Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Waqf d'Ipšīr Pāšā à Alep (1063-1653)

 | 
Jean-Claude David

Première partie. Description et analyse de la fondation

C. Le choix des fonctions et du site, la politique du wāqif

Texte intégral

1La fondation du waqf est une opération d’urbanisme volontaire. La composition des fondations en waqf suit généralement un schéma type. Le waqf de bienfaisance doit comprendre :

  • des immeubles de rapport qui fournissent les revenus nécessaires à son fonctionnement selon les directives du fondateur. Pour être rentables ils doivent répondre à une nécessité économique et sociale (il y a une « étude de marché » implicite) ;
  • des fondations religieuses, de bienfaisance ou de prestige, qui absorbent une part plus ou moins importante des revenus en dépenses de fonctionnement ou d’entretien.

2A l’intérieur de ce cadre, l’éventail des possibilités est très varié : il n’y a pas deux waqfs identiques, chacun répondant par son contenu et son site au dessein ou à la politique du fondateur, ainsi qu’à une conjoncture économique et sociale.

3En voici quelques exemples :

4a) Les grands waqfs fondés par les gouverneurs ottomans du xvie siècle visent à l’amélioration de l’outil du commerce alépin par la construction de ḫāns, de qaysa-riyyas et de sūqs dans la madīna. C’est à l’époque le type de fondation le plus rentable.

  • 1 Le waqf de Bahrām Pāšā et celui de cUṯmān Pāšā sont partiellement financés par des olivettes. C’es (...)

5b) Par contre, le waqf de Bahrām Pāšā, daté de 1583, est caractérisé par l’importance de la fondation religieuse, une grande mosquée dans la madīna, et de service, un important hammām à Ğudayda, alors que les fondations de rapport ne comprennent que des sūqs et des qaysariyyas dans la madīna et à Ğudayda et des oliveraies dans plusieurs régions 1.

6La répartition dans la ville des différents éléments est significative d’un changement dans l’équilibre des quartiers et peut-être d’un début de crise économique : c’est une des dernières fondations dans la madīna et la première à Ğudayda, dans le faubourg nord.

7c) Le waqf de cUṯmān Pāšā, de 1730, est entièrement situé hors de la madīna et caractérisé par l’importance de sa fondation religieuse et de bienfaisance : une très grande mosquée avec fontaine et ciṣmāra, construite dans le quartier à l’intérieur de bāb al-Naṣr, près du palais du fondateur. La plupart des immeubles de rapport sont des qaysariyyas dans le faubourg nord ou des moulins et des jardins à la périphérie de la ville.

8d) Dans le waqf de Ḥāğğ Mūsā al-Amīrī, daté de 1763, les immeubles commerciaux sont les plus nombreux :

9Il y a trois ḫāns, des qaysariyyas, de nombreuses boutiques, mais aussi plusieurs maisons d’habitation, deux hammams et une mosquée. La plupart de ces immeubles n’ont pas été construits spécialement pour le waqf. La dispersion des propriétés dans plusieurs quartiers de la ville correspond à un choix équilibré et à une bonne gestion du capital. Ce waqf est à l’image du patrimoine d’un riche commerçant du xviiie siècle. C’est un waqf refuge typique.

10 Comme les grands waqfs du xvie siècle et comme le ḫān al-Wazīr (1093/1682), le waqf Ipšīr Pāšā est la fondation d’un gouverneur, non alépin d’origine ; c’est l’une des dernières fondations de ce type, mais elle a déjà bien peu de points communs avec les grands waqfs de la madīna ; la partie alépine du waqf, qui représente plus de 97 % des revenus, est regroupée dans le faubourg de Ğudayda, dans un bâtiment conçu et construit spécialement. Le manque d’espace dans la madīna a été invoqué pour expliquer cette implantation. Ce n’est pas une cause déterminante : à la fin du xviie siècle et au xviiie siècle, surtout, de nouveaux équipements relativement importants ont été créés dans la madīna et à proximité. La plupart des waqfs jusqu’au xixe siècle ont encore leur centre dans la ville intra-muros et des fondations plus ou moins importantes dans d’autres quartiers.

11Cette localisation particulière doit répondre à une volonté délibérée du fondateur. On peut trouver certains éléments de motivation dans la personnalité du wālī Ipšīr Pāšā, dans les conditions économiques et les événements politiques de l’époque, mais aussi dans les caractères spécifiques socio-religieux, économiques et urbanistiques du faubourg nord et de Ğudayda.

