Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Waqf d'Ipšīr Pāšā à Alep (1063-1653)

 | 
Jean-Claude David

Première partie. Description et analyse de la fondation

B. Caractéristiques générales de la fondation1

Texte intégral

I. UN SITE DE CARREFOUR

1. Le site avant la construction

  • 1 Nous n’aborderons dans cette étude ni l’analyse des techniques de construction, ni le détail de la (...)

1L’espace dans lequel a été construit le waqf se trouve dans le tiers ouest du faubourg nord. Il est entouré de tous côtés par des quartiers plus anciens :

  • à l’ouest, Ǧudayda-Ṣalība, le vieux noyau chrétien, dont les églises sont attestées dès le début du xve siècle ;
  • au sud, un espace urbanisé de faible profondeur occupé en partie par le ḥammām et le waqf de Bahrām Pāšā (1583) ;
  • à l’est, ḥārat al-Šamālī et cAbd al-Ḥayy2 ;
  • au nord, la mosquée al-Šaraf et le quartier Hazzāza qui existaient à l’époque mamelouke et sont peut-être antérieurs aux invasions mongoles.
  • 3 Dans son plan de la ville, A. Russel désigne cet espace comme « market place » (vers 1750).

2Les limites de cet espace étaient vraisemblablement déjà fixées, au moins au sud, à l’est et à l’ouest par des rues qui ont conservé sensiblement le même tracé jusqu’à nos jours. Au nord, l’espace vide actuellement de sāḥat al-Ḥaṭab était partiellement bâti au xviiie siècle. Le café et les boutiques qui s’y trouvaient ont disparu dans les années cinquante ; rien n’indique si cet espace était bâti au xviie siècle3.

  • 4 Cette appartenance est confirmée par tous les documents : la waqfiyya, les relevés de compte, la d (...)

3L’utilisation du terrain avant la construction du waqf n’est pas connue. Comme beaucoup de zones peu urbanisées au nord et à l’ouest de la ville, c’était un waqf de la madrasa Ḥalawiyya4.

  • 5 Le ḫān du Waqf a conservé jusqu’à la fin du xixe siècle le nom de « ḫān al-cAraṣa » sous lequel il (...)

4Dans l’acte de fondation, aussi bien que dans la description du cadastre de 1929, il est désigné comme une caraṣa5. C’était probablement un espace non bâti, ou bâti partiellement en matériaux légers, utilisé comme marché aux grains et peut-être sūq de quartier et marché en plein air près de la mosquée al-Šaraf au nord ou près du ḥammām Bahrām au sud.

2. Hiérarchie des voies d’accès et choix des fonctions

5Les rues qui cernent le waqf, par leur place dans la hiérarchie des circulations urbaines et par les équipements existant sur leurs rives antérieurement à la fondation du waqf, ont une influence directe sur le niveau d’équipement de la partie riveraine du waqf.

  • 6 Le nom est cité dans le plan Rousseau au début du xixe siècle. La rue elle-même est beaucoup plus (...)

6La voie principale et peut-être la plus ancienne est la rue de Muballaṭ6 qui donne accès à la madīna et va de Hazzāza à bāb al-Naṣr en longeant le waqf à l’est puis la mosquée al-Šaraf à l’ouest.

7Une seconde voie importante se détache de la première vers l’ouest et permet la liaison avec bāb al-Faraǧ et la madīna par bawwābat al-Qaṣab. Elle longe le waqf au sud. Ses rives reçoivent la plupart des services et activités ouverts au public : d’abord à son intersection avec la voie principale se trouve la mosquée du waqf, puis les boutiques, le ḥammām et la qaysariyya du waqf de Bahrām Pāšā, puis le café, presque en face du ḥammām, qui, grâce à certains éléments communs de décor, compose avec lui une unité de paysage de part et d’autre de la rue ; enfin, à l’angle sud-ouest du waqf, au carrefour avec la rue qui le limite à l’ouest, la fontaine et le four à pain juste en face de l’entrée du zuqāq al-Yāsmīn qui donne accès au cœur du quartier chrétien.

8Par contre, la rue qui limite le waqf à l’ouest n’est qu’une desserte locale de l’habitat ; elle est bordée à l’ouest par les murs extérieurs des maisons de Ǧudayda-Ṣalība ; du côté du waqf elle n’est bordée que d’activités industrielles et d’entrepôts (teinturerie, qaysariyyas, ḫāns), murs nus, percés de quelques portes et fenêtres sans décor.

9Le quatrième côté, la place qui limite le waqf au nord, est aussi un carrefour entre la rue principale de bāb al-Naṣr à Hazzāza et la rue de qasṭal Ḥarāmī à Ṣalība. L’équipement le plus important de cette face du waqf est le hān de vente de céréales, largement ouvert sur la rue par un grand portail décoré.

  • 7 Le carrefour de Bānqūsā - bāb al-Ḥadīd comprend deux grandes mosquées, quatre ḥammāms, plusieurs s (...)

10L’îlot du waqf Ipšīr Pāšā est le nœud de ce carrefour, point de rencontre de neuf rues dont quatre rues principales. Il n’existe pas dans le faubourg nord d’autre carrefour aussi ouvert. C’est certainement l’une des raisons du développement d’un centre de quartier, le plus important et le plus riche en équipements après celui de Bānqūsa et bāb al-Ḥadīd7.

II. LE DÉCOR ET SA FONCTION : FONCTION SYMBOLIQUE, FONCTION UTILITAIRE

  • 8 La pierre de taille est utilisée pour des raisons techniques dans les piliers, les arcs, les encad (...)

11L’effet décoratif est obtenu par le jeu des différentes qualités d’appareil, pierre de taille ou blocs équarris8, par la polychromie, enfin par la sculpture, ces trois techniques pouvant être juxtaposées ou combinées.

12Dans l’architecture utilitaire alépine, le décor est en général d’un emploi très limité. Dans le waqf d’Ipšīr Pāšā, parmi les bâtiments à l’étage, un seul porte un décor ; ce sont les ouvertures de l’école sur la cour et sur la rue.

13Si l’on excepte la mosquée et le café, les seuls éléments décorés du rez-de-chaussée sont les entrées : le porche du hān, les portes des qaysariyyas, du sūq al-Nuwāl et du four.

Plan 16. Emplacement des façades décorées : a) la mosquée ; b) le café ; c) le ḫān ; d) les portes des qaysariyyas, du sūq al-Nuwāl et du four.

