Version classiqueVersion mobile

Le Midan

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Note historique. Midan, la grande route

Abd al-Razzaq Moaz

Texte intégral

  • 1 J. Sauvaget, « Esquisse d’une histoire de la ville de Damas », Revue d’Etudes Islamiques, iv , 193 (...)

1Dans la partie sud de la ville de Damas, au-delà de la région de Bab al-Ǧābiyya, sur la grande route menant vers le Hedjaz, la Palestine, et l’Égypte, ainsi que vers les régions agricoles du Hawran, un faubourg long de trois kilomètres s’est développé pendant les époques médiévale et moderne, en partie grâce au commerce lié au pèlerinage vers la Mecque. Le faubourg du Midan a tiré son nom de l’ancien maydān, situé au sud de la ville de Damas. Au xiie siècle, le Maydān al-Ḥaṣā (Hippodrome aux Cailloux) est une vaste aire dégagée qui sert de lieu d’entraînement et de terrain de sport sur laquelle « le sultan, ses officiers et ses troupes viennent périodiquement jouer au polo à cheval, pour entraîner leurs montures et se maintenir eux-mêmes en forme en vue de la guerre sainte »1.

2Dans cette brève présentation concernant le développement de ce faubourg du xiie au xixe siècle, une place importante est donnée à une période mal connue dans l’histoire de ce faubourg, située entre le début du xiie siècle et le milieu du xiiie siècle, c’est-à-dire, sous les règnes des Atabeks et des Ayyoubides.

L’époque seljukide et ayyoubide

  • 2 Ibn ‘Asākir, Tārīḫ madīnat Dimašq, (ḫiṭaṭ Dimašq), éd. Ṣ. Munağğid, Damas, 1951, p. 93 ; N. Elissé (...)
  • 3 Ibn ‘Asākir, Ḫiṭaṭ, p. 94 ; N. Elisséeff, Description, p. 173.

3Dès le xiie siècle, l’historien Ibn ‘Asākir (mort en 571h./1176) désigne plusieurs concentrations urbaines sous le nom de maḥalla (quartier) dans cette zone de la ville. Ainsi, au sud de Maḥallat Maydān al-Ḥaṣā, il indique l’existence de Maḥallat al-Sifliyyīn, où se trouvait une mosquée connue sous le nom d’al-Masğid al-Ǧadid2. Au sud d’al-Sifliyyīn, existait une autre maḥalla, al-Qaṭā’i‘, où se trouvaient deux mosquées dont l’une édifiée sur une aire à blé (al-andar)3.

  • 4 Ibn ‘Asākir, Ḫiṭaṭ, p. 93 ; N. Elisséeff, Description, p. 172-173.
  • 5 Ibn ‘Asākir, Ḫiṭaṭ, p. 93 ; N. Elisséeff, Description, p. 173.

4La Maḥallat Maydān al-Ḥaṣā était connue aussi sous le nom de Maḥallat al-Muṣallā ; le muṣallā étant un vaste espace destiné aux grandes prières collectives dont celles des deux fêtes. Durant ce siècle, ce secteur a connu un mouvement d’urbanisation qui se manifeste par la construction de deux mosquées, l’une située au sud-est du muṣallā et l’autre à l’ouest4. Ibn ‘Asākir cite aussi, au sud du Maydān al-Ḥaṣā, une mosquée connue sous le nom de Fulūs5. D’après cette indication, le maydān se trouvait donc entre le muṣallā et la Mosquée Fulūs qui existe encore de nos jours.

  • 6 Abū Šāma, Ḏayl al-Rawḍatayn, Le Caire, 1947, ii, p. 76.

5Pendant la première moitié du xiiie siècle, la ville de Damas extra-muros fut dotée de quatre grandes mosquées (gārmi‘), deux au nord, à Ṣāliḥiyya et à ‘Uqayba, et deux autres au sud, à Šaġūr ainsi qu’à Maḥallat al-Muṣallā. La construction d’une grande mosquée en 607 h./1210-1211 sur l’emplacement du muṣallā et l’établissement de la prière du vendredi est un signe de l’importance de l’urbanisation de ce secteur6.

