Version classiqueVersion mobile

Familles et fortunes à Damas

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Chapitre I. Les sources

Les inventaires après décès des histoires d'argent et de famille

Texte intégral

  • 1 Nous souhaitons remercier ici très vivement tout le personnel de la Direction des Archives historiq (...)
  • 2 Les inventaires après décès sont aussi des sources de plus en plus utilisées en Europe et aux États (...)

1A Damas, la Direction des Archives Historiques1 conserve plus de 1 500 registres qui regroupent des actes très variés issus des cinq tribunaux religieux en fonction dans la ville et Ṣāliḥiyya, du xvie au xxe siècles. Ces actes représentent l'ensemble des affaires publiques et privées que le qāḍi, juge et administrateur de sa circonscription, a eu à inscrire : parmi eux, les inventaires après décès auxquels nous nous sommes seulement intéressés. Ce type d'acte, que l'on retrouve en plus ou moins grand nombre dans les anciennes provinces de l'Empire ottoman, a depuis quelques années retenu l'attention des chercheurs qui insistent sur la qualité d'une source presque unique et encore peu exploitée, pour la connaissance de la vie matérielle, l'état détaillé des patrimoines et des fortunes familiales, et plus généralement pour l'histoire économique et sociale du monde ottoman2.

DESCRIPTION DU CORPUS

  • 3 Il n’existait qu’un seul qassām ’arabī ou baladī, qui siégeait aux côtés d’autres juges dans le Maḥ (...)

2Les documents que nous nous proposons d'étudier sont les actes de deux registres, tenus par un juge religieux, le qassām 'arabi3 dont le rôle consistait à effectuer le partage légal des successions (muḫallafa, tarika) de civils, hommes et femmes, entre les divers héritiers, ou à attribuer l'ensemble de la fortune à l'État, à son Trésor (Bayt al-māl) dans un certain nombre de cas. Le premier des deux registres, le n° 15, couvre les années 1097-1104/1686-1693, le second, le n° 19, les années 1101-1130/1689- 1717. Ils regroupent 628 inventaires, dont 470 concernent des Damascains ; les autres documents sont des successions d'étrangers, des pérégrins, voyageurs, pèlerins qui, en allant vers les Villes saintes ou en en retournant, meurent à Damas. Ces documents ne concernant que des étrangers, ils seront donc, pour l'essentiel, laissés de côté. On n'a étudié par ailleurs que les inventaires complets et fiables. A la fin du registre 19, par exemple, une erreur de pagination, sans doute postérieure à l'enregistrement des actes, a abouti à un mélange de deux inventaires différents comme les écritures des scribes en témoignent. Parfois, le qāḍī, pour des raisons inconnues, n'a pas calculé le montant global des biens du défunt, ou bien n'a pas détaillé la composition de son patrimoine. Enfin, l'état du document en rendait quelquefois impossible la lecture : tous ces cas "incomplets", peu fiables ou illisibles ont été écartés de l'échantillon, qui ne concerne plus que 449 personnes.

3Ces inventaires, à Damas et dans l'Empire ottoman, sont construits selon un modèle relativement uniforme : un préambule donne le nom du défunt, ses titres, quelquefois son métier (souvent deviné d'après la nature des biens possédés), son lieu de résidence ou de travail, les noms et qualités des ayants droit et des personnes qui les représentent et sollicitent l'intervention du juge. Dans une deuxième partie, on procède à l'énumération chiffrée de l'actif, biens meubles, immeubles, créances de la personne défunte. La troisième partie établit le passif de la succession : dépenses d'inhumation (taǧhīz wa takfīn), frais divers d'enregistrement et de courtage, dettes et, dans le cas d'un défunt, arriéré de la dot dû à l'épouse (mu’aḫḫar ṣadāq). Enfin, dans une dernière partie, le montant net de la succession est partagé entre les héritiers.

  • 4 Veinstein et Triantafyllidou-Baladié, Les inventaires après décès ottomans de Crète, p. 195.

4A plusieurs reprises, les inventaires après décès ont suscité l'émerveillement de l'historien, conscient de l'"extraordinaire moisson"4 qu'ils autorisaient, un émerveillement teinté d'angoisse devant l'ampleur de la tâche à entreprendre. Le travail du scribe n'avait pas pour mission de faciliter le travail du chercheur : les difficultés de lecture sont imputables non seulement à son écriture cursive, à son inattention vis-à-vis des points diacritiques, mais aussi au fait que la langue utilisée, l'arabe, quelquefois le turc, est émaillée de termes empruntés aux dialectes locaux.

  • 5 L’article cité ci-dessus fait le point de la question.
  • 6 Jean-Jacques Girardot, du laboratoire MIS, Université de Franche-Comté, a mis au point pour nous un (...)

5Cependant, l'"épreuve" de la saisie des données, évoquée par Gilles Veinstein et Yolande Triantafyllidou-Baladié, a été franchie. Plutôt que de reproduire in extenso, à titre d'exemple, un inventaire après décès, ou d'énumérer toutes les richesses que l'on en peut attendre5, voyons, dans le détail, la fiche type de renseignements que le document a permis de construire et de remplir, à l'exception provisoire du détail des biens de la maison et de la boutique, pour un très important échantillon de 470 individus, dont on n'a conservé que 4496.

Données & Outils, J.-J. GIRARDOT, ©1990 Laboratoire MIS (Besançon).

  • 7 Sur ces monnaies, voir infra, p. 61.

6La fiche construite permet l'identification du document (il s'agit de la huitième affaire du registre 15, fiche 15008, page 8) et de "saisir" les renseignements désirés : le nom, le sexe, la religion, le métier, le lieu de résidence, le titre ; la famille du défunt est analysée : nom, nombre du ou des conjoints, polygamie ou monogamie, nombre des enfants mineurs et majeurs ; qualité des héritiers. Le montant total de la fortune (actif), enregistrée en qurš asadī ou ‘adadī7, a été décomposé en numéraire, biens domestiques, biens immobiliers et fonciers, bijoux, créances et biens commerciaux. Le montant total du passif est aussi comptabilisé, en qurš asadī ou ‘adadī ; une mention spéciale concerne les dettes du défunt. Le document porte la date du calendrier hégirien, et son équivalent en calendrier grégorien. Enfin, une rubrique "note" permet de consigner les observations particulières que la lecture du document a suggérées.

