D. Sourdel cite quelques noms pour chaque quartier :

  • Pour le quartier de la Citadelle, à proximité des lieux du pouvoir, près de Bāb al-‘Iraq, six noms sont cités dont la plupart sont ceux de familles de ‘ulamā’, notamment les Banū Šaddād, les Banū al-‘Adīm et les Banū al-Šiḥna25 ;
  • La grande rue de Bāb Anṭākiya et ses alentours, jusqu'à proximité de la Grande Mosquée, constituent le centre par excellence ; trois grandes maisons y sont mentionnées dans la liste des oratoires, notamment celle des Banū al-‘Aǧamī26 ;
  • Dans la concession (qaṭī‘a) des Turcomans, au sud ouest de la Citadelle, il n'est cité qu'une seule résidence, celle « du seigneur de Šaizar, émir de l'entourage de Saladin qui succéda à Šams al-Dīn ‘Alī b. al-Dāya » ;
  • Dans le quartier d'al-Asrafī et la rue de Bāb Qinnasrīn, au sud, partiellement habité par des non musulmans, notamment les chrétiens, se trouvaient les palais de plusieurs grands notables, dont quatre noms sont cités27 ;
  • Le quartier de la Pente, al-‘Aqaba, au nord-ouest de la Grande Mosquée, zone de résidence par excellence, était connu comme quartier des Banū al-Munḏir, famille illustre et puissante ;
  • La concession d'al-Sadla, au nord de la Pente, était aussi un lieu de résidence, avec sept maisons citées28 ;
  • Le quartier d'al-Sahliyya, au nord de la Grande Mosquée, contenait aussi quatre ou cinq maisons de notables29 ;
  • Dans les quartiers d'al-Mac‘qaliyya et Baḥsītā, plus au nord et plus à l'est, une seule maison importante est signalée près de Bāb al-Naṣr30.

26Un bilan de cette énumération suggère une certaine dispersion des maisons de notables, avec une concentration plus forte à proximité du centre (une seule maison près de Bāb al-Naṣr, contre quatre ou cinq près de la Grande Mosquée). La recherche de la proximité du centre et des lieux du pouvoir officiel semble déjà claire, avec un regroupement important au pied de la Citadelle, au sud et à l'ouest. La plupart des familles sont des ‘ulamā’, qui se trouvent aussi à proximité de la plus forte concentration de madrasas, corrélation qui exprime peut-être une relation privilégiée à l'époque entre les lieux d'enseignement et le pouvoir. Des émirs semblent moins intéressés par cette proximité, installés peut-être dans des quartiers où sont leurs proches, leur clientèle. Enfin, les maisons de notables semblent déjà beaucoup plus nombreuses au nord de l'axe médian est-ouest, si l'on excepte la zone au sud de la Citadelle.

27Sous les Mamelouks, dans la seconde moitié du xve siècle, certaines localisations antérieures subsistent, avec de nouvelles.

  • 31 La maison de l'émir Nāṣir al-Dīn Muḥammad b. Sallār, commandant de la Citadelle d'Alep « qui jouis (...)

28Ibn al-‘Aǧamī situe de son temps deux maisons très importantes dans le quartier central, à l'est de la porte d'Antioche (rue de Marchands de bois)31.

  • 32 Sauvaget. J., 1950, p. 140 et 141 et waqfiyya Šaybānī de 1464, citée note 90.
  • 33 Sauvaget, J., 1933, p. 105-106, note 4. Gaube et Wirth, 1984,p. 390. Ils datent de 1449 la transfo (...)
  • 34 Sauvaget, J., 1933, p. 176. Herzfeld, E., 1954, T 1, p. 332-336.
  • 35 Le système complexe de l'entrée, composition trapue et solide de vestibules et de renfoncements vo (...)
  • 36 « Une maison qui a un grand portail : elle appartenait aux fils de Qoṭb ad-Dīn Ibn al-‘Ajami ». (S (...)
  • 37 Sauvaget, J., 1933. p. 189.
  • 38 Celle d'Aqbuġā al-Hudbānī.
  • 39 Sauvaget. J., 1933. p. 189.

29Dans les quartiers d'al-Asfarīs et Bāb Qinnasrīn au sud, plusieurs familles émirales occupent et dominent l'espace, par leurs palais, leurs possessions commerciales (kḫans) et leurs fondations religieuses et de bienfaisance, les Banū al-Šaybānī et les Banū al-Saffāḥ32. Entre les deux, se trouvait aussi la maison de Kamāl al-Dīn al-Ma‘arrī, cadi d'Alep, non loin du khan encore connu comme khan al-Qāḍī33. On cite aussi dans ce quartier la transformation en hôpital en 755/1354 par un gouverneur de la ville, Arġūn al-Kāmilī, du palais d'un émir construit sans doute quelques décennies plus tôt sur la rue de Bāb Qinnasrīn34. Si l'intérieur du bâtiment semble avoir été considérablement modifié pour répondre aux besoins hospitaliers, le portail d'entrée, très monumental, témoigne du faste de ce palais, seul exemplaire conservé à Alep de ce type d'architecture35. Dans la rue voisine à l'ouest, rue des Banū al-Ḫaššāb, Ibn al-‘Aǧamī cite une grande maison36. Dans la même région aussi, au quartier de la Cuve Jaune, se trouvait la maison de Mūsā le Chambellan, aïeul d'Ibn al-Šiḥna37. À l'est, dans le quartier des Turcomans, Ibn al-Šiḥna cite une maison importante38, qui jouxte son propre palais39.

  • 40 La maison d'Ibn al-Hayḏabāni ; la grande maison de la famille al-Duqṣalāriyya (Sauvaget, J., 1950, (...)
  • 41 Sauvaget, J., 1933, p. 189-190. Liste déjà évoquée ci-dessus, p. 30, notes 40 et 41 (chapitre I).
  • 42 « C'est dans ce quartier que naquît le cheikh al-Islam Jamâl ad-Dîn Yoûsouf al-Mizzi » (Sauvaget, (...)
  • 43 La maison des « syndics de l'Armée » : les émirs Šihāb al-Dīn Aḥmad et Ša‘bān (Sauvaget, J., ibide (...)

30Au nord de l'axe est-ouest, le nombre de grandes maisons citées par Ibn al-‘Aǧamī pour l'époque mamelouke est important : quatre maisons à l'est de l'axe de la porte de la Victoire40. Six maisons et palais sont cités par Ibn al-Šiḥna41, sur l'axe lui-même, entre la porte de la Victoire et la Grande Mosquée. Une grande maison est citée sans plus de précision « à l'intérieur de la porte de la Victoire »42 et une autre un peu à l'est, à Farāfra43.

  • 44 Construite par le fils du ḥāgg Muḥammad Ibn al-Šakizān.
  • 45 Sauvaget, !, 1933, (Ibnal-Šiḥna),p. 171 ; Sauvaget, J., 1950, (Ibn al-‘Aǧamī), p. 99-100 et 157.Ib (...)

31Dans le quartier neuf al-Ǧubayl, à l'est, entre l'ancien et le nouveau rempart, Ibn al-‘Aǧamī localise une grande maison44. Ibn al-Šiḥna cite la maison de l'émir Tuqṭamur al-Kaltāwī chambellan d'Alep, mort en 787/1385, vaste et luxueuse, construite sur la grande rue de Bānqūsā, actuellement le quartier de Bayyāḍa45. Dans les autres nouveaux quartiers à l'est, aucune grande maison n'est mentionnée dans les textes d'Ibn al-Šiḥna et d'Ibn al-‘Aǧamī. Le quartier d'al-Qaṣīla est habité par les gens de l'Occident (al-Ġarb) et le quartier al-A‘ǧām par les Persans. Dans ces deux quartiers se développeront au xviie siècle des noyaux d'habitat de notables plutôt éphémères.

  • 46 La mosquée dite Abu Yaḥyā al-Kawākibī à Ǧallūm a été construite par le gouverneur d'Alep, Sībāy, e (...)

32D'autres ancrages anciens de notables, comme la présence de la famille Kawākibī à Ǧallūm46 ou de la famille Ġūrī à l'est de la Citadelle et au sud de Bāb al-Aḥmar, n'apparaissent sans doute pas avant les dernières décennies de la période mamelouke ou même le début de la domination ottomane.

33Au xve siècle, les notables sont donc plutôt groupés dans les quartiers au nord et au sud de la Grande Mosquée et surtout de la partie orientale des souks, à proximité des axes qui conduisent vers la porte de la Victoire au nord, et la porte de Qinnasrīn au sud. Une certaine dispersion ancienne subsiste, avec quelques implantations nouvelles dans la partie nord des nouveaux quartiers orientaux et sans doute dans le vieux quartier de Ǧallūm.

3. LES GRANDES FAMILLES À L'ÉPOQUE OTTOMANE, LEURS RÉSIDENCES ET LEURS WAQFS. LA FAMILLE AMĪRĪ

34Les deux premiers siècles de la domination ottomane sont marqués par une apogée du rayonnement d'Alep (planches 78 et 79). Le développement de ses activités se manifeste par la construction de souks et de kḫans monumentaux dans la Mdiné et par l'occupation progressive de nouveaux sites pour l'habitat et les activités, notamment les faubourgs nord, à l'extérieur de Bāb al-Naṣr. Les quartiers de résidence des notables restent d'abord ceux de la période précédente, avec un renforcement des sites au nord des Souks et de la Citadelle et l'apparition de quelques sites nouveaux, dans les faubourgs nord pour les chrétiens et quelques notables musulmans.

35Le xviiie siècle est marqué par un certain retrait du pouvoir central. Le développement architectural et spatial est beaucoup plus le fait des notables locaux que des représentants du pouvoir ottoman : la Suwayqa est un site intéressant de manifestation de ce mouvement et certainement l'un des espaces qui se transforment le plus à cette époque.

36Pour repérer les familles qui ont un patrimoine dans la zone étudiée et éventuellement celles qui y ont leur domicile principal et pour localiser précisément ces biens ou habitations, plusieurs sources sont utilisables. Les documents des tribunaux, qui permettent de remonter au premier siècle de la domination ottomane, enregistrent des mouvements de propriété, achats et ventes, repérés approximativement dans l'espace, et conservent d'autres actes (jugements, etc.) qui peuvent porter des noms d'individus ou de familles avec des éléments de repérage, noms de quartier ou d'impasse. Les actes de fondation de waqfs donnent généralement, en plus d'informations précises sur le waqf lui-même, les noms des propriétaires de locaux constituant les limites d'un bien. Ces deux premières sources ont été efficacement utilisées par les historiens. Les registres du cadastre fixent un état des propriétés vers 1929, facilement repérables sur les plans par les numéros de parcelles ; ces renseignements peuvent être considérés comme trop récents et anachroniques, pourtant, au moins pour les waqfs, ils enregistrent une situation qui a généralement très peu changé depuis leur fondation, souvent au xviie, xviiie, ou au début du xixe siècle (planche 80). De plus, en 1929, la plupart des grandes familles musulmanes, contrairement aux chrétiens, avaient conservé leurs propriétés dans la ville ancienne où, bien souvent, elles continuaient à habiter.

  • 47 Meriwether, M. L., 1988. Les familles de notables sont répertoriées suivant un critère essentiel : (...)
  • 48 Meriwether, M. L., 1988, p. 118. La liste de cent soixante-douze familles caractérisées par l'exis (...)
  • 49 LocAlīsation des familles notables dans les trois quartiers étudiés, plus le quartier voisin de Fa (...)

37Au tournant des xviiie et xixe siècles, d'après les travaux de M. L. Meriwether à partir des registres des tribunaux47, trente familles principales de notables alépins48 vivaient dans seulement seize des cent-quatre quartiers que comptait la ville à l'époque ; 75 % d'entre elles vivaient dans sept de ces quartiers : Dāḫil Bāb al-Naṣr, Suwayqat ‘Alī, Suwayqat Ḥātim, Farāfra, Maṣābin, Ǧallūm, Bayyāḍa. Ces quartiers, sauf Ǧallūm sont situés dans la moitié nord de la ville, dans la zone proche de la Suwayqa49.

Planche 78 — Plan 1930 ; palais mamelouks et grandes maisons ottomanes.

Planche 79 — Alep et ses faubourgs à l'époque ottomane (xviiie-xixe siècles)
— Principaux axes de circulation et portes
— Le cadre représente la zone étudiée (la Suwayqa)
— Répartition des grandes maisons dans la ville ancienne, état vers 1950 (maisons encore habitées et bien conservées ou repérables par des vestiges importants). Les points noirs symbolisent l'existence d'une grande qā‘a à coupole ; les cercles représentent de grandes maisons avec iwan, mais sans qā‘a à plan centré. L'étude n'a pas été faite dans les faubourgs est et ouest.
— Zones hachurées : bâtiments affectés à des fonctions autres que domestiques et familiales (culte, commerce, fabrication, services...) ; il s'agit en général des espaces les plus publics.

Planche 80 — Plan 1930 ; localisation et emprise des patrimoines des notables et des grands waqfs à l'époque ottomane.

  • 50 Ce nombre de trente-sept peut paraître faible confronté à cent soixante-douze familles de notables (...)
  • 51 Pour la famille Amīrī, vingt et une parcelles du waqf du ḥāǧǧ Mūsā, dix parcelles appartenant à d' (...)

38Sur quatre-vingt-douze patronymes de propriétaires dans cette zone, enregistrés par le cadastre de 1929, trente-sept se trouvent déjà dans la liste de cent soixante douze de M. L. Meriwether50, et comptent parmi les plus gros propriétaires de waqfs familiaux ou de propriétés privées51.

  • 52 Tate, J. 1990.
  • 53 (M =marchands, ‘U =‘ulamā’, ‘A =‘askarī, militaires). Les familles Labaqī (M ‘U), al-‘Uṭmānī (M), (...)

39Les waqfiyya-s, actes de fondations de waqf, permettent de repérer, sinon les domiciles, au moins des propriétés, généralement de grandes maisons, d'un certain nombre de familles de notables. Les limites des propriétés du waqf du ḥāǧǧ Mūsā al-Amīrī52 sont généralement données avec les noms des propriétaires voisins, ce qui permet de localiser dans le quartier de la Suwayqa vingt-sept familles de propriétaires, dont dix-huit sont citées parmi les notables par M. L. Meriwether53.

  • 54 Meriwether, M. L., 1981, p. 148.

40Les différentes composantes du groupe des notables ne sont pas réparties d'une façon égale et manifestent certaines préférences. Parmi les quartiers riches, au nord de la Citadelle et de la Grande Mosquée, les quartiers autour de la Suwayqa sont plutôt habités par des marchands et des ‘ulamā’, tandis que les membres de la classe militaire (‘askarī) sont nombreux à Farāfra, immédiatement à l'est, mais les clivages sont loin d'être étanches et bien plus, comme l'a montré M. L. Meriwether, les stratégies matrimoniales peuvent inclure des alliances entre familles de marchands et de ‘ulamā’ et même avec des membres de la classe militaire. Parmi les familles notées comme ayant établi des alliances matrimoniales avec des membres de la famille Amīrī, quatre sont des familles de commerçants, deux des familles de ‘ulamā’ et commerçants, deux des familles de militaires54.

  • 55 Beaucoup viennent de l'est, des villes de la Mésopotamie avec lesquelles Alep a des liens commerci (...)
  • 56 Tate, J., 1990. La plupart des renseignements concernant l'histoire de la famille sont tirés de sa (...)
  • 57 Dans le tableau (1) de M. L. Meriwether, p. 101, la famille Amīrī n'apparaît absolument pas dans l (...)

41Beaucoup de familles de notables alépins sont d'origine étrangère55, en raison peut-être d'un système socio-économique permettant plus facilement à un commerçant ou à un lettré, donc à un citadin, "étranger", d'avoir sa place dans la ville qu'à un alépin de souche non citadine de s'élever au statut de citadin à part entière. Ainsi, la famille du ḥāǧǧ Mūsā al-Amīrī n'a pas de racines anciennes à Alep. Elle se dit originaire d'Arabie, d'une branche installée en Iraq et précisément à Basra, où elle occupait déjà un niveau social élevé56. C'est vraisemblablement à la fin du xviie siècle, qu'une partie de la famille s'est installée à Alep57. On connaît la maison du père du ḥāǧǧ Mūsā, al-ḥāǧǧ Ḥasan Ǧalabī, parce qu'elle fait partie du waqf de son fils. Mūsā al-Amīrī, mort en 1177/1763-1764, est né à Alep au début du xviiie siècle, sans doute dans la maison de son père, maison qui présente des signes importants de réaménagements datables approximativement de la fin du xviie siècle, époque probable, sinon de l'installation de la famille à Alep, au moins de l'affermissement de sa situation.

  • 58 Marcus, A., 1989, p. 247.
  • 59 Marcus, A., 1989, p. 194.
  • 60 Il aurait fait participer sa famille à ses affaires, en empruntant par exemple 6 700 piastres à un (...)
  • 61 Marcus, A., 1989. p. 201. Au sein d'une présentation très fouillée des caractéristiques sociales, (...)
  • 62 L'un d'entre eux est cité dans l'acte de fondation du waqf, al-ḥāǧǧ ‘Alī al-Kūlih.

42Mūsā al-Amīrī, se lance dans le commerce à longue distance, comme son père et son oncle, et sans doute ses aïeux. Ses voyages le conduisent vers l'est, en Iraq et jusqu'en Inde58 : sa richesse, devenue considérable est accrue par une partie de l'héritage de son père, partagé sans doute avec ses deux frères. Contrairement à d'autres notables, il ne semble pas tenir une part de sa richesse de la ferme d'impôts ou de fonctions diverses en ville ou dans le monde rural59. Il mène une vie de famille qui correspond à l'idéal musulman de l'époque pour les hommes de son niveau social : il aurait eu cinq épouses60 et quarante esclaves concubines, un nombre important de domestiques et d'esclaves. Treize de ses enfants vivaient à la date de sa mort ! Il est difficile de savoir précisément ce qui dans ces informations biographiques correspond à un embellissement systématique suivant les modèles sociaux de l'époque et ce qui dans ces modèles correspond à des manifestations extérieures de richesse et de puissance, mais aussi de prévoyance collective pour la préservation du groupe. En effet une richesse, même considérable, ne met pas la famille à l'abri des aléas des affaires et de la précarité de la vie, périodiquement menacée, notamment par les grandes épidémies61. Un fait socio-économique notable est la participation de certains de ses esclaves, éduqués, à des affaires commerciales, leur enrichissement, leur affranchissement et leur intégration à la société citadine, avec le titre d'āġā ou de ǧalabī62. À sa mort, la fortune du ḥāǧǧ Mūsā doit être répartie entre quatre épouses en vie et treize enfants, sans qu'il soit possible de savoir quelle part représente son waqf et quelle part était transmise en propriété individuelle.

  • 63 Certains biens enregistrés dans le waqf du ḥāǧǧ Mūsā ne le sont que pour une part. Sa maison, les (...)
  • 64 Elle-même est fondatrice d'un waqf au profit de la mosquée al-Mu‘allaq, dans la Suwayqa, dont cert (...)
  • 65 Son frère ‘Abd al-Qādir n'habite pas près de lui, mais dans le quartier de Maṣābin, où il construi (...)
  • 66 Les familles Aḥmad Bāšā (‘A), Ġannām (M ‘U), Labaq (ou Labaqī) (M ‘U), Qurna (M), ‘Uṭmānī (M), son (...)

43Si les propriétés de Mūsā al-Amīrī concentrées aux alentours de la Suwayqa sont importantes, elles ne représentent pas la totalité de son aire d'influence dans ce quartier. Les liens familiaux, visant à constituer un "groupe social" sur un territoire sont aussi importants : on retrouve parmi les propriétaires dans la même zone les noms de certaines familles proches. L'ancienne propriété d'un de ses esclaves affranchis, al-ḥāǧǧ ‘Alī al-Kūlih, est mitoyenne de la maison de son père. Une boutique appartient à la fille du ḥāǧǧ Qāsīm Ǧalabī Amīrī, nièce du ḥāǧǧ Mūsā63. Parmi les propriétaires de locaux mitoyens de ses waqfs apparaît plusieurs fois le nom des Labaqī, notables alépins connus, marchands et ‘ulamā’, famille dont était originaire une de ses épouses, al-ḥāǧǧat Ṣāliḥa64. Il s'agit notamment d'une maison de ‘Abd al-‘Azīz al-Labaqī, séparée par une rue de la maison du ḥāǧǧ Mūsā, une maison de ‘Umar efendi al-Labaqī, dans l'impasse bawwābat al-‘Uǧaymī, une maison de « feu Ḥusayn efendi al-Labaqī », à proximité du khan al-Kabīr, une maison d'al-sayyid Ni‘ma al-Labaqī, sans doute le beau-père du ḥāǧǧ Mūsā, entre la Suwayqa et la bawwābat al-‘Uǧaymī, une maison d'al-sayyid ‘Uṭmān Ibn al-sayyid Ni‘ma al-Labaqī, sans doute l'un de ses beaux frères65. Parmi les neuf noms de familles cités par M. L. Meriwether comme ayant établi des alliances matrimoniales avec la famille Amīrī, cinq apparaissent parmi les propriétaires au voisinage des biens du waqf du ḥāǧǧ Mūsā66.

  • 67 Marcus, A., 1989. p. 321 « In Suwaiqa ‘Alī, the residence of the wealthy merchant Mūsā Agha Amir Z (...)
  • 68 Meriwether, M. L., 1981. p. 124.

44La Suwayqat ‘Alī et les quartiers proches, sont exemplaires de certains aspects de l'organisation dans l'espace de la société citadine à l'époque ottomane. Il s'agit d'abord d'une remarquable concentration d'habitat riche, de familles de notables. Les grandes ou très grandes parcelles, bien visibles dans le cadastre jusqu'à nos jours, et les architectures exceptionnelles par leurs dimensions et leur richesse qui correspondent en général à ces parcelles, ne sont pas les seules qui fassent partie de ce patrimoine des notables : les descriptions données par l'acte de fondation du waqf de Mūsā al-Amīrī, montrent que beaucoup de parcelles plus petites, avec des architectures plus modestes, appartenaient aussi au milieu du xviiie siècle à des familles connues, peut-être moins riches, mais aussi respectées, comme la famille Labaqī, alliée à la famille Amīrī. Beaucoup de propriétaires voisins sont qualifiés de āġā ou de ǧalabī, au minimum de sayyid. Ainsi, parmi les familles de propriétaires voisins de biens appartenant au waqf de Mūsā al-Amīrī, dix-huit sont dans la liste des notables établie par M. L. Meriwether. Il est donc clair que dans ce quartier, et dans l'ensemble de cette zone au nord de la Citadelle et de la Grande Mosquée, la majorité des propriétaires et de la population était constituée de notables, et de familles proches qui pouvaient appartenir à des niveaux de richesse sensiblement différents, mais qui n'étaient ni des artisans, ni de petits boutiquiers. La grande disparité des prix des maisons dans ces quartiers, observée à partir des transactions enregistrées par des actes des tribunaux67, correspond certainement à des différences de taille et de qualité de l'architecture et du décor, mais pas nécessairement à une réelle diversité d'appartenance sociale de leurs habitants à cette époque. Il reste que le prix moyen des maisons dans ces quartiers était supérieur à tous les autres, caractérisant bien son caractère exceptionnel68 : ainsi, la plupart des autres quartiers étaient socialement plus mélangés, même s'ils contenaient aussi des grandes maisons de notables.

