Version classiqueVersion mobile

Familles et fortunes à Damas

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Introduction1

Texte intégral

  • 1 Pour cette introduction, nous avons utilisé de nombreux ouvrages et articles dont nous ne citerons (...)

Véritablement il n'y a celuy, qui aye veu damas, qui ne confesse librement, que ce ne soit l'assiette de la ville du monde la plus belle.
Jean Palerne, D'Alexandrie à Istanbul (1581-83)

  • 2 Palerne (Jean), D'Alexandrie à Istanbul, p. 208.

1A la fin du xvie siècle, Jean Palerne, voyageur français peu connu, est frappé comme bien d'autres voyageurs arabes et européens par la situation de la ville. Damas, qui est devenue ottomane en 1516, se trouve « au milieu d'une belle plaine peuplée d'arbres de toutes sortes, verts en tous temps, comme un grand verger ... »2. Adossée à l'ouest à l'Anti-Liban et bordée à l'est par la steppe syrienne, la "plaine" est arrosée par le Baradā et ses dérivations creusées de main d'homme ; elle est, comme le dit Palerne, « un grand verger » : la rivière et ses branches jouent un rôle capital dans l'économie agricole de cette oasis d'altitude (600 à 700 mètres), la Ġūṭa, qui fournit en abondance à la ville toutes sortes de légumes et de fruits. Ces cours d'eau font également tourner la centaine de meules de soixante-dix moulins et alimentent en eau, grâce un système complexe de canalisations développé et entretenu par l'homme au cours des siècles, les édifices publics (mosquées, madrasa, ḥammām, fontaines publiques) et les maisons d'habitation.

  • 3 Nous remercions M. Jean-Louis Paillet, architecte DPLG, qui a réalisé les fonds des cartes et plans (...)

2La ville est dominée par la Mosquée des Omayyades, centre de la vie religieuse, dont l'histoire et la magnificence font la célébrité, illustrée par les souvenirs d'Adam, Moïse et Jésus. A l'ouest de la Grande mosquée se dresse la Citadelle qui conserve encore en 1700 une certaine importance militaire : elle sert de garnison aux janissaires impériaux (kapi kulu) chargés de maintenir la sécurité dans la ville. Elle surplombe le sérail, le palais du gouverneur, installé au sud, de l'autre côté du fossé. Le mur d'enceinte, dont le tracé remonte au xiie siècle, n'est pas entretenu et n'assure plus de fonction défensive ; il ne constitue pas non plus une véritable séparation entre la ville et ses faubourgs même si les auteurs locaux et les documents d'archives continuent de distinguer ville intra-muros (dāḫil/bāṭin) et extra-muros (ḫāriǧ). Car Damas a débordé de ses murs bien avant l'arrivée des Ottomans, le mouvement se poursuivant par la suite (cf. carte I)3. Des quartiers se sont progressivement développés au nord (‘Uqayba et Sūq Ṣārūǧā), à l'ouest (Qanawāt-Ta‘dil, Qaṣr Ḥaǧǧāǧ, Bāb Sarīǧa, Qabr ‘Ātika) et au sud (Suwayqa et son prolongement, le long faubourg du Mīdān jusqu'à Qubaybāt, ancien village maintenant intégré à la ville).

3Ṣāliḥiyya, accrochée au flanc du Qāsyūn, la montagne qui domine la ville à deux kilomètres au nord, est séparée de Damas par des jardins ; elle constitue une petite agglomération dotée de ses propres marchés et de son tribunal religieux. Des liens très étroits la rattachent toutefois à la ville : les auteurs locaux, quand ils traitent des nombreuses institutions religieuses qu'elle abrite — notamment le complexe érigé par le sultan Salīm Ier , le conquérant de la ville, sur le tombeau d'Ibn ‘Arabī —, la perçoivent comme partie intégrante de la cité ; des notables damascains y possèdent des maisons d'été dotées de jardins, et en 1085/1675, comme pour mieux marquer les relations privilégiées qui les unissent, la route qui conduit de Damas à Ṣāliḥiyya est pavée à l'initiative du gouverneur.

