Version classiqueVersion mobile

Familles et fortunes à Damas

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Chapitre III. Vie économique

Texte intégral

1Les sources sont ce qu'elles sont : on ne peut leur demander ce qu'elles n'avaient pas pour fonction de donner. Saisissant la constitution des fortunes individuelles à un moment bien précis de l'existence, la mort, les inventaires après décès autorisent une approche à la fois sûre, riche, détaillée, mais partielle et incomplète de la vie économique.

2Regrettons, mais acceptons l'insaisissable.

3Tout d'abord la présence de "trous", de grands absents : aucun des défunts n'est bénéficiaire d'un revenu de waqf familial (ḏurrī, ahlī). Est-ce le hasard de la source ? Ou, comme certains des biens fonciers, ce titre de revenu faisait-il l'objet d'un autre partage ? Espèrons que, dans les mêmes registres de tribunaux, l'exploitation des documents consacrés aux mariages, aux divorces, aux acquisitions de biens, aux litiges de la vie courante, palliera cette carence.

4Par ailleurs, à travers ces documents qui décrivent une situation figée, on aura à peine connaissance des mouvements de la vie économique, des échanges et des flux qui pourraient exister entre Damas et les autres régions de l'empire ottoman ou du monde, ni entre les différentes strates de la société.

  • 1 Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, p. 367-393.
  • 2 Raymond, Artisans et commerçants, t. II, p. 503-585.
  • 3 Rāfiq, Maāhir min al-tanīm al-ḥirafī.
  • 4 Marcus, The Middle East on the eve of modernity, p. 51-52.

5Enfin, nos documents, individuels par essence, sont pratiquement muets sur le collectif, en particulier sur l'organisation de la vie éco nomique. La présence de quatre šayḫ de corporation (ṭā’ifat al-aqsamāwiyyīn, al-farrā’īn, al-‘aṭṭarīn et al-ḥallāqīn) et de deux šayḫ de souk (Sūq Sibāhiyya et Sūq ai-Ṣāġa) qui interviennent dans certaines des successions confirme seulement l'organisation des métiers décrite pour Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle par Robert Mantran1 et, pour les régions arabes de l'empire, par André Raymond pour le Caire2, Rafiq pour Damas3, Marcus pour Alep4.

6En revanche, sur trois domaines de la vie économique, les inventaires sont riches de renseignements.

  • Ils permettent de connaître à la fois situation monétaire et évolution des prix : quelles monnaies circulaient dans cette partie arabe de l'Empire ottoman et quelle a été l'évolution des prix ? S'il faut considérer que des variations économiques ou sociales n'ont pu affecter de façon sensible le mode de vie des Damascains dans une période que ne vient marquer aucun événement important, les prix que le qāḍī, pour cause d'héritage et de transmission, ne manque jamais de mentionner et qui sont la base de nos calculs, ont-ils évolué ? Bref la valeur de la monnaie s'est-elle transformée entre les années 1097/1686 et 1130/1717 ?

  • Ils permettent la description et la localisation des activités damascènes.

  • Ils permettent enfin de reconstituer la composition du patrimoine sinon "national", du moins "damascain", au début du xviiie siècle.

CIRCULATION MONÉTAIRE ET ÉVOLUTION DES PRIX5

Circulation monétaire

7Cent vingt-quatre Damascains possèdent, à leur mort, des espèces monétaires, dont le montant représente une faible partie (7 %) de leur patrimoine. Dans la plupart des cas, pour 101 défunts, le qāḍī, scrupuleusement, a noté le nom des monnaies qui faisaient partie de la fortune du défunt.

Tableau 13 : monnaies conservées par les Damascains

  • 6 Raymond, Artisans et commerçants, t. 1, p. 17.
  • 7 Eldem, Le commerce français d'Istanbul au xviiie siècle, p. 168-169.

8La monnaie que le juge utilise pour indiquer les prix des diverses possessions du défunt est le qurš. Si, dans les actifs des Damascains, le qurš est la monnaie la plus fréquemment rencontrée, les espèces étrangères et ottomanes constituent une part importante du numéraire possédé par les défunts. « Tous les pays de l'Empire ottoman avaient au xviie et xviiie siècles un système monétaire double avec une circulation simultanée de monnaies occidentales et de monnaies ottomanes et locales. »6 E. Eldem7 qualifie le système monétaire ottoman d'« assemblage » de divers systèmes européens et locaux : « Toutes les monnoyes du monde et de quelque endroit qu'elles soient ont cours à Constantinople. »

  • 8 Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, p. 240.
  • 9 Raymond, Artisans et commerçants, t. 1, p. 21.
  • 10 Ibn Kannān, Ḥawādiṯ, année 1111 (1699-1700), fol. 6b et suivants.
  • 11 Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, p. 246.
  • 12 D'autres monnaies apparaissent de temps en temps dans les comptes des qāḍī à Damas. Ces monnaies ne (...)

9En réalité, deux types de qurš sont mentionnés, dans les évaluations du juge, et dans les espèces conservées. Le qurš asadī est facilement identifiable : il s'agit d'une pièce d'argent, "l'écu au lion "de Hollande, dont le nom fait allusion au lion frappé en effigie. C'est donc une monnaie étrangère qui, malgré les altérations subies au cours du xviie siècle, reste en usage à Damas en 1717. Mais rien ne nous renseigne sur ce qu'est le qurš ‘adadī, monnaie utilisée par le scribe dans environ 10 % des inventaires. Malgré son qualificatif de ‘adadī, que l'on peut rapprocher de la racine /‘dd/ qui signifie compter, ce qurš est bien une monnaie d'usage, et non une monnaie de compte, puisqu'elle figure dans la description du numéraire : en 1687, par exemple, un homme possède de nombreuses espèces monnayées, dont 46 qurš ‘adadī. Il ne s'agit pas de la piastre frappée en 1099/1687-1688, sous le règne de Soliman II, d'un poids de 19,25 à 20,05 grammes, alors que le qurš asadī pèse 27,26 grammes, puisque nous trouvons dans les successions des qurš ‘adadī dès 1687. Ces qurš ‘adadī sont peut-être les piastres frappées en Turquie, imitations des pièces d'origine étrangère, dont parle R. Mantran : « Belin, citant Na'ima, parle de piastres ottomanes frappées en 1628 et 1652. »8 Une autre hypothèse peut surgir de l'observation des qualificatifs utilisés par les scripteurs pour décrire la monnaie : le qurš est ṣiḥāḥ ou ‘adadī. Ce ṣiḥāḥ est donc synonyme de asadī et oppose ce qurš au qurš ‘adadī : or, « à partir de 1680, signale A. Raymond pour l'Égypte9, la correspondance consulaire signale fréquemment l'entrée de kalb (l'écu hollandais) "légers "et "faux" venus de Marseille ou de Livourne [...]. » Le ‘adadī serait alors une monnaie d'argent étrangère, de mauvais aloi. De nombreux documents permettent de convertir qurš ‘adadī en qurš asadī, les scripteurs ayant senti la nécessité d'effectuer une conversion. En 1687, un qurš ‘adadī vaut 0,91 qurš asadī ; en 1691, quatre documents établissent le cours du ‘adadī à une valeur qui varie entre 0,88 et 0,9 asadī ; en 1113, le ‘adadī vaut 0,88 asadī. Nous fixerons donc la parité : 1 qurš ‘adadī 0,9 qurš asadī. Quelques rares miṣriyya entrent dans les espèces appartenant aux défunts. Peu thésaurisée, la miṣriyya est une espèce monétaire très utilisée par le qāḍī, car de moindre valeur que le qurš : c'est la monnaie des petites choses, la monnaie du quotidien, la monnaie dans laquelle se donnent les prix des denrées alimentaires10 et des salaires journaliers des artisans. En 1690, une femme meurt ; son mari est autorisé par l'exécuteur testamen taire, le waṣiyy, à dépenser sur la part d'héritage de son fils, trois pièces de miṣriyya par jour pour l'entretien quotidien de son enfant, le "manger", le "boire ", l'habillement, (kiswa), et toutes autres nécessités légales. Cette miṣriyya est peut-être cette petite pièce égyptienne qu'évoque Robert Mantran11 : « La dépréciation continuelle de l'aspre amena le gouvernement ottoman à créer une monnaie de petite valeur, quoique supérieure à celle de l'aspre [...]. Ainsi eut lieu l'émission du para, dont la première ne peut d'ailleurs être datée. Il est toutefois possible qu'il y ait déjà eu des paras sous le règne de Murad IV (1023-1049/1624-1640) : mais peut-être ne s'agit-il alors que d'une pièce égyptienne dénommée müeyyedi, qui valait trois aspres et que les Ottomans auraient alors adoptée. » C'est cette petite pièce, sans doute égyptienne, qui reste en circulation en Syrie à la fin du xviie siècle et au début du xviiie. Durant cette période, un qurš vaut entre 43 et 44 miṣriyya12.

  • 13 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 21.
  • 14 Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, p. 233.
  • 15 Paris, Histoire du commerce de la ville de Marseille, t. V, p. 324.

10A côté du qurš d'argent, les Damascains conservent d'autres pièces, en or, dont la plupart sont d'origine étrangère. La seule monnaie d'or ottomane apparaissant dans les inventaires est le šarīfī, ou altin šarīfī ; le aḥmadī est un šarīfī frappé au nom du nouveau sultan en 1103/1692. Plus nombreuses sont les monnaies d'or étrangères : les bunduqī (ou yaldīz) sont les ducats d'or vénitiens ; les ongres (ankarīs/ankalīs), dénommés aussi maǧar dès l'année 1714, sont les ducats hongrois. Les ryāl, pièces d'argent sévillanes ou mexicaines, sont peu nombreux à figurer dans les réserves monétaires des défunts, par rapport à ceux qui circulent en abondance au Caire13. Le nombre élevé de qurš que les défunts ont pu garder par devers eux ne doit pas faire illusion : quand on peut thésauriser, on garde les monnaies d'or étrangères, les bunduqī et les ongres, dont la valeur est près de trois fois plus élevée que celle du qurš. Trois personnes seulement (sur les 101 défunts qui possèdent des monnaies répertoriées dans leurs avoirs) détiennent 6508 qurš ; il s'agit de deux marchands de drogues et épices (‘aṭṭār) et d'un commerçant en tissus, dont les réserves en numéraire doivent correspondre à un encaissement qui a précédé de peu leur décès, et non pas à une thésaurisation. « Les monnaies étrangères sont recherchées car elles présentent une garantie de valeur beaucoup plus sûre que les monnaies du pays. »14 Très souvent, les scripteurs, s'ils ommettent de préciser le titre de la monnaie, mentionnent l'état ou la qualité de la monnaie d'or. Ongres, bunduqī et šarīfī sont qualifiés de ḥasana ; une seule fois, des ongres sont maqṣūra (rognés), sans que, malheureusement, le document ne donne la valeur de ces ongres maqṣūra. Peut-on donner le sens de "de bon aloi" à ḥasana, ou faut-il voir, dans l'utilisation de cet adjectif, une confirmation des observations de Paris15 qui observe : « Les Turcs étaient bien moins experts que les Occidentaux pour apprécier la teneur en métal fin des alliages ; en particulier l'usage de la pierre de touche était moins répandu qu'en Europe. C'est pourquoi la population attachait plus de prix à l'aspect des pièces qu'à leur titre. » L'habitude de garder de préférence les monnaies étrangères d'or suggérerait qu'on recherche le bon aloi plutôt que la belle apparence, et si l'on garde les monnaies d'or étrangères, c'est parce que l'on a confiance dans leur valeur, comme l'on a confiance dans l'or du šarīfī ottoman. La piastre d'argent subit une légère dépréciation qui s'aggravera dans les années qui suivent la période étudiée.

Évolution des prix

11Les évaluations du qāḍī concernent une période de plus de trente ans. Les inflations galopantes sont certes des phénomènes récents, mais, dans l'analyse de la société damascène et de ses assises économiques, il était cependant impossible d'ignorer les variations possibles de la valeur de la monnaie et des prix pendant la période : les défunts possèdent de l'or, sous forme de bijoux ou de monnaies. Le prix de l'or peut être un bon indicateur de la valeur des monnaies utilisées et donc de la courbe générale des prix, pendant les trente années concernées.

L'or des bijoux

  • 16 La racine du mot est [ǧim, dāl, lām] : le sens est "tresser" ; une ǧadīla est une corde tressée. Un (...)
  • 17 Les documents permettent d'estimer à peu près le prix de la perle seule : une petite perle vaut 1,5 (...)

12Quatre-vingt quinze femmes et treize hommes possédaient des bijoux, dont le qāḍī ne détaille pas le poids lorsqu'il s'agit de bijoux de peu de valeur, ou de bijoux en argent. Vingt-huit personnes seulement, dont vingt deux femmes, possédaient des bijoux assez onéreux pour être pesés et évalués. Mais chacune de ces personnes était souvent propriétaire de plusieurs bijoux : en 1688, une femme avait deux bracelets (siwār) en or ǧadal, deux bracelets en or mabrūm16, deux colliers (biqā‘ī ? ḥabal) en or, deux ornements de tête (šayyālāt) en perles. Le nombre de bijoux évalués à leur poids est bien supérieur au nombre de propriétaires dont la succession en or a fait l'objet d'une très précise prisée : 133 bijoux ont été pesés et évalués. C'est à partir d'eux que nous pouvons essayer d'établir les variations du cours de l'or. Les problèmes ne manquent pas ; que la traduction de tel ou tel objet ne soit pour l'instant pas toujours claire ne gêne pas le calcul. Mais, à l'or des bracelets, colliers, etc., viennent souvent se mêler des perles qui, visiblement, font monter le prix de l'objet. La perle est chère ; et tel bijou qui vaut telle somme en or voit son prix monter dès que la perle s'y mêle. Ainsi, dans la même année 1687, un bracelet en or avec des perles est estimé à 4,35 qurš le miṯqāl ; un bracelet en or sans perle vaut de 2,30 à 2,40 qurš le miṯqāl. Trente-quatre bijoux, en or, sont ornés de perles ; l'un d'entre eux est toujours en perles, c'est le šayyālāt, ornement de tête. Le miṯqāl de ces bijoux vaut, en moyenne, 4,5 qurš17 : ces 34 parures contenant des perles, fauteurs de trouble, ont été éliminés des calculs.

13D'autre part, il y a, bien sûr, or et or. Quelques monnaies qui, sans doute se portaient en colliers, sont considérées comme des bijoux ; 3 miṯqāl de simple monnaie d'or (sikka ḏahab) sont estimés à 22 qurš, soit 1,44 qurš le miṯqāl ; un miṯqāl de ḏahab waṭanī (de l'or local ?) à 1,84 qurš. Mais les autres bijoux sont faits d'or travaillé : la valeur du miṯqāl d'un bracelet d'or "tressé" (ǧadal) ou "tordu" ( ?) (mabrūm) s'élève à plus de 2,5 qurš. Bref le prix du travail de l'orfèvre s'ajoute à la valeur intrinsèque du métal précieux. Partons du principe que la valeur du métal compte plus que le prix du travail. Quatre-vingt dix-neuf bijoux pesés et estimés permettent d'établir la valeur moyenne, par année, du cours du miṯqāl d'or travaillé :

1686

2,82

1686/1687

2,6

1687/1688

2,35

1688/1689

2,73

1689/1690

2,44

1690/1691

3,01

1691/1692

2,72

1692/1693

2,9

1694/1695

3,06

1714

2,91

Tableau 14 : valeur, en qurš, du miṯqāl d'or

14En 1686, deux bracelets pesant 3 miṯqāl sont estimés à 50 qurš. Nous supposons que le prix de 16,67 qurš du miṯqāl est anormalement élevé et correspond soit à une erreur d'écriture du scripteur, soit à une erreur de lecture de notre part ; c'est un point aberrant, il n'en a pas été tenu compte. Le nombre de bijoux pesés, par année, est inégal : en 1686, un seul bracelet, très lourd, de 38,5 miṯqāl, estimé à 100 qurš, laisse calculer le cours : 2,6 qurš. Aucun inventaire ne comprend de bijoux entre 1694 et 1714, date à laquelle, cependant, 9 bracelets et un collier permettent d'établir avec sûreté la valeur du miṯqāl d'or travaillé. C'est sans doute à ces imperfections des données qu'il faut attribuer le manque de continuité, d'une année sur l'autre, de la valeur du cours du miṯqāl. Une courbe permet de mieux voir l'évolution du cours de l'or.

Graphe 8 : cours du miṯqāl d'or travaillé de 1686 à 1717

15On peut conclure à une légère augmentation de la valeur de l'or entre 1686 et 1717, augmentation sur l'ensemble de la période de 11,5 %, ce qui correspond à une augmentation annuelle de 0,5 %. Faut-il accorder une importance à la légère baisse constatée entre 1694 et 1714 ? L'absence de bijoux dans les inventaires, de toute façon peu nombreux entre ces deux dates, rend l'analyse peu significative : en 1714, la présence de 10 bijoux permet de calculer le cours de l'or avec une relative sûreté ; en revanche, en 1694, le cours est établi à partir de 4 bijoux seulement, dont trois sont en or très travaillé (deux bracelets mabrūm, un bracelet ǧadal). Aussi peut-on avancer que l'estimation du cours de l'or en 1694 est un peu faussée par la qualité des bijoux dont on a conservé la trace. Mieux vaut alors se fier à l'allure générale de la courbe qui trace l'évolution du cours de l'or entre les deux dates extrêmes, 1686 et 1717.