7La fiche reproduite ici ne permet pas la lecture complète des données enregistrées ; on distingue que les "champs" n'ont pas tous la même forme : les "champs" rectangulaires permettent d'inscrire des données simples qui sont des nombres ou des initiales (par exemple, f pour femme, m pour musulman). Les "champs" arrondis du type Conjoints, Héritiers, Intervenants, Biens domestiques, etc., correspondent à des "menus dérouleurs" susceptibles de noter des listes de réponses. Voici un exemple des renseignements contenus dans cette fiche qui n'apparaissent pas directement à l'écran, ni sur l'impression qui en a été faite, et reproduite plus haut :

Conjoints : al-Ḥāǧǧ Abū Bakr b. al-Ḥāǧǧ Muḥammad al-daqqāq (lustreur d'étoffe)
Intervenants : Sayyid Muṣṭafā Ǧalabī b. Ṭalū, šayḫ du Sūq
Sibāhiyya Sayyid Safar al-dallāl (courtier)
Bakrī al-dallāl (courtier)
Passif :
rasm qisma, 12
ḫarǧ ḥuǧǧa wa uǧrat qadam,
4
uǧrat muḫamminīn wa kātibiyya,
5
ġulāmiyya wa maḥḍariyya wa ṣadaqa,
1
ḫarǧ 
?, 2
Héritiers : personne d'autre que le conjoint et l'enfant.

8Ces documents concernant un grand nombre d'individus représentent donc des sources exceptionnelles, riches d'informations démographiques, économiques et sociales, que l'on ne trouve ni dans les récits des voyageurs occidentaux, ni même dans les chroniques et les dictionnaires biographiques, plus individuels, plus allusifs, et réservés aux notables et aux personnalités religieuses. Cependant, l'exploitation de tous ces documents ne coule pas de source et pose différents types de questions et de difficultés que l'on a essayé de résoudre, sans toujours y parvenir, dans la perspective de présenter un ensemble de données cohérent et complet.

REPRÉSENTATIVITÉ DE L'ÉCHANTILLON

9Il faut examiner la fiabilité statistique des archives dont nous disposons.

  • 8 Introduction, p. 73-74.
  • 9 Panzac, La transition démographique, p. 78.
  • 10 P. Goubert, Beauvais, p. 56

10Un calcul rapide permet d'affirmer que, certaines années, le nombre de défunts dont on possède les inventaires constituerait une proportion honorable des décédés damascains. L'année 1103/1691-1692 a fourni beaucoup de travail aux scribes qui ont enregistré 114 inventaires. On ne sait pas exactement combien de personnes vivaient à Damas à cette époque. J.-P. Pascual estime la population de la ville à la fin du xvie siècle à 50 000 habitants. A. Abdel Nour avançait le chiffre de 52 000 au début du xvie, et, citant Volney, de 80 000 vers 1800. Selon lui, l'accroissement de la population de Damas se serait effectué tardivement : « Le xviie siècle n'apporta pas de changements sensibles [...]. Le xviiie siècle fut le grand siècle de la ville qui se développa rapidement et attira vers elle un exode rural. »8 A l'époque qui nous intéresse, la population était certainement inférieure à 80 000. Pour ne pas accabler le lecteur de "fourchettes", avançons le chiffre raisonnable de 65 000 habitants. Le taux de mortalité est inconnu ; s'il s'approche des taux de mortalité européens de la même époque, ou des taux de mortalité calculés pour Alexandrie et le Caire9 en 1868 par D. Panzac, il serait d'environ 40 pour 1 000. A Damas décèderaient, par an, 2.600 personnes : les 114 défunts représenteraient alors 4,4 % des décès damascains. Mais il faudrait isoler les décès d'adultes, pour retrouver la proportion que représentent les 114 morts de l'année 1103. Le nombre de décès d'enfants est sûrement élevé : dans deux paroisses du Beauvaisis, au début du xviiie siècle, et dans des années qui ne sont pas des années de crise démographique, la proportion de décès d'enfants de moins de quatre ans représentait plus de 50 %10. Disons que les 114 décès de l'année 1103/1691-1692 représentent une proportion bien supérieure à ces 4,4 %, le double peut-être ?

  • 11 Pascual, Damas à la fin du xvie siècle, p. 24.

11De plus, les inventaires ne concernent pas que le défunt puisque sont cités, dans le préambule, tous les ayants droit à l'héritage, et en particulier les conjoints et les enfants vivants ; c'est donc le "foyer" tout entier, le hane, base à partir de laquelle étaient effectués les recensements, qui est décrit par les juges. J.-P. Pascual trouve pour l'année 1597, le nombre de 7 829 "foyers" damascains11 ; admettons qu'il ait un peu augmenté au début du xviiie siècle, et soit passé à 8 000. Les inventaires renseignent sur 449 familles sur 8 000, soit 5,6 %, un échantillon parfaitement honorable. Mais cette représentativité quantitative est relativement secondaire pour notre propos : nous n'ambitionnons pas de nous transformer en un Office statistique rétrospectif et de constituer la statistique nationale de Damas à l'époque moderne. La taille absolue de l'échantillon —449 personnes connues— est ici l'essentiel : 449 personnes, voilà qui permet de comparer, sur des effectifs significatifs, les femmes aux hommes, les riches aux pauvres, ou les résidents du centre de la cité à ceux des faubourgs, ce qui est l'ambition d'un travail d'histoire sociale. Reste à envisager une objection : copieux certes, l'échantillon pourrait être biaisé, c'est-à-dire ne comporter que des types bien particuliers soit de biens soit de personnes. Il faut donc porter une attention particulière aux circonstances de l'enregistrement.

12Entre le moment où le défunt meurt et celui où le qāḍī passe pour enregistrer la succession, un laps de temps s'écoule qui laisse largement le temps aux héritiers de faire disparaître une partie des biens du défunt. Certains biens, les plus "liquides" — le numéraire, les bijoux —, pouvaient échapper à la vigilance des juges. On trouvera peut-être un jour la trace de ces disparitions dans d'autres registres consacrés aux procès qu'elles ont engendrés. Cependant l'inventaire est par définition un acte fiable, transmetteur d'héritage, authentifié par la loi ; il autorise la confiance : gageons que les quelques objets dérobés à la barbe du qāḍī ne modifieront pas, de façon dramatique, la composition des patrimoines telle que nous l'observerons.