14La façade sud est nettement privilégiée, puisqu’elle est l’objet d’une composition d’ensemble, que le traitement des matériaux y est particulièrement soigné (taille de la pierre) et que ses deux éléments principaux, la mosquée et le café, sont remarquablement décorés, surtout le café dont le décor couvre près de 50 % de la façade.

15Cette manière de valoriser les bâtiments par la composition du décor de leur façade peut paraître vaine, puisque l’étroitesse de la rue interdit une perception globale. Le passant saisit plus facilement l’agencement de deux rives de la rue, l’unité que forme, par exemple, la façade du café avec en vis-à-vis celle du ḥammām, que la totalité d’une longue façade dont il n’a qu’une image décomposée.

16La coupole n’est pas visible de la rue. Pour voir son lanterneau, morceau de virtuosité du maître tailleur de pierre, il faut se placer au point le plus éloigné de l’autre côté de la rue, à moins que l’on arrive de bawwābat al-Qaṣab sur le carrefour sud-ouest d’où il est facilement visible, mais non lié au reste de la façade.

17La perception globale de ces éléments n’est possible qu’après un relevé et une restitution théorique sur le papier.

  • 9 Voir l’analyse du plan, tracé régulateur, pp. 47 à 56.

18Cette recherche intellectuelle d’une composition d’ensemble est la marque du rôle important du théoricien dans l’élaboration du projet9.

19L’harmonie interne créée par l’architecte existe sans qu’il soit nécessaire de la percevoir. Elle ajoute une valeur symbolique aux formes fonctionnelles du bâtiment.

  • 10 Comme l’a déjà noté A. Raymond (Les grands waqfs et l’organisation), le décor des immeubles de pre (...)

20Cette conception idéale du décor n’est pas en contradiction avec sa fonction pratique et même utilitaire. Le décor a surtout valeur de signe, c’est une enseigne autant et plus qu’un élément esthétique10. Il est essentiellement lié à la structure dont il peut renforcer ou nuancer la signification.

21Il est aussi marquant par sa quantité et sa richesse que par son harmonie. Sa densité est proportionnelle à l’importance de la fonction de prestige et à l’ouverture au public du bâtiment qu’il signale.

22On peut noter la correspondance qui existe entre l’accessibilité et la densité du décor : le café, dont l’accès est direct, est le plus richement décoré ; la mosquée et le ḫān, dont l’accès est limité par le couloir d’entrée ou par la cour, sont moins décorés ; les qaysariyyas, qui sont les bâtiments les plus retirés, sont aussi ceux dont l’entrée est la plus petite et la moins décorée.

  • 11 L’inscription de fondation sur la porte extérieure de la mosquée, seule visible immédiatement par (...)

23Le décor doit non seulement attirer l’attention, signaler, mais aussi provoquer l’étonnement, l’admiration ou la fierté. Il est un signe extérieur de puissance et de richesse, expression de l’autorité du wālī fondateur, qui souhaite immortaliser son nom par cette fondation, et du pouvoir ottoman qu’il représente11. Il peut aussi être un moyen de s’attirer les bonnes grâces et le respect des utilisateurs qui s’identifient à cette image du pouvoir.

  • 12 Les superficies données ici ne sont pas toujours identiques à celles de la description. Ceci s’exp (...)

Comparaison des superficies des différents types d’espaces12

Comparaison des superficies des différents types d’espaces12
  • 13 En comptant les couloirs d’accès.

Note 213

III. COMPARAISON DES SUPERFICIES DES DIFFÉRENTS TYPES D’ESPACE

1. Les cours intérieures ; espace ouvert et espace couvert

24Plusieurs bâtiments n’ont pas de cour et sont de simples halles plus ou moins ouvertes sur l’extérieur ; ce sont le four à pain, le madār et les boutiques. Par contre, dans trois bâtiments la cour occupe plus de 40 % de l’emprise totale au sol : la mosquée 46 %, le café 43,3 %, la grande qaysariyya 41,1 %. Pour la mosquée et le café, l’utilisation de l’espace est comparable : il y a juxtaposition d’un espace ouvert et d’un espace bâti qui se complètent et ont une fonction équivalente : la cour de la mosquée sert de lieu de prière ; la cour du café est un lieu de séjour et de loisir autant que la salle. L’utilisation de ces deux types d’espace est fonction du climat, de la saison, de l’heure dans la journée.

25Dans la grande qaysariyya, l’espace ouvert a, en plus de la fonction d’accès et de desserte, une fonction spécifique technique qui ne nous est pas connue de façon précise et qui est différente et complémentaire de celle de l’espace couvert.

26Dans les deux autres qaysariyyas, 33,9 % et 33,3 % de la superficie au sol sont occupés par la cour. Cet espace doit avoir une fonction technique comme dans la grande qaysariyya.

27Dans le ḫān et le sūq al-Nuwāl, la part de la cour est beaucoup plus faible, avec respectivement 24,8 % et 22 % de l’espace. Ces deux bâtiments ont une fonction d’entreposage et de vente de marchandise qui nécessitent une grande superficie couverte, protégée des intempéries. La cour ayant surtout une fonction d’accès et de desserte a une superficie plus réduite.

2. Espace utile et densité des maçonneries

28La densité des supports, murs et piliers, est liée à la structure du bâtiment et donc à sa fonction. Bien évidemment, le pourcentage de la superficie occupée par les maçonneries sera plus important dans un espace divisé par de nombreux murs de refend que dans une salle hypostyle. Parmi les bâtiments à faible densité de supports en maçonnerie, il y a le ḫān avec 15,06 % de la superficie bâtie, le sūq al-Nuwāl avec 18,9 %, le madār avec 16,46 % et le café avec 14,2 %. La solution adoptée pour le café qui économise le plus d’espace est certainement la plus coûteuse, avec ses piliers et ses minces colonnes monolithiques qui supportent de légères coupoles en brique, alors que dans le ḫān, la couverture de voûtes d’arête en maçonnerie et blocage est très lourde et nécessite une grande densité de piliers épais.

29Le madār et le four à pain plafonnés ont des supports plus légers mais rapprochés à cause de la portée limitée des solives.

30Dans les trois qaysariyyas, où tout l’espace bâti est divisé en petites pièces, 31,17 % et 29,8 % de l’espace bâti est occupé par les supports.

31Dans la mosquée, les murs occupent 45 % de l’espace bâti. Ce pourcentage considérable est la conséquence de l’artifice architectural qui permet de corriger l’orientation des espaces intérieurs en jouant sur l’épaisseur des murs.

