Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Waqf d'Ipšīr Pāšā à Alep (1063-1653)

 | 
Jean-Claude David

Première partie. Description et analyse de la fondation

A. Description des bâtiments

Texte intégral

I. LA FONDATION D’APRÈS LA WAQFIYYA RÉSUMÉE ET TRADUITE EN ARABE PAR ĠAZZĪ1

  • 1 Kāmil ibn Ḥusayn al-Ġazzī, Nahr al-ḏahab fī tārīḫ Ḥalab, t. II, p. 497 à 502. Le texte arabe est c (...)

1(la waqfiyya originale est en turc)

2« Il a constitué en waqf :

  • 2 En réalité l’école est sur la terrasse du sūq al-Nuwàl, bātiment contigu au nord. Son accès se fai (...)
  • 3 Le mot qasṭal désigne à Alep « une fontaine publique de ville en maçonnerie et dont la façade a la (...)

3a) sa mosquée, connue dans le quartier de Ǧudayda, après qu’il l’ait eu bâtie sur un espace qu’il s’était approprié légalement des waqfs de la Ḥalawiyya ; sur la terrasse de la mosquée, une école pour l’éducation des enfants2 (...), un qasṭal sous les escaliers de l’école3 (...)

  • 4 D’après Kazimirski, macīn signifie eau limpide et fraîche, eau de source. Bīr māɔ macīn est donc u (...)

4b) attenant à sa mosquée, à l’est, à Ǧudayda, un sūq dit sūq al-Nuwāl, des boutiques, un local de médecin, une qāsariyya de treize pièces à l’étage et quatorze au rez-de-chaussée avec une cour (raḥba) et un puits (bīr māɔ macīn)4 ;

Plan 1. Limites des différentes unités du waqf décrites par Ġazzī.

5c) un local contigu, destiné à la vente du samna et du miel, formé de quatre magasins au rez-de-chaussée et à l’étage avec un puits (ǧubb māɔ macīn), une autre boutique, treize boutiques et l’ensemble du ḫān dit ḫān al-cAraṣa, destiné à la vente des céréales ;

  • 5 Il s’agit sans doute d’une erreur, car il n’y a actuellement qu’une qaysariyya à l’ouest. Aucun em (...)

6d) à l’ouest, deux qāsariyya5 de vingt-huit pièces (ḥuǧra) réparties entre le rez-de-chaussée et l’étage, ainsi qu’une cour (ḥawš samāwī) et un puits (ǧubb māɔ macīn) ;

7e) une teinturerie et, à côté d’elle, une boutique et un four ;

  • 6 Ġazzī donne deux mots arabes : duwwāra et dūlāb al-ḥarīr. Barthélémy, pp. 256 et 259, donne la déf (...)

8f) au sud, un café dont la couverture est soutenue par sept colonnes de marbre avec une cour (sāḥa samāwiyya), deux bassins (ḥawḍ), un grand et un petit ; [la salle a] quatorze fenêtres ; une qāsariyya, limitée par sa mosquée, qui comprend vingt-sept pièces (ḥuǧra)... Il s’y trouve une roue à soie6. On y tisse des étoffes comme le velours et le satin. L’excédent d’eau de la mosquée y est conduit ;

  • 7 En réalité, dans l’état actuel il n’y a que treize boutiques et il ne paraît pas y avoir de modifi (...)
  • 8 Ce qasṭal, qui limite à l’ouest la façade sud du waqf, semble être un autre que celui attenant à l (...)

9g) seize boutiques7 attenantes à la porte du café et de la qāsariyya. Cet ensemble est limité : au sud, par la construction de feu Bahrām Pāšā dont il est séparé par une rue ; à l’est, par la rue dite al-Šamāli ; au nord, par la place, à l’ouest, par une rue et le zuqāq al-Kanīsa, en face du qasṭal et du four »8.

10Ġazzī donne ensuite en détail les prescriptions du wāqif concernant la gestion de sa fondation. Il précise entre autres que le contrôleur (nāẓir) du waqf sera le šayḫ al-islām et que le gérant (mutawallī) sera le naqīb al-ašrāf d’Alep.

  • 9 Une clause particulière concerne al-sayyid cAbd al-Kāfī al-Zanābīlī qui doit toucher un salaire de (...)

11Il mentionne ensuite le salaire annuel ou quotidien de chaque fonctionnaire ou bénéficiaire du waqf à Alep et sur les lieux saints de l’Islam9.

  • 10 La date de la waqfiyya, 15 šawwāl 1064/29 août 1654, est postérieure de plus de dix mois à la date (...)

12Il conclut ainsi : « L’acte [du waqf] a été rédigé après son enregistrement légal (tasǧil al-šarcī) le 15 šawwāl 1064/29 août 1654 »10.

  • 11 Les descriptions concernent en général l’état ancien du bâtiment tel qu’il est restitué dans les i (...)

13Le groupe de bâtiments du waqf Ipšīr Pāšā se présente comme un volume rectangulaire bas, de 90,70 m de long sur 83,45 m de large, tronqué de son angle nord-ouest, ouvert sur les rues et sur les sept cours intérieures11.

14Il couvre une superficie de 6224 m2. Les limites des différentes unités ne sont pas visibles de l’extérieur et sont toujours des murs mitoyens.

Plan 2. Vue en axonométrie du waqf (état vers 1900), (les coupoles du café et de la mosquée ne sont pas représentées).

15A la périphérie du bâtiment sont localisés les équipements ouverts au public, dont la fonction essentielle est l’échange et le contact :

  • la fontaine ;
  • les boutiques ;
  • le four à pain ;
  • le café ;
  • la mosquée ;
  • le sūq al-Nuwāl.

16Les autres équipements, notamment le ḫān et les qaysariyyas, sont situées à l’intérieur de l’îlot, isolés de la rue par les équipements de rive.

