Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Waqf d'Ipšīr Pāšā à Alep (1063-1653)

 | 
Jean-Claude David

Deuxième partie. Évolution et état actuel

A. L’évolution des fonctions en liaison avec les changements dans le quartier et les transformations de la ville

Texte intégral

I. DE 1063/1653 A 1248/1832 : L’ÉVOLUTION HISTORIQUE ET SOCIO-ÉCONOMIQUE, LES ÉVÉNEMENTS CONCERNANT ALEP

  • 1 Abdel Nour, Habitat et fonctions, p. 88.

1Jusqu’au début du xixe siècle, la ville se développe mais, « contrairement à la lente hausse démographique du xviie siècle, qui était une manifestation de prospérité économique, le gonflement du xviiie siècle est maladif et se nourrit de l’apport massif d’une population rurale en quête de refuge et de pain »1.

  • 2 Ġazzī, Nahr, pp. 293 et 329 à 334 ; Abdel Nour, Habitat et fonctions, pp. 330 à 344, 416 à 420, 47 (...)
  • 3 Ġazzī, Nahr, p. 293. Le tremblement de terre qui a affecté Damas et les villes du sud de la Syrie (...)

2A la hausse permanente du coût de la vie et aux pénuries alimentaires2 s’ajoutent des calamités naturelles qui font date pour plusieurs générations : peste, choléra, tremblements de terre, notamment celui de 1 135/1 723, qui passe pour avoir « détruit la plupart des maisons d’Alep et tué la plupart de ses habitants »3.

3La période est encore dominée, à l’intérieur, par le problème des janissaires qui ne sera résolu qu’en 1241/1825 et, à l’extérieur, par les guerres avec la Perse.

4Pourtant, Alep demeure jusqu’au milieu du xviiie siècle le principal marché de tout le Levant. A la fin du siècle, malgré les progrès de Smyrne, les atteintes portées à son commerce oriental par les guerres avec la Perse et la concurrence des négociants européens, elle reste un centre très actif.

5A. Russel en fait, vers 1750, le tableau d’une ville encore florissante. Son économie repose toujours sur les productions de son artisanat, le commerce régional et les échanges avec l’empire. Ce rôle de l’artisanat est visible dans la part qu’ont les qaysariyyas situées pour la plupart dans le faubourg nord dans les waqfs fondés à cette époque :

  • le waqf de cUṯmān Pāšā, en 1730, comprend quatre grandes qaysariyyas dans le faubourg nord ;
  • le waqf d’Aḥmad Afandi Ṭāha Zāda (Ğalabi) de 1769 comprend trois grandes et une petite qaysariyyas dans le faubourg nord ;
  • le waqf de Ḥāğğ Mūsā al-Amīri de 1763 comprend trois grandes qaysariyyas dans le faubourg nord et d’autres dans des quartiers intra-muros4 ;

6qui a affecté Damas et les villes du sud de la Syrie

  • le waqf de Muḥammad Āġa al-Sayyàf Ibn Ibrāhīm (1195/1781) comprend une grande qaysariyya dans le faubourg nord ;
  • le waqf d’Ibrāhīm Āġa al-Sayyâf, antérieur, comprend une grande qaysariyya dans le faubourg nord5 ;
  • le waqf de Ḥiğāzī Ġannām (avant 1793) comprend une grande qaysariyya dans le faubourg nord.

7Au cours de la première moitié du xixe siècle, la dégradation de la situation économique s’exprime, entre autres, par la diminution du nombre de métiers à tisser. Un signe en est la rareté des qaysariyyas dans les waqfs fondés à cette époque. On note dans le faubourg nord :

  • dans le waqf Ismācīl Šarīf (1265/1849) une grande qaysariyya ;
  • dans le waqf d’Ibrāhīm Harīrī (1266/1850) une grande qaysariyya6.

8Ce sont des qaysariyyas construites antérieurement (généralement au xviie siècle), soit rachetées, soit usurpées au détriment de waqfs plus anciens.

  • 7 Ch. Issawi, Book of readings, p. 43.
  • 8 Il y aurait eu 12 000 métiers à tisser, vers 1820, d’après Barbier du Bocage ; cité p. 16, n. 5.