  • 7 Abū Šāma, Ḏayl, II, p. 214, p. 231 ; A. Moaz, « Notes sur le mausolée de Saladin : son fondateur e (...)
  • 8 Les traces de ce tombeau ont été photographiées par Khaled Moaz dans les années 50. Biographie de (...)
  • 9 D’après l’inscription de la fondation relevée par Khaled Moaz.
  • 10 Al-Nu‘aymī, Dāris, t. 2, p. 247. Le mausolée qui existe jusqu’à nos jours, très en retrait par rap (...)

6De part et d’autre de cette route qui conduit à la Mecque sont situés des mausolées et des cimetières. En effet, dès le xiie siècle, des gouverneurs et des émirs manifestèrent leur volonté d’être enterrés aux abords de cette route, comme par exemple Saladin qui « avait exprimé le désir d’être enterré à Damas, au sud du Maydān al-Ḥaṣā et avait souhaité que sa tombe fut sur un lieu de passage, sur la route des caravanes afin que celui qui arrive et qui part, le nomade et le sédentaire, prient pour lui, et que les soldats partant en campagne défilent devant elle... »7. Notons que le vœu de Saladin ne fut pas réalisé. Le gouverneur de Damas Tuġtakīn (mort en 552 h./l 128) fut enterré dans un mausolée situé au sud du muṣallā, sous des coupoles connues, selon les sources, sous le nom de coupoles de Tuġtakin (Qibāb Tuġtakīn), les traces de ce mausolée ont disparu récemment8. L’émir ‘Izz al-dīn al-Ǧāwlī (mort en 581 h./1185-l 186), un des émirs de l’armée de Saladin, fut de même enterré dans un mausolée situé à proximité du muṣallā qui existe encore de nos jours9. L’émir Ḫalīl Ibn Zuwayzān (mort en 628 h./l230), chef (ra’īs) du quartier de Qaṣr Ḥağğāğ, fut également enterré dans un mausolée qui existe encore aujourdhui10.

  • 11 N. Elisséeff, « Corporations de Damas sous Nūr ad-Dīn ; Matériaux pour une topographie économique (...)
  • 12 Ibn ‘Asākir, Ḫiṭaṭ, p. 143 ; N. Elisséeff, Description, p. 244.
  • 13 Elisséeff, « Corporations », p. 75.

7Sur cette route également, on voit s’exercer des activités économiques nécessitant de larges espaces comme le Sūq al-Ġanam (marché aux moutons) à l’extérieur de Bāb al-Ṣaġīr, le Sūq al-Dawāb (marché aux bêtes de somme), ainsi que l’aire à blé située au sud de ce faubourg11. Ibn ‘Asākir cite aussi des funduq-s au sud de la ville, non loin du marché aux bêtes de somme, tel le Funduq Banū ‘Abd al-Muṭṭalib, le Funduq Abū Ṭāhir et le Funduq al-Rāhib12. Dans la première moitié du xiie siècle, sont mentionnés au-delà de Bāb al-Ğābiya, vers le sud-ouest de la ville, les kūziyyūn qui fabriquaient des gargoulettes, des pots à eau, des cruchons en terre cuite, ainsi que les tuyaux en terre pour les conduites d’eau. La fabrication de ces objets nécessite de l’espace et la nature gênante de cette activité explique leur installation extra-muros13.

  • 14 Th. Bianquis, Damas et la Syrie sous la domination Fatimide, Damas, t. 2, pp. 678-680.

8La partie sud de la ville, dans laquelle se concentraient paysans, bédouins et gens de basse condition sociale, était également connue comme un lieu de révoltes et de conflits. Les textes nous informent que des bandes de jeunes gens, milices de civils armés (aḥdāṯ), avaient élu refuge dans le voisinage du Cimetière de Bāb al-Ṣaġīr, surtout pendant les xe et xie siècles, après la prise de la ville par les Fatimides en 96914. Ces milices s’affaiblirent au xiie siècle sous le règne des Atabeks et commencèrent à disparaître sous les Ayyoubides.

L’époque mamlouke

9À l’époque mamlouke, le faubourg du Midan a connu un développement urbain. À partir du xive siècle, le village de Qubaybāt qui se situait au sud-est de cette route, et qui tire son nom des maisons à coupoles qui s’y trouvaient, commença à être absorbé par le faubourg du Midan.

  • 15 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, édité par ‘A. Darwīsh, vol. I, p. 552, 572.
  • 16 M. Ecochard et C. Le Cœur, Les Bains de Damas, Beyrouth, 1943, t. 2, p. 114.
  • 17 M. Ecochard et C. Le Cœur, Les Bains de Damas, p. 115.
  • 18 M. Ecochard et C. Le Cœur, Les Bains de Damas, p. 117.

10Durant cette période différents types de monuments à fonction religieuse, sociale et économique se multiplièrent. À la fin du xive siècle, de grandes mosquées existaient dans trois parties du Midan. La mosquée de Musallā au nord, la mosquée de Manğak dans la partie centrale du faubourg, et la mosquée de Karīm al-dīn au sud. Des bains publics firent également leur apparition dans cette région : Hammām Baydamur15 et Ḥammām Sunqur16 au nord, Ḥammām al-Mūṣlī17 dans la partie centrale, et Ḥammām al-Darb au sud18.

  • 19 Ibn ‘Abd al-Hādī, « Nuzhat al-rifāq fī šarḥ ḥāl al-aswāq », in Al-Ḫizāna al-Šarqiyya, éd. H. al-Za (...)
  • 20 Ibn ‘Abd al-Hādī, « Nuzhat », p. 126, n° 43, 44, 45.
  • 21 Ibn ‘Abd al-Hādī, « Kitāb al-i‘ānāt ‘alā ma‘rifat al-ḫānāt », in Al-Ḫizāna al-Šarqiyya, p. 53.

11Les activités économiques connurent également une évolution importante. Au xve siècle, l’historien Ibn ‘Abd al-Hādī signale des marchés aux grains se tenant sur de vastes places (‘araṣāt) situées à proximité du quartier de Maydān al-Ḥaṣā en passant vers le sud19. Il indique également un souk à côté de la porte du quartier du Muṣallā, et un autre au nord du muṣallā, ainsi qu’un souk à côté de la Mosquée de Karīm al-dīn20. Il nous informe aussi qu’il existait quatre ḫān-s situés entre la porte du quartier du Musallā et le début de Qubaybāt21.

  • 22 J. Sauvaget, « Esquisse », p. 466-468 ; A. Moaz, « Cimetières et mausolées à Damas du xiie au débu (...)
  • 23 Ibn Qādī Šuhba, Tārīḫ, vol. 2, p. 321, 527, 530 et vol. 3, p. 191, 320.

12Dans ce faubourg aux activités économiques spécifiques, parmi un nombre important de mosquées et de bains s’échelonnant tout le long du Midan, le mausolée demeure le monument le plus caractéristique : plus d’une vingtaine de mausolées mamelouks ont émergé en effet de part et d’autre de l’artère centrale du faubourg ; leurs façades polychromes, leurs doubles-coupoles, rehaussées de peintures, jettent dans le paysage urbain de Damas une note colorée et pittoresque22. L’historien Ibn Qāḍī Šuhba nous offre de précieuses informations concernant des personnages inhumés dans les mausolées du Midan. Ces informations aident notamment à identifier un certain nombre de mausolées anonymes, subsistant sur cette route, ou nous révèlent l’existence de mausolées disparus23.

  • 24 Ibn Ṣaṣrā, A Chronicle of Damascus 1389-1397 (Al-Durra al-Muḍī’ a fī l-Dawla al-Ẓāhiriyya), éd. W. (...)

13Cette partie de la ville constituait un lieu de passage des cortèges officiels se dirigent vers Damas. Ainsi, lors de l’arrivée d’al-Malik al-Ẓāhir Barqūq en 794 h./1391-1392, de longues bandes d’étoffes furent étalées sur la route entre Bāb al-Muṣallā et la porte de la citadelle24.

  • 25 I. Lapidus, Islamic Cities in the Later Middle Age, Cambridge University Press, 1984, p. 153-163.
  • 26 Ibn Ṭūlūn, Mufākahat al-ḫillān fī ḥawādiṭ al-zamān, édité par M. Muṣṭafā, Le Caire, 1964, partie I (...)
  • 27 Ibn Ṭūlūn, Mufākaha, partie i, p. 191.

14Cependant, la région continua parallèlement à abriter des gens de basse condition sociale qui firent de la partie sud de la ville un lieu de révoltes et de conflits. Après les aḥdāṯ de l’époque fatimide, des bandes armées (zu‘ar) apparurent de nouveau à l’époque mamlouke25 Les chroniques de cette époque accordent une place importante aux conflits entre ces milices et le pouvoir, mais surtout au sein de ces zu’ar eux-mêmes, comme par exemple les conflits entre les zu‘ar de Maydān al-Ḥaṣā et ceux de Qubaybāt26. Pendant de longs siècles, le Midan demeura "le faubourg révolté", et ceci laissa des traces sur la structure spatiale de la région. Ainsi, l’historien Ibn Ṭūlūn indique qu’en 903 h./1497 les gens établirent des séparations entre les quartiers et les rues en créant des impasses, dont certaines avaient une petite porte (ḫawḫa) rendant leur accès difficile27.