II. LES BÂTIMENTS DESTINÉS A L’ARTISANAT ET AU COMMERCE DE GROS

1. Les qaysariyyas

a) La grande qaysariyya sud12

  • 12 Sa dénomination populaire est qaysariyyat al-dūlāb.

17C’est la plus vaste construction du waqf avec 1145 m2 au sol. Elle se trouve dans sa moitié sud, entre la mosquée et le café. Comme les deux autres qaysariyyas du waqf, elle est formée de séries de pièces réparties sur deux niveaux et sur les quatre côtés d’une cour intérieure. Elle n’est ouverte sur la rue que par la porte d’entrée et les fenêtres des pièces à l’étage du côté sud ; tous ses murs au rez-de-chaussée sont mitoyens avec d’autres bâtiments.

Plan 3. Vue en axonométrie de la grande qaysariyya.

18La façade extérieure au sud, entre la mosquée et le café, comprend d’est en ouest au rez-de-chaussée :

  • la porte d’entrée de la qaysariyya, basse et relativement étroite (1,05 m de large sur 1,80 m de haut), décorée d’un encadrement, piédroits et fronton en calcaire jaune poli13, jointoyé à la feuille de plomb14 surmonté d’une frise de onze fleurons en léger relief imbriqués tête-bêche avec onze fleurons inversés en creux, seul ornement de tout le bâtiment ;
  • les ouvertures de onze boutiques que nous décrirons plus loin, p. 25 ;
  • à l’étage, vingt et une fenêtres réparties suivant un rythme régulier, qui éclairent cinq pièces de la qaysariyya.
  • 15 Dans la seconde assise, on a parfois déchaussé un ou deux blocs, afin de ménager éclairage et aéra (...)
  • 16 La construction des boutiques et du rez-de-chaussée de la qaysariyya semble avoir été commencée av (...)

19La façade est appareillée en pierre de taille jusqu’à 0,70 m au-dessus du sommet de l’intrados des arcs des boutiques. Jusqu’au niveau du plancher de l’étage, on compte cinq assises de blocs grossièrement équarris15. Au-dessus, l’appareil des pièces de la qaysariyya, relativement plus soigné, est semblable à celui des façades sur la cour. Cette différence entre le rez-de-chaussée et l’étage suggère qu’un certain laps de temps s’est écoulé entre les deux constructions16.

20L’entrée : la porte d’entrée donne accès à la cour par un couloir de 8,35 m de long et 4,75 m de haut, couvert d’une voûte en berceau brisé, continué par un passage à ciel ouvert de 4,35 m de long sur 2 m de large, perpendiculaire au couloir.

  • 17 Superficie calculée sans tenir compte de la rangée de boutiques qui limite la qaysariyya au sud.
  • 18 Dans ce type de bâtiments, le dallage de la cour est souvent limité à une sorte de trottoir le lon (...)

21Le rez-de-chaussée : la cour mesure 503 m2 et représente 44 % de la superficie du rez-de-chaussée17. C’est à peu près la même proportion que pour la cour de la mosquée. Elle est partiellement dallée et le rehaussement du niveau du sol empêche de se rendre compte de l’état original18. L’emplacement du puits n’est plus visible.

  • 19 Dimensions des fenêtres basses : 1,60 m X 0,90 m ; dimensions des fenêtres hautes : 1,20 m X 0,85 (...)

22Les façades sur la cour au rez-de-chaussée sont toutes semblables, sauf la première à gauche de l’entrée, plus petite et modifiée : pour chaque pièce, de part et d’autre d’une porte étroite et basse (0,95 m X 1,75 m), sont disposées deux fenêtres à niveau d’appui et une fenêtre haute, soit sept ouvertures qui donnent un assez bon coefficient d’éclairage19.

23Les encadrements des ouvertures sont bien appareillés en pierre de taille. Le reste de l’appareil est en blocs équarris disposés en assises régulières.

24D’après la description de Ġazzī, la qaysariyya contient au total vingt-sept pièces pour les deux étages. Dans l’état actuel on peut reconnaître au rez-de-chaussée treize pièces, plus une pièce détruite au début du siècle par l’agrandissement de la mosquée.

25Suivant leur position dans le bâtiment, ces pièces, qui ont de 7 m à 7,50 m de large, peuvent avoir une profondeur de 3,30 m (9 pièces) ou 6,60 m (5 pièces). Dans le premier cas, elles sont couvertes de deux travées de voûtes d’arête, dans le second, un pilier central reçoit la retombée de quatre voûtes d’arête.

Plan 4. Plan d’une pièce à pilier central au rez-de-chaussée de la grande qaysariyya.

26La hauteur sous voûte est d’environ quatre mètres ; on descend généralement une ou deux marches pour pénétrer dans ces pièces.

27Les encadrements des ouvertures, le pilier central et les corbeaux qui reçoivent la retombée des voûtes sont en pierre de taille, les murs en blocs équarris et les voûtes en blocage.

  • 20 Cet escalier, maladroitement relié aux structures qui le portent, ne paraît pas d’origine. Des arr (...)
  • 21 On peut supposer qu’elles ont pris la place de trois pièces anciennes détruites (peut-être au cour (...)

28L’étage : actuellement, un seul escalier à ciel ouvert, situé près de l’angle sud-ouest de la cour20, donne accès à l’étage où se trouvent douze pièces dont trois datent de la fin du xixe siècle21. La treizième pièce devait être dans l’angle nord-ouest où se trouve une vaste terrasse.

29L’aile nord et l’aile sud sont desservies par des terrasses de 3,50 m à 4 m de large, sur 33 m de long, dallées, dont les vastes proportions pouvaient permettre aux tisserands d’effectuer certaines opérations nécessitant le déploiement de grandes longueurs de fil.

