Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le Waqf d'Ipšīr Pāšā à Alep (1063-1653)

 | 
Jean-Claude David

Deuxième partie. Évolution et état actuel

B. L’état actuel du waqf Ipšīr Pāšā, la place du waqf dans le quartier et dans la ville, tendances actuelles de l’évolution

Full text

I. INVENTAIRE DES ACTIVITÉS

1. Les services et activités commerciales

  • 1 Les commerçants du sūq autrefois, surtout chrétiens, sont actuellement presque tous musulmans, mêm (...)

1Plusieurs fonctions et activités apparues successivement coexistent. Le centre de Ğudayda, autour du waqf Ipšīr Pāšā, était polyvalent : lieu de rencontre et de loisirs, lieu d’approvisionnement, lieu de travail pour les habitants du quartier. Actuellement la plupart de ces fonctions ont été modifiées ou déplacées. Le seul élément du waqf qui soit demeuré à usage strictement local est la mosquée. Agrandie en 1926, bien entretenue, elle est fréquentée par les commerçants du sūq1 et les habitants du quartier.

  • 2 Sauvaget, Alep, p. 227.

2La fonction commerciale s’est gonflée, profondément modifiée et différenciée : en 1979, les loyers des boutiques représentent 53 % des revenus bruts du waqf contre 23 % en 1164/1751, alors que les qaysariyyas ne représentent plus que 23 % des revenus contre 30 % et le ḫān 11 % contre 28 %. Un inventaire partiel des boutiques publié par J. Sauvaget 2 donne pour les côtés nord et est du waqf seulement cinq types de commerces vers 1930 alors qu’il y en a actuellement treize dans la même zone (voir tableau p. 78).

3Les deux types de commerces les plus représentés en 1930, fruits et légumes (41,7 % du total) et charbon de bois (27,8 %), ne représentent plus respectivement que 12,5 % et 3,1 %, alors que les bouchers, poissonniers et volaillers représentent 50 % et les commerces nouveaux, mercerie, pharmacie, bijouterie, pâtisseries, 12,5 %.

4Plusieurs faits participent à l’explication de ces changements : d’abord la quasi-disparition du charbon de bois dans la cuisine, remplacé par le pétrole puis le gaz butane. La baisse du nombre de marchands de fruits et légumes peut correspondre au développement des marchés en plein air dans beaucoup de quartiers et à l’ouverture d’épiceries et boutiques vendant des fruits et des légumes dans toute la ville, alors que les bouchers se sont moins dispersés.

  • 3 La viande de mouton de plus en plus chère est exportée en priorité. Les fonctionnaires, qui pouvai (...)

5L’augmentation du nombre des volaillers, très récente, est liée à celle du nombre d’élevages industriels de poulets, privés et gouvernementaux. Cette viande bon marché trouve facilement acheteur, en période de hausse des prix, dans toutes les classes de la société3.

6Il y a une très nette différence dans l’évolution et les caractéristiques actuelles des façades commerciales est et ouest du waqf : la plupart des boutiques à l’est et au nord sont occupées par des commerces traditionnels et, sauf exception, leurs locaux ont été peu modifiés et rarement modernisés, même s’ils ont changé d’affectation. Pour ceux-ci, bouchers de mouton, marchands de fruits et légumes, épiciers, ferblantiers ou marchands de charbon de bois, le cadre compte peu, il est juste un contenant et même dégradé et mal entretenu, il n’est pas un signe de pauvreté (voir tableau ci-dessous).

LES COMMERCES DANS LE WAQF IPŠĪR PĀŠĀ EN 1978

LES COMMERCES DANS LE WAQF IPŠĪR PĀŠĀ EN 1978
  • 4 Le bâtiment du madār nord-est a été désaffecté dans les années soixante puis utilisé pour un four (...)

7Dans cette même zone, les commerces d’alimentation qui ont vu leur volume d’activité augmenter à la suite des changements des habitudes alimentaires, poissonneries, boucheries de bœuf et volaillers, se différencient des autres par des devantures plus modernes, un intérieur généralement garni de carreaux, de faïence et une certaine recherche de la propreté4.

