Version classiqueVersion mobile

Familles et fortunes à Damas

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Chapitre IV. La société damascène. Inégalités et clivages

Texte intégral

1La moisson d'indications sociales directement fournie par les inventaires est généreuse : nom des défunts comprenant ism, nasab, nisba de métier ou d'origine géographique, titre, sexe, religion, état de la famille, lieu de résidence, nom des conjoints, nom et qualité des héritiers ; ce défunt transmet des biens, aux valeurs connues, et qu'à la suite de Murādi, décrivant la fortune du grand négociant ‘Umar al-Safarğalānī, on a classé en numéraire, bijoux, biens domestiques, capital commercial ou artisanal, créances, capital immobilier et foncier. Toutes ces données réunies constitueraient un immense tableau de 449 lignes et 64 colonnes : 449 défunts, et, pour chacun d'eux, 64 informations différentes. Même si la richesse de la source ne permet pas de combler toutes les attentes de l'historien — les formes de la sociabilité, ou le vécu religieux, échappent par exemple à l'analyse —, il y a cependant là de quoi réfléchir aux grands traits qui caractérisent la société damascène du début du xviiie siècle. Il y manquera, tant que le détail des biens de la boutique et de la maison sera ignoré, les formes, les couleurs, les goûts et les odeurs du quotidien.

Codage des informations

  • 1 Voir ci-dessus p. 33.
  • 2 C'est-à-dire ayant ou non, lors du décès, des ascendants vivants.

2On ne reviendra pas dans le détail1 sur les informations sociales que fournissent les inventaires sur les défunts, hommes ou femmes, chrétiens, juifs, ou musulmans, ḥāğğ ou non, plus ou moins jeunes2, ḫawāgā, usṭa, šayḫ, ou sans aucun titre ; pour faciliter l'analyse, il a été utilisé, pour caractériser le lieu de résidence, le métier, le montant et la répartition de la fortune, le codage suivant.

Métier

  • 3 Voir infra l'explication.
  • 4 Nous verrons toutefois, infra, que cette différence n'apparaît pas, dans l'analyse de la société, s (...)

3On a regroupé en cinq catégories les défunts dont on peut cerner les activités : artisan, artisan-commerçant, commerçant, lettré, militaire ou plus vraisemblablement ancien militaire3. Si les deux dernières catégories sont facilement identifiables par le simple titre porté par le défunt (un grade pour les militaires ou ex-militaires, šayḫ, ḫatīb, mudarris, ğalabï, efendī, etc., pour les lettrés), les trois premières ont été définies à partir du Dictionnaire des métiers damascains d'al-Qāsimï, élaboré à la fin du xixe siècle. En effet, cet auteur précise dans la plupart des cas si la personne qui exerce un métier ne fait que fabriquer un produit, ou fabrique et vend dans le même temps ou ne fait que vendre. Cette classification est apparue pertinente car elle prenait en compte la différence entre un artisan-commerçant "indépendant" — propriétaire éventuellement de ses instruments de travail et de son échoppe — et un artisan, qui pouvait être, sans que cela soit une certitude valable pour tous, un simple maillon dans une chaîne de travail, comme le note al-Qāsimï. Le cas du secteur du textile apparaît comme l'exemple le plus éclairant : des artisans effectuent un certain travail spécialisé pour le compte d'un "entrepreneur" qui fournit en début de chaîne la matière première, peut-être les instruments de travail, et récupère en fin de chaîne le produit fini pour le commercialiser4.

4Montant et répartition de la fortune :

5Le montant de l'actif a été divisé en cinq tranches :

Tableau 28 : Codage du montant des actifs

6Nous avons procédé de même avec les différentes catégories de biens :

Tableau 29 : codage des données

Lieu de résidence

  • 5 Les résidences individuelles sont localisées sur la carte.

7Les défunts habitent, quand on connaît leur lieu de résidence5, un des sept secteurs délimités ci-dessous. La division en grands secteurs de la ville pour les besoins du codage était difficile à réaliser. Faute d'éléments véritablement distinctifs (les limites des quartiers, par exemple, ne sont pas connues), nous avons procédé à une délimitation large par localisation géographique de secteurs, du nord au sud et d'est en ouest.

8Ṣāliḥiyya, petite agglomération isolée et bien délimitée au nord a été affectée du chiffre 1 ; Sūq Sārūgā, 2 ; ‘Uqayba, 3 ; la zone intra-muros a été divisée en deux grands secteurs : les quartiers est (Bāb Tūmā, Bāb Šarqī, Ḥārat al-Yahūd), où sont plus particulièrement concentrés chrétiens et juifs, 4 ; la zone centrale et occidentale (Qaymariyya, Ḫarāb, Bayn al-Sūrayn, la zone des souks centraux et le secteur au sud de la Citadelle jusqu'à Bāb Ṣaġir, Šāġūr compris), 5 ; extra-muros, à l'ouest (Qanawāt-Ta‘dīl), 6 ; les quartiers limitrophes au sud de Qanawāt (Bāb Sariğa, Qabr ‘Àtika, Qasr Ḥağğāğ, Suwayqa), 7 ; enfin, le faubourg méridional du Mīdān, de Bāb Muṣallā à Qubaybāt inclus, 8.

L'exploitation des données

  • 6 Plusieurs "analyses factorielles des correspondances", citées par la suite APC, ont été réalisées. (...)
  • 7 En ce qui concerne l'analyse de données en général, voir Cibois, L'analyse factorielle. Notre analy (...)

9A l'intuition de l'historien choisissant dans un immense tableau impossible à présenter, croisant 449 individus et 64 variables, comment interpréter les données recueillies, il a été substitué le recours à l'analyse factorielle des correspondances6. La méthode, mise au point dans les années 1960 et liée au développement de l'informatique, aide à la lecture de cet immense tableau croisé ; c'est un "instrument de vision" qui permet de distinguer les liens existant entre des individus que rapprochent un ensemble de variables, et d'opposer les uns aux autres les groupes qu'ils constituent. Ces oppositions définissent des "axes" : le premier axe est celui qui rend compte du maximum des différences entre les groupes d'individus définis par des caractéristiques, des "variables" ; le second, des différences un peu moins marquantes ; le troisième encore un peu moins, etc.7 Arrêtons-nous un instant, non pas sur une explication de l'analyse de données, mais sur la lecture de ce type d'analyse et sur le vocabulaire qu'elle contraint à employer : il sera question de corrélation, de situation, de contribution. L'analyse de données donne à chacun des individus et à chacune des variables le poids de sa contribution dans la création de l'axe, une situation sur l'axe, en positif ou négatif, et une corrélation qui mesure la part de l'axe dans la définition de l'objet ou de l'individu. Des graphes illustreront les résultats de l'analyse ; et par des notes, on s'efforcera de présenter au lecteur ces différents éléments (contribution, situation et corrélation).

  • 8 Un exemple : le numéro 15127 correspond au document n° 127, du registre 15.

10L'analyse factorielle dictera le plan de l'analyse : le premier axe révèle une société dont le fondement est l'inégalité ; le deuxième axe permet de distinguer les deux groupes sociaux qui s'opposent le plus les uns aux autres. Le troisième axe fait apparaître un troisième groupe qui s'oppose aux deux premiers. Ces groupes sont composés d'individus, apparaissant dans l'analyse sous forme de numéros qui renvoient au registre8 : le retour aux sources permet donc de donner un nom et une existence à un aride code chiffré.

UNE SOCIÉTÉ DOUBLEMENT INÉGALITAIRE

Les hommes, les femmes

  • 9 Ces figures ont été réalisées par le logiciel Mac Spin, qui illustre les résultats de l'analyse de (...)

11Le premier axe établit une certitude : la société damascène du début du xviiie siècle est une société fortement inégalitaire. Mais l'inégalité que révèle l'axe 1 n'est pas d'abord, comme on pouvait s'y attendre, une inégalité de groupes socio-économiques, mais une inégalité individuelle, liée au sexe, les hommes d'un côté, les femmes de l'autre, comme on le constate sur le graphe 18, qui représente la situation des uns et des autres sur cet axe, sous la forme de deux figures : la première est consacrée aux inventaires féminins, qui apparaissent en gros points (ceux des hommes en petits points), la seconde aux inventaires masculins, qui, à leur tour, apparaissent en gros points9.

Graphe 18 : hommes et femmes sur l'axe 1

  • 10 Il a été préféré de faire figurer les codes définis page 115, plutôt que de reproduire, en qurs, le (...)
  • 11 Le point "Femme" a une contribution de 83 et est situé à -984 ; le point homme a une contribution d (...)

12Certes, dès maintenant, on peut présumer de l'inégalité sociale comme le graphe 19 l'indique : en effet, du côté des hommes, se distinguent sur l'axe 1 les plus riches fortunes, supérieures à 5 000 qurš, les plus importantes créances, les plus grosses sommes de numéraire, le capital commercial le plus fort, les maisons le plus richement remplies de vêtements et de vaisselle, les propriétés immobilières et foncières de valeur10. Il reste que cette opposition hommes/femmes construit l'axe 111.

  • 12 Ce graphe, comme les suivants, se réalise en suivant les situations des différentes variables, donn (...)

Graphe 19 : les principales variables économiques sur l'axe 112

13Patrimoines féminins, patrimoines masculins

  • 13 E.I.2, article « Farā'iḍ ».
  • 14 Ce problème a été particulièrement traité dans l'article de Jennings, « Women in early 17th century (...)

14Une première constatation découle de l'analyse globale des actifs : les femmes sont cinq fois plus pauvres que les hommes ! C'est sans doute aux modalités de la loi successorale qu'il faut attribuer cette différence de fortune. La femme hérite et intervient souvent dans la succession, à titre d'exécuteur testamentaire ou de tuteur des enfants mineurs (waṣiyya). A la suite de R. C. Jennings et de Haim Gerber, rappelons que le qāḍī effectue son travail et procède, dans l'acte successoral, à une répartition légale des biens ; mais d'abord, selon la loi successorale en Islam, la part de la femme est inférieure à la part de l'homme13. Par ailleurs, si le juge respecte la šarī‘a, les héritiers, dans la pratique, respectent-ils les répartitions prévues ?14 L'analyse des créances féminines, dans les inventaires, laisserait supposer que l'on tarde souvent à attribuer à la femme la part qui lui est due : 20 % des créances féminines, constatées à son décès — elle n'a donc pas profité de cette reconnaissance ! — consistent en parts d'héritage non réglées.

Tableau 30 : structure des patrimoines pour l'ensemble de la population et pour chaque sexe

  • 15 Nous n'avons pas trouvé trace d'activités économiques chez les femmes, contrairement à Gerber, pour (...)

15Une analyse plus fine des divers éléments des actifs montre que les patrimoines féminins et masculins ne se composent pas des mêmes biens : les femmes possèdent peu de numéraire, peu de créances et de biens immobiliers, pas de capital commercial ou artisanal15. La plus grande partie des créances féminines est en fait constituée de l'arriéré de la dot, que le mari doit à sa femme lorqu'elle meurt ; ce mu’aḫḫar ṣadāq fait partie de l'héritage de la défunte. En revanche dans leurs actifs, les femmes possèdent un peu plus de biens domestiques mais beaucoup plus de bijoux, reflet sans doute de l'interdiction, respectée, faite aux hommes d'en porter.

  • 16 B. Masters, The Origins of Western Economic Dominance in the Middle East, p. 180.

16Bruce Masters remarquait également, pour la ville d'Alep, que « tandis que les hommes investissent lourdement dans le prêt à intérêt et l'immobilier, la plus grande partie de la fortune féminine est constituée de biens domestiques, catégorie qui inclut les bijoux ». Il expliquait par des raisons économiques l'importante place des bijoux dans les propriétés féminines : « Les bijoux, en cas de divorce, représentaient un capital facilement mobilisable. »16 On s'explique maintenant mieux les situations que la possession de bijoux et de biens domestiques occupent sur l'axe 1 : elles sont non ordonnées en fonction croissante (bijoux : 1,2,0 ; ou biens domestiques : 2,0). Les autres catégories de biens sont au contraire placées dans un ordre arithmétique croissant, comme on le constate sur le graphe 19.

17Autres caractéristiques féminines

18L'importance et la composition du patrimoine ne sont pas les seuls éléments qui distinguent la population féminine.

19Nos défuntes meurent sans avoir fait le pèlerinage, alors que 43 % des hommes meurent après avoir accompli l'un des devoirs fondamentaux du musulman.

Tableau 31 : ḥāğğ et ḥāğğa dans la population musulmane

20Nos femmes sont aussi moins intégrées dans des groupes sociaux : qu'elles ne soient pas ḫawāğā ou usṭa, soit. Mais pourquoi peu de sayyida et une ṣayḫa ?

Tableau 32 : šarïf et šay dans la population musulmane

  • 17 17..E.I.1, article « sharīf ». Voir aussi Murādī, Silk al-durar, II, p. 231, qui précise dans la bi (...)

21Deux fois moins souvent descendantes du Prophète que les hommes, la chose a de quoi surprendre, puisque la situation de šarīf est héritée du père — bien que l'héritage par la mère soit aussi admis par certains17 — et devrait être également répartie en vertu de l'égalité du sex ratio, entre les enfants, qu'ils soient garçons ou filles : cette moindre proportion de šarīfa parmi les femmes semble être liée à la saisie des noms par le qādī. Tandis qu'il indique toujours, en début du nom de l'homme descendant du Prophète la qualité de sayyid/šarīf, il opère de façon beaucoup plus fantaisiste avec le nom de la femme, quelquefois précédé de sayyida, quelquefois simplement signalée comme fille de sayyid : au lecteur de comprendre (et nous n'avons pas compris) que la défunte faisait' aussi partie du groupe des šarīf. Il faut donc ajouter quatre femmes de plus à ce groupe : 15 femmes sont sayyida, 8,8 % des femmes, ce qui rapproche déjà de la proportion des 13 % constatés pour les hommes.

22Cette observation montre que les enregistrements du qāḍī doivent être surveillés : le juge n'échappe pas à une certaine désinvolture lorqu'il traite des femmes. Il est, par exemple, particulièrement avare d'indications sur les quartiers qu'habitent les femmes, n'indiquant clairement leur lieu de résidence que pour 29 % d'entre elles, alors que 41 % des domiciles masculins sont situés dans un quartier bien précis.

  • 18 Voir page 70.
  • 19 Le point "Couche sociale inconnue" a une contribution forte de 58, et contribue à tirer l'axe 1 du (...)

23Ces imprécisions de données, suivant que les défunts sont hommes ou femmes, le fait aussi que les femmes n'exercent aucun métier18, à l'exception peut-être d'une šayḫa, et ont donc été classées dans une catégorie sociale particulière, la catégorie sociale "inconnu" (avec les quelques hommes dont on ne sait rien des activités qu'ils exercent)19, pèsent sans doute un peu trop lourdement, et de façon artificielle, dans la construction de cet axe 1.

24S'y ajoutent les artefacts de l'échantillon ; les femmes sont plus jeunes que les hommes dans le corpus : quand elles meurent, leur père ou leur mère vivent encore et sont héritiers. Cette jeunesse relative au moment du décès, phénomène que l'on a constaté et expliqué plus haut, accentue de façon artificielle la pauvreté des femmes. Elles n'ont, pour un peu plus de la moitié d'entre elles, pas encore hérité ; avançant en âge, elles auraient eu peut-être en théorie le temps et la possibilité d'aller à la Mekke. Sans nier l'importance de l'opposition femmes/hommes sur le premier axe, et compte tenu du fait qu'à l'extrémité positive de l'axe 1, on ne voit que des hommes très riches entourés de numéraire, capital commercial, propriétés, créances de grande valeur, tentons d'analyser les aspects économiques et sociaux de la société damascène à travers leurs seuls représentants masculins.

Les inégalités de patrimoines

25Lorsqu'on la limite à la population masculine, la société damascène apparaît alors comme une société très fortement inégalitaire : l'inégalité de patrimoine définit l'axe 1, comme l'indique le graphe suivant, sur lequel se distinguent deux groupes de population masculine, que définit le niveau de fortune.