  • 12 Veinstein et Triantafyllidou-Baladié, Les inventaires après décès ottomans de Crète, p. 195-197.
  • 13 Au sixième Congrès d’histoire économique et sociale de la Turquie et de l’Empire ottoman, Aix-en-Pr (...)
  • 14 Citons avant tout Ömer Lütfi Barkan, André Raymond, Gilles Veinstein et Yolande Triantafyllidou-Bal (...)
  • 15 Veinstein et Triantafyllidou-Baladié, Les inventaires après décès ottomans de Crète, p. 195.

13Enfin, il est impossible, pour l'instant, de trouver une réponse définitive à la principale critique que ces muallafāt suscitent : quelles successions devaient obligatoirement être traitées, à Damas et à cette époque, devant le qāḍī ? Existait-il même une "obligation" ? Avons-nous affaire, dans ces documents, à un échantillon parfaitement représentatif de la population damascène ? Cette question a déjà été abordée au colloque de Wageningen par Gilles Veinstein et Yolande Triantafyllidou-Baladié, en 198012, et par nous en 199213. Les inventaires après décès coûtaient assez cher (les prélèvements automatiques divers représentent entre 5 et 8 % du montant de la succession) pour que les Damascains les évitassent. Nous n'avons trouvé, pour le moment, ni texte de loi, clair et définitif, ni manuel qui aurait servi à la formation du qāḍī fixant les cas qui rendaient obligatoire l'établissement d'un inventaire à la mort du défunt. L'analyse des inventaires damascains vient confirmer ce que l'on savait de ces obligations entrevues déjà par les chercheurs14 : les inventaires sont dressés lorsqu'il n'y a pas d'héritier vivant, ou lorsque le propriétaire des biens a disparu ; dans ces cas, le Bayt al-māl, c'est-à-dire l'État, hérite de la succession ; lorsqu'un héritier est absent, ou lorsque le défunt laisse des enfants mineurs, un inventaire doit être dressé par le juge pour protéger les droits des absents ou des mineurs. Enfin, « l'inventaire s'impose également dans un cas plus rare : lorsque les dettes du défunt sont très élevées, et même, éventuellement, dépasse son avoir ».15

14Étudions les documents : 13 cas concernent des personnes décédées sans aucun héritier autre que le Bayt al-mā; 36, des personnes dont les dettes égalent ou dépassent l'actif ; nous reviendrons plus loin sur ce problème des endettés. Mais on constate que la raison la plus fréquente de l'établissement d'un inventaire est la volonté et l'obligation de la protection des intérêts des mineurs : 196 (43,7 %) inventaires concernent des défunts qui ne laissent, à leur mort, que des enfants mineurs ; 135 (30 %) laissent des enfants majeurs et mineurs. Dans 73,7 % des cas, donc, les inventaires paraissent dressés afin que les intérêts des mineurs soient sauvegardés. Cependant, quelques inventaires existent, peu nombreux, qui signalent la présence d'enfants héritiers uniquement majeurs : 33 cas sur 449 pour Damas (7,3 %) et l'analyse de la source révèle que beaucoup de ces cas correspondent à l'absence de l'un des héritiers, en voyage ou résidant loin de Damas.

  • 16 Reinhard, Armengaud, Dupaquier, Histoire de la population mondiale, p. 165.

15Nos défunts seraient donc un peu plus jeunes que le défunt "moyen" damascain : ils laissent 906 enfants, dont 623 sont mineurs, 69 %, de loin le plus grand nombre. De plus, 76 personnes, hommes et femmes, meurent mariées, mais sans enfant : sur les 406 individus mariés, 274 personnes (67,4 %, soit deux sur trois), en mourant, soit n'ont pas d'enfants, soit ne laissent que des mineurs. C'est un phénomène important dont il faut tenir compte, sans que rien ne nous permette jamais d'estimer rigoureusement la part exacte de cette jeunesse. On peut penser, sans le prouver, que cette population de défunts n'a pas fini d'hériter, pas terminé de construire son patrimoine, bref, qu'elle est un peu moins riche que la moyenne de la population damascène. Cette restriction doit d'ailleurs être nuancée : l'âge moyen au décès devait être singulièrement bas ; à Venise, par exemple, l'âge moyen au décès passe de 26 et demi ans au début du xviie à 30 ans à la fin du siècle16. A 43 ans, Arnolphe était un vieillard et l'âge canonique était de 40 ans.

ACCEPTER DES LACUNES IRRÉMÉDIABLES

16On ne peut pas tout attendre des inventaires après décès : il faut en accepter un certain nombre de "lacunes" interdisant à tout jamais certaines conclusions démographiques, économiques et sociales.

  • 17 Vatin, Les cimetières musulmans ottomans, p. 149-163.

17• L'âge du défunt n'est jamais indiqué, pas plus qu'il n'est indiqué sur les stèles des monuments funéraires17, et toute notion d'espérance de vie, ou d'âge moyen au moment de la mort, échappe à l'analyse. Or les inventaires après décès européens de la même époque, de même que les tombes, donnent ce renseignement, et il y a là une différence qui est si systématique qu'elle reflète certainement un fait important de civilisation.

18• La composition de la famille est saisie au moment du décès du père ou de la mère : le nombre d'héritiers est toujours indiqué, donc, entre autres, le nombre d'enfants vivants, majeurs et mineurs ; ont disparu de la comptabilité du qāḍī les enfants qui sont morts avant un de leurs parents, et il est impossible d'établir un taux de mortalité infantile Ou un taux de fécondité.

  • 18 Goubert, Beauvais, p. 28.

19• Les documents ne permettent pas d'avoir une vision continue de la période : 114 inventaires pour l'année 1103/1691-1692, mais 16 seulement pour les années 1105 à 1112 (1693 à 1700) ; ajoutons une autre critique, comme le faisait P. Goubert en analysant à partir des registres paroissiaux la population du Beauvaisis18 : l'échantillon n'est pas pur, et il ne s'agit pas d'une population "fermée", dont la composition par sexe, âge, statut matrimonial, serait connue et stable, permettant de calculer scientifiquement les taux démographiques classiques.