I. LE CADRE POLITICO-ÉCONOMIQUE, HISTORIQUE ET URBANISTIQUE

1. Le xvie siècle

  • 2 A. Raymond, La conquête ottomane et le développement des grandes villes arabes, pp. 119 et suivant (...)

12La conquête ottomane par le sultan Sélim Ier, en 1516, marque le début d’une période d’urbanisation intense, liée à la prospérité économique2. La zone géographique contrôlée par la Porte s’étend jusqu’au Caucase et à la Perse. Alep devient le centre d’une vaste région où passent les grandes routes du trafic entre l’Orient et l’Occident. Les Européens installent des comptoirs et des consulats dans la ville, attirés par son rôle commercial : les Vénitiens en 1548, les Français en 1562, les Anglais en 1583. La ville croît considérablement en superficie et en population, pendant que la madīna reçoit la plupart des équipements commerciaux et de service qui lui donnent son aspect actuel.

  • 3 Ibid. : « le caractère chrétien de Ğudayda apparaît avec évidence dans les documents du plus ancie (...)

13Ce développement économique, lié à un pouvoir fort, se caractérise parfois par un urbanisme volontaire ; des déplacements de population sont organisés : artisans (surtout du textile) et commerçants (souvent chrétiens, arméniens ou maronites)3 sont amenés à Alep pour augmenter ses possibilités de production et favoriser l’extension de son domaine commercial.

  • 4 La seule mention datée que l’on ait de ces quartiers est celle de Ġazzī à propos de ḥārat zuqāq al (...)

14Dès les premières décennies de l’occupation ottomane, c’est sans doute pour recevoir ces nouveaux habitants qu’ont été fondés, sur les marges externes du faubourg nord, plusieurs lotissements qui couvrent au total 8 hectares, divisés en bandes régulières parallèles de 20 mètres de large, desservies par des rues tous les 40 mètres4.

  • 5 La fondation dans la madīna comprend une grande mosquée et deux sūqs. A Ğudayda, c’est un ḥammām, (...)

15Ces quartiers, apparemment conçus comme des ensembles d’habitation, ne contiennent aucun équipement de service ou d’activité économique. C’est à la fin de cette période de prospérité que correspond la fondation en 1583 du waqf de Bahrām Pāšā, dernière grande fondation dans la madīna avant celles du xviiie siècle et première fondation importante à Ğudayda5.

2. Le xviie siècle

16Au xviie siècle, la croissance urbaine, modérée, se manifeste par une densification des quartiers, plutôt que par un développement en superficie : des espaces laissés vides sont alors construits.

17L’immigration, assez importante, est encore marquée par la venue de minoritaires, puis par l’arrivée de plus en plus massive de ruraux, phénomène qui s’accentuera au xviiie siècle.

18Dans le faubourg nord, le quartier chrétien éclate, sort de ses limites de Ğudayda ; l’habitat chrétien pénètre entre les quartiers musulmans plus à l’est et envahit progressivement les zones musulmanes par rachat de maisons jusqu’à l’extrémité orientale du faubourg, formant des quartiers mixtes, structure sociale qui ne correspond pas aux schémas habituels de la ville arabe.

19La relative médiocrité du développement de la ville peut se lire dans les monuments à usage public construits alors et notamment les mosquées ; la pauvreté de l’architecture et du décor et la petitesse des dimensions frappent l’observateur. Les nouveaux bâtiments pour l’artisanat et le commerce sont moins nombreux et ne sont pas aussi grands et aussi bien construits que ceux du xvie siècle. Le waqf Išīr Pāšā (1063/1653) et le ḫān al-Wazīr (1093/1682) sont deux exceptions notables et comptent parmi les réalisations les plus intéressantes de l’époque.

  • 6 En 1014/1606, soulèvement de cAlī Pāšā Ğānbūlād, pacha d’Alep jusqu’en 1020. En 1033/1624, soulève (...)
  • 7 Rafeq, Local forces, pp. 278 à 283 ; Ġazzī, Nahr al-ḏahab, pp. 266 à 278.

20Les conditions politiques générales dans l’empire ottoman et l’impact des guerres avec la Perse sur le commerce oriental d’Alep peuvent expliquer en partie cette dégradation du processus de formation de la ville. L’empire n’est plus au faîte de sa puissance : au cours de la seconde moitié du xvie siècle, la situation économique a commencé à se dégrader. La dépréciation monétaire s’est accélérée et le contrôle du pouvoir central sur les provinces périphériques est devenu moins efficace. Cet affaiblissement du pouvoir s’est manifesté par des mutineries des forces militaires régulières, un accroissement de la puissance et des privilèges des forces locales, surtout les janissaires, accompagnés de soulèvements de potentats locaux ou de gouverneurs6, avec parfois le soutien des janissaires7

  • 8 Ils sont administrateurs ou contrôleurs de waqfs, šayḫs de corporations de métiers, loueurs de ḫān (...)

