Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Midan

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Avant-propos

Jacques Langhade

Texte intégral

1L’ouvrage qui est présenté au public est le fruit d’un travail de longue haleine de l’atelier Damas des Ecoles d’Architecture de Paris-Belleville et de Versailles. Ces écoles, qui s’intéressaient déjà aux villes arabes du Maghreb et de l’Egypte, ont décidé de s’ouvrir sur l’Orient avec un projet animé par deux enseignants architectes-urbanistes, Yves Roujon et Luc Vilan. Depuis cinq ans maintenant, ils entraînent leurs étudiants dans les quartiers du Vieux Damas extras muros : Qanawat, Suq Saruja, Uqayba, Sagur, Suwayqa et le Midan. Encouragé par Yves Saint-Geours, qui était alors sous directeur des Sciences Sociales et Humaines et de l’Archéologie au Ministère français des affaires étrangères, soutenu par André Limon et Jean-Pierre Villeléger, conseillers culturels et de coopération auprès de l’ambassade de France à Damas, ce projet a été l’occasion de la mise en place progressive d’une collaboration avec l’Institut Français de Damas, qui disposait d’une riche documentation sur les quartiers extra muros du vieux Damas, ceux-là même sur lesquels portait le travail d’étude et de recherche des étudiants de Belleville et de leurs enseignants.

2Il y avait convergence des centres d’intérêts et complémentarité dans les méthodes d’approche, de travail et de recherche de l’atelier Damas de Paris-Belleville et Versailles et du programme Vieux Damas de l’Institut Français de Damas.

3D’un côté, un travail de description et d’analyse, de collection de données iconographiques, de recherche de textes et de documents, de relevés architecturaux, qui ne se limite pas aux seuls monuments mais prend en compte, à travers l’habitat, l’ensemble des données de la vie des quartiers. Recherche plus fondamentale, commencée il y a une vingtaine d’années sur la demande et en accord avec les autorités syriennes et particulièrement la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie, et poursuivie depuis lors par de très nombreux chercheurs et en particulier Sarab Atassi de l’IFEAD, et Jean-Paul Pascual du CNRS à l’IREMAM.

4De l’autre côté, un travail à visée plus prospective, s’appuyant sur un enseignement et cherchant à dégager les lignes de force du développement passé et à discerner les orientations de l’évolution en cours, et ceci dans un but pédagogique.

5Il faut souligner le grand intérêt des perspectives qui commandent ces recherches : le vieux Damas est envisagé dans son extension la plus grande et comprend non seulement la ville intra muros mais aussi les quartiers extra muros anciens. Et si un plan de sauvegarde de la vieille ville existe, il n’englobe au point de départ que la partie intra muros, ce qui peut constituer, paradoxalement, une menace pour la vieille ville extra muros, dans la mesure où ces quartiers ne sont pas englobés dans le plan de sauvegarde. Il reste beaucoup à faire pour que soit définitivement acceptée l’idée que ces quartiers constituent aussi le vieux Damas et qu’ils sont partie intégrante de son identité.

6Il était donc nécessaire de les décrire, non pas sous la forme d’un catalogue, mais dans leur mouvement, leurs structures, leur dynamique et leurs rapports avec la ville intra muros, dans le but de mettre en place une politique de sauvegarde. Il était nécessaire de travailler à une véritable sauvegarde, non point sous la forme d’un musée, avec quelques monuments coupés de leur contexte et de leur environnement, figés et présentés comme en une vitrine, mais sous la forme d’ensemble intégrés et vivants, présentant la dynamique qui les a produits, les modalités de leur fonctionnement passé et pris dans une structure permettant une évolution future harmonieuse.

7Le choix fait pour cette première publication est judicieux : la particularité du faubourg du Midan est de matérialiser dans la pierre et le dessin de son architecture et de ses réseaux viaires, le mouvement même de son développement comme voie du pèlerinage : c’est autour de cette fonction que s’est développé ce quartier, pour former al-Tariq al-‘uzma, la grande route du pèlerinage, qui part de la citadelle et traverse les quartiers de Bab Gabiya et de Bab Musalla pour arriver au faubourg du Midan dont elle commande l’essor.

8Les différents travaux faits récemment sur ce quartier n’ont pas comblé toutes les lacunes, mais il commence à nous être mieux connu et les recherches récentes, dont ces pages nous livrent une partie, permettront de mieux comprendre son histoire et son développement et de discerner ce que pourraient être les grandes lignes de son évolution future.

9Cette publication, la première du genre parmi les publications de l’Institut Français de Damas, pourra montrer la nécessité d’une action volontaire et soutenue en faveur des quartiers extra muros de Damas et indiquer les voies que l’on peut suivre pour une sauvegarde véritable et réaliste de ces quartiers qui, en les protégeant, leur conserve leur caractère d’éléments toujours vivants, actifs et intégrés, de la ville de Damas.

10Que tous ceux qui ont participé à la réalisation de ce travail, depuis les premiers travaux sur le terrain, sa conception et son élaboration, jusqu’à sa réalisation typographique, soient ici remerciés.

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540