Graphe 20 : les très riches et les très pauvres chez les hommes

  • 20 Le points "Actif 6" a une contribution de 61 et est situé en +1 263 ; le point "Actif 7" a une cont (...)

26A l'extrémité positive de l'axe, les plus gros actifs, supérieurs à 1 000 et surtout à 5 000 qurš20 ; à l'autre extrémité, les moins de 25 qurš.

  • 21 Pour ne pas surcharger le graphe, nous avons utilisé le codage défini page 115.

Graphe 21 : les patrimoines des hommes21

27Aucun élément du patrimoine n'échappe à cette inégalité, comme le montrent les nombres presque régulièrement croissants qui qualifient l'importance de toutes les catégories de biens : les possesseurs de fortunes de plus de 5 000 qurš sont entourés des plus importantes quantités de numéraire, de bijoux, de créances, de biens domestiques, et sont de gros propriétaires immobiliers et fonciers (graphe 21).

  • 22 Les variables Actif 1, 2, 3 (fortunes inférieures à 250 qurs) ont une contribution de 60.
  • 23 Les variables Actif 6 et 7 ont une contribution de 160.
  • 24 Contribution : 8.
  • 25 Symbolisés dans le codage par Actif 6 et 7.
  • 26 Symbolisées par le chiffre 3 dans le codage : bijoux 3, numéraire 3, etc.
  • 27 Codées 0, 1, voire 2.

28De plus, la concentration des fortunes est extrême : les plus faibles fortunes contribuent fortement à créer l'axe l22 ; les actifs supérieurs à 1 000 qurš aussi23 ; en revanche, les actifs moyens, compris entre 250 et 1 000 qurš, n'ont que peu d'importance dans la création de cet axe 124 . On constate l'écart qui sépare les riches des pauvres à la position occupée sur l'axe 1 par les plus gros actifs, supérieurs à 1 000 et 5 000 qurš25, et par tous les éléments du patrimoine aux valeurs très élevées26. Ces variables se situent ensemble à l'extrémité de l'axe 1, très loin des valeurs faibles et même moyennes27, peu distantes les unes des autres, presque groupées. L'existence d'écarts économiques très creusés marque la société masculine damascène. A étudier le graphe 22, concernant la population féminine, on peut étendre cette constatation à la société damascène dans son ensemble.

Graphe 22 : les patrimoines des femmes

  • 28 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 383 sq.
  • 29 Establet, Pascual, Raymond, La mesure de l'inégalité dans la société ottomane.
  • 30 Cet indice, toujours important, a tendance à être légèrement plus faible dans les sociétés riches c (...)

29Pour donner une idée de l'inégalité dans la société cairote du xviiie siècle, André Raymond, en 1973, avait utilisé l'indice de Gini28. A sa suite, en 1992, et avec lui29 en 1992, nous avons utilisé cet indice et constaté que l'inégalité dans la société damascène de la même époque se mesurait exactement dans les mêmes termes ; l'indice de Gini, au Caire, comme à Damas, était très fort : 0,74. Rappelons que, dans une société où les richesses seraient partagées de façon absolument égalitaire, l'indice de Gini serait de zéro ; dans une société où un seul posséderait tout, l'indice serait de 1 (plus l'indice se rapproche de 1, plus forte est l'inégalité30). Si on limite l'étude à la seule population masculine, l'indice de Gini est encore plus élevé à Damas qu'au Caire : 0,75. Pour les femmes, l'indice de Gini est nettement plus faible : 0,50 ; les femmes sont plus égales entre elles, la pauvreté les unit dans un même sort : est-ce le reflet d'une réalité sociale que renforcerait l'absence d'activité professionnelle ? Est-ce l'effet d'un échantillon qui donne trop de poids à des femmes jeunes, et dont la fortune n'est pas encore construite ?

30Appliqué ici à la globalité du patrimoine damascain, l'indice de Gini peut aussi mesurer le degré de concentration de telle ou telle autre partie des fortunes : bijoux, capital immobilier et foncier, capital marchand, numéraire, biens domestiques, sont-ils répartis dans la même proportion dans toutes les couches sociales ? Ou existe-t-il des biens dont la propriété établit la distinction sociale ?

  • 31 Pour calculer l'indice de Gini des biens de la boutique, seuls les avoirs des artisans, artisans-co (...)

Tableau 33 : l'indice de Gini appliqué aux différentes catégories de biens masculins31

Tableau 34 : l'indice de Gini appliqué aux différentes catégories de biens féminins

  • 32 Pour les femmes, les créances ne jouent pas le même rôle, puisqu'elles représentent, la plupart du (...)

31Aucune catégorie de biens n'échappe à la concentration. Mais les biens de la maison, les biens de la boutique, gagne-pain des artisans et des commerçants, le nécessaire, le minimum vital, ce qui assure la force de travail (de quoi se loger, se vêtir, se nourrir, soi-même et sa famille), sont répartis de manière un peu plus égalitaire dans la société damascène. La possession de numéraire, de biens immobiliers et, pour les hommes, de créances32, le "superflu" produit d'une épargne, d'une thésaurisation, clive la société.

Une société pauvre

32Il est difficile d'évaluer le degré de pauvreté, ou de richesse, d'une société : quel niveau de vie permettaient d'assurer les patrimoines ?

  • 33 Rāfiq, Maẓāhir min al-tanẓīm al-ḥirafī, p. 167.

33A plusieurs reprises, la précision des comptes du qāḍi autorise le calcul d'un minimum vital. Parfois, en effet, lorsque le défunt laisse des enfants, le conjoint a dû s'occuper, à ses frais, de l'entretien des mineurs ; lorsque l'enregistrement de la succession se fait, quelque temps après la mort du personnage, le juge tient compte des dépenses effectuées par le conjoint survivant : ces dépenses sont considérées comme une dette du défunt et sont donc comptabilisées dans son passif. Pour une période de cinq mois et dix jours, le tuteur a dépensé, pour une enfant mineure, 2,1 miṣriyya par jour en frais d'alimentation et 0,5 miṣriyya par jour en frais d'habillement (kiswa), soit 23,6 qurš par an. Un garçon et une fille mineurs ont coûté 8,5 qurš pour deux mois et treize jours, donc 2,5 miṣriyya par enfant et par jour. Dans un autre document, le qāḍi autorise l'épouse du défunt à dépenser 2 miṣriyya par jour pour une enfant mineure. L'entretien quotidien d'une femme et d'un nourrisson, dans un document du 7 ramadan 1 102, a été estimé à 3 miṣriyya par jour, soit environ 27 qurš par an. Le minimum vital, donc, du moins calculé pour enfant et femme, s'élève à une somme comprise entre deux et trois miṣriyya par jour, entre 18 et 27 qurš par an. Un âne coûte autant : six miṣriyya pour deux jours, trois miṣriyya par jour. Un exemple donné par A. Rafeq vient appuyer ces déductions : en 1722, un imprimeur d'étoffes engage son frère, un adolescent (bāliġ), comme apprenti (ağir), par contrat passé devant le juge : le salaire journalier est fixé à six miṣriyya dont quatre sont conservées par le patron pour assurer les frais d'entretien de son apprenti, « boire, manger, se vêtir, et autres nécessités ».33

34Le qāḍī indique parfois en quoi consistait ce "minimum" : ce sont les dépenses d'alimentation, d'habillement (kiswa), et de mobilier. On n'a aucun détail sur le minimum alimentaire. En revanche, la kiswa est une fois détaillée : pour l'enfant d'un marchand d'épices (‘aṭṭār) dont la fortune s'élève à 120 qurš, le nécessaire, en matière de vêtements, consistait en deux chemises (qamīṣ), deux pantalons (libās), un matelas (firāš), deux draps en tissu dit yamanī (liḥāf yamanī), un coussin (miḫadd), une qimāya ( ?), deux casaques (ṣāya), une étoffe à turban (šāš), un turban (qāwūq), une tunique (qumbaz) et une ceinture (šādd). La somme de cet ensemble s'élevait à 11 qurš, soit 1,2 miṣriyya par jour, si l'on considère la somme de 11 qurš comme le montant annuel de la dépense en habits. Pour les quatre enfants mineurs d'un riche fils de militaire, la kiswa (les vêtements dont on ignore la composition détaillée) a été évaluée, pour une période de cinq mois et demi, à 125 qurš, soit 7,8 miṣriyya par jour et par enfant. C'est beaucoup si on la compare à la kiswa de l'enfant du ‘attār : 1,2 miṣriyya par jour. Enfin, une seule fois, le qāḍī énumère les biens sans doute considérés comme indispensables à meubler la vie quotidienne de trois mineurs : deux tapis (bisāt), une cuvette de bain (tāsat hammām), un matelas à bourre de coton (firāš bi-hašw qutn), deux draps en tissu dit yamanï (liḥāf yamanï), un coussin (tutāya), un petit mortier (hāwun saġïr), une aiguière et sa bassine (ibrīq wa legen), un petit seau (saṭl ṣaġïr), un petit porte-dîner en cuivre (maṭbaqiyya nuḥās ṣaġīr), un chandelier (šam‘adān), une "assiette/plat" en cuivre à haut bord (ṣaḥn nuḥās 'ālī), un plat en cuivre (ṭabaq nuḥās), une marmite (ṭanğara), une poële (luḥùq) et un poëlon (ṭawā), objets dont la valeur est estimée à 11,6 qurš, soit 1,3 miṣriyya par jour pour chacun des enfants. Ces calculs sur la valeur des habits et des biens meublants indispensables à la vie sont sujets à caution puisqu'ils n'indiquent pas exactement le coût d'un entretien, mais correspondent sans doute à des sommes dépensées pour des achats dont le temps d'amortissement, sans nul doute long, est inconnu. L'énumération de ces objets donne cependant un contenu concret à la notion de minimum vital, et indique que la valeur de ce minimum variait sans doute suivant le milieu auquel appartenaient les enfants du défunt, au moins en ce qui concerne l'habillement. Ceci témoigne aussi du fait que le juge, au début du xviiie siècle, avait une notion de la valeur d'un minimum nécessaire à l'entretien d'un enfant, que l'on pourrait presque qualifier de "pension alimentaire ".

  • 34 C'est à partir de ces estimations du minimum vital que nous avons fixé à 50 qurš la tranche la plus (...)

35Si l'on considère que l'homme "coûte" plus cher que la femme ou l'enfant, peut-on élever pour lui ce minimum nécessaire à conserver la vie à environ 50 qurš34 ? 20 % des hommes posséderaient un patrimoine ne garantissant pas un an d'existence, au plus bas niveau, et se situeraient en dessous de ce que l'on nomme maintenant le "seuil minimal d'existence".

36Par ailleurs, la proportion de gens dépourvus de tel ou tel type de bien, de "sans", chez les hommes comme chez les femmes, laisse rêveur :

Tableau 35 : proportion d'individus dénués de biens

37L'égalité n'existe que dans le dénuement.

Les fondements de l'inégalité sociale

Le type d'activité

38La population masculine, seule à s'inscrire dans un métier, a été classée en trois catégories : artisans, artisans-commerçants et commerçants. A ces trois catégories se sont ajoutés les groupes de "lettrés" et de militaires.

  • 35 La variable "artisan" se situe en -418 ; "artisan-commerçant" en -477 ; "commerçant" en +387.
  • 36 Raymond, Grandes villes arabes à l'époque ottomane, p. 88.

39Artisans et artisans-commerçants se trouvent du côté de la pauvreté, les commerçants, du côté de la richesse35. Il faut observer que la distinction "artisan" et "artisan-commerçant" n'a guère de sens social, les deux variables se situant sur l'axe 1 pratiquement au même endroit. Nos conclusions rejoignent les observations d'André Raymond qui concluait à la « suprématie des activités commerciales sur les activités productives (artisanales) », et remarquait que « le commerçant occupait une place plus élevée que l'artisan, aussi bien dans la considération sociale que dans la réalité économique »36 . Il vaut mieux vendre que fabriquer, la moyenne des fortunes possédées l'indique clairement :

Tableau 36 : moyenne des fortunes suivant l'activité exercée

  • 37 Variable qui se situe en +1 402.
  • 38 Un cas connu à Damas dans la seconde moitié du xvie siècle est celui d'Ibn Mamāy al-Rūmï qui, venu (...)
  • 39 Barbir, From Pasha to Efendi: The Assimilation of Ottomans into Damascene Society, 1516-1783.

40Il vaut encore mieux être un militaire37 dont l'actif moyen s'élève à 5 090 qurš. Mais que sont ces militaires ? Peu nombreux (six), pas à leur place dans un registre de la population civile, la question se pose : sont-ils vraiment des militaires ? Dans un registre antérieur, consacré uniquement aux inventaires après décès de militaires, le juge, en l'occurrence le qassām ‘askarï, précisait en général à quel corps (bien entendu de troupe) appartenait le défunt. Dans ces registres destinés à la population civile, le juge n'a jamais donné d'indication de ce type à propos de ces six hommes. On peut donc supposer qu'il s'agit d'anciens militaires ayant quitté le service actif pour se consacrer à d'autres activités plus lucratives ou intéressantes38, mais qui ont néanmoins conservé leur titre39.

Être ou non descendant du Prophète

  • 40 Dans l'analyse portant sur l'ensemble de la population damascène, hommes et femmes réunis, le point(...)
  • 41 Ces pourcentages sont un peu inférieurs à ceux que A. Rafeq a calculés, pour une période postérieur (...)

41La qualité de sayyid ou de šarīf, c'est-à-dire de descendant du Prophète, joue son rôle dans la hiérarchie des fortunes40 : 52 personnes sont šarīf (15 femmes, 37 hommes), soit 11,2 % de la population représentée, 14,3 % des hommes, 6,4 % des femmes41.

Tableau 37 : moyenne de la fortune des šarīf et des non-šarīf

42On trouve, certes, des sarīf pauvres, mais, dans l'ensemble, les sayyid (ou les sayyida) sont nettement plus riches que les non-descendants du Prophète.

43Avoir ou ne pas avoir hérité

  • 42 Sur l'AFC des hommes seuls, les points "un et deux ascendants vivants" se situent en -354 et -504, (...)

44Enfin, et l'on se demande si cet état de fait remonte au néolithique, l'héritage multiplie presque par trois la fortune moyenne des défunts42.

Tableau 38 : fortune moyenne des défunts, suivant qu'ils ont, ou non, hérité de leurs ascendants

45On peut maintenant reprendre le graphe 21, qui représente la seule population masculine, en situant du côté de la richesse et de la pauvreté les différents groupes évoqués.

Graphe 23 : groupes sociaux et fortune

  • 43 Establet, Pascual, Raymond, La mesure de l'inégalité dans la société ottomane.

46Au terme de ces deux analyses distinctes consacrées aux hommes et aux femmes, l'interprétation première de l'axe 1, l'opposition hommes/ femmes, se modifie : en effet, les caractéristiques économiques bien établies de la population féminine (un patrimoine plus faible, à la composition spécifique — avant tout des bijoux et des biens domestiques —), leurs caractéristiques sociales (aucune occupation mentionnée, peu de pèlerinages effectués), les effets du travail discriminatoire du qāḍī, qui ne localise pas toujours les lieux de résidence des femmes, qui "oublie" leur titre de šarīfa, tous ces éléments ont introduit une perturbation, un effet de tourbillon sexué dans les données de l'inégalité sociale. Au-delà de cette opposition homme/femme, richesse et pauvreté clivent bien la société damascène43.

47De plus, bien que nous n'ayions pas la chance d'avoir dans l'échantillon des couples de "défunts", hommes et femmes, même si beaucoup de points les opposent dans ces documents post mortem, se sont rapprochés dans la vie pour se marier, pour constituer des "ménages" appartenant à des milieux sociaux que l'analyse factorielle permet d'opposer et de définir.

LES MILIEUX SOCIAUX

NOTABLES ET PUISSANTS

  • 44 C'est-à-dire : ont une forte contribution et une situation extrême, en négatif comme en positif, su (...)

48L'axe 2 est l'axe des extrêmes : il oppose deux groupes d'individus qui "tirent"44 l'axe (chaque individu est représenté par un point sur le graphe 24). D'un côté, des personnages très riches, (plus de 5 000, à la rigueur plus de 1 000 qurš), possédant des bijoux, les plus grosses quantités de numéraire, de biens commerciaux, artisanaux et domestiques, de créances, mais également porteurs de dettes ; de l'autre, les très pauvres gens, "gens de peu", cependant propriétaires d'un petit capital immobilier, commercial, domestique, sans créance, eux aussi, mais endettés.

Graphe 24 : le milieu des puissants opposé aux "gens de peu"

Composition du milieu

  • 45 C'est-à-dire les personnages qui contribuent à créer l'axe, dont la contribution est supérieure à 5 (...)

49Les plus représentatifs45 des personnages les plus fortunés sont :

50Des grands commerçants

51‘Umar b. al-Sayyid Yūsuf b. al-Sayyid Aḥmad Āġā, militaire et commerçant en tissus, possédant une fortune de 22 761 qurš ; al-Ḥāğğ Ḫalīl b. al-Hāğğ 'Abd al-Ḥayy b. Muġayzal, commerçant en tissus et en savons, 10 642 qurš ; al-Ḥāğğ Ḥusayn Galabï b. Muṣṭafā Beşe, 11 762 qurš, dont on ne connaît pas l'activité ; ‘Alī b. ‘Abd al-Qādir b. Abi Gabr Sa‘di al-Gibāwī, šayh de ṭarïqa, 12 683 qurš ; Muhammad b. Sayyid ‘Abd al-Ḥaqq al-‘Ātikī, 35 088 qurš, commerçant en tissus ; al-Hāğğ Murād b. al-Ḥāğğ Zayn al-‘Ābidīn b. al-Rifā’ī, 39 353 qurš, commerçant en soie ; al-Ḥāğğ 'Alī b. Ḥusayn al-Makkārī, 11 484 qurš, commerçant en savon ; Maḥmūd b. Muḥammad, 3 724 qurš, bulukbašī ; Faḍl Allāh Efendī b. ‘Alī al-Usṭuwānī, 3 771 qurš, sur les activités duquel le juge demeure muet ; Muḥammad b. al-Ḫawāğā Ḥusayn b. [ ?], tāğir au Sūq al-‘Ubī, 2809 qurš ; al-Ḥāğğ Muṣṭafā b. al-Ḥāğğ 'Abd al-Karïm b. [ ?], 9 770 qurš, savonnier (sabbān) ; Muṣṭafā b. [ ?] al-Ḥammūr al-ḫayyāt, tailleur, 6816 qurš ; al-Ḥāğğ Muṣṭafā b. al-Ḥāğğ Abī Bakr al-Fāḫūrī, 8280 qurš, commerçant en café et en tissus ; Hamdān b. al-Sayyid Sulaymān b. al-'Atikī, 2 820 qurš, commerçant en tissus ; Bakrï b. al-Sayyid Murād al-dabbāġ, tanneur, 1 281 qurš ; Muṣṭafā Āġā b. Ibrahim Agā, 2 034 qurš, militaire et commerçant en tissus ; Maḥmud Āġā b. Muḥammad, militaire, 2 808 qurš.

52On aura reconnu, dans cette liste, les grands commerçants, principalement en étoffes, café et savon, qui s'attribuent la part la plus importante de la richesse damascène. L'axe 1 avait montré qu'il vaut mieux vendre que fabriquer, être commerçant qu'artisan, mais les commerçants ne constituent pas un milieu homogène. Là encore, la classification d'al-Qāsimï ne reconnaît pas les nuances de la réalité sociale. Il y a beaucoup de commerçants pauvres et peu de commerçants riches :

Tableau 39 : nombre et fortune des commerçants

53Les commerçants les plus riches, 10 % du total des commerçants, exercent des activités bien particulières :

  • 46 Les activités de ces personnages ont été déduites de l'analyse des biens commerciaux possédés.

Note 4646
Tableau 40 : les activités des commerçants les plus riches

  • 47 Raymond, Artisans et commerçants, p. 399 et suivantes ; et Mantran, Istanbul, p. 427 et suivantes.
  • 48 Situation : +1 185, contribution 6, voir note 45.

54Du groupe des commerçants se distingue donc, comme au Caire et à Istanbul à la même époque47, une poignée d'individus qui se consacrent au grand commerce. On s'explique aisément que le titre de ḫawāğā, qui qualifie les grands négociants (tuğğār), apparaisse, sur l'axe, au même endroit48. Au groupe de ces tuğğār se joignent trois personnages qui doivent vendre tout autant que fabriquer : un savonnier (ṣabbān), celui qui fabrique ou vend du savon selon Qāsimī, un tailleur (ḫayyā), un tanneur (dabbāġ).

55Mais ce groupe n'est pas uniquement défini par ces grands commerçants.

56Avec eux, des militaires :

  • 49 Cette hypothèse est confirmée par le fait que, sur l'axe 2, la seule "catégorie" sociale contribuan (...)
  • 50 Raymond, Artisans et commerçants, t. II, p. 675 ; et Soldiers in trade : the case of Ottoman Cairo.
  • 51 Rafeq, Local forces in Syria, p. 277.

57Maḥmūd Āġā b. Muḥammad Āġā, Maḥmūd b. Muḥammad, bulukbašī ; ou des fils de militaires, al-Hāğğ Ḥusayn Ǧalabī b. Muṣṭafā Beşe. Parfois, les militaires sont clairement déclarés commerçants : l'Àġā 'Umar b. al-Sayyid Yūsuf, fils d'Aḥmad Āġā, et Muṣṭafā Àġā b. Ibrāhīm Àgā sont tous deux de riches commerçants en tissus. Que penser des autres militaires de notre corpus dont les successions sont traitées par le qassām ‘arabī dans un registre consacré à la population civile, sinon qu'ils n'ont de militaire, que le titre, mais qu'ils exercent une activité liée de près au commerce49 ? André Raymond évoquait, pour le Caire, ces « militaires qui arrondissaient leur solde par des activités commerciales et artisanales »50, et A. Rafeq, ces soldats qui exerçaient des activités « extramilitaires ».51

58un šayḫ :

59‘Alī b. ‘Abd al-Qādir b. Abī Ǧabr al-Sa‘dī al-Ǧibāwī, šayḫ de l'importante ṭarīqa Sa‘diyya Ǧibāwiyya.

60et enfin, des femmes :

  • 52 Les affranchis sont souvent des Ibn ‘Abd Allāh.
  • 53 Une grande personnalité religieuse de Damas, décédée le 15 gumādā II 1095/29 mai 1684, dont Muḥibbī (...)

61Les femmes n'exerçant aucune activité, on ne pourra les rattacher à un groupe social qu'en analysant leur nom, ou en retrouvant le nom et les activités de leur "conjoint" et des personnes qui ont été mêlées à la succession. Sur les dix femmes qui ont été retenues comme contribuant à créer l'axe 2, on trouve deux affranchies52, Ṣāliḥa bt ‘Abd Allāh, et Balqīs bt ‘Abd Allāh. La première est mariée à al-Ḥāğğ ‘Abd al-Raḥmān b. al-Ḥāğğ ‘Umar b. [ ?], dont on ne sait rien ; dans son entourage, un tanneur (dabbāġ), al-Ḥāğğ Ismā‘īl b. Sulaymān, et un militaire, sans doute lui aussi affranchi ou fils d'affranchi, Kan‘ān Beşe b. ‘Abd Allāh, janissaire à Damas (al-inkiğārī bi-Dimašq). La seconde, Balqīs, a eu deux époux : mafḫar al-‘ulamā’ al-šay Ramaḍān al-‘Utfṭī53, puis faḫr al-amāṯil ‘Awda Galabī b. al-Ḥāğğ Darwīš, traducteur-interprète (turğumān) au Grand tribunal (al-maḥkama al-kubrā). Dans la succession intervient mafḥar al-‘ulamā’ wa al-mudarrisīn al-kirām al-Sayyid Muḥammad Amīn Efendī b. mafḫar al-‘ulamā’ wa al-mudarrisīn Fadl Allāh Efendī al-Muḥibbī, l'auteur des Ḫulāṣat al-aṯar ; sont témoins faḫr al-afāḍil al-Šayḫ Sa‘ūdī b. al-Šayḫ [ ?] b. al Ramlī et faḫr al-amāṯil al-Šayḫ Aḥmad b. al-Ḥāğğ Muṣṭafā. Balqīs bt ‘Abd Allāh est donc liée à un milieu de šayḫ et de ‘ulamā’ dont certains jouent un rôle important dans la ville.

62‘Ā’iša bt faḫr al-tuǧǧār al-ḫawāǧā ‘Abd al-Raḥmān b. [ ?] a épousé al-ḫawāǧā Abū Bakr b. al-ḫawāǧā Muḥammad Lu‘lu’ : fille de grand commerçant, elle a épousé un grand commerçant.

63Issue d'un milieu de šayḫ, Zaynab bt al-Šayḫ Muḥammad est mariée au Šayḫ ‘Abd al-Raḥmān b. [ ?] faḫr al-a‘yān ‘Abd al-Wahhāb Ǧalabī b. [ ?] : parmi les personnes qui interviennent dans la succession, un šayḫ (faḫr [ ?]) al-Šayḫ Hidāya b. al-Šayḫ [ ?], et al-ḫawāǧā Hasan b. al-ḫawāgā Husayn b. al-Darrā.

64Provenant d'un milieu de militaires, Āmina bt Murād Bulukbāšī s'est liée aux šayḫ : elle a épousé faḫr al-amāṯil al-mu‘tabirīn ‘Abd al-Razzāq Galabī b. faḫr al-a‘yān al-Šayḫ Ibrāhīm al-Ṭawīl. Faḫr al-aqrān Aḥmad Beşe b. al-Hāğğ Muḥammad est wakīl de la mère de la défunte ; le frère de la mère est présent : faḫr al-amātil al-mu‘tabirīn al-Ḥāǧǧ Aḥmad, ainsi que faḫr al-a‘yān al-Ḥāǧǧ Sulaymān b. al-Ṭawīl.

  • 54 Dans sa biographie donnée par Murādi, Silk al-durar, I, p. 15-19, il n'est pas fait mention d'activ (...)

65Fille de šayḫ, Nagība bt al-Šayḫ Zayn al-Dīn al-Nābulusī a épousé un grand commerçant, reconnaissable à sa titulature : faḫr al-tuǧǧār wa al-amāṯil al-mukarramīn Ibrāhīm Ǧalabī b. Muḥammad Ǧalabī b. al-Safargalānī54. Ont été témoins de la muḫallafa, faḫr al-a‘yān al-mukarramīn ‘umdat al-tuǧǧār [ ?] ‘Umar Ǧalabī et mafḫar al-a‘yān wa al-tuǧǧār al-[ ?] ‘Abd al-Muḥsin Ǧalabī al-Safarḏalānī, fils de son frère ; le šayḫ ‘Abd al-[ ?] b. Zayn al-Dīn al-Nābulusī, imām à la Mosquée des Omayyades, est wakīl de sa mère. Témoins de cette wakāla, Muhammad Ǧalabī b. al-Šayḫ ‘Abd al-Karīm b. al-Nābulusī et ‘Abd al-Ḥayy b. al-Šayḫ ‘Abd al-Ǧalīl al-Nābulusī (estimation réalisée par Ibrāhīm Ǧalabī Šahbandar). Naḏība, fille d'une famille de šayḫ, les Nābulusī, s'est alliée à un négociant (tāǧir) de la famille des Safargalānï, des notables qui fondent leur puissance sur le grand commerce.

66Autour de Ḫadīḏa bt al-Ḥāǧǧ Murād al-Rifā‘ī, l'endogamie est de règle comme le montre le tableau ci-dessous réalisé uniquement à partir d'informations fournies par les inventaires : Ḫadīga a épousé faḫr al-amāṯil Muṣṭafā Ǧalabī b. al-Ḥāǧǧ Ḥāmid b. al-Rifā‘ī, le fils de son oncle paternel (‘amm) ; al-Ḥāǧǧ Muḥammad b. al-Ḥāǧǧ Muṣṭafā al-Rifā‘ī al-Qaṭṭān (commerçant en coton ?) est wakīl de la mère et de la sœur de la défunte. Est présent lors de la rédaction de l'acte successoral l'époux de la sœur de Hadīga qui a épousé comme elle un Rifā‘ī, un militaire, faḫr al-aqrān Ḥusayn Be§e b. al-Darwīš Aḥmad al-Rifā‘ī.

Les relations matrimoniales dans la famille Rifā'ī

67Enfin, et dans ce cas, on reste entre militaires : Sitt al-Naṣr bt [ ?] Be§e al-Ḥimṣī a épousé faḫr al-a‘yān’ Alī Āġā b. Ḥasan Āġā al-šahīr b-[ ?] ; faḫr al-aqrān Sulaymān Beşe b. faḫr al-a‘yān Aḥmad Bulukbāšī le janissaire est wakīl des sœurs. Sont présents faḫr al-a‘yān Muṣṭafā Ğalabī b. Ṭalū, ainsi que le frère de l'époux.

68Ṣādiqa bt al-Ḥāǧǧ Ǧamāl a été la femme, répudiée, de faḫr al-amāṯil Muṣṭafā Ğalabī : est-ce le même qui a épousé Ḫadīga bt al-Ḥāǧǧ Murād al-Rifā‘ī ? Nous en doutons : le juge n'aurait pas omis de donner son nasab.

69Pour terminer cette liste des femmes qui marquent l'axe 2, citons Sāliha bt faḫr al-aqrān Muḥammad Beşe b. Muḥammad Be§e le janissaire qui a épousé un négociant, comme le révèle son titre, le ḫawāǧā ‘Assāf b. al-Ḥāǧǧ ‘Ubayd al-Budayrī.

Un milieu uni

70A voir les enseignements sociologiques que révèlent ces successions de femmes, on est tenté, quitte à lasser le lecteur de ces listes de noms et de titres, de rechercher également qui étaient les épouses, et de qui se constituait l'entourage des commerçants dont le nom a déjà été relevé. Limitons-nous à l'étude de quelques cas.

71Le commerçant en tissus, ‘Umar b. al-Sayyid Yūsuf b. al-Sayyid Ahmad Āġā, bien que commerçant, est resté lié, par ses liens de mariage, au milieu militaire : il a épousé ‘Ā’iša bt faḫr al-a‘yān [ ?] Āġā b. Yūsuf Āġā al-Nāsifī al-Za‘īm, vraisemblablement un timariote. Les intervenants dans la succession sont aussi des militaires : son oncle paternel, faḫr al-säda wa al-a‘šrāf al-kirām wa al-a‘yān al-fiḫām al-Sayyid Ḥusayn Āġā est tuteur (waṣiyy) des mineurs ; faḫr al-a‘yān al-mukarramīn ‘Alī Bek b. amīr al-umarā’ al-kirām Muhammad Bāsā al-Nāsifī est le représentant légal (wakīl) de la fille de son frère.

72Muṣṭafā Āġā b. Ibrāhīm Āġā, commerçant en tissus, est polygame ; il a épousé Zaynab bt ‘Abd Allāh, son affranchie, et Amīna bt ‘Abd Allāh ; intervient dans la succession Muhammad Be§e b. al-Ḥāǧǧ Aḥmad, wasiyy de sa fille mineure, mais témoigne aussi un grand négociant mafḫar al-amāṯil ‘Abd al-Raḥmān Ǧalabī b. Ibrāhīm Ǧalabī al-tāǧir.

  • 55 Nous n'avons pas trouvé d'information sur lui et nous n'avons pu ni reconstituer son arbre généalog (...)
  • 56 Muṣṭafā est sans doute le Šayḫ de la tarīqa qui a succédé à son frère Mūsā en 1048/1638-9 et qui s' (...)
  • 57 Il s'agit sans doute de cet Ismā'īl, parent éloigné de Mustafa, qui ne fut pas Šayḫ de la tarïqa, m (...)

73Notre šayḫ ‘Alī b. ‘Abd al-Qādir b. Abī Ǧabr al-Sa‘dī al-Ǧibāwī55 se voit entouré, dans sa succession, par des membres de sa famille et par des lettrés : al-Šayḫ Ibrāhīm b. al-Šayḫ Muṣṭafā56 al-Sa‘dī al-Ǧibāwī, al-Šayḫ Aḥmad, son fils, al-Ḥāǧǧ Muḥammad b. al-Šayḫ Nūr al-Dīn, al-Šayḫ Muḥammad b. al-Šayḫ Ismā‘īl57 al-Sa‘dī, al-Šayḫ Yūsuf b. al-Šayḫ Ǧamāl al-Dīn b. Ṣalāḥ al-Dīn ; mais il a épousé une fille de grand commerçant, Farwa Hātūn bt faḫr al-tuǧǧār Muḥammad b. al-Ḥāǧǧ Tāḏ al-Dīn.

  • 58 Rappelons les conclusions de Lapidus à propos de la Syrie mamelouke: « The 'ulama also controlled t (...)
  • 59 Qu'il faudra étudier dans le détail.
  • 60 Ibn Kannān, Ḥawādiṯ, fol. 21b.

74Ce "who's who" damascain du xviiie siècle a été indispensable pour retrouver, en chair plus qu'en os, les individus dans leur entourage familial : la couche sociale qui apparaît ici n'est pas définie seulement par le type d'activité exercée. Se révèle ici l'existence d'un milieu, uni par des liens économiques et familiaux, qui comporte des grands commerçants, des militaires ou anciens militaires (particulièrement des āġā), et des ‘ulamā58. Les uns et les autres sont très souvent descendants du Prophète, šarīf. C'est le milieu de la notoriété, voire du pouvoir, sous toutes ses formes : politique (les militaires), économique (les grands commerçants) et religieux, idéologique (les šayḫ). L'abondance et la variété de la titulature59 des personnages cités, les longues chaînes d'ascendants que comporte le nom du défunt, démontreraient à elles seules qu'on se trouve parmi les puissants de ce monde damascène. En sa‘bān 1112/février 1701, au décès de ‘Umar al-Safarḏalānī, grand négociant intervenant dans une de nos successions, « le gouverneur de Damas, le Grand juge et les notables (a‘yān) » de la ville assistèrent à la prière faite pour lui dans la Mosquée des Omayyades60, comme le rapporte un témoin oculaire.

  • 61 Qui tirent l'axe 2.

75On retrouve les mêmes personnages, et les mêmes familles, dans les quelques successions différentes décrites ici61 ; faḫr al-amāṯil Muṣṭafā Ǧalabī b. al-Ḥāǧǧ Ḥāmid b. al-Rifā‘ī apparaît à trois reprises : dans la succession de Hadīga bt al-Ḥāǧǧ Murād al-Rifā‘ī dont il est l'époux, dans la succession d'al-Ḥāǧǧ Murād al-Rifā‘ī, son beau-père, mais aussi dans celle de Sādiqa bt al-Ḥāǧǧ Ǧamāl, une femme précédente, répudiée ; ce milieu est une pépinière d'épouses possibles.

  • 62 Muḥibbī, Ḫulāṣa, III, p. 275-276 ; Wüstenfeld, Die Gelehrten-Familie Muḥibbi, p. 35, où il faut cor (...)

76Dans certains cas, les liens matrimoniaux ou autres qui existent entre certaines familles peuvent être reconstitués ou complétés par les informations tirées des dictionnaires biographiques de Muḥibbī et Murādi. Ainsi le nom de faḫr al-amāṯil ‘Awda Ǧalabī b. al-Ḥāǧǧ Darwīš, interprète-traducteur (turǧumān) au Grand tribunal (al-maḥkama al-kubrā), figure dans la succession de Balqīs bt ‘Abd Allāh, dont il est l'époux, et dans la succession de Faḍl Allāh Efendī b. ‘Alī al-Usṯuwānī où il est représentant légal (wakīl) des enfants. Dans les deux mêmes successions, la famille Muḥibbī est citée : Faḍl Allāh Efendī b. ‘Alī al-Usṯuwānī avait épousé une fille de Faḍl Allāh al-Muḥibbī, Sālima ; et le fils de ce même Fadl Allāh al-Muḥibbī, Muḥammad Amīn, l'auteur des Ḫulāṣa, est wakīl de la fille de Balqīs bt ‘Abd Allāh. Un éclairage supplémentaire à ces relations est apporté par la lecture de la biographie de Faḍl Allāh Efendī b. ‘Alī al-Ustuwānī. Fadl Allāh, décédé après une longue maladie au début de ḏū al-ḥiḏḏa 1100/mi-septembre 1689, est le beau-frère (ḫatan)62 de Muḥammad Amīn dont il a épousé la sœur Sālima ; il est également son cousin par sa mère (ibn ḫāla) issue d'une autre branche des Muḥibbī comme le tableau suivant l'indique :

Relations matrimoniales entre les familles Ustuwānī et Muhibbī

  • 63 Muḥibbī, Ḫulāṣa, III, p. 275-276, précise : « Ri’āsat kuttāb qādī al-quḍāt », que nous avons "tradu (...)
  • 64 Muḥibbī, Hulāsa, II, p. 168-171.

77Entre Faḍl Allāh al-Muḥibbi, Muḥammad Amīn (son cousin maternel et beau-frère) et ‘Awda, les liens tissés par des unions matrimoniales n'apparaissent pas. En revanche, les positions sociales et les fonctions occupées par les personnages peuvent expliquer en partie ces rapprochements que l'on constate entre eux dans les inventaires. En effet, Fadl Allāh, membre d'une famille de notables locaux, est le chef des scribes (ra‘īs al-kuttāb) du grand tribunal63 ; il côtoie donc quotidiennement dans la même cour ‘Awda qui occupe la fonction d'interprète-traducteur mais dont le nasab est bien moins impressionnant. Rien d'étonnant donc que Faḍl Allāh soit le wakīl des enfants de ‘Awda, que ce soit à la demande de ce dernier ou qu'il ait été désigné par le juge. Quant à la présence de Muḥammad Amīn al-Muḥibbi comme wakīl de la fille de Balqīs bt ‘Abd Allāh, elle peut s'expliquer par le fait que l'enfant est issu du premier mariage de la défunte avec le Šayḫ Ramadan al-‘Utayfī/’Uṭfī (décédé) qui fut un des maîtres respectés de Muḥammad Amīn64.

78D'autres familles importantes, les Nābulusī, les Safarḏalānī, les Ustuwānī, les 'Âtikī, sont liées entre elles. La succession de Muḥammad b. al-Sayyid ‘Abd al-Ḥaqq al-‘Ātikī, commerçant en tissus, se fait en présence de mafḫar al-amāṯil al-kirām Ḥasan Ǧalabī fils de feu ‘Umar Ǧalabī al-Safarḏalānī, sans que l'on sache pourquoi. Les Safarḏalānī, plutôt des négociants, sont également liés aux Nābulusī, plutôt des šayḫ : une fille Nābulusī a épousé un Safarḏalānī, comme on l'a dit plus haut, et les deux familles interviennent "à part égale" dans la succession de Naḏība bt al-Šayḫ Zayn al-Dīn al-Nābulusī.

Relations matrimoniales entre les Safarǧalānī, Usṭuwānï et Nābulusī

79Les familles Nābulusī, Safarǧalānī, ‘Ātikī, Muḥibbī et Usṭuwīnī, bien que ne soit représentée dans cet échantillon qu'une petite partie de la population damascène, ont donc laissé leurs noms dans ce milieu de pouvoir.

80A l'intérieur de ce milieu, des alliances se réalisent : les unions entre fils et filles de militaires, de šayḫ et de commerçants sont la règle. Cependant, on se marie aussi de façon plus endogamique, suivant la règle arabe de la cousine parallèle ; un homme épouse la fille de son oncle paternel (bint al-‘amm) : al-Ḥāǧǧ Ḫalīl b. al-Ḥāǧǧ ‘Abd al-Ḥayy b. Muġayzal épouse ‘Ārifa bt al-Ḥāǧǧ ‘Abd al-Raḥmān b. Muġayzal ; et Ḫadīḏa bt al-Ḥāǧǧ Murād al-Rifā‘ī a épousé faḫr al-amāṯil Muṣṭafā Ǧalabī b. al-Ḥāǧǧ Hāmid b. al-Rifā‘ī.

  • 65 Pour la période mamelouke, Sublet, Le voile du nom, p. 30, signale : « Ceux qui ont été importés en (...)

81Il faut noter aussi, dans ces politiques matrimoniales, l'importance que prennent comme épouses des femmes dont le nom suggère qu'elles sont affranchies ou filles d'affranchis : elles sont dénommées bint ‘Abd Allāh, sans autre précision65. Il semblerait que les militaires épousassent des affranchies : effectivement, Maḥmūd b. Muḥammad, bulukbāšī, a épousé Ḥalīma bt ‘Abd Allāh et Ummahān bt ‘Abd Allāh ; Muṣṭafā Āgā b. Ibrāhīm Āgā a deux épouses, Zaynab et Amīna bt ‘Abd Allāh. Mais les militaires ne sont pas seuls à pratiquer ce type de mariage : al-Ḥāǧǧ Murād b. al-Ḥāǧǧ Zayn, commerçant en soie, a épousé Balqīs bt ‘Abd Allāh ; al-Ḥāǧǧ ‘Alī b. Ḥusayn al-Makkārī ("le moucre", mais en fait commerçant en savon), ‘Ā’isa bt ‘Abd Allāh ; Faḍl Allāh Efendī b. ‘Alī al-Ustuwāni est le mari de Sahbāz bt ‘Abd Allāh ; le commerçant en café et tissus, al-Ḥāǧǧ Muṣṭafā b. al-Ḥāǧǧ Abī Bakr al-Fāḫūrī, s'est uni à Balqīs bt ‘Abd Allāh. Le lettré, al-Ḥāǧǧ Darwīš, traducteur-interprète (turǧumān) au grand tribunal de Damas, dont l'entourage se compose de ‘ulamā’, a également épousé une Balqīs bt ‘Abd Allāh. Cette pratique était-elle générale dans ce milieux ?

Lieu de résidence

82Le juge n'a donné que peu de renseignements sur les quartiers qu'habitent ces personnages. Seuls dix hommes ont vu leurs maisons localisées ; et nous n'avons su placer dans Damas Zuqāq al-Birka. Cependant, l'hypothèse peut être faite que les quartiers du centre entourant la Mosquée des Omayyades et les souks, et les quartiers de Qanawāt-Ta‘dil, Bāb al-Ǧābiya extra-muros, cités cinq fois, rassembleraient une bonne partie de ce milieu de grands commerçants, militaires et lettrés.

Tableau 41 : lieu de résidence des notables

83Mais l'étroitesse de l'échantillon interdit de conclure que ces quartiers furent réservés à l'élite de la société damascène.

Structure du patrimoine

  • 66 Étant donné la spécificité de la composition des patrimoines féminins, on ne s'intéressera ici qu'à (...)

84Il resterait enfin à analyser si ce milieu de notables se caractérise par un comportement économique cohérent. Certes, les premières variables qui ont permis de distinguer ce groupe étaient des variables économiques : plus riches que les autres damascènes, ils possèdent tout en plus grande quantité. Ils sont aussi plus endettés, on ne prête qu'aux riches ! Une comparaison entre les patrimoines des uns66 et des autres donne une idée de l'ampleur de l'écart qui les sépare :

Tableau 42 : patrimoine moyen des 16 notables comparé au patrimoine moyen des autres Damascains

85Mais une composition spécifique du patrimoine distingue notre milieu : les biens domestiques, le capital commercial ou artisanal, le numéraire, occupent une part moins importante de l'actif. En revanche, ces 16 personnages possèdent plus de créances, plus de bijoux, plus de biens immobiliers ou fonciers (en nombre et en valeur).

Tableau 43 : part des différentes catégories de biens dans les patrimoines des puissants

86Des investissements urbains et ruraux

87Posséder des biens immobiliers et fonciers est en soi un privilège : 161 personnes sur 449, soit un peu plus du tiers, sont propriétaires. Parmi ces heureux élus, les 16 personnages retenus présentent des caractéristiques bien particulières : ils ne constituent que 10,5 % des propriétaires, mais ils possèdent, en nombre, 31,5 % de toutes les propriétés ; l'analyse de leur patrimoine immobilier indique en effet que, contrairement à la majorité des Damascains, la plupart d'entre eux sont propriétaires de plusieurs biens :

Tableau 44 : propriétaires de un ou de plusieurs biens immobiliers et fonciers chez les notables et dans la population damascène

88On a été frappé par l'importance de la propriété parcellaire : dans plus de 47 % des cas, les Damascains possèdent, non pas des biens dans leur totalité, mais des parts (ḥiṣṣa) de biens. Cette proportion est particulièrement élevée dans le milieu étudié, 82,4 %, alors qu'elle n'est que de 41,7 % dans le reste de la population :

89La composition du patrimoine immobilier explique sans doute les variations de cette proportion : en très grosse majorité, quand il possède un bien immobilier, le Damascain "moyen" possède la maison qu'il habite, ou le dukkān ou ḥānūt qui abrite son activité (et, dans 60 % des cas, c'est en toute propriété). Il en va autrement dans ce milieu de notables, où l'individu, tout en possèdant aussi sa maison, détient d'autres types de biens.

Tableau 46 : types de propriétés possédées par les notables et par la population damascène

90Près du quart du patrimoine de nos gens est investi en propriétés immobilières et foncières, à la ville ou à la campagne. "Investi", disons-nous, car ce capital immobilier ou foncier devait procurer quelque profit. En premier lieu dans le milieu urbain : sur les 16 personnes, trois seulement ne possèdent qu'une maison, sans doute leur habitation, et dans sa totalité. Les autres en possèdent plusieurs, au moins deux, le šayḫ ‘Alī b. ‘Abd al-Qādir b. Abī Ǧabr al-Sa‘dī al-Ǧibāwī, seize ; ils possèdent aussi des hānūt, deux pour le bulukbāšī, deux pour l'āġā, quatre pour le šayḫ. On peut supposer que ces maisons et ces dukkān étaient loués, puisque des montants de location apparaissent souvent dans le passif des défunts. Il est malheureusement impossible de savoir, de la campagne ou de la ville, quel était le plus important, en valeur, de ces investissements immobiliers, car les prix des biens ruraux, comme des habitations, sont souvent omis dans les comptes du qāḍī.

91Ces grandes familles avaient donc du bien à la campagne. On ne peut savoir si elles l'avaient hérité ou acheté.

92Nos personnages ne sont cependant pas les seuls à posséder des biens ruraux ; il est possible de rechercher qui sont les autres propriétaires fonciers. Au nombre de 18, ils ont, en moyenne, une fortune de 1 000 qurš et se situent donc parmi les Damascains aisés. A étudier leur nom, le nom de leur(s) conjoint(s) et des personnes qui interviennent dans la succession, on constate qu'ils constituent une sorte de prolongement vers le bas du milieu que nous venons de décrire : Ṣafā b. al-Šayḫ ‘Abd al-Laṭīf appartient à la famille Muḥibbī ; parmi les autres, des enfants de militaires : un fils d'āġā, ‘Abd Allāh b. Muḥammad Āġā al-Fātiqī ( ?) et une fille de beşe, Ḫadīḏa bt Ibrāhīm Be§e ; et de nombreux lettrés (ǧalabī, šayḫ, turǧumān) comme Ibrāhīm Ǧalabī b. al-Ḥāǧǧ Ramaḍān, Qāsim Ǧalabī b. Muḥammad Ǧalabī al-Wafā‘ī, al-Ḥāǧǧ Ḥusayn b. Ḥasan Ǧalabī, Aḥmad Ǧalabī b. Muḥammad Ǧalabī al-Turḏumān, Muṣṭafā b. mafḫar al-‘ulamā’ al-Sayyid Naṣrī, presque tous liés au milieu militaire dont les membres apparaissent comme conjoints ou comme intervenants dans la succession. Notons enfin l'importance particulière des descendants du Prophète, qui sont propriétaires de 35,3 % de tous les biens ruraux, alors qu'ils ne représentent que 11 % de la population totale de Damas dans nos documents.

  • 67 Pour une description des paysages agraires de l'oasis de Damas au début du xxe siècle, Bianquis, La (...)

93Parmi les quelque 55 biens situés en zone rurale, 50 % ne sont pas localisés par le qāḍī ou n'ont pu être identifiés par nos soins. Les autres, dans leur grande majorité, près de 43 %, sont situés sur les terres agricoles irriguées les plus fertiles qui forment une couronne autour de la ville, la Gūta (terroir de Ṣāliḥiyya compris)67, une proportion qui, sans doute, aurait été plus élevée si d'autres biens avaient pu être identifiés. Une tendance se dégage donc clairement : même si certains possèdent des biens dans la Biqā‘, la plaine à l'ouest au-delà de l'Anti-Liban, nos Damascains préfèrent investir dans la proximité immédiate et riche de la ville. Cette tendance est confirmée par la nature des biens possédés, typiques de l'oasis : ce sont (plus de 55 %) soit des jardins maraîchers ou des jardins d'agrément complantés d'arbres (ǧunayna, bustān), soit uniquement des plantations (ġirās, ašǧār) puisque propriété de la terre et propriété des seules plantations sont ici fréquemment dissociées. Ces biens sont situés, comme on l'observe sur la carte n° 5, dans les terroirs de villages du sud-est ou du sud de la Ġūta comme Kafr Sūsiyya, Dārayyā, Bābillā, ou dans la région entre Damas et Ṣāliḥiyya (Qaṣr Labbād/Labbān, ‘Annāba).

  • 68 Sur ce terme, voir Muhibbī, Ḫulāṣa, IV, p. 386, qui note qu'un notable possède « al-fīlāḥa wa al-dā (...)
  • 69 En l'absence de tout autre précision concernant la dévolution et la localisation de ces installatio (...)
  • 70 Avec l'arrivée des beaux jours, les Damascènes, notables ou petites gens, avaient l'habitude de sor (...)

94Ces Damascains possèdent aussi, pour près de 20 % de leurs biens fonciers, des "terres" (arḍ), sans autre précision, et des exploitations agricoles (mazra‘a et filāḥa68) dans des villages proches de la ville (Mizza, Bābillā, Kafr Baṭnā, Ma‘rabā, Dùmā) ou plus éloignés dans la Biqā‘ (Qabb Ilyās). Mais ils ont de même investi (environ 20 %) dans des bâtiments à vocation économique, moulins et pressoirs (ṭāḥūn, ma‘ṣara69), et dans des maisons (dār) localisées dans des villages (Subayna Kubrā) ou liées à des exploitations agricoles (Kafr Batnā, Qabb Ilyās dans la Biqā‘). Ces habitations étaient destinées aux "métayers" qui assuraient l'exploitation de la terre, mais également aux propriétaires "absentéistes" qui se rendaient à la belle saison sur leurs terres pour des sorties champêtres70 et, dans le même temps, d'inspection.

95Ce groupe se distingue donc dans la société damascaine par la part relativement importante du patrimoine immobilier à la ville et foncier à la campagne.

De fortes créances

96Enfin, on est frappé par la présence, dans ces actifs, de la forte part qu'occupent les créances dans le patrimoine. L'importance des créances dans les patrimoines de tous les Damascains de l'échantillon est surprenante. Cependant, nos seize personnages, soit 6,1 % de la population masculine, détiennent environ 63 % de toutes les créances ; en moyenne, 5 014 qurš, par personne, et quelque 80 créances d'un montant approximatif de 63 qurš.

  • 71 Dans cette même analyse, l'axe 1 établissait une première différenciation entre les hommes et les f (...)
  • 72 Détaillons le nom et l'entourage de ces nouveaux notables : deux d'entre eux (dont un ḫawāǧā) sont (...)

97La possession d'importantes créances est donc une des caractéristiques économiques de notre milieu. Dans l'analyse factorielle des correspondances, réalisée à partir du même échantillon, mais ne portant que sur la composition du patrimoine, éclaté en bijoux, biens domestiques, créances, capital immobilier ou foncier, capital commercial ou artisanal, la variable du deuxième axe71 qui différencie la population est la possession de créances. Autour de cette variable se retrouvent exactement les hommes de notre milieu, auxquels s'ajoutent quatre personnages, qui s'apparentent aux 16 autres de plusieurs façons : riches (plus de 4 000 qurš en moyenne), ils sont commerçants, et eux aussi liés au milieu des lettrés, des šayḫ, qui interviennent à titres divers dans la succession et dont ils épousent les filles ; dans l'entourage de ces quatre personnages se retrouvent même quelques noms déjà évoqués dans notre précédente description72.

98Dans les documents, le nom du débiteur et le montant de sa dette sont toujours mentionnés, la date est quelquefois indiquée, mais la raison de la créance et les circonstances qui l'entourent ne sont jamais révélées. Il est donc difficile de connaître la nature des prêts consentis. Néanmoins, faisons un sondage : l'analyse cursive des créances et des noms des débiteurs mentionnés dans quelques-unes des successions de nos seize personnages permet d'avancer quelques hypothèses.

  • 73 S'agit-il de militaires maghrébins ou plus vraisemblablement d'une communauté civile comme semble l (...)

99Maḥmūd b. Muḥammad, bulukbāšī, et Ḥāǧǧ Ḥusayn Galabī b. Muṣṭafā Beşe n'exercent, apparemment, aucune activité commerciale. Parmi les débiteurs du premier, on trouve la communauté villageoise (ahālī) de Tannūra (790 qurš), un āġā des Kapi Kulu (205 qurš), divers artisans, en fait surtout, semble-t-il, des boulangers (ḫabbāz) et des membres de la communauté maghrébine (ṭā‘ifat al-Maġāriba) et leur šayḫ73.

Tableau 47 : répartition des créances de Maḥmud b. Muḥammad Bulukbāšī

  • 74 Les communautés villageoises (ahālī) de ‘Aḏrā' (430 qurš), d'al-Rīḥān (33 qurš), de Mu'aẓẓamiyya Da (...)

100Parmi les débiteurs du Ḥāǧǧ Ḥusayn Ǧalabī b. Muṣṭafā Beşe, à qui l'on doit souvent des sommes élevées, se trouvent des militaires de haut rang, dont un ancien trésorier (daftardār), des artisans et des membres de communautés villageoises de la Ġūṭa ou du Ḥawrān74, à titre individuel ou collectif. Les créances que ces deux personnages possèdent paraissent donc correspondre à des prêts.

  • 75 Le négociant franc est mentionné sous le nom d'al-Ḫawāǧā Klūd ( ?) al-Ifranǧī, le second, peut-être (...)

101Le Ḥāǧǧ ‘Alī b. Ḥusayn al-Makkārī, commerçant en savon, notait ses créances les plus élevées dans un cahier (daftar), comme le juge l'indique. Ces créances sont liées à des activités commerciales de longue distance : outre un envoi de marchandises (irsāliyya) non précisées à Damiette (2 944 qurš), il possède deux autres créances dues l'une par un négociant franc (2 000 qurš), l'autre par un autre commerçant (1 000 qurš)75.

  • 76 Tisserand (ḥā'ik) débiteur d'une somme de 40 qurš, tordeur de fils de coton (fattāl), tailleur (ḫay (...)

102Le Ḥāǧǧ Muḥammad b. Aḥmad al-Rīhāwī, dont l'inventaire est établi le 7 ḏū al-qa‘da 1097/15 septembre 1686, possède, lui, de multiples petites créances ; les plus anciennes remontent à l'année 1088/1677-1678, mais elles ont fait dans leur majorité objet de reconnaissances passées devant le juge. Ses débiteurs sont des militaires, mais aussi divers petits artisans du textile, de l'alimentation et d'autres secteurs de la vie économique, si l'on en juge par les noms de métiers qui suivent leurs patronymes76.Toutefois, ses plus gros débiteurs (230 et 412 qurš) sont "qualifiés" de muḥammaṣ, qui, s'il s'agit effectivement d'un nom de métier, pourraient être soit des torréfacteurs de café, ou plutôt des grilleurs de pois chiches, professions pratiquées dans la ville.

103Enfin, l'analyse dans le détail des noms des débiteurs, près de 300, du Ḥāǧǧ Murād al-Rifā‘i, mais aussi la répartition des sommes dues (plus de 13 000 qurš) permet de compléter les grandes lignes de cette première esquisse :

Tableau 48 : répartition des créances du Ḥāǧǧ Murād al-Rifā‘ī selon leur montant

104Le Ḥāǧǧ Murād al-Rifā‘ī possède donc une multitude de petites créances de moins de 25 qurš dans 71 % des cas, mais elles ne représentent qu'une faible part (12,7 %) du montant total. A l'autre extrémité de l'échelle, les créances les plus élevées (plus de 200 qurš) sont peu nombreuses (4,8 %) mais elles constituent plus de la moitié (52,6 %) des sommes avancées.

105Ḥāǧǧ Murād apparaît très éclectique dans l'octroi de créances : ses débiteurs appartiennent à des groupes sociaux, économiques et religieux divers, comme le montre d'une manière détaillée le tableau suivant :

Tableau 49 : répartition des créances du Ḥāǧǧ Murād al-Rifā‘ī selon les débiteurs

106Les débiteurs sont des individus, des hommes dans leur grande majorité ; ils sont surtout musulmans, mais on trouve aussi quelques chrétiens et quelques juifs. Ce sont des urbains : damascains mais également palestiniens de Naplouse, ville avec laquelle Ḥāǧǧ Murād entretient des liens, ou peut-être beyroutins puisque des membres d'une famille Bayrūtī, dont on ne sait si elle vivait à Damas ou à Beyrouth, sont débiteurs du Ḥāǧǧ Murād ; en revanche, une seule communauté villageoise est débitrice de quelques piastres.

107Un fort pourcentage de personnes, faute d'informations plus détaillées données par le qàḍī, ne sont malheureusement pas classables dans un groupe social ou économique. Néanmoins, deux groupes émergent parmi les débiteurs de Ḥāǧǧ Murād : celui des militaires, plus par le nombre élevé de créances (21,5 %) que par leur montant (12,5 %), et celui des commerçants musulmans, caractérisé par un total élevé de sommes dues (16,9 %) pour un nombre de créances réduit (3,1 %). Le poids des artisans, qui sont également représentés parmi les débiteurs, demeure faible tant par le nombre de créances (7,25 %) que par leur montant (3,3 %).

  • 77 Tel n'est pas le cas à Alep : Bruce Masters conclut à l'importance prioritaire des prêts consentis (...)

108Certes, aucune affirmation n'est possible tant que ne seront pas relevés et analysés dans le détail les noms des débiteurs, mais aussi ceux des créanciers, dans les diverses successions. Néanmoins, à partir des quelques exemples donnés ci-dessus, il est possible de dégager quelques constatations générales et d'émettre quelques hypothèses sur la nature de ces créances. Certaines créances, les plus élevées et les plus rares, représentent pour des grands négociants des envois de marchandises qui n'ont pas été encore réglées ou, dans le cas du négociant étranger, une avance pour l'achat de marchandises locales ou de biens à importer. Dans les autres cas, on peut avancer qu'il s'agit de prêts. Ces prêts sont faits, dans leur très grande majorité, par des individus que ne lie aucune association, et à des individus (militaires, artisans et commerçants) de toutes confessions, membres donc de tous les groupes de la société urbaine ; il existe cependant des prêts consentis à titre collectif à des communautés villageoises, qui ne représentent qu'une faible proportion des créances77.

109Toutefois, selon les personnages, certains groupes émergent avec plus de force et font apparaître une "stratégie d'investissement" : elle peut être centrée, sans cependant être exclusive, soit sur les campagnes (prêts à des communautés villageoises) comme dans le cas du Ḥāǧǧ Ḥusayn Ǧalabī b. Mustafà Be§e, soit sur la communauté urbaine (prêts individuels à des artisans ou à des personnes dont le métier n'est pas défini) comme dans celui d'al-Ḥāǧǧ Murād al-Rifā‘ī ; mais le groupe des militaires, toujours présent dans le cercle des débiteurs, montre le poids qu'il représente dans la ville et sa région. Parallèlement aux alliances matrimoniales et les complétant, se profile l'existence (ou la constitution) de réseaux et de clientèles locales ou régionales dans des intérêts de dépendance bien compris et entretenus entre militaires et civils.

  • 78 Rafeq, Economic relations between Damascus and the dependent countryside, 1743-71; et Pascual, The (...)

110Les prêts peuvent avoir été octroyés plusieurs années avant le décès du créancier, mais leur destination ou leur utilisation ne sont pas précisées, car cela n'est pas à l'évidence l'affaire du juge. Dans le cas des communautés villageoises, il s'agit plus probablement de prêts dont les paysans, en mal de numéraire, ont besoin pour payer les impôts levés collectivement sur la communauté. On peut supposer que dans le cas des artisans, le prêt est destiné à fournir le capital leur permettant d'acquérir les matériaux ou instruments nécessaires au métier qu'il exercent, parfois lié à la profession du créancier qui se comporte alors en entrepreneur (dans le textile notamment). Les prêts à titre individuel sont vraisemblablement également faits pour survivre, tant à la ville ou à la campagne où ils permettent d'acheter les semences nécessaires. Il n'est jamais fait mention qu'il s'agit de prêts à intérêt, l'intérêt étant en effet légalement prohibé. Néanmoins, il est à supposer que cela était bien le cas, comme les exemples que l'on possède pour la période, surtout en ce qui concerne les ruraux, l'attestent. Chaque somme mentionnée dans les documents représenterait alors le montant effectivement dû, c'est-à-dire la somme empruntée augmentée de l'intérêt78.

La part des bijoux

111Les bijoux, certes, dans cette population masculine, représentent une part peu importante de la fortune. Mais, entre le damascain "moyen", qui consacre 1,5 qurš de sa fortune aux bijoux, et les 16 personnages retenus ici qui possèdent en moyenne 202 qurš de parures en or, l'écart va de 1 à 9. Non destinés à leur usage personnel, ces bijoux représentent sans doute une forme de thésaurisation.

112A ce milieu, que définissent la richesse, un statut social de "dirigeants" dans les domaines politique, économique et religieux, une certaine structure du patrimoine dans lequel comptent moins le quotidien, les biens de la maison, les stocks de la boutique et même les espèces sonnantes et trébuchantes, que les formes invisibles de la propriété, les maisons qu'on n'habite pas, les terres et les jardins qu'on a à la campagne, les bijoux qu'on ne montre pas et qu'on épargne, et enfin les créances qu'on espère, à ce milieu, donc, qui réside de préférence (non exclusive) dans les quartiers centraux de Damas, s'opposent les "gens de peu".

LE BAS DE L'ÉCHELLE : "LES GENS DE PEU"

  • 79 Les 20 personnages qui marquent le mieux cette partie de l'axe 2 ont une contribution toujours infé (...)

113Ces Damascains n'apparaissent pas sur l'axe 2 avec la force (mathématique) de la bonne société : la situation des individus qui la représentent sur l'axe n'est jamais extrême, comme l'indique le graphe 24 ; leur part dans la constitution de l'axe, leur contribution, est faible. Nos 26 personnages se distinguaient, loin de tous. Pas eux79.

Les plus pauvres

  • 80 Nous n'avons choisi que les individus dont la contribution était supérieure à 4.
  • 81 La variable Actif 1 a une contribution de 31 et est situé en -705.
  • 82 La variable "pas de bijoux" a une contribution de 18, est située en -274 ; "absence de créances" a (...)
  • 83 "Numéraire 0", contribution 0, en -37 ; "numéraire inférieur à 50 qurš", contribution très faible, (...)
  • 84 Variable "Immobilier inférieur à 100 qurš" : contribution 23, en -678. Variable "Biens domestiques" (...)
  • 85 "Capital commercial ou artisanal", très forte contribution, 90, en -1 144.

114Trente-neuf personnes80 apparaissent clairement définir cette partie de l'axe 2. Ils se situent parmi les plus pauvres ; ce sont des hommes seulement81. Leur fortune moyenne est plus de 10 fois inférieure à celle des autres Damascains. Ils n'ont pas de bijoux, très peu de créances82. Quelques espèces (plus de 10 % de l'actif, un peu plus que la moyenne des Damascains), mais cette variable ne les distingue pas.83 La maison84, la boutique85 constituent leur seul avoir.

Tableau 50 : part des différentes catégories de biens dans le patrimoine des "gens de peu"

  • 86 Il en est de même dans les inventaires européens.

115Le nécessaire, le minimum vital se taille, dans la répartition du patrimoine, la part du lion : nos personnages sont un peu moins propriétaires que les autres, mais le capital immobilier constitue le quart de leur patrimoine. Ils possèdent 22 propriétés, dont 86,4 % sont constituées de leurs maisons ou plutôt de parts de maison, car ils ne possèdent, dans leur totalité, que 8 maisons. Si l'on ajoute à la valeur de la maison la valeur des biens qu'elle abrite, on constate que plus de la moitié de la fortune est investie dans le quotidien : de quoi se loger, de quoi se nourrir (ou du moins préparer et présenter la nourriture puisque les denrées périssables, si elles ont jamais existé, ont disparu des inventaires86), de quoi se vêtir. La boutique, qui représente près du tiers du capital, assure le gagne-pain quotidien, ou du moins devrait assurer ce gagne-pain, car, sans épargne ni créances, cette partie de la société damascène semble vivre de façon précaire : les dettes s'élèvent, en moyenne et par personne, à près du tiers de l'actif (31 qurš), alors que la dette moyenne des Damascains, plus élevée en valeur absolue (196 qurš), représente moins de 15 % de l'actif. Nombreuses ici sont les successions où le passif dépasse l'actif : le défunt ne laisse rien à ses héritiers, car l'actif de la succession sert à rembourser aux créanciers les dettes qu'il avait contractées de son vivant. Tel est le cas pour presque une succession sur quatre (23 %), alors que, pour l'ensemble de la société damascène, cette proportion s'élève à 12,2 %.

Un milieu hétérogène

  • 87 " Usṭā mu'allim" : en -1 204, contribution 8, corrélation 884.

116Les noms des personnages que l'on retrouve ici portent la marque de l'humilité. Ils se sont raccourcis : plus de nom d'ascendants sur plusieurs générations, mais de simples nasab : Ahmad b. al-Ḥāğğ Muhammad, Rāğiḥa bt al-Ḥāğğ Ḥasan, son épouse ; pas de nom de "famille", tels que Rifā‘ī ou Muḥibbī, ou Safarğalānī ou Nābulusī ; pas de longues titulatures, non plus ; pas d'Efendī, très peu de Ğalabī. En revanche, alors que, parmi les grands commerçants cités, un seul personnage était défini par l'activité qu'il exerçait, un tāğir, 24 de ces défunts portent dans leur nom la référence de leur métier. Se retrouvent ensemble, dans une même situation économique et sociale, avant tout des artisans qui ne font que fabriquer, quelques artisans-commerçants (ils fabriquent et vendent), un nombre plus faible de commerçants : bref, le monde de la toute petite boutique, du dukkān, du ḥānūt, lieu de fabrication et de commerce. Cette partie de l'axe, où se positionne la variable " usṭā"87,définit donc l'extrémité inférieure du monde de la petite boutique, du petit artisanat, du petit commerce. Entre les trois catégories définies d'après les descriptions d'al-Qāsimī, la frontière semble difficile à tracer (cf. tableau 51, ci-dessous).

Tableau 51 : métiers et montant de la fortune des "gens de peu"

  • 88 La variable "artisan" se situe en -984 et a une contribution de 42 ; "artisan-commerçant" en -948, (...)

117Cependant, ces personnages ne constituent pas un milieu parfaitement homogène. Certes, ils appartiennent avant tout au monde des artisans, et des artisans-commerçants88. Mais tous les artisans ne s'y laissent pas englober : ici semblent apparaître, au sein de ce milieu de petits boutiquiers, des "minoritaires", que distinguent soit la religion, soit le statut ou l'âge, soit enfin une installation récente dans la ville de Damas.

  • 89 Le point "Non musulman", presque équivalent de chrétien puisqu'on n'a que deux juifs parmi les défu (...)

118Et d'abord des chrétiens. On ne trouvait que des musulmans chez les "puissants". Or, six des 17 chrétiens de notre corpus, plus du tiers89, se retrouvent ici : un armurier (bunduqğï), un artisan en cuivre (naḥḥās), un horloger (sa‘ātī), un orfèvre (ṣā’iġ), un graveur (naqqāš), un médecin (ṭabīb).

  • 90 Les fils de ‘Abd Allāh ne sont pas tous des affranchis ; en revanche, lorque le qāḍī mentionne l'ex (...)

119Ensuite cinq personnages qui sont peut-être des affranchis, si l'on se fonde sur leur nasab, « fils de 'Abd Allāh »90 : un marchand d'épices (‘aṭṭār), al-Ḥāğğ Murtadā b. ‘Abd Allāh, qui a épousé Fāṭima bt ‘Abd Allāh ; un fourreur (farrā‘), Muṣṭafā b. ‘Abd Allāh ; un fabricant de bābūğ (bawābīğī), al-Hāğğ Muhammad b. ‘Abd Allāh ; un vendeur de coton, (qaṭṭān), Darwīš b. ‘Abd Allāh, et un armurier (bunduqğī), Yūsuf b. ‘Abd Allāh, qui a pour épouse Mu‘ammar bt ‘Abd Allāh.

120N'aurait-on pas aussi souvent affaire à des étrangers qui viennent d'arriver à Damas depuis peu et ne se sont pas encore intégrés à la ville ? Trois, ou quatre, de nos personnages portent dans leurs noms une nisba qui laisserait supposer une origine étrangère : ‘Abd al-Raḥmān b. al-Ḥāğğ Muḥammad al-Maġribī ; Muḥammad b. Muḥammad al-Nağdī ; al-Ḥāğğ Yūsuf b. Abī Bakr al-Halabī, et peut-être al-Ḥāğğ Muḥammad b. ‘Abd Allāh al-Ḥiṣarī. Ces personnages ont peu ou pas de famille à Damas : Muḥammad b. Muḥammad al-Nağdī meurt sans conjoint, sans enfant ; il laisse une sœur comme héritière, qui, indique le qādī, habite dans sa « wilāya », sans autre précision. al-Ḥāğğ Yūsuf b. Abī Bakr al-Halabī est marié mais n'a pas d'enfant ; al-Ḥāğğ Muḥammad b. ‘Abd Allāh al-Ḥiṣarī n'a pas d'héritier. A ces personnages, sans doute d'origine étrangère, s'ajoutent Aḥmad b. al-Bayṭār qui n'a, comme toute famille, que deux tantes (ḫāla) qui demeurent dans un village ; Aḥmad b. Sultān al-Surūğī a épousé une affranchie, il n'a pas d'enfant : son cousin paternel (fils du ‘amm) hérite, loin de Damas, à Tripoli ; al-Ḥāğğ Muṣṭafā b. ‘Alī vient, affirme le juge de la wilāya de Kiliz, du nord d'Alep, et lui aussi ne laisse ni conjoint ni enfant. Sans conjoint, ni enfant non plus, le chrétien ‘Abd al-‘Azïz b. ‘Īsā n'a qu'un cousin pour héritier, qui habite le village de Ğandal (ou Ğandar), peut-être dans la région de Homs. Bref, huit de ces défunts ne semblent pas être installés dans Damas depuis bien longtemps. Ils sont mal enracinés dans l'existence familiale. Certains d'entre eux semblent même peu connus : le qādī hésite parfois sur le nom du père : al-Ḥāğğ Sulaymān b. [ ] al-Nağğār a épousé Fāṭima bt [ ].

  • 91 Les variables " 1 ou 2 ascendants vivants", indicateurs de la jeunesse du défunt, apparaissent clai (...)

121Cette absence de famille est une caractéristique de tout ce groupe : 15 d'entre eux meurent sans enfant, 9 sans conjoint, 6 sans aucune famille (ni collatéraux, ni parents), et c'est le Bayt al-māl qui hérite. Les jeunes, sans conjoint ni enfant, doivent être relativement nombreux dans cette frange extrême de la population damascaine. Ils laissent, d'ailleurs, au moment de leur décès, plus d'ascendants vivants que la moyenne des hommes damascains91, dont 19 % ont encore un ascendant vivant à leur décès (la mère dans la plupart des cas), tandis que près du quart de nos personnages ont encore, quand ils meurent, une mère ou un père vivants.

Un mode de vie précaire

  • 92 Le qāḍī n'indique pas la durée de la location.
  • 93 Marcus, Men, women, and property dealers, p. 143.

122Mal enracinés dans la famille, ces tout petits artisans et commerçants, milieu hétérogène de jeunes, de nouveaux arrivés, d'affranchis et de chrétiens, sont aussi mal enracinés dans la cité. Même si leur patrimoine immobilier compte beaucoup dans leur actif total, ils sont moins souvent propriétaires que les autres. Cinq personnes louent des maisons ou même des chambres (ūda) dans Damas, à des prix très bas, qui vont de 8 paras à 3 qurš et demi92. Dans la ville d'Alep, Abraham Marcus constatait aussi : « Louer sa maison est le fait des très pauvres, des gens de passage que leur travail amène à Alep, gens du gouvernement, marchands itinérants et travailleurs saisonniers qui viennent de la campagne. »93

123Le qāḍī n'est pas toujours très clair lorsqu'il décrit le statut du ḥānūt, dukkān, ou du mazan : propriété, location ? Souvent, il se borne à dire : « Voilà ce que l'on a trouvé dans le dukkān. » Dans le meilleur des cas, il situe la boutique dans la ville ; cependant, dans quelques inventaires, il donne la valeur de la propriété du dukkān, ou le prix de sa location. Sur les 180 dukkān, ānūt ou mazan dont l'existence est mentionnée par le juge, 35 sont loués, soit 19,4 % ; sur les 26 boutiques des artisans ou commerçants du groupe décrit ici, 13 sont louées, soit la moitié. De même, on est frappé enfin de voir le qāḍī ignorer la distinction qu'il fait habituellement entre les biens domestiques et les biens de la boutique : il mélange allègrement dans sa description les pantalons, les chemises, les plats et les graines du commerce, les outils pour graver le cuivre, l'alāğā, la soie du commerçant. Dans dix cas, on ne sait s'il faut considérer la boutique comme lieu de résidence, ou la maison comme lieu d'entrepôt, sinon de travail ; le même lieu pouvait-il abriter, pour ces pauvres, on a envie de dire "cas", la vie privée et le labeur quotidien ?

124A ce groupe qui vit de façon précaire, qui laisse beaucoup de dettes, mal intégré dans la ville, les militaires se sont, semble-t-il, un peu moins liés. Les militaires ne sont certes pas totalement extérieurs aux familles : Yāsīn al-Ṡabbāġ a épousé Asmahān bt Muṣṭafā Beşe ; il existe des liens de famille entre al-Ḥāğğ Ya‘qūb b. al-Ḥāğğ 'Abd al-Raḥmān al-Ḥulwānī et deux Muṣṭafā Beşe (far al-amāṯil al-mu‘tabirīn al-Ḥāğğ Muṣṭafā Beşe b. al-Ḥāğğ MaḥfūṬ al-Ḥiṣarlī, épicier (sic) dans la Citadelle de Damas, wakīl de sa sœur par la mère épouse du défunt, et Muṣṭafā Beşe b. 'Abd Allāh Beşe, wakīl des sœurs du défunt). Enfin, un très pauvre bawàbīğī, qui possède 18 qurš, est fils d'āġā, Ibrāhīm b. Salīm Āġā, et a épousé une fille de militaires, Ṣā’ima bt Farhad Beşe. Cependant, les beşe, les āġā (avec leurs longues titulatures) apparaissent surtout dans les successions, lorsqu'en l'absence d'héritiers, c'est le Bayt al-māl qui hérite : far al-aqrān Muṣṭafā Beşe, amīn Bayt al-māl, far al-aqrān 'Abd al-Bāqī Beşe b.Sulaymān Udabāšī, nāẓir Bayt al-māl, Ibrāhīm Beşe, yasaqī Bayt al-māl, far al-a‘yān Sulaymān Āġā, amīn Bayt al-māl, far al-amāṯil al-mu‘tabirīn al-Ḥāğğ Muṣṭafā Beşe b. al-Ḥāğğ Maḥfūẓ al-Ḥiṣarlī, interviennent dans les inventaires de défunts morts sans conjoint, ni enfants, ni autres héritiers. Ils sont là comme représentants du pouvoir jouant un rôle officiel, et non comme parents ou témoins impliqués dans la succession.

Résidence

125Ces "gens de peu" habitent le centre de la ville. Aucun d'entre eux ne réside dans les quartiers les plus excentriques de Damas, Ṡāliḥiyya et le Mīdān. A l'intérieur du centre de Damas, ils sont dispersés :

Tableau 52 : lieux de résidence des "gens de peu"

  • 94 La variable "quartier de Bāb Tūmā, type 4" a une contribution de 6, est situé en -545. Rappelons qu (...)

126On les voit cependant absents du quartier de Qanawāt (notre secteur 6), de Qabr ‘Ātika, de Bāb Sarīğa, qui lui sont immédiatement limitrophes au sud, et un peu plus présents dans le centre Est de Damas94, dans le quartier de Bāb Tūmā.

127L'axe 2 a donc permis d'opposer deux types extrêmes de population : le milieu des puissants, militaires, grands commerçants, religieux, que des liens de famille unissent, et un milieu de très pauvres, soumis à une existence précaire, essayant de trouver dans leur métier de petit artisan ou de petit commerçant un gagne-pain aléatoire, un milieu mal enraciné dans la ville, sans cohérence, regroupant différents types de minorités (des jeunes, des chrétiens, des affranchis, des nouveaux arrivés dans la cité), milieu que l'on ne peut cependant qualifier de "marginal", ne serait-ce que parce certains d'entre eux sont maîtres artisans (usa), et, à ce titre, intégrés dans un corps de métier.

AU MILIEUR DE L'ECHELLE : DES " MOYENS"

  • 95 La variable "Actif 4" a une contribution de 90, situé en +1.103, une corrélation de 996 ; la variab (...)

128L'axe 3 distingue les "moyens", opposés aux deux groupes précédents95 : un patrimoine de 549 qurš, cependant légèrement inférieur aux 823 qurš qui sont la moyenne de fortune de tous les autres Damascains (groupe qui comprend évidemment les très riches, dont le poids, dans le calcul de la moyenne, est très fort).

Tableau 53 : valeur des différentes catégories de biens chez les "moyens"

  • 96 Toutes ces valeurs moyennes ont été codées 2.

129Ces défunts ont de tout, moyennement : des bijoux, des biens domestiques, des biens de la boutique, du numéraire, des créances, et des biens immobiliers.96

Des boutiquiers, des épouses et des filles de boutiquiers

130A première vue, on ne change guère, par rapport au groupe que l'on vient d'étudier, de milieu social. L'immense majorité des 40 personnages qui définissent le mieux cet axe 3, et dont on connaît le métier, appartiennent encore au monde des boutiquiers ; reprenons la classification qu'al-Qāsimī a suggérée : un seul artisan-commerçant, 10 artisans et 15 commerçants, donc un milieu sans doute un peu plus "vendeur" que fabricant.

  • 97 Selon Barthélémy ; selon Qāsimī, Qāmūs, II, p. 319, le ‘allāf vend des grains (blé, orge), des légu (...)
  • 98 Selon Barthélémy, Dictionnaire, « mercier, passementier ; ouvrier qui tresse la soie, le coton ». C (...)

Note 9797
Note 9898
Tableau 54 : métiers et montant de la fortune des "moyens"

131Le qāḍī se borne à donner le nom des épouses, en se limitant au simple nasab : fille de fulān, sans donner plus de précision sur le métier du père de l'épouse. En revanche, parmi les personnes qui interviennent dans la succession, on relève les noms de très nombreux métiers, de deux marchands d'épices (aṭṭār), d'un vendeur de coton (qaṭṭān), d'un passementier (‘aqqād), d'un marchand de tabac (tutunğī), d'un marchand de cuivre ou chaudronnier (naḥḥās), de deux tailleurs (ayyāṭ), d'un marchand de douceurs (ulwānī), d'un cordonnier (qawwāf), d'un propriétaire de bain (ammāmī), d'un lustreur d'étoffes (daqqāq), souvent maître artisan (ustā ou mu‘allim).

  • 99 Il fabrique des chaussures fort rustiques destinées surtout aux paysans ; Qāsimī, Dictionnaire, I, (...)

132Dix femmes marquent aussi cet axe 3. Le juge donne le nom du père, bien sûr, sans en indiquer systématiquement la profession. Cependant, à deux reprises, il indique que le père était fabricant de chaussures (zarābīlī)99, pour l'une, et meunier (aḥḥān) pour l'autre. Une troisième est fille de šay ; une quatrième, fille de 'Alī Beşe al-Turkumānī. Aurait-on plus de précision avec le nom du conjoint ? Deux sont veuves, deux épouses de šay ; cinq ont épousé des hommes dont le nom fait allusion à un métier : la fille du zarābīlī a épousé un peseur au souk du coton (qabbānī bi-Sūq al-Qun), la fille du meunier un artisan de la soie (arīrī), puis un barbier (allāq), Sā’ima bt Muḥammad al-Qašānī un tanneur (dabbāg). La dernière n'est pas mariée. Parmi les personnes qui interviennent dans ces successions féminines, on trouve le šay du Sūq al-Sibāhiyya, deux courtiers (dallāl), un Salī Beşe al-‘Aqqād (passementier), un ḥāğğ, ‘Umar b. al-Ḥāğğ Maḥmūd al-ṭaḥḥān (meunier) : sans établir ce fait comme une certitude, peut-on suggérer que ces femmes, dont la fortune moyenne est de 445 qurš, deux fois plus riches que l'ensemble des femmes, propriétaires de leurs maisons, ne sont pas sans lien avec le monde du commerce et de l'artisanat ?

Structure du patrimoine

  • 100 La variable "Biens immobiliers 2" a une contribution de 123, située en +1.343, corrélation 804.

133Mais de profondes caractéristiques définissent ce monde par rapport au milieu des petits artisans et commerçants, "gens de peu", mal intégrés, et au mode de vie précaire, que nous avons étudié. Cette population "moyenne" est enracinée dans la ville : elle y possède. La composition de sa fortune est caractérisée par l'importance des biens immobiliers100 : en valeur, ces biens représentent près du tiers du patrimoine (18,2 % pour le reste des Damascains) ; en nombre, les Damascains dans leur ensemble (et toujours, y compris les plus riches d'entre eux) possèdent 0,6 propriété par personne, alors que nos défunts, ici, en ont 1,3, plus du double.

Tableau 55 : part des différentes catégories de biens chez les "moyens" et dans l'ensemble de la population

  • 101 Marcus, Men, women and property dealers, p. 143.

134Ils possèdent des maisons, bien sûr, qui ne sont pas des maisons à louer, mais des maisons qu'on habite ; des maisons dont la propriété est totale et non pas parcellaire. Ce groupe comporte 36 propriétaires de 51 propriétés, dont 35 maisons. Dans neuf cas, seules des parts de maisons sont possédées ; les autres sont détenues dans leur totalité : c'est là que le défunt, après y avoir vécu, vient de mourir. Abraham Marcus, pour les Alépins, constatait : « Posséder sa maison distinguait des outsiders, était le symbole de l'intégration à la communauté, permettait de se situer à l'extérieur du groupe des plus pauvres qui ne pouvaient se permettre d'acheter une maison, et relevait le statut social de l'individu. »101

135On est moins bien renseigné sur les boutiques ; le qāḍī, on l'a vu, parle souvent du ḥānūt ou du dukkān, sans en préciser le statut ; cependant, sur les 20 ḥānūt, dukkān ou mazan attribués à nos personnages comme lieu de travail, seulement trois, 15 %, sont loués ; à 6 reprises, la propriété du ḥānūt est une certitude ; on peut penser que les 11 boutiques dont le juge ne dit rien sont aussi les propriétés de ces défunts (dont un mazan situé dans la maison du défunt).

136Cette population, enracinée dans la ville, ne serait-ce que par les maisons et les boutiques qu'elle y possède, présente une cohésion certaine. Ces défunts, tous musulmans, meurent au sein d'une famille bien établie : impossible de connaître leur âge ; mais, au moment où ils meurent, ils semblent "avoir vécu" ! Parmi nos femmes, toutes mariées, sauf une, trois sont déjà veuves, une quatrième s'est mariée trois fois, sans que l'on sache le motif de ces multiples convois. Onze hommes (sur trente) ont été mariés plusieurs fois, dont deux à trois reprises : les précédentes épouses ont été répudiées ou sont mortes ; père pourtant de trois enfants mâles, Halil b. Muḥammad a répudié deux de ses femmes. Aussi cette catégorie de défunts laisse-t-elle, à sa mort, un peu plus d'enfants que la moyenne de la population damascaine (2,75 contre 2). Notre population de propriétaires est une population adulte, enracinée dans la famille.

137Enfin, les militaires, peu liés, semble-t-il, au monde des très pauvres, très liés en revanche au monde des négociants, se retrouvent ici encore en très grand nombre. Ils sont unis à ces artisans et commerçants par les liens du mariage : ‘Uṯmān b. al-Sayyid ‘Abd al-Raḥīm al-‘aqqād (passementier) a épousé successivement ‘Ā’iša bt Sulaymān Beşe et Asmahān bt Sulaymān Āġā ; al-Ḥāğğ Ṭālib ‘Ali b. Muḥammad s'est uni à Fātima bt Aḥmad Beşe ; ‘Ali b. Ramaḍān al-ayyāṭ (tailleur) à Raḥma bt Ibrāhīm Beşe. Ils sont très nombreux parmi les personnages présents au tribunal lors de l'établissement de la succession, en tant que parents, à divers degrés, du défunt : il serait trop long d'en donner les noms, les qualités, et le degré de parenté qui les unit au défunt ; leur existence est mentionnée une trentaine de fois par le qāḍī ; à deux reprises, même, le nom de métier accolé à leur ism et nasab permet de relier directement ces militaires au monde de la boutique : Ibrāhim Beşe b. 'Āmira al-ayyā (tailleur), et Sulaymān Beşe al-‘aqqād (passementier). En est-il de même pour ce fils de militaire, ‘Īsā Ğalabï b. Yūsuf Bek b. Ḥusayn al-tutunğī qui serait "vendeur de tabac" ?

138Ces "moyens" donnent l'impression d'avoir vécu confortablement leur existence de boutiquiers. Endettés "normalement" par rapport à la moyenne des Damascains (leurs dettes représentent 14,8 % de leur actif, ce qui correspond à la moyenne de la société damascène), ils ont des successions positives : aucune d'entre elles ne présente de négatif ; ils laissent derrière eux un patrimoine immobilier, mais aussi quelques créances et quelques bijoux.

Résidence

139Trois de ces personnages résident dans les secteurs centre-ouest de Damas, Mi’ḏanat al-Šaḥm, Dāḫil Bāb Šàġūr et Māristān al-Nūrī ; un seul à Qanawāt, qui apparaît comme un des quartiers les plus huppés ; deux dans le secteur Est, l'un des plus pauvres de la ville. Il s'agit d'exceptions, car la plupart d'entre eux habitent un peu loin du "centre" : l'un, à Ṣāliḥiyya, les autres surtout à ‘Uqayba, à Suwayqa et dans le Mīdān.

140Quinze seulement de leurs boutiques sont localisées par le qāḍī : cinq d'entre eux travaillent là où ils habitent (un à Qanawāt, deux dans le Mīdān, un à 'Uqayba) ; les autres font des allers et venues entre leur boutique et leur lieu de travail, que l'on imagine réglées par les heures de travail ; tel est le cas particulièrement pour ceux qui ont une boutique dans la zone centrale des souks et qui habitent à 'Uqayba, dans le Mīdān ou dans les quartiers est.

Tableau 56 : lieux de résidence des "moyens"

  • 102 Comme ils se distinguent, sur l'axe 2, par une situation extrême et une contribution forte.
  • 103 Siğill Dimašq, 20, cas n° 11 du 8 ramaḍān 1102/5 juin 1691 ; voir aussi Ben Moussa, Présentation et (...)

141Les "notables", puis les "gens de peu", puis les "moyens", ces milieux sociaux émergent spontanément de l'analyse statistique. La poignée de "notables", grands négociants, anciens militaires, lettrés, unis par les liens du mariage et de la fréquentation, et dont le patrimoine est fortement marqué par la part importante des créances et des biens immobiliers et fonciers, se distingue avec vigueur de l'ensemble de la population102. Le clivage entre les "gens de peu" et les "moyens" est loin d'être aussi net : ces artisans et ces boutiquiers semblent faire partie d'un même groupe, se distinguant seulement par le niveau de réussite que le fait d'être minoritaire, d'origine étrangère, ou simplement jeune, retarde plutôt qu'ajourne ; ils ne se situent pas définitivement en marge de la société comme en témoigne le cas de cet individu « très pauvre, le plus pauvre des gens, qui ne possède pas le moindre bien si ce n'est ce qu'il porte comme vêtement ». Endetté, dans l'incapacité de rembourser, il a été emprisonné. Quatre personnes, témoins en quelque sorte de "moralité", viennent témoigner devant le qāḍī de son extrême indigence : c'est à l'évidence sur leur opinion que se fonde le juge pour libérer cet homme... sans lui remettre cependant sa dette103.

Notes

1 Voir ci-dessus p. 33.

2 C'est-à-dire ayant ou non, lors du décès, des ascendants vivants.

3 Voir infra l'explication.

4 Nous verrons toutefois, infra, que cette différence n'apparaît pas, dans l'analyse de la société, significative.

5 Les résidences individuelles sont localisées sur la carte.

6 Plusieurs "analyses factorielles des correspondances", citées par la suite APC, ont été réalisées. Les premières n'ont pris en compte que la répartition du patrimoine, sans aucun codage, et ont concerné deux types de population : d'abord les 328 personnages dont le qādï a estimé la valeur des biens fonciers (y compris des valeurs nulles) ; ensuite, les 449 personnes dont les valeurs immobilières ou foncières ont été calculées, soit par le juge soit par nous. Ces deux analyses ont abouti aux mêmes résultats, ce qui a été une confirmation de la justesse de nos propres estimations immobilières. Une deuxième analyse a été réalisée, à partir du tableau dont on a indiqué le codage, sur l'ensemble des 449 personnes en premier lieu ; sur les hommes et les femmes séparément ensuite. On présentera ici l'analyse sur codage des 449 personnes, sans se priver de faire allusion aux résultats des autres AFC, lorsque le besoin s'en fera sentir.

7 En ce qui concerne l'analyse de données en général, voir Cibois, L'analyse factorielle. Notre analyse de données a été réalisée grâce au logiciel Anaconda de J.-J. Girardot, laboratoire MIS, Université de Franche-Comté, Besançon.

8 Un exemple : le numéro 15127 correspond au document n° 127, du registre 15.

9 Ces figures ont été réalisées par le logiciel Mac Spin, qui illustre les résultats de l'analyse de données.

10 Il a été préféré de faire figurer les codes définis page 115, plutôt que de reproduire, en qurs, les montants exacts : se rappeler que 0 signifie "rien", et que les chiffres 1, 2, etc., en ordre croissant, signalent des avoirs de plus en plus importants.

11 Le point "Femme" a une contribution de 83 et est situé à -984 ; le point homme a une contribution de 51 et est situé en +611.

12 Ce graphe, comme les suivants, se réalise en suivant les situations des différentes variables, données par l'analyse factorielle des correspondances.

13 E.I.2, article « Farā'iḍ ».

14 Ce problème a été particulièrement traité dans l'article de Jennings, « Women in early 17th century ottoman judicial records », et dans celui de Haim Gerber, « Social and economic position of women in an ottoman city, Bursa, 1600-1700 ».

15 Nous n'avons pas trouvé trace d'activités économiques chez les femmes, contrairement à Gerber, pour la ville de Bursa, « Social and economic position of women in an ottoman city, Bursa, 1600-1700 », p. 237-239. Rappelons que Jennings, « Women in early 17th century ottoman judicial records », p. 108, affirmait quant à lui: « Évidence for the participation of women in the economic activities of the city is slight. » De même, pour la ville arabe d'Alep, B. Masters, The Origins of Western Economic Dominance in the Middle East, p. 181, soulignait: « None of the women held any of their wealth in commercial goods, in contrast to the men ».

16 B. Masters, The Origins of Western Economic Dominance in the Middle East, p. 180.

17 17..E.I.1, article « sharīf ». Voir aussi Murādī, Silk al-durar, II, p. 231, qui précise dans la biographie d'un notable damascain qu'il est šharīf par sa mère, peut-être avec une certaine connotation négative.

18 Voir page 70.

19 Le point "Couche sociale inconnue" a une contribution forte de 58, et contribue à tirer l'axe 1 du côté des femmes, en - 696.

20 Le points "Actif 6" a une contribution de 61 et est situé en +1 263 ; le point "Actif 7" a une contribution de 99, est situé en + 2 969.

21 Pour ne pas surcharger le graphe, nous avons utilisé le codage défini page 115.

22 Les variables Actif 1, 2, 3 (fortunes inférieures à 250 qurs) ont une contribution de 60.

23 Les variables Actif 6 et 7 ont une contribution de 160.

24 Contribution : 8.

25 Symbolisés dans le codage par Actif 6 et 7.

26 Symbolisées par le chiffre 3 dans le codage : bijoux 3, numéraire 3, etc.

27 Codées 0, 1, voire 2.

28 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 383 sq.

29 Establet, Pascual, Raymond, La mesure de l'inégalité dans la société ottomane.

30 Cet indice, toujours important, a tendance à être légèrement plus faible dans les sociétés riches contemporaines : en France, par exemple, il était estimé, en 1990, à 0,66 ; Données sociales, Paris, INSEE, 1990.

31 Pour calculer l'indice de Gini des biens de la boutique, seuls les avoirs des artisans, artisans-commerçants et commerçants ont été pris en compte. Les hommes propriétaires de bijoux sont trop peu nombreux pour que l'indice de Gini puisse être calculé.

32 Pour les femmes, les créances ne jouent pas le même rôle, puisqu'elles représentent, la plupart du temps, l'arriéré de la dot.

33 Rāfiq, Maẓāhir min al-tanẓīm al-ḥirafī, p. 167.

34 C'est à partir de ces estimations du minimum vital que nous avons fixé à 50 qurš la tranche la plus faible de l'actif possédé : actif 1 = actif < 50 qurš.

35 La variable "artisan" se situe en -418 ; "artisan-commerçant" en -477 ; "commerçant" en +387.

36 Raymond, Grandes villes arabes à l'époque ottomane, p. 88.

37 Variable qui se situe en +1 402.

38 Un cas connu à Damas dans la seconde moitié du xvie siècle est celui d'Ibn Mamāy al-Rūmï qui, venu avec les janissaires, quitte définitivement ce corps pour se consacrer à la poésie. Il devient le poète le plus célèbre en langue arabe de la ville.

39 Barbir, From Pasha to Efendi: The Assimilation of Ottomans into Damascene Society, 1516-1783.

40 Dans l'analyse portant sur l'ensemble de la population damascène, hommes et femmes réunis, le point Šarīf/Ašrāf est situé en +605, et a une contribution de 8. Dans l'APC consacrée aux hommes seuls, le point se situe en +586 et a une contribution de 11.

41 Ces pourcentages sont un peu inférieurs à ceux que A. Rafeq a calculés, pour une période postérieure (1750-1753), à partir d'un échantillon constitué de 142 hommes et 104 femmes : 22,5 % de šarīf et 13,5 % de šarīfa ; Rāfiq, Maẓāhir sukkāniyya, p. 228. Mais il n'a pas étudié dans cet article la composition des fortunes des personnes décédées.

42 Sur l'AFC des hommes seuls, les points "un et deux ascendants vivants" se situent en -354 et -504, mais ont une faible contribution. Sur l'AFC concernant l'ensemble de la population, ces variables se situent en -503 et -682, avec une contribution plus forte.

43 Establet, Pascual, Raymond, La mesure de l'inégalité dans la société ottomane.

44 C'est-à-dire : ont une forte contribution et une situation extrême, en négatif comme en positif, sur l'axe. Le retour aux données permettra de les nommer.

45 C'est-à-dire les personnages qui contribuent à créer l'axe, dont la contribution est supérieure à 5. Ces personnages n'ont pas été choisis par nous, mais "révélés" par l'analyse.

46 Les activités de ces personnages ont été déduites de l'analyse des biens commerciaux possédés.

47 Raymond, Artisans et commerçants, p. 399 et suivantes ; et Mantran, Istanbul, p. 427 et suivantes.

48 Situation : +1 185, contribution 6, voir note 45.

49 Cette hypothèse est confirmée par le fait que, sur l'axe 2, la seule "catégorie" sociale contribuant à créer l'axe est le point "militaire", situé en +1.718, contribution 12.

50 Raymond, Artisans et commerçants, t. II, p. 675 ; et Soldiers in trade : the case of Ottoman Cairo.

51 Rafeq, Local forces in Syria, p. 277.

52 Les affranchis sont souvent des Ibn ‘Abd Allāh.

53 Une grande personnalité religieuse de Damas, décédée le 15 gumādā II 1095/29 mai 1684, dont Muḥibbī a suivi l'enseignement, Ḫulāṣa, II, p. 168-171.

54 Dans sa biographie donnée par Murādi, Silk al-durar, I, p. 15-19, il n'est pas fait mention d'activités commerciales. Murādī dit de lui qu'il est un fāḍil, adīb, poète dont le dīwān est célèbre, et qu'il est un ami très proche de Muḥammad Amīn al-Muḥibbī. Il est né à Damas le 16 ṣafar 1055/13 avril 1645.

55 Nous n'avons pas trouvé d'information sur lui et nous n'avons pu ni reconstituer son arbre généalogique ni préciser le degré de parenté qui le liait aux autres membres de sa famille. L'histoire, obscure, de la confrérie au XVIIe siècle, demeure encore à faire.

56 Muṣṭafā est sans doute le Šayḫ de la tarīqa qui a succédé à son frère Mūsā en 1048/1638-9 et qui s'est suicidé le 4 muḥarram 1079/14 juin 1668 ; Muhibbī, Ḫulāṣa, IV, p. 373-5.

57 Il s'agit sans doute de cet Ismā'īl, parent éloigné de Mustafa, qui ne fut pas Šayḫ de la tarïqa, mais qui s'est également suicidé en 1092/1681-2 dans des conditions analogues selon Muhibbī, Ḫulāṣa, IV, p. 375.

58 Rappelons les conclusions de Lapidus à propos de la Syrie mamelouke: « The 'ulama also controlled the business as well as the cultic aspects of the communities' institutions », Muslim cities in the Later Middle Ages, p. 108-109.

59 Qu'il faudra étudier dans le détail.

60 Ibn Kannān, Ḥawādiṯ, fol. 21b.

61 Qui tirent l'axe 2.

62 Muḥibbī, Ḫulāṣa, III, p. 275-276 ; Wüstenfeld, Die Gelehrten-Familie Muḥibbi, p. 35, où il faut corriger le sens "beau-père" donné par l'auteur ; et Ṣabbāg, Min a‘lām al-fikr, ouvrage consacré à Muḥibbī.

63 Muḥibbī, Ḫulāṣa, III, p. 275-276, précise : « Ri’āsat kuttāb qādī al-quḍāt », que nous avons "traduit" en grand tribunal.

64 Muḥibbī, Hulāsa, II, p. 168-171.

65 Pour la période mamelouke, Sublet, Le voile du nom, p. 30, signale : « Ceux qui ont été importés enfants ont des pères fictifs et musulmans qui portent tous le ism 'Abd Allah. Ils sont : ibn Abd Allāh. »

66 Étant donné la spécificité de la composition des patrimoines féminins, on ne s'intéressera ici qu'à la population masculine.

67 Pour une description des paysages agraires de l'oasis de Damas au début du xxe siècle, Bianquis, La réforme agraire dans la Ghouta de Damas, plus particulièrement p. 27-30.

68 Sur ce terme, voir Muhibbī, Ḫulāṣa, IV, p. 386, qui note qu'un notable possède « al-fīlāḥa wa al-dār » dans le village de Dayr al-‘Aṣāfir, qui comptent « parmi les plus belles des constructions et les plus beaux des jardins ».

69 En l'absence de tout autre précision concernant la dévolution et la localisation de ces installations, il peut s'agir ici soit de pressoirs à huile (olives ou sésame) soit de pressoirs destinés à extraire le rob de raisin (dibs).

70 Avec l'arrivée des beaux jours, les Damascènes, notables ou petites gens, avaient l'habitude de sortir en famille ou en groupe dans les jardins de la campagne environnante pour des pique-niques (sayarān). Voir aussi al-Budayrī al-Hallāq, Ḥawādiṯ Dimašq al-yawmiyya, par ex. p. 129 et 145, quand un grand notable de la ville invite le gouverneur à un repas champêtre dans le village de Bābillā.

71 Dans cette même analyse, l'axe 1 établissait une première différenciation entre les hommes et les femmes (aux femmes, les bijoux et les biens domestiques).

72 Détaillons le nom et l'entourage de ces nouveaux notables : deux d'entre eux (dont un ḫawāǧā) sont commerçants en tissus : al-Ḥāǧǧ ‘Abd al-Wāḥid b. al-Ḥāǧǧ 'Abd al-Ganī al-Safadī, et al-Ḥāǧǧ Muḥammad b. Aḥmad al-Rïḥāwi al-šahīr bi-al-Qābūnī. Le premier a épousé une Sitt bt al-Ḥāǧǧ Muḥammad, une femme de la bonne société ; dans l'entourage du deuxième, des šayh, dont l'un est lié à la famille du premier puisqu'il porte le même nom de Ṣafadī, Šayḫ Muḥammad b. al-šayḫ ‘Alā’ al-Dīn al-Ṣafadī, imām. Un grand commerçant, al-Ḥāǧǧ ‘Utmān b. al-Ḥāǧǧ ‘Alī b. al-Ḥigāzī al-[ ?], à la succession duquel participent un šayḫ, faḫr al-afāḍil al-Šayḫ Aḥmad b. Ṭāhir, un ḫawāgā, ‘Assāf b. al-Ḥāǧǧ ‘Ubayd al-Dayrī, et enfin un membre de la famille Būtiyya, faḫr al-a‘yān al-mu‘tabirīn al-Ḥāǧǧ ‘Abd al-Raḥmān b. al-Ḥāǧǧ Ibrāhīm b. al-Būtiyya. Cet ‘Abd al-Raḥmān était le père de la ‘Ā'isa, déjà citée comme faisant partie de ce monde des puissants ; il intervenait aussi dans la succession du ḫawāǧā Amīn al-Dīn b. al-Hawāḏā Amīn al-Dīn b. Lu’lu’ (même famille que le beau-père de la même ‘À’iša, al-Hawāgā Muḥammad b. Lu’lu’). Seul, al-Ḥāǧǧ ‘Abd Allāh b. ‘Abd al-Raḥīm ‘Affās al-Ḥimsī, est un peu extérieur à ce milieu de grands commerçants et de šayḫ ; il est propriétaire d'un bain (ḥammāmī), mais, signe d'une certaine appartenance sociale, il a épousé une affranchie, ‘Ā'iša bt ‘Abd Allāh.

73 S'agit-il de militaires maghrébins ou plus vraisemblablement d'une communauté civile comme semble l'indiquer l'existence d'un šayḫ ; Rafeq, Local forces in Syria, p. 286-287.

74 Les communautés villageoises (ahālī) de ‘Aḏrā' (430 qurš), d'al-Rīḥān (33 qurš), de Mu'aẓẓamiyya Darāyā (45 qurš), un groupe (ǧamā‘a) de Rīḥān, des paysans de Dūmā, de Kafr Sūsa, de Rīḥān, le šayḫ du village de Na‘īma ( ?) du Ḥawrān.

75 Le négociant franc est mentionné sous le nom d'al-Ḫawāǧā Klūd ( ?) al-Ifranǧī, le second, peut-être aussi franc, sous celui de Kalīn ( ?).

76 Tisserand (ḥā'ik) débiteur d'une somme de 40 qurš, tordeur de fils de coton (fattāl), tailleur (ḫayyāṭ), boulanger (ḫabbāz), épicier (sammān), boucher (laḥḥām), courtier (dallāl), moucre (makkārī), chamelier (ǧammāl), muletier (baġġāl).

77 Tel n'est pas le cas à Alep : Bruce Masters conclut à l'importance prioritaire des prêts consentis par les riches Alépins aux communautés villageoises d'alentour, The origins of Western économie dominance, p. 155.

78 Rafeq, Economic relations between Damascus and the dependent countryside, 1743-71; et Pascual, The Janissaries and the Damascus countryside. Voir aussi, pour Le Caire, Raymond, Artisans et commerçants, p. 280-282.

79 Les 20 personnages qui marquent le mieux cette partie de l'axe 2 ont une contribution toujours inférieure à 10, 14 fois inférieure à 6 ; leur position la plus extrême est -963, et la plus fréquente tourne autour de -700. Dix des 17 personnages marquants de l'axe 2 avaient une contribution supérieure à 10, 4 supérieure à 20 ; la position la plus extrême était : +1.823, et la plus fréquente autour de 1 100.

80 Nous n'avons choisi que les individus dont la contribution était supérieure à 4.

81 La variable Actif 1 a une contribution de 31 et est situé en -705.

82 La variable "pas de bijoux" a une contribution de 18, est située en -274 ; "absence de créances" a une contribution de 47, située en -600.

83 "Numéraire 0", contribution 0, en -37 ; "numéraire inférieur à 50 qurš", contribution très faible, 2, en -244.

84 Variable "Immobilier inférieur à 100 qurš" : contribution 23, en -678. Variable "Biens domestiques" : contribution 41, -556.

85 "Capital commercial ou artisanal", très forte contribution, 90, en -1 144.

86 Il en est de même dans les inventaires européens.

87 " Usṭā mu'allim" : en -1 204, contribution 8, corrélation 884.

88 La variable "artisan" se situe en -984 et a une contribution de 42 ; "artisan-commerçant" en -948, avec une contribution de 18 ; la variable "commerçant" en -119, avec une contribution très faible.

89 Le point "Non musulman", presque équivalent de chrétien puisqu'on n'a que deux juifs parmi les défunts, a une contribution de 5 et est situé en -611.

90 Les fils de ‘Abd Allāh ne sont pas tous des affranchis ; en revanche, lorque le qāḍī mentionne l'existence d'un affranchi, cet affranchi s'appelle toujours, dans nos documents, fils de ‘Abd Allāh.

91 Les variables " 1 ou 2 ascendants vivants", indicateurs de la jeunesse du défunt, apparaissent clairement dans l'analyse factorielle consacrée aux hommes seuls : 1 ascendant vivant, contribution 5 en -354 ; 2 ascendants vivants, contribution 2 en -504. L'AFC consacrée aux hommes et aux femmes est moins claire, à cause de la jeunesse des défuntes femmes.

92 Le qāḍī n'indique pas la durée de la location.

93 Marcus, Men, women, and property dealers, p. 143.

94 La variable "quartier de Bāb Tūmā, type 4" a une contribution de 6, est situé en -545. Rappelons que le quartier 6 a une contribution de 3, et est situé en + 579.

95 La variable "Actif 4" a une contribution de 90, situé en +1.103, une corrélation de 996 ; la variable "Actif 5" a une contribution de 59, situé en 1.006, corrélation de 740.

96 Toutes ces valeurs moyennes ont été codées 2.

97 Selon Barthélémy ; selon Qāsimī, Qāmūs, II, p. 319, le ‘allāf vend des grains (blé, orge), des légumineuses (lentilles, pois chiches, fèves) et des fourrages.

98 Selon Barthélémy, Dictionnaire, « mercier, passementier ; ouvrier qui tresse la soie, le coton ». Cf. Qāsimī, Qāmūs, II, p. 313-315, artisan qui tresse les fils de soie, de coton, de laine.

99 Il fabrique des chaussures fort rustiques destinées surtout aux paysans ; Qāsimī, Dictionnaire, I, p. 165-167.

100 La variable "Biens immobiliers 2" a une contribution de 123, située en +1.343, corrélation 804.

101 Marcus, Men, women and property dealers, p. 143.

102 Comme ils se distinguent, sur l'axe 2, par une situation extrême et une contribution forte.

103 Siğill Dimašq, 20, cas n° 11 du 8 ramaḍān 1102/5 juin 1691 ; voir aussi Ben Moussa, Présentation et analyse, p. 38.

Table des illustrations

Légende Tableau 28 : Codage du montant des actifs
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Tableau 29 : codage des données
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Graphe 18 : hommes et femmes sur l'axe 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Graphe 19 : les principales variables économiques sur l'axe 112
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tableau 30 : structure des patrimoines pour l'ensemble de la population et pour chaque sexe
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Tableau 31 : ḥāğğ et ḥāğğa dans la population musulmane
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Tableau 32 : šarïf et šay dans la population musulmane
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Graphe 20 : les très riches et les très pauvres chez les hommes
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Graphe 21 : les patrimoines des hommes21
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Graphe 22 : les patrimoines des femmes
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Tableau 33 : l'indice de Gini appliqué aux différentes catégories de biens masculins31
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tableau 34 : l'indice de Gini appliqué aux différentes catégories de biens féminins
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Tableau 35 : proportion d'individus dénués de biens
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Tableau 36 : moyenne des fortunes suivant l'activité exercée
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Tableau 37 : moyenne de la fortune des šarīf et des non-šarīf
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Tableau 38 : fortune moyenne des défunts, suivant qu'ils ont, ou non, hérité de leurs ascendants
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Graphe 23 : groupes sociaux et fortune
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Graphe 24 : le milieu des puissants opposé aux "gens de peu"
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Tableau 39 : nombre et fortune des commerçants
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Note 4646Tableau 40 : les activités des commerçants les plus riches
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Les relations matrimoniales dans la famille Rifā'ī
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Relations matrimoniales entre les familles Ustuwānī et Muhibbī
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Relations matrimoniales entre les Safarǧalānī, Usṭuwānï et Nābulusī
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Tableau 41 : lieu de résidence des notables
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Tableau 42 : patrimoine moyen des 16 notables comparé au patrimoine moyen des autres Damascains
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Tableau 43 : part des différentes catégories de biens dans les patrimoines des puissants
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tableau 44 : propriétaires de un ou de plusieurs biens immobiliers et fonciers chez les notables et dans la population damascène
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Tableau 46 : types de propriétés possédées par les notables et par la population damascène
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Tableau 47 : répartition des créances de Maḥmud b. Muḥammad Bulukbāšī
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tableau 48 : répartition des créances du Ḥāǧǧ Murād al-Rifā‘ī selon leur montant
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Tableau 49 : répartition des créances du Ḥāǧǧ Murād al-Rifā‘ī selon les débiteurs
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Tableau 50 : part des différentes catégories de biens dans le patrimoine des "gens de peu"
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Tableau 51 : métiers et montant de la fortune des "gens de peu"
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Tableau 52 : lieux de résidence des "gens de peu"
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Tableau 53 : valeur des différentes catégories de biens chez les "moyens"
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Note 9797Note 9898Tableau 54 : métiers et montant de la fortune des "moyens"
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Tableau 55 : part des différentes catégories de biens chez les "moyens" et dans l'ensemble de la population
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Tableau 56 : lieux de résidence des "moyens"
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7512/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search