21Ceux-ci acquièrent rapidement un pouvoir économique considérable8, particulièrement dans la province d’Alep au cours du premier quart du xviie siècle.

  • 9 Le waqf Ipšīr Pāšā est peut-être un des éléments de la lutte contre les janissaires. Le wālī Ipšīr (...)

22Dans leur mainmise économique et politique, ils sont en concurrence avec la bourgeoisie locale qui s’exprime et se regroupe dans le corps des ašrāf. La rivalité entre les deux groupes ira croissante en violence et pèsera sur le développement économique et l’urbanisation9.

II. LE FONDATEUR DU WAQF (le wāqif)10

  • 10 Notice dans EI2, pp. 1280-1281.

23Ipšīr Muṣṭafā Pāšā Ibn cAbd al-Mannān n’est pas alépin d’origine. Proche parent d’Abāẓa Muḥammad Pāšā par qui il a été élevé, qui fut lui aussi gouverneur d’Alep (vers 1026/1617), c’est grâce à son appui qu’il entame sa carrière comme sandjakbey de Ṭarss (en 1026/1617).

24Après plusieurs voyages et missions, il rentre à Istanboul puis occupe plusieurs postes de gouverneur dont ceux de Marach, Mossoul, Van, Karaman et Damas.

25C’est un homme ambitieux qui souhaite imposer ses vues et sa propre politique plus que celle d’Istanboul avec qui il est en rupture à plusieurs reprises : en 1056/1646 et en 1061/1651, puis à Alep en 1062/1652 et 1064/1654. Ses projets visent à mettre un terme à l’influence des aghas des janissaires dans la capitale et dans l’empire, à soumettre les Druzes du Liban et à soutenir la cause des sipahis.

  • 11 Ġazzī et A. Raymond donnent des dates de Damas. différentes : nommé en du ‘l-ḥiǧǧa 1060/1650, il e (...)

26Il est nommé gouverneur d’Alep en 1062/165211. A son arrivée à Alep, il commence à mettre en application ses plans de réforme avec l’appui des gouverneurs des provinces voisines.

27Le sceau du grand vizirat lui est envoyé à Alep en ḏū ɔl-ḥiǧǧa 1064/octobre 1654.

28Il est convoqué à plusieurs reprises à Istanboul, enfin il quitte Alep en décembre.

29Fin février 1655, il fait son entrée solennelle à Istanboul et épouse cĀɔiša, fille du sultan Ibrāhīm, sœur du sultan Mehmet IV (1648-1687).

30Sa politique est finalement désapprouvée même par les sipahis qui s’allient à ses ennemis les janissaires. Le 3 rağab 1065/9 mai 1655, une révolte éclate et le lendemain Ipšīr Pāšā est exécuté.

31L’année suivante, Muhammad Köprülü est nommé grand vizir.

  • 12 Ġazzī, III, p. 281.

32Ipšīr Pāšā laisse à Alep un mauvais souvenir comme en témoigne « al-Rawdalayn » cité par Ğazzī 12 : « Ipsir Pāšā était au début très bon et très juste, un vrai saint, mais son entourage était médiocre. La population a beaucoup souffert de son temps. Malgré sa très grande richesse, il n’a laissé d’autre trace de lui que le waqf de ḥārat al-šamālī. »

III. CARACTÈRES SPÉCIFIQUES SOCIO-RELIGIEUX, ÉCONOMIQUES ET URBANISTIQUES DU FAUBOURG NORD ET ǦUDAYDA

1. Un quartier neuf, sous-équipé

33Comme son nom l’indique, -Ğudayda est un quartier neuf, en cours de repeuplement depuis le xve siècle mais encore sous-équipé. La mosquée al-Šaraf et sa fontaine desservent le quartier de Hazzāza contigu au nord-est. La fondation de Bahrām Pāšā, en 1583, qui comprend un grand hammam, une dizaine de boutiques et une qaysariyya, est beaucoup plus proche de Ğudayda. Le waqf d’Ipšīr Pāšā s’est implanté entre ces deux pôles, occupant une grande partie de l’espace intermédiaire, et transformant ce vaste carrefour en un centre unique et plurifonctionnel pour un ensemble de quartiers chrétiens et musulmans, provoquant un déplacement vers l’ouest du centre de gravité du faubourg nord.