9Charles Issawi7 note une baisse 93 % de la valeur de la production des métiers à tisser entre 1812 et 1856. Il donne pour 1812 le chiffre de 40 000 métiers, qui paraît excessif8.

  • 9 H. Guys, Un derwiche nigérien en Syrie, Paris 1850, p. 109.

10H. Guys9 donne un chiffre maximum de 16 à 20 000 métiers et une baisse de 90 % de leur nombre jusqu’en 1840. Sa description d’Alep en 1840, certainement exagérée, est pourtant éloquente : « les locaux industriels et commerciaux sont pour la plupart tombés en ruines ou abandonnés. »

  • 10 Plusieurs qaysariyyas ont conservé jusqu’à nos jours la rangée de corbeaux en pierre, destinés à s (...)

11Un second tremblement de terre important, celui de 1237/1822, a coïncidé avec ce ralentissement des activités de production. Beaucoup de qaysariyyas du faubourg nord, partiellement détruites, n’ont jamais été rebâties. On s’est contenté de réparer ce qui en restait10

12La récession économique est accompagnée de troubles sociaux et politiques divers qui lui sont plus ou moins liés, notamment en 1818-19, une violente insurrection populaire suivie du siège de la ville par le wālī Ḥuršīd Pāšā, au cours duquel plusieurs quartiers du faubourg nord sont partiellement détruits ou incendiés : qasṭal al-Ḥarāmī, zuqāq al-Ṭawīl, Aqyūl, Šayḫ Yabraq.

  • 11 Sauvaget, Alep, p. 238.

13Les portes des quartiers sont alors supprimées, « geste qui annonçait des temps nouveaux »11.

  • 12 Au cours d’une manifestation de catholiques, dix-sept chrétiens sont tués par la garde du wālī alo (...)
  • 13 Abdel Nour signale un exode des chrétiens vers Smyrne à la fin du xviiie siècle et vers Beyrouth a (...)

14L’agitation confessionnelle et la rivalité entre les orthodoxes et les catholiques atteint son point culminant en 1234/181812. L’évêque orthodoxe reste le seul représentant des « Roum » jusqu’à l’occupation égyptienne en 1248/183213.

Changements dans le waqf

15Au cours de cette longue période d’évolution et de troubles, de 1653 à 1832, l’équilibre traditionnel entre les besoins, le cadre de vie et les modes de production est conservé tant bien que mal. Aussi les changements restent-ils peu importants dans les bâtiments du waqf.

  • 14 Peut-être à la suite du tremblement de terre de 1135/1723.

16Dans le relevé de comptes de 1753 apparaissent deux aménagements nouveaux, le madār (moulin) et la cadasa (moulin à lentilles) que nous avons décrits, qui occupent des superficies assez importantes, entre 100 et 180 m2, et nécessitent une redistribution partielle de l’espace14.

  • 15 Les habitants de la ville ont tous dans une pièce ou une cave un grenier (canbar) formé d’une cais (...)
  • 16 Peut-on utiliser le madār et le four comme signes urbains, critères d’estimation de l’accroissemen (...)

17Tous deux sont des équipements de première nécessité et, au même titre que les fours15, sont à la source de l’alimentation quotidienne. Une augmentation de leur nombre au xviiie siècle peut répondre à la densification de la population dans les quartiers urbains16.

18Les deux tremblements de terre ont certainement eu un impact sur le waqf par les destructions qu’ils y ont provoqué, sans doute importantes mais difficiles à préciser.

II. DE 1832 A 1958

  • 17 En partie à cause de mesures autoritaires de modernisation, du système de corvée mis en pratique p (...)

19L’occupation égyptienne de 1832 à 1840, mal acceptée par les Syriens et notamment par les Alépins17, apporte une certaine sécurité, un progrès de l’hygiène avec la création de l’hôpital militaire, premier hôpital moderne à Alep, une nouvelle ouverture aux Européens, un changement dans l’équilibre des communautés religieuses par le soutien ouvert aux chrétiens qui vont, entre 1831 et 1869, construire ou reconstruire toutes leurs églises, une modernisation de l’administration avec la construction d’un nouveau sérail.