L'or des monnaies

16Les Damascains, à leur mort, possèdent peu de numéraire ; tel n'est pas le cas des étrangers qui meurent à Damas et dont l'établissement de la succession est réalisé par le juge local : un non-damascain sur deux possède, à sa mort, des monnaies qui représentent environ 70 % de son actif. Voyageurs quelquefois, ou commerçants, beaucoup de ces pérégrins sont en effet des pèlerins. Les espèces constituent forcément une part importante de leur avoir : les pèlerins ont besoin d'argent liquide pour vivre, mais aussi pour acheter. A leur retour, ayant souvent vendu, ils reviennent chargés de pièces, qui, à quelques différences près, sont les monnaies que les Damascains conservent : 167 ongres, 686 bunduqī, 637 šarīfī ; bunduqī et sarīfī, toutefois, paraissent plus appréciées des pèlerins, tandis que les Damascains ont une préférence pour les ongres ; s'y ajoutent quelque 835 akşe de peu de valeur, 67 zinǧirlī, 10 ṭuralī, 139 ‘atīqī, 22 eski. Les aḥmadī, ṭuralī, zinǧirlī ne sont cités que dans les inventaires tardifs (ceux de 1714) : en effet, le ṭuralī est une nouvelle pièce d'or ottomane frappée en 1108 (1696/97), c'est la pièce d'or à la ṭuġrā, au sceau du sultan ; quant au zinǧirlī, c'est une pièce d'or qui remplace le ṭuralī, frappée sous le règne de Ahmed III, en 1707. A partir de 1696, la monnaie appelée šarīfī est remplacée par les zinǧirlī et les ṭuralī, ces nouvelles monnaies d'or otto manes. Que sont les eski et atīqī ? Ils ne sont pas mentionnés dans les ouvrages de R. Mantran, A. Raymond et E. Eldem ; leur nom indiquerait qu'en cette époque de nouvelles frappes, il s'agit d'anciennes pièces d'or. On aurait même pu penser qu'il s'agissait des mêmes pièces, l'une au nom turc, l'autre arabe, si leur valeur n'était pas différente (le ‘atīqī est estimé 3 qurš, le eski 3,3 qurš, à la même date). Leur valeur dépasse légèrement celle du sarīfī et équivaut à peu près à celle des ongres et bunduqī.

17On établira donc le cours de l'or à partir des monnaies les plus fréquemment trouvées dans les successions : le bunduqī, l'ongre, le šarīfī, et le ryāl recensés par le qāḍī dans les successions de Damascains et d'étrangers. Dans chaque succession comportant du numéraire, le scripteur calcule, en qurš, la valeur des monnaies possédées. Il est donc facile d'en établir le cours, de 1686 à 1717.

Graphe 9 : Cours du bunduqī

18

Graphe 10 : cours de l'ongre

19

Graphe 11 : cours du ryāl

20On observe tout d'abord que toutes les courbes coïncident : il y a eu augmentation de la valeur de toutes ces monnaies par rapport au qurš.

21Cette augmentation, en trente ans, est faible. Le bunduqī passa, en 1686, de 2,5 qurš à 2,95 en 1714 ; l'ongre de 2,26 à 2,97 ; le ryāl de 1 à 1,5.

Graphe 12 : cours du šarifī

22Le šārīfī ne connaît pas d'évolution significative car il cesse d'exister dans nos documents en 1694, date à laquelle l'augmentation des cours n'a pas eu encore lieu. Les ṭuralī et zinǧirlī qui le remplacent valent, en 1717, 2,6 et 2,8 qurš. La monnaie la plus côtée est l'eski altin, qui vaut 3,3 qurš à cette date.

  • 18 Cependant, cette augmentation a pu débuter avant 1702-1703 ; entre 1693-1694 et 1701-1702, ne nous (...)

23Cette augmentation, par ailleurs, ne s'est pas faite régulièrement. A une première période de stabilité, qui s'étend de 1686 à 1702, succède jusqu'en 1714 une période de hausse : la hausse devient alors beaucoup plus significative18. Le bunduqī augmente de 18 % en 12 ans (de 1702 à 1714) ; l'ongre en 10 ans de 7 % (de 1692 à 1702), pour connaître, de 1702 à 1714, un bond de 23,2 %. Le ryāl est la monnaie qui connaît le plus tôt une augmentation : de 4,8 % de 1687 à 1702, puis de 15 % de 1702 à 1714.

24Les inventaires après décès ont donc permis, grâce à la précision du scripteur, d'établir les fluctuations de la monnaie à Damas, au tournant du xviiie siècle. Comme à Istanbul et au Caire, les monnaies locales se déprécient ; Robert Mantran et André Raymond l'ont démontré pour les deux villes. Les détails des taux saisis, dépendant des lacunes des documents utilisés, sont soumis à des aléas dont on ignore le sens. Cependant, la pente des courbes représentées montre que dans ces deux villes, comme à Damas, le ducat d'or vénitien, le bunduqī, voit sa valeur s'accroître, dans des proportions semblables : de ce point de vue, l'Empire ottoman semble faire un tout.

Graphe 13 : cours comparés du bunduqī, en qurš, à Istanbul et Damas

25On peut conclure à une dépréciation du qurš, donc à une hausse des prix problable, qui s'accentue à partir de l'année 1702. Cependant, cette inflation est légère et tardive. Elle n'introduit pas d'éléments perturbateurs qui compromettraient l'analyse de la composition des patrimoines à travers l'étude des inventaires après décès, source économique sûre et homogène.

ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES

  • 19 Jennings, Women in early 17th century Ottoman Judicial Records.
  • 20 Gerber, Social and economic position of women in an Ottoman city, Bursa, 1600-1700.
  • 21 Rāfiq, Maẓāhir min al-tanẓīm al-ḥirafī, p. 34.

26L'analyse portera sur la partie masculine de la population, les 277 Damascains, puisque les qāḍī, tout au long de la période, ne mentionnent jamais la moindre activité économique féminine. Les femmes possèdent, elles héritent, elles prêtent et empruntent : les documents l'attestent. R.C. Jennings19 et Haim Gerber20, dans leurs études respectives de la population féminine de Kayseri et de Bursa, étaient parvenus à des conclu sions contradictoires en ce qui concerne les occupations artisanales ou commerçantes des femmes : pour R.C. Jennings, « ces domaines étaient fermés aux femmes » ; pour Haim Gerber, les femmes « jouaient un certain rôle dans l'artisanat », avant tout par le travail qu'elles effectuaient chez elles. Enfin, à Damas, bien que les scribes n'y fassent pas allusion, on sait que les femmes exerçaient certains métiers21, dont on ne pourra rien dire puisqu'ils n'apparaissent pas dans les inventaires.

Une population active composée avant tout d'artisans et commerçants

27Le métier du défunt n'est pas systématiquement indiqué ; il n'est pas cependant impossible de connaître les activités qu'il exerce : le nom de métier, inscrit à la suite du nom propre, suggère une activité dont il faut vérifier l'actualité, en examinant que le contenu du ḥānūt ou du maḫzan du défunt confirme les indications suggérées par le nom. Exerçant donc un métier suggéré par le nom, ou seulement déduit du contenu du ḥānūt, 215 hommes, les trois quarts de la population masculine, ont pu être ainsi placés dans leur cadre de vie économique. Les défunts ont donc été qualifiés, soit du nom de métier, en arabe, qu'accole le qāḍi à l'ism et au nasab, soit de banales expressions françaises, que l'absence de précision du juge a condamné à utiliser : "commerçant", ou mieux, quand la déduction est possible, "commerçant en tissus" ou "fabricant de ‘abā" ou "de qamar al-dīn", etc.

  • 22 En Europe aussi, la distinction était difficile à faire.
  • 23 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 203-213.

28Le nombre de personnes qui n'exercent pas d'activités productives ou commerciales est limité : deux traducteurs-interprètes (turǧumān), trois munlāh, un muezzin, un qāḍī, trois šayḫ (sans occupation artisanale ni commerciale) dont deux de confrérie (ṭarīqa). A ce groupe de lettrés s'ajoute un faible nombre de personnes portant le titre de militaires, dont la présence dans un registre de défunts civils pose d'ailleurs problème : deux āġā, un bulukbāšī, un janissaire et deux autres militaires (beşe), bref 16 personnes sur les 216, soit 7 %. La population active de la ville est donc occupée, dans son immense majorité, à l'artisanat et au commerce. Artisanat ? Commerce ?22 André Raymond notait pour le Caire : « Il est très difficile de déterminer si une activité doit être classée comme artisanale ou commerciale [...]. Le caractère fondamental de beaucoup d'activités économiques au Caire était l'absence de séparation nette entre le processus de fabrication et le processus de vente [...]. Le fabricant était aussi le vendeur des objets produits. »23 Il n'en était pas autrement en Europe. Le boulanger (ḫabbāz) fabriquait et vendait son pain (il continue quelquefois, au xxe siècle, à être artisan et commerçant dans un monde où la séparation des activités de production et de vente est devenue la loi). Aussi le dictionnaire des métiers damascains d'al-Qāsimī, élaboré à la fin du xixe siècle, a-t-il aidé à classer la quasi-totalité de la population engagée dans des activités productrices et commerciales : l'auteur, en effet, précise pour pratiquement chacun des métiers qu'il répertorie si la personne qui l'exerce, fabrique et vend dans un même temps, ou ne fait que fabriquer, ou vendre. On a donc classé les défunts, dont on connaît ou déduit le métier, en artisans, artisans-commerçants et commerçants.

  • 24 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 206.
  • 25 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. 2, p. 12.

29La population active damascène semble moins engagée dans la production artisanale que dans le commerce : 63 artisans, 29 artisans commerçants, 108 commerçants, soit 31,5 % d'artisans. André Raymond avait constaté, pour le Caire, à partir des dépouillements d'archives du maḥkama, une disproportion semblable : 27,6 % de successions d'artisans et 64,3 % de successions de commerçants. Mais, jugeant que les successions moyennes et importantes, appartenant à des gens de commerce, étaient sur représentées dans ces documents, il suggérait qu'en réalité, la moitié de la population du Caire était occupée à des activités artisanales et le tiers de la population au commerce24. La classification de Qāsimī, à la fin du xixe siècle, suggère, pour Damas, une conclusion intermédiaire : 46 % d'artisans et artisans-commerçants et 54 % de commerçants, moitié-moitié. Les voyageurs sont frappés, au Caire, comme à Damas, par l'intensité de la vie commerciale et la pauvreté des activités artisanales. Doit-on leur faire confiance ? « La circulation a l'avantage d'être d'observation facile, écrit Fernand Braudel. Tout y remue et signale ses mouvements. Le bruit des marchés parvient sans erreur jusqu'à nos oreilles. »25 Le souk se remarque, plus que l'échoppe de l'artisan.

  • 26 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 215.
  • 27 Qāsimi, Qāmūs ; et Sibā‘ī, Aḍwā’ ‘alā Qāmūs al-ṣinā‘āt al-šāmiyya.
  • 28 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 215-216.
  • 29 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 227.
  • 30 Cité par Ben Moussa, Présentation et analyse des actes de qadi à Damas, p. 35.

30On ne sera pas étonné de constater la grande spécialisation des activités, l'extrême division du travail dans la ville de Damas au xviiie siècle. « Celui qui vend le tarbouch ne vend pas le gland », remarque un dicton arabe cité par André Raymond qui, pour la ville du Caire à la même époque, observe : « Le second trait qui caractérisait l'artisanat, comme d'ailleurs le commerce, était l'extrême division du travail. »26 D'ailleurs, Qāsimī ne répertorie-t-il pas, pour la ville de Damas au tournant du xxe siècle, quelque 360 métiers différents engagés dans des activités urbaines ? 27 Si l'on se borne à observer les activités de production et de commerce, dont le qāḍī a défini clairement le "métier", sans s'attacher pour l'instant aux qualifications apportées par nos soins mais n'existant pas dans la source, on constate que le qāḍī a dû utiliser, pour 149 défunts, 60 noms différents de métiers : c'est presque (pas tout à fait) dire que chaque individu exerce un métier différent de son voisin ! Un seul exemple : un iskāf, des zarābīlī, des bawābīǧī, des qawwāf, des na‘‘āl chaussent les pieds de notre population. André Raymond suggérait que « cette division du travail ne répondait réellement à aucun souci de rationalisation et que la spécialisation des divers artisans dans des processus productifs parcellaires n'impliquait nullement un travail en série qui eût été signe de progrès technique »28. Il voyait à ce phénomène d'autres explications : le caractère héréditaire du métier ; la cohabitation des artisans et commerçants dans les mêmes souks et dans les corps de métier, qui développait en eux le sens de la solidarité plutôt que de la concurrence ; le manque de capitaux, enfin, s'il rendait difficile toute séparation nette du procès de production et du procès de vente, allait aussi dans le même sens : spécialiser et minimiser les investissements en outillage. Ajoutons que, comme le constatait André Raymond pour le Caire29, la location de l'outillage était pratiquée à Damas ; prenons pour exemple le contrat de location d'une boutique de coiffure qui incluait le local et également les instruments de travail du coiffeur, des rasoirs, des serviettes, un seau en cuivre et une paire de ciseaux.30

Le matériel utilisé

  • 31 Une analyse plus complète du contenu de ces boutiques sera effectuée dans un autre travail.
  • 32 Qāsimī, Qāmūs, p. 58-61.
  • 33 Selon Kasimirsky, Dictionnaire : "brûlé au four".
  • 34 Sur le tenancier de bain, Qãsimī, Qāmūs, p. 107-112.
  • 35 Qãsimī, Qāmūs, p. 260-262. A moins qu'il n'utilise un "foyer" (uǧaq) bâti en dur et faisant partie (...)

31La part de la richesse damascène consacrée aux activités artisanales et commerciales s'élève à 20 % des actifs. Mais, dans ce capital, la proportion consacrée aux produits destinés à la vente est infiniment plus importante que la part consacrée à l'outillage ou aux espaces de production et de commercialisation. Il a été possible de faire un bref sondage sur le capital immobilisé dans le matériel de production et sur la valeur moyenne des ḥānūt, dukkān, maḫzan, et des quelques rares bâtiments de production mentionnés par les inventaires. Les outils dont l'existence est mentionnée par le scribe sont peu nombreux et de faible valeur. Laissons le scribe énumérer les quelques contenus de boutiques qui, grâce à lui, nous sont parvenus31. Le juge a mentionné, pour 16 personnages artisans ou commerçants, dont les actifs s'échelonnent entre 17 et plus de 6 000 qurš, le montant de la fortune consacré aux outils nécessaires à la pratique du métier exercé (production) : l'échantillon est trop réduit pour que l'on puisse en tirer des conclusions définitives. Remarquons toutefois que dans l'ensemble, les instruments ou l'outillage ne représentent en moyenne que 5,4 % du patrimoine total, une proportion très faible qui ne rend cependant pas compte, bien entendu, des différences importantes qui séparent les individus. Un fabricant de récipients en bois (‘ulabī) utilise des planches de bois (daff ḫašab), des clous (mismār) pour fabriquer, entre autres, des caisses ou cageots (maḥā’ir) qui comptent en valeur pour moitié de ses biens. De même, un vétérinaire/maréchal-ferrand (bayṭār) possède de nombreux instruments et outils pour exercer son art : des marteaux divers (maṭraqa et šākūš), des maḥāwīr ( ?), des ribāl ( ?), des maqālim ( ?), des paires de tenailles (kammāša), des kaffāt ( ?), des fers à chevaux (nal), des clous (mismār) neufs et anciens, des enclumes (sindān) et autres (farš dukkān) qui représentent la moitié de sa fortune. Au vu du nombre et de la variété de ses instruments, Qāsimī classerait ce vétérinaire dans la catégorie des "bons" praticiens32. Inversement, un tenancier de bain (ḥammāmī), al-Ḥāǧǧ ‘Abd Allāh b. ‘Abd al-Raḥīm al-Ḥimṣī, riche de plus de 6 000 qurš, n'a investi que 105 qurš dans son bain : des serviettes diverses (fuwaṭ et manāšif), des ta‘ātīb ( ?), quatre coussins dits yamanī, trois matelas ou grands coussins servant de siège (ṭarrāḥa), un rideau (barda), quelques soques de bois (qabqāb) et deux coffres. Inclus dans cette somme, quatre ânes lui permettent de faire transporter dans quatre grands bissacs en poil de chèvre (šalīf) destinés à transporter du combustible (qumāma), des résidus du four (maǧlūf33) et un panier en osier (qašša)34. Un autre vétérinaire/maréchal ferrand (bayṭār) ne possède avec sa "trousse d'instruments" (‘iddat bayṭār) qu'une seule enclume de fer (sindān ḥadīd) dont la valeur ne représente que 10 % de son actif. Muhammad b. Muhammad al-šāwī est bien rôtisseur de son état, les ustensiles inventoriés par le qāḍī le confirment. Il possède dans sa boutique 50 plats (ṣaḥn) en faïence locale (qasānī) dans lesquels il offre de la viande de mouton, hachée très finement et grillée sur de petites broches de fer (sīḫ kabba). Il est mort sans doute jeune il n'a ni enfant ni conjoint—, et pauvre : sa fortune ne s'élève qu'à 45 qurš ; néanmoins, avec les 6 qurš (12,5 %) qu'il a investis dans ses outils de travail, et en dépit de l'abscence du brasero (manqal) indispensable à l'exercice de son métier, il peut théoriquement "servir" 50 clients35.

32L'outillage est, généralement, estimé dans son ensemble. A quelques instruments, cependant, ou "machines", le juge a donné un prix : un peigne à tisser (mašṭ) vaut 1,5 qurš, le prix d'un gilet (yalik) en alāǧā ; un dévi doir pour tordre les fils de soie (dūlāb fatāla li ṣinā‘at al-ḥarīr), 10 qurš (un qunbaz, un manteau de pluie – yaġmurlik – sont souvent plus onéreux) ; les 80 planches sur lesquelles Manṣūr b. Aḥmad ai-Hindī étend, afin qu'elle sèche au soleil, sa pâte d'abricots, la célèbre qamar al-dīn damascène, sont estimées 40 qurš, soit 0,5 qurš la planche, le prix moyen d'une aiguière en cuivre (ibrīq nuḥās) ou d'une chemise usagée (qamīṣ köhne).

  • 36 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 218-221.

33Sans doute peut-on appliquer aux activités artisanales damascaines les remarques faites par André Raymond à propos du Caire : « Les procédés industriels avaient peu changé depuis la fin du Moyen Âge et ils devaient peu changer ensuite jusque vers la fin du xixe siècle [...]. Les instruments étaient donc restés traditionnels et les méthodes de travail routinières [...]. On peut légitimement conclure que la part de capital consacrée au matériel de production était en général extrêmement réduite au Caire. »36

Les espaces de travail

  • 37 On s'est longtemps demandé s'il existait une différence de dimensions ou d'usage entre le ānūt et (...)

34Trente des 180 entrepôts (maḫzan) et surtout boutiques (dukkān ou ḥānūt, deux termes qui apparaissent utilisés indifféremment par les scribes pour désigner la boutique37) sont la propriété des défunts ; les autres boutiques sont donc louées, mais le qāḍī n'indique pas toujours le montant du loyer qui peut avoir été réglé, et n'a donc pas à figurer dans le passif, et ne mentionne pas à qui cette somme est due : les propriétaires sont-ils des personnes ? Ou sont-ils plutôt des waqf, institutions dont on sait qu'elles investissaient dans ce type de propriété foncière urbaine de rapport ?

35Un faible nombre de ces ḥānūt ou dukkān sont estimés par le qāḍī : la valeur moyenne des dix ḥānūt mentionnés ne dépasse guère les 40 qurš, le prix le plus souvent annoncé se situant plutôt entre 15 et 30 qurš, alors que la valeur moyenne des maisons, dont soixante environ sont estimées, est de 227 qurš. Seul, un riche commerçant en tissus, dont la fortune dépasse 3 000 qurš, possède un ḥānūt, situé dans le Sūq al-Quṭn, qui vaut 160 qurš, mais il n'en détient que 6 qirāt (40 qurš). Quant aux loyers, dont seulement 35 sont chiffrés par le qāḍī, ils sont modiques : un, deux, trois qurš le plus souvent, cinq au maximum. La durée exacte de la location n'est pas indiquée, à deux exceptions près : un riche commerçant, dont l'actif se monte à 2461 qurš, a loué un maḫzan dans la Qāsāriyyat al-Nuhās. Il doit, pour trois ans de location, 16,25 qurš. Un très pauvre armurier (bunduqgī), "riche" de 20 qurš, occupe un ḥānūt dévolu à la fabrication d'armes à feu (al-mu‘adda li-ṣina‘at al-banādiq) : il est redevable de 1 qurš pour trois mois de location. Ces quelques indications permettent de suggérer que le montant des loyers annuels de ḥānūt, dukkān ou maḫzan, représente de petites sommes.

Les grands secteurs de la vie économique

36Le tableau suivant permet d'apprécier le poids respectif de chacun des grands secteurs de l'économie damascène.

37

  • 38 Ces calculs ont été effectués sur les individus engagés dans des activités productives et commercia (...)

Note 3838
Tableau 15 : les grands secteurs de la vie économique

Les métiers du textile

  • 39 Les traductions des différents et nombreux noms de métiers qui suivent sont données d'après les des (...)

38Le nombre de commerçants, et dans une moindre mesure d'artisans39, occupés dans le secteur du textile indique l'importance, si ce n'est la prédominance, de ce secteur dans l'économie de la ville : 77 personnes, 39 % des défunts, exercent une profession qui les met en rapport avec la fabrication et le commerce des étoffes. Les 47 commerçants en tissus divers, en soie, en vêtements, en ‘abā, sont plus nombreux que les artisans du textile : 1 fabricant d'alāǧā (alāǧātī), 1 foulon (da‘‘ās), 2 lustreurs d'étoffes (daqqāq), 2 "tordeurs de fils de soie" (fattāl), 5 tailleurs (ḫayyāṭ), 5 teinturiers (ṣabbāġ), un blanchisseur de toiles écrues (qaṣṣār), 1 tisserand, 6 passementiers (‘aqqād), 2 fourreurs/pelletiers (farrā’), 1 fabricant de ‘abā, 2 marchands de coton (qaṭṭān), 1 marchand de laine (ṣawwāf), 1 marchand de tapis (ṭanāfisī?).

Les métiers de l'alimentation

  • 40 Le nom de métier est ma‘‘āk ; Qāsimī, Qāmūs, p. 454-455.
  • 41 Bakhit, The Ottoman province of Damascus, p. 157.
  • 42 Le poisson ne serait peut-être pas aussi totalement absent de l'alimentation du Damascain : un des (...)

39Quarante-sept personnes, près d'1/4 des défunts, s'occupent à nourrir la population : la farine et le pain sont fournis par deux meuniers (ṭaḥḥān) et un boulanger (ḫabbāz), la viande par deux équarisseurs (masāliḫī), un boucher (laḥḥām) ou, déjà légèrement apprêtée, par un rôtisseur (šāwī). Des gâteaux et des douceurs sont proposés par deux hulwānï, un fabricant de petites crêpes (qaṭā’ifī), un fabricant de pâte d'abricot (qamar al-dīn)40, un commerçant d'abricots, un de "biscuits secs" (ka’k), et un vendeur de rafraîchissements (aqsamāwī) particulièrement prisés, une sorte de sirop à base de jus de raisin mélangé à de la glace (aqsamā)41. Onze marchands d'épices et de drogues (‘aṭṭār), douze "simples" épiciers (sammān), viennent compléter, avec divers autres commerçants en biens alimentaires, en blé, en bois et charbon (ḥaṭṭāb), en graines, en café, savon et tabac, l'éventail des métiers de l'alimentation qui sont, après ceux du textile, les mieux représentés42.

Les métiers du cuir

40Les artisans du cuir sont aussi relativement nombreux : 24 personnes, 12 % de la population. Quatre tanneurs (dabbāġ) préparent le cuir qu'ils proposent à divers autres artisans. Car si on ne trouve que rarement des chaussures dans les successions, les Damascains ne semblent cependant pas marcher pieds nus. En effet, chaussent, de différentes manières, les pieds des citadins mais aussi des campagnards, trois fabricants de bābūǧ (bawābīǧī), deux fabricants (zarābīlī) de zarbūl, chaussures plutôt gros sières pour les paysans, et divers autres cordonniers dont il est difficile de cerner avec précision la spécialisation (cinq qawwāf, trois na‘‘āl et un iskāf). Les harnachements et selles des bêtes de somme et de monte, dans un monde qui utilise les animaux pour le transport des marchandises et des hommes, sont confectionnés par un fabricant de bâts (ǧalālātī) et trois selliers (surūǧī) ; on relève également la présence d'un artisan en cuir, dont le nom de métier n'est pas indiqué.

Autres métiers

41Enfin, difficiles à classer, mais assurant le fonctionnement de l'éco nomie et du quotidien de la ville, d'autres métiers sont représentés, liés à l'artisanat, au commerce ou au secteur plus général des services. Deux orfèvres (ṣā’iġ) travaillent les métaux précieux et deux changeurs (ṣarrāf) pèsent et échangent les monnaies. Le travail de métaux moins précieux mais importants pour la vie urbaine occupe un forgeron (ḥaddād), un chau dronnier (naḥḥās) qui fabrique les ustensiles en cuivre de la maison, tandis qu'un autre ne fait que le commerce de ce métal qu'un troisième grave (naqqāš) à la demande du client. Dans le bois travaillent un fabricant de coffres (ṣanādīqī) et deux fabricants de boîtes et cageots ('ulabī). Les travaux du bâtiment sont représentés par quatre menuisiers (naǧǧār), deux spécialistes en enduit à base d'argile des sols, terrasses et murs (tayyān) et un dernier artisan dont le métier n'est pas précisé.

  • 43 Qāsimī, Qāmūs, p. 123.

42L'hygiène et la propreté des corps sont assurées par deux tenanciers de bain (ḥammāmī), deux barbiers-coiffeurs (ḥallāq), deux métiers qui travaillent en étroite collaboration, et un savonnier (ṣabbān). La santé des bêtes est surveillée par quatre vétérinaires/maréchaux-ferrands (bayṭār) ; un seul médecin (ṭabīb) s'occupe des hommes. Le secteur des transports est représenté par divers "loueurs de montures ou de bêtes de somme", moucres et muletiers (‘akkām, makkārī ou qāṭirǧī, un terme turc syno nyme). Ces divers métiers recourrent quelquefois, dans l'exercice de leur profession, à un "mesureur de temps", à l'horloger (sa‘ātī), et plus souvent, du moins pour certains d'entre eux, à un peseur (wazzān), car de nombreuses marchandises sont taxées au poids. Et dans la vie quotidienne, ils ont eu l'occasion de croiser, peut-être, le chemin de ce marchand ambulant, qui ne possède pour tout bien de commerce qu'un âne pour proposer oeufs et tabac, ou d'autres commerçants dont nous n'avons pu cerner le type d'activités. Ils ont également pu fréquenter la boutique du fabricant de pipes (ġalā’inī), car la consommation du tabac est largement diffusée depuis un siècle, celles des deux armuriers (bunduqǧī) ou celles des quatre quincaillers (ḫurdaǧī), vendeurs de babioles ou déjà de produits importés d'Istanbul ou d'Europe, comme ce sera le cas à la fin du xixe siècle43. Enfin, un courtier (dallāl) a peut-être exercé son métier pour notre profit, car vendant ou estimant les biens des défunts, il a fixé certains des prix qui ont été conservés dans les inventaires.

Localisation des activités

Les lieux de travail

43Le scribe n'indique pas systématiquement le lieu où s'exerce la profession : quelque 120 lieux de travail (ḥānūt, dukkān) ou entrepôts (maḫzan), sont dispersés dans une soixantaine de quartiers, marchés ou caravansérails différents. Une imprécision relative, au moins pour le chercheur d'aujourd'hui, caractérise la localisation de ces lieux par les scribes : ainsi, par exemple, il est enregistré sans autre précision qu'un équarisseur (masāliḫī) possède deux entrepôts dans la Maḥallat al-Mazābil, un quartier extra-muros au nord de la ville, qu'un épicier (sammān) a sa boutique à Maḥallat al-Mīdān, ou qu'un fabricant de bâts de bêtes de somme (ǧalālātī) exerce son métier dans une échoppe à Maḥallat al-Abbārīn, un quartier hors-les-murs situé à l'ouest du premier mentionné. Mais dans leur majorité, la localisation de ces boutiques et entrepôts situés dans 28 souks (26 dans la ville et 2 à Ṣāliḥiyya) et dans 14 ḫān ne pose pas, à quelques exceptions près, d'insolubles problèmes, comme l'illustre la carte n° 2.

Tableau 16 : souks mentionnés

Le textile

44Les commerçants en étoffes diverses, les plus nombreux, exerçaient leurs activités dans des dukkān ou ḥānūt situés dans leur grande majorité dans trois grands souks localisés intra-muros, dans le secteur central des marchés : le Sūq Ǧaqmaq, sur la Rue Droite, le Sūq al-Ḫayyāṭīn, qui lui est perpendiculaire, et ses prolongements vers le nord, le Sūq al-Ḏirā‘ (dénommé aussi Sūq al-Ḥaramayn pour la partie se trouvant à proximité du ḫān du même nom) et le Sūq Bāb al-Barīd. Les plus riches des défunts marchands sont installés dans le Sūq Ǧaqmaq et le Sūq al-Ḏirā‘ où ils côtoient d'ailleurs des boutiquiers moins aisés ; quelques-uns des tailleurs ont, bien entendu, leur boutique dans le Sūq al-Ḫayyāṭīn.

  • 44 Voir infra sur la date de construction de ce ḫān.
  • 45 Pascual, Damas à la fin du xvie siècle, p. 107.
  • 46 D'après Ibn ‘Abd al-Hādī cité par Ṭalas, Ṯimār, p. 265.
  • 47 Von Kremer, Topographie, II, 5.

45Toutefois, les commerçants en textiles ne sont pas tous installés dans ces souks. Quelques-uns se regroupent également dans le Süq al Bahrāmiyya, proche du Ḫān Bahrām Bāšā d'où il tire son nom ; ce ḫān est localisé à l'ouest du Sūq Ǧaqmaq, sur le côté sud de la Rue Droite, à proximité de Bāb al-Ǧābiya et du Sūq al-Quṭn44. Un tailleur pratique son métier dans le Sūq al-Sibāhiyya construit au milieu du xvie siècle45, au sud de la Citadelle. D'autres marchands de tissus côtoient des marchands de ‘abā’ dans le Sūq al-‘Ubī, qui est situé au xvie siècle "sous" (taḥt) le Sūq al-Buzūriyya46, à l'extrémité orientale du Sūq Ǧaqmaq47. Aucun autre marchand d'étoffes n'est mentionné installé hors de ces souks, très spécialisés pour les premiers, un peu moins pour les autres. Trois teinturiers (ṣabbāġ) ont leurs boutiques ou ateliers localisés à Bāb al-Ḫaḍrā’ (sud de la Mosquée des Omayyades) et dans le quartier de Mi’ḏanat al-Šaḥm, à l'est du secteur commercial central, tandis que deux passementiers (‘aqqād) sont installés dans un marché qui porte leur nom (Sūq al-‘Aqqāḍīn) que nous n'avons pu localiser.

L'alimentation

  • 48 Qāsimī, Qāmūs, p. 311-313, qui précise les produits vendus par le ‘aṭṭār.
  • 49 Qāsimī, Qāmūs, p. 313.

46Six des onze marchands de « drogues, épices et autres produits à base de sucre » (‘aṭṭār)48 sont regroupés dans le Sūq al-Buzūriyya, qui est depuis longtemps le siège de ce corps de métier. Un est installé au Sūq Bāb al-Ǧābiya, dont Qāsimī note à la fin du xixe siècle qu'y est aussi localisé un marché, dénommé Sūq al-Sukkariyya49, spécialisé dans la vente de produits semblables à ceux proposés par les ‘aṭṭārīn du Sūq al-Buzūriyya. Les autres "marchands de drogues" sont présents dans divers quartiers ou souks de quartier de la ville : à ‘Amāra, Taḥt al-Qal‘a, Qubaybāt, desservant ainsi des secteurs éloignés du marché principal de Buzūriyya et de celui de Bāb al-Ǧābiya, qui se constitue peut-être à cette époque.

  • 50 Raymond, Grandes villes arabes à l'époque ottomane, p. 187-188.
  • 51 Muḥibbī, ulāṣa, IV, p. 227, rapporte qu'une forte inondation de la place sous la Citadelle, en ǧum (...)
  • 52 Bakhit, The Ottoman Province of Damascus, p. 155-156, avec références.
  • 53 Dans les années 1820-30, Siǧill Dimašq 313, cas n 378, p. 128, information fournie par Mlle Brigitt (...)

47Six épiciers (sammān) sont installés dans différents quartiers, dans les suwayqa évoqués par J. Sauvaget (Qaymariyya, Mīdān, Masāmiriyya ?, Taḥt al-Qal‘a) et à Ṣāliḥiyya, et deux bouchers exercent, l'un à Ṣāliḥiyya, l'autre à Qubaybāt. En dépit de leur petit nombre, ces cas reflètent une dispersion qui n'a rien d'étonnant pour des métiers de ce type : comme le remarque A. Raymond50, les habitants devaient trouver à proximité de leur domicile les denrées alimentaires de base nécessaires à la satisfaction de leurs besoins quotidiens. Toutefois, Muḥibbi51 note que les baqqāl, épiciers qui proposent un éventail de produits plus large que celui des sammān, étaient regroupés dans un marché situé au nord de la Citadelle où d'ailleurs un des défunts a sa boutique. L'emplacement de ce souk, dénommé Sūq al-Mu’ayyadiyya par Muḥibbī, correspond à celui des deux marchés aux fruits et aux légumes (Dār al-Biṭṭīḫ et Dār al-Ḫuḍar) cités par des sources antérieures.52 D'autres métiers, liés au secteur de l'alimentation et dispersés dans la ville, sont aussi pratiqués par les défunts. Un fabricant de petites crêpes (qaṭā’if), une spécialité damascène, a son échoppe en face de la Mosquée Sināniyya à Bāb al-Ǧābiya, et trois commerçants en bois et charbon, dont l'un d'entre eux porte effectivement le nom de métier de ḥaṭṭāb, ont boutiques ouvertes, deux dans la Maḥallat al-‘Amāra, le troisième au Sūq al-‘Aṣr, souk localisé par un document postérieur dans le secteur de Qubaybāt53. Enfin, à l'exception du moulin appartenant à un meunier situé à l'extérieur de la ville, à Marǧa, tournant probablement sur le Baradā, les localisations des boutiques des autres métiers liés à l'alimentation (aqsamāwī, šāwī, un autre qaṭā’ifī) ne sont pas précisées.

Le cuir

  • 54 Bakhit, The Ottoman Province of Damascus, p. 157, propose de lire « Sirāj hāna », un bâtiment (?) q (...)
  • 55 Qāsimī, Qāmūs, p. 373, note que ces artisans exercent leur art dans le Sūq al-‘Anbarāniyya, marché (...)

48Sur les quatre tanneurs (dabbāġ) mentionnés, trois possèdent des parts de tanneries ; seules deux tanneries sont localisées intra et extra-muros, dans le secteur de Bāb al-Salām, où elles sont implantées depuis des siècles. Les tanneurs proposent tout ou partie de leur production aux divers autres artisans du cuir représentés dans le corpus : aux selliers/bourreliers (surūǧī) installés dans leur souk, Sūq al-Surūǧiyya, situé au pied de la Citadelle, côté nord ; à cet autre artisan, originaire de Tokat, sellier/ bourrelier, si l'on en croit les quelques biens inventoriés dans la boutique qu'il possède ou loue dans un bâtiment dénommé Sarāǧ Ḫāne54, qui est peut-être encore à cette époque une "manufacture" dépendant de l'État, mais qui n'est malheureusement pas localisé. Enfin, des fabricants de divers types de chaussures utilisent le cuir : les fabricants de zarbūl, grossières chaussures paysannes, sont installés dans le Sūq al-Zarābiliyya à l'est du souk des selliers, un fabricant de bābūǧ dans le Sūq al-Bawābīǧiyya ; des qawwāf et des "fabricants de semelles" (na‘‘āl) ont leurs échoppes dans le Sūq al-Qawwāfīn : un de nos documents précise qu'il est situé hors-les murs, « à l'extérieur de Bāb al-Faraǧ »55.

Les autres métiers

49Deux orfèvres (ṣā’iġ), chrétiens, ont bien entendu leurs boutiques au Sūq al-Ṣāġa, situé au sud de la Grande Mosquée. Deux armuriers (bunduqǧī) sont installés, l'un tout naturellement est-on tenté d'écrire, dans la Citadelle, l'autre à Bāb al-Ḫaḍrā’, à l'angle sud-est de la Mosquée des Omayyades. Deux pauvres quincailliers/marchands de babioles (ḫurdaǧī) louent leur boutique à Sūq Ṣārūǧā, quartier doté d'un petit marché au nord de la Citadelle, et à Sūq al-Muttaḥidīn, lieu que nous n'avons pu identifier ; la localisation des lieux de travail de deux autres quincaillers, plus aisés, n'est malheureusement pas donnée par le qāḍī.

  • 56 Qāsimí, Qāmūs, p. 318, qui ne donne pas la localisation du souk.
  • 57 Ibn ‘Abd al-Hādī, Nuzhat al-rifāq, p. 27 : « Ils n'ont pas de lieu particulier, ils sont présents d (...)

50Les autres métiers mentionnés n'ont jamais guère plus d'un repré sentant dont l'échoppe est localisée. Un menuisier (naǧǧār) est installé à la Porte de la Citadelle, un "fabricant de récipients en bois" destinés à divers usages ('ulabī)56 dans le Sūq al-‘Ulabiyya, que le document situe sans autre précision à al-‘Amāra, probablement hors-les-murs ; un fabricant de "bâts de bêtes de somme" (gālālātī ou ǧalīlātī) a son échoppe dans la Maḥallat al-Abbārīn, au nord de Bāb al-Faraǧ, où une source plus tardive situe effectivement le souk de ces artisans. Le seul barbier du corpus exerce dans une échoppe qu'il loue à Bāb Ǧayrūn, porte orientale de la Grande Mosquée, et le seul médecin (ṭabīb) exerce dans un local situé dans la Maḥallat Sūq Ḫān al-Sulṭān que l'on doit sans doute localiser à proximité du quartier de ‘Uqayba. Les lieux de travail des quatre vétérinaires/ maréchaux-ferrants (bayṭar) ne sont pas indiqués : ils sont peut-être dispersés de par la ville ou regroupés à proximité des marchés des animaux de monte et de bêtes de somme (Sūq al-Ḫayl et Sūq al-Dawābb) ainsi que le notait Ibn ‘Abd al-Hādī au début du xvie siècle57. Enfin, les documents ne mentionnent pas où étaient installés le fabricant de pipes (ġalā’inī), l'horloger (sa‘ātī) et les deux changeurs (ṣarrāf/ṣayrafī) présents dans le corpus.

Entrepôts et bâtiments de production

• Les ḫān

  • 58 Ġazzī, Luṭf, II, p. 655, et Muḥibbī, Ḫulāṣa, IV, p. 356-57, qui reprend Ġazzī.

51Outre leurs boutiques, certains des défunts disposent de magasins (maḫzan) pour entreposer une partie de leurs marchandises. Ces entrepôts peuvent être quelquefois situés dans leurs habitations, souvent citées, ou dans des bâtiments attenants. Mais la plupart du temps, ces entrepôts sont localisés dans des caravansérails (cf. carte n° 3) qui sont dénommés indifféremment dans les documents ḫān ou qāsāriyya, confirmant les notations d'auteurs locaux : les deux termes étaient interchangeables chez les Damascains58.

Tableau 17 : ān mentionnés

  • 59 Sur la localisation de la majorité de ces ḫān, voir Yahya, inventaire archéologique des caravanséra (...)

52Tout d'abord, et cela n'a rien de bien étonnant, ce sont en général les plus riches des commerçants en étoffes qui louent des locaux dans des ḫān proches, bien entendu, de leurs boutiques ; les commerçants des Sūq Ǧaqmaq et du Sūq al-Ḏirā' ont des entrepôts dans les ḫān du secteur commercial central, les Ḫān al-Safarǧalāniyya, al-Ḥaramayn, al-Ǧūḫiyya, al-Nuḥās et Tanam59. D'autres commerçants, moins aisés, louent des entrepôts dans les Ḫān al-‘Aṣrūniyya à Bāb al-Barīd, al-Dakka dans le Sūq Ǧaqmaq, al-‘Āmūd, al-Fattālīn et al-Duhaynātiyya dans le Sūq al Buzūriyya, al-Samna, peut-être un autre nom pour le précédent, al Kumruk et al-Qinnab que nous n'avons pu localiser.

  • 60 Cf. la waqfiyya de Bahrām Āġā, datée de raǧab 1055/mars 1646, copie en possession de l'un des deux (...)
  • 61 Cf. la waqfiyya de Bahrãm Āġā et Ibn ‘Abd al-Hādī, Nuzhat al-rifāq, p. 23, qui situe ce marché à l' (...)

53Les commerçants du Sūq al-Bahrāmiyya de Bāb al-Ǧābiya entreposent naturellement leurs marchandises dans des caravansérails proches : le ḫān Sūq al-Quṭn et le ḫān Bahrām Bāšā. Ce ān, avec ce souk de 37 boutiques qui dépend du même waqf, est l'une des rares réalisations monumentales que Damas connaît au xviie siècle ; ḫān et souk sont construits en 1646 par Bahrām Āġā, katḫudā de la mère du sultan Ibrāhim60, sur l'emplacement de bâtiments (qāsāriyya, boutiques et maisons) plus anciens dépendant entre autres du waqf de Sibay, le dernier gouverneur mamelouk de Damas. Ils auraient donc offert une structure nouvelle à l'installation de commerçants en étoffes dans un secteur, dénommé Sūq al-Quḍmāniyyīn (marché des grilleurs de pois chiches), où ils ne semblaient pas être présents au début du xvie siècle61. D'ailleurs, deux riches commerçants en étoffes dites ‘ātikī établis dans le quartier extra-muros de Qabr ‘Ātika louent des entrepôts dans ce caravansérail.

54On a pu relever que les commerçants en étoffes louent des entrepôts dans des caravansérails proches de leurs boutiques. Mais il faut remarquer que parmi les différents ḫān mentionnés, certains ne semblent pas totalement dévolus à l'entrepôt d'un seul type de marchandises. Ainsi dans le Ḫān Tanam et le Ḫān al-‘Āmūd, on trouve des maḫzan loués par des marchands d'épices et de drogues, des teinturiers, un commerçant en ‘abā et des commerçants en soie et étoffes. Dans le Ḫān al-Duhaynātiyya, un savonnier et un cordonnier entreposent des marchandises ; dans le Ḫān al-Safarǧalānī, un commerçant en étoffes et savon et un orfèvre louent des magasins. Enfin, si dans le Ḫān Bahrām Bāšā, deux riches commerçants en étoffes disposent de maḫzan, un marchand de ka‘k y a loué une pièce (ūda), qui lui sert peut-être de logement.

• Les bâtiments de production

  • 62 Il s'agit peut-être d'un des tells situés dans le secteur de Qaymariyya, ou dans celui de Ḫarāb ; v (...)
  • 63 Ṣabbāġ, Waṯīqa ‘arabiyya šāmiyya, p. 35-94 ; Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 190, qui me (...)

55Contrairement aux souks et aux caravansérails, les bâtiments de production mentionnés sont très peu nombreux. Ils sont plus difficiles à localiser car on ne donne le plus souvent que le nom du quartier, hors des souks centraux, où ils sont situés : une savonnerie (maṣbana) se trouve dans le Maḥallat al-Naṣārā, une teinturerie (maṣbaġa) à Bāb al-Ḫaḍrā’, au sud de la Grande Mosquée. On tisse des étoffes de soie dans un ḫān dans le quartier de Qaymariyya ou dans un dukkān sis à Tallat ‘Abd al-‘Aẓīm62 ; les tanneries (dabbāġa) sont situées à Bāb al-Salām comme cela a déjà été indiqué plus haut. Enfin, la présence des deux marchands d'étoffes déjà cités du quartier extra-muros occidental de Qabr ‘Ātika et les occurrences fréquentes dans les inventaires d'une étoffe dite ‘ātikī, confirment l'existence à cette époque d'un centre encore actif de production de textiles, mentionné par Ibn Ṭūlūn au xvie siècle, mais inconnu des sources du xixe siècle63.

56Certes, l'éventail de métiers mentionnés dans le corpus est limité : un nombre beaucoup plus important de professions s'activaient selon toute vraisemblance dans la ville en 1700. De même, la liste des souks et des caravansérails mentionnés est loin d'être exhaustive, comparée à celles données par Ibn ‘Abd al-Hādī au début du xvie siècle ou établies par des études récentes. Néanmoins, quoique réduit, un tableau de la répartition des activités dans la ville se dégage : dans le "centre", large secteur situé au sud, sud-ouest et à l'ouest de la Grande mosquée, sans quelquefois de solution de continuité, sont concentrées les principales activités commerciales, avant tout le commerce des étoffes, véritable poumon de la ville. Au pied nord de la Citadelle se regroupent plus particulièrement des activités artisanales liées sans doute encore à la proximité des militaires, à la présence des marchés des animaux, des marchés de fruits et légumes plus facilement accessibles aux paysans de la Ġūṭa.

57Comparée à la liste des marchés donnée par Ibn ‘Abd al-Hādī pour le début du xvie siècle, cette répartition des activités ne semble pas avoir véritablement connu de transformation d'importance : une image d'une certaine fixité apparaît. Pourtant, à lire les informations de l'un et les renseignements fournis par nos documents complétés par d'autres sources, un certain changement se manifeste : le commerce des textiles étend son emprise à l'ouest du Sūq Ǧaqmaq sur la Rue Droite, où il effectue la liaison avec le Sūq al-Quṭn au sud. Des commerçants en étoffes, mais déjà également des marchands de drogues et épices, sont installés à Bāb al Ǧābiya dans un ḫān et un sūq construits au milieu du xviie siècle aux dépens du sūq des marchands de pois chiches grillés transféré vers d'autres lieux. La proximité de la grande artère empruntée par la caravane du pèlerinage a peut-être joué un rôle dans cette extension. Mais ne doit-on pas plutôt y voir un témoignage de lent développement urbain qui repose plus sur des apports extérieurs de populations que sur un accroissement démographique naturel ?

COMPOSITION DE LA RICHESSE DAMASCÈNE

  • 64 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. II, p. 111.
  • 65 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 3.

58« L'écart entre l'Occident et les autres continents s'est creusé tardivement [...], écrit F. Braudel ; expliquer cet écart, qui va s'affirmer avec les années, c'est aborder le problème essentiel de l'histoire du monde moderne. »64 Bruce Masters65 se demande aussi « pourquoi le Moyen Orient musulman a été surpassé par l'Europe occidentale, économiquement d'abord, puis politiquement ». Ignorons le deuxième membre de la phrase. La certitude de l'émergence des riches pays industrialisés, et de l'Europe en particulier, constatée deux siècles après les dates de la période étudiée, a engendré à de multiples reprises ce genre de question.

  • 66 Nous n'avons pas utilisé les travaux de A. Daumard, Les fortunes françaises au xixe siècle. Enquête (...)
  • 67 Hanson Jones, La fortune privée en Pennsylvanie, New Jersey, Delaware (1774), p. 235-249, et Americ (...)
  • 68 Faber, Inhabitants of Amsterdam and their possessions, p. 149-155.

59L'étude de la composition du patrimoine global, à un moment donné, ici le début du xviiie siècle, et la comparaison avec des éléments semblables dans l'Europe préindustrielle ou l'un des futurs pays riches, permettraient peut-être d'avancer quelques hypothèses66. Quelques travaux ont été accessibles : Alice Hanson Jones a étudié la fortune privée en Pennsylvanie, New-Jersey et Delaware en 1774, et a étendu son travail à l'ensemble des 13 colonies américaines à la même date67 à travers les inventaires après décès, « seul instrument de mesure » valable, écrit-elle, « indicateur mesurable de la fortune privée accumulée ». Johannes A. Faber, à travers la même source, a analysé la fortune des habitants d'Amsterdam, entre 1701 et 171068. Il sera difficile de comparer point par point les résultats des uns et des autres. D'une part, les composantes de la richesse choisies ne sont pas les mêmes d'un auteur à l'autre ; la classification de Johannes A. Faber s'apparente à la nôtre : biens meubles, biens immobiliers et fonciers, numéraire, créances, avec quelques petites différences (les bijoux sont rangés parmi les biens meubles, les "stocks and shares" dans l'immobilier). La classification de Alice Hanson Jones regroupe les différentes données dans un tableau où sont présentés biens fonciers, biens de consommation, biens de production, et, pour cette société esclavagiste, esclaves. D'autre part, les inventaires sur lesquels Johannes A. Faber a porté son attention ne présentent pas, à nos yeux, la même qualité que les inventaires ottomans. Ce sont des inventaires à trous fréquents, contrairement aux inventaires ottomans, dans lesquels seule la propriété immobilière et foncière n'est pas toujours estimée par le qāḍī : ici, la valeur des biens n'est pas donnée de façon systématique. Aussi, c'est à partir de plusieurs échantillons d'inventaires, les plus complets et utilisables, que Johannes A. Faber a calculé la moyenne des composantes de la richesse. L'établissement de la richesse totale, par exemple, a été établi à partir de 189 inventaires, la moyenne des créances à partir de 463. Des hypothèses fortes sont suggérées par son étude, mais on ne pourra donc estimer exactement la répartition chiffrée des différentes catégories de la fortune des Amsterdamois.

60En attendant que d'autres analyses apparaissent sur la composition, par secteurs, de la richesse européenne et extra-européenne, versons dans ce futur dossier une goutte de connaissance : la répartition, à Damas, de la richesse que l'on n'ose appeler "nationale".

  • 69 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 164.
  • 70 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 165-169.

61Pour une ville des provinces arabes de l'Empire ottoman, Alep, Bruce Masters a tenté une analyse semblable. Il indique à la fois le but de sa recherche et la méthode qu'il voudrait utiliser pour le cas d'Alep entre 1600 et 1750 : « L'un des problèmes des gens riches dans toute société préindustrielle était de trouver un havre sûr permettant d'investir l'argent gagné [...]. Distinguer les types d'investissement n'est pas facile, mais, pour l'Alep du xviie siècle, les inventaires après décès conservés autorisent quelque analyse. »69 Mais l'absence de non-musulmans, la sous représentation des femmes, la sur-représentation des riches, la fréquente absence de valorisation des biens immobiliers dans son registre, conduit l'auteur à négliger les inventaires comme source d'histoire sociale. Cependant, conscient que ces registres « proposent une approche unique des modes d'investissement », Bruce Masters analyse la composition de la fortune de quelques militaires et civils, hommes et femmes : son échantillon est exigu (dix militaires, sept civils, huit femmes) et limité à la frange supérieure de la société, l'élite bureaucratique militaire ou civile (l'avoir moyen des 15 civils, hommes et femmes, dépasse les 10 000 qurš)70. Bref, comme il l'annonce lui-même, l'échantillon n'autorise aucune conclusion d'ordre général.

  • 71 "Valorisé" ; ce terme est employé dans son sens économique : donner une valeur chiffrée à un bien.

62Nos documents ne sont certes pas au-dessus de toute réserve : les femmes, les chrétiens et les juifs sont aussi sous-représentés, les biens immobiliers ne sont pas toujours estimés (mais nous avons trouvé une mé thode permettant de les valoriser71) ; en revanche, les pauvres constituant l'essentiel de la population semblent apparaître à peu près normalement dans l'échantillon. On peut donc tenter de décrire l'organisation du patri moine de nos 449 défunts, faire l'inventaire des inventaires, en attendant que d'autres études sur d'autres pays engagent à la comparaison.

  • 72 al-Murādī, Silk al-durar, II, p. 187. La différence, qui existe apparemment sous la plume et dans l (...)

63Dans la biographie consacrée à un grand négociant de la place de Damas, ‘Umar al-Safarǧalānī, qui intervient dans l'une des successions du corpus, l'historien damascain al-Murādī, précise qu'il « avait laissé neuf garçons et treize filles, 65 000 qurš en numéraire (nuqūd), sans compter des biens immeubles (‘aqārāt), des marchandises (biḍā‘āt) et des propriétés foncières (amlāk) »72. On a repris cette classification "d'époque", en la modifiant quelque peu. L'actif des défunts a été détaillé : numéraire, bijoux, biens domestiques, capital commercial ou artisanal, créances, capital immobilier et foncier ; dans le passif, seules les dettes, diminuées de l'arriéré de la dot pour les hommes, ont été prises en compte.

Tableau 18 : part des différentes catégories de biens dans l'ensemble des fortunes damascaines

Faiblesse du numéraire

  • 73 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 147-153.

64La part qu'occupe le numéraire est si faible qu'on aurait tendance à accuser les héritiers, ou d'autres personnes, d'avoir profité du délai qui s'écoule entre le décès du personnage et l'ouverture de sa succession pour avoir fait main basse sur ce qui était le plus facile à dissimuler au qāḍī, les espèces. D'autres registres des tribunaux religieux permettront peut-être, par les litiges qu'ils traitent, de répondre à cette question. Cette faiblesse du numéraire apparaît cependant correspondre à une réalité, souvent constatée. Citons seulement Bruce Masters, qui décrit la région d'Alep comme « une région dans laquelle le numéraire manquait »73 et explique ainsi cette « rareté des espèces » : « Le Levant souffrait d'un déficit chronique de leur balance commerciale avec l'Asie. » Il cite un marchand anglais qui, en 1621, estimait énorme la valeur des espèces exportées du Levant en Iran, au Yémen et aux Indes, pour payer les importations.

Importance du crédit

  • 74 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. I, p. 417-418.
  • 75 N. Todorov, dans Le numéraire des successions en tant que signe de différenciation de la population (...)
  • 76 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 153.

65« Le comptant manque, on a recours au crédit, il s'improvise [...]. Car, remarquons-le, c'est toujours elle, la monnaie pesante, lente à accomplir ses tâches, ou absente (en chômage) qu'il s'agit de pousser de l'avant, ou de remplacer comme l'on pourra », écrit F. Braudel74. La part très importante que prennent les créances, mais aussi les dettes dans les avoirs ou les passifs des Damascains, compensent peut-être, en partie, cette rareté du numéraire75. Bruce Masters l'affirme pour Alep : « Bien que l'Islam, on le sait, réprouve l'usure, la vie commerciale d'Alep était pénétrée tout entière par le crédit [...]. Le crédit était souvent nécessaire pour financer le commerce à longue distance dans cette région où le numéraire man quait. »76

La généralisation du crédit

66A l'heure de la mort, une proportion considérable des Damascains dont la succession passe devant le qāḍī possèdent des créances : 266 personnes sur 449, 124 femmes, 142 hommes, soit 59 % de notre population. Par ailleurs, plus de 48 % des défunts et défuntes sont endettés, 216 personnes dont 46 femmes (soit 26,7 % des femmes), 170 hommes (soit 61,3 % des hommes). Enfin, ce sont souvent les mêmes qui meurent créanciers et endettés : un peu moins du quart de nos Damascains (100 personnes sur 449) possèdent à la fois créances et dettes.

67Certes, les créances féminines doivent être distinguées de l'ensemble des créances : la plupart sont des arriérés de la dot (mu’aḫḫar ṣadāq) qui restent dûs par l'époux à sa femme lorsqu'elle décède ; en réalité, seules 25 femmes possèdent des créances qui sont de réels prêts. Dans le même sens, les dettes des défunts représentent souvent non pas des remboursements d'emprunts mais des loyers de maisons ou de boutiques, ou des travaux dont l'échéance de la mort a retardé le règlement ; l'importance des créances et des dettes demeure : 37,2 % des défunts sont des prêteurs, et 43,4 % d'entre eux ont emprunté.

Tableau 19 : nombre de créanciers et de débiteurs

68L'importance de ces proportions de créanciers et d'endettés dans la population de nos registres serait-elle le résultat d'un échantillon biaisé ? Une succession qui comporte créances et dettes est une succession compliquée dont le relevé exact requiert la présence du qāḍī.

  • 77 Chehata, Théorie générale de l'obligation, p. 96-102.

69Dans sa Théorie générale de l'obligation en droit musulman hanéfite, Chafik Chehata77 note que « les créances se transmettent aux héritiers. Du côté actif, les héritiers continuent en effet la personne du de cujus. La créance se transmet donc avec toutes ses modalités. Elle reste à terme ». En ce qui concerne les dettes, « la transmissibilité se heurte ici à l'un des principes les plus incontestables du droit musulman. Les dettes ne sont jamais dues par les héritiers, ni sur leurs personnes, ni sur leurs biens. Seule la succession du de cujus en répond. Les héritiers ne continuent donc pas la personne de leur auteur du point de vue passif ». On comprend donc, pour ces successions à créances et à dettes, le rôle essentiel du qāḍī. Il évalue les créances recouvrées et les distingue de celles qui restent dues, et qui devront être réparties entre les héritiers suivant la loi (wa ḏālika mā ‘adā al-ḏimam al-mutarattiba li-al-mutawaffā al-mazbūr fī ḏimam arbābi-hā al-ātiya fï-hi fa-inna-hā bāqiya bayn al-waraṯa ‘alā al-farīḍa al-šar‘iyya ilā ḥīn taḥṣīli-hā wa bayāni-hā). On suppose, mais la formule utilisée par le juge n'en explicite rien, que les créances recouvrées au moment de l'ouverture de la succession constituent les créances dont le terme était échu, les créances non recouvrées celles qui "courent". Le délai, maintes fois constaté, entre la date du décès et l'enregistrement de la succession, ne correspondrait-il pas au temps qu'il a fallu attendre pour faire "rentrer" ces créances à terme afin qu'elles rejoignent l'actif transmissible aux héritiers ? Quand les défunts meurent endettés, le qāḍī défalque du montant de l'actif la somme des dettes à régler : le montant de la succession règle les créanciers. Si l'actif ne suffit pas à honorer la totalité des dettes, celles-ci sont alors remboursées aux créanciers partiellement, au pro rata (indiqué dans les documents par le terme tawzī‘) du solde de la succession. Dans ces cas, les héritiers n'héritent de rien, et une partie des dettes demeure définitivement impayée. Cette situation se reproduit ici dans un peu plus de 10 % des cas. Prêter constituait donc, légalement, un risque justifiant à lui seul le taux élevé que l'on attribue aux taux d'intérêt.

  • 78 Lettre du 4 juin 1993 en réponse à quelques-unes de nos questions : « Il est évident qu'en cas d'en (...)

70On ignore cependant si, dans ces cas de successions créancières ou débitrices, le passage devant le qāḍī était une obligation légale. Les renseignements non publiés donnés par le professeur Baber Johansen78 montrent que l'on ne peut encore avancer aucune conclusion définitive : la présence de dettes (et de créances ?) dans une succession, si elle justifie le passage devant la justice, n'est pas un cas absolu d'obligatoire intervention du qāḍī.

  • 79 Jennings, Loans and credit in early 17th century ottoman judiciais records, p. 168-216.
  • 80 Jennings, Loans and credit in early 17th century ottoman judiciais records, p. 168-216.
  • 81 Stirling, Turkish village, cité p. 175.

71Dans quelques inventaires, le scribe, parfois, note la présence de créanciers parmi les personnes qui interviennent à titre divers dans la succession. Fions-nous à sa compétence : la présence de créanciers n'est signalée que six fois (alors que le nombre de successions qui comportent des dettes s'élève à 216), et toujours dans le même cas, dans des héritages où le passif excède l'actif, où les dettes sont réglées au pro rata du solde de la succession. Cette très faible proportion indiquerait que le passage devant le qāḍī, lorsque créances et dettes font partie d'une succession, n'est pas une obligation absolue. Même s'il faut en minorer la part, dans des proportions qu'on ne peut chiffrer, l'importance du crédit (capital prêté) correspond bien à une réalité économique. Ronald C. Jennings79, dans son étude sur Kayseri au début du xviie siècle, et à partir de sources semblables (des registres des tribunaux religieux qui ne regroupent pas d'inventaires après décès), aboutit à la même constatation : il estime à 10 000 le nombre de personnes concernées par des dettes et des créances, dans une ville qui comptait environ 33 000 habitants, un peu moins d'un tiers de la popu lation. Élargissant son analyse à la population de Karaman, Amasya, et Trabzon, il conclut : « Au xviie siècle, le crédit semblerait avoir été fréquemment utilisé dans toute l'Anatolie. » L'analyse de la situation à Damas confirmerait que, malgré les interdictions religieuses qui pèsent sur le prêt à intérêt, la pratique du crédit, dans des provinces arabes comme en Anatolie, est chose remarquablement étendue : peut-on avancer que, dans l'ensemble de l'Empire ottoman, du moins à cette période, existe une « general respectability of giving and taking loans and credit for interest »80 ? Le fait d'emprunter, et de prêter, est si fréquent qu'il ne semble comporter aucune connotation péjorative. R.C.Jennings, étendant son observation au monde rural turc contemporain, cite un anthropologue américain81, P. Stirling : « Être endetté n'est pas une tache. Beaucoup de gens sont endettés et personne n'en a honte. »

72A première vue, le recours au crédit est l'affaire de tous : hommes et femmes, vieux et jeunes, riches et pauvres appartenant à toutes les couches de la société et à toutes les communautés religieuses présentes à Damas.

  • 82 R. C. Jennings, à Kayseri, constatait l'inverse: « Women occasionally appeared as debtors and credi (...)

73Les femmes empruntent et prêtent, et, à ce titre, sont donc engagées dans la vie économique, mais dans une faible proportion par rapport à la gent masculine : le quart des femmes a contracté des dettes, contre 55 % des hommes. Vingt-cinq d'entre elles seulement ont prêté, soit 14 % : le nombre de créancières est peu élevé82 ; de plus, les créances des femmes semblent être avant tout des affaires de famille : une femme a prêté 40 qurš à son époux, une autre une somme de 33 qurš à son frère représentant 4 prêts différents. Souvent, ces créances ne correspondent pas vraiment à des prêts, mais à des sommes dues que la famille, illégalement, a sans doute tardé à régler, et dont le qāḍī dresse le relevé à l'occasion de la disparition de la personne : le quart des créances féminines correspond à des parts d'héritage, de parents ou d'enfants décédés, que la femme n'a jamais perçues.

74L'âge au moment du décès, tel que le laissent supposer la présence ou l'absence d'ascendants encore vivants à l'heure de la mort, n'a pas d'incidence sur la fréquence du recours au crédit : créanciers et débiteurs, à des nuances près, se situent dans la moyenne d'âge des Damascains dont les successions sont passées devant le juge ; 21,5 % des créanciers laissent, en mourant, des parents vivants, et 25 % des endettés. L'endettement n'est pas l'affaire de jeunes écervelés, ni le crédit de "vieux grigous".

75Créanciers et débiteurs (au masculin, puisqu'on ne peut guère identifier le milieu économique auquel appartiennent les femmes) se dispersent dans chacun des groupes de la société damascène :

Tableau 20 : nombre de créanciers et de débiteurs suivant la couche sociale

  • 83 Jennings, Loans and credit in early 17th century ottoman judicials records, p. 212.

76R. C. Jennings l'affirmait déjà pour la ville de Kayseri : « Les gens "bien", et les "moins bien", prêtaient et empruntaient. »83

  • 84 Goiten, A Mediterranean society, vol. I, p. 256-262; Lapidus, Muslim cities in the Later Middle Age (...)

77Enfin, et bien que la sous-représentation des populations non musulmanes dans notre corpus damascain interdise une affirmation défi nitive, il semble que si les musulmans empruntent, ils prêtent aussi, et certainement avec intérêt : certes, les deux seuls juifs dont nous connaissons les successions sont des créanciers ; sur les 18 chrétiens, 6 sont créanciers, mais 10 sont des débiteurs ; tous les autres créanciers sont musulmans. La chose ne surprend pas : Goiten, Lapidus, Inalcik84, Bruce Masters et R.C. Jennings avaient déjà souligné la participation massive des musulmans au prêt à intérêt, en dépit des interdictions religieuses qui pèsent sur lui.

78A Damas, quels que soient l'âge, la religion, la couche sociale, et dans une moindre mesure le sexe, on emprunte et on prête. Il est possible de faire une première analyse du nombre et de la répartition des créances et des dettes. Limitons l'analyse aux hommes, plus engagés que les femmes dans la vie économique, en ôtant de nos 142 créanciers neuf défunts, dont le nombre et la valeur des créances n'étaient pas clairement définis. Les tableaux suivants donnent une image de l'importance quantitative des créances et des dettes.

Tableau 21 : les créances, nombre et valeur

Tableau 22 : les dettes, nombre et valeur

  • 85 La différence entre ces calculs et les tableaux précédents s'explique par l'élimination de quelques (...)

79Il semble étrange que le montant des dettes soit si inférieur au montant des créances. En réalité, on a réuni dans une même somme les créances recouvrées et les créances non recouvrées que le qāḍī distingue en nombre et en valeur. Seules les créances non recouvrées représentent de véritables dettes ; 2 863 créances se répartissent en 1 154 créances non recouvrées, dont la valeur s'élève à 45 564 qurš, et en 1 709 créances recouvrées, dont le montant est de 56 905 qurš85.

Tableau 23 : créances recouvrées, créances non recouvrées, et dettes de la population damascène

80Ces créances non recouvrées font partie des dettes de la population damascène vis-à-vis des défunts : il est remarquable que le montant de ces créances qui "courent" correspond presque exactement, à 2 000 qurš près, au montant des dettes des défunts. Plus qu'au hasard, il faut attribuer cette constatation à la sûreté des renseignements économiques qu'autorise la source des inventaires après décès. Les défunts endettés dont on possède les successions et le montant des dettes (47 251 qurš) ne sont sûrement pas ceux dont les créanciers attendaient les remboursements de leurs 1 154 créances, mais un raisonnement sur autant de personnages autorise des conclusions statistiquement sûres : les dettes consignées par le juge équilibrent à peu près les créances non recouvrées.

81Les dettes, à l'exclusion des arriérés de la dot, représentent 13,8 % de l'actif de tous les Damascains, hommes et femmes réunis, et s'élèvent à 15 % pour les hommes seuls. Le capital engagé dans des créances, recouvrées ou non, est en moyenne de 873 qurš par homme ; le créancier a une fortune moyenne d'un peu plus de 2 000 qurš. Les créances représentent donc une proportion importante de son patrimoine. Si l'on étudie globalement la part que représentent les créances dans l'ensemble des patrimoines damascains, on constate que celles-ci constituent 35 % des avoirs, ce qui paraît aussi considérable.

82Les inventaires après décès et les autres sources citées autorisent une certitude : le crédit était une pratique courante, répandue dans toutes les couches de la société ; mais la prudence oblige à prendre en compte la sur représentation possible des créanciers et des débiteurs dans l'échantillon, et à ne pas conclure de façon définitive sur le sens économique de la part importante de ces créances dans les patrimoines totaux de la société damascène.

Type et fonction du crédit

83En revanche, la source autorise l'analyse du type de crédit pratiqué et les fonctions de ce crédit si souvent utilisé. Si la raison de l'emprunt ou du prêt n'est jamais mentionnée, les noms des créanciers et des débiteurs sont toujours inscrits, ainsi que le nombre et le montant de leurs créances et dettes.

84Un histogramme représentera de façon claire la répartition des créances dans la société masculine de Damas. L'immense majorité des créances correspond à de petits prêts : les 3/4 des prêteurs ont avancé des sommes inférieures à 50 qurš.

Graphe 14 : nombre de créanciers suivant la valeur moyenne de la créance

85Ces créanciers ont prêté de petites sommes ; et ils ont aussi prêté, dans leur grosse majorité, peu de fois : les 2/3 des créanciers possèdent moins de 14 créances.

Graphe 15 : nombre de créanciers suivant le nombre de créances consenties

86La répartition des dettes, représentée ici par les deux figures suivantes, confirme cette première impression.

Graphe 16 : nombre de débiteurs suivant la valeur moyenne de la dette

  • 86 Inventaire 19306 et 19475.

87Les trois quarts des débiteurs sont redevables de sommes moyennes, inférieures à 50 qurš. R.C. Jennings constatait, pour Kayseri, que de nombreuses dettes étaient d'un montant peu élevé, inférieur « au prix d'un boeuf, et même souvent au prix d'un âne ». A Damas, l'âne vaut entre 7 et 14 qurš, le chameau environ 20 qurš86, la mule qu'utilisent les pèlerins qui, sur la route de la Mekke, meurent à Damas, entre 10 et 20 qurš, prix qui correspondent aussi à la valeur la plus fréquente des dettes. De plus, près de 90 % de ces débiteurs laissent, en moyenne, à leur mort, moins de 10 dettes à leur passif.

Graphe 17 : nombre de débiteurs suivant le nombre de dettes

  • 87 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 153.

88Le petit nombre de créances et de dettes par individu, la somme modique qu'elles représentent indique que ce crédit est avant tout un crédit de "petits". La plupart des créances sont des créances en monnaie ; mais les créances en nature, dont le scribe n'indique que rarement la valeur, ne sont pas absentes : le blé est mentionné 13 fois, le riz deux fois, le samn 4 fois ; on trouve de l'huile, mais également de la soie, de l'alāǧā, des tissus (ḫārāt ?) et même du cuivre, un tapis et deux plats. En l'absence d'indication sur les raisons et les circonstances de l'emprunt, on présume que ces prêts permettaient de faire face à des besoins de consommation pure et simple, ou constituaient des avances en matières premières, textile avant tout, la principale des activités économiques dans la ville. Certes, il existe quelques cas de créanciers ayant prêté d'importantes sommes qui sont en même temps de gros débiteurs : ce sont de très riches personnages, tous engagés dans le commerce, en particulier dans le commerce des étoffes. La présence dans leur patrimoine de ces conco mittantes créances et dettes indiquerait qu'il existe aussi un crédit indispensable à un commerce, pratiqué à large échelle et sur de longues distances, ce que Bruce Masters constatait pour la ville d'Alep87. Mais, à Damas, le type de créances et de dettes possédées ne distingue pas ces défunts du commun des petits mortels : ils ont simplement consenti de nombreux petits prêts, comme ils ont contracté, au cours de leur existence, de multiples dettes, dont chacune ne dépasse pas quelques qurš, à quelques exceptions près que les documents ne donnent pas le moyen d'interpréter.

  • 88 Jennings, Loans and credit in early 17th century ottoman judiciais records, p. 176 et 212.

89Ce crédit qui, dans l'ensemble, permet de faire face au quotidien, nourrir la maison, assurer le fonctionnement de la boutique, repose sur « des liens d'homme à homme » : les prêts sont individuels, aucune trace de prêts collectifs, de quelconques associations de prêteurs, de "banquiers" n'a été relevée. R.C. Jennings avait fait la même constatation, pour la ville anatolienne de Kayseri : « Dans 88 % des cas, une seule personne prête. Le partenariat, même informel, du type familial, comme l'association de deux frères ou d'un père et son fils, étaient rares » ; et il concluait : « L'absence manifeste, à Kayseri, de grandes institutions de crédit est particulièrement remarquable. »88 Il ne distinguait pas de classe de "prêteurs profes sionnels". A Alep, en revanche, Bruce Masters relevait deux types de prêts : les prêts aux paysans sont consentis par un petit nombre de « riches individus qui se comportent en grands prêteurs » ; en ville existent de nombreux petits créanciers, et les "prêteurs à grande échelle" sont beaucoup moins répandus qu'à la campagne.

90A Damas, on ne remarque ni groupement, ni même spécialisation de l'activité de prêt. Certes les créanciers, quoique répartis dans toutes les couches sociales, se situent dans la partie aisée de la population : le patrimoine moyen d'un créancier est près de 10 fois supérieur à la moyenne de l'actif des non-créanciers.

Tableau 24 : montant du patrimoine moyen du créancier et du non-créancier

91Trente-huit prêteurs possèdent des créances qui représentent plus de 50 % de leur actif : si le métier d'orfèvre, de changeur, si le fait d'être juif ou chrétien semblent cependant prédisposer à la carrière de "créancier" (un juif est changeur — ṣarrāf —, un chrétien est orfèvre — ṣā’iġ), la plupart sont musulmans, artisans, commerçants, šayḫ ou ancien militaire ; dix n'ont pas de métier reconnu, sinon celui, que l'on déduit de la part prédominante des créances dans l'actif, d'usurier. Mais ce "métier" de prêteur, dont il faudra étudier l'exacte situation dans la société, ne change rien au type de prêt consenti : il s'agit de petites créances, nombreuses (33 en moyenne par prêteur). Il n'existe pas de spécialistes du prêt de grosses sommes. Si quelques créanciers possèdent un capital important engagé en créances, c'est qu'ils ont consenti de nombreuses petites créances : il existe une corrélation très faible (0,24) entre la valeur moyenne de la créance et le montant total de la créance, mais une corrélation très forte (0,80) entre le nombre de créances et la valeur totale de la créance. On prête peu à la fois, quelquefois souvent, et à de nombreuses personnes différentes. Est-ce pour pallier les risques du prêt, particulièrement élevés dans une société qui ne rend pas responsables les héritiers des dettes qui excèdent le montant des successions, soit 10 % d'entre elles ? Si les documents n'autorisent pas la connaissance du taux d'intérêt, ils permettent de constater que les créanciers s'entourent de précautions, conservant chez eux des gages en nature qui poussent au remboursement : le qāḍī signale, dans 11 cas, la présence d'humbles gages du quotidien, des marmites (mā‘ūn et tanǧara), des bols (ṭāsa), des bassines (legen), du tissu (alāǧā).

  • 89 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. I, p. 420.
  • 90 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. II, p. 113.

92R. C. Jennings, constatant et la généralisation du crédit et l'absence d'institution de crédit, concluait de façon optimiste : « Comment un important centre commercial et artisanal comme Kayseri pouvait-il fonctionner avec des instruments de crédit aussi peu perfectionnés ? Mais le commerce et les affaires prospéraient, malgré ces conditions. » Nous serons plus réservés. Le manque de numéraire, l'absence de toute institution bancaire ont rendu obligatoire ce type de crédit, en quelque sorte "privé", un crédit "à la petite semaine" : on emprunte parce que de l'argent n'est pas encore rentré, on fait face à de petites échéances domestiques ou économiques, on assure sans doute le quotidien. Mais quelles initiatives, quels investissements d'envergure cette forme de crédit rendait-elle possibles ? A moins que la question ne se pose dans des termes renversés, et que l'absence d'institution bancaire rende compte d'une économie qui ne se développe point : comme l'écrit F. Braudel, « les techniques de l'argent, comme toutes les techniques, répondent donc à une demande expresse, insistante, longuement répétée. Plus un pays est économiquement déve loppé, plus il a élargi la gamme de ses outils monétaires et de ses instruments de crédit »89. A la même époque, en Europe, « voilà les banques qui, partout, percent comme une floraison de plantes, sinon nouvelles, du moins de plus en plus nombreuses et autonomes »90.

L'immobilier et le foncier

  • 91 Les indications du juge, quand il en estime la valeur et groupe dans son estimation les biens immob (...)
  • 92 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 169.
  • 93 Marcus, Men, women and property dealers in real estate, p. 137-138.

93Dix-neuf pour cent du patrimoine damascain est investi dans les biens immobiliers et fonciers. Le qāḍī, on l'a vu, n'indique le prix de ces propriétés que dans environ la moitié des cas : pour arriver à établir cette proportion des patrimoines engagée dans l'immobilier, il a fallu "valoriser" globalement – c'est-à-dire calculer approximativement la valeur chiffrée – la propriété immobilière non estimée, seule méthode permettant d'étudier la composition des patrimoines individuels et de la richesse totale des Damascains, une technique certainement imparfaite, mais aboutissant à des résultats moins faux que si l'on avait pas du tout pris en compte la valeur de la moitié des biens immobiliers91. Il serait intéressant de comparer ces résultats avec la ville d'Alep, étudiée à la même époque par Bruce Masters et Abraham Marcus : sans donner de chiffres précis, ils constatent la proportion « conséquente », « considérable » – adjectifs qualificatifs qui rendent la comparaison difficile que prennent l'immobilier et le foncier dans le patrimoine des Alépins au xviiie siècle. « L'immobilier était le plus commun des investissements choisis dans les sociétés musulmanes pré modernes, comme dans la plupart des sociétés préindustrielles du monde entier », écrit Bruce Masters92. Abraham Marcus93, après avoir cité un proverbe arabe : « Le plaisir de la bouche dure une heure, le plaisir du sommeil, un jour, le plaisir d'amour, un mois, et le plaisir de la cons truction, la vie tout entière », remarque : « Collectivement, cet immobilier devait représenter une immense valeur. » Mais il ne donne pas la proportion qu'occupent ces biens dans les fortunes alépines. « C'est de la richesse invisible, enterrée dans de la pierre, du bois et de l'argile ; aussi échappe-t-elle à l'analyse. » En réalité, nos qāḍī (pas toujours) transforment en qurš, dans les inventaires, ces richesses de pierre, d'argile et de bois, ce que remarque d'ailleurs Abraham Marcus : « La quantité de plus en plus grande d'informations sur les propriétés d'individus ou de groupes dans différentes régions de l'Empire ottoman démontre que la propriété immobilière et foncière représente souvent une part considérable des fortunes individuelles, des riches comme des pauvres. » Mais les sources d'Abraham Marcus, dans son article, ne sont pas des inventaires après décès, mais des actes de transfert de propriété. C'est du grand nombre de transactions immobilières, constatées dans les registres des tribunaux d'Alep, qu'Abraham Marcus conclut à l'importance du capital immobilier dans la ville d'Alep : « Les gens, pratiquement chaque jour, année après année, achetaient et vendaient des biens immobiliers. » L'utilisation de sources différentes, dont l'une autorise la description d'une situation, l'autre celle d'un mouvement, interdit donc de comparer la proportion de ce capital immobilier et foncier dans le patrimoine général, dans deux villes voisines et à la même époque, capital dont on ne sait s'il faut, à la suite de Bruce Masters et d'Abraham Marcus, le considérer comme "considérable".

Composition de la richesse immobilière et foncière

94S'il était possible de "valoriser" l'ensemble de la propriété immo bilière, on ne peut, pour l'instant, analyser la composition du patrimoine foncier en tenant compte de la valeur de chaque type de biens possédés. Si plus de 40 % des maisons ont un prix indiqué, les autres types de biens sont plus rarement estimés par le juge : 35 % des biens ruraux, un ḥammām seulement ; c'est donc le nombre de propriétés, toujours indiqué par le scribe, qui guidera la recherche.

Tableau 25 : biens fonciers et immobiliers des Damascains (possédés en totalité ou en parts)

95Des 296 biens immobiliers que possèdent nos Damascains, treize ne sont pas décrits ; les bā’ika, qui appartiennent toutes au même propriétaire, un šayḫ de ṭarīqa, sont soit des greniers à blé, soit des écuries, l'absence de tout contexte ne permettant pas de préciser. Les 178 maisons représentent, de très loin, le secteur le plus important de la propriété, 60,1 %. Les bâtiments destinés à la fabrication, à la vente, au commerce, savonneries, tanneries, les dukkān, ḥānūt, maḫzan, ḫān, ḥammām, en constituent 14,5 % ; enfin, les biens ruraux 18,9 %.

  • 94 Marcus, Men, women and property dealers in real estate, p. 141.

96Abraham Marcus distingue aussi à Alep « trois catégories d'immo bilier : résidentielle, commerciale et industrielle, et agricole ». Les résultats auxquels il aboutit sont proches des nôtres : 80 % des biens immobiliers et fonciers en maisons, « residential » écrit Abraham Marcus, 10 % en biens de commerce et d'"industrie", 10 % en biens ruraux.94

  • 95 Marcus, Men, women and property dealers in real estate, p. 138.

97Abraham Marcus pense que cet accès à la propriété immobilière n'était pas réservé à quelques « rares privilégiés ». Chaque année, des milliers d'hommes et de femmes de tous milieux étaient engagés dans de nombreuses transactions, dont l'immobilier95. Mais à Damas, seulement le tiers de la population possédait des biens fonciers, et 60 % des propriétaires sont propriétaires de plusieurs biens. Les maisons font exception ; 53 % des maisons constituent l'unique propriété du défunt : les maisons, donc, dans leur majorité, sont des propriétés que l'on habite. « Les maisons étaient achetées avant tout pour un usage personnel », constate aussi Abraham Marcus. Ce ne sont pas des biens de rapport, mais « pour la plupart des familles, ce sont des objectifs privilégiés, porteurs de considération sociale, et preuves de sagesse économique » : on ne peut donc parler, à propos de cette forme la plus répandue de la propriété immobilière, de capital "investi". Seuls, quelques propriétaires, dont on reparlera, possèdent deux, trois, quatre, et, pour l'un d'entre eux, 16 maisons, dont on peut supposer qu'ils tirent, par la location, un profit.

  • 96 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 258.

98L'immobilier destiné à la production ne constitue pas, en nombre, une part importante de l'ensemble des biens, preuve peut-être de la faiblesse du secteur productif : une savonnerie, 5 ān, des parts dans 5 bains, deux tanneries (possédées par moitié). Certes, on peut supposer que ces biens étaient de valeur beaucoup plus élevée que les maisons : au Caire, par exemple, où le qāḍi a plus souvent indiqué le prix exact des biens immobiliers, les wakāla (équivalent égyptien du ḫān) peuvent atteindre des prix considérables, allant de 21 400 paras, à plus de 17 000 000 paras96, soit de 535 à 4 286 qurš environ ; l'unique allusion damascaine aux prix d'un de ces bâtiments – un ḥammām à Qubaybāt, 106 qurš – interdit toute conclusion.

99Quant aux ḥānūt, dukkān et maḫzan qui font partie des biens des défunts, les deux tiers servent à l'usage personnel des propriétaires de la boutique, et ne sont sans doute pas des biens de rapport. Le tiers des échoppes, en revanche, appartient à des personnes qui ne sont pas des utilisateurs : des militaires, ou anciens militaires, un šayḫ de ṭarīqa, ou encore à une femme, qui, eux aussi, doivent louer.

100Il serait intéressant de connaître le taux de profit tiré des locations. Le prix des maisons est extrêmement variable ; et, seule information précise, une ūda, une pièce, se loue 6,75 qurš par an : des informations aussi partielles interdisent toute conclusion. On possède un peu plus de renseignements sur les ḥānūt : la valeur la plus fréquente du ḥānūt est de 30 qurš environ, le montant du loyer annuel va de 2 à 4 qurš, ce qui représente un taux de profit tout à fait honorable.

  • 97 Marcus, Men, women and property dealers in real estate, p. 142.

101Enfin, les biens possédés à la campagne, vergers (bustān), jardins d'agrément (ǧunayna), plantations (ġarās, ašǧār et vignes), exploitations agricoles (mazra‘a, filāḥa), moulins et pressoirs (ṭāḥūn, ma‘ṣara), maisons de village, étaient-ils des biens de rapport ou des biens d'agrément ? Abraham Marcus formule les mêmes remarques pour les 10 % de biens ruraux que possèdent ses Alépins : « D'une part, ils étaient possédés par des gens du peuple, qui en faisaient commerce et les louaient ; de l'autre, les jardins constituaient une part vitale de l'environnement urbain. Situés juste à la périphérie, ils représentaient les plus appréciés des lieux de retraite et de récréation. »97

102Concluons : une proportion non négligeable de la fortune des Damascains est investie dans l'immobilier. Investie, ou immobilisée, la question se pose : les maisons, les boutiques, et même les biens de la campagne, ne sont pas forcément de grand rapport. Le tiers seulement de la population de la ville possède. Dans ce tiers, 117 personnes ne possèdent qu'un seul bien, maison ou boutique, qui ne saurait rapporter de profit. Ce n'est que dans le petit groupe social des 44 personnes possédant plusieurs biens et plusieurs types de biens que l'on pourra trouver peut-être un immobilier de rapport.

Les formes de la propriété immobilière

  • 98 Pirandello, Nouvelles pour une année, t. 3, p. 252.
  • 99 Marcus, Men, women and property dealers in real estate, p. 143.

103« Car les choses qui sont à tous, c'est leur destin de n'être à personne [...]. Aujourd'hui, la propriété, cela veut dire "moi", non pas "nous". »98 Pour qui a subi, à l'heure actuelle, les affres de la copropriété, y compris de la copropriété familiale, la forme parcellaire, dans la moitié des cas, de la propriété immobilière damascène laisse perplexe. Abraham Marcus observe de même pour les propriétaires alépins : « Un des traits majeurs des formes de la propriété était la fréquence de la propriété en commun. Il était courant que les propriétés fussent possédées par deux individus ou plus. »99 La propriété était divisée en parts (qīrāṭ) dont on pouvait posséder toutes les fractions possibles. Posséder quelques qīrāṭ sur les 24 que compte la pleine propriété était le plus simple des cas ; quelquefois, la situation est plus compliquée : une femme possède 3 qīrāṭ plus un demi, plus un quart, plus un huitième, plus la moitié d'un huitième de qīrāṭ de l'ensemble du hammām du village de Barza au nord de la ville. La même possède deux qīrāṭ, plus un demi, plus un huitième des 24 qīrāṭ de sa maison, à l'intérieur de Bāb al-Ǧābiya, dans la rue du Šayḫ ‘Āmūd. Ce fractionnement de la propriété résulte sans doute de la loi successorale. Aux yeux des observateurs individualistes du xxe siècle, cette parcellarisation de la propriété semble un handicap : comment entretenir, et pis encore inves tir, moderniser, lorsqu'on est une vingtaine de personnes à posséder une maison, ou un jardin, ou un bain ? Il semblerait que les Alépins, par la volonté qu'ils manifestaient de réduire la part de cette copropriété, aient été du même avis que les individualistes forcenés de l'époque contemporaine : Abraham Marcus pense que « le marché reflétait une tendance permanente à réduire la part de cette propriété en commun [...]. 25 % des ventes sont le fait d'un ou plusieurs copropriétaires, alors que les achats en commun sont beaucoup plus rares ». A tel point, pense-t-il, que, à long terme, ce processus aurait dû déboucher sur la propriété individuelle. On est loin d'arriver à cette situation à Damas, au début du xviiie siècle : seules les maisons, dans un peu plus de la moitié des cas, sont dans leur totalité des propriétés individuelles ; les autres biens, dans aussi un peu plus de la moitié des cas, sont possédés en parts. Les transactions observées par Abraham Marcus laisseraient supposer que cette parcellarisation de la propriété est considérée par les Alépins comme une contrainte, mal sup portée par l'individu. La situation constatée à Damas montre que l'individu n'est pas le maître de l'investissement immobilier ; les biens immobiliers et fonciers sont possédés, du fait des lois successorales en particulier, par les groupes familiaux.

Comparaison avec quelques autres données

104Il est temps, pour conclure, de comparer la répartition de la richesse damascène avec les quelques données européennes ou américaines que le même type de source a permis d'obtenir.

  • 100 Hanson Jones, La fortune privée en Pennsylvanie, New Jersey, Delaware (1774), p. 235-249.
  • 101 E. Clavière et J.-P. Brissot, De la France et des États-Unis, 1787, p. 24, cité par Braudel, Civili (...)
  • 102 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. 1, p. 402.

105La faible part de numéraire est un fait capital, mais pas unique, puisque, dans ces colonies américaines, l'"argent liquide" constitue seulement un peu plus de 2 % des actifs100, et suggère une rareté de numéraire qu'illustre Fernand Braudel, en citant Clavière et Brissot : « Au lieu d'argent sortant et revenant sans cesse dans les mêmes mains, on s'y fournit réciproquement des besoins dans les campagnes par des échanges directs. Le tailleur, le cordonnier, viennent faire les ouvrages de leur profession chez le cultivateur qui en a besoin et qui, le plus souvent, en fournit la matière et paye l'ouvrage en denrées. Avec une très petite quantité de numéraire, on solde une grande variété d'échanges, qui ne se feraient en Europe qu'avec beaucoup d'argent. »101 Mais, en Europe aussi, Fernand Braudel rappelle que les paiements en nature, au xviie et xviiie siècles, étaient extrêmement fréquents et que, malgré le développement des monnaies métalliques, l'on y trouve, « au rez-de-chaussée, plus qu'on ne le dit d'ordinaire, le troc, l'autosubsistance, les monnaies primitives, de vieux expédients, des biais pour épargner les espèces sonnantes »102, qui devaient être rares. On ne peut calculer, pour les habitants d'Amsterdam, les parts, en pourcentage, que représentent, dans l'avoir total, les différentes catégories de biens répertoriés : en chiffres absolus, et calculée sur 447 inventaires, la moyenne des avoirs en numéraire, or, lingots d'argent, s'élève à 1 935 guilders, somme qu'il faudra rapprocher de la part que se réservent les autres catégories de biens.

  • 103 Hanson Jones, La fortune privée en Pennsylvanie, New Jersey, Delaware (1774).
  • 104 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 225.
  • 105 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. II, p. 327.

106Les "biens de production", dans les colonies américaines, dans lesquels sont classés « l'équipement et mobilier familial utilisé dans le processus de production », les outils, les marchandises prêtes à être vendues, les matières premières, atteignent à peu près 20 % des fortunes103, proportion qui se rapproche du pourcentage constaté à Damas. La part de capital consacrée à la production paraît faible. André Raymond faisait, pour le Caire, les mêmes observations : « Nous n'avons trouvé que très peu d'exemples de commerçants qui aient fait une part à "l'industrie" dans leurs activités. Cette non-diffusion de l'argent accumulé dans les activités commerciales vers les activités industrielles constituait évidemment une des principales causes de la stagnation de ces dernières. »104 Mais en allait-il autrement dans l'Europe préindustrielle ? « A quelques exceptions près, le capitaliste, c'est-à-dire à cette époque le "grand marchand", aux activités multiples et indifférenciées, ne s'engage pas franchement dans la production. »105

  • 106 La population a été divisée en cinq groupes, suivant le montant des taxes payées, et donc de la for (...)
  • 107 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. II, p. 339.
  • 108 Quantulumcumque concerning money, 1682, cité par Braudel, Civilisation matérielle, économie et capi (...)
  • 109 Braudel, Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, 1660- 1789, t. 2, p. 276.
  • 110 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 170.

107La très importante part que représentent les créances dans les avoirs damascains est-elle si typique des économies damascène ou alépine ? Johannes A. Faber constate pour Amsterdam : « Dans les cinq groupes de population106, les créances et les dettes sont considérables. Ce phénomène est lié à la façon dont les paiements s'effectuaient : les dettes n'étaient payées que périodiquement, par exemple une fois par an. » A Amsterdam, la moyenne des créances s'élevait à 2 990 guilders par habitant (moyenne calculée sur 463 inventaires). Dans les treize colonies américaines, si l'on a bien interprété le tableau compliqué consacré à la répartition des différentes catégories de biens composant la physical wealth, la part des créances s'élèverait à 14 % des avoirs, proportion considérable, cependant inférieure au pourcentage damascain. Fernand Braudel insiste sur la généralité de l'appel au crédit, dans les civilisations européennes de la même époque : « Du petit boutiquier au négociant, de l'artisan au manufacturier, tout le monde vit sur le crédit », remarque-t-il. « Dans le bilan de tout commerçant, à côté du stock de marchandises, il y a régulièrement un actif de créances et un passif de dettes [...], crédit inhérent au système marchand, secrété par lui – un crédit interne et qui ne porte pas intérêt [...]. Le gros commerçant profite, lui aussi, et fait profiter ses clients de ces facilités internes. Mais il pratique aussi régulièrement une autre forme de crédit, en s'adressant à l'argent des prêteurs et des bailleurs de fond qui sont hors du système. Il s'agit là d'emprunts en argent comptant qui passent régulièrement par la porte de l'intérêt. »107 Ce qui distingue ces populations syriennes n'est pas sans doute l'importance du recours au crédit, mais bien plutôt l'absence d'institutions de crédit. « What remedy is there if we have too little money? », demande William Petty108 en 1682. Réponse : « We must erect a bank. » En Occident, les banques fleurissent, concentrant les capitaux et assurant une distribution plus souple du crédit, sauf en France, où « l'absence d'un véritable crédit public avait été jusqu'en 1715 la lacune la plus grave du système financier français »109. Il est possible qu'à Damas, l'absence d'institution bancaire et la nécessité d'un crédit assurant le fonctionnement indispensable de la vie quotidienne, de la consommation à la production, aient gonflé dans les patrimoines une part de créances, dont il ne faudrait pas minimiser l'importance à l'extérieur du monde ottoman, et fait du prêt la source la plus sûre de profit. « Le prêt à intérêt était, en fait, l'un des premiers domaines de l'investissement dans l'Alep ottomane », affirme Masters110.

108La part de capital immobilisée dans les "biens de consommation" (regroupant dans nos catégories les biens domestiques et les bijoux) est peut-être un peu plus importante à Damas – plus de 17 % – qu'à Amsterdam ou dans les colonies américaines. En Amérique, dans les comptes de Alice Hanson Jones, les "biens de consommation", durables ou périssables, représentent près de 8 % de la fortune totale. Johannes A. Faber estime à 1 653 guinées par personne le montant moyen (calculé sur 280 inventaires) des effets de la maison, y compris les bijoux, donc moins que le numéraire et bien moins que les créances. A Damas, une part de la richesse est fixée dans des secteurs qui ne rapportent rien, ou peu : les bijoux, les biens domestiques auxquels il faudrait ajouter des propriétés immobilières, constituées avant tout de maisons que l'on habite et de ḥānūt où l'on travaille, et non pas de terres qui rapportent.

  • 111 George V. Taylor, « Noncapitalist Wealth and the Origins of French Revolution », The American Histo (...)

109Car ce qui semble différencier le plus la composition des patrimoines damascains est la moindre importance de la part du capital investi dans la terre. Il est impossible de distinguer, dans les évaluations du qāḍī, souvent absentes dans ce domaine, la part de l'immobilier et la part du foncier, dont l'ensemble s'élèverait, selon notre propre estimation, à 19 % du patrimoine. Les quelques études consacrées à l'Europe ou aux colonies américaines démontrent qu'à la même époque, la terre était, dans le nouveau monde comme dans la partie occidentale de l'ancien, un placement beaucoup plus conséquent. D'après une étude sur la balance du commerce au moment de la Révolution, George V. Taylor estime à 64,8 % la part de la richesse française investie dans la terre.111 Dans les trois colonies américaines, la terre représenterait 55 % des investissements, et, dans l'ensemble des 13 colonies américaines, 59 %. Certes, ces proportions sont calculées à partir du pays tout entier, villes et campagnes confondues. Mais, dans la ville d'Amsterdam, Johannes A. Faber estime à la forte somme de 9 127 guilders le montant moyen, calculé sur 329 inventaires, des biens immobiliers et fonciers (maisons, terres, auxquelles il ajoute les titres et autres « securities »), c'est-à-dire trois fois plus que les créances, cinq fois plus que les biens de consommation.

  • 112 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 169.

110C'est dans cette proportion importante de la richesse consacrée à la terre que l'on trouve le plus de différence entre la Damas ottomane et les quelques autres régions dont on puisse aborder la composition de la richesse. Il est vrai que notre échantillon ne comprend que des civils ; une population de militaires posséderait-elle plus de propriétés terriennes ? De plus, les terres situées dans des régions semi-arides, voire arides, étaient de moindre intérêt sans doute qu'en Occident. Enfin, le rôle que joue l'État, en tant que propriétaire terrien, a comme conséquence de restreindre la quantité de terres achetables, comme dans les autres parties de l'Empire ottoman : « Dans la loi musulmane, écrit Bruce Masters, il existait certaines limites à la propriété individuelle. Tandis que les champs étaient la propriété légale de l'État (terres mīrī) dans son rôle de gardien des intérêts de la communauté musulmane tout entière, et donc inaliénables, en revanche, les constructions, les jardins et les vergers appartenaient à la sphère de la propriété privée. »112 Il reste que, dans la composition du patrimoine, ce moindre intérêt accordé à la terre est un élément qui distingue Damas à l'époque ottomane : en était-il de même dans les autres régions de l'Empire ?

  • 113 Liebe-Harkort, Beiträge zur sozialen und wirthschaftlichen Lage Bursas.

111On a regretté, faute de chiffres, de ne pas pouvoir comparer Damas et Alep au xviiie siècle, villes voisines appartenant toutes deux aux provinces arabes de l'Empire ottoman. En revanche, une étude très documentée existe, sur l'importante ville anatolienne de Brousse au début du xvie siècle : on est loin de la Damas du xviiie, dans l'espace et dans le temps, mais le travail de Klaus Liebe-Harkort113 présente de précieuses données qui autorisent la comparaison. La source utilisée, trois registres d'inventaires après décès, a permis d'étudier la situation économique et sociale de Brousse, à travers la composition des patrimoines accumulés par 207 civils de la ville. L'auteur a distingué plusieurs catégories de biens : les biens de consommation, les biens de la boutique, les esclaves, l'immobilier et le foncier, le numéraire, les créances. A quelques nuances près, nos catégorisations sont donc semblables : les biens de consommation, nommés "biens domestiques" chez nous, comprennent les vêtements, les objets de cuisine, les provisions alimentaires, le mobilier, les animaux, les armes, les objets de décoration, les livres ; K. Liebe-Harkort y ajoute les outils de travail, qui font partie de nos "biens de la boutique" et les bijoux, qui, chez nous, sont classés à part ; les esclaves, comptés parmi les biens domestiques dans notre analyse, constituent chez lui une catégorie distincte.

Tableau 26 : les différentes catégories de biens dans le patrimoine de la population civile de Brousse

112Il existe des différences, dans la composition du patrimoine, entre Damas au xviiie siècle et Brousse au xvie, mais les ressemblances l'emportent sur des points essentiels : faiblesse du numéraire, importance des créances, part identique de l'immobilier, 19 % à Damas, 20 % à Brousse, proportion très peu considérable par rapport à l'importance capitale de l'immobilier et du foncier en Europe et dans les colonies américaines.

  • 114 Barkan, Edirne Askerî kassâmi'na âit tereke defterleri, p. 472.

113Enfin, cité en dernier parce que son analyse concerne des militaires et non des civils, et pour terminer la comparaison par un hommage au pionnier dans l'étude des inventaires, Ômer Lùtfi Barkan a dressé un tableau des différents composantes de la fortune de 175 soldats d'Edirne, entre 1545 et 1659.114

Tableau 27 : les différentes catégories de biens dans le patrimoine de la population militaire à Edirne

114L'importance du numéraire, sans doute explicable par la présence des soldes, distingue en premier lieu le patrimoine de ces soldats d'Edirne entre le milieu du xvie siècle et le milieu du xviie. La propriété foncière occupe également une part un peu plus importante des fortunes : à elle seule, plus de 16 %, alors que, dans les fortunes de Damas ou de Brousse, la proportion de 20 % constatée correspondait à la valeur de l'ensemble des biens fonciers et immobiliers, dont la part respective était impossible à cerner. Le seul exemple précis concernant le patrimoine de la population militaire de l'Empire indiquerait donc que, même dans la partie non civile de la population, la propriété foncière est loin de constituer, contrairement aux régions européennes ou américaines, un investissement prioritaire.

115Ces comparaisons, destinées à étendre à d'autres régions de l'Empire ottoman les observations que l'étude des inventaire a permis d'amasser sur la structure de l'économie damascène, nous autorisent à suggérer, à pas feutrés, quelques hypothèses. Sur trois points seulement de la vie économique, il nous a semblé percevoir de profondes différences entre l'organisation économique de Damas, voire des autres régions de l'Empire ottoman, et celle des futurs pays riches.

116Le système monétaire, dans les pays européens, présente une unité, une cohérence, que l'on ne retrouve pas dans l'Empire ottoman. Ici n'existent que des monnaies "nationales". Là, à côté des monnaies frappées par le sultan, circulent en grand nombre des pièces européennes, les ducats vénitiens, les ongres, les ryāl, pour ne citer que les monnaies qui apparaissent à Damas au xviiie siècle commençant, dont le rythme d'introduction, comme le titre et le poids, échappent complètement à l'État. Il est difficile, pour l'instant, d'évaluer le poids de cette absence d'auto nomie monétaire dans l'évolution économique et de la Damas syrienne, et de l'Empire ottoman.

  • 115 Bairoch, Révolution industrielle et sous-développement, p. 48.

117La forte part des créances (légèrement plus faible à Brousse et Edirne), et dont on peut penser que la structure de notre échantillon augmente un peu l'importance, semble légèrement distinguer les patri moines damascains des fortunes européennes ou américaines. Mais c'est surtout l'absence d'institutions bancaires que l'on remarque. Cette carence est-elle primordiale ? En effet, le rôle joué par les banques dans l'amorce de la révolution industrielle est actuellement mis en doute. Résumant les conclusions de plusieurs chercheurs français, anglais, belges et américains, Paul Bairoch conclut : « Les historiens étudiant les institutions financières s'accordent dans leur ensemble à mettre l'accent sur le rôle mineur joué par le système bancaire au début de la révolution industrielle dans le domaine du crédit industriel. »115

  • 116 Bairoch, Révolution industrielle et sous-développement, p. 73-74.
  • 117 Mantoux, La révolution industrielle au xviiie siècle, p. 385.
  • 118 Labrousse, La crise de l'économie française à la fin de l'ancien régime, p. 26.

118En revanche, la faible proportion de richesse investie dans la propriété foncière, à Damas et dans les autres régions de l'Empire, comparée aux pourcentages de 50 ou 60 % atteints dans les futurs pays riches, devrait avoir pesé d'un poids considérable dans le retard économique qui sera la caractéristique des siècles suivants, si l'on accepte les conclusions de Paul Bairoch, établies sur une analyse détaillée des conditions du démarrage économique de l'Angleterre et de la France. « Le facteur déterminant de l'amorce de la révolution industrielle [...] a été l'accroissement de la productivité du travail agricole [...]. Les progrès agricoles ont précédé ceux des secteurs industriels. »116 En France, plus particulièrement, de nombreuses études mettent l'accent sur le rôle fondamental des capitaux fonciers, à l'origine des investissements industriels : dans les secteurs du textile ou de la métallurgie, Mantoux retrouve bien souvent « la terre et la paysannerie »117. Et pour E. Labrousse, les capitaux du propriétaire foncier « constituent, en raison de l'énorme prépondérance de la propriété foncière, la grande réserve monétaire disponible irriguant toute l'économie urbaine »118.

Notes

1 Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, p. 367-393.

2 Raymond, Artisans et commerçants, t. II, p. 503-585.

3 Rāfiq, Maāhir min al-tanīm al-ḥirafī.

4 Marcus, The Middle East on the eve of modernity, p. 51-52.

5 Ce chapitre reprend pour l'essentiel l'article de C. Establet et J.-P. Pascual, « Damascene Probate Inventories », publié dans l'IJMES, 24 (1992). Nous remercions la direction de la revue et l'éditeur, Cambridge University Press, de nous avoir permis de le reproduire ici.

6 Raymond, Artisans et commerçants, t. 1, p. 17.

7 Eldem, Le commerce français d'Istanbul au xviiie siècle, p. 168-169.

8 Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, p. 240.

9 Raymond, Artisans et commerçants, t. 1, p. 21.

10 Ibn Kannān, Ḥawādiṯ, année 1111 (1699-1700), fol. 6b et suivants.

11 Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, p. 246.

12 D'autres monnaies apparaissent de temps en temps dans les comptes des qāḍī à Damas. Ces monnaies ne sont pas thésaurisées par nos Damascains et sont utilisées pour donner la valeur de successions d'étrangers qui meurent à Damas : ce sont les paras, et, très rarement, les akşe. Nous les mentionnons afin de permettre de faire la conversion entre les qurš et les monnaies employées dans les autres parties du monde ottoman : en 1689, les 11260 akşe qui constituent l'actif de la fortune d'un défunt qui habitait Istanbul valent 96 qurš (un qurš vaut 121 akşe) ; en 1701, un qurš vaut alors 45 paras. En 1714, un qurš vaut 40 paras, ce qui amène le para à la valeur d'un peu moins de 3 akşe.

13 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 21.

14 Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, p. 233.

15 Paris, Histoire du commerce de la ville de Marseille, t. V, p. 324.

16 La racine du mot est [ǧim, dāl, lām] : le sens est "tresser" ; une ǧadīla est une corde tressée. Un bijou peut être aussi mabrūm : la racine est [bā’, rā’, mīm] ; le sens est "tordre". Un barim est un « gros cordon en poil de chameau, tordu et non tressé » ; Barthélémy, Dictionnaire. L'or mabrūm est-il de l'or filigrané ?

17 Les documents permettent d'estimer à peu près le prix de la perle seule : une petite perle vaut 1,5 qurš ; une perle sans qualificatif, "normale : 2,5 à 3 ; et une grosse perle plus de 5 qurš.

18 Cependant, cette augmentation a pu débuter avant 1702-1703 ; entre 1693-1694 et 1701-1702, ne nous sont parvenus que 14 inventaires, et des éléments sérieux d'observation font défaut.

19 Jennings, Women in early 17th century Ottoman Judicial Records.

20 Gerber, Social and economic position of women in an Ottoman city, Bursa, 1600-1700.

21 Rāfiq, Maẓāhir min al-tanẓīm al-ḥirafī, p. 34.

22 En Europe aussi, la distinction était difficile à faire.

23 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 203-213.

24 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 206.

25 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. 2, p. 12.

26 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 215.

27 Qāsimi, Qāmūs ; et Sibā‘ī, Aḍwā’ ‘alā Qāmūs al-ṣinā‘āt al-šāmiyya.

28 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 215-216.

29 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 227.

30 Cité par Ben Moussa, Présentation et analyse des actes de qadi à Damas, p. 35.

31 Une analyse plus complète du contenu de ces boutiques sera effectuée dans un autre travail.

32 Qāsimī, Qāmūs, p. 58-61.

33 Selon Kasimirsky, Dictionnaire : "brûlé au four".

34 Sur le tenancier de bain, Qãsimī, Qāmūs, p. 107-112.

35 Qãsimī, Qāmūs, p. 260-262. A moins qu'il n'utilise un "foyer" (uǧaq) bâti en dur et faisant partie de sa boutique ; dans ce cas, le qāḍī ne l'inclut pas dans ses instruments de travail.

36 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 218-221.

37 On s'est longtemps demandé s'il existait une différence de dimensions ou d'usage entre le ānūt et le dukkān ; dans cinq inventaires, la même échoppe a été successivement qualifiée, soit de ḥānūt, soit de dukkān. Les mots sont synonymes, ce qu'avaient déjà souligné Gaston Wiet et André Raymond.

38 Ces calculs ont été effectués sur les individus engagés dans des activités productives et commerciales, à l'exclusion de quelques personnes dont il n'a pas été possible de cerner le métier.

39 Les traductions des différents et nombreux noms de métiers qui suivent sont données d'après les descriptions de Qāsimī, Qāmūs, ou de Barthélémy, Dictionnaire. Si, d'aventure, ces deux sources sont muettes, il sera alors fait appel à d'autres références.

40 Le nom de métier est ma‘‘āk ; Qāsimī, Qāmūs, p. 454-455.

41 Bakhit, The Ottoman province of Damascus, p. 157.

42 Le poisson ne serait peut-être pas aussi totalement absent de l'alimentation du Damascain : un des défunts porte le nom de métier de sammāk (poissonnier plus que pêcheur), mais rien dans les biens qu'il possède ne confirme qu'il exerce effectivement cette profession. Bakhit, The Ottoman province of Damascus, p. 153, mentionne l'existence d'une taxe sur les poissons péchés dans le lac de ‘Utayba à l'est de la ville, dans la nāḥiya du Marǧ, et dans le Ǧawlān au sud.

43 Qāsimī, Qāmūs, p. 123.

44 Voir infra sur la date de construction de ce ḫān.

45 Pascual, Damas à la fin du xvie siècle, p. 107.

46 D'après Ibn ‘Abd al-Hādī cité par Ṭalas, Ṯimār, p. 265.

47 Von Kremer, Topographie, II, 5.

48 Qāsimī, Qāmūs, p. 311-313, qui précise les produits vendus par le ‘aṭṭār.

49 Qāsimī, Qāmūs, p. 313.

50 Raymond, Grandes villes arabes à l'époque ottomane, p. 187-188.

51 Muḥibbī, ulāṣa, IV, p. 227, rapporte qu'une forte inondation de la place sous la Citadelle, en ǧumādā I 1064/mars-avril 1654, entraîna des pertes en hommes et en biens alimentaires car la plupart des baqqāl étaient regroupés en ces lieux, plus particulièrement dans le Sūq al-Mu’ayyadiyya.

52 Bakhit, The Ottoman Province of Damascus, p. 155-156, avec références.

53 Dans les années 1820-30, Siǧill Dimašq 313, cas n 378, p. 128, information fournie par Mlle Brigitte Marino que nous remercions ici.

54 Bakhit, The Ottoman Province of Damascus, p. 157, propose de lire « Sirāj hāna », un bâtiment (?) qui serait dévolu à la fabrication de chandelles, acception qui ne paraît pas convenir ici.

55 Qāsimī, Qāmūs, p. 373, note que ces artisans exercent leur art dans le Sūq al-‘Anbarāniyya, marché localisé à la porte sud de la Grande Mosquée qui est leur seul siège à la fin du xixe siècle.

56 Qāsimí, Qāmūs, p. 318, qui ne donne pas la localisation du souk.

57 Ibn ‘Abd al-Hādī, Nuzhat al-rifāq, p. 27 : « Ils n'ont pas de lieu particulier, ils sont présents dans toute la ville, la plupart d'entre eux étant toutefois localisés à proximité de la Citadelle. »

58 Ġazzī, Luṭf, II, p. 655, et Muḥibbī, Ḫulāṣa, IV, p. 356-57, qui reprend Ġazzī.

59 Sur la localisation de la majorité de ces ḫān, voir Yahya, inventaire archéologique des caravansérails de Damas, p. 343 sq.

60 Cf. la waqfiyya de Bahrām Āġā, datée de raǧab 1055/mars 1646, copie en possession de l'un des deux auteurs. Ce bâtiment, dont il ne subsiste que le portail monumental, a été détruit lors du "redressement" de la Rue Droite effectué sous le gouverneur Midhat Pacha dans la seconde moitié du xixe siècle.

61 Cf. la waqfiyya de Bahrãm Āġā et Ibn ‘Abd al-Hādī, Nuzhat al-rifāq, p. 23, qui situe ce marché à l'est du Sūq Ǧaqmaq et précise qu'on « y grille et sale les pois chiches » (quḍāma).

62 Il s'agit peut-être d'un des tells situés dans le secteur de Qaymariyya, ou dans celui de Ḫarāb ; voir Sack, Entwicklung und Struktur einer orientalisch-islamischen Stadt, carte p. 10.

63 Ṣabbāġ, Waṯīqa ‘arabiyya šāmiyya, p. 35-94 ; Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 190, qui mentionne, à la fin du xviiie, des étoffes « atki' châmy », vendues au Caire.

64 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. II, p. 111.

65 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 3.

66 Nous n'avons pas utilisé les travaux de A. Daumard, Les fortunes françaises au xixe siècle. Enquête sur la répartition et la composition des capitaux privés à Paris, Lyon, Lille, Bordeaux et Toulouse d'après l'enregistrement des déclarations de succession, Mouton, Paris, 1973, car ces études concernent le xixe siècle, et que l'on peut supposer que la révolution industrielle a bouleversé rapidement la composition des patrimoines.

67 Hanson Jones, La fortune privée en Pennsylvanie, New Jersey, Delaware (1774), p. 235-249, et American probate inventories, p. 239-256.

68 Faber, Inhabitants of Amsterdam and their possessions, p. 149-155.

69 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 164.

70 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 165-169.

71 "Valorisé" ; ce terme est employé dans son sens économique : donner une valeur chiffrée à un bien.

72 al-Murādī, Silk al-durar, II, p. 187. La différence, qui existe apparemment sous la plume et dans l'esprit de Murādī, mais aussi chez Muḥibbī, Ḫulāṣa, I, p. 455, II, p. 24-25, entre ‘aqārāt et amlāk, n'apparaît pas clairement dans les dictionnaires. Dans d'autres biographies, Muḥibbī, Ḫulāṣa, I, p. 380-381 et II, p. 42, note amwāl wa 'aqār/'aqārāt.

73 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 147-153.

74 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. I, p. 417-418.

75 N. Todorov, dans Le numéraire des successions en tant que signe de différenciation de la population urbaine, regroupe dans une même catégorie de biens, l'argent, les espèces sonnantes et trébuchantes, et les créances. Il constate, p. 284, l'importance de ce "numéraire" (entre 10 et 23 % du total de chaque succession au cours de la première moitié du xviiie siècle) dans les successions des musulmans, des non musulmans, de toutes professions et tous niveaux de fortune. Comme dans nos successions, cependant, les créances (nommées chez lui « argent à recouvrer ») constituent de 70 à 90 % du montant global de l'argent des successions. On retrouve donc, dans les villes balkaniques du xviiie siècle ottoman, la même rareté de numéraire, et la même importance du crédit.

76 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 153.

77 Chehata, Théorie générale de l'obligation, p. 96-102.

78 Lettre du 4 juin 1993 en réponse à quelques-unes de nos questions : « Il est évident qu'en cas d'endettement du décédé, les héritiers n'ont pas le droit de procéder au partage de la succession (tarika). » Lorsque les dettes sont plus grandes que la succession, ou même si les dettes n'excèdent pas la valeur de la succession, « les héritiers n'ont pas le droit de vendre la succession » (Ibn ‘Ābidīn, Radd, vol. IV, p. 374- 375 ; Haṣkafī, vol. IV, p. 374-375 ; Saraḫsī, Mabsūṭ, vol. XV, p. 59). Il incombe au juge de vendre la succession pour satisfaire les créanciers (Ḥaṣkafī, vol. IV, p. 374). Si les héritiers procèdent au partage de la succession, ce partage peut être annulé par les créanciers (Saraḫsī, Mabsūṭ, vol. XV, p. 59-64). Le partage n'est pas valable (Ibn ‘Ābidīn, ‘Uqūd, vol. II, p. 179). Si les créanciers vendent la succession sans le consentement des créanciers, leur vente ne sera pas exécutée (Saraḫsī, Mabsūṭ, vol. XV, p. 60 ; Ibn ‘Ābidīn, Radd, vol. IV, p. 374). Pourtant, les héritiers ont deux possibilités de partager ou de vendre la succession sans passer devant le juge : soit ils se mettent d'accord pour payer collectivement toutes les dettes du décédé et toutes ses dispositions testamentaires (waāyā) de leur propre patrimoine (Saraḫsī, Mabsūṭ, vol. XV, p. 59 6 0 ; Ibn ‘Ābidīn, Radd, p. 374) ; soit les créanciers peuvent les tenir quitte de leurs dettes (Saraḫsī, Mabsūṭ, vol. XV, p. 59, 64).

79 Jennings, Loans and credit in early 17th century ottoman judiciais records, p. 168-216.

80 Jennings, Loans and credit in early 17th century ottoman judiciais records, p. 168-216.

81 Stirling, Turkish village, cité p. 175.

82 R. C. Jennings, à Kayseri, constatait l'inverse: « Women occasionally appeared as debtors and creditors, the latter a little more than the former »; Loans and credit in early 17th century ottoman judiciais records, p. 194.

83 Jennings, Loans and credit in early 17th century ottoman judicials records, p. 212.

84 Goiten, A Mediterranean society, vol. I, p. 256-262; Lapidus, Muslim cities in the Later Middle Ages; Inalcik, Bursa and the commerce of the Levant, p. 133, 141, 145.

85 La différence entre ces calculs et les tableaux précédents s'explique par l'élimination de quelques cas douteux, dans la répartition créances recouvrées/non recouvrées.

86 Inventaire 19306 et 19475.

87 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 153.

88 Jennings, Loans and credit in early 17th century ottoman judiciais records, p. 176 et 212.

89 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. I, p. 420.

90 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. II, p. 113.

91 Les indications du juge, quand il en estime la valeur et groupe dans son estimation les biens immobiliers et fonciers, ne permettent pas de distinguer l'immobilier du foncier, pas plus que l'expression real estate ne permet de le faire.

92 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 169.

93 Marcus, Men, women and property dealers in real estate, p. 137-138.

94 Marcus, Men, women and property dealers in real estate, p. 141.

95 Marcus, Men, women and property dealers in real estate, p. 138.

96 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 258.

97 Marcus, Men, women and property dealers in real estate, p. 142.

98 Pirandello, Nouvelles pour une année, t. 3, p. 252.

99 Marcus, Men, women and property dealers in real estate, p. 143.

100 Hanson Jones, La fortune privée en Pennsylvanie, New Jersey, Delaware (1774), p. 235-249.

101 E. Clavière et J.-P. Brissot, De la France et des États-Unis, 1787, p. 24, cité par Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme.

102 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. 1, p. 402.

103 Hanson Jones, La fortune privée en Pennsylvanie, New Jersey, Delaware (1774).

104 Raymond, Artisans et commerçants, t. I, p. 225.

105 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. II, p. 327.

106 La population a été divisée en cinq groupes, suivant le montant des taxes payées, et donc de la fortune possédée.

107 Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. II, p. 339.

108 Quantulumcumque concerning money, 1682, cité par Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. 1, p. 417.

109 Braudel, Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, 1660- 1789, t. 2, p. 276.

110 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 170.

111 George V. Taylor, « Noncapitalist Wealth and the Origins of French Revolution », The American Historical Review, 72 (October 1 966-January 1967), p. 469-496, cite par Marcus, Men, women and property dealers in real estate, p. 13.

112 Masters, The origins of western economic dominance in the Middle East, p. 169.

113 Liebe-Harkort, Beiträge zur sozialen und wirthschaftlichen Lage Bursas.

114 Barkan, Edirne Askerî kassâmi'na âit tereke defterleri, p. 472.

115 Bairoch, Révolution industrielle et sous-développement, p. 48.

116 Bairoch, Révolution industrielle et sous-développement, p. 73-74.

117 Mantoux, La révolution industrielle au xviiie siècle, p. 385.

118 Labrousse, La crise de l'économie française à la fin de l'ancien régime, p. 26.

Table des illustrations

Légende Tableau 13 : monnaies conservées par les Damascains
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Graphe 8 : cours du miṯqāl d'or travaillé de 1686 à 1717
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Graphe 9 : Cours du bunduqī
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Graphe 10 : cours de l'ongre
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Graphe 11 : cours du ryāl
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Graphe 12 : cours du šarifī
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Graphe 13 : cours comparés du bunduqī, en qurš, à Istanbul et Damas
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Note 3838Tableau 15 : les grands secteurs de la vie économique
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Tableau 16 : souks mentionnés
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Tableau 17 : ān mentionnés
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Tableau 18 : part des différentes catégories de biens dans l'ensemble des fortunes damascaines
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Tableau 19 : nombre de créanciers et de débiteurs
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Tableau 20 : nombre de créanciers et de débiteurs suivant la couche sociale
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Tableau 21 : les créances, nombre et valeur
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Tableau 22 : les dettes, nombre et valeur
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Tableau 23 : créances recouvrées, créances non recouvrées, et dettes de la population damascène
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Graphe 14 : nombre de créanciers suivant la valeur moyenne de la créance
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Graphe 15 : nombre de créanciers suivant le nombre de créances consenties
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Graphe 16 : nombre de débiteurs suivant la valeur moyenne de la dette
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Graphe 17 : nombre de débiteurs suivant le nombre de dettes
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Tableau 24 : montant du patrimoine moyen du créancier et du non-créancier
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Tableau 25 : biens fonciers et immobiliers des Damascains (possédés en totalité ou en parts)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Tableau 26 : les différentes catégories de biens dans le patrimoine de la population civile de Brousse
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Tableau 27 : les différentes catégories de biens dans le patrimoine de la population militaire à Edirne
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7511/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search