  • 13 D’après les relevés de comptes du waqf en 1753 et en 1755 (voir tableau p. 65).

34Cette fonction essentiellement locale du waqf Ipšīr Pāšā se manifeste par l’importance des immeubles de service pour le quartier, une quarantaine de boutiques, un four, un moulin, un ḫān pour la vente de céréales, un moulin à lentilles, un café, qui représentent 62,7 % des revenus du waqf13.

REVENUS ANNUELS DU WAQF IPŠĪR PĀŠĀ (loyers)
d’après des relevés de compte trouvés dans les registres des maḥkama d’Alep, aux archives de Damas (actuellement perdus, voir n. 7, p. 15)

REVENUS ANNUELS DU WAQF IPŠĪR PĀŠĀ (loyers)d’après des relevés de compte trouvés dans les registres des maḥkama d’Alep, aux archives de Damas (actuellement perdus, voir n. 7, p. 15)

L’unité de compte n’est exprimée que pour les revenus de 1223/1808, c’est έ = piastre (ġuruš).

2. Un quartier d’artisans : le textile

35Le faubourg nord est aussi le quartier des artisans, notamment des travailleurs du textile. Plusieurs dizaines de qaysariyyas ont été fondées au xviie siècle, pour le tissage, dont certaines à Ğudayda ou à proximité immédiate.

36On peut y voir le résultat d’un début de spécialisation fonctionnelle des quartiers : la madīna tend à réserver son espace aux fonctions commerciales, religieuses, administratives et la ville intra-muros à l’habitat des personnes liées à ces activités. Les activités de fabrication sont plus ou moins rejetées à la périphérie, artisanats anciens comme les tanneries déplacées en 1574, ou artisanats en développement, qui ont besoin d’espaces nouveaux, comme le tissage.

37La spécialisation de la madīna dans les activités à « haut chiffre d’affaire » doit aussi se traduire par un prix élevé des terrains, qui décourage l’implantation d’équipements d’un moindre rapport comme les qaysariyyas.

38Les trois qaysariyyas, la teinturerie et le sūq Ġazl al-ṣūf représentent 35,8 % des revenus du waqf Ipšīr Pāšā, soit à peu près le tiers contre les deux tiers pour les équipements de service du quartier.

39Dans l’analyse des motivations du choix des activités, la fonction économique de la qaysariyya, qui s’exerce à un niveau urbain global puisqu’elle concerne à la fois la qaysariyya où le produit est élaboré et les ḫāns de la madīna où il est entreposé et commercialisé, ne doit pas être privilégiée par rapport à sa vocation de lieu de travail, qui ne concerne que le quartier.

3. Un quartier chrétien

40Le développement des activités artisanales liées au textile dans le faubourg nord n’est pas sans relation avec le peuplement chrétien. On a fait venir des artisans, souvent chrétiens, pour renforcer cette activité à Alep et on les a installés près du quartier où se trouvaient déjà les églises ; on a construit pour eux des logements et des qaysariyyas, puis des équipements de service.

  • 14 Il est vrai que le faubourg nord n’est pas l’unique quartier industriel à Alep et non plus l’uniqu (...)

41La présence de ces aménagements, de la masse des travailleurs et spécialistes et des négociants chrétiens a un effet multiplicateur. Les espaces disponibles sont presque automatiquement consacrés à de nouveaux ateliers de tissage ou à des logements14.

  • 15 30,6 % des revenus sont utilisés pour l’entretien des immeubles et 31,8 % sont affectés au muta-wa (...)

42L’aspect religieux musulman du waqf est représenté par la mosquée et l’école (kuttāb). La mosquée prend l’allure d’une justification puisqu’elle n’utilise que 16,3 % des revenus du waqf, alors que 21,3 % sont affectés aux œuvres de La Mecque et Médine, l’un compensant l’autre15.

43Le café, qui ne fournit que 2,1 % des revenus du waqf, est une réalisation de prestige sans caractère confessionnel. Par sa situation, son décor, sa fonction sociale, il est le pendant et le complément du ḥammām Bahrām. Ces deux réalisations exceptionnelles, construites à soixante-dix ans d’intervalle, font du centre du quartier de Ğudayda l’ensemble de loisirs et l’espace public à caractère non religieux le plus luxueux de la ville.