32Cette étude comparative des superficies confirme la spécificité de chaque type de bâtiment et son adaptation à la fonction.

IV. LA COMPOSITION ARCHITECTURALE

1. Présence d’un tracé régulateur

33Dans son implantation, le waqf Ipšīr Pāšā présente des caractéristiques exceptionnelles, par exemple, l’aspect rectiligne de ses façades, la largeur et la régularité des rues qui le limitent. Sur le plan cadastral apparaît d’une façon évidente le caractère unique de l’édifice : alors que les autres ensembles d’activités et de services s’insèrent dans le tissu urbain irrégulier dont ils sont indissociables, le waqf est limité au sud, à l’est et à l’ouest par trois rues et au nord par un espace partiellement bâti, place du marché, qui l’isolent du reste du quartier.

34Le relevé détaillé en plan fait mieux apparaître ces particularités : si l’on excepte la mosquée orientée correctement par rapport à la qibla et le mur est qui obéit à une direction oblique sans doute préexistante, l’ensemble est construit suivant des axes orthogonaux. La régularité de la composition sur une superficie aussi vaste et d’un seul tenant peut difficilement être le fait du hasard et doit correspondre à une planification.

35L’emplacement donné pour l’implantation du waqf, limité au sud, à l’est et à l’ouest par des espaces bâtis ou non disponibles, est de forme assez irrégulière.

36La rue qui le limite à l’ouest suit approximativement un axe nord-sud qui est celui du quartier de Ṣalība et correspond à une orientation ancienne qui n’est pas suivie dans le découpage intérieur du waqf.

37Les rues et façades qui forment les côtés est et sud suivent l’orientation générale des quartiers à l’est : NNO-SSE et OSO-ENE. L’angle sud-est est approximativement un angle droit. Il a été choisi comme point de départ de la composition et l’ensemble du complexe se conforme à son orientation.

  • 14 Contre toute attente, il n’y a pas de relation immédiate entre ces longueurs choisies, mais seulem (...)

38La largeur des rues qui cernent le waqf, relativement constante, est exceptionnelle pour un tissu ancien : elle est fixée à un minimum de 6 m et détermine l’emplacement des façades est et sud, mais non leur longueur : les bâtiments ou les espaces publics préexistants permettraient à la façade sud d’avoir 93 m de long alors qu’elle n’a que 83,45 m. De même, la façade est pouvait avoir quelques mètres de plus que les 90,70 m existants14.

2. La construction géométrique d’ensemble

  • 15 On peut retrouver d’autres systèmes de composition dans les tracés du waqf Ipšīr Pāšā. Ces système (...)

39La composition géométrique que nous pensons avoir retrouvée permet de situer l’ensemble des murs d’enveloppe des différents éléments architecturaux contenus dans le waqf, grâce à un nombre limité d’opérations géométriques simples15.

  • 16 Les trois phases de la composition géométrique ne correspondent pas au rythme de la construction. (...)

40Elle se décompose en trois phases : d’abord la construction d’un rectangle appuyé sur le côté sud du waqf, puis la construction de l’enveloppe extérieure du waqf, enfin la construction d’un rectangle nord-sud sur lequel se fondent la plupart des divisions intérieures16.

a) Construction du rectangle appuyé sur le côté sud du waqf

  • 17 L’explication de cette construction peut être trouvée dans M. Cleyet-Michaud, Le nombre d’or (coll (...)

41On part d’une longueur A B choisie, de 75,79 m. Soit E le milieu de A B. Par une construction très simple (Fig. 17) qui ne met en œuvre que le compas, on détermine les points M et N qui divisent la longueur A B en trois segments de longueur inégale qui ont un certain nombre de propriétés particulières17.

Plan 17. Étude du tracé régulateur

42M N = A M + NB = AB/2

43A M2 = M N x N B

44A M/N B = M N/A M =A N/M N =1/2(1+√5) ou 1,618

45ou encore

46N B = 14,47 m 14,47 m x 1,618= 23,42 m

47A M = 23,42 m 23,42 m x 1,618= 37,89 m

48M N = 37,89 m 37,89 m x 1,618= 61,29 m

49A N = 61,29 m

50Les longueurs de ces segments forment une progression géométrique croissante, de raison égale à 1/2 (1 + √5) et dans laquelle chaque terme est la somme des deux précédents.

  • 18 Le nombre d’or est connu, sans être nommé, depuis la plus haute antiquité. Il est probable qu’un c (...)

51Le nombre irrationnel 1/2 (1 + √5) ou approximativement 1,618 est connu actuellement sous le nom de nombre d’or18. Ses propriétés géométriques et arithmétiques sont remarquables et ont souvent été utilisées, consciemment ou non, par les artistes et particulièrement par les architectes.

  • 19 Le point A correspond au parement extérieur ouest du mur ouest du café, le point M au parement ext (...)

52Dans le waqf Ipšīr Pāšā, les trois segments déterminés dans la longueur A B correspondent aux trois éléments principaux de la façade sud : N B est la façade de la mosquée, A M celle du café, M N celle de la qaysariyya. A partir des points M et N, on peut élever des perpendiculaires à A B qui déterminent l’emplacement des murs mitoyens entre ces trois unités19.

  • 20 Ce type de rectangle a été défini explicitement par l’historienne d’art Elisa Maillard qui l’a ret (...)

53L’ensemble des points tels que le rapport de leurs distances respectives aux points fixes A et E soit égal au nombre d’or est un cercle de centre N et de rayon N M (Fig. 18). Ce cercle rencontre en C la perpendiculaire à A B élevée du point B. Le point C est le troisième sommet d’un rectangle A B C D dans lequel le rapport de la diagonale sur la longueur qui joint l’un des sommets au milieu du côté opposé est égal au nombre d’or20.

Plan 18. Étude du tracé régulateur.

54Le petit côté B C du rectangle A B Ci D est lié au grand côté A B par une relation que l’on peut calculer en appliquant le théorème de Pythagore et qui s’exprime par la formule 2√φ/3-φ ou à peu près 2,164 (φ étant le nombre d’or) :

55si A В = 75,79 m

  • 21 Par une coïncidence intéressante, le rapport 13/6, soit environ 2,166, diffère très peu de 2,164 : (...)

56B C = AB/2,164 = 75,79/2,164 = 35,0021

57Les points F et G sont les intersections du côté C D avec les perpendiculaires élevées de A B à partir de M et N.

  • Le rectangle A M G D contient la salle et la cour du café.
  • Le rectangle M N F G contient la qaysariyya sud et une rangée de boutiques ouvertes sur la rue.
  • Le rectangle N B G F contient la mosquée et le bâtiment dit sūq al-Nuwāl.

58Le point H, extrémité ouest de la façade sud, est construit en reportant la longueur de la diagonale B D du rectangle A B C D sur le prolongement de A B (Fig. 19). On peut calculer la longueur de B D en appliquant le théorème de Pythagore. On obtient B D = B H = 83,48 m.

Plan 19. Étude du tracé régulateur.

59Le segment A H, qui constitue la façade des deux boutiques à l’ouest du café, est égal à B H moins A B ou 83,48 - 75,79 = 7,69 m. Sa longueur n’entre pas dans la série définie ci-dessus mais reste liée géométriquement au rectangle A B C D.

b) Conctruction de l’enveloppe extérieure du waqf

60Construction de B I, côté est du waqf : B I a été choisi tel que le point C le divise en deux segments B C et C I qui sont entre eux dans le rapport d’or : CI/BC = 1/2 (1+√5) ou 1,618. Or B C est connu par construction du rectangle A B C D dont il est le petit côté.

  • 22 Par rotation autour du point C on reporte CB en CB´ sur CD.
    Par rotation autour du point C on repor (...)

61Par une construction simple et classique qui ne fait intervenir que le compas, on met en place le point I (Fig. 20)22.

Plan 20. Étude du tracé régulateur.

62Par le calcul on peut aussi retrouver la longueur B I :

63si B C = 35 m

64C I = B C X 1,618 = 56,6 m

  • 23 En réalité B I = 90,7 m, B C = 34,37 m, et C I = 56,33 m. Or l’angle H B I n’est pas un angle droi (...)

65B I = B C + C I = 35 + 56,6 = 91,6 m23.

  • 24 On constate aussi que Z D = F C = 14,47 m. Donc Z Y = D C = 75,79 m. On peut diviser Z Y en moyenn (...)

66Le côté ouest oblique Y Z passe par D. Pour le situer, il suffit de déterminer un autre de ses points : le point Y est l’un des sommets du triangle équilatéral Y D F dont le côté, connu en D F, mesure D G + G F = 61,31 m (Fig. 21). La construction du point Y est immédiate par le report à l’aide du compas de la longueur D F en D Y et F Y24.

Plan 21. Étude du tracé régulateur.

c) Construction du rectangle nord-sud

67Avec le point G comme centre de rotation, on reporte la longueur G H´ (égale à M H) sur le côté G M : on obtient G L et une longueur résiduelle L M. Le point L est le pied d’une perpendiculaire élevée sur G M qui correspond au mur qui sépare les boutiques sud de la qaysariyya. De même avec G comme centre de rotation, on reporte la longueur G C dans le prolongement de G M : on obtient G P (Fig. 22). Le point P est le pied d’une perpendiculaire élevée sur G P qui correspond au mur de séparation des boutiques nord et du ḫān.

Plan 22. Étude du tracé régulateur.

  • 25 L’enveloppe du waqf peut alors être réduite à un carré de 83,45 m de côté.

68La longueur L P = H´ C = H B = 83,45 m est la longueur des bâtiments du waqf dans le sens nord-sud, si les rangées de boutiques au nord et au sud sont considérées comme construites en hors-d’œuvre25.

69Sur le côté L P comme longueur, on construit le rectangle L P X O dont la largeur P X est égale à la moitié de L P (Fig. 23). On effectue sur L P la même construction que l’on a faite sur A B : à l’aide du compas on détermine les points Q, et R qui divisent L P en trois segments de longueurs inégales : Q P, Q R et R L.

70on a : Q P/R L = R Q/Q P = P R/Q R = 1/2(1+√5) ou 1,618

71et Q R = Q P + R L = P L/2

Plan 23. Étude du tracé régulateur.

72A partir des points Q et R, on élève des perpendicualires au côté opposé X O : on obtient les points U et V qui divisent X O comme Q et R divisent L P (Fig. 24).

Plan 24. Étude du tracé régulateur.

73Par construction, le rectangle Q U X P, qui met en place l’enveloppe du ḫān (sauf à l’ouest, coupé par le côté oblique), est un rectangle d’un type particulier dans lequel le rapport du grand côté sur le petit est égal au nombre d’or. En effet, on a par construction

74P X = Q U = Q R = P L/2 et R Q/Q P = 1/2(1+√5), donc P X/Q P = 1/2(1+√5) ou 1,618 :

75Si P L = 83,45

76P X = 83,45/2 = 41,72

77et Q P = X U = P X/1,618 =41,72/1,618 = 25,79 m

78Les perpendiculaires élevées à partir des points R et V à l’extérieur du rectangle L O X P mettent en place la façade intérieure du café et la façade sud sur la cour du sūq al-Nuwāl (Fig. 24).

79Le segment X O est divisé en X U, U V et V O : X U est le mur est du ḫān. U V met en place certaines divisions importantes dans la qaysariyya est et situe la façade ouest sur la cour du sūq al-Nuwāl.

80V O, à l’intérieur de la mosquée, ne semble pas correspondre à un tracé caractéristique (sinon pour des détails tels que l’alcôve sud-ouest et son bādinǧ) d’autant plus que tout le tracé régulateur est déformé par la rotation qui situe la mosquée correctement par rapport à la qibla.

81Pour terminer l’enveloppe extérieure il reste à mettre en place le point K (Fig. 25).

Plan 25. Étude du tracé régulateur.

82Une construction facile peut être réalisée à l’aide du compas : on construit un cercle de centre D et de rayon D W ; le point K est à l’intersection de ce cercle avec la perpendiculaire à IB élevée depuis le point I.

83Le triangle D W K est équilatéral. Son côté est de longueur connue :

84D W = D G + G W

85D G = 23,42 m

86G W = R V = 41,73 m

  • 26 La longueur de I K peut être aussi déterminée de façon plus ou moins approximative par plusieurs m (...)

87D W = 23,42 m + 41,73 m = 65,15 m26.

Plan 26. Étude du tracé régulateur.

88La figure 26 représente l’ensemble des points et des longueurs qui résultent des constructions que nous avons décrites. Ils constituent l’enveloppe extérieure du waqf et les limites des différentes unités. Toutes ces constructions peuvent être résumées en quelques types d’opérations très simples :

  • construction d’une perpendiculaire en un point à une droite donnée ;
  • divisions de segments en moyenne et extrême raison (c’est dans cette opération qu’on retrouve le nombre d’or) ;
  • reports de longueurs par rotation à l’aide du compas.
  • 27 Certains reports de longueurs supérieures à 50 m paraissent difficiles à réaliser d’une façon préc (...)

89Ces constructions sont réalisées facilement sur le papier à l’aide du compas ou sur le terrain à l’aide d’une corde ou d’une chaîne27.

3. Les divisions secondaires

  • 28 D’autres impératifs techniques limitent la mise en œuvre de ces tracés, notamment les problèmes de (...)

90Les divisions internes de chacune des unités ainsi définies sont déterminées grâce aux mêmes systèmes. Elles reposent presque toujours sur des divisions de longueurs suivant le nombre d’or28.

  • 29 Une étude complète des tracés régulateurs en plan et en élévation pour tous les bâtiments du waqf (...)

91Les tracés régulateurs du café et de la mosquée sont particulièrement intéressants : dans ces deux monuments, dont l’architecture est très élaborée et le décor soigné, les volumes sont déterminés par la mise en relation des tracés en plan et en élévation : les hauteurs caractéristiques dans la façade du café sont égales aux longueurs des grandes divisions en plan. Nous ne nous étendrons pas plus sur ces études de détail qui feront l’objet d’une autre publication29.

4. De la théorie à la pratique : les inexactitudes dans la réalisation

  • 30 Ces différences dépassent rarement 1 % de la longueur : 1 cm pour une largeur de fenêtre de 0,90 m (...)

92La régularité apparente de la construction n’est que partiellement confirmée par l’analyse précise du plan : les angles droits ne mesurent jamais exactement 90° mais entre 88° et 92° ; les axes qui divisent les ensembles sont généralement corrects à leur point de départ et deviennent divergents ou convergents vers l’intérieur ; leurs longueurs sont allongées ou raccourcies par ces déformations ; les divisions répétitives ne sont pas régulières, notamment les largeurs des boutiques dans les séries nord et sud, les espacements et les largeurs des ouvertures dans les façades des qaysariyyas ou du café, les entrecolonnements dans le ḫān ou dans le café30.

  • 31 Il y a 4 m de différence de niveau entre la place au nord et la rue au sud de waqf. Cette pente du (...)

93Cette particularité peut être expliquée par l’imprécision des moyens techniques utilisés sur le terrain. Elle correspond aussi à une différence de conception entre l’élaboration du projet et sa réalisation. Un plan détaillé a certainement été dessiné mais au moment de la réalisation, après la mise en place des divisions principales, le dessin ne joue plus qu’un rôle indicatif31.

  • 32 Pour le rôle du micmābāšī, voir Abdel Nour, Habitat et fonctions urbaines, p. 197.

94En effet, les procédés traditionnels de construction et la distribution des responsabilités sur le chantier ne poussent pas au respect rigoureux d’un plan théorique : le rôle de l’architecte, du micmārbšī32 indéniable dans un projet comme celui-ci, semble beaucoup plus important dans l’élaboration que dans l’organisation et la surveillance du chantier.

  • 33 Ainsi, on observe une grande régularité en élévation : dans un même ensemble, on peut suivre les l (...)

95La réalisation est confiée au maître-maçon qui traduit le plan avec un souci de régularité et d’exactitude dans l’apparence, qui n’est jamais impératif et reste soumis à la contrainte supérieure du matériau, la pierre33.

5. L’architecte et le constructeur

96Il est impossible, en se fondant sur l’étude d’un seul ensemble, de déterminer d’une façon précise la fonction de l’architecte et notamment du micmārbāšī, haut fonctionnaire et représentant du pouvoir ottoman, et de délimiter la part de son influence dans l’architecture locale.

  • 34 L’ensemble construit à Payas, non loin d’Iskanderoun en 1574, est l’oeuvre de Sinan (G. Goodwin, H (...)

97Son intervention se limite-t-elle aux bâtiments publics ou englobe-t-elle aussi le contrôle ou même la conception de certaines réalisations privées ? Est-il un homme de métier, issu de dynasties de bâtisseurs, formé par la pratique de la construction ? Est-il plutôt un administrateur ou un ingénieur ? Est-il d’origine locale ou d’une autre région, formé à Istanboul ? Est-il présent sur le chantier ou est-il seulement l’auteur du plan que les bâtisseurs locaux réalisent à leur façon ? Il est certain que ces caractéristiques ont varié suivant les époques et les circonstances34.

6. Conception alépine ou architecture d’empire ?

98Si, dans certaines grandes mosquées à Damas ou à Alep, l’influence ottomane prévaut, dans d’autres bâtiments, la part de la tradition syrienne est beaucoup plus importante, notamment dans les grands ensembles utilitaires comme les sūqs et les ḫāns d’Alep.

99Dans le waqf Ipšīr Pāšā, chaque élément pris séparément est en général dans la tradition alépine pour le décor comme pour les techniques de construction et le plan. Le café est de conception plus singulière mais son caractère exceptionnel est le fait d’une synthèse d’éléments de provenances diverses mis en relation et développés d’une façon originale. Le plan d’ensemble et l’insertion dans le site sortent de l’ordinaire et peuvent être rapprochés des compositions monumentales d’Istanboul et des villes de l’empire avec un souci de mise en valeur des façades donnant sur l’extérieur. Mais cette conception se retrouve aussi à Alep dans certains monuments d’époque ayyoubide ou mamelouke, à une échelle plus proche de celle du waqf Ipšīr Pāšā.

  • 35 On peut rapprocher ce tracé régulateur de celui qui est mis en œuvre dans les quartiers tout proch (...)
  • 36 Le projet comprend des bâtiments de tailles diverses, des plus grands : qaysariyyas et ḫāns = 1150 (...)
  • 37 Une certaine recherche de la régularité et de la symétrie apparaît dans l’urbanisme et l’architect (...)

100Le tracé régulateur ne doit pas non plus être a priori rattaché à une tradition savante non syrienne ; il est l’instrument d’une planification fonctionnelle qui vise à une utilisation optimale du terrain pour une densification des activités et une rentabilisation de l’espace35. Le plan est l’instrument de la division d’un espace donné, irrégulier, en fractions de forme régulière dont les limites peuvent être reportées sur le terrain par des procédés géométriques simples et dont la superficie et la forme correspondent exactement aux besoins36. Il doit aussi répondre à certains critères d’harmonie37.

  • 38 Une unité de mesure de longueur doit avoir été utilisée ne serait-ce que pour déterminer les dimen (...)

101Cette conception pratique, utilitaire, plutôt que symboliste ou esthétique du tracé régulateur peut être un élément du savoir architectural transmis de génération en génération, parfois revitalisé et développé par un architecte moins routinier ou confronté à des problèmes inhabituels. Seule l’analyse d’un grand nombre de monuments alépins contemporains ou antérieurs au waqf Ipšīr Pāšā et de monuments ottomans de la même époque dans d’autres régions de l’empire peut permettre de retrouver les filiations et influences diverses et de rattacher le tracé régulateur et la conception générale du waqf Ipšīr Pāšā à la tradition alépine ou à l’influence centralisatrice d’Istanboul38.

102L’adaptation étroite du projet au site et sa réponse précise aux besoins du quartier permettent de dire que son auteur, s’il n’était pas originaire d’Alep, y avait séjourné suffisamment longtemps pour la bien connaître.

Notes

1 Nous n’aborderons dans cette étude ni l’analyse des techniques de construction, ni le détail de la mise en œuvre des matériaux dans les différents éléments architectoniques (fondations, murs, ouvertures, couvertures, etc.) parce qu’elles ne présentent pas ici de caractères originaux par rapport aux autres constructions alépines de la même époque. Cependant, un certain nombre de données ont été présentées au cours de la description des bâtiments, dans le texte et dans les notes.

2 Dans ces quartiers, la zāwiyat al-cAqiliyya date du début de l’époque ottomane ; la mosquée de cAbdallāh al-Aḫāl de 890/1486, la qaysariyya de Bayt Muḥibb, waqf du ḥammām Almaǧi de 1548, la maison Anṭākî de 1088/1677.

3 Dans son plan de la ville, A. Russel désigne cet espace comme « market place » (vers 1750).

4 Cette appartenance est confirmée par tous les documents : la waqfiyya, les relevés de compte, la description du cadastre de 1929.

5 Le ḫān du Waqf a conservé jusqu’à la fin du xixe siècle le nom de « ḫān al-cAraṣa » sous lequel il est désigné dans le relevé des comptes de 1223/1808.
Le mot de caraṣa est riche de significations variées, suivant les dialectes et époques :

  • pour Kazimirski : cour, espace entre les murailles ou les édifices, enclos, enceinte, place ;
  • dans le Mounged : espace non bâti ;
  • dans al-Zamaḫšarī : la cour de la maison, le terrain où elle a été bâtie.

En Égypte, il désigne souvent un marché aux grains. Il est utilisé actuellement à Alep pour désigner un terrain vague non bâti en dur. Or le ḫān al-cAraṣa est décrit dans l’acte de fondation et dans les relevés de compte de 1753 et 1808 comme destiné à la vente des grains et conservera cette fonction tard dans le xixe siècle, au moins jusqu’en 1818 où le plan Rousseau localise à « Al Djédaïdé » une halle aux grains. Il paraît donc vraisemblable que le ḫān a repris le nom et la fonction de la caraṣa, marché au grain qui existait auparavant et donnait son nom à l’ensemble du terrain.

6 Le nom est cité dans le plan Rousseau au début du xixe siècle. La rue elle-même est beaucoup plus ancienne.

7 Le carrefour de Bānqūsā - bāb al-Ḥadīd comprend deux grandes mosquées, quatre ḥammāms, plusieurs sūqs, des ḫāns, des qaysariyyas, des cafés, etc. Comme le centre de Ǧudayda, il est beaucoup plus qu’un centre de quartier ordinaire.

8 La pierre de taille est utilisée pour des raisons techniques dans les piliers, les arcs, les encadrements des ouvertures et comme décor dans les façades, par sa répartition. Dans les qaysariyyas, le ḫān et les autres bâtiments utilitaires, les façades sont en blocs équarris disposés régulièrement. Dans la mosquée, les façades extérieures sont appareillées jusqu’aux deux tiers, sauf la façade sur la cour de la salle de prière, entièrement appareillée en pierre de taille. Dans le café, la façade sur la cour est en blocs équarris, mais la façade sur la rue est entièrement en pierre de taille.

9 Voir l’analyse du plan, tracé régulateur, pp. 47 à 56.

10 Comme l’a déjà noté A. Raymond (Les grands waqfs et l’organisation), le décor des immeubles de prestige du waqf, mosquée et café, est très proche de celui des maisons d’habitation de la même époque dans le quartier (caractère intime, avec une composition beaucoup moins grandiose que dans les grandes fondations de la madīna ou même le ḥammām Bahrām). La façade du café est conçue comme une façade de ca. C’est un indice de l’intégration du waqf au quartier et de son adaptation à sa fonction locale, mais aussi le signe d’une recherche de l’économie dans les matériaux et leur traitement, en rapport avec un budget relativement limité. Le caractère stéréotypé du décor peut aussi répondre à des nécessités économiques et à une normalisation du travail : on retrouve quelques types de décor identiques en facture et en proportion dans les différents bâtiments du waqf :

  • Il y a trois types de chapiteaux pour les colonnes du café qui correspondent à trois types de chapiteaux pour les piliers et les pilastres du café et de la mosquée dont deux sont repris dans les corniches qui supportent la voûte du couloir d’entrée du ḫān.
  • Les corniches des portes de la cour et de la salle de prière de la mosquée ont beaucoup d’éléments communs avec les stalactites de la niche du miḥrāb, avec le décor du pan coupé à l’angle sud-est extérieur de la mosquée et avec les chapiteaux des arcs de façade du portail du ḫān.
  • La corniche à palmettes qui couronne la façade de la mosquée se retrouve dans le décor du miḥrāb et celui de la fontaine.
  • Les bandes d’octogones entrelacés qui décorent la partie haute de la façade du café se retrouvent dans le cadre du miḥrāb. Dans la façade de la mosquée, au-dessus de la porte d’entrée, est enchâssée un élément de ce type de décor qui est manifestement un laissé-pour-compte.

11 L’inscription de fondation sur la porte extérieure de la mosquée, seule visible immédiatement par les passants, est rédigée en osmanh, moyen d’expression officiel du pouvoir ottoman.

12 Les superficies données ici ne sont pas toujours identiques à celles de la description. Ceci s’explique par des différences de découpage et des regroupements.

13 En comptant les couloirs d’accès.

14 Contre toute attente, il n’y a pas de relation immédiate entre ces longueurs choisies, mais seulement entre une portion du côté est et une portion de côté sud.
L’exiguïté et l’irrégularité de l’espace disponible et la nécessité de l’utiliser au maximum limitent le choix possible pour ces longueurs et explique une complication apparente qui serait injustifiée si le waqf avait été construit sur un espace plus vaste et plus régulier ou en dehors du tissu urbain.

15 On peut retrouver d’autres systèmes de composition dans les tracés du waqf Ipšīr Pāšā. Ces systèmes sont en général plus compliqués, moins faciles à mettre en œuvre sur le terrain et sont tous fragmentaires, ne permettant pas une construction d’ensemble. Ils ne sont que des tracés dérivés, conséquences du système que nous allons décrire.

16 Les trois phases de la composition géométrique ne correspondent pas au rythme de la construction. La réalisation des bâtiments du waqf n’a certainement pas été entreprise simultanément sur l’ensemble du territoire ; après la mise en place des grandes divisions, on a sans doute commencé par les équipements les plus importants : l’ensemble sud, café, fontaine, mosquée, boutiques et grande qaysariyya et l’ensemble nord, ḫān et boutiques, pour finir avec les deux petites qaysariyyas centrales, d’architecture un peu différente.

17 L’explication de cette construction peut être trouvée dans M. Cleyet-Michaud, Le nombre d’or (coll. Que sais-je ?). Elle figurait autrefois dans les manuels scolaires de géométrie élémentaire.

18 Le nombre d’or est connu, sans être nommé, depuis la plus haute antiquité. Il est probable qu’un certain nombre de ses propriétés géométriques ont été mises en évidence, bien avant que les Grecs (Euclide en particulier) n’aient conféré la rigueur mathématique à cette notion. Par la suite et jusqu’à nos jours, les traités de géométrie citent les constructions qui sont à la base du nombre d’or (pentagone, décagone, division d’un segment en moyenne et extrême raison), sans nécessairement le mettre en évidence en tant que tel. En 1509, le nombre d’or sous le nom de « divine proportion » est l’objet d’un traité scientifique dont l’auteur est le moine franciscain Luca Pacioli, mathématicien de renom (bibliographie sur le nombre d’or dans M. Cleyet-Michaud, Le nombre d’or, coll. Que sais-je ?).

19 Le point A correspond au parement extérieur ouest du mur ouest du café, le point M au parement extérieur est du mur est du café, c’est-à-dire au parement intérieur de la qaysariyya, le point N au parement extérieur est du mur est de la qaysariyya, c’est-à-dire au parement intérieur du mur ouest de la mosquée ; le point B correspond au parement extérieur de la façade est de la mosquée, c’est aussi l’angle sud-est du waqf.

20 Ce type de rectangle a été défini explicitement par l’historienne d’art Elisa Maillard qui l’a retrouvé à l’occasion d’analyses de Sainte-Sophie de Constantinople, du Parthénon et d’un certain nombre d’autres monuments. Elle lui a donné le nom de « rectangle Parthénon ».

21 Par une coïncidence intéressante, le rapport 13/6, soit environ 2,166, diffère très peu de 2,164 : le rectangle « Parthénon » est donc presque identique à un rectangle dont les côtés sont entre eux comme les nombres 13 et 6.

22 Par rotation autour du point C on reporte CB en CB´ sur CD.
Par rotation autour du point C on reporte la moitié de CB´ en CC´ sur le prolongement de BC.
Par rotation autour du point C´ on reporte C´B´ en C´ I sur le prolongement de BC´.
On peut vérifier que CI/CB =1/2 (1+√5) :
Dans le triangle rectangle B´ CC´, par construction, si CC´ = 1, CB´ = 2 et l’hypothénuse C´B´ = √5 en vertu du théorème de Pythagore.
Or C´B´ = C´I
CI = C C´ + C´ I = 1 + √5
C B = C B´ = 2
Image

23 En réalité B I = 90,7 m, B C = 34,37 m, et C I = 56,33 m. Or l’angle H B I n’est pas un angle droit. Il en résulte des déformations sur lesquelles nous reviendrons, qui font que toutes les mesures sont plus longues sur l’axe M P' que sur B I et on a bien M G = 35 m, G P´ = 56,6 m et M P´ = 91,6 m.

24 On constate aussi que Z D = F C = 14,47 m. Donc Z Y = D C = 75,79 m. On peut diviser Z Y en moyenne et extrême raison comme on a divisé A B. Les perpendiculaires abaissées des points obtenus sur le côté opposé B I (qui font des angles de 60° avec Z Y) déterminent plusieurs axes secondaires dans la construction : la façade nord sur la cour des deux petites qaysariyyas, l’entrée de la qaysariyya est, l’axe est-ouest médian du ḫān...

25 L’enveloppe du waqf peut alors être réduite à un carré de 83,45 m de côté.

26 La longueur de I K peut être aussi déterminée de façon plus ou moins approximative par plusieurs moyens :
— I K est un peu moins que la moitié de I B. I B = 90,7, I B/2 = 45,35 soit 0,85 m de plus que la longueur réelle de I K = 44,50 m.
— I K est égal à la longueur du petit côté d’un « rectangle d’or » dont le grand côté serait I V’.
I V´/I K = 1/2(1+√5) ou 1,618
I V´ = 72 m, I K = 72/1,618 =44,50 m.
— La longueur de I K est proche de celle du petit côté d’un rectangle dont le grand côté serait I C.
I C = I B/1,618 = 56,06 et dont le rapport du grand côté sur le petit côté serait égal à √1,618 ou 1,272.
56,06/1,272 = 44,07, soit 0,43 m de moins que la longueur réelle I K.

27 Certains reports de longueurs supérieures à 50 m paraissent difficiles à réaliser d’une façon précise avec une corde ou une chaîne. Il peut s’agir de constructions théoriques non reportées réellement sur le terrain.

28 D’autres impératifs techniques limitent la mise en œuvre de ces tracés, notamment les problèmes de portée des voûtes ou des poutres qui déterminent l’emplacement, l’épaisseur et la hauteur des supports, murs, colonnes ou piliers : une travée de salle plafonnée par exemple ne dépasse pas dans le waqf une largeur de 3,40 m.

29 Une étude complète des tracés régulateurs en plan et en élévation pour tous les bâtiments du waqf Ipšīr Pāšā est en préparation et sera publiée dans la revue de l’Institut d’Histoire des Sciences de l’Université d’Alep.

30 Ces différences dépassent rarement 1 % de la longueur : 1 cm pour une largeur de fenêtre de 0,90 m ; 4 cm pour un entrecolonnement de 3,40 m ; 0,75 m pour la longueur totale du bâtiment selon qu’elle est prise en I B = 90,70 m ou depuis K = 91,45 m. Ces différences ne sont pas assez considérables pour perturber le système de construction ; les longueurs reportées par le jeu du compas : ne sont pas exactes, mais la construction théorique reste réalisable et n’entraîne pas une accumulation des erreurs. La superposition du plan théorique et du plan réel relevé sur le terrain ne fait pas apparaître de différences fondamentales.

31 Il y a 4 m de différence de niveau entre la place au nord et la rue au sud de waqf. Cette pente du terrain dans le sens nord-sud peut être la cause de certaines erreurs d’implantation.

32 Pour le rôle du micmābāšī, voir Abdel Nour, Habitat et fonctions urbaines, p. 197.

33 Ainsi, on observe une grande régularité en élévation : dans un même ensemble, on peut suivre les lits horizontaux dans toutes les façades, au même niveau, alors qu’en plan, la largeur des ouvertures, les dimensions des pièces sont variables.

34 L’ensemble construit à Payas, non loin d’Iskanderoun en 1574, est l’oeuvre de Sinan (G. Goodwin, History of Ottoman architecture, pp. 298-299). Il est peu probable que Sinan se soit rendu à Payas au moment de la construction de ce groupe de bâtiments qui comprend une mosquée, un sūq et un grand ḫān.
Les bâtiments utilitaires, au moins, semblent avoir plus de points communs avec l’ensemble construit à Alep à la même date pour le gouverneur Ibrāhīm ḫān Zāda Moḥammad Pāšā (ḫān et sūq al-Ǧumruk) qu’avec les autres réalisations de Sinan à Istanboul et dans la région. Il est possible que Sinan ait fait le plan de la mosquée et que le reste ait été conçu et réalisé sous la supervision du micmārbāšī d’Alep dans la tradition alépine. Payas, dans le pachalik d’Alep, était l’un des débouchés de cette ville sur la Méditerranée.

35 On peut rapprocher ce tracé régulateur de celui qui est mis en œuvre dans les quartiers tout proches lotis aux xvie et xviie siècles à la périphérie nord du faubourg, formés de bandes parallèles de 20 m de large, dont le but est aussi la répartition fonctionnelle de l’espace entre les voies de passage et les parcelles destinées à l’habitation pour chaque famille.

36 Le projet comprend des bâtiments de tailles diverses, des plus grands : qaysariyyas et ḫāns = 1150 m2, aux plus petits : mosquée, four à pain (97 m2), boutiques dont la superficie varie de 9 à 13 m2, fontaine (moins de 5 m2).

37 Une certaine recherche de la régularité et de la symétrie apparaît dans l’urbanisme et l’architecture arabe depuis les périodes les plus anciennes, même s’il n’y a pas de planification préalable. Si le parcellaire et le tracé des voies sont en général irréguliers, ils peuvent se ramener à une composition de segments, de droites et d’angles proches de l’angle droit. Même sur une parcelle de forme très irrégulière, il y a toujours une recherche de régularité dans la cour et les divisions intérieures et ceci dans le bâtiment public le plus élaboré comme dans la maison la plus pauvre. Cette régularité peut être fondée, suivant les cas, sur des mesures précises ou sur une appréciation personnelle, l’apparence seule de régularité étant recherchée, dans les limites de la perception de l’œil.

38 Une unité de mesure de longueur doit avoir été utilisée ne serait-ce que pour déterminer les dimensions de l’espace disponible, établir les divisions principales et les reporter sur le terrain. Nous avons essayé de l’évaluer par l’analyse d’une cinquantaine de longueurs caractéristiques prises dans l’ensemble du waqf. Parmi les unités de longueur susceptibles d’avoir été utilisées, nous avons choisi le ḏirāc al-micmāriyya de 0,798 m. le ḏirāc al-handasa de 0,656 m et le ḏirāc al-yad de 0,498 m, le ḏirāc d’Alep de 0,679 m.
Au moins 70 % des mesures correspondent à des nombres entiers de ḏirāc al-yad ou de divisions simples (demi-ḏirāc), alors que 30 % seulement correspondent à des nombres entiers de ḏirāc al-micmāriyya et encore moins de ḏirāc al-handasa.
Une étude historique des unités de mesure est nécessaire, ainsi que des recherches comparatives sur d’autres monuments, avant toute conclusion définitive.
Statistiquement, le ḏirāc al-yad est la plus vraisemblable des unités de mesure possibles, jusqu’à preuve du contraire.
Ces quatre unités sont citées parmi beaucoup d’autres dans W. Hinz. Islamische Masse und Gewichte, pp. 54 à 64. Il cite aussi une mesure de géomètre, la corde (ḥabl) de 21,61 m, qu’il donne comme étrangère à la Syrie ottomane.
A. Abdel Nour, Notes sur quelques questions de métrologie, pp. 311 à 325, cite une utilisation comme mesure de géomètre d’une corde (ḥabl) et d’une chaîne (silsil) qui, à son avis, sont d’un usage local tout à fait exceptionnel (dans un village de Palestine).

Table des illustrations

Légende Plan 16. Emplacement des façades décorées : a) la mosquée ; b) le café ; c) le ḫān ; d) les portes des qaysariyyas, du sūq al-Nuwāl et du four.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7446/img-2.jpg
Fichier image/, 146k
Titre Comparaison des superficies des différents types d’espaces12
Légende Note 213
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7446/img-3.jpg
Fichier image/, 680k
Légende Plan 17. Étude du tracé régulateur
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7446/img-4.jpg
Fichier image/, 89k
Légende Plan 18. Étude du tracé régulateur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7446/img-5.jpg
Fichier image/, 108k
Légende Plan 19. Étude du tracé régulateur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7446/img-6.jpg
Fichier image/, 95k
Légende Plan 20. Étude du tracé régulateur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7446/img-7.jpg
Fichier image/, 128k
Légende Plan 21. Étude du tracé régulateur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7446/img-8.jpg
Fichier image/, 141k
Légende Plan 22. Étude du tracé régulateur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7446/img-9.jpg
Fichier image/, 149k
Légende Plan 23. Étude du tracé régulateur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7446/img-10.jpg
Fichier image/, 196k
Légende Plan 24. Étude du tracé régulateur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7446/img-11.jpg
Fichier image/, 179k
Légende Plan 25. Étude du tracé régulateur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7446/img-12.jpg
Fichier image/, 160k
Légende Plan 26. Étude du tracé régulateur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7446/img-13.jpg
Fichier image/, 199k

© Presses de l’Ifpo, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540