20C’est au cours des trente dernières années du siècle que s’amorce la reprise d’urbanisation qui s’exprime par la création de nouveaux quartiers à partir de 1868 et la décision en 1311/1893 d’aménager l’ancien fossé de l’enceinte nord en un boulevard moderne. C’est aussi en 1891 qu’est créé le premier lycée officiel.

21Cette ouverture à l’Occident est aussi, et de plus en plus, une ouverture économique et technologique, avec la formation d’une nouvelle classe de commerçants, agents financiers, pour le commerce local et extérieur (kūmisiūnğī) et la création de l’école professionnelle en 1868.

  • 18 Ch. Issawi, Book of readings, p. 289.

22L’industrie commence à se moderniser : en 1900, il y a à Alep cinquante machines Jacquard pour le tissage de la soie, trois usines à glace, quelques automobiles d’occasion et cinq neuves, un métier à tisser mécanique d’occasion, de fabrication anglaise, inutilisé faute de connaissances techniques, quatre petits métiers (Chemnitz) d’occasion pour l’école technique gouvernementale fondée en 1285/186818.

23Le chemin de fer est inauguré en 1905 et un bâtiment est en construction pour abriter la municipalité à partir de 1907.

24La première tentative d’adduction d’eau moderne, avec tuyaux de fonte, réservoir et pompe à vapeur est réalisée en 1917 pour faire face aux défaillances du réseau médiéval.

25En 1929, apparaît l’électricité qui entraîne une nouvelle modernisation de l’industrie, avec les minoteries électriques et les ateliers de tissage, et de l’urbanisme, avec la création du tramway qui nécessite une rectification et un élargissement de certaines voies, ainsi que de nouvelles percées à travers le tissu urbain ancien.

  • 19 Godard, cité par J.-C. David dans Les paysages d’Alep, thèse dactylographiée, Lyon 1971, p. 79.
  • 20 A.R. Hamidé, La ville d’Alep, étude de géographie urbaine, Paris 1959, pp. 235-236

26Pourtant en 1938, les trois quarts de la production des tissages est encore le fait des métiers manuels19 et, en 1951, le nombre de métiers traditionnels encore en activité variait suivant la demande de 4 500 à 7 000 (12 000 travailleurs, tisserands, ourdisseurs, trameurs, gommeurs, apprêteurs)20.

  • 21 Cité par E. Longuenesse, La classe ouvrière urbains en Syrie, d’après A. Hanna.

MÉTIERS MANUELS A ALEP21

MÉTIERS MANUELS A ALEP21

Changements dans le waqf

27Les changements dans le waqf Ipšīr Pāšā, en liaison avec ces bouleversements, sont de plus en plus nombreux et importants à partir de l’occupation égyptienne.

  • 22 Aux dires de certains habitants du quartier, les boutiques auraient été créées plus tôt, vers 1830 (...)

28C’est au cours de la seconde moitié du xixe siècle que le ḫān perd sa fonction de halle aux grains pour devenir un entrepôt de charbon de bois, de bois à brûler et d’autres produits. Il est aussi amputé d’une partie de sa superficie couverte, pour la création de boutiques sur la rue ouest22, tandis que les boutiques en façade sur sāhat al-Ḥaṭab, au nord, sont consacrées à la vente de détail du charbon de bois.

29Y a-t-il alors un changement général dans la commercialisation des céréales ou s’agit-il d’un phénomène local affectant seulement le ḫān de Ğudayda mais non ceux de Bānqūsā ou de bāb Anṭākya ?

30En tout cas, c’est l’un des premiers signes de l’évolution qui va affecter les anciens centres de quartier, polyvalents et autonomes, et les transformer en des éléments spécialisés d’une fonction commerciale et centrale à l’échelle de l’ensemble de la ville.

  • 23 Par un chrétien du nom de Ğarāda puis par les associés Šabāriq et Baṭṭīḫ, musulmans.

