Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Midan

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

III. Évolutions récentes

Le Midan en 1994

Texte intégral

1Sur l’axe du Midan, de nombreux bâtiments classés monuments historiques pourront être restaurés. Mais l’ensemble du faubourg n’est pas protégé, il se transforme, se modernise, se densifie en s’appuyant sur des règles qui façonnent et définissent opération après opération l’image d’un nouveau quartier.

2Ce chapitre s’applique à décrire et à classer les différents modes de transformation du Midan. L’évolution constatée est assez radicale, elle concerne le parcellaire, le bâti, et le réseau viaire auquel il faut ajouter les nouveaux tracés.

LE PARCELLAIRE

3Le parcellaire est un découpage géométrique du sol, il rend compte de la structure foncière de l’espace. Il est, à la différence du bâti, sensible aux effets de modes, un élément de permanence de la ville que les transformations en cours dans le Midan affectent à des degrés divers.

4Les substitutions du bâti à la parcelle ne remettent pas en cause la structure foncière et parcellaire. Si des modifications mineures sont observées, elles résultent de règlements d’urbanisme portant sur l’élargissement des voies, le dessin des intersections des rues et la définition d’un nouvel alignement. Dans ce cas, seule la limite entre la parcelle et la rue est modifiée. C’est le type d’intervention que l’on rencontre le plus fréquemment dans le Midan.

5Les opérations de plus grande envergure nécessitent un regroupement de plusieurs parcelles. Elles conservent la structure parcellaire existante mais en modifient le découpage pour s’adapter à l’échelle des nouvelles opérations. Elles se trouvent principalement sur la rue du Midan et le long des nouvelles percées.

6Enfin certains projets d’urbanisme, sans aucune relation avec le tissu urbain existant, développent de nouvelles organisations parcellaires. Ce type de transformation radicale concerne aussi bien le parcellaire et le bâti que le dessin de l’espace public. L’ensemble de logements collectifs situé au sud-ouest du cimetière de Haklé illustre par exemple cet urbanisme. On le rencontre également sur les limites de l’ancien faubourg dans la continuité de la ville dessinée par Danger puis par Ecochard.

LE BÂTI

7L’habitat traditionnel du faubourg est constitué de maisons à cour comportant le plus souvent un rez-de-chaussée et un étage ; il est actuellement remplacé par de petits immeubles collectifs de trois étages sur un rez-de-chaussée occupé par des commerces ou des entrepôts. Dans cette disposition, la cour disparaît ou devient totalement résiduelle.

8En rupture totale avec le bâti ancien, cette nouvelle typologie ouvre les fenêtres des appartements sur la rue et sur les cours voisines. L’insertion de ces immeubles dans le tissu ancien est extrêmement conflictuelle ; en effet, les maisons mitoyennes perdent leur intimité, elles se dévaluent et peuvent même être abandonnées.

9Dans tous les cas, la construction d’un immeuble moderne perturbe le voisinage. Des solutions de fortune sont bricolées pour parer aux indiscrétions des vues directes dans les cours des maisons : surélévation des murs de clôture ; installation de toiles de bâche au-dessus des cours ou d’auvents de tôles protégeant les parties les plus exposées... Cette résistance illustre la complexité de la situation. Elle traduit moins un refus du nouveau type d’habitat et de son mode de vie qu’une impossible coexistence des deux types en présence.

L’émergence des bâtiment neufs dans le tissu ancien

10La substitution du bâti est inhérente à l’histoire urbaine, mais l’incompatibilité des nouveaux et des anciens types d’habitat mène inévitablement à l’effacement des structures traditionnelles. Cette situation devrait inciter à une réflexion sur un type d’habitat contemporain compatible avec le tissu ancien et à la recherche d’une règlementation appropriée à l’édification de nouvelles constructions dans les anciens faubourgs de la ville.

LE RÉSEAU VIAIRE

11La construction de nouveaux immeubles dans le faubourg n’est pas sans incidence sur les qualités de l’espace public. Les relevés réalisés sur place montrent, au-delà d’une différence de style de l’architecture, une rupture d’échelle du bâti, et surtout une implantation en retrait des nouvelles constructions par rapport à l’alignement existant. Cette disposition systématique traduit une volonté d’élargissement de l’ensemble des rues, elle correspond à la définition de nouveaux alignements. Ce processus de transformation de la ville est extrêmement lent, il s’impose à celui qui veut construire un nouvel immeuble, mais ne s’applique pas aux bâtiments existants.

12Les conséquences de cette procédure sont multiples ; actuellement les voies offrent simultanément l’image de l’ancien et du nouvel alignement, c’est l’opposition sur les mêmes voies entre les deux types de profil des façades qui marque le faubourg et désigne le Midan comme un immense chantier. A long terme l’ancienne hiérarchie des rues, la richesse des silhouettes, la spécificité des tracés, vont laisser place à un réseau très homogène, au tracé rectifié et au gabarit standardisé.

13Ces nouvelles voies de lotissement dont la largeur ne dépasse pas 8 m, desserviront un quartier très dense, dont l’espace public mesuré ne sera pas compensé par l’espace libre des cours qui disparaissent dans les nouveaux immeubles.

14Parallèlement à cette stratégie d’alignement, d’autres opérations d’urbanisme ont déjà été réalisées ; il est possible de hiérarchiser leur impact sur le faubourg.

15A l’échelle du tissu urbain, des impasses sont prolongées et intégrées dans un réseau viaire continu. Elles facilitent une meilleure irrigation des quartiers et ne demandent que la destruction d’une ou deux maisons.

16Le percement de nouvelles voies concerne l’ensemble du faubourg. Partant de la rue du Midan, ces percées réalisées dans le tissu ancien ont pour ambition d’ouvrir le quartier à l’est et à l’ouest sur les nouvelles urbanisations.

17Enfin, résultant d’un tracé lié à l’aménagement du grand Damas, l’autoroute de contournement sud de la ville traverse en pont le Midan. Sa réalisation a nécessité la destruction du quartier sur une largeur de 80 m et une longueur de 400 m d’est en ouest.

QUEL AVENIR POUR LE MIDAN ?

18En considérant l’ensemble des transformations actuelles du Midan, on constate que les dispositions réglementaires mises en œuvre prennent en compte de nouvelles exigences en matière d’habitat ou de circulation, mais elles n’assurent pas une évolution progressive du faubourg et dessinent un nouveau quartier n’ayant que la direction approximative des rues pour souvenir de l’ancienne structure.

19Le Midan mérite certainement mieux. Son histoire, la vitalité actuelle de son commerce et de son artisanat appellent une évolution plus respectueuse de la structure qui a porté cet épanouissement.

20L’évidente conservation des monuments les plus remarquables ne suffira pas à transmettre la mémoire de ce faubourg si particulier de Damas. Ne faudrait-il pas chercher à préserver des ensembles plus importants du tissu urbain, à conserver certaines organisations encore intactes, à utiliser de manière circonspecte la procédure d’alignement des voies et, enfin à promouvoir une typologie d’immeubles compatibles avec l’habitat ancien ?

Table des illustrations

Légende L’émergence des bâtiment neufs dans le tissu ancien
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540