Version classiqueVersion mobile

Familles et fortunes à Damas

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Conclusion

Texte intégral

1L'analyse d'un large échantillon d'inventaires après décès a permis de proposer quelques conclusions sur l'état de la famille et de la société damascène vers 1700.

2La mortalité semble, pour tous, rythmée par le déroulement des saisons (on décède plus en hiver et en été), et pour les femmes, par les cycles de la vie : mariées jeunes, elles meurent jeunes, mais, après avoir franchi les étapes difficiles de l'enfantement, elles résistent plus que les hommes. Contrairement à ce que les voyageurs imaginaient, les familles sont largement monogames : 10 % seulement des hommes sont polygames et ils ne sont pas les plus riches. Composées de deux à trois enfants, les familles damascènes n'autorisent guère l'accroissement naturel ; malgré un apport d'immigrants difficilement chiffrable, Damas n'a pu connaître de réelle expansion à cette époque.

3Saisissant la constitution des fortunes individuelles à un moment bien précis de l'existence, la mort, les inventaires après décès autorisent une approche à la fois sûre, riche, détaillée, mais partielle et incomplète de la vie économique. Si l'on peut tenter, grâce à eux, la description et la localisation cartographiée des activités damascènes, on ne pourra guère appréhender, par exemple, les mouvements de la vie économique, les échanges et les flux existant entre Damas et les autres régions de l'Empire ottoman ou du monde, ni entre les différentes strates de la société.

4En revanche, les documents permettent d'identifier les monnaies qui circulaient dans cette partie arabe de l'Empire et de cerner l'évolution des prix. Quand on peut thésauriser, on conserve les monnaies d'or étrangères, dont on espère qu'elles garderont leur valeur, alors que la piastre d'argent subit une légère dépréciation qui s'aggravera dans les années qui suivent la période étudiée, suscitant sans doute une inflation d'environ 10 %. On ne retrouve pas dans l'Empire ottoman l'unité, la cohérence des systèmes monétaires européens : le rythme d'introduction des pièces européennes, comme leur titre et leur poids, échappent complètement à l'État.

5Par la précision de leurs descriptions chiffrées, les inventaires permettent aussi de reconstituer la composition du patrimoine sinon "national" du moins damascain, au début du xviiie siècle. Dix-neuf pour cent de la richesse damascène est investie dans l'immobilier et le foncier, 3,3 % dans les bijoux, 7 % dans le numéraire, 35,4 % dans les créances, 14,4 % dans les biens domestiques. La composition de ce patrimoine se distingue sur deux points de ce que l'on sait des composantes des fortunes européennes ou américaines à la même époque : une part plus forte des créances, qui vient sans doute pallier l'absence d'institutions bancaires, et surtout une faible proportion de richesse investie dans la propriété foncière, comparée aux pourcentages de 50 ou 60 % atteints dans les futurs pays riches.

6La hiérarchie et la structure des patrimoines, les métiers exercés et, dans une moindre mesure, les quartiers de résidence, suggèrent l'existence d'une société inégalitaire, dominée par le groupe des grands commerçants ; ils sont étroitement unis, par les liens du mariage et les relations d'intérêt, au milieu des grands šayḫ et des militaires dont on remarque, en dépit de leur mise au pas par le pouvoir central, l'importance économique et sociale. A ce milieu de "notables" s'oppose un milieu de très pauvres, soumis à une existence précaire, essayant de trouver dans leur métier de petit artisan ou de petit commerçant un gagne-pain aléatoire ; ce monde des "gens de peu" mal enracinés dans la ville, et sans cohérence, regroupe différents types de minorités : des jeunes, des chrétiens, des affranchis, des nouveaux arrivés dans la cité, monde que l'on ne peut cependant qualifier de "marginal".

7Au milieu de l'échelle s'inscrit le monde des "moyens" : des boutiquiers, sans doute un peu plus "vendeurs" que fabricants, des épouses et des filles de boutiquiers. Cette population "moyenne" est une population adulte enracinée dans une famille bien établie et dans une cité où elle possède maisons et boutiques. Enfin, les militaires, peu liés, semble-t-il, au monde des très pauvres, très liés, en revanche, au milieu des grands commerçants, se retrouvent ici encore en très grand nombre, unis à ces artisans et commerçants par les liens du mariage. Ces "moyens" donnent l'impression d'avoir réussi leur existence de boutiquiers, une réussite que le fait d'être minoritaire, d'origine étrangère, ou simplement jeune, avait, peut-être momentanément, entravée.

8Dans cette société, le poids de l'héritage familial dans le destin des individus est, à tous les niveaux, considérable : l'étude de la mobilité sociale, que la source permet dans le cas des groupes de militaires et de šayḫ, révèle que si la promotion sociale n'est pas totalement absente, les passages entre les groupes apparaissent comme d'illusoires passerelles. Le "tel père, tel fils" est la règle. Dans cette société inégalitaire, très peu ouverte, existent cependant des facteurs de cohésion, d'ordre strictement masculin, constitués par la participation de tous au pèlerinage et la dispersion des šayḫ transmetteurs du patrimoine culturel et religieux dans toutes les strates de la société.

9Au terme de cette étude, souvent marquée par les nuances et les hypothèses, de nouvelles approches paraissent nécessaires.

10Dans le monde ottoman, les inventaires après décès, construits sur un même modèle, ne manquent pas : il a cependant été souvent difficile de comparer la démographie, l'économie et la société damascène de 1700 à d'autres sociétés urbaines du même monde, faute d'études effectuées, à quelques exceptions près, à partir d'échantillons de grosse taille, suffisamment étoffés pour autoriser les comparaisons statistiques.

11Les inventaires sont des sources de documentation massives et sûres qui, malgré les quelques biais d'échantillon inhérents aux conditions de leur établissement, présentent le double avantage de concerner un large éventail de la population et de fournir des indications précieuses sur la composition des familles et les niveaux de fortune. Cependant, il faudrait y adjoindre le dépouillement des divers types de documents, consignés dans les différents registres que tenaient les qāḍī : on pense à tous les autres cas "ordinaires", les transactions, les mariages, les divorces, voire les "faits divers", les délits. Les inventaires, réalisés à un moment précis de l'existence — si l'on peut dire — permettent une coupe, figée, statique, de l'état d'une société. Le mouvement leur manque : les revenus quotidiens du travail, les ventes, les achats, les allers et venues des patrimoines, toutes ces pratiques accomplies pendant l'existence ajouteraient de la vie à la seule description d'un patrimoine, résultat final et définitif de l'activité humaine. On entrevoit pourtant, à travers les compositions des patrimoines, des lignes de fracture subtiles entre les groupes sociaux.

  • 1 A. Pardailhé-Galabrun, La naissance de l'intime, p. 26.

12Enfin, nous n'avons ici pas encore utilisé dans sa totalité l'inventaire d'héritage. La description minutieuse des intérieurs permet de soulever, à la manière du diable boîteux, les toits des maisons1, d'avoir accès à une intimité familiale que cache l'absence de documents imagés et autorise l'histoire sociale de la culture matérielle : existe-t-il des biens qui établissent l'identité et la distinction sociales ? Contre toute attente, les inventaires après décès ont un bel avenir pour l'histoire de la vie à Damas, in šā’ Allāh.

Notes

1 A. Pardailhé-Galabrun, La naissance de l'intime, p. 26.

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search