31La désaffectation du café et sa transformation en minoterie et en usine à glace23 doivent aussi dater des dernières décennies du xixe siècle ; en 1900, les nouveaux quartiers et le nouveau centre à bāb al-Farağ, Būstān Kulab, et Munšiya sont déjà assez développés, avec plusieurs cafés modernes qui doivent être plus attractifs que ceux de la vieille ville. Les autres cafés du quartier ne sont pourtant désaffectés que beaucoup plus tard, après la Seconde Guerre mondiale : le café du waqf d’Aḥmad Afandi Ṭāha Zāda, sur la place al-Ḥaṭab, est encore dans les années trente le plus fréquenté par les Chrétiens, reprenant partiellement la fonction de celui du waqf Ipšīr Pāšā. La fermeture précoce du café d’Ipšīr Pāšā doit donc s’expliquer par une cause extérieure : l’hypothèse de la transformation en caserne sous l’occupation égyptienne n’est pas invraisemblable, la transformation en usine intervenant quelques décennies plus tard.

  • 24 Beaucoup de grandes maisons bourgeoises délaissées par leurs occupants sont alors transformées en (...)

32Les quartiers créés à partir de 1868 : cAzīziyya, Ṣalība al-Ṣuġrā, Munšiya, Tilal, puis, après 1901, Gābiriyya, Ḥamīdiyya, Sulaymāniyya, Nayyāl s’urbanisent très lentement, aux dépens du faubourg nord24, puis de certains quartiers intra-muros.

33La Première Guerre mondiale, par son apport d’immigrants chrétiens, surtout arméniens, accélère leur développement mais contribue aussi au maintien de la densité de la population dans le vieux quartier.

  • 25 L’intérieur du ḥammām Bahrām, principal de bain du quartier, le plus fréquenté par les Chrétiens, (...)

34Ces quartiers neufs ne comportent pas de centre commercial, les boutiques dispersées y sont très rares, n’étant généralement pas prévues dans le système d’urbanisme et d’architecture. Ğudayda et les autres centres du faubourg ancien nord, surtout qasṭal al-Ḥarāmi, bāb al-Naṣr et Aqyūl, doivent s’équiper pour répondre à l’augmentation de la demande de produits et de services ; à Ğudayda, beaucoup de rez-de-chaussées sont transformés en boutiques : le waqf Ipšīr Pāšā est, dès lors, entouré de boutiques sur toutes ses faces. Un nouveau four est installé dans les bâtiments du ḫān al-Ṣūf, près de la mosquée, puis plus tard un autre à la place du madār, à l’est du ḫān al-cArasa 25.

35La mosquée reçoit aussi d’importantes transformations, notamment une salle d’ablutions et, sous la gestion du mutawallī cAbd al-Razzāq al-Ṣayyādī, naqīb al-ašrāf, une salle de prière annexe (ḥiğāziyya) datée de 1344/1926 par une inscription de fondation (annexe III).

  • 26 Ġazzï, Nahr, p. 502.

36En 1928-29, lors de l’élaboration du cadastre, sous la gestion du mutawallī al-Ṣayyādī, le waqf est très prospère et d’après le témoignage de Ġazzī 26 fonctionne remarquablement.

37Il comporte alors :

  • la mosquée agrandie ;
  • le ḫān al-cAraṣa (dit ḫān Salīm Naḫḫāl) ;
  • une qaysariyya au sud ;
  • une qaysariyya à l’est ;
  • une qaysariyya à l’ouest ;
  • un poste de police (maḫfar) pris sur une partie de l’espace du café ;
  • un four ancien à l’ouest ;
  • un four nouveau à l’est dans les bâtiments du ḫān al-Ṣūf ;
  • un madār ancien à l’est ;
  • un madār ancien à l’ouest ;
  • une minoterie et une usine à glace dans l’ancien café et les bâtiments contigus au nord-ouest ;
  • le qasṭal ;
  • soixante-trois boutiques, alors qu’il y en avait moins de quarante à la fondation.

38Les locaux sont utilisés au maximum ; l’ensemble du quartier est caractérisé par la même densité ; de nouvelles usines s’installent dans d’autres bâtiments anciens, généralement minoteries et usines à glace, ainsi que de nombreux ateliers d’artisans.

