Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Waqf d'Ipšīr Pāšā à Alep (1063-1653)

 | 
Jean-Claude David

Conclusion générale. L’intégration a la ville contemporaine

Texte intégral

1L’ensemble des caractéristiques de la fondation d’Ipšīr Pāšā à Alep : le choix du site, l’adaptation des fonctions aux besoins, la planification préalable, le tracé géométrique régulateur, la spécifité de l’architecture et du décor..., reflètent une conception globale de l’urbanisme, qui prend en compte la plupart des besoins d’une population dans une conjoncture donnée.

  • 1 La trame orthogonale hellénistique, mise en évidence dans les villes de Syrie par J. Sauvaget, rés (...)
  • 2 De la même façon, la pratique des quartiers d’habitation, lotis au début de l’époque ottomane à Al (...)

2La réponse à ces besoins, généralement fournie dans la ville arabe par des interventions partielles, non concertées mais cohérentes, a été ici rationalisée en un projet global dont les éléments sont choisis et agencés non pas en fonction d’une théorie politique, philosophique ou religieuse qui prétendrait imposer une nouvelle conception de la ville, mais en s’inspirant des schémas existants et de la pratique de la ville1. Le vécu de ce centre de quartier planifié est absolument semblable à celui des centres nés de l’urbanisme spontané2.

3Le processus d’essence religieuse de la fondation en waqf, qui peut prendre des formes et des significations diverses, est ici l’instrument d’un urbanisme d’état, expression du pouvoir ottoman par l’intermédiaire de son représentant, le walī Ipšīr Pāšā. Le waqf supplée à la faiblesse des règlements et du contrôle sur la ville et à la quasi-absence de structures municipales. Ce type d’intervention du pouvoir n’a pas son équivalent tant dans sa forme que dans sa finalité, en Occident à la même époque, où les grandes opérations de l’urbanisme volontaire ne sont que de prestige et servent généralement de cadre et mise en valeur du palais.

4Cet ensemble monumental marqué par la personnalité de son fondateur, par les caractéristiques d’une époque et d’une population, est soumis au changement, confronté à l’épreuve de l’histoire.

5Au cours du xviiie et du xixe siècle, le cadre socio-économique évolue très lentement et l’équilibre traditionnel entre les besoins, le mode de vie et les formes de production est conservé tant bien que mal. De nouveaux besoins naissent auxquels répond une adaptation des structures.

6Une première rupture apparaît à la fin du xixe siècle avec l’ouverture de la ville et l’apparition de nouveaux équipements dans de nouveaux quartiers. Pourtant, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les quartiers anciens sont restés le noyau de la ville, contenant la majorité de ses habitants et de ses activités. Les nouveaux quartiers d’habitation, le nouveau centre et les quartiers industriels restent des appendices de la vieille ville et lui sont étroitement liés. Pour la grande majorité de la population, le mode de vie a très peu changé.

7La seconde rupture se produit au cours des années cinquante et se manifeste par l’éclatement de la ville : en quelques années est mise en place la trame urbaine actuelle et les embryons de tous les quartiers modernes. La ville, disposant de capitaux considérables, s’approprie un immense espace, hors de proportion avec ses besoins réels à l’époque : elle mettra trente ans à occuper à peu près totalement ces zones.

8L’appel de ce nouvel espace accélère le mouvement d’exode des habitants des quartiers anciens. Les premières grandes percées réalisées dans le tissu urbain entraînent la dégradation de vastes zones et accentuent la dévaluation de la vieille ville aux yeux des habitants.

9Le waqf Ipšīr Pāšā, comme l’ensemble des quartiers anciens, est alors soumis à différentes formes de changement :

  • Un mouvement lent qui tend à adapter les structures anciennes aux nouveaux besoins et qui se manifeste par la transformation de l’aspect des bâtiments soit par la dégradation des éléments anciens, soit par la reconstruction ou la rénovation complète de certaines parties.
  • Un mouvement d’urbanisme autoritaire qui vise à supprimer les vieilles structures pour les remplacer par d’autres, après destruction, complète ou partielle. Ces opérations sont motivées par le désir de modernité exprimé par « l’opinion publique ».
  • 3 Sur les conséquences des grandes percées modernes sur les quartiers anciens qu'elles traversent, v (...)

10Ce désir, réel et justifié dans une certaine mesure, se fonde dans son expression actuelle sur une méconnaissance profonde des réalités urbaines et des besoins. Il tient du fantasme beaucoup plus que du dessein réfléchi. Ainsi, le nouvel urbanisme proposé prétend satisfaire la population, non par une réponse adaptée à des besoins qui n’ont pas été définis, mais en lui offrant une nouvelle image de la ville, une conception de l’espace fondamentalement différente, rues larges et droites, immeubles hauts, découpage régulier, qui répond à ce fantasme. Cette conception repose sur une représentation sans nuances de la population urbaine d’Alep et de son niveau d’acculturation et ne tient absolument aucun compte de ses spécificités, ainsi que des caractéristiques climatiques du pays.3

  • 4 La conservation, refoulée, de certains aspects des mentalités traditionnelles peut devenir un élém (...)

11Il existe actuellement en Syrie, et à Alep surtout, un mouvement favorable à la conservation et à la restauration des quartiers anciens, opposé aux grandes opérations de prestige. Il se fonde sur des considérations socio-économiques, non-rentabilité financière des grands projets et coût social élevé, sur la valeur architecturale et historique de la vieille ville d’Alep, enfin sur la prise de conscience du besoin d’une référence au passé4.

  • 5 L’observateur étranger peut être tenté deporter sur la ville un jugement esthétique suivant ses pr (...)

12Nous ne prétendons pas résoudre le problème ici, mais, toutes considérations d’esthétisme ou de nostalgie 5 mises à part, on doit se demander si socialement et économiquement les structures anciennes répondent encore à certains besoins. La pratique actuelle semble donner une réponse positive. Malgré la désaffectation ou la transformation en entrepôts de certaines parties du waqf et l’installation d’activités artisanales ou de petite industrie peu adaptées au quartier, on constate certains mouvements d’intégration à des structures commerciales modernes développées hors du vieux quartier et le maintien de certaines activités traditionnelles, surtout commerciales, qui entretiennent l’animation dans le quartier et dans le waqf, fréquenté quotidiennement par une population variée : il existe encore une correspondance entre l’espace et sa pratique.

13Tout projet concernant ce quartier doit donc se fonder sur une analyse précise des activités actuelles : l’évolution spontanée des fonctions peut être considérée comme une réponse à des besoins non exprimés, adaptée aux possibilités du site et des structures.

Notes

1 La trame orthogonale hellénistique, mise en évidence dans les villes de Syrie par J. Sauvaget, résulte manifestement d’une théorie d’urbanisme « coloniale ». Elle n’a recouvert effectivement à Alep qu’une partie de la superficie intra-muros, notamment le centre administratif, commercial et religieux, laissant, sans doute, à l’urbanisme traditionnel les quartiers périphériques. Elle ne s’est maintenue vivante que pendant la période de domination étrangère. Elle ne demeure actuellement visible dans la madīna d’Alep que comme un squelette recouvert par le tissu sémitique qui a repris tous ses droits.

2 De la même façon, la pratique des quartiers d’habitation, lotis au début de l’époque ottomane à Alep selon une trame géométrique régulière, est identique à celle des quartiers nés du développement organique, apparemment aléatoire, de la ville.

3 Sur les conséquences des grandes percées modernes sur les quartiers anciens qu'elles traversent, voir J.-C. David, « Alep, dégradation et tentatives actuelles de réadaptation des structures urbaines traditionnelles », BEO, t. XXVIII, année 1975.

4 La conservation, refoulée, de certains aspects des mentalités traditionnelles peut devenir un élément positif dans le réaménagement de structures anciennes qui restent adaptées à ces mentalités.

5 L’observateur étranger peut être tenté deporter sur la ville un jugement esthétique suivant ses propres critères et de négliger l’analyse fonctionnelle fondée sur des critères techniques, économiques et sociologiques qui, seule, peut permettre d’établir si la ville ancienne est encore viable.

© Presses de l’Ifpo, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540