Version classiqueVersion mobile

Familles et fortunes à Damas

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Chapitre II. Famille et démographie en 1700

Texte intégral

  • 1 Veinstein, Les provinces balkaniques, 1606-1774, p. 321.
  • 2 Raymond, Grandes villes arabes, p. 55
  • 3 Panzac, La peste, p. 231 sq.
  • 4 Abdel Nour, Introduction à l'histoire urbaine de la Syrie ottomane, p. 57.
  • 5 Behar, Polygyny in Istanbul, 1885-1926, p. 477.

1La démographie de l'Empire ottoman est mal connue. Les chiffres, les recensements fiables font défaut. Gilles Veinstein l'observe : « Pour [les régions balkaniques], comme pour l'ensemble de l'empire, l'étude de la période souffre de la lacune documentaire séparant les remarquables recensements ottomans de la seconde moitié du xve et du xvie siècles de ceux du xixe dont la série s'ouvre en 1831. »1 Ces recensements à but fiscal, remarque André Raymond, « se présentent comme des dénombrements de khane dont l'interprétation en termes démographiques est assez malaisée »2. De son côté, Daniel Panzac écrit : « La période 1700-1850 est particulièrement pauvre en données démographiques sérieuses [...]. On ne dispose pas, actuellement, de sources ottomanes fiables. »3 De plus, s'il existe peu de faits démographiques certains, se sont affirmées depuis longtemps des impressions, des opinions, des estimations que les voyageurs occidentaux ont transmises : « Dès que nous abordons le problème de la population, les estimations les plus hasardeuses, les théories les plus fantaisistes et les chiffres les plus curieux sont avancés ; la haine, puis le dédain de l'État ottoman, se donnent libre cours dans les ouvrages occidentaux. Les voyageurs se sont fait les hérauts de cette doctrine [...]. Les impressions des voyageurs sont [...] trop souvent fantaisistes. »4 L'existence de la polygamie, du harem, a particulièrement été source de fantasme : « As for Istanbul, a great bulk of second-hand information on polygyny is available. One must be cautious [...] when interpretating them [...]. The written sources and opinions on polygyny should, therefore, be referred to with caution. »5 Aussi faut-il être modeste : « Depuis une vingtaine d'années, écrivait Antoine Abdel Nour en 1982, plusieurs monographies sur la population [...] ont été publiées sur la base des registres fiscaux ottomans du xvie siècle... » Il citait les travaux de Bernard Lewis sur la Palestine et ceux de Ömer Lütfi Barkan sur la division administrative connue sous le nom d'Arap, recouvrant la Syrie, la Palestine et certaines parties de l'Anatolie du Sud. Depuis, d'autres études ponctuelles, qui seront présentées ici, ont été réalisées : la comparaison des résultats obtenus permettra peut-être de dégager quelques traits essentiels de la démographie damascène dans un premier temps, ottomane de façon plus large, au xviiie siècle.

  • 6 L'étude porte donc sur 449 cas, ici 174 femmes, 275 hommes, deux femmes de plus, deux hommes de mo (...)

2L'absence de "recensement", source qui représente maintenant la base de toute étude démographique, invite à chercher dans les inventaires après décès damascains les données démographiques qui manquent. Aux 449 documents qui concernent la ville de Damas6, on ajoutera, afin d'élargir l'échantillon, les successions d'étrangers, pèlerins pour la plupart, qui, sur le chemin de la Mekke, à l'aller ou au retour, meurent à Damas. Leurs compagnons de voyage, souvent originaires de la même région, assistent le juge, le renseignant sur la famille du défunt. Mais la famille est parfois décrite sans précision : le nom de l'épouse, souvent, n'est pas signalé, pas plus que le statut majeur/mineur des enfants héritiers. Les inventaires damascains, plus précis, seront donc notre première référence.

  • 7 Rappelons que le taux de mortalité infantile était, en 1740, de 300/1 000. Cf. Blayo, La mortalité (...)
  • 8 Inventaires 15036 et 19183.