4Le pavement de cette route comme celui réalisé en 1045/1635 pour la "voie impériale" (ṭarīq sulṭānī) qu'emprunte la caravane du pèlerinage à travers les faubourgs méridionaux représentent deux des quelques rares exemples de réalisations importantes mentionnés par les sources locales au xviie siècle. Car ce siècle apparaît fort pauvre en activités de constructions majeures, en contraste avec le siècle précédent quand les sultans tout d'abord, puis les gouverneurs qui se sont succédé dans la seconde moitié du xvie , ont imprimé la marque impériale ottomane au paysage urbain damas-cène : ils ont plus souvent bâti que restauré dans la ville, à l'image d'Istanbul mais à l'échelle d'une capitale provinciale déjà dotée de nombreux monuments construits aux siècles précédents. Ils ont créé, dans le cadre de nouvelles fondations (waqf), des complexes religieux (mosquées, madrasa, tombeaux) localisés pour la plupart sur la grande artère qui longe la Citadelle et s'enfonce vers le Midān, des institutions charitables (cantines pour déshérités, écoles pour orphelins) et d'utilité publique (fours à pain, bains et ponts). La construction de bâtiments à vocation économique qui fournissent une part importante des revenus des waqf n'est pas négligée : souks et caravansérails sont bâtis principalement dans le secteur commercial central, situé à l'ouest et au sud de la Grande mosquée, sur l'emplacement d'anciens bâtiments mais aussi de maisons particulières.

5Si l'extension de ce secteur central, due à l'intensification des échanges au sein de l'Empire, est perceptible à la fin du xvie siècle, la localisation des divers marchés dans la ville ne paraît pas avoir connu en 1700 de changements majeurs depuis le début de la période ottomane. Trois grands secteurs regroupant les diverses activités artisanales et commerciales dans des marchés peuvent être délimités d'après les descriptions d'historiens damascains de la fin des xve et xvie siècles.

6Au nord, de la large esplanade "Sous la Citadelle" (Taḥt al-Qal‘a) vers l'est, sur l'artère qui longe le Baradā au nord de la Citadelle jusqu'à Bāb al-Farādīs, se succèdent une série de souks. Sur l'esplanade même se tiennent quotidiennement les marchés aux chevaux et aux bêtes de somme, et le vendredi celui des chameaux ; elle est aussi occupée en permanence par une foule bigarrée de badauds qui viennent se divertir devant les amuseurs publics ou en participant à des jeux de hasard que de nombreux Damas-cènes réprouvent. Son côté sud-est est occupé par des souks spécialisés dans la fabrication et la vente de fournitures à usage plutôt militaire (selles, harnachements et armes). Sur le côté est de la place, facilement accessibles, sont situés les marchés de fruits et légumes ; vers l'est, jusqu'à Bāb al-Farādīs, avec une rue pénétrant à l'intérieur de Bāb al-Faraǧ, se côtoient des marchés plutôt spécialisés dans la fabrication et la vente de biens de consommation divers et bon marché (chaussures, caissettes de bois, tamis, ustensiles et outils en fer ou en cuivre, etc.) destinés souvent à une clientèle paysanne. Sur les deux côtés de l'artère qui mène de l'esplanade "Sous la Citadelle" à Bāb al-Ǧābiya, formant ainsi le bas d'un "croissant", différents commerces liés à l'alimentation offrent leurs services aux badauds et voyageurs de passage.

  • 4 La percée entre le "croisement" de Bāb al-Barīd et le fossé sud de la Citadelle ne sera réalisée qu (...)

7Au centre de la ville, dans un secteur limité à l'est par la Mosquée des Omayyades, à l'ouest par le "croisement" de Bāb al-Barīd, au sud par la Rue Droite jusqu'à Bāb al-Ǧābiya, sont regroupées les principales activités commerciales qui mêlent vente en gros et vente au détail de produits plutôt de luxe : marchés des étoffes (et de vêtements) de soie, coton, et laine, souk des épices et des drogues, marché de l'or, de l'argent, des bijoux et grands caravansérails qui servent d'entrepôts. A cet important secteur, il faut ajouter un nouveau marché construit au xvie siècle à proximité du Sérail, le Sūq al-Sibāhiyya (dénommé plus tardivement Sūq al-Arwām) ; sans solution de continuité avec le marché de Bāb al-Barīd4, il est surtout le siège de courtiers et de commerçants spécialisés dans l'estimation et la vente des biens meubles des inventaires après décès qui contribuaient sans nul doute à alimenter un marché de "l'occasion" fort actif.

8Plus au sud, dans le faubourg du Mīdān, sont localisés le marché aux moutons et les activités liées au commerce en gros de denrées vitales pour l'approvisionnement de la ville, essentiellement les céréales : entreposées sur des emplacements à ciel ouvert (‘araṣāt) à la fin de la période mame-louke, elles seront par la suite emmagasinées dans des bâtiments fermés particuliers (ḥāṣil ou bāika) qui vont se multiplier sur la grande artère du Mīdān. Hors ces trois grands secteurs qui regroupent les souks plutôt spécialisés, chaque quartier de la ville, comme l'avait relevé J. Sauvaget, possède son propre petit marché, suwayqa, où sont installés des petits commerces de proximité (épiciers, bouchers, boulangers, etc.) qui offrent leurs services aux riverains.

9Les grands souks, balayés et arrosés à la nuit tombée, sont, dans leur majorité, couverts de toits en bâtières ; ils protègent du soleil ou des intempéries la foule des chalands qui donne au bazar cette animation grouillante qui frappe les voyageurs. Les boutiques sont peu profondes, étroites et munies d'un système de fermeture courant dans le Proche- Orient : un volet supérieur qui se relève pour servir quelquefois d'auvent quand le marché n'est pas couvert, et un volet inférieur articulé qui se rabat pour ouvrir et servir d'étal ou de siège au client ; mais ce dernier trouve souvent devant la boutique une banquette en maçonnerie (maṣṭaba) qui, empiétant sur la rue, réduit la zone de passage et entrave la circulation.

10Les grands caravansérails, qui sont dans leur majorité situés dans le secteur commercial, ont généralement fonction d'entrepôts ; ils sont, comme les marchés, souvent spécialisés. On trouve essentiellement deux types de caravansérails : des édifices construits autour d'une cour centrale ouverte, et, plus spécifiquement damascains, des bâtiments couverts de coupoles comme le Ḫān al-Ǧūḫiyya, bâti au xvie siècle par un gouverneur de la province. Construits en pierre de taille sur deux niveaux, où sont disposés côte à côte les magasins, autour d'une cour centrale, on y accède par une large entrée ; fermée par un portail dans lequel est percée une petite porte, elle donne sur un hall d'où deux escaliers mènent au niveau supérieur.

11Les tanneries, qui nécessitent une eau abondante, sont installées à proximité du Baradā. Le vent dominant étant un vent d'ouest, elles ont été toutes regroupées depuis des siècles à l'est, à Bāb al-Salām, en raison de la nuisance et de la pollution qu'elles entraînent. Les autres activités de production, celles liées à l'artisanat du textile ou les savonneries pour ne citer que les principales, sont dispersées dans des ateliers de par la ville.

12C'est hors de la zone des souks, désertée à la tombée de la nuit, que réside la population. Historiens et chroniqueurs damascains évoquent allusivement ces quartiers de résidence. Certains, réputés plus riches, sont habités par des grandes familles de notables et de commerçants fortunés locaux ou de hauts dignitaires de l'État. C'est le cas de quartiers intra-muros limitrophes, à l'est et au nord, de la Grande mosquée ou de quartiers extra-muros situés au nord-ouest et à l'ouest. D'autres, comme ceux qui constituent le long faubourg méridional, sont considérés comme populaires ; ils regroupent en majorité des immigrants d'origine rurale et sont réputés pour leur turbulence. Néanmoins les vestiges, encore visibles de nos jours, de grandes demeures remontant au xviiie siècle témoignent de l'existence dans ces quartiers d'une strate réduite de population fortunée constituée par des membres de groupes militaires récemment installés dans la ville.

13Chaque individu dans la ville appartient à des groupes dans lesquels interfèrent solidarités verticales et horizontales. Un premier facteur de cloisonnement social réside dans l'existence de communautés religieuses autres que la communauté musulmane ; l'État reconnaît aux chrétiens et aux juifs une certaine autonomie administrative interne. Les liens de voisinage, qui créent ailleurs des cellules sociales plus ou moins larges, resserrent des relations souvent déjà très fortes : la ville est une juxtaposition de quartiers (āra) qui peuvent regrouper des familles au sens large, avec leur clientèle, quelquefois d'une même origine géographique ou ethnique. Ces ḥāra peuvent occuper un ou plusieurs pâtés de maisons, fermés par une porte gardée la nuit et dont l'accès est réservé aux seuls riverains. A la tête de chaque quartier se trouve un šay, le représentant auprès des autorités, qui peut régler certains des différends surgissant entre les habitants.

14Solidaire, tout individu actif l'est aussi par l'activité professionnelle qu'il exerce. Cette solidarité, à l'exception de celles qui lient les membres de la bureaucratie, du groupe des lettrés et des forces militaires, est institutionnalisée dans le cadre des corps de métiers (tā’ifa). A Damas, au début du xviiie siècle, plus de soixante corporations différentes ont été relevées dans les registres des tribunaux religieux. L'accès à un corps de métier et la promotion de l'individu aux différents niveaux de la hiérarchie — apprenti (aǧīr), ouvrier (āni‘), maître (mu‘allim, usṭā)— sont marqués par un rituel d'initiation. Chaque corporation a à sa tête un šay, élu par ses membres, confirmé dans ses fonctions par le grand juge de la ville qui règle les disputes internes, les litiges qui surviennent entre divers corps de métiers, et qui prononce les condamnations pour faute professionnelle. Les corporations exercent un véritable monopole sur le marché : les conditions requises pour pratiquer un métier sont particulièrement restrictives et la qualité des produits est soumise à un contrôle interne auquel vient s'ajouter celui de l'État. La mixité confessionnelle au sein des corps de métiers demeure une règle générale et la religion de chacun est respectée.

15Tout individu actif est donc enserré dans un réseau de solidarités diverses par lesquelles il peut définir son identité et s'intégrer à la société. La vie quotidienne du commerçant et de l'artisan se déroule pour partie dans sa boutique ou son atelier, pour une autre dans sa résidence et son quartier, où se situe sa vie familiale. Entre ces deux lieux qui, à Damas, ne sont jamais très éloignés l'un de l'autre, le Damascain fréquente le lieu de culte (mosquée, église ou synagogue) et le ḥammām de son quartier ou de son souk, mais aussi, pour les musulmans, la zāwiya de la confrérie soufie à laquelle il adhère : simple édifice quelquefois, plus généralement située à l'intérieur d'une mosquée-madrasa, la zāwiya focalise le soufisme urbain qui, largement diffusé dans toutes les couches de la majorité musulmane au xviie siècle, constitue un autre type de solidarité. Mais un autre lieu de convivialité, nouveau repère dans le paysage urbain, s'est développé depuis le dernier quart du xvie siècle : le café, bâtiment situé dans le marché ou le quartier, espace ouvert sur les berges de la rivière ou de l'un de ses bras, lieux de promenade prisés des Damascains, accueille les nombreux clients qui viennent converser et se détendre en buvant cette boisson, en écoutant des musiciens ou un conteur populaire.

  • 5 Ġazzī, Luṭf al-samar, Muḥibbī, Ḫulāṣat al-aṯar ; v. aussi Ṣabbāġ, Min a‘lām al-fikr.

16Damas à la fin du xvie siècle compte de 50 à 55 000 habitants ; en 1 700, peut-être entre 60 et 65 000. Les musulmans, sunnites essentiellement mais aussi chiites, sont très largement majoritaires ; les différentes communautés chrétiennes ne représentent que 11 % de la population, les juives 5 à 6 %. Les Damascains de souche sont, bien entendu, proportionnellement les plus nombreux. Cependant, sans que l'on puisse avancer de chiffres, des migrants venus d'autres régions, proches ou lointaines, s'établissent dans la ville ; Ġazzī et Muḥibbī, auteurs de dictionnaires biographiques couvrant le xviie siècle5, s'en font l'écho et nous permettent d'apprécier certains des courants migratoires qui touchent les élites en majorité religieuses. Des militaires et des administrateurs civils et religieux de l'Empire, originaires d'Istanbul, des Balkans, d'Anatolie ou de Perse, nommés à Damas, se fixent quelquefois dans la cité. De Perse aussi, et plus particulièrement du Nakhichevan, viennent des ‘ulamā’, des šaysoufis et des personnels civils qui ont fui le régime safavide chiite. Des Kurdes du Kurdistan ou de Perse, au service de l'administration militaire ou civile, mais également des religieux, viennent renforcer la "colonie" kurde qui s'est implantée à Ṣāliḥiyya. Des ‘ulamā originaires du Maghreb prennent la ville pour résidence ; ils vont souvent, comme juges ou jurisconsultes, jouer un rôle dans la petite communauté maghrébine malékite qui existe dans la ville depuis des siècles. Des Turcomans, enfin, s'installent ou sont installés par le pouvoir à Ḥaqla, dans le Mīdān, vers la fin du xvie siècle ; ils vont grossir les rangs des janissaires locaux.

17Les migrations les plus importantes vers la capitale de la province, sans que l'on puisse également avancer de chiffres, proviennent des régions arabes. L'Irak, avec Bagdad et Mossoul, l'Egypte, avec Le Caire, ne fournissent toutefois, en dépit des échanges économiques et culturels qu'elles entretiennent avec Damas, qu'un nombre réduit d'émigrants (lettrés, commerçants ou artisans). Ce sont les régions les plus proches de la ville qui constituent les foyers alimentant l'immigration de lettrés vers la ville : la Syrie septentrionale avec Alep, la Syrie moyenne avec Hama et Homs, la Palestine avec Jérusalem, Naplouse et Safad. Les campagnes directement liées à Damas, son oasis la Ġūṭa, la Biqā‘ à l'ouest, le Qalamūn au nord et le Ḥawrān au sud, devaient aussi fournir leurs contingents de migrants attirés par la ville, fuyant les troubles, les exactions et l'oppression fiscale ; toutefois, les sources narratives, qui ne traitent que des élites, sont sur ce point relativement silencieuses.

18Conquise en 1516 par les Ottomans, Damas, deuxième cité du sultanat mamelouk, est devenue une modeste capitale de province intégrée dans un plus vaste empire. L'administration provinciale repose, comme ailleurs dans l'État ottoman, sur trois piliers essentiels : le gouverneur militaire, le juge et les corps armés. Les attributions du gouverneur sont multiples et touchent aux domaines civils et militaires. Il est chargé du maintien de l'ordre, de la collecte des impôts et de l'administration générale, mais il est également tenu de participer aux campagnes militaires menées par l'Empire ; son autorité est cependant limitée par l'étendue de ses tâches et par les obstacles que le gouvernement central a élevés pour réduire les effets d'un pouvoir trop excessif. L'administration des finances est ainsi dirigée par un fonctionnaire nommé par Istanbul, et les affaires judiciaires relèvent de l'autorité d'un grand juge dépendant également de sa hiérachie dans la capitale, avec laquelle il entretient une correspondance directe.

19Les compétences du grand juge (qāḍī al-quḍāt) sont très larges, comme en témoignent les affaires concernant la population locale conservées dans les registres des tribunaux religieux ; sous son autorité, ou celle de ses députés, sont conclus des contrats divers, sont réglés des divorces, des héritages, et il intervient aussi dans les affaires relevant de la moralité publique, de la voierie et des activités économiques en général (contrôle des marchés, des prix, des poids et mesures, règlements des différends au sein des corps de métiers). Jouant un rôle essentiel dans la vie économique et sociale de la ville et de sa province, le grand juge prend également part à la vie politique. Il siège au conseil du gouverneur en compagnie d'autres dignitaires locaux, surveille son action, dénonce éventuellement les abus qu'il commet envers la population en rendant directement compte à Istanbul. Le grand juge représente ainsi, en raison de la large autorité qui lui est reconnue et conférée dans divers domaines de la vie publique, mais aussi selon sa personnalité, un contrepoids efficace aux pouvoirs du gouverneur.

  • 6 Barbir, Ottoman rule, p. 34, qui cite Cohen, Palestine, p. 298 sq.

20Troisième pilier, les forces militaires — les janissaires qui perçoivent une solde et les cavaliers (sipahi) qui bénéficient de revenus de terroirs agricoles — sont placées sous l'autorité du gouverneur pour assurer la sécurité publique ; elles sont cependant commandées par des officiers nommés par le gouvernement central. Le nombre des sipahis, qui formaient le gros des troupes sultaniennes, va considérablement décroître dans la province au xviie siècle6. Le corps des janissaires, qui compte selon les estimations de 300 à 2000 membres, va en revanche jouer un rôle de plus en plus important dans la politique locale durant ce siècle.

21L'histoire de la ville est, au xviie siècle, marquée par la rotation rapide des gouverneurs et des grands juges qui ne restent généralement en poste guère plus d'une année. Elle est également rythmée par les fêtes et réjouissances qui commémorent les victoires, de plus en plus rares, remportées par les troupes sultaniennes, mais surtout par celles qui ont lieu chaque année au départ et au retour de la caravane du pèlerinage : elle constitue l'événement par excellence qui fait grossir la population de milliers de pèlerins durant quelques semaines pendant lesquelles les activités économiques et commerciales s'amplifient. Mais la ville subit des catastrophes naturelles : des inondations mais surtout des épidémies de peste plus ou moins graves, suivies ou précédées de sécheresses et de disettes, frappent la population en 1608, 1652, et à un rythme plus accéléré en 1670-1671,1679,1691-1692,1708-1709 et 1719-1720.

22Mais ce qui ressort des écrits des historiens, c'est surtout, depuis la fin du xvie siècle, la montée de l'influence politique et économique des janissaires dits "locaux". Les membres de ce corps en garnison dans la ville vont exercer, pour compenser la réduction de leur solde entraînée par les dépréciations monétaires de la fin du xvie siècle, des activités "extra-militaires" : outre le rôle qu'ils jouent dans la collecte des impôts, ils deviennent artisans ou commerçants, pratiquent l'usure et vont progressivement accaparer les richesses urbaines, puis s'installer dans les campagnes. Ce corps de troupe connaît également, dès la fin du xvie siècle, à Damas comme dans d'autres régions de l'Empire, de profondes modifications dans son système de recrutement ; ses membres, levés à l'origine dans des populations non musulmanes et formés dans le sérail, vont se recruter largement dans la population locale qui cherche à jouir des privilèges qui leur sont reconnus : une inspection conduite en 1708 constate que, dans ce corps qui compte 1 230 janissaires, non seulement nombreux sont ceux en âge de la retraite ou très jeunes, mais les deux tiers sont des "locaux", des Turcomans ou des Kurdes !

23Cette milice, en raison de sa composition sociale et ethnique nouvelle confortée par des alliances matrimoniales avec des familles locales, a tendance à identifier ses intérêts à ceux des Damascènes : elle va s'opposer aux gouverneurs, affronter dans des conflits souvent sanglants les autres forces militaires envoyées d'Istanbul pour défendre les habitants de la ville mais aussi ses propres intérêts économiques. Le gouvernement central s'inquiète à tel point de leur influence dans la ville et la province qu'il expédie en 1658-1659 des troupes impériales : plusieurs centaines de kapi kulu sont envoyés à Damas où ils prennent le contrôle de la citadelle, des portes de la ville et d'autres services publics qui étaient entre les mains des janissaires "locaux". Plusieurs de leurs chefs sont exécutés en 1659 et le pouvoir de cette milice paraît provisoirement neutralisé. Mais une trentaine d'années plus tard, en 1691, après trois années de conflits permanents entre les milices locales et le gouvernement provincial, des mesures radicales sont à nouveau prises : plusieurs membres importants des janissaires locaux sont exécutés. Les janissaires "locaux" vont disparaître alors du devant de la scène politique et économique urbaine pendant un quart de siècle.

  • 7 Voir Ibn Kannāan, Ḥawādiṯ, fol. 36a. Nous souhaitons très vivement remercier ici M. Akram Ulabi : i (...)

24L'échec des Ottomans devant Vienne en 1683 est suivi en 1699 par l'amer traité de Carlowitz. La puissance ottomane en Europe est dorénavant sur la défensive. Et s'il est encore ordonné des illuminations à Damas, comme dans tout l'Empire, c'est surtout pour célébrer les naissances des enfants mâles des sultans. La politique vigoureuse menée par les grands vizirs Köprülü dans la seconde moitié du xviie siècle pour réorganiser l'État s'estompe au début du xviiie. Les intrigues à la cour impériale d'Istanbul occupent dorénavant plus facilement le devant de la scène car aucune victoire militaire ne vient les escamoter. Les échos de Carlowitz et, en 1703, ceux de la révolte à Istanbul des janissaires, de l'exécution du Šayḫ al-islām, de l'abdication du sultan Muṣṭafā II en faveur de son frère Aḥmad III, parviennent déformés à Damas. Les troubles qui se déroulent dans la capitale ont, dans tous les cas, une répercussion directe sur la ville : selon l'expression d'un Damascain, Istanbul "oublie" de nommer un chef de la caravane du pèlerinage qui semble donc n'avoir pas été organisée cette année7.

25Le pouvoir central au tournant du siècle est donc fort affaibli. La province de Damas est sans doute géographiquement marginale. Elle n'est pas une province frontière comme le sont celles de Bagdad et Mossoul face à l'État safavide ; mais, bordée par la steppe syrienne, constituant une marche face à l'avancée bédouine, elle demeure surtout au centre des préoccupations d'Istanbul car elle est étroitement liée au pèlerinage aux Villes saintes. La politique ottomane menée en Syrie à cette époque peut donc être caractérisée par trois aspects interdépendants qui tendent vers un objectif premier : assurer le bon déroulement du pèlerinage damascain qui, regroupant chaque année des milliers de pèlerins en provenance d'Anatolie, d'Irak, des Balkans mais aussi de Perse ou d'Asie centrale, engage le prestige du sultan ottoman, serviteur des Villes saintes.

26Le pouvoir central réorganise la province et renforce l'autorité du gouverneur : à partir de 1708, le pacha de Damas n'est plus tenu de participer aux campagnes militaires ; il peut ainsi consacrer ses forces militaires et financières à l'organisation et à la protection du pèlerinage annuel sur lequel il a désormais une totale autorité.

27Istanbul cherche à contenir les groupes de pression dans la province. Il se concilie les notables locaux en leur accordant postes, promotions et gratifications qui sont toujours autant recherchés pour leur prestige. L'État ne reste pas inactif devant les désordres qu'entraîne l'insubordination des milices locales. Il s'efforce de les mettre au pas, on l'a vu en 1658-1659 et à nouveau en 1691. De cette confrontation avec le pouvoir, les milices locales sortent d'autant plus affaiblies que quelques années plus tard, en 1706-1707, de nouvelles troupes (kapi kulu) viennent renforcer la garnison impériale en place, que leurs effectifs seront réduits après 1708 et leur rôle dans la collecte des impôts limité. Enfin, devant la menace croissante représentée par les migrations des nomades, arabes mais aussi kurdes et turcomans, le gouvernement central tente de réagir en pratiquant une politique d'encouragement à la sédentarisation et en achetant le concours de certaines tribus pour assurer la sécurité de la caravane du pèlerinage.

28Les sultans vont également se montrer attentifs à satisfaire à leurs obligations de serviteurs des Lieux saints. Ils vont donc prodiguer régulièrement leurs dons traditionnels aux pauvres des Villes saintes ; ils se préoccupent également d'assumer, par l'intermédiaire des gouverneurs, non seulement le financement et l'approvisionnement de la caravane damas-caine mais aussi la protection des pèlerins grâce à l'aménagement de points d'eau sur la route et à la restauration des forteresses dont l'entretetien a été apparemment négligé au siècle précédent. Istanbul nomme enfin le commandant du corps de troupes (ǧarda) qui assure la sécurité de la caravane à son retour quand, chargée des marchandises acquises au Ḥiǧāz, elle constitue une proie bien plus tentante qu'à l'aller.

  • 8 Mantran et Sauvaget, Règlements fiscaux, p. 22-24.

29On est relativement mal informé sur l'économie générale de la ville au xviie siècle. L'examen des revenus des fermes (muqāṭa‘a) des taxes et impôts levés à Damas au xvie siècle, car rien n'était assez insignifiant pour échapper au fisc, permet toutefois d'esquisser un tableau des principales activités économiques. La première source, en valeur, de revenus provient des taxes (680 000 akşe) levées sur la récolte de l'herbe à alcali dans les campagnes proches de la ville8. Monopoles de l'État, la production et la vente de cette herbe qui, réduite en cendres, fournit la potasse, sont strictement réglementées, la vente à des grossistes ou détaillants étant formellement interdite. La potasse, qui entre notamment dans la fabrication des savons, alimente un commerce international, puisqu'un tiers de la production transportée à Damas est destiné aux négociants européens ; ce commerce, qui s'effectue essentiellement en direction de Marseille, intense aux xvie et xviie siècles, se réduit fortement au tournant du siècle, les Marseillais se plaignant de la mauvaise qualité du produit. Outre ce négoce, elle alimente également certaines industries locales, sans doute fort actives, car un autre tiers est proposé aux artisans damascains, savonniers, peintres et dégraisseurs.

30Les taxes levées sur les artisans, et plus largement sans doute sur tous les boutiquiers exerçant dans la ville (itisāb), dont on ne connaît pas l'assiette, constituent en valeur la seconde source de revenus : 600 000 akşe auxquelles il faut ajouter les montants d'impôts particuliers qui frappent les forgerons, les propriétaires de ḥammām, de pressoirs, de moulins et de dévideurs de soie (dūlāb arīr). L'approvisionnement de la ville, qui dépend essentiellement des productions de sa région, est source de rentrées substantielles pour le fisc. Les taxes sur les fruits et légumes, fournis en abondance par l'oasis, auxquelles s'ajoute la taxe de pesage (280 000 akşe) et celles levées sur les céréales (40 000 akşé) qui proviennent du Hawrān au sud et de la Biqā‘ à l'ouest, représentent des postes importants. Lors de disettes dues à de mauvaises récoltes, on importe cependant du blé de l'extérieur, par exemple d'Egypte en 1660-1661, d'Anatolie en 1708 sous l'énergique Naṣūḥ Bāšā ou de la région de Hama, plus tard sous les gouverneurs de la famille ‘Aẓm. Les impôts tirés des ventes réalisées au marché aux moutons, animaux sur lesquels repose l'alimentation carnée du Damascain mais dont dépendent également les artisanats du cuir et de la laine, s'élèvent à 220 000 akşe. Enfin, les taxes (60 000 akşe) levées sur le marché aux chevaux et bêtes de somme (chameaux compris), dans une région où le transport de produits pondéreux s'effectue essentiellement à dos d'animal, complètent le tableau des revenus tirés des principales activités urbaines.

31Damas, première ville par le nombre des hommes de la Syrie moyenne et méridionale, est le centre d'un artisanat et d'un commerce régional fort actifs destinés à satisfaire les besoins quotidiens de ses habitants. Elle est aussi un carrefour de routes terrestres et d'échanges interrégionaux et internationaux, moins intenses cependant que ceux qui font la renommée de sa rivale du nord, Alep. Ses contacts avec l'est se font d'ailleurs par cette dernière ville, mais aussi par La Mecque et Médine, et avec le sud, par l'Egypte. Le commerce avec les Villes saintes est étroitement lié à la caravane du pèlerinage : les rentrées que le fisc attend des octrois et des taxes (bāǧ) levés sur la caravane s'élèvent à 600 000 akşe auxquelles s'ajoutent 230 000 akşe de droits de douane et 30 000 akşe de la vente des esclaves dans la ville. Car Damas importe par La Mecque et Médine des marchandises d'Arabie, d'Afrique, de Perse et d'Inde, bijoux et pierres précieuses, soie, drogues, épices, gingembre, indigo, gomme arabique, camphre, café, esclaves abyssins et soudanais. Elle envoie vers ces villes des céréales, surtout, de l'huile d'olive, des textiles et des armes. Vers l'Égypte et Le Caire, elle expédie des étoffes, du savon, de l'huile d'olive, de la noix de galle, des fruits secs et de la pâte d'abricots, et reçoit en échange des toiles de lin, du riz, des fèves, des lentilles, du sucre et quelquefois du blé pour faire face à des pénuries locales.

32Enfin, Damas est en contact avec l'Europe par les ports du littoral syrien, Acre, Saïda et Tripoli, où se sont installés les négociants "francs" qui ont délaissé la ville dès la fin du xvie siècle. L'éventail de produits importés et exportés est fort large mais aucun chiffre fiable n'est disponible sur le volume et la valeur de ce commerce international. Marseille importe de la potasse, on l'a vu, pour sa savonnerie et ses industries du verre ; plus globalement les demandes européennes consistent en fruits secs, en fils et étoffes de soie qui font la réputation de Damas, mais également en productions de coton, de laine et en quelques produits qui transitent par la ville en provenance de l'Orient par les routes terrestres : soies persane et indienne, épices, produits tinctoriaux. En retour, l'Europe, essentiellement l'Angleterre, la France et Venise, propose aux marchés damascains une grande variété de produits : des textiles des manufactures anglaises en premier lieu, des fourrures, du sucre, du riz, du papier, divers métaux (cuivre, fer) bruts ou transformés et des monnaies d'or et d'argent destinées à équilibrer une balance commerciale apparemment déficitaire.

  • 9 Veinstein et Triantafyllidou-Baladié, Les inventaires après décès ottomans de Crète, p. 191.

33Le tableau que l'on peut brosser de Damas en 1 700 demeure largement lacunaire. Les informations sur l'économie et la société damascaines, que l'on glane dans les sources narratives classiques ou dans certaines études contemporaines, sont, il faut en faire le constat, fragmentaires. Les sources narratives écrites par des lettrés nous apportent essentiellement des renseignements sur les élites, notables religieux et personnalités proches du pouvoir. En effet, qui veut mieux approcher la population locale, les grands et les petits, les fortunés et les "gens de peu", doit faire appel à d'autres sources. Les documents des tribunaux religieux de Damas qui commencent à être systématiquement exploités depuis une vingtaine d'années constituent de ce point vue des sources sans doute criticables mais irremplaçables. Le dépouillement et l'exploitation des données, fournies notamment par les inventaires après décès, une partie des immenses archives que « la machine bureaucratique ottomane »9 a constituées, permettent d'appréhender les groupes sociaux qui composent la population, les niveaux de fortune, mais également de se pencher sur la vie quotidienne des hommes, de passer le seuil de leur maison et de leur boutique.

Notes

1 Pour cette introduction, nous avons utilisé de nombreux ouvrages et articles dont nous ne citerons ici que les principaux : Sauvaget, Esquisse ; Mantran et Sauvaget, Règlements fiscaux ; ‘Abd al-Karīm Rāfiq, Bilād al-Sām wa Miṣr, à compléter par ses ouvrages et articles cités en bibliographie ; Bakhit, The Ottoman province of Damascus ; Barbir, Ottoman rule ; Raymond, Artisans et commerçants.

2 Palerne (Jean), D'Alexandrie à Istanbul, p. 208.

3 Nous remercions M. Jean-Louis Paillet, architecte DPLG, qui a réalisé les fonds des cartes et plans d'après ceux publiés par D. Sack et A.-M. Bianquis.

4 La percée entre le "croisement" de Bāb al-Barīd et le fossé sud de la Citadelle ne sera réalisée que dans le dernier quart du xixe siècle, sous le Sultan ‘Abd al-Ḥamīd, ainsi que l'indique le nom donné à cette grande artère commerciale.

5 Ġazzī, Luṭf al-samar, Muḥibbī, Ḫulāṣat al-aṯar ; v. aussi Ṣabbāġ, Min a‘lām al-fikr.

6 Barbir, Ottoman rule, p. 34, qui cite Cohen, Palestine, p. 298 sq.

7 Voir Ibn Kannāan, Ḥawādiṯ, fol. 36a. Nous souhaitons très vivement remercier ici M. Akram Ulabi : il nous a fort aimablement permis de consulter son édition non publiée de la chronique d'Ibn Kannān, qui apporte de nombreuses informations sur la première moitié du xviiie siècle.

8 Mantran et Sauvaget, Règlements fiscaux, p. 22-24.

9 Veinstein et Triantafyllidou-Baladié, Les inventaires après décès ottomans de Crète, p. 191.

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search