30Les pièces, d’architecture très simple, ont chacune une porte de 1,75 m sur 0,95 m et quatre fenêtres, deux de chaque côté, de hauteur constante (1 m) et de largeur irrégulière (autour de 0,65 m). L’appareil est plus simple qu’au rez-de-chaussée, en pierres médiocrement taillées autour des ouvertures, en blocs équarris disposés en assises régulières pour les murs.

  • 22 Le plafond est formé de solives disposées parallèlement, appuyées sur les murs latéraux et support (...)

31On descend une ou deux marches pour entrer dans les pièces qui ont généralement de 7,50 m à 7,90 m de long sur 3,40 m de large. Elles sont plafonnées comme les pièces à l’étage des habitations22. La hauteur sous plafond est d’environ trois mètres.

32Les pièces, situées du côté nord, n’ouvrent que sur la cour. Celles qui sont du côté sud, au-dessus de la série de boutiques, ouvrent aussi sur la rue, chacune par cinq fenêtres, identiques à celles de la cour. Elles sont donc remarquablement éclairées.

b) La qaysariyya est

33Avec une superficie au sol de plus de 800 m2, c’est la quatrième construction du waqf. Elle se trouve dans la partie est, entre la grande qaysariyya au sud, et le ḫān au nord.

34Sa disposition générale et les aménagements de détail diffèrent un peu de ceux de la grande qaysariyya et sont parfois difficiles à comprendre à cause des profondes modifications qui ont bouleversé l’aile est et une partie de l’aile nord.

35L’extérieur : la façade sur la rue date du xixe siècle et comprend, au rez-de-chaussée, huit boutiques de chaque côté de la porte d’entrée, construites aux dépens de trois ou quatre pièces de qaysariyya et, à l’étage, onze fenêtres éclairant trois pièces.

36L’entrée : l’entrée actuelle se fait par un couloir de 5 m de long sur 1,05 m de large, qui conduit de la rue à la cour intérieure.

  • 23 La superficie actuelle de la cour est de 195 m2.

37L’intérieur, le rez-de-chaussée : la cour devait mesurer 278 m2 et ne représentait que 33,9 % de la surface totale de la parcelle23. D’après la description de Ġazzī, il y avait quatorze pièces au rez-de-chaussée et un puits dans la cour.

  • 24 L’une mesure 6 m X 7 m, l’autre 6,30 m X 7,80 m.
  • 25 Elles mesurent toutes deux 5,60 m X 3,40 m.
  • 26 Elles ont, en général, 6 m X 3,30 m ou 6,45 m X 3,50 m.

38Dans l’état actuel, on y reconnaît deux grandes pièces à pilier central24, deux pièces rectangulaires, parallèles à la façade (barlongues)25 et quatre pièces rectangulaires, perpendiculaires à la façade (oblongues)26, présentant leur petit côté en façade sur la cour, disposition qui n’existe pas dans la grande qaysariyya.

39Les pièces oblongues ouvrent sur la cour par une porte basse, avec un arc surbaissé et une fenêtre avec un linteau droit monolithique et un arc plat de décharge, le tout surmonté d’une fenêtre haute, rectangulaire, dans l’axe de la pièce. La couverture est une voûte en berceau brisé, dont l’axe est perpendiculaire à la façade (Plan 5 a).

Plan 5. Dans la qaysariyya est :
a) pièce oblongue ;
b) pièce à pilier central.

40Les pièces à pilier central sont un peu différentes de celles de la grande qaysariyya : un demi-berceau, reposant sur le mur de refend perpendiculaire à la façade, se transforme en deux voûtes d’arête qui retombent sur le pilier central. Il y a une travée symétrique, de l’autre côté du pilier (Plan 5 b).

41Les pièces barlongues du côté ouest ouvrent sur la cour par une porte et trois fenêtres ; leur couverture est formée de deux voûtes d’arête. L’appareil est très proche de celui de la grande qaysariyya. Il n’existe plus trace du puits cité par Ġazzī dans la cour.

Plan 6. Vue en axonométrie de la qaysariyya est (état actuel).

  • 27 Il n’est pas certain que ce soit la disposition d’origine. D’après Ġazzī, il doit y avoir treize p (...)

42L’intérieur, l’étage : l’accès à l’étage se fait actuellement par deux escaliers à ciel ouvert aux angles sud-ouest et nord-ouest de la cour27.

43Il n’y a pas de terrasse longitudinale de desserte devant les pièces, mais une succession de pièces avec des terrasses intercalaires. Chaque pièce et chaque terrasse occupent toute la largeur du bâtiment et les façades principales ouvrent sur les terrasses intercalaires. Les pièces qui ne sont pas directement accessibles depuis les terrasses desservies par les escaliers sont commandées par les autres pièces.

44Le nombre des ouvertures est assez régulier : généralement la façade principale a une porte de 0,90 m sur 1,80 m, décentrée à droite ou à gauche, et deux fenêtres de 0,80 m sur 1,25 m avec un linteau droit et un arc plat de décharge. Au-dessus de chaque fenêtre on a une ouverture plus petite, de 0,29 m sur 0,50 m (ou 0,80 m au sommet), terminée par un arc en accolade. Le petit côté qui donne sur la cour a aussi parfois des fenêtres, généralement deux grandes fenêtres et une petite ouverture haute.

45L’appareil en façade est simple ; les encadrements des ouvertures et les arêtes d’angle sont appareillées en pierre de taille ; le reste des murs est en blocs équarris.

46Les pièces sont plafonnées et leur hauteur intérieure est d’environ 3,35 m. La couverture est en terrasse.

c) La qaysariyya ouest

47Cette construction est au troisième rang dans le Waqf quant à la superficie occupée au sol, soit 807 m2.

48Elle prolonge, à l’ouest, la qaysariyya est et doit avoir été construite en même temps que celle-ci dans l’espace résiduel entre les constructions principales entreprises antérieurement au nord et au sud.