  • 19 Les inventaires après décès ottomans de Crète, p. 196.

20• La population chrétienne et juive est sous-représentée. Jean-Paul Pascual estime qu'à la fin du xvie siècle à Damas, la proportion des Chrétiens s'élevait à 11 % et celle des Juifs à 5-6 %. Or, il n'y a que 18 Chrétiens et deux Juifs dans le corpus, soit respectivement 4 et 0,4 %. Sans doute faut-il penser, comme Gilles Veinstein et Yolande Triantafyllidou- Baladié, que « le règlement de leurs successions était du ressort de leurs propres autorités religieuses »19. Par ailleurs, le qāḍī ne distingue pas, au sein de la population musulmane, l'appartenance aux diverses communautés — sunnite ou chiite —, ni ne note l'adhésion des individus à une quelconque confrérie religieuse — šāḏilī, rifā‘ī, ḫalwatī, naqašbandī, etc.

21• Il a fallu aussi accepter une certaine irrégularité dans les habitudes descriptives du juge ou de son scribe : en localisant la maison où le défunt meurt, la maison qu'il possède et laisse à ses héritiers, en nommant le quartier où est situé le ḥānūt, dukkān ou maḫzan qui l'ont vu travailler, le qāḍī place ses défunts clients dans un cadre spatial qui autorise la cartographie sociale de la résidence et de l'exercice du métier. Mais ces indications géographiques ne sont pas systématiques. Les sources sont donc parfois incomplètes, sans que l'on puisse remédier à ces insuffisances.

FAIRE "PARLER" LE DOCUMENT

22Condamnés à l'impuissance devant ces lacunes, il nous fallait pallier les insuffisances descriptives du qāḍī en exploitant toutes les données que comportent les noms des personnages et la description de leur entourage. L'inventaire après décès impose, par définition, la description et la composition de la famille proprement dite qui hérite (ascendants, descendants et collatéraux), mais aussi d'un entourage plus large : le waṣīy, à la fois exécuteur testamentaire et tuteur, le wakīl, représentant légal de mères, épouses ou de filles majeures ou mariées, héritières féminines, les šuhūd, témoins, et les ahl al-ibra, experts appelés pour l'estimation des biens du défunt.

23Si les muallafāt ne donnent aucune indication sur l'âge du défunt, elles permettent de connaître la qualité des héritiers : on peut supposer que l'existence d'un ou plusieurs parents (père et/ou mère) vivants au moment du décès est signe de la jeunesse du défunt, jeunesse dont on ne pourra cependant jamais préciser le degré.

24Le nom du personnage, à lui seul, le nom de son (ou de ses) conjoint, le nom des personnes qui, à titres divers, interviennent dans la succession, par les renseignements qu'ils portent toujours en eux, définissent bien des caractéristiques de l'individu et du groupe auquel il appartient. Le nom de relation, la nisba, en particulier, peut suggérer l'origine géographique. Le métier n'est jamais indiqué indépendamment du nom propre de l'individu pour définir les activités du défunt : par le rajout à l'ism et au nasab d'un al-ḥaddād (forgeron) ou al-farrā’ (pelletier), par exemple, ou par l'adjonction d'un qualificatif, une nisba al-bawābīǧī (fabricant des bābūǧ), on peut deviner les occupations du défunt. Certes, il n'est pas impossible que ce nom de métier ait été hérité d'un père ou d'un ascendant plus lointain, mais que le défunt ne pratique pas cette activité (les exemples ne manquent pas dans les dictionnaires biographiques). Aussi a-t-il été vérifié, à propos de chaque défunt qualifié d'un nom de métier, si, dans le ḥānūt ou le maḫzan, se trouvaient des articles correspondant à la profession suggérée par le nom : al-Ḥāǧǧ Muḥammad b. ‘Alī b. Šams al-allāf, par exemple, n'est pas "marchand de grains et de fourrages" comme le nom de métier accolé à son nom le suggère, mais "commerçant en bois et charbon". Ainsi, seule l'analyse de la composition du patrimoine commercial de l'individu autorise-t-elle la conclusion et permet-elle d'inscrire le défunt dans une couche sociale.

  • 20 Si l’āġā est un gradé de rang supérieur, le terme, ou le titre de beşe paraît être attribué non pas (...)
  • 21 Comme M. R. Mantran, que nous remercions ici, nous l’a confirmé, ǧalabī fou celebi) est le titre tr (...)

25Au nasab, à la nisba d'origine et au nom de métier se mêlent intimement dans les noms à l'époque ottomane des titres qui permettent de placer un personnage dans un groupe. Le titre se place avant l'ism : le défunt est-il ḥāǧǧ ? sayyid ? ḫawāǧā (titre donné à un grand négociant) ? usṭā (maître dans un corps de métier) ? šayḫ ? Le titre d'āġā, de beşe20 ou de ǧalabī21 suit immédiatement l'ism (Aḥmad Beşe b. Muḥammad Āġā, par exemple) : dans cette société en principe partagée en civils et militaires, toute allusion que comporte le nom du civil décédé ou celui de son conjoint à fils/fille de beşe ou d'āġā révèlera les liens existant entre les deux groupes sociaux.

COMPTER ET RECOMPTER

26Si le nom est riche de connotations sociales, la précision des calculs chiffrés du qāḍī invite à l'analyse économique des patrimoines. Mais les comptes du juge ne sont pas toujours très clairs. Le qāḍī décrit en détail le patrimoine du défunt : effets domestiques, pris un à un, numéraire, bijoux, créances, biens de la boutique, biens fonciers et immobiliers ; il décrit, il localise (pas toujours dans un quartier et jamais dans une pièce) et il estime. Chemin faisant, il observe souvent (mais pas toujours !) un certain "ordre" dans ses relevés : les bijoux, estimés ou vendus dans un marché spécialisé, le Sūq al-Ṣāġa, souk des orfèvres, sont la plupart du temps regroupés en début ou en fin d'inventaire et évalués ; le numéraire également : « numéraire trouvé dans la maison, ou le mazan ou le ḥānūt. » En revanche, une fois additionnées les valeurs de tous les biens du défunt, et le calcul de l'actif réalisé, le qāḍī rajoute : ce total ne tient pas compte de la maison, qu'il localise souvent alors, dont le défunt possède 4,5 qīrāṭ (parts) et dont la valeur est estimée à tant. A nous d'additionner.

  • 22 Establet, Les intérieurs damascains au début du xviiie siècle... sous bénéfice d'inventaire.

27La liste des biens domestiques est quelquefois introduite par l'expression « ce que l'on a trouvé dans la maison » (mā wuǧida fi al-dār) : ils sont estimés (tamīn) ou vendus au Sūq al-Sibāhiyya ; l'inventaire des biens de la boutique, outils de l'artisan, matières premières, objets fabriqués, objets à vendre, par l'expression « ce que l'on a trouvé dans le ḥānūt, ou le mazan, ou le dukkā» (mā wuǧida fī al-ḥānūt) : ils sont vendus le plus souvent dans le souk où est situé le local artisanal ou commercial. Mais, dans environ 10 % des cas, des biens domestiques sont localisés dans le ḥānūt ou le dukkān, des biens de commerce dans la maison, comme du tabac (tutun), sans que l'on sache si ce phénomène porte en lui une signification22 ; ceci oblige à entrer plus à fond dans le document et à faire une première approximation de ce que l'on considère comme biens domestiques ou comme biens d'activités commerciale ou artisanale. Dans ces calculs et ces choix apparaîtront forcément de petites erreurs qui seront rectifiées par la suite, quand le document sera saisi in extenso.

  • 23 Establet et Pascual, Damascene Probate Inventories ; voir aussi infra p. 60 et suivantes.
  • 24 En bref, les sources d'erreur sont multiples et il est difficile d'aboutir à un actif qui soit la s (...)

28Toutes ces additions et soustractions se compliquent du fait que le qāḍī évalue les biens en plusieurs monnaies23 : akşe, paras, zolota (rarement). Les conversions sont souvent faciles à faire : le qāḍī en indique le cours. Le qurš lui-même est asadī ou ‘adadī. Le qurš asadī est une pièce étrangère, en argent, l'"écu au lion de Hollande", et le nom de la pièce fait allusion au lion frappé en effigie ; le qurš ‘adadī, moins souvent utilisé (10 % des inventaires environ), est, malgré son nom, une monnaie d'usage, et non une monnaie de compte. Le rapport entre les deux monnaies varie peu : un qurš ‘adadī a une valeur plus faible qu'un qurš asadī, le rapport étant de 0,91. Mais il n'existe pas forcément, dans le même inventaire, une homogénéité parfaite dans les comptes du qāḍī24 ! Le passif peut être évalué en asadī, l'actif en ‘adadī ; ou les biens domestiques en asadī tandis que les bijoux, le numéraire et les biens immobiliers sont estimés en 'adadī. Une fois surmontés l'énervement que suscite le travail de feu le juge et le regret que les règles de la comptabilité nationale de cette fin du xxe siècle ne fussent pas observées à Damas au xviiie, permettant la présentation de données cohérentes, l'attention et la calculette suffisent pour résoudre ces difficultés.

TRANSFORMER CERTAINES DONNÉES

29La comptabilité du qāḍī oblige quelquefois les analyseurs que nous sommes, et dans un même souci de cohérence, à des choix qui ont transformé les données sur trois points : les créances, les dettes et l'estimation des biens immobiliers et fonciers.

30Un personnage meurt : son actif se compose de différents biens, y compris de créances. A sa mort, certaines des créances sont recouvrées, d'autres ne le sont pas. Et le juge de compter le montant des créances recouvrées auprès de tel et tel personnage, et de les incorporer dans l'actif du défunt, qui, après défalcation du passif, sera partagé entre les héritiers. Les créances non recouvrées, souvent très importantes, sont classées en fin de document : mentionnées, elles restent dues aux héritiers. Aucune preuve n'est donnée qu'elles seront un jour soldées. Optimistes, pour les héritiers, nous avons considéré ces créances non recouvrées comme faisant partie de l'actif total du défunt.

  • 25 Ibn ‘Ābidīn, juriste hanéfite damascain (mort en 1835), citant le célèbre juriste hanéfite palestin (...)

31Inversement, les dettes font partie du passif du défunt, et sont remboursées à des créanciers nommés. Mais l'actif ne suffit pas toujours à honorer la totalité des dettes, qui sont alors remboursées aux créanciers, partiellement, au pro rata (indiqué dans les documents par le terme tawzī‘) du solde de la succession. Dans ces cas, le passif égale l'actif : les héritiers n'héritent de rien et il reste des parties de dettes impayées. Le seront-elles un jour25 ? Ces documents ne nous permettent pas de le savoir. Il nous a fallu prendre une décision : nous avons comptabilisé l'ensemble des dettes, remboursées ou non, comme nous avons comptabilisé l'ensemble des créances, recouvrées ou non, laissant à l'exploitation d'autres types de sources le soin d'apporter des précisions sur le devenir de ces prêts et emprunts.

32Enfin, une certaine catégorie de biens, les biens immobiliers et fonciers, maisons, ḥānūt, dukkān, savonneries, jardins, plantations, etc., sont recensés par le qāḍī, mais d'une manière si hétérogène qu'un commentaire approfondi et détaillé de ses estimations s'impose.

33Sur les 449 individus retenus de notre échantillon, 161 (35,6 %), un peu plus du tiers, possèdent des biens immobiliers. Mais dans la moitié des cas, le qāḍī n'estime pas la valeur de ces biens, et se contente d'en faire la description. Deux types de questions se posent alors : pourquoi le qāḍī n'a-t-il pas estimé ces biens, alors qu'il décrit avec tant de détails de nombre, de valeur et même de couleur ou d'usure, le moindre des objets de la maison ou de la boutique ? A cette question, on ne pourra répondre que par des hypothèses, suscitées par l'analyse systématique des documents dans lesquels sont recensées ces propriétés sans estimation. Deuxième question : l'étude de la structure du patrimoine total de nos défunts implique la connaissance chiffrée de la composition de chaque élément du patrimoine ; on ne peut se permettre de laisser dans l'ombre qu'impose le juge, la valeur de la moitié du patrimoine immobilier de nos Damascains : on proposera donc une méthode qui autorise la valorisation de ces biens.