  • 16 Peut-on retrouver dans le quartier d’autres indices de cet essor des communautés chrétiennes en no (...)

44L’essor des communautés chrétiennes, l’extension de leur quartier et sans doute leur enrichissement dans cette période de récession relative mais de tolérance vis-à-vis des minoritaires peuvent être une des explications de la localisation du waqf Ipšīr Pāšā16.

IV. LA FONDATION DU WAQF EST UNE OPÉRATION D’URBANISME VOLONTAIRE

45Le choix des fonctions et celui du site sont liés mais celui-ci est déterminant et sans doute premier. Il doit tenir compte de contraintes supérieures : espace disponible, prix du terrain, accessibilité, potentialités économiques, particularités sociales. Il est l’expression d’un parti d’urbanisme, d’un choix politique.

46Le choix de la localisation dans un faubourg paraît correspondre à une période de ralentissement du mouvement commercial : il n’y a pas de demande d’équipements nouveaux dans la madīna, le centre est saturé, suréquipé, il a atteint son développement maximum. Par contre, dans les quartiers périphériques et notamment dans le faubourg nord, qui accueillent une population nouvelle, se développent et s’urbanisent, il y a un fort besoin de nouveaux équipements de service.

  • 17 Tous les équipements choisis ont une fonction locale qui peut être latente, alors que la fonction (...)

47Le choix des fonctions du waqf Ipšīr Pāšā répond essentiellement aux potentialités et aux besoins du site. Ğudayda est un quartier populaire en développement ; c’est aussi le quartier de la bourgeoisie chrétienne et enfin c’est un des principaux centres de l’artisanat textile17.

  • 18 L’ensemble du waqf n’a absolument rien d’un équipement de reconquête ; la discrétion du minaret de (...)

48La fonction religieuse du waqf existe, mais elle est réduite au minimum et rejetée hors d’Alep18.

49Par opposition, le caractère profane du principal équipement social du waqf, le café, bâtiment exceptionnel à bien des points de vue, le plus coûteux mais aussi le moins lucratif, correspond à la localisation dans un quartier en majorité non musulman et peut-être au désir du wāqif de s’attirer les bonnes gâces de la bourgeoisie chrétienne.

50La désignation du naqīb al-ašrāf comme mutawallī du waqf semble paradoxale ; elle peut faire partie du plan de lutte d’Ipšīr Pāšā contre les janissaires, comme les avances aux chrétiens, élément neutre ou favorable au pouvoir.

  • 19 Le waqf Ipšīr Pāšā prend place dans un tissu urbain déjà formé, comme un complément, une réponse à (...)

51La décision de réaliser des équipements importants et d’une qualité exceptionnelle dans le quartier chrétien ne peut pas être innocente ni fortuite. Les équipements sont choisis en tenant compte du milieu et, en retour, ils ont une influence sur le milieu19.

Notes

1 Le waqf de Bahrām Pāšā et celui de cUṯmān Pāšā sont partiellement financés par des olivettes. C’est un exemple du rapport ville-campagne généralement défavorable à cette dernière : la ville vit aux dépens de la campagne.

2 A. Raymond, La conquête ottomane et le développement des grandes villes arabes, pp. 119 et suivantes.

3 Ibid. : « le caractère chrétien de Ğudayda apparaît avec évidence dans les documents du plus ancien registre du Mahkama concernant Alep. »

4 La seule mention datée que l’on ait de ces quartiers est celle de Ġazzī à propos de ḥārat zuqāq al-Arbacīn « fondé par le sultan Sélim lors de sa venue à Alep, pour faire venir quarante familles chrétiennes, pour fortifier le commerce d’Alep. Ils ont bâti quarante maisons. » Gazzī ne cite pas ses sources ; la plus ancienne maison datée dans les quartiers de ce type est la maison Wakīl à ḥārat al-Sīsī (quartier des Arméniens de Sīs) à Ğudayda, dont les boiseries, transportées au musée Pergamon de Berlin, sont datées de 1601. Il est vraisemblable que des constructions antérieures ont existé et ont disparu pour laisser place à des édifices plus solides, plus riches, construits selon les normes de la mode.
La trame géométrique de ces quartiers n’est régulière que dans un sens : chaque bande mesure 20 m, soit 25 ḏirāc micmāriyya de 0,798 m. Entre deux rues, il y a 40 m, soit 50 ḏirāc.
Dans l’autre sens, les limites de parcelles paraissent aléatoires. Il est possible que le découpage régulier ait été effacé par les reconstructions, regroupements et divisions de parcelles avec l’évolution sociale et familiale du quartier.

5 La fondation dans la madīna comprend une grande mosquée et deux sūqs. A Ğudayda, c’est un ḥammām, un sūq et une qaysariyya. C’est peut-être le premier complément nécessaire aux lotissements d’habitat tout proches, qui prépare la fondation du waqf Ipšīr Pāšā.

6 En 1014/1606, soulèvement de cAlī Pāšā Ğānbūlād, pacha d’Alep jusqu’en 1020. En 1033/1624, soulèvement des janissaires d’Alep. En 1067/1657, révolte du pacha d’Alep, Ğalālī Abāẓa Ḥassān Pāšā.

7 Rafeq, Local forces, pp. 278 à 283 ; Ġazzī, Nahr al-ḏahab, pp. 266 à 278.

8 Ils sont administrateurs ou contrôleurs de waqfs, šayḫs de corporations de métiers, loueurs de ḫāns, collecteurs des impôts, des taxes de douane, prêteurs d’argent, surtout aux villageois et sont peut-être à l’origine de l’appauvrissement et de la désertification des campagnes qui commence à se manifester (Rafeq, Local forces, pp. 302 à 304).

9 Le waqf Ipšīr Pāšā est peut-être un des éléments de la lutte contre les janissaires. Le wālī Ipšīr s’est allié aux ašrāf contre les janissaires ; le gérant du waqf doit être le naqīb al-ašrāf d’Alep. Il le sera jusqu’à l’extinction de la fonction.

10 Notice dans EI2, pp. 1280-1281.

11 Ġazzī et A. Raymond donnent des dates de Damas. différentes : nommé en du ‘l-ḥiǧǧa 1060/1650, il exerce seulement en 1061/1651, venant d’Istanboul. Il a déjà été wālī d’Alep quelques mois en 1057-1058, venant de Damas

12 Ġazzī, III, p. 281.

13 D’après les relevés de comptes du waqf en 1753 et en 1755 (voir tableau p. 65).

14 Il est vrai que le faubourg nord n’est pas l’unique quartier industriel à Alep et non plus l’unique centre pour le textile. Beaucoup d’activités de fabrication demeurent dans la vieille ville et dans les autres faubourgs.

15 30,6 % des revenus sont utilisés pour l’entretien des immeubles et 31,8 % sont affectés au muta-wallī, au nāẓīr et autres fonctionnaires non religieux.

16 Peut-on retrouver dans le quartier d’autres indices de cet essor des communautés chrétiennes en nombre et en richesse ? Peu d’indices certains sont datés : on note en 1639 la reconstruction de l’église arménienne des quarante martyrs dans ses dimensions actuelles. La fondation de l’église grecque de Šarcasūs paraît aussi dater de cette époque. Quelques maisons parmi celles de la bourgeoisie chrétienne portent des dates du xviie siècle : 1601, 1620, 1660, 1676, 1682, 1691, 1693, 1696, mais beaucoup d’autres, non datées, appartiennent manifestement en tout ou en partie à cette période (une étude systématique du décor et des techniques de construction permettrait une typologie assez précise pour dater les maisons à cinquante ans près).

17 Tous les équipements choisis ont une fonction locale qui peut être latente, alors que la fonction manifeste est spéculative et d’intérêt plus général. C’est le cas des qaysariyyas de tissage dont le produit est commercialisé par les négociants de la madīna mais qui font travailler des artisans du quartier.

18 L’ensemble du waqf n’a absolument rien d’un équipement de reconquête ; la discrétion du minaret de la mosquée est un indice typique de l’effacement du caractère religieux islamique de la fondation devant des impératifs non religieux.

19 Le waqf Ipšīr Pāšā prend place dans un tissu urbain déjà formé, comme un complément, une réponse à une demande. L’impact de sa fondation, les effets structurants qu’il a pu avoir sur le milieu préexistant proche ou lointain n’auraient pu être mis en évidence que par une étude historique fine, touchant l’ensemble de l’espace urbain alépin, qui n’a pas été faite ici.

Table des illustrations

Titre REVENUS ANNUELS DU WAQF IPŠĪR PĀŠĀ (loyers)d’après des relevés de compte trouvés dans les registres des maḥkama d’Alep, aux archives de Damas (actuellement perdus, voir n. 7, p. 15)
Légende L’unité de compte n’est exprimée que pour les revenus de 1223/1808, c’est έ = piastre (ġuruš).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses de l’Ifpo, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter