Version classiqueVersion mobile

La Suwayqat ‘Ali à Alep

 | 
Jean-Claude David

Lecture d'un palimpseste urbain : la Suwayqat ‘Alī à Alep

Texte intégral

Introduction

1Au Moyen-Orient, plus qu'ailleurs peut-être, les villes conservent des traces lisibles d'écritures partiellement effacées : villes de négociants, d'échange et de contact, elles sont rarement pour une longue durée, si l'on excepte les capitales, le siège d'un pouvoir fort, qui cherche à marquer l'espace public par une empreinte définitive, et souhaite effacer les signes des pouvoirs antérieurs. Même dans les capitales, la ville des citadins et l'espace du prince sont clairement séparés ; les pouvoirs politiques souverains s'installent surtout en périphérie. Les interventions autoritaires de transformation de l'espace urbain sont exceptionnelles et adoptent des processus particuliers, notamment celui de la fondation en waqf, d'essence religieuse. Ces transformations visent à développer les équipements commerciaux et de service pour les citadins beaucoup plus qu'à mettre en place des espaces de manifestation du pouvoir.

  • 1 Pour l'ère islamique à Alep, les destructions anciennes les plus importantes, par leur aspect syst (...)

2Architectures et espaces restent longtemps marqués par le passé1. Pourtant, contrairement aux apparences, espaces et fonctions ne sont pas figés. Ils se transforment à des rythmes divers, conservant des vestiges visibles d'états anciens des siècles après la perte de leur fonction originelle, tandis que des fonctions nouvelles s'installent dans les anciens espaces à peine modifiés, ou dans des architectures nouvelles, sans modifier profondément l'ordonnance de l'ensemble. Les témoins conservés de ce passé, toponymes, tracés, espaces, architectures, ont perdu une grande part de leur sens dans la ville actuelle pour la majorité des citadins, pour qui l'adéquation des espaces aux fonctions est naturellement la préoccupation fondamentale. Ils continuent cependant à agir sur un inconscient collectif et à exercer une influence sur la perception de la ville, sur la façon d'occuper et de vivre les nouveaux espaces.

3Les documents architecturaux informent sur l'histoire urbaine. Ils ont été habilement et abondamment utilisés par les historiens qui les ont confrontés aux archives écrites et aux documents figurés, dessins, plans, puis photographies, à la mémoire populaire, etc. L'histoire de l'art, de l'architecture, des formes urbaines, fait essentiellement appel à l'analyse de ces témoins. Cependant peu de chercheurs se sont intéressés à cette matière pour elle-même, aux processus de transformation, d'usure et de préservation, qui peuvent être propres à une culture. Le hasard est évoqué quand rien ne peut expliquer la conservation d'un élément architectural ou spatial. Le hasard cache parfois des facteurs concrets, des causes réelles et profondes.

  • 2 Notamment par : Gaube, H ; Raymond, A ; Marcus, A ; Meriwether, M. L ; Wirth, E ; etc.

4De plus, en ce qui concerne Alep, malgré les travaux d'historiens et de géographes, grandes synthèses et travaux pointus sur l'économie, la société, les pouvoirs, notamment à l'époque ottomane, aux xviiie et xixe siècles2, certaines périodes et certains mécanismes d'évolution restent mal connus. Un travail précis sur une partie de la ville peut encore apporter des informations, et peut permettre de construire une topographie historique qui ne soit pas seulement la localisation cartographique des espaces et des monuments, mais une tentative d'explication de certains fonctionnements, et notamment des processus d'évolution parallèle et d'interaction des espaces et des fonctions.

Le choix du site

5Le mur d'enceinte, qui reste une limite longtemps après avoir perdu sa valeur défensive ou de barrière socio-économique, les portes, passages obligés, l'organisation rayonnante et concentrique de la ville, sont des constituants de longue durée du tissu urbain, qui marquent encore la ville actuelle. Chaque porte, avec les axes et les territoires qu'elle dessert, est caractérisée par des fonctions dominantes, des activités, une société, qui peuvent se maintenir durant plusieurs siècles, se modifier très lentement ou plus rapidement, souvent en fonction de l'évolution générale de la ville. Les facteurs d'évolution peuvent être internes, changements dans les activités, les pouvoirs, la société, ou externes, relations de la ville avec l'extérieur, déplacement des grands axes de circulation régionaux, état politico-militaire et contrôle des régions proches ou lointaines par l'autorité. Ils peuvent se situer entre l'intérieur et l'extérieur, dans les développements de la ville hors de l'enceinte sous forme de faubourgs, voués à certaines populations, certaines activités.

  • 3 Sauvaget, J. 1950. Il cite Ibn Šaddād au xiiie siècle : la Suwayqat ‘Alī, « c'est le nom que donne (...)

6Le morceau de ville proposé pour cette étude — nous l'appellerons la Suwayqat ‘Alī ou simplement Suwayqa, petit souk, du nom d'une de ses parties — n'est pas, à proprement parler, un quartier (ḥāra ou maḥalla) ; il ne constitue pas une entité homogène fermée, consacrée à la vie domestique d'un ou de plusieurs groupes solidaires3. Les fonctions, la morphologie, la toponymie, le caractérisent comme composite. Il est constitué d'un ensemble d'éléments qui s'organisent de part et d'autre d'un espace plus public, d'une voie principale d'accès au centre depuis une porte de l'enceinte, Bāb al-Naṣr.

  • 4 Sur les catégories d'espaces urbains et les pratiques qui les caractérisent au Moyen-Orient, publi (...)

7Cet axe essentiel n'a pas été toujours le plus important pour la ville, mais il a très souvent joué un rôle de premier plan, par le volume du trafic, la richesse et la superficie des zones desservies, la qualité des activités et services. Il a conservé longtemps une valeur symbolique et un lien avec le pouvoir : aux époques mamelouke et ottomane, les lieux du pouvoir, notamment les sérails des gouverneurs, se trouvent généralement au nord des souks et de la Citadelle et sont accessibles depuis le nord-ouest de la ville, donc par cet axe. C'est un site défini par son accessibilité dans le contexte d'une ville close, dans un système urbain traditionnel organisé suivant une hiérarchie et un contrôle des accès qui s'articule sur les deux éléments de base constitutifs de l'espace urbain : le public et le privé (ou domestique ou familial)4. C'est un espace plus ouvert, par opposition aux quartiers d'habitation auxquels il donne aussi accès. Au cours du temps, les limites des quartiers fermés sont progressivement repoussées par le développement de l'espace public, princier ou des notables, puis par l'espace commercial.

8Les approches sont comparatives, autant que possible, et la Suwayqa est située dans 1'ensemble de la ville, et comparée aux axes issus des autres portes de l'enceinte et aux quartiers qui les accompagnent.

9Ici comme ailleurs, de grands chantiers “privés”, entrepris par les représentants du pouvoir, les notables, les commerçants, construction des madrasas aux xiie et xiiie siècles, construction des khans et des palais à l'époque mamelouke, fondation de grands waqfs familiaux au xviiie siècle, mais aussi l'introduction de nouveaux produits et de nouvelles formes de consommation sous l'influence de l'Occident au xixe et au xxe siècles, mettent en place les équipements qui marquent pour longtemps le paysage urbain et son fonctionnement.

10Plus peut-être que les vieux souks centraux de la Mdiné, caractérisés par l'extension progressive, à partir d'un noyau, d'espaces voués aux mêmes fonctions et organisés suivant les mêmes principes, la Suwayqa, par la diversité de ses contenus successifs, peut témoigner d'évolutions plus profondes de la ville.

11L'inventaire architectural et topographique précis de cet ensemble permet aussi d'apporter des compléments de connaissance sur un patrimoine d'espaces partiellement étudié. Il permet de préciser les fluctuations de l'activité d'un axe de pénétration vers le centre qui existait vraisemblablement avant la formation de la ville ancienne telle que nous la connaissons actuellement et qui a fonctionné pendant plusieurs millénaires. Les mécanismes qui lient l'évolution des espaces et des fonctions, avec un certain décalage de temps, y sont plus clairs qu'ailleurs et plus faciles à analyser.

12Nous avons abordé l'étude du passé de cet ensemble à partir de son état actuel et d'un état récent fixé dans les plans et les registres du cadastre vers 1929, par des relevés architecturaux à différentes échelles.

13Une première partie est consacrée aux descriptions et à l'analyse spatiale et architecturale :

  • la topographie générale, les systèmes d'accès et de circulation ;
  • l'eau ;
  • les monuments, par des monographies, plus ou moins détaillées suivant l'intérêt du bâtiment et en fonction du type de relevé disponible.

14La seconde partie, plus historique, traite de l'évolution de l'espace à travers un certain nombre de thèmes ou plutôt de fonctions qui se combinent, se juxtaposent, se succèdent ou s'excluent, dans la structuration du quartier :

  • le pouvoir et de la religion ;
  • la fonction résidentielle, les notables, les grandes familles et leurs réseaux ;
  • le commerce et les activités économiques spécialisées, le souk.

15La conclusion est consacrée à une synthèse sur les mécanismes urbains qui, dans l'interaction des systèmes socio-politiques et économiques avec les formes spatiales, permettent aux changements de s'inscrire dans une continuité.

Notes

1 Pour l'ère islamique à Alep, les destructions anciennes les plus importantes, par leur aspect systématique, sont consécutives aux invasions mongoles de Hūlāgū en 1260 et de Tamerlan en 1400, qui ont entraîné la ruine de nombreux bâtiments, l'abandon de nombreuses activités avec la fuite ou le déplacement autoritaire d'une partie de la population, la disparition de vastes quartiers hors les murs. Le tremblement de terre de 1822 a considérablement affecté certains bâtiments importants, khans et palais, plus que les mosquées. Le marasme social et économique qui régnait à l'époque à Alep a cependant interdit des reconstructions complètes et la plupart des bâtiments ont été "rafistolés" tant bien que mal, plutôt que reconstruits.

2 Notamment par : Gaube, H ; Raymond, A ; Marcus, A ; Meriwether, M. L ; Wirth, E ; etc.

3 Sauvaget, J. 1950. Il cite Ibn Šaddād au xiiie siècle : la Suwayqat ‘Alī, « c'est le nom que donnent à ce quartier les anciens historiens, mais je n'ai pu découvrir aucun renseignement sur ‘Alī ». Une seconde Suwayqa est connue à la même époque, celle de Ḥātim, très proche à l'ouest.

4 Sur les catégories d'espaces urbains et les pratiques qui les caractérisent au Moyen-Orient, public, privé, communautaire, voir notamment : Raymond, Α., 1989 ; Beyhum, N. et David, J.-Cl., 1992-93, p. 190-205 ; David, J.-Cl., 1994.

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search