39Les modifications apportées aux bâtiments du waqf sont, bien sûr, nombreuses : transformation des divisions internes, changements dans les ouvertures, destructions et reconstructions d’ensembles complets. Tout ceci n’apportant pas de modifications profondes de l’aspect extérieur.

  • 27 Un transformateur électrique important est installé dans la cour de la grande qaysariyya pour alim (...)

40De 1929 à 1958, il n’y a pas de changement considérable dans l’occupation du waqf, sinon l’électrification des moulins27 après 1929, et sans doute des changements dans les activités commerciales, avec certainement la baisse du nombre de marchands de charbon de bois. Une dizaine de boutiques sont supprimées sur la place al-Ḥaṭab par la municipalité pour élargir les espaces de circulation.

III. DE 1958 A NOS JOURS

41Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les quartiers anciens sont restés le noyau de la ville, contenant la majorité de ses habitants et de ses activités, y compris les industries modernisées. Les nouveaux quartiers d’habitation, le nouveau centre et les embryons de quartiers industriels à Kallāsa et cArqūb restant des appendices de la vieille ville.

42Au cours de la Seconde Guerre mondiale, et pendant les dix premières années d’après-guerre, naît la ville que nous connaissons actuellement, dans laquelle le rôle des quartiers anciens est de plus en plus secondaire.

43Plusieurs événements influent directement sur les destinées du waqf Ipšīr Pāšā :

  • A partir de 1949, la liquidation des waqfs commencée par le président Ḥusnī al-Zacīm, poursuivie en 1952 par le président Adīb Šīšaklī. Les waqfs familiaux et beaucoup de waqfs de bienfaisance sont vendus aux enchères publiques. Dans le faubourg nord, sur un millier de parcelles enregistrées comme waqf en 1929, il en reste actuellement 191, dont le waqf Ipšīr Pāšā, gérées par le ministère des Waqfs.
  • Les nationalisations de l’industrie qui commencent avec l’Union syro-égyptienne en 1958, puis reprennent après la révolution bacthiste de 1963, entraînant la fermeture de nombreuses usines dont la minoterie et l’usine à glace installées dans les anciens bâtiments du café.

LES ACTIVITÉS COMMERCIALES DANS LE WAQF IPŠĪR PĀŠĀ. ÉVOLUTION DE 1930 A 1980 (cotes est et nord du waqf seulement)

LES ACTIVITÉS COMMERCIALES DANS LE WAQF IPŠĪR PĀŠĀ. ÉVOLUTION DE 1930 A 1980 (cotes est et nord du waqf seulement)
  • 28 D’après Sauvaget, Alep, p. 227.

Note 128

Notes

1 Abdel Nour, Habitat et fonctions, p. 88.

2 Ġazzī, Nahr, pp. 293 et 329 à 334 ; Abdel Nour, Habitat et fonctions, pp. 330 à 344, 416 à 420, 479, 580 à 584.

3 Ġazzī, Nahr, p. 293. Le tremblement de terre qui a affecté Damas et les villes du sud de la Syrie et de la Palestine est de 1760.

4 Abdel Nour, Habitat et fonctions, p. 392, de . 1718 à 1800. 484 waqfs sont fondés ; fondations modestes.

5 Ne pas confondre avec les waqfs de son descendant, Ibrāhīm Āġa al-Sayyāf, qui était gouverneur d’Alep en 1833. Ses waqfs ne comprennent pas de qaysariyyas.

6 Certaines qaysariyyas d’habitation, notamment à Hazzāza dans le faubourg nord, qui comportent un rez-de-chaussée et un étage, semblent être d’anciennes qaysariyyas de tissage transformées en habitation, peut-être au cours du xixe siècle (waqf Wazzān Ḥarīrī).

7 Ch. Issawi, Book of readings, p. 43.

8 Il y aurait eu 12 000 métiers à tisser, vers 1820, d’après Barbier du Bocage ; cité p. 16, n. 5.

9 H. Guys, Un derwiche nigérien en Syrie, Paris 1850, p. 109.

10 Plusieurs qaysariyyas ont conservé jusqu’à nos jours la rangée de corbeaux en pierre, destinés à supporter le balcon de circulation et d’accès aux pièces de l’étage, notamment deux des qaysariyyas du waqf de Ḥāğğ Mūsā al-Amīrī. décrites dans la waqfiyya comme comportant un étage. Exceptionnellement, les étages des trois qaysariyyas du waqf Ipšīr Pāšā ont été reconstruits, sans doute tardivement (vers la fin du xixe siècle).