  • 5 La plupart des produits vendus à Ğudayda, viande, volaille, poisson, fruits, légumes, fromage, etc (...)
  • 6 Ce phénomène n’est pas tout à fait nouveau à Ğudayda, puisque J.G. Barbier du Bocage, en 1825, pré (...)

8Depuis la création des nouveaux quartiers à l’ouest et au nord à la fin du xixe siècle, les commerces d’alimentation ne s’adressent plus seulement aux habitants de l’ancien faubourg, mais à une clientèle beaucoup plus large, en majorité chrétienne ou bourgeoise, qui recherche la qualité, même à des prix un peu plus élevés5 et que la réputation du sūq de Ğudayda attire, même des nouveaux quartiers les plus éloignés du centre6.

9Les commerces de luxe, concentrés surtout sur le côté ouest du waqf, sont tous plus ou moins récemment installés dans des locaux non prévus pour eux. Ils correspondent à une fonction nouvelle dans le quartier. La plupart sont des bijoutiers (une dizaine). Il y a aussi un pharmacien, une mercerie, un marchand de tissus, un de toile cirée, un de lustres et de matériel d’éclairage, un marchand de meubles, un de laine à tricoter et un tailleur.

Plan 27. Fonction commerciale : les boutiques en 1980.

Plan 28. Fonction commerciale lors de la fondation du waqf (restitution approximative)

10Au contraire des boutiques traditionnelles des côtés est et sud, plus ou moins largement ouvertes sur la rue, celles-ci sont fermées par des vitrines modernes dont certaines ont été refaites récemment d’une façon plus ou moins luxueuse. Celles des bijoutiers sont exceptionnelles à Alep, avec l’air conditionné, un décor de marbre et de miroirs monté sur des profilés d’aluminium.

11Ces nouvelles activités sont directement liées par les rues commerçantes de sāḥat Farḥāt, bawwābat al-Qaṣab et Ekedoun au centre actuel du commerce de luxe et de nouveautés, tout proche, de bāb al-Farağ, cAbbāra et du sūq Tilal, à l’ouest.

12La pression du développement de ce centre se manifeste par la tendance à l’extension vers les autres parties du waqf et l’ensemble du nœud commercial de Ğudayda.

2. Les activités de fabrication

  • 7 Quelques métiers fonctionnent encore dans la qaysariyya Ğalabī et quelques dizaines dispersés dans (...)

13Des trois qaysariyyas, seule la plus grande conservait en 1979 une dizaine de métiers à tisser dans trois pièces qui sont parmi les derniers vestiges de cette activité à Ğudayda7.

  • 8 Un seul atelier peut occuper plusieurs pièces.

14Les pièces à l’étage dans les trois qaysariyyas sont presque toutes affectées à des activités artisanales : cordonnerie surtout dans les qaysariyyas sud et est, mais aussi travail du métal, petite chaudronnerie (fabrication de chauffe-eau et poêles à mazout), fonderie de bronze et d’alliages blancs, une fabrique de meubles et des ateliers liés à la bijouterie (dans la qaysariyya ouest)8.

15Les pièces au rez-de-chaussée sont soit désaffectées, soit utilisées comme entrepôts pour les commerçants du sūq voisin, soit annexées aux boutiques ou immeubles mitoyens, soit enfin utilisées comme ateliers pour les mêmes types d’artisanat qu’à l’étage, surtout dans les qaysariyyas est (cordonnerie et métallurgie) et ouest (métallurgie). Au total, les trois qaysariyyas regroupent plusieurs centaines d’emplois.

  • 9 Il y a deux autres ateliers de découpage de vitres et miroirs dans le quartier.

16L’ancien ḫān al-cAraṣa abrite aussi plusieurs ateliers : une menuiserie, une fabrique de sachets en papier et une miroiterie où travaillent plusieurs dizaines d’ouvriers9.

17Il y a enfin un atelier de confection à l’étage de l’immeuble construit entre 1976 et 1978 à la place de l’ancienne cour du café.

18Ces activités artisanales dispersées en une multitude de petits ateliers correspondent à la localisation traditionnelle des activités industrielles dans le faubourg nord. Elles répondent aussi à la présence de locaux disponibles, bon marché, souvent à proximité des lieux de vente, rue Tilal et cAbbāra pour les chaussures, bawwābat al-Qaṣab pour les chauffe-eau et poêles à mazout, cAziziyya pour les meubles et glaces.

  • 10 L’implantation de la miroiterie dans l’immeuble comme dans le quartier est médiocre. Elle fait fig (...)

19L’insertion de ces activités dans le tissu urbain comme dans le bâtiment et les locaux est relativement bonne, sans avoir la même qualité d’intégration profonde qu’avait l’activité textile10.

  • 11 L’ancien bâtiment du café après la vente aux enchères par le gouvernement de toutes les machines d (...)

20Toutes les activités décrites n’occupent que 70 % de la superficie du waqf. Des 30 % restant, 15 % sont des entrepôts généralement sous-utilisés et 15 % des espaces totalement désaffectés11.

21Ce type d’occupation des anciens bâtiments de l’artisanat et du commerce par des activités modernes, plus ou moins mécanisées, se retrouve dans plusieurs quartiers anciens d’Alep et notamment dans la madīna et correspond à un phénomène courant dans les pays sous-développés : on commence par adopter les machines modernes en gardant la structure traditionnelle et les vieux bâtiments. Ceci est surtout vrai dans un pays comme la Syrie où pèse la menace des nationalisations.

22Si les investissements industriels privés étaient encouragés, les impératifs de stockage, de sécurité, de lumière, de non-pollution, d’agrément du cadre, de circulation, la nécessité de disposer de grandes quantités d’eau amèneraient la construction de bâtiments modernes hors agglomération (c’est ce qui s’est passé à Alep dans les années cinquante, avec la construction des trois grandes zones industrielles sur la route de cAfrīn, celle de Musilmiyya et celle de Dayr al-Zūr).

  • 12 Actuellement, la plupart des zones industrielles constituées après 1963 sont occupées par des atel (...)

23Cette modernisation augmenterait les frais généraux, transport des ouvriers, gestion des bâtiments, administration, remboursement des prêts et rendrait l’industrie nouvelle moins concurrentielle vis-à-vis des industries européennes12.

24L’utilisation actuelle des locaux anciens, bien que transitoire, n’est pas négative : elle oblige à un minimum d’entretien des bâtiments et préserve une activité et une vie relativement peu différentes de celles d’autrefois. La modicité des frais généraux permet le maintien de fabrications locales variées qui, autrement, disparaîtraient devant la pression des importations.

II. LE DÉCOR ET L’ARCHITECTURE

25Au xviie siècle, l’architecture et le décor des bâtiments du waqf sont adaptés aux fonctions. Le décor est en général bien intégré à l’architecture ; il signale les éléments d’accès et de contact et souligne la hiérarchie des fonctions.

26Au cours des cent dernières années, pendant que les activités et les fonctions évoluaient ou se dégradaient, le décor comme l’architecture et le matériau perdaient leur signification.

  • 13 La pierre est encore omniprésente dans l’architecture contemporaine à Alep, mais sa mise en œuvre (...)

27Actuellement, la pierre ancienne n’apparaît plus que comme un élément de médiocrité. Sale, usée, rugueuse, pauvre, elle doit être cachée13. Après une période d’indifférence au cours de laquelle cette dégradation s’est opérée, il y a eu une prise de conscience de cet état. De nouveaux matériaux : plastique, aluminium, verre, bois, faïence, peinture, sont maintenant utilisés qui forment un placage et camouflent l’ancienne structure de pierre.

  • 14 Même l’intérieur de la mosquée a été entièrement badigeonné de peinture verte brillante, qui corre (...)

28L’aspect brillant, lisse, lustré est très important, ainsi que la couleur qui doit être vive14. On constate aussi le développement de l’information écrite, des enseignes lumineuses, de l’utilisation de l’électricité.

29Ces techniques et matériaux nouveaux importés participent au façonnement d’une nouvelle sensibilité esthétique de la population, répondent à une expression différente de son besoin de « beauté » et accompagnent l’évolution des mœurs commerciales.

  • 15 Le mobilier traditionnel des boutiques et des autres équipements, essentiellement réduit et léger, (...)

30La publicité a fait son apparition ; le décor doit être raccoleur, influencer le client de loin, dans la rue, alors qu’autrefois celui-ci n’était en contact avec le produit que devant ou dans la boutique. Maintenant, le cadre compte autant que le produit présenté. Le luxe, la modernité, la sophistication de l’équipement, la présence de « l’air conditionné » plus que des éléments de confort sont des signes qui font vendre15.

III. LA DÉGRADATION DU CADRE ET SA PERCEPTION PAR LA POPULATION

31Bien que les immeubles d’Ipšīr Pāšā soient toujours gérés par le ministère des Waqfs, leurs statuts sont bien différents de ceux des anciens waqfs. Le système traditionnel d’entretien par prélèvement annuel sur les revenus peut expliquer que la quasi-totalité des bâtiments fondés en 1653 nous soit parvenue en assez bon état. Actuellement, leur entretien est à la charge du locataire qui ne veut pas faire de dépenses pour des locaux dont il n’est que l’occupant temporaire. La menace de démolition de la moitié est du waqf et de tout le quartier à l’est par une percée de 30 m de large et de 110 m d’emprise ajoute à la précarité de l’occupation et peut être un élément d’explication de la différence de qualité de l’entretien entre l’est et l’ouest du waqf.

  • 16 Par exemple, les espaces publics et semi-publics, rues ou cours des immeubles, servent de dépotoir (...)

32Les changements de fonction, la perte de signification de l’architecture et du décor ancien, le mépris dans lequel est tenu tout ce qui n’est pas moderne, le non-respect de ce qui est public ou collectif 16, la médiocrité de l’entretien de la voirie, le mélange des circulations traditionnelles et de l’automobile, l’apparition d’activités polluantes, comme les abattoirs de poulets, entraînent une dégradation générale du cadre, accentuée par le fait que celui-ci est ressenti comme inadapté aux besoins à cause des difficultés d’accès et de l’absence d’espaces de stationnement pour les automobiles.

33Ces défauts d’aménagement et d’entretien sont perçus comme des défauts intrinsèques, inhérents à la nature des structures anciennes et non comme le produit d’une évolution et d’un état conjoncturel.

IV LA DISLOCATION DES RÉSEAUX D’ÉCHANGE SOCIO-PROFESSIONNELS ET ÉCONOMIQUES ET L’ÉCLATEMENT DU SYSTÈME DE COMMUNICATIONS

34Un des aspects fondamentaux de l’évolution actuelle est la destruction des cloisonnements traditionnels et l’affaiblissement des réseaux de relations dans les vieux quartiers, remplacés par d’autres à l’échelle de la ville moderne.

  • 17 Beaucoup d’artisans travaillaient à domicile, surtout les femmes spécialisées dans le filage. Des (...)

35Pour les anciens habitants, l’horizon normal de la vie quotidienne dépassait rarement les quartiers desservis par le même centre. Le tisserand, qui travaillait dans une des qaysariyyas du waqf Ipšīr Pāšā, habitait sans doute dans un rayon de 500 m et trouvait il proximité de son lieu de travail et de son logement17 tous les services nécessaires pour lui et sa famille. Ses déplacements en dehors du quartier se limitaient à un passage périodique dans la madīna, pour livrer sa marchandise au mucallim, recevoir son salaire, prendre les commandes et la matière première.

  • 18 Berardi, Espace et ville en pays d’islam, p. 111.

36Son épouse et les autre femmes de la maison pouvaient sortir pour aller à la fontaine, au ḥammām ou rendre visite à d’autres femmes, voisines, amies, parentes, rarement en dehors du quartier. Exceptionnellement elles pouvaient avoir à se déplacer jusqu’aux sūqs de la madīna pour certains achats. Pour des fêtes et à certaines occasions, la famille se rendait hors de la ville et passait la journée dans les jardins ou les cimetières. C’était l’une des rares possibilités pour les femmes de sortir du quartier et de la ville. Qu’elles soient musulmanes ou chrétiennes elles ne sortaient qu’enveloppées de leur voile, « enfermant le corps dans une portion de harim portatif »18.

  • 19 Nous avons vu que le centre de Ğudayda, comme la plupart des centres de quartier, ne comporte pas (...)

37Le bourgeois circulait un peu plus, d’abord parce que son lieu de travail pouvait se trouver dans la madīna19. Mais sa femme restait soumise aux mêmes limites que celles des autres classes sociales.

  • 20 Ce sont les immigrants chrétiens ou kurdes musulmans de Mardïn, venus nombreux à Alep après la Pre (...)

38La démolition des portes de quartier après l’insurrection de 1818-19 n’a pas pu supprimer les solidarités dont elles n’étaient qu’une expression. Seuls les changements de population à partir des dernières décennies du xixe siècle, le déplacement des chrétiens indigènes vers les nouveaux quartiers et leur remplacement d’abord par des immigrants arméniens ou mardelli20, puis par des musulmans alépins ou ruraux arabes, puis kurdes, ont réussi à réduire des solidarités complexes à de simples relations de voisinage.

39L’évolution du mode de vie a entraîné des modifications importantes dans les besoins de la population et donc dans l’organisation de la ville et la répartition géographique de ses fonctions ; l’explosion urbaine et le développement de l’automobile et des transports en commun ont changé l’échelle des distances.

40Les fonctions autrefois regroupées dans le quartier et dans son centre se sont dispersées : les lieux de loisir et de rencontre qui remplacent le café et le ḥammām, cafés et cinémas surtout, se sont multipliés et différenciés ; de plus, ils se sont déplacés plusieurs fois en cent ans et sont actuellement répartis entre les localisations de la fin du xixe siècle : bāb al-Farağ, bustān Kulab, celles du temps du mandat français et des années cinquante, rue Baron, rue Quwwatlī et celles plus récentes de cAzīziyya, maḥaṭṭat Baġdād et de l’avenue Sacdallāh al-Ğābirī, sans compter certaines localisations anciennes encore vivantes, autour de la citadelle, par exemple.

  • 21 Il serait, par exemple, impensable de redonner actuellement vie à l’ancien café du waqf Ipšīr Pāšā (...)

41Ils ne s’adressent plus aux habitants d’un quartier mais à certains groupes sociaux21.

42Dans les quartiers d’habitation qui comprennent des activités artisanales ou industrielles, comme Ğudayda, la plupart des travailleurs n’habitent plus le quartier ; ils n’y font pas leurs achats quotidiens d’alimentation, mais plutôt près de leur logement ou dans un sūq meilleur marché situé sur leur chemin ou proche du terminus de transport en commun qu’ils empruntent. Ils peuvent passer leurs loisirs dans un des cafés ou des cinémas du centre, plus ou moins loin de chez eux et de leur lieu de travail.

43La ville tend à se morceler en quartiers industriels, quartiers bourgeois, quartiers populaires urbains, quartiers d’immigrants d’origine rurale, avec un centre ville composite et tentaculaire. Des nuances multiples et complexes affectent cette classification rudimentaire.

V. EXISTE-T-IL UN CIRCUIT SOCIO-ÉCONOMIQUE AUTONOME, PROPRE AUX QUARTIERS ANCIENS ?

  • 22 Milton Santos, L’espace partagé, Paris, 1975.

44Dans les villes d’Amérique latine, Milton Santos constate une coupure profonde entre « un circuit économique supérieur » moderne, directement issu de la modernisation technologique et assurant l’essentiel des relations économiques de vaste portée spatiale et « un circuit inférieur » groupant les activités de petite dimension, trouvant ses racines dans les populations pauvres, assurant l’essentiel des échanges au niveau local22.

45A Alep, le waqf Ipšīr Pāšā et le centre de Ğudayda paraissent constituer une frontière ou une ligne de contact entre un ensemble de quartiers riches, avec des activités modernes, occidentalisées à l’ouest, une ville traditionnelle, orientale, pauvre à l’est, et se partager entre ces deux mondes.

46Cette opposition apparente n’est pas vraiment fondamentale : la pénétration progressive ou brutale de la modernisation dans les quartiers anciens est aussi forte que l’influence de la tradition dans les structures modernes. Presque toutes les activités à l’ouest ou à l’est du waqf sont marquées par la modernisation et liées au circuit économique général.

47L’originalité de la Syrie par rapport aux pays d’Amérique latine analysés par Milton Santos est la persistance d’une classe nationale de petits entrepreneurs qui ne dépend en rien dans son financement des grands circuits capitalistes.

48Les industries exportatrices ne sont pas seulement les grandes unités nationalisées mais aussi les petits ateliers, souvent localisés dans la vieille ville ou dans des quartiers mixtes, habitat-industrie, équipés de quelques machines modernes qui fabriquent bon marché et vendent dans les pays arabes, l’Union Soviétique et l’Europe de l’Est, et parfois l’Occident. Les entrepreneurs les plus dynamiques peuvent être issus des milieux les plus traditionalistes et conserver eux-mêmes un mode de vie et une mentalité peu différentes de celle de leurs parents.

49Le secteur artisanal, qui conserve des structures de production plus moins traditionnelles, peut dépendre d’entrepreneurs capitalistes locaux pour qui il n’est qu’une possibilité d’investissement parmi d’autres, la diversification et même l’émiettement des investissements étant une pratique courante.

50Les ateliers actuellement installés dans le waqf Ipšīr Pāšā ne travaillent pas pour l’exportation, mais la quasi-totalité de leur production, qui copie des modèles étrangers, est commercialisée dans les magasins du centre moderne. Par exemple, les chaussures actuellement fabriquées dans les anciennes qaysariyyas du waqf, suivant des modèles occidentaux, avec des machines importées, par des travailleurs dont le type de dépendance et de rapport réciproque est tout à fait différent de celui des anciens artisans, sont vendues dans les magasins modernes du nouveau centre, rue Tilal et à cAbbāra, tout proche.

51Il existe en fait plusieurs niveaux socio-économiques de production et de distribution qui correspondent à différentes étapes dans un même circuit économique aux ramifications complexes et imprévisibles.

52Dans le cas précis du waqf Ipšīr Pāšā, comme dans beaucoup d’autres structures traditionnelles, c’est la forme des bâtiments, le découpage des pièces, leur volume, leur aspect, leurs accès qui conditionnent certaines formes d’utilisation, apparemment proches de l’utilisation traditionnelle. La contrainte des murs est assez forte pour donner l’illusion de structures anciennes relativement indépendantes de la ville moderne, alors qu’elles sont en réalité totalement intégrées.

VI. LES OPÉRATIONS D’URBANISME

53De même que la maison traditionnelle est généralement appréciée par ses habitants, ces structures sont souvent estimées par leurs utilisateurs. L’opinion publique, au contraire, n’a pas conscience de ces aspects positifs et de cette intégration. Elle se fonde sur l’apparence de dégradation et de désadaptation pour rejeter en bloc toutes les structures traditionnelles, ressenties comme des contraintes dont on veut se libérer par une modification profonde ou par la démolition.

54Jusqu’à maintenant, dix pour cent de la superficie des quartiers anciens d’Alep ont été touchés par les destructions. Il s’agit surtout des grosses opérations de l’urbanisme municipal ; percées pour de nouvelles rues et démolition de zones pour les opérations de « restructuration » du centre. Les interventions privées, ponctuelles sont peu nombreuses et touchent de petites superficies, sauf sur les marges des quartiers anciens.

55Les projets actuels dans le centre et les quartiers anciens reposent sur la création de voies modernes de 30 m de large pour la circulation automobile rapide. Ces voies doivent être bordées de rez-de-chaussée commerciaux et d’immeubles blocs destinés à l’habitation ou aux fonctions tertiaires. Le projet de percée à travers l’ancien faubourg nord, sur un kilomètre de long, qui touche le waqf Ipšīr Pāšā entraînerait la création de plusieurs centaines de boutiques.

  • 23 Il est évident que certains choix d’importations de biens de consommation ont un impact direct sur (...)

56Ces grandes opérations sont attendues et souhaitées par les propriétaires de terrains ou d’immeubles, comme l’instrument de la revalorisation foncière et l’occasion de profits privés importants. Les constructions anciennes ne sont plus alors considérées comme des biens d’usage mais uniquement comme un capital. La rénovation immobilière apporte un bienfait non pas à l’utilisateur, habitant, artisan, commerçant, dont les conditions de vie offerte par le nouveau cadre sont souvent moins bonnes et plus coûteuses que dans l’ancien, mais au propriétaire ainsi qu’aux architectes entrepreneurs et promoteurs. Le droit à la plus-value est d’ailleurs revendiqué très clairement par cette catégorie de la population et ses représentants23.

57L’amélioration des conditions d’accessibilité des quartiers anciens par les percées correspond aussi à une volonté de contrôle de la population et vise à détruire les solidarités locales. Ces opérations ont des points communs avec l’urbanisme haussmanien, pratiqué dans la France des grandes révolutions urbaines, au cours de la seconde moitié du xixe siècle.

58Une justification politique manichéiste est aussi donnée à ces opérations : le quartier ancien est considéré comme le symbole et le réceptacle de la réaction politique et sociale, donc du Mal. La modernisation par l’occidentalisation est présentée comme la réponse au désir du peuple et donc le Bien.

59On remarque une certaine similitude entre les motivations des projets d’urbanisme actuels et les préoccupations d’Ipšīr Pāšā dans la fondation de son waqf : raisons de sécurité, amélioration des équipements de service, recherche du profit et du prestige individuel ou collectif, propagande politique sont les justifications des grandes opérations d’urbanisme dans les quartiers anciens.

60Il y a cependant plusieurs différences fondamentales entre les opérations actuelles et celle d’Ipšīr Pāšā : en 1653, le wāqif désirait renforcer un état, améliorer un quartier par une intervention ponctuelle. Actuellement, on souhaite surtout supprimer un état ancien. En 1653, la rentabilité financière et l’intégration allaient de pair : le projet devait être rentable et répondre à un besoin, à une demande locale. Les projets actuels sont fondés sur des études de rentabilité économique et urbanistique, qui ne sont que des justifications a posteriori, ne correspondent pas à la réalité et ne donnent pas une réponse à des problèmes d’intérêt collectif. Les projets actuels font référence au mode de vie et au système économique occidental.

61L’aspect de prestige, par exemple, n’est plus fondé sur une harmonie interne mais sur la largeur des rues, la hauteur des immeubles et sur des équipements ostentatoires.

62Il n’est pas évident que ce genre de projet soit adapté aux besoins de la ville et encore moins du quartier. Dans l’état actuel de dynamisme très modéré de l’économie alépine, la création de locaux commerciaux et de bureaux par milliers ne se justifie pas. En admettant une évolution de la conjoncture et une augmentation de la demande de locaux pour les activités tertiaires, le site proposé pour le développement du centre, aux dépens des quartiers anciens, n’est pas adéquat, en particulier pour des raisons d’accessibilité.

Notes

1 Les commerçants du sūq autrefois, surtout chrétiens, sont actuellement presque tous musulmans, même si la clientèle reste chrétienne en majorité,

2 Sauvaget, Alep, p. 227.

3 La viande de mouton de plus en plus chère est exportée en priorité. Les fonctionnaires, qui pouvaient en manger plusieurs fois par semaine vers 1955-1960, n’en consomment plus que pour les fêtes. Elle est remplacée parfois par la viande de bœuf ou de veau moins chère et surtout par le poulet et les œufs, demeurés bon marché grâce aux élevages industriels.

4 Le bâtiment du madār nord-est a été désaffecté dans les années soixante puis utilisé pour un four à pain et repris récemment comme laboratoire et magasin d’une pâtisserie. L’atelier lui-même est réparé, repeint, entretenu ; son ancien plafond de solives a été remplacé en 1979 par un plafond en béton. Le magasin est le plus moderne de la face est du waqf avec une vitrine fermée, en glaces et profilés d’aluminium, un intérieur garni de carreaux de faïence, sans ostentation.

5 La plupart des produits vendus à Ğudayda, viande, volaille, poisson, fruits, légumes, fromage, etc., sont de 5 à 30 % plus chers que ceux que l’on trouve dans d’autres sūqs fréquentés par une clientèle plus populaire, à bāb al-Ğinān par exemple.

6 Ce phénomène n’est pas tout à fait nouveau à Ğudayda, puisque J.G. Barbier du Bocage, en 1825, précise que c’est dans ce sūq que les Européens habitant à Alep (dans les ḫāns de la madīna surtout, puis à Kattāb après le tremblement de terre de 1822) viennent chercher le vin et la viande nécessaires à leur consommation. Cette habitude des étrangers de fréquenter le sūq du quartier chrétien, sans doute ancienne, existe encore actuellement.

7 Quelques métiers fonctionnent encore dans la qaysariyya Ğalabī et quelques dizaines dispersés dans les autres qaysariyyas du faubourg nord. Au total, il ne reste plus que quelques centaines de métiers manuels à Alep, alors qu’en 1956, on en comptait encore, suivant la demande, 4 500 à 7 000 en activité.

8 Un seul atelier peut occuper plusieurs pièces.

9 Il y a deux autres ateliers de découpage de vitres et miroirs dans le quartier.

10 L’implantation de la miroiterie dans l’immeuble comme dans le quartier est médiocre. Elle fait figure d’élément parasite, par la construction d’un bâtiment de 100 m2 dans la cour du ḫān ; l’accès pour les camions de livraison des glaces est peu pratique et leur passage, bien que peu fréquent, est gênant pour les commerçants, riverains et clients des sūqs du quartier établis dans des rues relativement étroites.

11 L’ancien bâtiment du café après la vente aux enchères par le gouvernement de toutes les machines de la minoterie, plusieurs pièces de la qay- sariyya sud et l’ancien moulin Šakkūr à l’ouest.

12 Actuellement, la plupart des zones industrielles constituées après 1963 sont occupées par des ateliers de réparation de véhicules.

13 La pierre est encore omniprésente dans l’architecture contemporaine à Alep, mais sa mise en œuvre et son utilisation sont différentes.

14 Même l’intérieur de la mosquée a été entièrement badigeonné de peinture verte brillante, qui correspond au goût des utilisateurs, à leur idée de la propreté et du modernisme.

15 Le mobilier traditionnel des boutiques et des autres équipements, essentiellement réduit et léger, mobile, amovible, en matériaux périssables, bois, cuir, tissus, etc., a totalement disparu ; entre autres, tout l’aménagement intérieur du café et les systèmes d’ouverture des boutiques.

16 Par exemple, les espaces publics et semi-publics, rues ou cours des immeubles, servent de dépotoir temporaire. Le système de couverture du sūq sud, qui menace de s’effondrer, n’est pas entretenu ni réparé...

17 Beaucoup d’artisans travaillaient à domicile, surtout les femmes spécialisées dans le filage. Des artisans célibataires pouvaient loger dans leur lieu de travail.

18 Berardi, Espace et ville en pays d’islam, p. 111.

19 Nous avons vu que le centre de Ğudayda, comme la plupart des centres de quartier, ne comporte pas de fonctions supérieures, négoce, grand commerce, administration, etc., presque toutes concentrées dans la madīna et alentour.

20 Ce sont les immigrants chrétiens ou kurdes musulmans de Mardïn, venus nombreux à Alep après la Première Guerre mondiale.

21 Il serait, par exemple, impensable de redonner actuellement vie à l’ancien café du waqf Ipšīr Pāšā sur des bases traditionnelles, car les habitudes de fréquentation, perdues depuis longtemps, sont très difficiles à recréer et parce que la localisation ne répond plus à un besoin actuel.

22 Milton Santos, L’espace partagé, Paris, 1975.

23 Il est évident que certains choix d’importations de biens de consommation ont un impact direct sur l’urbanisme : la décision récente d’importer plusieurs dizaines de milliers d’automobiles neuves contient implicitement la volonté de sacrifier les quartiers anciens à un nouveau mode de vie et à des profits privés

List of illustrations

Title LES COMMERCES DANS LE WAQF IPŠĪR PĀŠĀ EN 1978
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7450/img-1.jpg
File image/jpeg, 182k
Caption Plan 27. Fonction commerciale : les boutiques en 1980.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7450/img-2.jpg
File image/jpeg, 58k
Caption Plan 28. Fonction commerciale lors de la fondation du waqf (restitution approximative)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7450/img-3.jpg
File image/jpeg, 41k

© Presses de l’Ifpo, 1982

Terms of use: http://www.openedition.org/6540