  • 69 Salati, M., 1992.
  • 70 Sauvaget, J., 1933, p. 187-188. La liste est citée ci-dessus à la note 40 du chapitre I.

45Aucune des familles notables dont M. L. Meriwether locAlīse la résidence dans ces quartiers n'est connue à Alep avant le xviiie et certaines émergent seulement à la fin du siècle et au début du xixe, ce qui est significatif d'une certaine mobilité sociale. La mobilité des familles dans l'espace de la ville est loin d'être négligeable aussi, correspondant à des changements de leur statut. En comparant les différentes sources et à partir du tableau de M. L. Meriwether (tableau 1, p. 101-109), nous pouvons noter un certain nombre de déplacements, installations ou disparitions, significatifs des changements qui affectent la population de notables de ces quartiers : les Qudsī, Ubrī, Kayyālī, Yakin, venus d'ailleurs, ont une présence importante à Alep et notamment dans le quartier Dāḫil Bāb al-Naṣr à partir de la fin du xviiie siècle. Les Ǧābirī sont en cours d'installation, et viennent du quartier de ‘Aynayn à l'ouest ; les Ǧazmātī viennent de Tlemcen ; Ibrāhīm Āġā vient du quartier Dāḫil Bāb al-Maqām, au sud, et s'installe dans l'ancien palais de ‘Uṭmān Bāšā en 1791. En concomitance, on peut remarquer des noms d'anciens habitants de ces quartiers, disparus du groupe des notables et de la ville, comme les Banū Zuhrā, fondateurs de waqfs importants, occupant à de nombreuses reprises la charge de Naqīb al-Ašrāf jusque vers les années 1660-167069, ou la très illustre famille des Banū al-‘Aǧamī. Pourtant, la zone a acquis son caractère résidentiel riche bien avant cette époque tardive. La liste de maisons importantes que donne Ibn al-Šiḥna70 au milieu du xve siècle est claire : le groupe le plus important est concentré à proximité de la Suwayqa.

46La longévité de l'existence d'une famille à Alep, comme la permanence de son inscription dans un quartier sont de durée très inégale. La famille Amīrī apparaît dans le quartier de la Suwayqa vers la fin du xviie siècle et s'installe en partie dans l'espace laissé par les Banū Zahrā après leur extinction. Les Amīrī sont restés présents dans ce quartier jusqu'à nos jours et même s'ils n'y résident plus maintenant, certains membres de la famille sont encore reconnus comme notables d'un quartier qui n'est plus résidentiel, devenu presque uniquement commerçant. Par ailleurs ils sont toujours connus comme anciens notables, référence qui peut encore être très positive dans la société moderne. Même si quelques rares familles encore vivantes et actives actuellement à Alep sont beaucoup plus anciennes, notamment les Kawākibī et les Kūrānī (ou Gōrānī), elles sont des exceptions dans une société dont la longévité réelle des lignées de notables, qui constituent une sorte d'aristocratie, se limite à deux ou trois siècles.

47La longévité de la valeur d'un site ou d'un quartier est donc bien supérieure à celle de chaque famille prise indépendamment. Ainsi les quartiers de la Suwayqa sont restés des lieux de concentration des richesses et des pouvoirs bien plus longtemps que la durée d'existence de n'importe quelle famille de notables. Comme nous l'avons constaté, plusieurs anciens palais sont encore partiellement conservés, juxtaposant dans le quartier des vestiges importants d'habitat riche du xiie au xixe siècle. Il serait intéressant de savoir à quoi tient cette longévité. Elle peut sans doute s'expliquer par la réelle valeur topographique d'un site, bien situé par rapport à tous les lieux stratégiques de la ville. Elle peut tenir aussi à un mouvement perpétuel de substitution d'une famille à une autre. Elle peut être liée à une évolution progressive des références valorisantes, souvent symboliques, non rationnelles, inconscientes, obstacles toujours renouvelés, et souvent différents, à la dévalorisation d'un site. Les fondations en waqf, en immobilisant au moins partiellement la structure foncière comme les formes spatiales, limitant ainsi les possibilités d'évolution des fonctions, des activités économiques, comme de la structure sociale, participent aussi à cette longévité, mais finalement pour une durée limitée, un peu plus longue que celle des dynasties de notables.

4. LES WAQFS (Planche 81)

48Le déplacement des sites de fondations des waqfs depuis le début de l'époque ottomane est significatif. Un des très importants waqfs ottomans de la grande époque, celui d'Ibrāhīm Ḫān Zāda (Sokollu) Muḥammad Bāšā, de 1574, comprend essentiellement des souks, des khans et des qīsāriyya-s dans le quartier des souks centraux, une grande tannerie, des khans et divers équipements en dehors de la porte d'Antioche, quelques fondations dans d'autres quartiers, notamment au sud de la Citadelle et à Bānqūsā, faubourg oriental. Il ne comprend que quelques boutiques, écuries, moulins, pressoirs, etc. dans le quartier de la Vieille Tannerie à l'ouest de la Suwayqa et rien dans les faubourgs nord.

Planche 81 — Plan 1930 ; waqfs et propriété privée.

49Un des derniers grands waqfs du xvie siècle, celui de Bahrām Bāšā comprend des investissements beaucoup plus importants dans les faubourgs nord, avec un très grand hammam, une qīsāriyya et un petit souk, tout près d'al-Ṣalība, le principal quartier chrétien, en plus des quartiers centraux qui demeurent le site principal.

50Dans le waqf d'Ipšīr Muṣṭafā Bāšā de 1653, pour la première fois, la quasi totalité des immeubles de rapport de la fondation, sont situés dans les faubourgs nord, comprenant plusieurs grandes qīsāriyya-s, des souks, des khans, un grand café et d'autres équipements d'activités ou de services.

  • 71 Les autres grands waqfs de l'époque, notamment ceux de Aḥmad Ṭāha Zāda et ceux de ‘Uṭmān Bāšā, qui (...)

51Par la suite les waqfs du xviiie siècle comprendront généralement des immeubles intra-muros, dans différents quartiers, notamment le quartier du fondateur, et d'autres dans les faubourgs, notamment le faubourg nord71.

  • 72 Sur la localisation des différents biens constitués en waqf par le ḥāǧǧ Mūsā al-Amīrī, voir Tate, (...)

52Le waqf de Mūsā al-Amīrī ne comprend sans doute pas la totalité de ses biens immobiliers, en tous cas de sa fortune, qu'il faudrait pouvoir étudier dans sa succession. Il semble à peu près représentatif d'un patrimoine, sans doute exceptionnel, mais typique des choix d'investissements, des activités économiques, et des localisations, à cette époque, pour la catégorie la plus riche et la plus urbaine de la société, avec une forte concentration dans le quartier du fondateur, des implantations importantes dans les faubourgs nord, des implantations dispersées, beaucoup moins nombreuses. Trois localisations dominent largement : les quartiers desservis par l'axe de la Suwayqa, avec soixante-six biens ; les souks centraux, avec vingt-neuf biens ; les faubourgs nord avec vingt-six biens. Les faubourgs orientaux sont peu représentés, avec douze biens. Les autres quartiers sont presque totalement absents avec trois biens dispersés72.

53Les biens dans la Suwayqat ‘Alī et ses environs sont les plus nombreux, les plus concentrés, les plus importants par leur superficie, leur valeur et sans doute leur rentabilité économique :

  • Sur seize maisons d'habitation, treize se trouvent dans les quartiers de la Suwayqa et les trois autres dans les faubourgs nord.
  • Sur soixante-douze boutiques, vingt-neuf sont dans les quartiers de la Suwayqa, vingt-cinq dans les souks centraux, treize dans les faubourgs nord et deux dans des localisations diverses. Il faut y ajouter trois fours à pain et un entrepôt qui sont tous dans les quartiers de la Suwayqa.
  • Sur vingt ateliers divers, six se trouvent dans les faubourgs orientaux, cinq dans les faubourgs nord, cinq dans les quartiers de la Suwayqa, trois dans les souks centraux.
  • Les trois khans sont dans la Suwayqa.
  • Sur huit qīsāriyya-s, cinq sont dans la Suwayqa et les trois autres dans les faubourgs nord.
  • Les deux bains sont à proximité de la Suwayqa.
  • D'autres ateliers, lustrage des étoffes, teintureries, moulins, au nombre de neuf, sont répartis entre les trois localisations.

54Les biens localisés dans les quartiers de la Suwayqa sont presque tous regroupés, ceux de la Mdiné se répartissent entre six souks, tandis que ceux des faubourgs sont beaucoup plus dispersés.

55Certains de ces biens sont, à l'évidence, des placements, c'est le cas des boutiques, qui concernent un large éventail de produits, de certains ateliers et sans doute d'une partie des maisons. Plusieurs grandes maisons sont les logements de différents membres de la famille, ainsi sans doute que des maisons de plus petite taille, sans qu'il soit possible de connaître quelle partie de ce patrimoine est louée à des étrangers à la famille.

  • 73 Sauvaget, J., 1941, p. 202, note 750. 751, et annexe V. p. 259, marchandises apportées par la cara (...)

56L'utilisation des khans n'est pas connue et rien ne permet de préciser si les locaux étaient loués à différents utilisateurs, mode de fonctionnement habituel des khans, ou si les activités commerciales de Mūsā al-Amīrī occupaient une place importante sinon la totalité d'un ou de plusieurs de ces khans. Ces activités ne sont d'ailleurs pas bien connues non plus, mais elles devaient comporter une part importante de négoce des produits bruts ou fabriqués d'origine orientale, produits que l'on retrouve par ailleurs dans les listes du commerce de transit des négociants occidentaux, auxquels il faut peut-être ajouter des produits importés d'Occident ou fabriqués à Alep ou récoltés dans sa région, exportés vers l'Orient ou consommés sur place. Il s'agit vraisemblablement d'un commerce ouvert, relativement peu spécialisé73. On peut se demander si l'importance des immeubles de rapport liés aux activités textile — plusieurs qīsāriyya-s, peut-être une fabrique d'indienne dans un khan, des teintureries, un atelier de lustrage — ne fait que refléter les activités les plus dynamiques à Alep à cette époque ou si Mūsā al-Amīrī avait une participation effective importante dans le négoce de ces produits, tant de la matière première que des tissus finis.

  • 74 Tate, J., 1990, p. 38, (numéro 27 de la waqfiyya).
  • 75 Ibidem, p. 26-27, (numéro 24 de la waqfiyya).
  • 76 Un lien très fort existe entre la Suwayqa et le faubourg nord à travers Bāb al-Naṣr, d'abord lien (...)

57Les choix de ces localisations et de ces activités sont certainement en partie volontaires, liés au souhait d'affirmer une empreinte territoriale, mais aussi en partie conditionnés par le marché foncier, les zones encore disponibles pour l'implantation de nouveaux locaux, les zones dynamiques. Certaines des grandes qīsāriyya-s du faubourg nord sont dans des sites tout à fait périphériques et ont été sans doute construites ex-nihilo par Mūsā al-Amīrī, comme placement. L'architecture de la qīsāriyya al-Ğadīda (la Neuve), dans la maḥalla de Qaṣṭal al-Ḥarāmī74, correspond bien à une construction de la seconde moitié du xviiie siècle, de même que celle de la maḥalla de Qaṣṭal ‘Ašūr75, qui peut être le produit d'une reconstruction ou de l'occupation d'une parcelle vide résiduelle en cœur d'îlot76.

5. LE SITE COMMERCIAL : LES ACTIVITÉS ENREGISTRÉES PAR LA WAQFĪYA DU ḤĀǦǦ MŪSĀ AL-AMĪRĪ À LA FIN DU XVIIIe SIÈCLE

58Le toponyme suwayqa, petit souk, implique l'existence ancienne d'une activité commerciale. En fait, l'axe de Bāb al-Naṣr à la Mdiné est relativement long (environ 600 mètres) et semble avoir été toujours hétérogène, au point de vue morphologique, foncier et finalement des activités commerciales. Il est constitué de deux tronçons assez bien individualisés, dans lesquels les activités sont différentes de nos jours et sans doute anciennement ; la partie nord, depuis la porte jusqu'à une zone intermédiaire proche de la mosquée al-Mihmāndār et du khan Qurṭbak au niveau de la coupure actuelle par la percée (rue de la Prison), était la Suwayqa autrefois connue comme Suwayqa al-Yahūd, et la partie sud était la Suwayqat ‘Alī proprement dite, sur laquelle se branche la Suwayqat Ḥātim.

59Il est impossible actuellement de faire une histoire continue de l'évolution des activités commerciales et des particularités de chacun de ces tronçons. On connaît très mal leurs activités anciennes : Ġazzī rapporte qu'on fabriquait et vendait autrefois, sans doute à l'époque mamelouke, des boucliers et des épées dans la partie centrale de cet axe, au voisinage de la zāwiya al-Ġawšaniyya-Aqsarawiyya, au nord du khan Qurṭbak. Par contre on les connaît relativement bien au xviiie siècle grâce au waqf de Mūsā al-Amīrī.

  • 77 Petit pâté frit, farci de viande ou d'épinards ou de fromage, comparable à des friands ou rissoles

60Sur l'ensemble de l'axe, quarante-quatre boutiques sont signalées par la waqfiyya, soit comme faisant partie du waqf, soit comme limites de biens waqfs. Elles représentent une grande diversité de produits et d'activités, pour la plupart liées à des besoins quotidiens. Le tabac est le mieux représenté, avec six marchands de tabac et cinq marchands de pipes et de narguilés. Les marchands de pipes et de tabac sont aussi bien à Suwayqat ‘Alī, à Suwayqat Hātim et à proximité de Bāb al-Naṣr. L'alimentation est aussi très bien représentée, avec quatre épiceries (sammān) un marchand de fruits et légumes, quatre ou cinq fours à pain et marchands de différentes sortes de pain, deux marchands de café, un marchand-fabricant de sucettes, un marchand de sanbūsik77, un marchand de pâtisseries ; d'autres commerces de proximité, trois marchands de savon, un parfumeur droguiste, deux marchands de cannes, un marchand de sabots, deux marchands de ceintures en cuivre, un marchand de torches, un matelassier, un fabricant de soufflets, un fabricant de sandales, un marchand de soie, un qulaqği (fabricant de boucles de ceintures), et pour les services, trois barbiers, un médecin, deux cafés. Quelques-unes de ces activités existent encore de nos jours et font encore partie des spécialités de la Suwayqat ‘Alī : les narguilés, le café, les parfums et drogues, le savon. Les fours à pain, épiciers, marchands de fruits et légumes sont encore nombreux dans la partie nord, non loin de Bāb al-Naṣr.

61Ainsi, il semble ne pas y avoir dans la Suwayqa à cette époque d'activité dominante définissant un souk spécialisé, mais plutôt une diversité difficile à définir, qui n'est pas celle d'un marché de quartier. Une place importante est occupée par des produits nouveaux qui n'existaient pas à l'époque mamelouke, café, tabac et accessoires liés à leur consommation, produits à la fois populaires et relativement coûteux, exemplaires de la vocation des souks périphériques intra-muros qui accueilleront progressivement depuis la fin du xviiie siècle toutes les nouveautés envoyées par l'Occident. C'est le cas de la Suwayqa et de la rue de Qaṣṭal Hağğārīn, qui évoluent encore actuellement pour s'adapter à la demande de nouveaux produits. La quinzaine de boutiques du waqf qui sont localisées dans d'autres petits souks de quartier extra-muros, sont généralement vouées à la fabrication ou à la vente des mêmes produits et aux mêmes services, tabac, alimentation, barbiers...

  • 78 Le souk des épées et des boucliers signalé par Ġazzī n'existait sans doute plus au xviiie siècle, (...)

62La liste des activités commerciales constituée d'après les informations du waqf Amīrī peut être trompeuse car elle ne tient pas nécessairement compte d'activités plus anciennes, formant peut-être des souks spécialisés tenus par d'autres familles ou appartenant à d'autres waqfs. Mais ceci est difficile à vérifier78.

63Encore une fois, la principale caractéristique de ce site ouvert est son aptitude au changement, à l'évolution, à l'adaptation dans une certaine permanence spatiale.

6. UN SITE OUVERT : LES SERVICES ADMINISTRATIFS ET LES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES AU DÉBUT DU XIXe SIÈCLE D'APRÈS LE PLAN ROUSSEAU

64L'image de la ville qui nous est transmise par le plan de Rousseau, ancien consul de France à Alep, « dressé entre 1811 et 1818 », et par les commentaires de Barbié du Bocage, rédigés un peu plus tard, est significative. Les quartiers les plus ouverts et les plus proches des lieux d'activité des occidentaux sont les mieux connus, les mieux décrits et localisés. Les espaces commerciaux sont valorisés, notamment les souks centraux, ainsi que les quartiers chrétiens au nord-ouest, avec une topographie relativement exacte et un nombre important d'activités et de services correctement localisés. Ce choix est en partie déterminé par l'existence des liens privilégiés des Occidentaux avec certaines catégories de la société et avec les espaces qui correspondent à ces catégories, mais il répond aussi à la réalité économique et sociale de la ville à la fin du xviiie siècle. Le poids économique des quartiers orientaux, ceux où sont situées les activités caravanières et une partie importante du commerce des produits de l'agriculture et de l'élevage ou du pastoralisme, est très minoré dans le plan Rousseau, mais ces quartiers étaient sans doute ignorés de la majorité des citadins musulmans et chrétiens, autant que des étrangers occidentaux. En revanche, le quartier de la Suwayqa semble bien connu et correctement représenté, avec une liste significative d'activités et de services.

  • 79 Comme le note Barbié du Bocage, J. G., p. 224, le palais des gouverneurs est alors en dehors de la (...)
  • 80 Ġazzi (p. 173), situe précisément la mosquée al-Mihmāndār, dite mosquée al-Qāḍī, en face du tribun (...)
  • 81 La Maḥkama chaféite dite Mehhkemet il-Ssabbaghin dans Barbié du Bocage a été localisée par Gaube e (...)

65« Le pacha ne réside point dans la Citadelle. Il habitait autrefois un palais ou sérail dont la vaste étendue et la magnificence attiraient l'attention ; ce palais est détruit aujourd'hui79 : on en voit encore l'emplacement au pied de la Citadelle [...]. À peu de distance au nord est la maison de l'agha des janissaires qonaq il-serdar, et plus loin, le khan qortbeg, caserne des troupes albanaises au service du pacha », dans « il-Feraferé ». Plusieurs grandes maisons détruites par la percée de la nouvelle rue de la Citadelle peuvent avoir été le palais de l'agha des janissaires, au nord-est du khan al-Wazīr et de la maison-takiyya Manṣūriyya. Il est significatif que le palais de ce personnage important soit situé dans le quartier des notables, à proximité de Farāfra, alors que les logements des janissaires étaient répartis dans les faubourgs orientaux. Barbié du Bocage situe le Grand Tribunal, « Mehhkemet il-Kebirè », dans le quartier de « Houaïné », près d'une petite mosquée, « Djamé il-Mehhkemet » : sa localisation sur le plan correspond assez exactement au bâtiment encore partiellement conservé actuellement entre la Suwayqat ‘Alī et Bāb al-Naṣr80. Parmi les tribunaux secondaires cités par Barbié du Bocage, le Mehhkemet il-Ssabbaghin, est aussi situé sur cet axe, au nord du khan al-Wazīr, près de la mosquée Hadji Mouça81. Dans le même quartier se trouve aussi l'habitation du « receveur des impositions, mohaceb, [...] ; cette demeure porte le nom de Qaissariet il-Ssaliandjié ». Elle se trouvait apparemment juste au sud du khan al-Wazīr. Les mosquées citées sont celles qui existent encore actuellement, « Djamé il-Mehhkemet », appelée plutôt actuellement al-Mihmāndār, « Djamè Hhadji-Mouça », « Djamé Osman-Pacha ». Parmi les « fabriques et manufactures », citées par Barbie du Bocage, un certain nombre se trouvent encore dans ce quartier : « le khan il-Vézir », « Le khan Hhadj Mouça, où l'on trouve des manufactures d'indiennes », la « Qaat-il-Ssaqal, lieu où l'on fait passer les étoffes de soie à la calandre », « Qaissariet-il-Mulkié, lieu où l'on prépare la soie pour les fabriques d'étoffes », des teintureries, le khan du Savon, le « khan-il-Kettan, on y vend les meilleures toiles ». Outre les restes du « Seraïet-Osman-Pacha », deux palais sont cités, un peu à l'est de ce quartier, le « Qonaq Qudçi Efendi » et celui de « Djabri Efendi » deux des plus importantes familles de l'époque.

66Dans cette période de transition qui prépare un retour en force du pouvoir ottoman, ou du moins d'une autorité accrue visant à mieux contrôler les provinces et à enrayer le déclin de l'Empire, les lieux du pouvoir se regroupent encore dans cette zone au nord-ouest de la Citadelle, entre la Suwayqa et l'ancien tracé du flanc oriental de l'enceinte, tendance qui sera renforcée un peu plus tard par l'installation d'un nouveau Sérail sur le rebord septentrional du fossé de la Citadelle, par les occupants égyptiens entre 1830 et 1840. La réaffirmation d'un certain centralisme politique et administratif accompagne la pénétration du commerce et des influences culturelles de l'Occident, notamment pour certaines catégories de la société, accentuant les inégalités, les différences et donc les conflits. Avant que le quartier de la Suwayqa ne soit plus que l'un des sites commerciaux du centre, les diverses fonctions y cohabitent, négoce, palais de notables, lieux du pouvoir, et cet axe est alors l'un des supports de la modernité, avec l'axe de Bāb al-Farağ / Qaṣṭal Ḥağğārīn.

7. LES NOUVEAUX SOUKS AU XIXe ET AU XXe SIÈCLE : NOUVELLE LOGIQUE D'ORGANISATION DE LA VILLE, NOUVELLES TECHNOLOGIES, NOUVEAUX PRODUITS. CONFRONTATION DE LA VILLE ANCIENNE ET DE L'URBANISME MODERNE

  • 82 Vers 1930, la couverture étant en mauvais état, un commerçant de la famille Chabarek lance une sou (...)

67Avant même le développement du centre moderne à l'extérieur des quartiers anciens, de nouveaux espaces commerciaux sont créés dans le prolongement des souks et sur d'anciens sites commerciaux secondaires, pour répondre à l'introduction de nouveaux produits, généralement d'origine occidentale, sur le marché. Cette extension des espaces commerciaux en site ancien respecte une certaine logique traditionnelle et aboutit à une modernisation sans bouleversements. L'expression la plus forte de cette nouveauté en site ancien est, à Damas, la construction du souk Hamidiyé, à proximité des vieux souks et non loin de la Grande Mosquée, dont la mise en place entraîne des destructions relativement lourdes et un remodelage assez profond des espaces : le modèle architectural est la galerie marchande à l'occidentale, large, au tracé régulier, couverte en charpente métallique, donnant accès non plus aux boutiques minuscules du souk, mais souvent à de vrais magasins. Des espaces commerciaux nouveaux sont créés aussi à Alep, mais beaucoup plus modestes qu'à Damas : une galerie est ainsi réaménagée entre Bāb al-Naṣr et la mosquée al-Mihmāndār, couverte sans doute vers les années 1900, en bois et métal82. La plupart des autres boutiques nouvelles sont simplement ouvertes au rez-de-chaussée des anciennes maisons d'habitation, suivant un processus certainement ancien. Jusqu'aux années 1950-60, cette partie de la Suwayqa était l'un des marchés les plus fréquentés, pour les vêtements et les chaussures, par une clientèle moderne mais plutôt populaire, notamment pour les achats des fêtes, comme le souk al-Maḥmaṣṣ dans la Mdiné. C'était aussi un souk de grossistes qui alimentait les marchés des petites villes de la région jusqu'à plusieurs centaines de kilomètres dans la vallée de l'Euphrate.

68Plus récemment, les opérations d'urbanisme lourdes dans la ville ancienne (percées est-ouest), l'introduction de l'architecture moderne et des immeubles à étages le long des percées et sur de grandes parcelles à l'intérieur du tissu ancien, autorisent la réalisation de galeries marchandes desservant des boutiques parfois sur plusieurs niveaux, augmentant ainsi considérablement la surface commerciale disponible.

69Cette densification des activités commerciales est accompagnée d'un exode des fonctions d'habitat, notamment du déplacement rapide des anciens notables, surtout à partir des années 1950, et de la transformation ou de la destruction des anciennes hiérarchies de circulation et d'accessibilité des espaces, du plus public au plus intime. Les activités commerciales deviennent le principal ou l'unique élément structurant de l'ensemble : les pratiques commerciales demeurent pourtant très proches de celles d'autrefois, au moins dans le maintien des regroupements d'activités par spécialités ou groupes de spécialités et par clientèles, consacrés pour la plupart aux nouveaux produits.

  • 83 Enquête réalisée par le Dr Mahmoud Hreitani.
  • 84 Sur l'activité des cordonniers de la Suwayqa et son déclin actuel, voir Cornand, J., 1994. Cette a (...)

70Un inventaire réalisé en 1990 donne une liste complète des activités commerciales actuelles. En interrogeant les commerçants présents, on arrive aussi à reconstituer un état approximatif des activités antérieures, il y a une cinquantaine d'années (planches 82 et 83)83. Après la Seconde Guerre mondiale, les services et commerces de proximité et de quartier, incluant réparation, entretien, fabrications diverses, excluant les grands secteurs spécialisés comme tailleurs et fabricants de chaussures, représentaient plus de 25 % des activités, alors qu'actuellement ils ne représentent plus que 11 % des boutiques ouvertes. Ces activités de quartier étaient regroupées en deux ensembles, l'un entre Bāb al-Naṣr et le bain du Qāḍī, notamment sur le carrefour du souk de Bāb al-Naṣr et du souk al-Ḫabiyya à l'est, avec près de cinquante boutiques, l'autre près des khans du ḥāğğ Mūsā, avec une vingtaine de boutiques. Dans les autres parties, les spécialisations étaient claires : le souk de Bāb al-Naṣr regroupait une vingtaine de tailleurs, marchands de vêtements et de tissus et plus de cent-quarante fabricants de chaussures et marchands de matériaux et d'accessoires pour la cordonnerie (karastağī), jusqu'au début de la Suwayqat ‘Alī, incluant le souk de Ḥāğğ Efendī construit au xixe siècle et les ateliers installés dans les locaux à l'étage des anciens khans84. La partie médiane de la Suwayqa regroupait les marchands de quincaillerie importée et d'articles de bazar (ḫurdağī), un peu de vaisselle et de verrerie, des commerces divers héritiers des activités du xviiie siècle évoquées précédemment, quelques boutiques d'alimentation et de services de quartier, des marchands de narguilés et de jeux de trictrac, marchands et fabricants de tamis, onze droguistes, six parfumeurs, sept marchands de savon, deux orfèvres, plus au nord une douzaine de fabricants de coffres de mariage, treize marchands et fabricants de meubles, douze matelassiers fabricants de couvertures molletonnées.

Planche 82 — Plan 1930 ; occupation de l'espace et activités.

Planche 83 — Plan actuel : occupation de l'espace et activités en 1989.

  • 85 Ces cordonniers dont la production était moderne à l'origine continuent en général à fabriquer les (...)

71Les activités actuelles reflètent la diminution de la fonction résidentielle du quartier et l'affirmation de ses fonctions d'annexé des grands souks : les services traditionnels (hammams, cafés, fontaines, etc.) ont disparu, sauf les mosquées ; les services de quartier diminuent, remplacés à Bāb al-Naṣr par des librairies-papeteries, des tailleurs, des marchands de chaussures et de meubles et dans la Suwayqa par des marchands de confiseries et de jouets en plastique. Les secteurs actuellement en développement sont ceux de la confiserie et des jouets en plastique, des meubles et un peu à l'écart, dans des boutiques aménagées au rez-de-chaussée extérieur du khan Qurṭbak les fabricants et marchands de balances. Papeterie, vaisselle, verrerie quincaillerie se sont développés considérablement dans les années 1960-1980 et sont actuellement des activités florissantes mais stables. La chaussure est très peu dynamique et son centre de gravité général s'est déplacé dans des quartiers neufs de la périphérie nord où se regroupent des immigrants kurdes, mais la plupart des cordonniers âgés installés sur un tronçon de la Suwayqa mis à l'écart des courants de circulation par les nouvelles percées est-ouest, continuent à travailler85. Dans l'ensemble de la Suwayqa en 1990, sur quatre-cent soixante-dix boutiques, dont quatre-cent soixante-quatre ouvertes au moment de l'enquête, la première place est encore occupée par la chaussure, avec 21,4 % des boutiques. Les autres grands secteurs sont : la quincaillerie et les articles de bazar avec près de 17 % des boutiques, vaisselle, verrerie et ustensiles domestiques, 13 %, commerces alimentaires de proximité et restaurants de souk 7,6 %, confiserie et sucrerie 7,2 %, vêtements, tissus, sous-vêtements, 6,5 %, meubles, 5,9 %, librairies-papeteries et imprimeries, 5,6 %, jouets en plastique, 4,3 %. Les cinquante-deux boutiques restantes se répartissent entre quatorze activités différentes. En fait les trois premières activités occupent 51,3 % des boutiques.

72La plupart des activités ne sont pas répartie d'une façon aléatoire, mais regroupées en souks spécialisés, constitués d'un noyau principal qui représente en général plus de 80 % de l'activité, complété par des boutiques plus dispersées. Dans la confiserie, commerce en plein essor, des dizaines de boutiques nouvelles, dont beaucoup de grossistes, occupent une partie du site occupé auparavant par la chaussure.

73La recomposition actuelle de souks spécialisés obéit sans doute à des préférences familiales, mais surtout à des nécessités d'ordre commercial, de repérage, d'accessibilité, de comparaison des prix, pratiques commerciales et systèmes de relation commerçant/client qui font partie du fonctionnement du souk traditionnel.

74En fait, l'intégration à un nouvel ensemble urbain, qui n'est plus seulement polarisé et organisé par les espaces anciens, s'est confirmée. La Suwayqa n'est plus seulement un souk de la ville ancienne, et comme les souks centraux de la Mdiné, elle fait partie du centre actuel et fonctionne en liaison étroite avec les nouveaux espaces et les nouvelles activités hors de la ville ancienne, en concurrence ou en complémentarité (planches 84 et 85). L'ancien axe de Bāb al-Naṣr à la Mdiné, autrefois support d'un trafic considérable de piétons qui se rendaient dans le vieux centre, a été découpé en trois tronçons par des percées est-ouest, réalisées pour la circulation automobile, mais qui offrent de nouveaux espaces commerciaux et peuvent donc être aussi le support d'activités commerciales. Un autre changement important a entraîné des modifications dans la pratique du quartier, c'est la disparition des stations de taxis et de bus urbains et surtout régionaux (en direction de l'est et du nord), qui se trouvaient à proximité de la porte de Bāb al-Naṣr, reportés plus loin, dans de nouvelles gares routières.

75Les anciens espaces commerciaux de la Suwayqa se réorganisent plus ou moins bien en fonction des nouveaux axes de circulation, des nouvelles polarités. Les anciens souks de la Mdiné restent un pôle essentiel : les activités commerciales dans le tronçon le plus proche de la Mdiné demeurent très prospères ; à l'opposé, entre Bāb al-Naṣr et la rue de la Prison, l'espace commercial est considéré comme sinistré, le montant des pas-de-porte s'élève à un tiers ou un quart seulement de ceux d'autres boutiques plus au sud. Les produits qui y sont commercialisés sont démodés, mais bon marché, pourtant même la clientèle pauvre s'en détourne pour fréquenter de nouveaux souks à l'intérieur des quartiers populaires périphériques ou centraux.

76Actuellement comme autrefois, la prospérité et le dynamisme d'un site dépendent bien d'un système d'équilibres qui prend en compte à la fois les qualités propres du site et les besoins et possibilités de l'ensemble de la ville.

Planche 84 — Plan actuel ; époque et typologie du bâti (Relevé et dessin Fawaz Baker)
— Constructions anciennes, pierre et bois, avant 1860.
— Constructions de transition et techniques mixtes, pierre, bois, fer, 1860-1930.
— Constructions récentes, en béton armé.

Planche 85 — Plan actuel ; plans des bâtiments directement accessibles depuis l'axe de la Suwayqa (Relevé et dessin Fawaz Baker).

Notes

1 Pour le commentaire historique d'Ibn Šaddād, voir : Sauvaget, J., 1941 ; Sourdel, D., 1952 ; Gaube et Wirth, 1984 ; Eddé, D., 1991 ; etc.

2 Sauvaget, J., 1941, p. 78, note 219.

3 Sauvaget, J., 1933, p. 99, note 1. « Il paraît difficile de préciser le sens de cette dénomination. À Jérusalem, Bâb al-Balâṭ aurait été ainsi nommée à cause de la proximité du palais (palation) du patriarche ». Pour Alep, l'information topographique donnée par cette hypothèse étymologique peut être mise en rapport avec l'existence ultérieure du palais zankide conservé dans le Maṭbaḫ al-‘Aǧamī (étudié à partir de la page 34) qui peut donc avoir occupé la place d'un palais plus ancien.

4 Sauvaget, J., 1941, p. 46 et note 112.

5 Sauvaget, J., 1933, p. 157, à propos du réseau ayyubide d'adduction d'eau.

6 Les toponymes enregistrés au xiiie siècle, sans doute en partie archaïques déjà à l'époque, sont d'abord des noms de métiers, de spécialités dominantes dans la rue ou dans le quartier, formant éventuellement un souk, rues des fauconniers, des marchands de bois, des marchands de graisse, des marchands de nattes, des forgerons, des verriers, des selliers, des marchands de tapis de cuir, de la savonnerie, petit souk des tailleurs de pierre, rue des tanneries. Un second registre dominant est celui des patronymes, parfois de personnages, mais plus généralement de groupes ou de familles : rues d'Ibn Qizlik, d'al-Sabī‘ī, des Banū Sawāda, des Banū al-Ḫaššāb, la Pente des Banū al-Munḏir, rues des Deilemites, d'al-Bāziyār, du ḫatīb Hāšim ou des Tamimites, des Banū Kisrā, des Juifs, etc. Parfois enfin il s'agit de noms très anciens dont on a oublié le sens ou de toponymes descriptifs.

7 Sur les localisations connues de palais à différentes époques, voir notamment Sauvaget, J., 1941, p. 80-81 « [...] ces édifices, qui n'étaient point des locaux officiels mais seulement l'habitation particulière des personnages en question, n'abritaient qu'occasionnellement les services administratifs », notes 228-229, note 254, p. 101-102, p. 117, p. 143 note 511, etc.

8 Sauvaget, J., 1933. p. 41.

9 La Citadelle et les palais sont restaurés à nouveau une trentaine d'années plus tard sur ordre du sultan mamelouk Qalāwūn et les travaux sont achevés en 1291 (Sauvaget, J., 1950, p. 166) sous le règne d'al-Malik al-Ašraf Ḫalīl, fils de Qalāwūn (Sauvaget, J., 1933, p. 48). Après les destructions de Tamerlan, elle est à nouveau restaurée par le gouverneur Saif al-Dīn Ǧakam, en 1406-1407. Ce dernier fait notamment construire une grande salle ou « pavillon royal » (qaṣr), au-dessus des tours de l'entrée (et les deux tours sur le talus au nord et au sud) (Sauvaget, J., 1933, p. 48-49 et Sauvaget, J., 1950, p. 166-167). « Ce pavillon est grand et vaste, pavé de marbre [...] il a un grand portail en face duquel est un vaste iwan, qui sert au service lors des audiences, lorsque le Sultan vient à Alep et habite ce pavillon » (Sauvaget, J., 1950, p. 167).

10 Sauvaget. J., 1950, p. 167 : à deux reprises, le gouverneur assiège la Citadelle.

11 Le lundi et le jeudi de chaque semaine (jours du mawqab), « [...] le gouverneur se dirige à cheval vers la coupole d'al-Mâridānî [...]. A son retour, il s'arrête devant la Citadelle, sans mettre pied à terre, et procède à la distribution des chevaux et des terres. Il fait ensuite proclamer publiquement que ses administrés n'ont pas lieu de craindre, et qu'il va rendre la justice [...]. Lorsque le gouverneur est arrivé devant le palais de justice (à une centaine de mètres de l'entrée de la Citadelle), les mamelouks royaux, qui lui rendent les honneurs en mettant pied à terre, se tiennent en rang jusqu'à ce qu'il les ait salués. Le gouverneur franchit la porte. Le grand chambellan, son bâton à la main, s'avance et l'escorte jusque près de l'iwan sous lequel il doit siéger [...] ». Quand toutes les affaires ont été examinées, le gouverneur « regagne ses appartements » (Sauvaget, J., 1933, p. 203-206). Il semble donc que le gouverneur réside dans le Palais de Justice/Palais du gouvernement, mais qu'il en sorte en cortège avant d'y revenir solennellement rendre la justice, pour se retirer ensuite sans cérémonie.

12 À l'époque ottomane on l'a appelé aussi Sarāyat al-Ḥukm (le Palais de Justice) ou simplement al-Sarāya, ou enfin Dār al-Sa‘ada.

13 Sauvaget, J., 1933. Il cite dans la note 4, p. 24-25, un texte intéressant sur les constructions successives ajoutées au Palais de Justice, jusqu'en 1471-1472, avec la construction d'un bureau (maq‘ad) pour les secrétaires, à la porte de la salle d'audience.

14 Voir aussi Sauvaget, J., 1941, p. 231-232 et notes 869-876.

15 Un nouveau Sérail est aménagé en regroupant plusieurs anciens palais privés, au nord de la Citadelle sous l'occupation égyptienne d'Ibrahim Pacha, entre 1830 et 1840, puis un Sérail moderne est installé au sud de la Citadelle sous le mandat français dans les années 1930. Actuellement un nouveau complexe administratif est en construction à quelques centaines de mètres au sud-ouest de Bāb al-Faraǧ, hors des quartiers anciens.

16 Sauvaget, J., 1933, p. 69-70 note 2 : sont cités notamment : neuf magasins et une qīsāriyya à proximité immédiate, sept magasins en face de la porte de la Citadelle, plusieurs dizaines de boutiques dans le souk des fabricants de bâts à l'est de la mosquée, d'autres dans le souk des marchands de paille qui n'est pas localisé, trente-six boutiques dans le souk des tapis et une vingtaine dans d'autres souks proches de la Grande Mosquée. Parmi les souks importants qui existaient dans ce quartier, on peut aussi repérer le souk aux filés (sūq al-Ġazl), « au bord du fossé à l'est de la porte de la Citadelle », détruit par Ǧakam avec les travaux de restauration de la Citadelle vers 1406-1407. (Sauvaget, J., 1933, p. 48).

17 Parmi ses waqfs (Sauvaget J., 1933, p. 69-70 note 2), on remarque un nombre important de locaux commerciaux situés à proximité de la mosquée. Le texte évoque aussi une « madrasa qu'il fonderait près de sa maison » et une fontaine publique « qu'il fonderait au début du chemin en face de la Citadelle » ; les autres waqfs sont des terrains en dehors de la ville. Beaucoup de ces waqfs étaient donc situés entre la mosquée et le Palais, autour de la madrasa al-Sulṭāniyya, dans une zone où le gouverneur ottoman Ḫusrū Bāšā fonde encore au début de la présence ottomane (une inscription de construction porte la date de 1546) le premier grand waqf ottoman plurifonctionnel comprenant un nombre important de locaux commerciaux autour d'une grande madrasa. Un peu plus tard, le grand waqf d'Ibrāhīm Ḫan Zāda (Sokollu) Muḥammad Bāšā, de 1574, comprend encore dans ce site « une qīsāriyya de vingt pièces au rez-de-chaussée et dix-huit à l'étage, près de la mosquée al-Uṭrūš ».

18 Sur le Maṭbaḫ al-‘Aǧamī, voir les commentaires architecturaux pages 34-50 et chapitre II, note 3. al-Ġazzī, K., 1342/1923-1924. tome II, p. 176, remarque parmi les grandes maisons l'existence des vestiges d'un autre ancien palais remontant à la même période historique, situé au quartier de Farāfra, non loin du hammam Aztīmūr à l'ouest de la Suwayqa. Je n'ai pas localisé ces vestiges qu'il attribue au sultan Ṣalāḥ al-Dīn Yūsuf Ibn Ayyūb et qui au début du xxe siècle font partie des propriétés de la famille al-Mar‘ašī.

19 Voir Sauvaget, J., 1941. p. 182 et note 687 ainsi que la planche LXII.

20 Voir ci-après, p. 153-155.

21 Herzfeld, E., 1954, Tome 1, p. 406, texte et commentaire de l'inscription.
Beaucoup de fondations d'époque mamelouke, notamment celles d'Aztīmūr al-Ašrafī et de Ḫā’irbak, apparaissent dans la liste des « Fermes dans la ville même d'Alep » (991/1583-1584), publiée par Sauvaget (Mantran. R., et Sauvaget, J., 1951). « Il est probable que c'est en qualité de biens en déshérence que [ces] bâtiments [...], se trouvaient être propriété du Trésor » (p. 114). Le dernier bâtiment de la liste est un kḫan « dans la ville même d'Alep, waqf de la mosquée de Khaïr-beg au Caire ». Il s'agit vraisemblablement du kḫan connu actuellement sous le nom d'Uts-Ḫān, ou peut-être d'une autre fondation de Ḫā’irbak, non localisée.

22 Il fait aussi des travaux au mašhad al-Anṣārī, à l'extérieur d'Alep, à quelques kilomètres, commémorés par une inscription datée de 918/1512. Il se fait enfin construire un mausolée qu'il n'occupera pas, hors les murs, non loin de Bāb al-Maqām au sud, avec une inscription datée de 920/1514. Plus tard, il trahira son maître le dernier sultan mamelouk, Qanṣauh al-Ġūrī, et sera le premier gouverneur ottoman du Caire. Son mausolée définitif existe encore au Caire où il est mort en 928/1521-1522, au bord du Darb al-Aḥmar, entre Bāb Zuwayla et la Citadelle.

23 Certaines constructions de Ḫā’irbak à Alep ont fait partie de son waqf (la waqfiyya est conservée au Caire (n° 292/44, Dār al-Waṯā’iq, Citadelle. Le Caire) (renseignement communiqué par M. Tuchscherer).

24 Ses travaux à la Citadelle et ailleurs en ville sont aussi importants, voir Herzfeld, E., 1954, t. 1, p. 404.

25 Le qāḍī Ibn Šaddād « dans son couvent », plus au nord, les Banū al-‘Adīm, les Banū Jahbal, les Banū al-Qaisarānī, les Banū al-Šiḥna à Bāb Arba‘īn, les Banū ‘Ulwān.

26 Celles d'Ibn al-Mušarraf, d'Ibn Fāḫir, près de la porte : « Les Banū al-‘Aǧamī habitaient vraisemblablement à l'est de la Grande Mosquée, à proximité de leurs madrasa, oratoire et couvent ».

27 Les Banū al-Ḫaššāb, Muntaḫab b. Naṣrallāh, Šuǧā‘ b. Fātik, Ibn al-‘Asqalānī.

28 Les maisons des Banū al-Maqārimī, d'Ibn al-Bāšiq. de Ǧa‘afar Saqīla, d'Ibn Bazzāz al-Layl. d'IbnṬawīr al-‘Aššā’, d'Ibn al-Sarūǧī, d'Ibn Quššām.

29 Les maisons d'Ibn Ḫarḫān, de ‘Izz al-Dīn b. Muǧallā, des Banū al-Aštārī, des Banū Dabbūqā et sans doute des Banū Zuhra.

30 Celle du vizir Niẓām al-Dīn al-Ṭuġrā‘ī.

31 La maison de l'émir Nāṣir al-Dīn Muḥammad b. Sallār, commandant de la Citadelle d'Alep « qui jouissait de la faveur de Barqūq et de son fils ». (Sauvaget, J., 1950, p. 136). Il situe dans la rue suivante (d. al-Ḫarrāf) une maison des Banū Zuhra, une des grandes familles de l'époque.

32 Sauvaget. J., 1950, p. 140 et 141 et waqfiyya Šaybānī de 1464, citée note 90.

33 Sauvaget, J., 1933, p. 105-106, note 4. Gaube et Wirth, 1984,p. 390. Ils datent de 1449 la transformation du bâtiment en khan. Une inscription sur la façade porte la date de 1441.

34 Sauvaget, J., 1933, p. 176. Herzfeld, E., 1954, T 1, p. 332-336.

35 Le système complexe de l'entrée, composition trapue et solide de vestibules et de renfoncements voûtés d'arêtes, évoque les entrées de palais cairotes contemporains. Il supportait peut-être un bâtiment à l'étage, éventuellement une qā‘a. La grande cour avec ses pseudo-iwans au nord et au sud et ses portiques à l'est et à l'ouest, a plus de points communs avec la madrasa Ṭurunṭā’iyya construite ou rénovée en 1383 dans le quartier de Bāb al-Nayrab, qu'avec les palais égyptiens ou syriens. Des annexes au sud peuvent faire partie de l'ancien palais, notamment l'ensemble au sud-est, organisé autour d'une petite cour allongée, qui rappelle la petite qā‘a mamelouke de la maison du ḥāǧǧ Ḥasan Ǧalabī Amir Zādah décrite page 78.

36 « Une maison qui a un grand portail : elle appartenait aux fils de Qoṭb ad-Dīn Ibn al-‘Ajami ». (Sauvaget, J., 1950, p. 142).

37 Sauvaget, J., 1933. p. 189.

38 Celle d'Aqbuġā al-Hudbānī.

39 Sauvaget. J., 1933. p. 189.

40 La maison d'Ibn al-Hayḏabāni ; la grande maison de la famille al-Duqṣalāriyya (Sauvaget, J., 1950, p. 152) ; dans la rue des Banū Kisrā, la maison du syndic des chérifs, ‘Izz al-Dīn. Il faut y ajouter la maison des Banū Usbu‘, à Baḥsītā, à l'ouest de la porte, qui a été reprise dans la construction du palais Ǧānbulāḍ. (Sauvaget, J., 1950, p. 122, cite dans le même quartier, un peu plus à l'ouest, la zāwiya de Kamāl al-Dīn Ibrāhīm Abu Usbu‘, inspecteur de l'Armée à Alep, mort en 831/1427-1428).

41 Sauvaget, J., 1933, p. 189-190. Liste déjà évoquée ci-dessus, p. 30, notes 40 et 41 (chapitre I).

42 « C'est dans ce quartier que naquît le cheikh al-Islam Jamâl ad-Dîn Yoûsouf al-Mizzi » (Sauvaget, J., 1950, p. 156).

43 La maison des « syndics de l'Armée » : les émirs Šihāb al-Dīn Aḥmad et Ša‘bān (Sauvaget, J., ibidem, p. 151-152).

44 Construite par le fils du ḥāgg Muḥammad Ibn al-Šakizān.

45 Sauvaget, !, 1933, (Ibnal-Šiḥna),p. 171 ; Sauvaget, J., 1950, (Ibn al-‘Aǧamī), p. 99-100 et 157.Ibn al-‘Aǧamī dit que cette maison, tombée en ruines a été remplacée par un khan et un souk, en fonction d'une tentative parmi d'autres de faire venir le souk du Savon sur ce site (par un commerçant du nom d'Ibn al-Ikinǧi, mort en 896/1490-1491). Le souk existe encore actuellement.

46 La mosquée dite Abu Yaḥyā al-Kawākibī à Ǧallūm a été construite par le gouverneur d'Alep, Sībāy, en 1502-1503.

47 Meriwether, M. L., 1988. Les familles de notables sont répertoriées suivant un critère essentiel : l'acquisition d'un nom de famille héréditaire. « The acquisition of a family name was an expression of a desire for the continuation of the family over many générations » (p. 11).

48 Meriwether, M. L., 1988, p. 118. La liste de cent soixante-douze familles caractérisées par l'existence d'un nom stable, est relativement large, incluant des familles sur lesquelles on ne connaît quasiment rien. M. L. Meriwether ne localise précisément dans l'espace que trente d'entre elles : certaines de celles qui ne sont pas localisées vivaient certainement dans les mêmes quartiers. Un nombre important d'entre elles, moins solidement stabilisées ou moins riches, habitaient sans doute dans d'autres quartiers, modifiant ainsi plus ou moins profondément cette répartition. Il faut donc considérer que ces trente familles sont les notables entre les notables et constituent une catégorie particulière significative.

49 LocAlīsation des familles notables dans les trois quartiers étudiés, plus le quartier voisin de Farāfra :
— Dāḫil Bāb al-Naṣr ; familles Šurayyif, Ubrī, Yakin.
— Suwayqat Ḥātim ; familles Ǧazmātī, Kayyālī.
— Suwayqat ‘Alī ; familles Amīrī, Ġannām, Ǧābirī, Ubrī.
— Farāfra ; familles Ġannām, Ḥamawī, Ibrāhīm Paša. Ǧābirī, Kayyālī, Ḫankārlī. Qudsī. Šurayyif, Siyyāf, Ubrī, Yakin.
Parmi ces treize noms, six sont des familles de marchands (Šurayyif, Ubrī, Ǧazmātī, Amīrī, Ḥamawī, Siyyāf), un de marchands et ‘ulamā’ (Ġannām), trois de ‘ulamā’ (Kayyālī, Ǧābirī. Qudsī), trois de la classe militaire ‘askarī (Yakin, Ḫankārlī, Ibrahim Bāšā). Les trois familles de la classe militaire n'habitent pas sur la Suwayqa, mais plus à l'est, notamment à Farāfra.

50 Ce nombre de trente-sept peut paraître faible confronté à cent soixante-douze familles de notables. Si la liste de cent soixante-douze noms peut être considérée comme relativement large, la différence importante entre les deux nombres peut confirmer l'hétérogénéité du groupe défini par l'existence d'un patronyme stable. Les trente-sept noms qui apparaissent encore près de deux cents ans plus tard font sans doute partie des plus stables, peut-être les plus riches, les mieux dotés en waqfs familiaux. La différence tient certainement aussi à la réalisation de transactions au cours de cette période relativement longue, avec la disparition de certains noms du paysage foncier.

51 Pour la famille Amīrī, vingt et une parcelles du waqf du ḥāǧǧ Mūsā, dix parcelles appartenant à d'autres waqfs de la famille, deux parcelles en propriété privée. Pour la famille Ǧābirī, dix parcelles du waqf de ‘Abdulqāḍīr, neuf parcelles appartenant à d'autres waqfs de la famille, trois parcelles en propriété privée. Pour la famille Ġannām, trois parcelles pour le waqf de Ḥiǧāzī Ġannām, trois parcelles pour d'autres waqfs de la famille.

52 Tate, J. 1990.

53 (M =marchands, ‘U =‘ulamā’, ‘A =‘askarī, militaires). Les familles Labaqī (M ‘U), al-‘Uṭmānī (M), Ḥatāb (M), Ṭarābulsī (‘U), Ṭāha (‘U), al-Ǧābī ou/et al-Ǧawbī ( ?), al-Šukrī (‘U), al-‘Urbaǧī ( ?), Ḥamawī (M), Naqlī ( ?), Haykal (M), al-Ma‘rī ( ?), al-Bābī (‘A), Aḥmad Āġā (ou Bāšā) (‘A), ‘Uṭmān Āġā (ou Bāšā) (‘A), al-Qarna (M), Ġannām (M ‘U), sont citées parmi les notables par M. L. Meriwether. Les familles Sa‘ūdī Ǧalabī, al-Baylūnī, al-Kūlih (M), Yūsuf Āġā et/ou Yūsuf Bāšā, al-Qabāqibī, Warduh, Banū Zuhra (‘U), al-Mazīd, Šams al-Dīn Āġā, ne sont pas citées. La plupart des familles citées dans le quartier et dans la liste sont des négociants ou des ‘ulamā’ ou les deux à la fois (dix familles), quatre ne sont pas situées dans la société, trois sont dans la classe ‘askarī, mais n'habitent pas dans le quartier de la Suwayqa.

54 Meriwether, M. L., 1981, p. 148.

55 Beaucoup viennent de l'est, des villes de la Mésopotamie avec lesquelles Alep a des liens commerciaux très étroits : les Amīrī viennent de Basra en Irak, les Kawākibī d'Ardabil en Iran, la famille Labaqī descend d'un pacha ottoman d'Irāq, les Qudsī viennent d'Urfa, d'une famille originaire d'Irāq, les Qurna d'Irāq encore. Les autres lieux d'origine les plus courants sont le reste du Moyen-Orient et particulièrement les villes de la région d'Alep : les Batrūnī et Ṭrābulsī viennent du Liban, les Fanṣa, Asadī, Bābī, Ġannām, Ǧābirī, Ǧundī, Kayyālī, Rustum sont de la wilaya d'Alep, les Mudarris viennent de Killis au nord d'Alep, les Kūrānī sont venus de Damas au xiiie siècle, les Šurayyif sont originaires d'un village du Ḥiǧāz. Beaucoup de familles importantes encore descendent de hauts fonctionnaires ottomans, ou de représentants de la classe militaire, ayant fait souche à Alep, comme peut-être les Qaṭṭāraġāsī. La famille Ǧazmātī, originaire de Tlemcen représente une exception à Alep, alors que les familles originaires du Maghreb ont toujours une place importante à Damas. (D'après Meriwether M. L., 1981).

56 Tate, J., 1990. La plupart des renseignements concernant l'histoire de la famille sont tirés de sa présentation, faite à partir des données très approximatives rapportées par Ṭabbaḫ, M., 1925 et Ġazzī, K., 1342 H.

57 Dans le tableau (1) de M. L. Meriwether, p. 101, la famille Amīrī n'apparaît absolument pas dans les registres des tribunaux parmi les noms cités en 1670, alors qu'elle est la plus souvent nommée après les Ṭāha, les Šurayyif et les Ǧābirī, dans les registres de 1770.

58 Marcus, A., 1989, p. 247.

59 Marcus, A., 1989, p. 194.

60 Il aurait fait participer sa famille à ses affaires, en empruntant par exemple 6 700 piastres à une de ses femmes. (Marcus, A., 1989, p. 183).

61 Marcus, A., 1989. p. 201. Au sein d'une présentation très fouillée des caractéristiques sociales, de l'état sanitaire et démographique de la société alépine au xviiie siècle, il donne un tableau du nombre d'enfants survivant au décès de leurs parents, entre 1746 et 1771 : les familles perpétuées par un nombre d'enfants supérieur à sept sont exceptionnelles, de même que celles de moins de trois enfants, la moyenne se situant à 4.8 enfants par famille.

62 L'un d'entre eux est cité dans l'acte de fondation du waqf, al-ḥāǧǧ ‘Alī al-Kūlih.

63 Certains biens enregistrés dans le waqf du ḥāǧǧ Mūsā ne le sont que pour une part. Sa maison, les trois khans, les grandes qīsāriyya-s, le hammam al-Wasānī, d'autres maisons et beaucoup d'autres biens sont waqf en totalité, mais la maison de son père ne l'est que pour seize qīrāṭ sur vingt-quatre, de même que la bardaḫḫāna, actuel Maṭbaḫ al-‘Aǧamī. pour vingt et un qīrāṭ. Les propriétaires des autres parts de ces biens ne sont pas connus, soit qu'il s'agisse du ḥāǧǧ Mūsā lui-même pour des biens restés en propriété privée, soit qu'il s'agisse d'autres membres de la famille. En ce qui concerne les lieux d'habitation des autres membres de la famille, notamment ses frères et ses cousins, on ne possède actuellement que peu d'informations. Une très grande maison du waqf du ḥāǧǧ Mūsā, située dans la maḥalla d'al-Siyādā, dans les faubourgs nord, n'est dans le waqf que pour douze qīrāṭ. Par ailleurs, une de ses limites est constituée de la maison de « la gloire de nos estimables commerçants, al-ḥāǧǧ 'Abd al-qāḍīr Āġā al-Amīrī », cousin germain du ḥāǧǧ Mūsā. Dans son étude sur les familles notables, M. L. Meriwether situe, à partir des données des registres des tribunaux, la maison de ‘Abd al-Qāḍīr Āġā al-Amīrī, dans le quartier de Maṣābin, beaucoup plus à l'ouest, non loin de Bāb al-Faraǧ. Il est possible donc qu'il ait habité successivement l'une et l'autre de ces maisons, ou encore que son domicile principal soit à Maṣābin, et dans le faubourg nord celui d'autres membres de sa famille, installés à une certaine distance du noyau familial, dans un quartier en plein développement, habité par des chrétiens et des musulmans.

64 Elle-même est fondatrice d'un waqf au profit de la mosquée al-Mu‘allaq, dans la Suwayqa, dont certains biens se trouvent à proximité de la Suwayqa, par exemple au sud du kḫan al-A‘waǧ. de l'autre côté de la rue.

65 Son frère ‘Abd al-Qādir n'habite pas près de lui, mais dans le quartier de Maṣābin, où il construit une grande maison, une fontaine et un bain. Il restaure aussi la zāwiya qāḍīriyya (dans le même quartier ?) qui était en ruines. Il est aussi commerçant, mais il exerce un temps une charge publique d'inspecteur des eaux (Marcus, A.. 1989, p. 301) et un de ses fils, Ibrāhīm, a été muḥaṣṣil et mutasallim (Meriwether M. L., p. 277). La graphie « al-‘Uǧaymī », que je reprends ici, pour le nom de l'impasse de quartier, est la transcription de la graphie arabe dans la waqfiyya du ḥāǧǧ Mūsā al-Amīrī.