11 Sauvaget, Alep, p. 238.

12 Au cours d’une manifestation de catholiques, dix-sept chrétiens sont tués par la garde du wālī alors qu’ils allaient lui présenter leurs doléances dans sa résidence du takiyya Šayḫ Abū Bakr, en dehors de la ville.

13 Abdel Nour signale un exode des chrétiens vers Smyrne à la fin du xviiie siècle et vers Beyrouth au xixe, qui entraîne un bouleversement des équilibres confessionnels sociaux et économiques.

14 Peut-être à la suite du tremblement de terre de 1135/1723.

15 Les habitants de la ville ont tous dans une pièce ou une cave un grenier (canbar) formé d’une caisse en bois avec une petite trappe coulissante à la base, où l’on entrepose la provision de blé pour l’année et dans laquelle on peut tirer une certaine quantité à porter au moulin. On prépare à la maison la pâte à pain que l’on porte cuire au four du quartier (pratiques de la fin du xixe siècle).

16 Peut-on utiliser le madār et le four comme signes urbains, critères d’estimation de l’accroissement de la population ? L’augmentation du nombre de madār au xviiie et au xixe siècle tient-elle à une augmentation de la population ou à un changement dans les habitudes ? Depuis quand n’y a-t-il plus de meule à céréales dans la maison, quel type de produit était élaboré à la maison ? La réponse à ces questions demande une étude spéciale que nous ne ferons pas ici.

17 En partie à cause de mesures autoritaires de modernisation, du système de corvée mis en pratique pour les grands travaux et de la conscription.

18 Ch. Issawi, Book of readings, p. 289.

19 Godard, cité par J.-C. David dans Les paysages d’Alep, thèse dactylographiée, Lyon 1971, p. 79.

20 A.R. Hamidé, La ville d’Alep, étude de géographie urbaine, Paris 1959, pp. 235-236

21 Cité par E. Longuenesse, La classe ouvrière urbains en Syrie, d’après A. Hanna.

22 Aux dires de certains habitants du quartier, les boutiques auraient été créées plus tôt, vers 1830, pour recevoir des marchands de tissus chrétiens, chassés du sūq de la madīna par un pillage.
La date 1250 (1835) dans l’entrée du ḫan peut correspondre à des modifications liées au changement de fonction et à l’ouverture des boutiques.
La date 1875 et l’inscription en arménien sur la porte de la qaysariyya ouest ne semble pas pouvoir être liée aux modifications du ḫan mais à d’autres travaux sur le côté ouest du waqf.

23 Par un chrétien du nom de Ğarāda puis par les associés Šabāriq et Baṭṭīḫ, musulmans.

24 Beaucoup de grandes maisons bourgeoises délaissées par leurs occupants sont alors transformées en écoles, orphelinats, clubs...

25 L’intérieur du ḥammām Bahrām, principal de bain du quartier, le plus fréquenté par les Chrétiens, reçoit aussi des aménagements importants pour augmenter ses possibilités d’accueil ; il est divisé en deux ḥammāms fonctionnant d’une façon autonome pour les hommes, un pour les femmes, sa salle de déshabillage, est équipée de trois mezzanines qui - permettent d’augmenter le nombre des cabines de repos et déshabillages.

26 Ġazzï, Nahr, p. 502.

27 Un transformateur électrique important est installé dans la cour de la grande qaysariyya pour alimenter le quartier.

28 D’après Sauvaget, Alep, p. 227.

Table des illustrations

Titre MÉTIERS MANUELS A ALEP21
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre LES ACTIVITÉS COMMERCIALES DANS LE WAQF IPŠĪR PĀŠĀ. ÉVOLUTION DE 1930 A 1980 (cotes est et nord du waqf seulement)
Légende Note 128
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Presses de l’Ifpo, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter