Version classiqueVersion mobile

Familles et fortunes à Damas

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Préface

André Raymond

Texte intégral

1Une mort prématurée n'a pas permis à Jean Sauvaget d'écrire, après le bref aperçu qu'il a consacré en 1934 à la ville de Damas (Esquisse d'une histoire de la ville de Damas), le livre qu'il portait évidemment en lui et qui aurait constitué le pendant de son Alep (1941). On a donc eu longtemps l'occasion de regretter que la capitale de la Syrie n'ait pas suscité les études approfondies qu'elle justifiait alors qu'Alep fascinait visiblement les chercheurs, et inspirait tant de recherches de valeur. Ce regret était devenu d'autant plus vif que les archives du monde arabe à l'époque ottomane, redécouvertes il y a une trentaine d'années, permettaient naturellement la rédaction de tels travaux, du moins pour l'époque moderne, ainsi que l'ont montré les études pionnières de A. Rafeq.

2Les premiers travaux de Jean-Paul Pascual, et en particulier son ouvrage sur Damas à la fin du xvie siècle d'après trois actes de waqf ottomans (publié en 1983), ont heureusement levé une partie du voile. Il est très heureux aujourd'hui que Colette Establet et Jean-Paul Pascual nous donnent le livre qui restitue la ville de Damas dans la plénitude de son organisation sociale et économique et dans sa structure urbaine en un moment qui restait parmi les plus obscurs de son histoire, la période charnière entre le xviie et le xviiie siècles.

3Il était normal que, portés par la nature de la documentation qu'ils ont surtout utilisée (des registres de successions retrouvés dans les riches archives de Syrie), les deux auteurs se soient orientés vers une histoire sociale et économique de la ville de Damas, la population de la ville bénéficiant de leur intérêt principal, et l'histoire de la ville n'étant abordée que comme l'indispensable fond du décor. C'est de cette manière que d'autres villes du Proche-Orient, Le Caire, en particulier, pour les mêmes raisons, ont d'abord donné lieu à des études d'histoire sociale. Cependant, bien que cela n'ait pas constitué leur objectif premier, C. Establet et J.-P. Pascual, grâce à leur parfaite connaissance du sujet, nous apportent sur la ville elle-même une moisson suffisamment riche pour que l'on puisse désormais attendre, avec patience, les études complémentaires qui suivront et qui seront facilitées par les jalons qui ont été ainsi posés. Tout ce qu'ils écrivent sur l'histoire de Damas, sur la structure de la ville, et en particulier sur sa géographie économique avec la localisation des activités, sur la répartition de l'habitat, est à la fois neuf et passionnant.

4Mais naturellement, ce livre nous apporte une abondance d'informations originales, riches de prolongements et de comparaisons significatives avec d'autres villes, sur la société civile damascène, dans ses diverses composantes (artisans, commerçants, ‘ulamā’), mais aussi sur l'élite militaire. C'est un travail de sociologues du passé qu'ils ont pu réaliser à partir d'une multitude de données patiemment collectées, déchiffrées, organisées et exploitées avec une perspicacité et une imagination qui leur ont permis de résoudre les innombrables difficultés rencontrées. Le tableau auquel ils parviennent est si riche qu'il faudrait pouvoir en citer tous les aspects : structure de la famille, caractères démographiques, organisation de la société, activités économiques sont ainsi abordés dans ce livre.

5C'est peu de dire qu'il s'agit d'un travail neuf par son objet, par la documentation utilisée, par les techniques mises en œuvre (en particulier dans le domaine de l'informatique). La découverte à laquelle ils nous convient au cours d'une enquête qui est un modèle de solidité, encouragera, j'en suis sûr, d'autres chercheurs à effectuer des recherches comparables sur d'autres villes du monde arabe.

6Ce remarquable travail s'inscrit dans la tradition de l'Institut français d'études arabes de Damas dont les publications, livre après livre, nous restituent l'histoire millénaire de la Syrie musulmane. Il témoigne aussi de l'activité du groupe de chercheurs qui, à Aix, dans le cadre de l'IREMAM, se sont attachés depuis une vingtaine d'années à l'étude des villes arabes.

7Ajouterai-je que le préfacier lui-même éprouve une très grande joie à saluer l'aboutissement du travail de deux historiens dont il a eu le privilège de suivre les recherches depuis de longues années. Il a eu tout autant de satisfaction à apprécier l'aisance et la maîtrise déployées par C. Establet et J.-P. Pascual : à partir d'une documentation en apparence aride, ils nous donnent un livre vivant dans lequel l'humour ne manque pas. On y voit battre, à chaque page, l'existence d'une population que l'on découvrira souvent si proche de celle qui continue à animer aujourd'hui les rues, les quartiers et les souks de Damas dont ils sont les familiers et à qui ils offrent un travail qui lui fait honneur.

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search