66 Les familles Aḥmad Bāšā (‘A), Ġannām (M ‘U), Labaq (ou Labaqī) (M ‘U), Qurna (M), ‘Uṭmānī (M), sont citées parmi les propriétaires voisins, tandis que les noms de 'Abd al-Bāqī (‘A), Ǧamālī (M), Ǧūrbāǧī (M), Taybī ( ?), n'apparaissent pas dans le quartier.

67 Marcus, A., 1989. p. 321 « In Suwaiqa ‘Alī, the residence of the wealthy merchant Mūsā Agha Amir Zadeh, some houses sold for as little as 100 piastres while others went for twenty-five times that price ». Voir aussi Marcus, p. 190.
Meriwether, M. L., 1981. p. 42-46. Par exemple: « In the first ten years of the period under study, houses were sold in the quarter of Baḥsītā that ranged in price from thirty to three thousand qurush ».

68 Meriwether, M. L., 1981. p. 124.

69 Salati, M., 1992.

70 Sauvaget, J., 1933, p. 187-188. La liste est citée ci-dessus à la note 40 du chapitre I.

71 Les autres grands waqfs de l'époque, notamment ceux de Aḥmad Ṭāha Zāda et ceux de ‘Uṭmān Bāšā, qui rassemblent le plus grand nombre de biens, ont des points communs et des différences avec celui du ḥāǧǧ Mūsā al-Amīrī. Les waqfs de ‘Uṭmān Bāšā, pour sa madrasa, institués entre 1730 et 1739 (résumés des actes de fondation dans Sauvaget, J., 1941, p. 265-271, d'après al-Ġazzī, K., 1342/1923-1924), sont situés soit aux alentours de la madrasa et du palais du fondateur, à l'intérieur de Bāb al-Naṣr, à l'est de l'axe de la Suwayqa, soit plus à l'est près de Bāb al-Ẓadīd et de la Citadelle, soit dans le faubourg nord.
Le waqf de Aḥmad Ṭāha Zāda Ǧalabī, fondé en 1759. comprend d'importants immeubles de rapport près du palais et de la madrasa du fondateur, dans le quartier des souks centraux et dans leur prolongement au sud à Ǧallūm, plusieurs qīsāriyya-s et d'autres immeubles dans les faubourgs nord.
Il faudrait faire une histoire comparée systématique des waqfs, considérés comme caractéristiques d'une époque, par la localisation et la nature des waqfs. Deux périodes semblent constituer les apogées des fondations en waqf à l'époque ottomane, la seconde moitié du xvie siècle et le milieu du xviiie siècle : il semble y avoir des différences importantes entre ces deux périodes, notamment dans les raisons qui ont poussé à la fondation de waqfs considérables, par des personnages très différents à des conditions très différentes. Sur ce sujet, voir notamment Raymond, A., 1980. Voir aussi David, J. C., 1982.

72 Sur la localisation des différents biens constitués en waqf par le ḥāǧǧ Mūsā al-Amīrī, voir Tate, J., 1990, p. 83-90.

73 Sauvaget, J., 1941, p. 202, note 750. 751, et annexe V. p. 259, marchandises apportées par la caravane de Bassorah arrivée à Alep le 19 juillet 1752, marchandises apportées par la caravane de Mossoul (juillet 1752). Barbié du Bocage. J. G., 1825, p. 241-242, évoque assez éloquemment la richesse du commerce d'Alep, qui frappe encore l'imagination d'un étranger en ce début du xixe siècle, période de déclin économique et social de la ville. « Elle a. par sa situation, le précieux avantage d'être l'entrepôt général des manufactures de la Perse, de l'Inde et de la Turquie. [...] outre les quatre caravanes qui partent chaque année, à quatre époques différentes, pour les principales villes de l'Asie, des caravanes de Perse s'y rendent deux fois l'an, et apportent des soies, des mousselines, des laines rousses, des laines de chevreaux, de la rhubarbe, des drogueries, des pierres précieuses, et beaucoup d'autres productions étrangères, qu'on échange contre celles du pays, ou que l'on tire de l'Europe, de l'Afrique, de l'Amérique et de plusieurs contrées de l'Asie pour lesquelles on fait également des retours : tels sont les noix de galle, l'indigo, la cochenille, qui servent aux teintures ; le café, le sucre, les drogueries, les draps, toiles, laines, soies, etc., et une grande quantité d'objets de leur fabrication. [...]. Pour ses fabrications, Hhaleb tire une grande partie des matières premières du Diarbekir, de la Perse, de l'Arabie, de la Natolie, de l'Egypte, de la Syrie et même de l'Europe ; aussi envoie-t-elle des caravanes dans toute l'Asie. Parmi les objets qu'elle fabrique, sont, en première ligne, les étoffes de soie, de satin, bourres, étoffes brochées en or et argent, des broderies, des toiles blanches ou autres, des cotons, des étoffes de soie et coton, des schalls ou tissus de laine dans le genre de nos mérinos, mais beaucoup plus moelleux, des schalls appelées Kermansous, à cause de leur ressemblance avec ceux de la province de Kerman ; des indiennes, des étoffes de fil d'or, des nattes, des feutres, des tapis, des pipes et ouvrages d'orfèvrerie et de bijouterie ».

74 Tate, J., 1990, p. 38, (numéro 27 de la waqfiyya).

75 Ibidem, p. 26-27, (numéro 24 de la waqfiyya).

76 Un lien très fort existe entre la Suwayqa et le faubourg nord à travers Bāb al-Naṣr, d'abord lien topographique, puis territorial, espace commun de territoires de notables musulmans, liens de logiques économiques, industrielles (le travail de la soie), lien avec les chrétiens : c'est un système très citadin, une logique d'entrecroisement des acteurs et des stratégies complémentaires.

77 Petit pâté frit, farci de viande ou d'épinards ou de fromage, comparable à des friands ou rissoles.

78 Le souk des épées et des boucliers signalé par Ġazzī n'existait sans doute plus au xviiie siècle, mais d'autres concentrations pouvaient exister, comme un souk de quartier consacré plutôt aux produits alimentaires dans la partie nord de l'axe.

79 Comme le note Barbié du Bocage, J. G., p. 224, le palais des gouverneurs est alors en dehors de la ville, au nord, dans « le monastère ou tekkié Scheikh-abou-Bekr, autrefois sépulture des pachas ». Ce déplacement correspond à la destruction définitive de l'ancien palais près de la Citadelle et d'autre part à l'insécurité dans laquelle les représentants de l'administration ottomane se trouvent en ville, en butte à des révoltes quasiment annuelles à la fin du xviiie et au début du xixe siècle.

80 Ġazzi (p. 173), situe précisément la mosquée al-Mihmāndār, dite mosquée al-Qāḍī, en face du tribunal religieux. La maison qui hébergeait le Grand Tribunal est en grande partie conservée. Elle est sommairement décrite page 81.

81 La Maḥkama chaféite dite Mehhkemet il-Ssabbaghin dans Barbié du Bocage a été localisée par Gaube et Wirth dans le Matbaḫ al-‘Ağamī, (p. 366, n° 182) ce qui ne semble pas correspondre aux descriptions de Ġazzi. Il est beaucoup plus probable que le Maṭbaḫ al-‘Ağamī, soit resté un atelier appartenant au waqf de Mūsā al Amīrī, au moins depuis le xviiie siècle, jusqu'à sa restauration puis sa destruction partielle à la fin du Mandat français et au début de l'indépendance. La mosquée al-Nāranğyya, qui se trouvait exactement au sud de la mosquée du ḥāğğ Mūsā, enregistrée dans le cadastre sous le n° 2044, a été détruite par le percement de la rue de la Citadelle dans les années 1940-1950. Elle est précisément évoquée par Ġazzi, avec beaucoup de détails historiques (tome 2, p. 189). « Elle se trouve au sud de la mosquée Ḥāğğ Mūsā, collée à elle. Elle est ancienne et connue sous le nom de masğid al-Balāṭ. [...]. Cette mosquée a été connue vers le neuvième siècle (xve s.) sous le nom de masğid ‘Aun al-Dīn b. al-‘Uğymī et au début de l'État ottoman, elle a été utilisée comme tribunal chaféite pendant une longue période (jusqu'à l'occupation égyptienne) [...]. La ḥāğğa Rūqayya, fille du ḥāğğ Mūsā al Amīrī lui a fait un waqf, comme il est écrit dans le livre de son waqf, daté de 1229/1813-1814 ».

82 Vers 1930, la couverture étant en mauvais état, un commerçant de la famille Chabarek lance une souscription : chaque commerçant doit payer 4 madjidi d'argent pour refaire le toit en charpente métallique et tôle ondulée, sous la supervision d'un architecte syrien et avec l'autorisation de la municipalité.

83 Enquête réalisée par le Dr Mahmoud Hreitani.

84 Sur l'activité des cordonniers de la Suwayqa et son déclin actuel, voir Cornand, J., 1994. Cette activité constituait dans l'espace de la Suwayqa un secteur économique intégré, défini à la fois par sa chaîne technique assez complexe, morcelée et parcellisée et une certaine homogénéité sociale, puisque la plupart de ses travailleurs à tous les niveaux étaient originaires du même faubourg et de quelques familles.

85 Ces cordonniers dont la production était moderne à l'origine continuent en général à fabriquer les chaussures pointues à l'italienne, à la mode il y a plusieurs décennies et qui demeurent appréciées par les "élégants" des quartiers populaires périphériques, et par des populations d'origine rurale.

Table des illustrations

Légende Planche76 — Les madrasas et les ḫānqāh-s intra-muros aux xiie et xiiie siècles. Les axes principaux de circulation et les portes de l'enceinteLes cercles indiquent les bâtiments dont la localisation est approximative. (Des références bibliographiques ne sont données que pour les localisations les moins assurées). Les bâtiments dont la localisation serait trop approximative ne sont pas indiqués.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Légende Planche 77 — Plan 1930 ; bâtiments mamelouks et antérieurs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7584/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Planche 78 — Plan 1930 ; palais mamelouks et grandes maisons ottomanes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7584/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Planche 79 — Alep et ses faubourgs à l'époque ottomane (xviiie-xixe siècles)— Principaux axes de circulation et portes— Le cadre représente la zone étudiée (la Suwayqa)— Répartition des grandes maisons dans la ville ancienne, état vers 1950 (maisons encore habitées et bien conservées ou repérables par des vestiges importants). Les points noirs symbolisent l'existence d'une grande qā‘a à coupole ; les cercles représentent de grandes maisons avec iwan, mais sans qā‘a à plan centré. L'étude n'a pas été faite dans les faubourgs est et ouest.— Zones hachurées : bâtiments affectés à des fonctions autres que domestiques et familiales (culte, commerce, fabrication, services...) ; il s'agit en général des espaces les plus publics.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7584/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 606k
Légende Planche 80 — Plan 1930 ; localisation et emprise des patrimoines des notables et des grands waqfs à l'époque ottomane.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7584/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Planche 81 — Plan 1930 ; waqfs et propriété privée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7584/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Planche 82 — Plan 1930 ; occupation de l'espace et activités.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7584/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Planche 83 — Plan actuel : occupation de l'espace et activités en 1989.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7584/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Planche 84 — Plan actuel ; époque et typologie du bâti (Relevé et dessin Fawaz Baker)— Constructions anciennes, pierre et bois, avant 1860.— Constructions de transition et techniques mixtes, pierre, bois, fer, 1860-1930.— Constructions récentes, en béton armé.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7584/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Planche 85 — Plan actuel ; plans des bâtiments directement accessibles depuis l'axe de la Suwayqa (Relevé et dessin Fawaz Baker).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7584/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search