Les propriétés sans estimation ; des causes de ces omissions...

  • 26 Rafeq, Les registres des tribunaux religieux, p. 225.

34L'absence d'estimation des biens fonciers et immobiliers pourrait être liée à la personnalité de l'homme chargé de recenser les biens du défunt : la compétence individuellle des qāḍī est-elle à mettre en cause ? Les inventaires sont réalisés, pendant ces 33 ans, de 1686-1687 à 1718, par plusieurs qāḍī. Dans le registre 15, Sa‘dī Efendī (en 1686-1687), Aḥmad Efendī (1687-1688), Muṣṭafā Efendī (1688-1689), de nouveau Aḥmad Efendī (1689-1690), précisent la valeur de 60 % des biens immobiliers. Le registre 19 semble moins bien tenu : plusieurs juges interviennent la même année (en 1690, Aḥmad Efendī, Raḍī al-Din Efendī, Muḥammad Efendī, ‘Ali Efendī) ; les enregistrements prennent, avec l'ordre chronologique, des libertés de plus en plus fréquentes (6 inventaires de 1694 prennent une place logique après 1693 dans le registre, mais précèdent des inventaires de 1692 et même 1691). Entre 1694 et 1711, très peu de documents sont enregistrés ; entre 1711 et 1718, de nombreuses années ne sont pas du tout représentées (1712, 1713, 1716, 1717). Ces lacunes, souvent importantes, sont principalement dues aux mauvaises conditions de la conservation des archives ; de plus, certains juges, malgré l'interdiction qui leur était signifiée, emportaient avec eux lors de changement de poste les registres qu'ils avaient tenus. Le classement chronologique peu rigoureux peut, lui, être imputé aux scribes qui avaient pris l'habitude d'emporter les registres chez eux pour y consigner les affaires qu'ils avaient pris en note lors des séances du tribunal. Cette opération, si elle n'était pas faite avec régularité, ne pouvait qu'entraîner des désordres dans l'enregistrement des actes. Dans tous les cas, cette pratique paraît avoir été assez généralisée durant cette période pour être interdite en 1721 par un ordre du Grand juge, particulièrement pointilleux26. L'administration laxiste de certains juges pourrait-elle expliquer l'inversion constatée dans les valorisations immobilières ? Seuls, 35 biens sont estimés, 56 restent sans prix, soit 61,5 % ; les gros "responsables" de ces lacunes, "paix à leur âme", sont Muḥammad Efendī (1692, 1693, 1694, puis 1701, 1702, 1703, sans que l'on puisse affirmer qu'il s'agit du même Muḥammad Efendī), et Ḥāfiẓ Muṣṭafā (1714). Il reste que l'absence supposée de "conscience professionnelle" du qāḍī ne peut, à elle seule, rendre compte de l'importance, à toutes les époques, du nombre important de propriétés sans estimation de prix.

35Les propriétaires "oubliés" dans la valorisation de leurs biens fonciers présentent-ils certaines caractéristiques, de sexe, de richesse, d'âge, qui pourraient expliquer ces lacunes ? Une certitude : les hommes voient leurs propriétés plus souvent estimées que les femmes.

Tableau 1 : propriétés estimées et non estimées

  • 27 Voir infra « Famille et démographie ».

36Deux autres variables apparaissent corrélées à l'absence d'estimation : la richesse moyenne du défunt et son âge au moment du décès. Le propriétaire "estimé" a une fortune moyenne de 1343 qurš, une fois déduit l'actif immobilier ; le propriétaire "oublié" ne possède que 1161 qurš. L'âge atteint par le défunt au moment du décès n'est jamais indiqué dans l'inventaire après décès. La seule indication qui puisse autoriser cette approche est l'existence ou l'absence de parents vivants (mentionnés dans l'acte car ils sont des héritiers), au moment de la mort. Les 81 propriétaires "oubliés" semblent un peu plus jeunes que les 80 propriétaires "estimés" : ils laissent 22 parents vivants, les "estimés" seulement 15. Ces observations — une fortune un peu plus faible, un âge un peu moins avancé — recouvrent la première constatation : les personnes dont les biens immobiliers sont décrits, mais non estimés, sont plutôt des femmes que l'analyse des sources révèlera moins riches, et décédées plus jeunes que les hommes dans nos inventaires27.

37Le type de propriétés possédées (maisons, dukkān, ḥānūt et mazan, ḥammām, ḫān, biens ruraux, plantations, jardins) ne semble pas jouer son rôle dans l'existence ou l'absence de la valorisation. Un même personnage peut posséder un ou plusieurs biens immobiliers et fonciers dont l'estimation peut être globale : le šay ‘Alī b. ‘Abd al-Qādir b. Abī Ǧabr al- Sa‘dī al-Ǧibāwī , par exemple, possède 43 propriétés de types différents qui valent 5 000 qurš. Les propriétés sont parfois estimées une à une : al-Ḥāǧǧ ‘Uṯmān b. al-Ḥāǧǧ Muḥammad al-abbāġ possède un ḥānūt, estimé 27 qurš, et une maison, qui vaut 100 qurš. Cependant, 30 % de tous ces biens, quels qu'ils soient, ne sont pas valorisés. Les maisons sont les biens immobiliers qui ont le plus souvent un prix déclaré dans la succession (40 %).

38Hypothèses peu concluantes : les qāḍī, suivant les années ( ?) ou suivant leur personnalité ( ?), estimeraient plus ou moins souvent les propriétés ; et toujours moins celles des femmes que celles de hommes.

  • 28 Notons que contrairement aux dettes, les créances d'un défunt sont transmissibles aux héritiers dan (...)
  • 29 Masters (The Origins of Western Economic Dominance, p. 165), pour Alep à la même époque, constate a (...)
  • 30 Nikolai Todorov (La différenciation de la population urbaine au xviiie siècle, p. 47) note aussi qu (...)

39L'inconstance du juge n'est peut-être pas à mettre en cause : l'attitude des héritiers explique sans doute que les estimations sont ou ne sont pas. Tout d'abord, notons que le juge fait enregistrer d'une manière systématique les biens immobiliers, qu'ils soient estimés ou non, "hors inventaire", une fois le calcul du solde et le partage entre les héritiers effectués. Il prend soin de faire précéder ou suivre l'énumération des biens immobiliers, maisons, bâtiments à vocation économique, biens fonds ruraux, que la propriété soit une propriété totale, ou qu'elle soit une propriété partielle (de ḥiṣṣa), de la mention : « Tout cela à l'exclusion de ce qui a été laissé en héritage par le défunt [...], tout cela reste la possession des héritiers pour le partage légal » (wa ḏālika ma ‘adā mā huwa muallaf ‘an al-mutawaffā [...] fa-inna ḏālika bāqī bayn al-waraa ‘alā al-farīḍa al-šar‘iyya). Dans les cas de créances non recouvrées, la formule utilisée est proche de la précédente, mais, à la fin, le scribe précise que les créances dont l'énumération suit restent dues aux héritiers pour le partage légal « jusqu'à ce qu'elles soient recouvrées des débiteurs et enregistrées » (wa ḏālika mā ‘adā al-ḏimam al-mutarattiba li-al-mutawaffā al-mazbūr fī ḏimam arbābi-hā al-ātiya fī-hi fa-inna-hā bāqiya bayn al-waraṯa ‘alā al-farīḍa al-šar‘iyya ilā ḥīn taḥṣīli-hā wa bayāni-hā)28. On peut donc plutôt avancer que les biens immobiliers, comme les créances, sont moins "volatiles", moins susceptibles d'être appropriés indûment que les biens meubles par l'un des ayants droit ; les héritiers savent en principe quelles sont les parts qui leur reviennent : il suffit que le qāḍī en mentionne l'existence29. Mais, si les héritiers, pour une raison quelconque, le demandent, les qāḍī doivent en estimer la valeur30.

40Que deviennent dans la suite des héritages ces biens qui n'ont pas, dans l'acte du qāḍī, et lors du partage de l'héritage, reçu leur prix ? A. Raymond suggère qu'ils faisaient l'objet d'un complément de succession. Cette hypothèse est confirmée par les deux muḫallafāt de Aḥmad b. Muḥammad al-ṭayyān, que quatre mois ont séparées : le deuxième acte ne concerne que l'estimation immobilière, dont la valeur était ignorée dans le premier acte.

... et comment y remédier

41Sans considérer la cause de ces absences d'estimations immobilières comme définitivement résolue, essayons de remédier à cette lacune des documents pour pouvoir analyser de façon exhaustive les patrimoines de nos 449 Damascains.

  • 31 L'équation de la courbe est : y = 61,264 + 0,262 x (y étant le capital immobilier, et x l'actif non (...)

42Les 80 personnes qui possèdent un actif immobilier estimé autorisent en effet le calcul de la corrélation existant entre la fortune et le capital immobilier. Soit A, l'actif total ; I, l'actif immobilier ; la corrélation entre la fortune totale et la fortune immobilière est le rapport A-I/I. La corrélation est très forte : 0,92 (le maximum serait de 1, le minimum de zéro). Elle s'exprime par une équation et une courbe, que nous ne reproduirons pas. L'équation31 de la courbe permet de valoriser les biens immobiliers non estimés de la moitié de nos possédants damascains. Cependant, l'application mathématique de l'équation survalorise les biens immobiliers des petits possédants. Pour éviter au maximum les erreurs d'estimation, il fallait tempérer l'application de l'équation en revenant à l'observation du réel. Le qāḍī n'estime pas toujours les propriétés, mais il en mentionne avec précision le type et le quartier : ‘Ali b. al-Ḥāǧǧ Muḥammad dont la fortune s'élève à 86 qurš possède 4 qīrāṭ 1/3 de maison à Bāb Tūmā. Or les estimations du juge, par part (qīrāṭ) de bien ou par totalité, sont assez souvent réalisées pour que l'on puisse établir le prix moyen d'une maison, voire une estimation du prix de la maison par quartier. Il était alors facile, pour les petites fortunes inférieures à 200 qurš, de tenir compte de la valeur réelle des biens possédés pour valoriser ces propriétés que le qāḍī avait laissées sans prix. Ainsi ‘Alī b. al-Ḥāǧǧ Muḥammad, si l'on applique mathématiquement l'équation, devrait se voir attribué 83 qurš d'actif immobilier ; il ne possède que quelques qīrāṭ de maison à Bāb Tūmā ; le prix moyen de la maison dans ce quartier est de 82,5 qurš ; on a donc estimé sa part de maison à 15 qurš. Les valeurs données au patrimoine immobilier et foncier de nos 449 Damascains sont donc les valeurs établies par le qāḍī pour 368 d'entre eux (80 possédants et 288 non-possédants) ; pour les 81 propriétaires dont les biens fonds n'ont pas été estimés au moment de la succession, ce sont des valeurs estimées par nous d'après une corrélation calculée, tempérée par l'observation du réel.

43Il reste que, malgré leurs imperfections, leurs difficultés, leurs imprécisions, ces sources permettent de situer avec certitude les 449 défunts dans les groupes suivants :

hommes

277

femmes

172

musulmans

429

non-musulmans

20

ḥāǧǧ/ḥāǧǧā

116

šarīf/šarīfa

48

šayḫ

24

awāǧā

6

usṭā

8

Tableau 2 : répartition en différents groupes des défunts

44Elles donnent des informations non systématiques sur le quartier de résidence et sur le métier : 162 quartiers de résidence et 210 métiers sont connus.

45Dans 94 cas, le scribe indique à la fois le métier et le lieu de résidence. Mais il faut se résigner à ne connaître les quartiers de résidence que pour un peu plus du tiers de la population décrite (36 %). En revanche, la connaissance du métier exercé, privilège exclusivement masculin, permet de placer 75 % des hommes dans leur cadre socio-économique.

  • 32 Le logiciel utilisé pour saisir les données fournit aussi des "outils" qui en permettent l'exploita (...)

46Ces documents représentent donc, avec leurs qualités et leurs défauts, des données inespérées sur la démographie, l'économie et la société damascènes du début du xviiie siècle32.

Notes

1 Nous souhaitons remercier ici très vivement tout le personnel de la Direction des Archives historiques, et plus particulièrement sa directrice Mme Da’d al-Ḥakīm ; lors de nos différents séjours, ils ont, avec une gentillesse toujours égale, facilité la consultation des registres sur lesquels est fondée cette étude.

2 Les inventaires après décès sont aussi des sources de plus en plus utilisées en Europe et aux États-Unis comme le prouve le recueil d’articles publié en 1980 à Wageningen dont le sous-titre est : Probate inventories, a new source for the historical study of wealth, material culture and agricultural development.

3 Il n’existait qu’un seul qassām ’arabī ou baladī, qui siégeait aux côtés d’autres juges dans le Maḥkamat al-Bāb, au centre-ville. Ce qassām avait aussi compétence pour enregistrer et évaluer les biens des étrangers décédés dans la ville ou à proximité.

4 Veinstein et Triantafyllidou-Baladié, Les inventaires après décès ottomans de Crète, p. 195.

5 L’article cité ci-dessus fait le point de la question.

6 Jean-Jacques Girardot, du laboratoire MIS, Université de Franche-Comté, a mis au point pour nous un logiciel de saisie et de traitement des données, InfoOutils 93. Avec patience, amitié, humour et compétence, il est venu plusieurs fois au secours des utilisateurs sans base de l’informatique que nous sommes : nous lui exprimons ici admiration et reconnaissance, conscients que cette simple note devrait se transformer en chapitre.

7 Sur ces monnaies, voir infra, p. 61.

8 Introduction, p. 73-74.

9 Panzac, La transition démographique, p. 78.

10 P. Goubert, Beauvais, p. 56

11 Pascual, Damas à la fin du xvie siècle, p. 24.

12 Veinstein et Triantafyllidou-Baladié, Les inventaires après décès ottomans de Crète, p. 195-197.

13 Au sixième Congrès d’histoire économique et sociale de la Turquie et de l’Empire ottoman, Aix-en-Provence, juillet 1992.

14 Citons avant tout Ömer Lütfi Barkan, André Raymond, Gilles Veinstein et Yolande Triantafyllidou-Baladié.

15 Veinstein et Triantafyllidou-Baladié, Les inventaires après décès ottomans de Crète, p. 195.

16 Reinhard, Armengaud, Dupaquier, Histoire de la population mondiale, p. 165.

17 Vatin, Les cimetières musulmans ottomans, p. 149-163.

18 Goubert, Beauvais, p. 28.

19 Les inventaires après décès ottomans de Crète, p. 196.

20 Si l’āġā est un gradé de rang supérieur, le terme, ou le titre de beşe paraît être attribué non pas à un simple fantassin mais à un gradé de rang inférieur à celui d’āġā ; voir Barkan, Edirne Askerî kassâmi’ na âit tereke defterleri, p. 15.

21 Comme M. R. Mantran, que nous remercions ici, nous l’a confirmé, ǧalabī fou celebi) est le titre traditionnellement porté par les maîtres de l’ordre des Mevlevi. Dans notre corpus, dans la mesure où aucune allusion n’est faite à l’adhésion des défunts à une confrérie quelconque, nous avons dans le doute traduit le terme ǧalabī par "lettré", suivant Pakalin, Osmanli Tarih Deyimleri, vol. I, p 342.

22 Establet, Les intérieurs damascains au début du xviiie siècle... sous bénéfice d'inventaire.

23 Establet et Pascual, Damascene Probate Inventories ; voir aussi infra p. 60 et suivantes.

24 En bref, les sources d'erreur sont multiples et il est difficile d'aboutir à un actif qui soit la somme exacte des différentes parties du patrimoine que nous avons détaillées !

25 Ibn ‘Ābidīn, juriste hanéfite damascain (mort en 1835), citant le célèbre juriste hanéfite palestinien du xviie siècle, al-Ramlī précise que ce dernier est d'avis que si la dette est supérieure au montant de la succession, les héritiers se doivent de la régler dans sa totalité, non dans la valeur de l'héritage. Ce qui sous-entend que ce n'est pas l'avis général, et que les dettes sont réglées au pro rata (Radd al-mutār, IV, p. 471- 472).

26 Rafeq, Les registres des tribunaux religieux, p. 225.

27 Voir infra « Famille et démographie ».

28 Notons que contrairement aux dettes, les créances d'un défunt sont transmissibles aux héritiers dans toutes leurs modalités ; voir C. Chehata, Théorie générale de l'obligation, p. 99.

29 Masters (The Origins of Western Economic Dominance, p. 165), pour Alep à la même époque, constate aussi que le juge ne mentionne pas de façon systématique la valeur des biens immobiliers ; il donne comme explication que les héritiers connaissent le nombre de parts légales que leur assigne la loi successorale et n'ont pas besoin de valorisation de leurs biens. Il n'a pas essayé de valoriser les biens dont il ne connaît que la description.

30 Nikolai Todorov (La différenciation de la population urbaine au xviiie siècle, p. 47) note aussi que « les données ne fournisse nt pas une évaluation exacte des biens [...]. L'enregistrement par le qadi [...] d'un inventaire de tous les biens meubles et immeubles du de cujus ne pouvait se faire que sur la demande expresse des héritiers intéressés [...] ».

31 L'équation de la courbe est : y = 61,264 + 0,262 x (y étant le capital immobilier, et x l'actif non immobilier) ; on aurait pu choisir de calculer la corrélation pour tous les Damascains dont on connaît le capital immobilier, y compris ceux dont le capital immobilier est zéro, soit 368 individus ; la corrélation reste très forte, 0,88 ; mais il a semblé plus cohérent de s'en tenir à un corpus socialement homogène : les possédants de biens immobiliers et fonciers.

32 Le logiciel utilisé pour saisir les données fournit aussi des "outils" qui en permettent l'exploitation ; nous avons utilisé, pour étudier la démographie et la vie économique damascène, une simple projection des données sur le logiciel Excel qui permet classement, tri, comptage, comme tout tableur. L'analyse sociale, plus complexe, et relevant de variables trop nombreuses, repose sur l'analyse factorielle des correspondances, réalisée également à partir des tableaux Excel, grâce au logiciel Anaconda, dont l'auteur est Jean-Jacques Girardot, Laboratoire MIS, Université de Franche-Comté.

Table des illustrations

Légende Données & Outils, J.-J. GIRARDOT, ©1990 Laboratoire MIS (Besançon).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7509/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Tableau 1 : propriétés estimées et non estimées
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7509/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search