3L'inventaire n'est pas une source autorisant n'importe quelle étude de population : l'âge moyen au moment du décès ne pourra jamais être connu, pas plus que les taux de fécondité ou de mortalité infantile, on l'a vu, puisque n'existent pas, dans la comptabilité du qāḍī qui ne s'intéresse qu'aux héritiers, les enfants disparus avant un de leurs parents. On pourra, à travers quelques exemples allusifs glanés çà et là, confirmer que le taux de mortalité infantile était élevé : le contraire eût été étonnant7. En 1692, Asmahān bt ‘Alī meurt8. De son premier époux, Muḥammad al-Masāliḫī, mort en 1687, dont on possède aussi l'inventaire, elle avait eu quatre enfants ; elle se remarie avec Ḥasan al-Masāliḫī, frère de son précédent époux, ce qui relève de la tradition. Quand elle décède, en 1692, le juge mentionne ses enfants vivants : des quatre enfants de son premier lit, il n'en reste plus que deux, deux filles sont mortes entre 1687 et 1692 ; des deux filles de son deuxième lit, le juge signale que l'une d'entre elles. Fāṭī, décèdera juste après sa mère. La moitié des enfants d'Asmahān n'a donc connu qu'une très brève existence.

4Ces critiques ne doivent cependant pas faire renoncer à l'exploitation des inventaires, sources inespérées dans un monde pauvre en documents, qui permettent d'approfondir quelques aspects de la démographie damas-cène à l'époque ottomane.

RYTHME ANNUEL ET SAISONNIER DES MORTALITÉS

  • 9 Laoust, Les gouverneurs de Damas, p. 225 ; le texte arabe indique simplement qu'il y eut la peste (...)
  • 10 Laoust, Les gouverneurs de Damas, p. 233 ; Ibn Ğum‘a, Bāšāt, p. 55.

5Le nombre d'inventaires conservé, par année, est extrêmement inégal sans que l'on puisse trouver d'explications à ces irrégularités. Certaines années ne sont pas du tout représentées dans le corpus, comme l'indique le graphe suivant. Mais doit-on attribuer au hasard le nombre élevé d'inventaires qui accompagne certaines années ? 53 pour l'année 1690, 87 inventaires pour l'année 1692, 45 inventaires en 1714. Rien n'explique, dans l'état actuel des connaissances, le nombre d'inventaires enregistrés en 1690 ; en revanche, un chroniqueur9 signale, pour 1692, qu' « une épidémie de peste fit cette année de grands ravages à Damas », et qu'en 1714, Damas a connu une disette10.

6Malgré l'imperfection de la source, on retrouverait donc, dans cet inégal nombre d'inventaires enregistrés, le reflet de la situation démographique.

Graphe 1 : nombre d'inventaires enregistrés à Damas, suivant les années

  • 11 D. Panzac, La peste, p. 366-368.
  • 12 Voir sa biographie dans Murādī, Silk al-durar, I, p. 58-62.

7Meurt-on l'hiver à la suite de maladies pulmonaires, l'été pour cause d'épidémies ou de maladies intestinales diverses, comme le suggère D. Panzac11 ? En effet, le juge indique toujours la date précise de l'établissement de l'inventaire, mais cette date ne correspond pas forcément à la date de la mort. Pour les Damascains, l'inventaire n'est pas établi systématiquement après le décès : dans l'immense majorité des documents, le scribe indique laconiquement que la mort a eu lieu avant la date de la rédaction de l'acte (qabl ta’rīḫi-hi). On a relevé dans un cas le délai très long séparant l'établissement de l'inventaire du décès de la personne, mais il doit s'agir d'une exception : un décès survenu dans la mer des Indes n'est connu à Damas que quatre années plus tard. En revanche, nous savons par Murādī que le šayḫ Abū al-Sa‘ūd Yaḥyā b. Muḥyī al-Dīn décède le 12 ṣafar 1127/19 février 1715 ; son inventaire, que nous avons retrouvé, est établi trois jours plus tard, le 15 safar/22 février, ce qui paraît un enregistrement particulièrement rapide12. Cependant, pour la grande majorité des défunts, il est difficile d'évaluer ce délai : une ou plusieurs semaines ? Dans le cas d'un défunt laissant une épouse, le juge se devait-il d'attendre que soit passée la période légale de ‘idda (les trois menstrues, donc trois mois) comme cela est le cas pour les épouses répudiées, pour établir la paternité d'un éventuel descendant et procéder à la répartition de l'héritage ?

8Nous avons cependant analysé les temps de l'enregistrement des inventaires à l'aide des documents relatifs aux seuls Damascains, et nous constatons qu'il existe un léger surenregistrement en hiver (novembre, décembre, janvier, février) et en été (août, septembre).

9Cette surmortalité d'été est particulièrement visible l'année de la peste, 1692, comme le suggère le graphe suivant.

Graphe 2 : nombre mensuel d'inventaires enregistrés à Damas en 1692

10En 1714-1715, lors de la disette mentionnée, on constate également un surenregistrement d'inventaires à partir de la période de soudure, le début de l'été, surenregistrement qui se poursuit pendant 3 ou 4 mois, sans doute en raison des délais qui séparent le décès de l'établissement de la succession.

Graphe 3 : nombre d'inventaires enregistrés en 1714-1715, année de disette

  • 13 D. Panzac, La transition démographique en Egypte, p. 65-93.

11Pour les années que ne viennent marquer ni disette, ni épidémie, les données fournies par les sources, malgré toutes les imperfections signalées, paraissent donc rejoindre les conclusions de D. Panzac13 : comme l'indique le graphe suivant, on meurt un peu plus en été et en hiver, et sans doute à la suite de maladies spécifiques à la saison.

Nombre de décès suivant les mois du calendrier grégorien, à Damas

Nombre de décès suivant les mois du calendrier grégorien, à Damas

Graphe 4 : nombre mensuel d'inventaires enregistrés entre 1686 et 1718

  • 14 Rāfiq, Qāfilat al-ḥāǧǧ al-šāmī, p. 5-28.

12Si l'on élargit l'analyse aux successions des étrangers, on constate évidemment le rythme qu'imprime au travail des juges de Damas le calendrier de l'hégire. Les étrangers sont les pérégrins (voyageurs ou pèlerins) qui meurent, à Damas, sur la route du Ḥiǧāz, à l'aller ou au retour ; l'inventaire de leurs effets est établi le jour ou le lendemain de leur décès, comme le consigne systématiquement le juge (« décédé le jour même » ou « décédé la veille »). Il n'est donc pas étonnant que les mois de šawwāl, le départ de la caravane du pèlerinage damascain (al-rakb al-šāmī) et de safar, son retour, voient de nombreux décès d'étrangers. Le nombre élevé de décès enregistré durant le mois de ramadan confirme que les candidats qui souhaitent se joindre à la caravane du pèlerinage arrivent à Damas dans les quelques semaines précédant son départ14. La mortalité est peut-être renforcée par le fait que ces pérégrins effectuent la première partie de leur long et éprouvant voyage durant des mois de ramadān qui sont inclus, dans leur majorité pour les années étudiées, dans la période d'été : 40 décès sur 44 sont enregistrés de mai à septembre.

Graphe 5 : nombre de décès de pèlerins enregistrés à Damas suivant les mois de l'hégire (1097-1130/1686-1718)

RYTHME DES MORTALITÉS SUIVANT LES DIFFÉRENTS CYCLES DE LA VIE

13La composition de la population présentée dans les inventaires surprend : le tableau suivant le montre, toutes les études réalisées à partir des inventaires après décès dans le monde ottoman signalent le fait que le nombre de successions de défunts est plus important que celui des défuntes.

Tableau 3 : proportion d'inventaires féminins et masculins dans divers échantillons étudiés

  • 15 Pascual, Les inventaires après décès, p. 46.

14L'échantillon damascain étudié n'échappe pas à la règle : 174 femmes, 275 hommes, un ratio de 39 %, nettement supérieur cependant aux chiffres donnés ci-dessus. On peut trouver quelquefois la raison de cette disparité dans l'échantillon lui-même : les inventaires de populations militaires sont normalement plus chargés en morts d'hommes, dont les conjointes échappent aux risques du service. Ainsi J.-P. Pascual note que, dans un registre consacré aux inventaires de militaires, la proportion des successions de femmes n'atteint que 19,8 % du corpus, un chiffre particulièrement bas15. Tel n'est pas le cas ici, puisque les registres analysés concernent la population civile (qisma ‘arabiyya). Avançons une autre explication, qui reflète peut-être une donnée démographique. Les inventaires sont obligatoires, dans le monde musulman, si le défunt laisse un successeur mineur, ou s'il n'a pas d'héritier vivant, ou si l'un de ses héritiers est absent. On trouve des enfants mineurs dans l'énorme majorité de nos successions. Or, s'il y a moins de femmes dans l'ensemble des inventaires, il y a proportionnellement plus de femmes qui meurent mariées et sans enfant : 37 hommes sur 275 (13,5 %), 38 femmes sur 174 (21,8 %) ; et plus de femmes aussi qui ne laissent, à leur mort, que des enfants mineurs (65 % des cas, contre 57,8 % chez les hommes). Nos femmes semblent donc mourir jeunes, plus jeunes que les hommes. On regrette que le qāḍī n'ait pas inscrit l'âge du défunt, mais il a indiqué quels en étaient les héritiers : or, quand elles meurent, les femmes, beaucoup plus que les hommes, laissent souvent un ou deux de leurs parents, et même des grands-parents vivants.

Tableau 4 : ascendants vivants lors du décès

1520,7 % des hommes, quand ils meurent, ont encore des parents vivants, contre 47,7 % des femmes. Qui plus est, parmi les parents vivants, beaucoup plus nombreuses sont les mères (91), voire les grands-mères (5), que les pères (11) ou les grands-pères (1) !

  • 16 Goubert, Beauvais, cartes et graphiques, p. 43.

16Peut-on alors avancer l'hypothèse que les femmes meurent jeunes, peut-être en couches, ou durant les grossesses, et qu'on les retrouve alors nombreuses dans les inventaires, ne laissant aucun héritier ou seulement des enfants mineurs ; et quand elles ont dépassé le cap difficile de la procréation, elles vivraient plus longtemps que les hommes et apparaîtraient alors moins nombreuses dans des inventaires obligatoires s'il existe des héritiers mineurs. L'hypothèse n'est pas fantaisiste : P. Goubert, dans son étude sur le Beauvaisis, au xviie siècle, a démontré que, pendant les dix premières années du mariage, c'est le décès de la femme qui interrompt le plus le mariage ; et après dix ans de mariage, celui de l'homme16.

LE MARIAGE

  • 17 Marcus, The Middle East on the eve of modernity, p. 196.

17Les documents apportent des preuves chiffrées aux affirmations démographiques généralement émises concernant le mariage. Au xviiie siècle, affirme A. Marcus à propos de la ville syrienne d'Alep, l'organisation de la famille reposait sur un certain nombre de normes : la quasi-universalité du mariage, l'extrême jeunesse lors du premier mariage, l'éclatement fréquent de la famille, causé par le divorce ou le décès prématuré de l'épouse, et le caractère courant du remariage.17

18L'analyse des inventaires damascains autorise la construction du tableau suivant :

Tableau 5 : nombre de mariages, nombre de conjoints

19Plus de 90 % de nos défunts damascains meurent mariés ou ayant été mariés (les 17 personnes ayant des enfants et mentionnées sans conjoint sont certainement des veufs ou des veuves). La proportion reste la même si l'on élargit la recherche à l'ensemble des Damascains et des étrangers : 87,6 % de mariés (558 sur 637). La solitude n'existe guère : 43 célibataires, moins de 10 %.

  • 18 Marcus, The Middle East on the eve of modernity, p. 196.
  • 19 Duben, Behar, Istanbul households, 1880-1940, p. 135.
  • 20 Cas cité par J.-P. Pascual, Aspects de la vie matérielle à Damas, p. 165-178. Qāsimī attribue cett (...)

20Les femmes sont particulièrement concernées par l'état de mariage. Elles se marient jeunes : « Les filles se mariaient généralement entre quatorze et dix-sept ans. »18 En 1889, un journal turc, Sabah, consacre un article au mariage, et donne une preuve a contrario de l'extrême jeunesse des épouses; il déconseille le mariage précoce: « A girl be fully grown up at thirteen or fourteen, but neither will her body be strong enough for pregnancy and childbearing, nor her mind able to understand and fulfill her responsibilities towards her husband and her children [...]. »19. A Damas même, durant la période étudiée, un homme vient témoigner devant le juge qu'il a répudié son épouse "mineure" ; cette pratique d'épouser des mineures est dénoncée par Qāsimī à la fin du xixe20. Est-ce une exception ? Que les mères et même les grands-mères, de toute façon plus résistantes une fois passées les années d'enfantement, aient été beaucoup plus nombreuses à survivre à leurs enfants que les pères et les grands-pères, peut aussi suggérer que les femmes se mariaient plus jeunes que les hommes.

  • 21 A. Marcus, The Middle East, p. 196.
  • 22 Siğili Dimašq, 20, acte n° 169 du 14 muḥarram 1102/18 octobre 1690.

21Peu d'hommes sont célibataires, mais encore moins de femmes : 10 femmes (5,7 %), 33 hommes (12 %). « Le célibat n'était pas apprécié. »21 A Damas, par exemple, un homme se voit chassé par ses voisins de la maison qu'il possède et habite dans la Maḥallat al-Aqṣāb ; on lui reproche une mauvaise réputation et un comportement non vertueux : il est célibataire, semble-t-il. Le juge, devant lequel on a porté l'affaire, ne se prononce pas sur l'aspect moral mais fait savoir que nul ne peut, légalement, interdire à un propriétaire d'habiter sa propriété22.

22Quand elles sont veuves, les femmes se remarient plus que les hommes qui, eux-mêmes, ne restent pas seuls très nombreux : six veuves (3,4 %), 11 veufs (4,4 %). Le remariage est une réalité fréquente : les documents ne nous permettent pas de connaître les raisons du remariage (répudiation ? décès ?), mais à leur mort, 2 1 % des femmes, encore jeunes, et 25 % des hommes, ont connu plusieurs conjoints.

LES ENFANTS

23Rien ne nous permet de connaître le taux de fécondité. En revanche, les documents damascains autorisent le calcul du nombre d'enfants par défunt.

  • 23 Nous avons ignoré, dans ce tableau, les 43 hommes et femmes morts sans conjoint ni enfant.

Tableau 6 : nombre d'enfants par individu23

24Les femmes de notre échantillon meurent jeunes : ainsi s'explique le faible nombre d'enfants qu'elles laissent à leur décès. L'échantillon masculin est donc plus représentatif, et c'est à lui qu'il faut se fier : une moyenne de 2,6 enfants par homme. Certes, nos défunts meurent sans doute un peu plus jeunes que la moyenne des hommes —ils n'ont pas fini de procréer—, mais la restriction se nuance : les enfants qu'ils laissent, et ceux qu'ils auraient pu avoir, seraient-ils tous restés en vie ? Le graphe suivant donne une idée sans doute proche de la réalité familiale.

Graphe 6 : nombre d'enfants laissés par les défunts ou les défuntes

25Les familles nombreuses sont une exception. La règle est à un, deux, trois enfants par famille. Les études déjà faites, et dont les résultats sont exposés dans le tableau suivant, renforcent ce point de vue.

  • 24 N. Todorov, La ville balkanique, p. 366. Les références aux autres auteurs cités sont données dans (...)

*Calcul établi par Colette Establet et Jean-Paul Pascual
Note 2424
Tableau 7 : nombre moyen d'enfants par famille d'après différentes études

  • 25 D. Panzac, La peste, p. 360.

26Il y a une exception : A. Marcus calcule, pour Alep, un taux beaucoup plus élevé d'enfants par foyer atteignant 4,8. Cette "anomalie" peut s'expliquer par une situation démographique particulière à la ville : Alep a vécu trois pestes qui ont eu de graves conséquences sur la mortalité ; en 1743, il y aurait eu 18000 victimes, en 1761, 8000, et en 1762, 1800025. Les dates auxquelles A. Marcus calcule ce taux élevé de 4,8 enfants par foyer, 1746-1771, correspondent sans doute à des périodes de reprise démographique succédant à des années de crise : les années de forte mortalité due à la famine et aux épidémies sont suivies d'années de récupération vigoureuse de la fécondité.

  • 26 P. Goubert, Beauvais, p. 30.

27Une telle composition de la famille, même si l'on élargit à trois le nombre d'enfants par foyer, par crainte d'un échantillon faussé par une trop grande jeunesse des défunts, ne permet pas de croissance de la population, menacée de trop de dangers pour que ce "un" supplémentaire permette plus que le renouvellement d'une génération ; à Damas, au xviiie siècle, l'accroissement naturel de la population a dû être voisin de un, la population a stagné. « Le véritable secret d'une population, ce pourrait bien être son aptitude à survivre », écrivait P.Goubert26. Le remplacement de la génération est menacé par d'innombrables aléas naturels, que viennent minimiser les phénomènes sociaux déjà étudiés : l'universalité du mariage, la jeunesse de l'épousée et la fréquence du multiple mariage dont on observe facilement, sur le tableau suivant, les effets sur la natalité.

Tableau 8 : nombre moyen d'enfants suivant le nombre de conjoints

28Cette moyenne est précisée par le graphique suivant :

Graphe 7 : Nombre d'enfants par homme marié suivant le nombre d'épouses

29Mais, si le graphe établit clairement une corrélation entre le nombre d'enfants et le nombre de conjoints, et permet d'affirmer que la majorité des familles est composée de un, deux ou trois enfants, il révèle aussi l'existence de familles nombreuses, à cinq, six, sept enfants, que le défunt ait été marié une ou plusieurs fois. Le tableau suivant établit un fait : plus on est riche, plus on a d'enfants vivants au moment du décès.

Tableau 9 : nombre d'enfants dans la famille, suivant la fortune du défunt

  • 27 Establet, Pascual, Raymond, La mesure de l'inégalité dans la société ottomane.
  • 28 Perrenoud, L'inégalité sociale devant la mort à Genève.

30La société damascaine n'est pas une société égalitaire. L'indice de Gini est de 0,74, et 10 % des défunts possèdent plus de 70 % des richesses27 ; deux types de familles existeraient, ce que semble indiquer l'allure "à deux bosses" du graphe précédent : des familles pauvres dont la composition, à la mort d'un défunt, serait de petite taille, et des familles riches qui, lorsque le père ou la mère décède, seraient des familles nombreuses, où le taux de fécondité a peut-être été plus fort, mais surtout le taux de mortalité infantile plus faible. « La mortalité infantile est fortement soumise à l'influence de la condition sociale », affirme Alfred Perrenoud pour Genève au xviie siècle28, et démontre cette "surmortalité sociale" en constatant que la mortalité infantile était de 208 pour mille dans des milieux "supérieurs", et de 358 dans des milieux "inférieurs".

LA POLYGAMIE

31Dans une société musulmane, la polygamie joue son rôle dans la lutte contre la précarité du taux de renouvellement des générations. Vingt-trois hommes sur les 227 musulmans de notre population damascaine sont polygames, soit 10,6 %. La moyenne baisse légèrement si l'on étend l'analyse à l'ensemble des inventaires après décès, Damascains et étrangers réunis : 8 %. C'est un taux peu élevé, si on le compare aux proportions relevées dans des études déjà effectuées, à l'exception du taux très bas qu'a constaté Cem Behar pour Istanbul, à la fin du xixe.

Tableau 10 : proportion de polygames, d'après différentes études

  • 29 Glasman, Les documents du tribunal religieux de Hama, p. 34.
  • 30 A. Marcus, The Middle East, p. 200.

32V. Glasman et A. Marcus l'avaient déjà affirmé : « La polygamie existait certes, mais comme un phénomène relativement restreint »29 ; « Les registres mentionnent rarement les mariages polygames, ce qui indiquerait l'incidence assez basse de cette institution. »30 La polygamie n'est pas courante. Elle n'est pas non plus le corrolaire de la richesse, comme le montrent les tableaux suivants ; au contraire, la femme coûte !

Tableau 11 : fortune moyenne des monogames et des polygames

  • 31 K. Barbir, Wealth, privilege, p. 185.
  • 32 Notre corpus ne comporte pas d'inventaire de haut dignitaire de l'État. Citons cependant le cas, s (...)

33Un journaliste américain, Monroe, cité par C. Behar, remarquait en 1908 : « La polygynie est une institution onéreuse. » K. Barbir observe aussi : « On ne distingue pas de corrélation claire entre la richesse (du moins la richesse en biens meubles) et la polygamie. »31 En revanche, C. Behar, pour Istanbul à la fin du xixe, remarque : « Deux catégories d'hommes semblent un peu plus engagés dans la polygamie que les autres : les hommes qui ont un rapport étroit avec la religion et exercent des fonctions religieuses, et le personnel gouvernemental de haut rang » ; et il compte 12,5 % de polygames parmi les šayḫ, haci, mollāh, šarīf. Aucune corrélation n'existe, dans le corpus, entre une fonction religieuse (šayḫ) et la polygamie. Toutefois, les šarīf, comme l'indique le tableau précédent, sont plus volontiers polygames que les autres. L'hypothèse demanderait à être vérifiée sur d'autres sources : être polygame, signe de "noblesse" ?32 Ajoutons aux Damascains les étrangers dont les inventaires ont été enregistrés à Damas pour élargir le corpus : les résultats sont similaires.

Tableau 12 : polygames et monogames damascains et étrangers

34C. Behar, à la fin de son article, remarquait : « Certains des aspects de la polygamie, comme son influence sur la fertilité, ou sur la taille et la composition de la famille, son rôle et sa fonction dans la formation de la famille et du système de reproduction, sont extrêmement difficiles à évaluer. » Au moins pour Damas au xviiie siècle, la polygamie promet une riche descendance et contribue à assurer le renouvellement des générations, à une époque où le taux de mortalité était très élevé. On comprend alors que la polygamie rencontre dans le monde contemporain turc musulman une hostilité grandissante, comme le prouve C. Behar en analysant les résultats d'enquêtes d'opinion et l'évolution du droit : lorsque l'accroissement naturel d'une population voisine les 3 %, la polygamie n'a plus de raison d'être.

35L'utilisation d'adverbes dubitatifs (les "sans doute", "apparemment", "vraisemblablement", etc.), l'emploi fréquent aussi du mode conditionnel, les tournures interrogatives, traduisent l'embarras prudent que suscite l'analyse, à des fins démographiques, des 449 inventaires après décès damascains. Espérons que l'étude d'inventaires issus d'autres régions de l'Empire ottoman confirmera les résultats présentés ici, permettant d'utiliser alors le mode de la certitude, l'indicatif.

Notes

1 Veinstein, Les provinces balkaniques, 1606-1774, p. 321.

2 Raymond, Grandes villes arabes, p. 55

3 Panzac, La peste, p. 231 sq.

4 Abdel Nour, Introduction à l'histoire urbaine de la Syrie ottomane, p. 57.

5 Behar, Polygyny in Istanbul, 1885-1926, p. 477.

6 L'étude porte donc sur 449 cas, ici 174 femmes, 275 hommes, deux femmes de plus, deux hommes de moins que dans l'échantillon présenté jusqu'ici, pour des raisons liées à la "lisibilité" des documents.

7 Rappelons que le taux de mortalité infantile était, en 1740, de 300/1 000. Cf. Blayo, La mortalité en France de 1740 à 1829.

8 Inventaires 15036 et 19183.

9 Laoust, Les gouverneurs de Damas, p. 225 ; le texte arabe indique simplement qu'il y eut la peste à Damas ; Ibn Ğum‘a, Bāšāt, p. 47-48.

10 Laoust, Les gouverneurs de Damas, p. 233 ; Ibn Ğum‘a, Bāšāt, p. 55.

11 D. Panzac, La peste, p. 366-368.

12 Voir sa biographie dans Murādī, Silk al-durar, I, p. 58-62.

13 D. Panzac, La transition démographique en Egypte, p. 65-93.

14 Rāfiq, Qāfilat al-ḥāǧǧ al-šāmī, p. 5-28.

15 Pascual, Les inventaires après décès, p. 46.

16 Goubert, Beauvais, cartes et graphiques, p. 43.

17 Marcus, The Middle East on the eve of modernity, p. 196.

18 Marcus, The Middle East on the eve of modernity, p. 196.

19 Duben, Behar, Istanbul households, 1880-1940, p. 135.

20 Cas cité par J.-P. Pascual, Aspects de la vie matérielle à Damas, p. 165-178. Qāsimī attribue cette pratique à l'ignorance, particulièrement répandue dans la "populace".

21 A. Marcus, The Middle East, p. 196.

22 Siğili Dimašq, 20, acte n° 169 du 14 muḥarram 1102/18 octobre 1690.

23 Nous avons ignoré, dans ce tableau, les 43 hommes et femmes morts sans conjoint ni enfant.

24 N. Todorov, La ville balkanique, p. 366. Les références aux autres auteurs cités sont données dans les notes précédentes.

25 D. Panzac, La peste, p. 360.

26 P. Goubert, Beauvais, p. 30.

27 Establet, Pascual, Raymond, La mesure de l'inégalité dans la société ottomane.

28 Perrenoud, L'inégalité sociale devant la mort à Genève.

29 Glasman, Les documents du tribunal religieux de Hama, p. 34.

30 A. Marcus, The Middle East, p. 200.

31 K. Barbir, Wealth, privilege, p. 185.

32 Notre corpus ne comporte pas d'inventaire de haut dignitaire de l'État. Citons cependant le cas, signalé par J.-P. Pascual, Aspects de la vie matérielle à Damas, p. 178, n. 18, du gouverneur de Gazza, qui aurait eu 85 enfants de nombreuses épouses et concubines !

Table des illustrations

Légende Graphe 1 : nombre d'inventaires enregistrés à Damas, suivant les années
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Graphe 2 : nombre mensuel d'inventaires enregistrés à Damas en 1692
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Graphe 3 : nombre d'inventaires enregistrés en 1714-1715, année de disette
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Nombre de décès suivant les mois du calendrier grégorien, à Damas
Légende Graphe 4 : nombre mensuel d'inventaires enregistrés entre 1686 et 1718
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Graphe 5 : nombre de décès de pèlerins enregistrés à Damas suivant les mois de l'hégire (1097-1130/1686-1718)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Tableau 3 : proportion d'inventaires féminins et masculins dans divers échantillons étudiés
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Légende Tableau 4 : ascendants vivants lors du décès
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Tableau 5 : nombre de mariages, nombre de conjoints
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Tableau 6 : nombre d'enfants par individu23
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Graphe 6 : nombre d'enfants laissés par les défunts ou les défuntes
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende *Calcul établi par Colette Establet et Jean-Paul PascualNote 2424Tableau 7 : nombre moyen d'enfants par famille d'après différentes études
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Légende Tableau 8 : nombre moyen d'enfants suivant le nombre de conjoints
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Graphe 7 : Nombre d'enfants par homme marié suivant le nombre d'épouses
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Tableau 9 : nombre d'enfants dans la famille, suivant la fortune du défunt
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Tableau 10 : proportion de polygames, d'après différentes études
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Tableau 11 : fortune moyenne des monogames et des polygames
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Tableau 12 : polygames et monogames damascains et étrangers
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7510/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search