L’époque ottomane

  • 28 J. Sauvaget, « Esquisse », p. 471.
  • 29 M. Ecochard et C. Le Cœur, Les Bains de Damas, p. 94.
  • 30 M. Ecochard et C. Le Cœur, Les Bains de Damas, p. 100.
  • 31 M. Kayyāl, Al-Ḥanunāmāt al-dimašqiyya, 2e édition, Damas, 1986, p. 130-132 ; inscription : 1220/18 (...)

15Les monuments construits dans le faubourg du Midan à l’époque mamlouke sont généralement plus importants que ceux de l’époque ottomane. Mais l’époque ottomane constitue une phase importante du développement urbain du Midan. À cette époque, un type de construction vient marquer le paysage urbain de cette route, et y constitue un signe important du développement des activités économiques : ce sont les entrepôts de blé (bayka) ou de bois (ḥāṣil) qui viennent se juxtaposer, sans solution de continuité, entre les mausolées mamlouks. Le marché aux chameaux trouve sa place logique aux abords immédiats de ce faubourg spécialisé28. Trois bains y sont également construits : Rifā‘ī (xvie siècle)29, Fatḥī (xviiie siècle)30, ‘Aqīl (xixe siècle)31. Ainsi qu’une vingtaine de mosquées et de zāwiya. La Zāwiya al-Sa‘diyya al-Ğabāwiyya ou Masṭabat Sa‘d al-Dīn (982 h./l574 d’après l’inscription) est une des plus importantes. Elle conserve un des plus beaux ensembles de faïence (qāšani) à Damas.

  • 32 J. Sauvaget, « Esquisse », p. 468-469 ; A. Rafeq, « Le maḥmal en route pour la Mecque », Autrement (...)

16Cette route du pèlerinage prit une importance particulière sous les Ottomans car le sultan ottoman portait le titre de serviteur ou de gardien des Lieux saints : la Mecque et la Médine. Chaque année à date fixe, le chef du pèlerinage (amīr al-ḥağğ), qui fut le Pacha de Damas à partir de 1708, traversait le Midan en cortège solennel, accompagné du "maḥmal", le palanquin dont la présence symbolisait la suzeraineté du sultan sur les "deux augustes sanctuaires"32. Chaque année, plusieurs dizaines de milliers de personnes empruntaient la route du pèlerinage (Ṭarīq al-ḥağğ ou al-Ṭarīq al-‘uẓmā) pour rejoindre "la maison sacrée de Dieu" en passant par une porte située à l’extrémité méridionale du faubourg, connue sous le nom de Bawwābat Allāh (Portail de Dieu). La caravane qui partait de Damas à la Mecque était l’une des plus importantes et tout le commerce en rapport avec le pèlerinage se concentrait à proximité de cette route.

17À partir de cette époque, on a commencé à donner des noms à trois parties du Midan : le Midan al-Taḥtānī (inférieur) pour la partie nord dont la Maḥallat al-Muṣallā constitue la partie principale, le Midan al-Wasṭānī pour la partie centrale, et le Midan al-Fawqānī (supérieur) pour la partie sud, qui avait englobé le village d’al-Qubaybāt.

  • 33 R. Thoumin, « Deux quartiers de Damas, le quartier chrétien de Bab Mousalla et le quartier Kurde » (...)
  • 34 R. Thoumin, « Deux quartiers », p. 102.

18Les quartiers extra-muros étaient des entités fermées sur elles-mêmes ; pour y accéder il fallait passer par une des portes particulières. Ainsi, on ne pouvait entrer ou sortir du quartier de Muṣallā que par trois portes. La première, au nord, communique avec le quartier de Suwayqa, non loin du Ḫān al-Maġāriba. La seconde est située en bordure de la grande route. La troisième, à l’extrémité sud-est du quartier s’ouvre sur le Midan Taḥtānī33. R. Thoumin note dans un article publié en 1931, qu’une seule de ces trois portes subsistait : celle du nord que l’on ferme régulièrement vers 9 heures du soir34.

  • 35 A. Rafeq, « The Social and Economie Structure of Bab al-Musalla (al-Midan), Damascus, 1825-1875 », (...)

19Dans une étude récente, A. Rafeq fait état de la variété ethnique, religieuse, et sociale des habitants de la Maḥalla de Bāb al-Muṣallā (1827-1875) : ethnique (population indigène, Turcomans, Kurdes et Maghrébins), religieuse (musulmans sunnites, chrétiens et druzes) et sociale (villageois, bédouins, militaires, marchands et commerçants)35.

20À la fin de l’époque ottomane, il y avait neuf bains dans le Midan, dont six se trouvaient sur la route principale. Quatre de ces bains ont été détruits : al-Darb, al-Tūta, al-Ǧādīd, Sunqur et al-Mūṣlī.

  • 36 M. A. Ṭalaṣ, Ḏayl ṯimār al-maqāsid fī ḏikr al-masāğid, Beyrouth, 1943.

21Dans un inventaire effectué dans les années 40 de ce siècle, une quarantaine de mosquées sont mentionnées dans le Midan36. De nos jours, de grandes mosquées y ont été construites comme : al-Ḥasan, al-Manṣūr, Abū Ayyūb al-Anṣārī, Sa‘īd Ibn Zayd, ainsi que la mosquée de ‘Abd Allāh Ibn Rawāḥa. Cependant, plusieurs mosquées et mausolées ont été détruits, comme le mausolée de l’émir mamlouk Ǧūbān.

22En définitive, le faubourg du Midan se distingue des autres faubourgs de Damas par les importantes activités qui s’y exerçaient (économiques, religieuses, funéraires, cérémonielles) ainsi que par l’importance stratégique de la route qui le traverse, et par le maydān qui lui donna son nom. A travers son histoire, il offre des types architecturaux particuliers : résidentiels, comme les maisons à coupoles et l’habitat de type rural (ḥawš), ou économiques, comme les entrepôts à blé ou à bois (bayka et ḥāṣil). Ce faubourg, toujours considéré comme une région populaire, a donné asile à des gens d’origines et de niveaux sociaux divers : riches et pauvres, citadins et villageois, comme l’indiquent les archives écrites ainsi que les types de maisons qui subsistent aujourd’hui. Le Midan donne également des exemples importants ses opérations historiques de micro-urbanisme ou de lotissements qui ont été repérés au cours de ce travail.

Notes

1 J. Sauvaget, « Esquisse d’une histoire de la ville de Damas », Revue d’Etudes Islamiques, iv , 1934, p. 460.

2 Ibn ‘Asākir, Tārīḫ madīnat Dimašq, (ḫiṭaṭ Dimašq), éd. Ṣ. Munağğid, Damas, 1951, p. 93 ; N. Elisséeff, La Description de Damas d’IbnAsākir, Damas, 1959, p. 173.

3 Ibn ‘Asākir, Ḫiṭaṭ, p. 94 ; N. Elisséeff, Description, p. 173.

4 Ibn ‘Asākir, Ḫiṭaṭ, p. 93 ; N. Elisséeff, Description, p. 172-173.

5 Ibn ‘Asākir, Ḫiṭaṭ, p. 93 ; N. Elisséeff, Description, p. 173.

6 Abū Šāma, Ḏayl al-Rawḍatayn, Le Caire, 1947, ii, p. 76.

7 Abū Šāma, Ḏayl, II, p. 214, p. 231 ; A. Moaz, « Notes sur le mausolée de Saladin : son fondateur et les circonstances de la fondation », Bulletin d’Etudes Orientales. xxxix-xl, 1987-1988, p. 187.

8 Les traces de ce tombeau ont été photographiées par Khaled Moaz dans les années 50. Biographie de Tuġtakīn par Ibn ‘Asākir dans Madḫal ilā tārīḫ al-ḥurūb al-ṣalībiyya, éd. S. Zakkār, Damas, 1981, p. 408 ; Al-Nu’aymī, Al-Dāris fi tārīḫ a !-madāris, éd. Ğ. al-Ḥasanī, Damas, t. 1, p. 82.

9 D’après l’inscription de la fondation relevée par Khaled Moaz.

10 Al-Nu‘aymī, Dāris, t. 2, p. 247. Le mausolée qui existe jusqu’à nos jours, très en retrait par rapport à la route, entouré par des immeubles, a été photographié par Khaled Moaz dans les années 50, quand il se trouvait dans un jardin-verger (Bustān al-Mūṣlī).

11 N. Elisséeff, « Corporations de Damas sous Nūr ad-Dīn ; Matériaux pour une topographie économique de Damas au xiie siècle », Arabica, iii, 1956, p. 69 ; N. Elisséeff, Description, p. 173.

12 Ibn ‘Asākir, Ḫiṭaṭ, p. 143 ; N. Elisséeff, Description, p. 244.

13 Elisséeff, « Corporations », p. 75.

14 Th. Bianquis, Damas et la Syrie sous la domination Fatimide, Damas, t. 2, pp. 678-680.

15 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, édité par ‘A. Darwīsh, vol. I, p. 552, 572.

16 M. Ecochard et C. Le Cœur, Les Bains de Damas, Beyrouth, 1943, t. 2, p. 114.

17 M. Ecochard et C. Le Cœur, Les Bains de Damas, p. 115.

18 M. Ecochard et C. Le Cœur, Les Bains de Damas, p. 117.

19 Ibn ‘Abd al-Hādī, « Nuzhat al-rifāq fī šarḥ ḥāl al-aswāq », in Al-Ḫizāna al-Šarqiyya, éd. H. al-Zayyāt, t. 3, Beyrouth, 1946, p. 126, n° 42.

20 Ibn ‘Abd al-Hādī, « Nuzhat », p. 126, n° 43, 44, 45.

21 Ibn ‘Abd al-Hādī, « Kitāb al-i‘ānāt ‘alā ma‘rifat al-ḫānāt », in Al-Ḫizāna al-Šarqiyya, p. 53.

22 J. Sauvaget, « Esquisse », p. 466-468 ; A. Moaz, « Cimetières et mausolées à Damas du xiie au début du xvie siècle ; le cas du quartier de Suwayqat Ṣārūgā », Colloque : Cimetières et traditions funéraires dans le monde musulman, Istanbul, 28-30 septembre 1991, édité par J.-L. Bacqué-Grammont et A. Tibet, publié à Ankara, 1996, p. 79-98.

23 Ibn Qādī Šuhba, Tārīḫ, vol. 2, p. 321, 527, 530 et vol. 3, p. 191, 320.

24 Ibn Ṣaṣrā, A Chronicle of Damascus 1389-1397 (Al-Durra al-Muḍī’ a fī l-Dawla al-Ẓāhiriyya), éd. W. M. Brinner, University of California Press, 1963, p. 93-94.

25 I. Lapidus, Islamic Cities in the Later Middle Age, Cambridge University Press, 1984, p. 153-163.

26 Ibn Ṭūlūn, Mufākahat al-ḫillān fī ḥawādiṭ al-zamān, édité par M. Muṣṭafā, Le Caire, 1964, partie I, pp. 180-185 et surtout p. 182.

27 Ibn Ṭūlūn, Mufākaha, partie i, p. 191.

28 J. Sauvaget, « Esquisse », p. 471.

29 M. Ecochard et C. Le Cœur, Les Bains de Damas, p. 94.

30 M. Ecochard et C. Le Cœur, Les Bains de Damas, p. 100.

31 M. Kayyāl, Al-Ḥanunāmāt al-dimašqiyya, 2e édition, Damas, 1986, p. 130-132 ; inscription : 1220/1805-1806.

32 J. Sauvaget, « Esquisse », p. 468-469 ; A. Rafeq, « Le maḥmal en route pour la Mecque », Autrement, numéro consacré à la ville de Damas, éd. A.-M. Bianquis et E. Picard, 1993, p. 49-57.

33 R. Thoumin, « Deux quartiers de Damas, le quartier chrétien de Bab Mousalla et le quartier Kurde », Bulletin d’Etudes Orientales, i, 1931, p. 101-102.

34 R. Thoumin, « Deux quartiers », p. 102.

35 A. Rafeq, « The Social and Economie Structure of Bab al-Musalla (al-Midan), Damascus, 1825-1875 », Arab Civilization, Challenges ans Responses, Studies in Honor of Constantine K. Zurayk, édité par G.-N. Atiyed and I. Oweiss, State University of New York Press, 1988, p. 272-311

36 M. A. Ṭalaṣ, Ḏayl ṯimār al-maqāsid fī ḏikr al-masāğid, Beyrouth, 1943.

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search