49La façade sur la rue est très réduite ; elle comprend la porte d’entrée et le mur extérieur de trois pièces ouvertes à l’origine sur le couloir d’entrée, transformées maintenant en boutiques ouvertes sur la rue.

  • 28 Voir planche typologie des ouvertures, 26.

50La porte est basse et relativement étroite28 (0,97 m sur 1,85 m), décorée d’un cadre et d’un fronton en calcaire ordinaire bien appareillé. Le fronton se termine par une frise de onze motifs (picots) encadrée de deux motifs à stalactites et surmontée d’une assise de protection taillée en auvent. C’est l’un des rares éléments décorés de la façade ouest, avec la porte du four, la fontaine et sans doute la porte de la teinturerie actuellement détruite.

51Le bloc de la première assise, sous la naissance de l’arc à droite, porte une inscription en arménien, non déchiffrée, d’une facture maladroite, avec la date de 1875, qui rappelle sans doute une réfection ou une modification du bâtiment, peut-être l’ouverture des boutiques.

52L’entrée : le couloir d’accès de 15 m de long est coudé. D’abord perpendiculaire à la rue, il devient normal aux axes du waqf et aboutit à l’angle nord-ouest de la cour. Au passage, il dessert d’abord une porte qui donne dans le ḫān et une porte qui donne dans une petite pièce au sud puis, après le coude, les ouvertures de deux pièces de la qaysariyya situées à l’ouest entre le couloir et la rue. Une petite fenêtre du ḫān donne aussi dans ce couloir.

53L’intérieur, le rez-de-chaussée : la cour mesure 268 m2, ce qui représente 33,3 % de la surface de la parcelle.

54D’après la description de Ġazzī, la qaysariyya comprenait vingt-huit pièces en tout, avec une cour et un puits. Il y a actuellement quatorze pièces sur la cour et deux pièces sur le couloir d’entrée, soit seize pièces au rez-de-chaussée.

Plan 7. Vue en axonométrie des qaysariyyas est et ouest (avec essai de restitution des volumes anciens).

55Comme dans la qaysariyya est, il y a trois sortes de pièces :

  • Douze pièces oblongues, couvertes en berceau brisé, perpendiculaires à la façade et ouvertes sur la cour par leur petit côté. Elles ont de 2,70 m à 3,80 m de large et de 5,90 m à 9 m de long, suivant leur emplacement. Elles ont en général une porte et une fenêtre en façade, plus une fenêtre haute dans l’axe de la voûte.
  • Deux pièces à pilier central.
  • Deux pièces barlongues à l’est, qui ont chacune une porte et trois fenêtres et sont couvertes de deux voûtes d’arête.

56L’intérieur, l’étage : quatre escaliers à ciel ouvert, situés dans les angles de la cour, donnent accès aux terrasses de desserte de l’étage.

  • 29 Le mur mitoyen nord, entre la qaysariyya et le ḫān, plus haut du côté de la qaysariyya que du côté (...)

57Il y a actuellement douze pièces à l’étage ; six d’entre elles présentent leur petit côté sur la cour et leur façade principale sur les terrasses intercalaires. Elles ont le même système d’ouverture et le même appareil que dans la qaysariyya est ; deux pièces barlongues à l’est ont leurs fenêtres sur la cour et quatre autres sur une terrasse annexe située au-dessus de l’entrée29.

d) La qaysariyya : le bâtiment et la fonction

58Le terme qaysariyya peut être utilisé pour désigner des bâtiments ou des groupes de bâtiments variés et qui remplissent des fonctions différentes :

  • Au Moyen Âge, il s’agit d’un sūq fermé avec une porte où l’on fabrique et vend des objets de valeur. La qaysariyya des orfèvres dans les sūqs d’Alep en est un bon exemple30.
  • Plus tard apparaît une signification proche de celle du funduq ou du ḫān : avec une fonction de logement temporaire et d’entrepôt de marchandises31.
  • Une signification dérivée de celle-ci existe au xviiie siècle à Alep. Les ensembles collectifs d’habitations populaires réparties autour d’une cour sont appelés qaysariyyas vers 1750 par A. Russel32. Le terme de ḥawš33 paraît avoir été plus courant dès cette époque et jusqu’à nos jours pour désigner cette fonction34.
  • A la même époque, le mot qaysariyya désigne à Alep un ensemble de pièces réservées à la fabrication du tissu35, c’est-à-dire un espace renfermant une série d’ateliers consacrés à des fabrications semblables ou complémentaires.

59Plusieurs indices nous permettent de penser que les qaysariyyas du waqf d’Ipšīr Pāšā rentrent dans cette dernière catégorie :

  • Dans la waqfiyya résumée par Ġazzī, comme dans les relevés des comptes du waqf36 de 1166/1753, 1170/1757, 1223/1809, les trois bâtiments que nous avons décrits sont cités sous le nom de qaysariyya. Ġazzī donne quelques indications sur l’utilisation de la grande qaysariyya : « Il y a une roue à soie, on y fait du velours et du satin », qui se rapportent sans doute à l’utilisation du bâtiment au début du siècle.
  • Dans le plan de Rousseau, en 1818, une des trois qaysariyyas du waqf est citée sous le nom de « kerkhanet-il-Qassabjié » ou fabrique de fils d’or.
  • La plupart des qaysariyyas dans le faubourg nord étaient récemment et restent encore parfois réservées à l’artisanat du textile et notamment au tissage et, dans la mémoire des habitants du quartier, ce terme est étroitement lié à la notion de travail du fil ou du tissu.

60Des caractéristiques de l’architecture et de la situation nous permettent de différencier les qaysariyyas de tissage des qaysariyyas d’habitation, des funduq et des ḫāns :

  • 37 Au xixe siècle ou au début du xxe, beaucoup de qaysariyyas de tisserands, désaffectées, comme d’ai (...)

61— Les ensembles communautaires d’habitations populaires cités par Russel, nombreux dans le faubourg nord, se distinguent d’abord des qaysariyyas de lissage par le fait qu’ils ont rarement un étage, alors que ces dernières en ont presque toujours un37.

  • 38 Abdel Nour, Habitat et fonctions urbaines, p. 133.
  • 39 Certains ḥawš sont actuellement propriété de communautés religieuses chrétiennes et servent à loge (...)

62Les qaysariyyas de tissage ont généralement conservé une certaine unité de style. Leurs bâtiments construits d’un seul jet sont propriété d’une seule personne ou plus généralement font partie d’un waqf, chaque pièce étant louée par son utilisateur. Elles portent la marque de l’époque de leur construction et sont entretenues comme un tout. Les ensembles d’habitations, ḥawš, ont évolué différemment : si à l’origine, les pièces étaient louées, bien souvent elles sont devenues propriété de leurs habitants38 qui les entretiennent et les reconstruisent à leur gré, en fonction de leurs besoins et de leurs possibilités, ce qui explique leur aspect disparate39.

63— Enfin, la position centrale, l’environnement d’activités commerciales et de service du waqf d’Ipšīr Pāšā ne correspondent pas aux caractéristiques habituelles de localisation de l’habitat, privé ou collectif : la plupart des ḥawš connus dans le faubourg nord sont situés loin des nœuds d’activités, à la périphérie des quartiers, dans des zones marginales, sur les terrains qui étaient bon marché.

64— La situation à l’écart des principaux axes d’arrivée des caravanes ne convient pas à la fonction de funduq pour l’hébergement des voyageurs.

  • 40 Il existe encore actuellement dans certaines qaysariyyas (q. al-Qumarī à ḥārat al-cAṭawī, près de (...)

65— L’architecture des trois qaysariyyas n’est pas non plus adaptée aux fonctions d’entrepôt pour les marchandises : l’une des possibilités d’utilisation des pièces du rez-de-chaussée, plus sombres, serait le stockage40 ; or une caractéristique remarquable de ces constructions est l’isolement, accentué par la modestie de l’accès, petite porte et long couloir conduisant à la cour après un parcours de plusieurs mètres. Cette structure ne se prête pas du tout à un mouvement important de marchandises.

Plan 8. Les trois qaysariyyas dans l’ensemble du waqf.

66Cet isolement peut simplement être le résultat de la répartition des espaces entre les activités qui recherchent le contact et celles qui n’en ont pas besoin. Il peut aussi être intentionnel, souhaité comme une protection contre d’éventuelles réquisitions de vastes locaux ou contre le pillage et le vol.

  • 41 La plupart des qaysariyyas connues dans la ville intra-muros ou le faubourg nord sont caractérisée (...)

67La porte étroite, le long couloir, l’isolement derrière d’autres immeubles constituent des obstacles à ces menaces et manifestent le désir de ne pas attirer inutilement l’attention41.

68Le fonctionnement et les activités de la qaysariyya n’entraînent pas de circulation importante des personnes et des marchandises et ne nécessitent pas une grande accessibilité : la qaysariyya n’est pas ouverte au public, car les produits ne sont pas vendus sur place. Les transports de matière première ou de produits finis ne sont jamais considérables, car il n’y a pas de stockage sur place. Le tissu produit est ramassé périodiquement par le négociant ou livré par le tisserand porté à dos d’homme, ce qui ne nécessite pas un porche, aussi large que celui d’un ḫān.

  • 42 Ces remarques sur le fonctionnement des qaysariyyas, sur leurs liens avec les ḫāns de la madīna et (...)

69Les produits sont entreposés dans les ḫāns de la madīna, pour la vente au détail dans les sūqs voisins ou pour l’exportation proche ou lointaine42.

70Une autre caractéristique commune aux trois qaysariyyas du waqf Ipšīr Pāšā, que l’on ne retrouve pas toujours aussi clairement développée dans les autres qaysariyyas pour l’artisanat, est l’importance donnée aux cours et surtout aux terrasses : la surface ouverte disponible pour chaque pièce ancienne est à peu près équivalente à la surface couverte ; dans la grande qaysariyya, la cour représente près de 50 % de la surface de la parcelle ; la superficie des terrasses de desserte à l’étage est égale à celle des pièces ; dans les deux autres qaysariyyas, chaque pièce à l’étage dispose d’une terrasse d’une superficie équivalente.

71Ces espaces ouverts avaient certainement un rôle important dans les activités de fabrication rassemblées dans les qaysariyyas.

  • 43 Les trois qaysariyyas et le ḫān sont actuellement équipés d’urinoirs, généralement à ciel ouvert d (...)

72Il n’y a dans la description de Ġazzī aucune mention de l’existence de pièces à fonction particulière, locaux pour le logement du gardien, latrines, etc. Il n’y a pas, non plus, dans les relevés de compte du waqf, mention de dépenses pour le paiement de gardiens et d’autres employés spécialement affectés aux qaysariyyas43.

2. Le ḫān

a) Le bâtiment

  • 44 La superficie est ici calculée avec les boutiques ouest, séparées du ḫān au xixe siècle, mais sans (...)

73Par sa superficie actuelle, 868 m2, c’est le second immeuble du waqf44. A l’origine, il devait couvrir à peu près la même superficie que la grande qaysariyya, près de 1100 m2.

Plan 9. Vue en axonométrie sur le ḫān (xixe et xxe siècle, avant 1930).

74Il se situe dans la moitié nord et sa façade principale donne sur la place al-Ḥaṭab qui limite le waqf au nord.

75Il est formé de bâtiments, sans étage, répartis sur les quatre côtés d’une cour intérieure. Dès l’origine, il n’était ouvert sur l’extérieur que par son portail sur la sāḥat al-Ḥaṭab, étant isolé au nord et à l’est par des boutiques, à l’ouest par un mur aveugle sur la rue, au sud par les autres bâtiments du waqf.

76La façade extérieure : elle a 44,60 m de long et 5 m de haut. Elle est interrompue au milieu par le porche d’entrée, haut de 6,50 m. De chaque côté du porche il y a cinq boutiques qui isolent le ḫān de la place.

77L’entrée : le porche d’entrée, élément de liaison autant que de séparation, est la seule partie décorée du ḫān et constitue une sorte de monument à lui seul. Il s’inscrit dans un volume parallélépipédique de 5 m de large, 9,09 m de long, 6,50 m de haut en façade et met en relation l’espace extérieur et la cour du ḫān à travers la rangée de boutiques et de bâtiments de l’aile nord du ḫān.

78Sa façade en pierre de taille bien appareillée s’inscrit dans le cadre rectangulaire de 5 m par 6,50 m.

  • 45 Cet arc en ogive est à deux centres situés au niveau des naissances. La distance de ces centres à (...)

79L’arc d’entrée est souligné par une voussure ornée d’une frise de palmettes et de volutes45. Au-dessus de l’extrados de l’arc, le cadre se termine par un fronton rectangulaire de 50 cm de haut, qui occupe toute la largeur du porche, formé de trois blocs de calcaire jaune poli encadrés d’une moulure en doucine, sans doute prévu pour porter une inscription monumentale.

80Le passage a 9,09 m de long et comprend trois parties : extérieure, médiane, intérieure.

81— La partie extérieure a 3,97 m de large. Elle est limitée par un second arc plus étroit, plus bas et en retrait de 0,80 m par rapport à la façade, décoré aussi d’une voussure ornée du même décor de palmettes et volutes. Les espaces créés par le rétrécissement sont occupés par deux banquettes cubiques décorées de moulures en doucine.

  • La partie médiane rétrécie à 2,87 m se prolonge sur une longueur de 2,51 m. C’est l’espace nécessaire à l’ouverture des deux vantaux en bois, dont l’un est percé d’une petite porte (bāb al-ḫawḫa) et à leur logement en position ouverte. La couverture-est une voûte très surbaissée, légèrement brisée suivant l’axe, bien appareillée avec dans les angles, derrière les feuillures d’entrée, les deux blocs saillants dans lesquels sont creusées les contre-crapaudines.
  • La partie intérieure a 3,95 m de large comme la partie extérieure et 5,88 m de long. Elle est couverte d’un berceau brisé en maçonnerie de blocage, supporté par une corniche de deux assises de décor à stalactites, qui fait place dans la façade sur la cour à un chapiteau à stalactites, support d’un arc décoré identique à celui de la façade extérieure, lui aussi inscrit dans un cadre rectangulaire terminé par une corniche du même décor de palmettes et volutes que les arcs46.

82Sur cette partie du passage s’ouvrent à l’est une porte et une fenêtre, apparemment percées postérieurement à la construction, qui donnent accès à une grande pièce couverte de deux travées de voûtes d’arête. A l’ouest, une niche couverte d’un cul-de-four profilé en accolade, supporté par une corniche décorée, devait être l’emplacement de la margelle d’un puits ou d’une citerne. Une porte et une fenêtre donnant sur une petite pièce, peut-être le logement du gardien, ont apparemment été percées postérieurement. Une inscription maladroite, dans la première assise en dessous de la corniche, avec un nom illisible et une date (1250/1834-1835), doit correspondre à des réfections effectuées à cette époque, peut-être les percements des portes et fenêtres des côtés est et ouest.

83Le passage débouche dans l’angle nord-ouest de la cour à une cinquantaine de centimètres plus bas que le niveau extérieur.

  • 47 Les boutiques ouest prises sur le bâtiment du ḫān au xixe siècle sont considérées comme faisant pa (...)

84L’intérieur : la cour couvre actuellement 257 m2, soit 29,6 % de la surface totale. Dans l’état primitif, elle pouvait couvrir 380 m2, soit 33 % de la surface totale. Nous décrirons un état qui doit remonter à la première moitié du xviiie siècle47.

85— L’aile nord a une seule travée de profondeur, elle est limitée au nord par le mur mitoyen des boutiques. Elle comprend d’est en ouest :

  • la pièce qui donne sur le couloir d’entrée et dont les ouvertures sur la cour, une porte, une fenêtre et deux petites ouvertures hautes, ont été bouchées lors de la construction d’une aile aux dépens d’une partie de la cour ;
  • le porche que nous avons décrit ;
  • la pièce à l’ouest du porche d’entrée avec deux fenêtres en façade, une porte et une fenêtre sur le couloir ;
  • la porte de l’escalier intérieur d’accès aux terrasses ;
  • une galerie de trois travées dont deux ouvertes sur la cour par deux arcs brisés outrepassés, limitée à l’ouest par le mur d’une boutique48.

86— L’aile ouest ouvre sur la cour par une galerie de quatre arcades. C’est une vaste salle hypostyle de cinq travées du nord au sud et de deux à cinq travées d’est en ouest. La couverture de voûtes d’arêtes est supportée par quinze piliers, y compris ceux des arcades de la façade et quatre pilastres dans le mur sud.

87La salle est limitée à l’ouest par le mur et la rue oblique qui séparent le waqf du quartier de Ṣalība.

88— L’aile sud est formée d’une seule galerie de quatre travées ouvertes sur la cour ; elle est appuyée au sud contre le mur mitoyen avec les deux petites qaysariyyas.

89— L’aile est comprend deux travées d’est en ouest et cinq travées du nord au sud. Elle donne sur la cour par quatre arcs. Elle est limitée à l’est par le mur mitoyen avec les bâtiments de l’ancien moulin. Sous la seconde arcade au nord se trouve l’orifice d’accès à un sous-sol, sans doute creusé dans le roc (maġāra), actuellement comblé.

90L’ensemble des bâtiments est couvert de voûtes d’arête, sauf la galerie nord-ouest, couverte d’un demi-berceau et de demi-voûtes d’arête. La hauteur du sommet des arcs est d’environ 4 m, les naissances des arcs sont à 2,25 m au-dessus du sol.

91Les piliers, les voussoirs des arcs, les ouvertures sont appareillés en pierre de taille. Les murs sont en bloc équarris en assises régulières. Certaines irrégularités de l’appareil témoignent des réfections et des modifications du bâtiment.

Plan 10. Le ḫān au milieu du xviie siècle, avant la réduction de la cour.

92L’aile nord, malgré les restaurations de la façade sur la cour, semble assez homogène et demeure la partie la mieux bâtie, la mieux appareillée, avec le portail et la série de boutiques sur l’extérieur.

93L’aile ouest et l’aile sud ont été certainement restaurées ou peut-être partiellement rebâties, sans grandes modifications sinon l’ouverture de boutiques.

94L’aile est a sans doute été déplacée vers l’ouest et reconstruite aux dépens de la cour, le déplacement de la limite est du ḫān dégageant l’espace nécessaire à la construction d’un moulin au xviiie siècle.

b) La fonction du ḫān al-cAraṣa

95Dans le résumé de la waqfiyya, le ḫān est désigné comme « ḫān al-cAraṣa, destiné à la vente des céréales ». Dans le relevé des comptes de 1166/1753, il est décrit ainsi : « ḫān al-cAraṣa pour les céréales avec une balance pour la farine (qabbān daqīq) ».

96Le plan Rousseau (1825) localise à Ǧudayda une « halle aux grains » qui doit être le ḫān du waqf Ipšīr Pāšā.

97Le ḫān conserve cette fonction jusqu’à une date non connue de la seconde moitié du xixe siècle.

  • 49 Dans les Règlements fiscaux ottomans, traduits par R. Mantran et J. Sauvaget, on trouve pour Alep, (...)

98La présence d’une balance et sans doute le prélèvement d’une taxe sur le pesage de la farine sont des indices d’une fonction importante dans le circuit de commercialisation des céréales à Alep, le nombre de points de pesage étant limité à quelques ḫāns49.

  • 50 Dès avant la conquête ottomane, la plupart des locaux pour l’entreposage et la vente des produits (...)

99Par sa structure le ḫān de Ǧudayda ressemble à ceux de Bānqūsā ou du front ouest de l’enceinte à bāb Anṭākya et bāb al-Ǧinān, sur les deux principales voies d’accès aux régions productrices de blé du nord-est et du sud-ouest. Mais sa localisation le différencie des autres : au cœur des quartiers d’habitation, à l’écart de ces grandes voies d’accès, mais à proximité des routes venant du nord, de cAntab et Biredjik et des plaines fertiles du haut Quwayq50.

100Peut-on établir une relation entre cette localisation exceptionnelle et la présence du quartier chrétien ?

101Ce ḫān était-il destiné particulièrement à l’approvisionnement du quartier et du faubourg nord ou était-il spécialisé dans l’entreposage et la commercialisation de certains types de céréales ou de farines ?

102Ce problème entraîne une série de questions d’ordre plus général :

103Quelle est la fonction des différents types de ḫāns, suivant leur localisation ? Les moulins urbains et les moulins ruraux de la zone maraîchère d’Alep ont-ils un rôle différent ? Quelle est la part des fours de quartiers et du travail domestique dans le stockage et la transformation des céréales ?

104La réponse à ces questions ne peut être donnée que par une étude du système de distribution des céréales, base de l’alimentation populaire, et du rôle des différents intermédiaires dans la commercialisation et la transformation qui sort du cadre de notre recherche actuelle.

3. Le madār est

105Les pièces de l’angle nord-est, entre la qaysariyya est et le ḫān, sont ainsi décrites par Ġazzī : « un local où l’on vend le beurre et le miel, qui comprend quatre pièces au rez-de-chaussée et à l’étage avec un puits et une autre boutique. »

  • 51 « Moulin à manège pour le blé et le bourghoul » (Barthélémy, p. 257).
  • 52 « Grande meule verticale en pierre noire employée à décortiquer le bourghoul et d’autres graines e (...)

106Cet ensemble a été modifié avec notamment un déplacement vers l’ouest de la limite du ḫān pour permettre la construction du madār51 ou de la cadasa52 qui, non cités dans l’acte de fondation, apparaissent dans les relevés de compte de 1753, 1757 et 1808. Les actes d’enregistrement des propriétés en 1928 situent aussi un madār sur cette parcelle.

107On peut reconstituer un état ancien qui doit dater de la première moitié du xviiie siècle. La superficie de cet espace, de l’axe du mur nord de la qaysariyya jusqu’au mur sud de la rangée de boutiques sur sāḥat al-Ḥaṭab et de la façade sur la rue est au mur mitoyen du ḫān est de 319 m2 (26 m par 12,30 m).

108Il contient six boutiques, une petite cour limitée à l’ouest par le ḫān, deux pièces voûtées en berceau au nord et enfin la pièce principale du madār de 7,5 m sur 14,70 m, soit 110 m2.

109C’est l’une des quatre constructions au rez-de-chaussée plafonnées et non voûtées. Elle est divisée en deux travées parallèles à la rue par une arcade qui supporte les deux plafonds de solives. Chaque travée a 14,70 m de long et 3,20 m de large.

110L’entrée primitive du bâtiment n’est pas connue.

4. La teinturerie, le four, le madār ouest

111La partie sud-ouest du waqf est ainsi décrite par Ġazzī : « une teinturerie et à côté d’elle une boutique et un four ».

112Ces bâtiments sont difficiles à situer et à délimiter, car nous ne connaissons par l’étendue exacte de la cour du café qui limite la zone à l’est et au sud. D’autre part, l’ensemble de la zone et de ses marges ont été bouleversées à plusieurs reprises. Quelques bâtiments anciens subsistent : le four à pain qui fonctionnait encore en 1973 et une pièce avec une annexe près de la qaysariyya ouest.

113a) Cette pièce, située entre la cour de la qaysariyya et la rue, couvre une superficie de 58 m2. Elle ouvre sur la rue par un porche aménagé assez récemment, peut-être à la place d’une simple porte. Les autres ouvertures anciennes sont une petite fenêtre qui donne sur la rue, une fenêtre haute qui donne sur la cour de la qaysariyya ouest et deux fenêtres qui donnaient sur une cour au sud où l’on a aménagé, peut-être au xviiie siècle, une grande pièce plafonnée.

114La pièce principale est perpendiculaire au mur nitoyen avec la qaysariyya ; elle est couverte de trois voûtes d’arête et d’une courte portion de berceau brisé à l’ouest. L’annexe au nord est couverte d’une voûte d’arête.

115Le niveau du sol de la pièce principale est inférieur de 1 m 55 à celui de la qaysariyya et correspond à peu près à celui de la cour du café. Le sol de l’annexe est 1 mètre plus haut, sans qu’il soit possible de dire si c’est le niveau ancien ou le résultat d’un remblaiement.

116b) La pièce aménagée postérieurement au sud mesure 11,35 m de long par 5,45 m de large, soit 61,88 m2. Elle est limitée à l’ouest par deux boutiques ouvertes sur la rue, aménagées à la même époque, à l’est par la qaysariyya, au sud elle ouvrait par deux fenêtres sur une cour intérieure. Elle est divisée en trois travées d’axe nord-sud, par deux grands arcs appareillés qui supportaient les trois plafonds de solives de 3,50 m de large chacun.

117c) Les autres constructions, jusqu’au bâtiment du four à pain, sont modernes, édifiées de 1975 à 1978, à la place de la cour du café et des constructions anciennes à l’ouest.

118d) Le four à pain et l’espace pour la vente mesurent 8,10 m de long sur 12 m de large et couvrent une superficie de 97 m2. Ils n’ont pas de cour intérieure. Par leur fonction double, fabrication et vente, et par leur situation à la périphérie du groupe de bâtiments de waqf, ils pourraient être aussi présentés avec les bâtiments à fonction de contact.

119La façade, très simple, est construite en moellons équarris posés en lits réguliers ; seules les ouvertures sont appareillées en pierre de taille.

  • 53 Voir la description des boutiques, p. 25.

120L’ouverture pour la vente est du même type que celle des boutiques anciennes53.

121La porte d’accès au fournil a 0,95 m de large sur 1,85 m de haut au sommet de son arc. Elle est encadrée de deux piédroits et d’un fronton en léger relief, limité par une frise décorée de onze picots encadrés par deux motifs en stalactite, surmontés par une assise de protection taillée en biseau. Il y a encore dans la partie haute du mur de façade une lucarne étroite et une gargouille.

  • 54 Dans Barthélémy, 347, la sqīfe est une « soupente fermée par un treillage et servant de grenier et (...)

122La salle est divisée en deux travées longitudinales de 3,15 m et 3,20 m de large, séparées par deux arcs reposant sur un pilier intermédiaire qui supportent les solives du plafond. Un escalier en pierre donnait accès à une sqīfe54 située : au-dessus de la fontaine et des deux boutiques qui terminent à l’ouest la façade du café.

5. Le bâtiment contigu à la mosquée au nord : sūq al-Nuwāl

123Ce bâtiment est actuellement très modifié et difficile à analyser. Il est cependant possible de reconnaître un état ancien qui doit être l’état primitif ; en effet, l’aile est de ce bâtiment supporte la pièce à l’étage accessible depuis la cour de la mosquée, fondée comme école par Ipšīr Pāšā et dont le décor, partiellement conservé (porte d’entrée, fenêtres sur la rue), semble être le décor primitif.

124a) Le bâtiment qui couvre 277,5 m2 est formé d’une simple galerie sur les quatre côtés d’une cour intérieure rectangulaire. Les pièces à l’étage liées à d’autres ensembles : mosquée, qaysariyya est, grande qaysariyya, sont indépendantes du rez-de-chaussée.

125b) La porte d’entrée donnait directement dans la pièce de l’angle sud-est. De son décor extérieur sont conservés le piédroit nord, la corniche et l’assise de protection en auvent. Le reste de la façade sur la rue est maintenant modifié par le percement de boutiques.

126c) La cour intérieure couvre 61,1 m2, soit 22 % de la surface totale du bâtiment.

127Les arcs sont des arcs brisés bas et larges, trois sur chaque grand côté et deux sur chaque petit côté. Chaque arc ne correspond pas nécessairement à une pièce. Les transformations anciennes ou récentes empêchent de reconnaître les murs de séparation primitifs. La couverture des pièces est un plafond de solives, identique à ceux du four et du madār est, dont la largeur varie de 3,10 m à 3,25 m suivant l’emplacement.

128d) La description de Ġazzī ne donne pas d’autre indication que le nom, sur la forme et l’utilisation primitive du bâtiment : « attenant à sa mosquée, à l’est à Ǧudayda, un sūq dit sūq al-Nuwāl... »

  • 55 Les locaux commerciaux ouverts sur la rue sont désignés par Ġazzī sous le nom de boutiques (dakākī (...)

129La forme du bâtiment rappelle celle d’un petit ḫān ou de certains sūqs établis autour d’une cour fermée, dont on trouve plusieurs exemples dans la madīna, souvent sous le nom de qaysariyya : la qaysariyya des orfèvres, les qaysariyyas du waqf de Dūqakīn Zāda Mu-ḥammad Pāšā et d’Ibrāhīm ḫān Zāda Muḥammad Pāšā, un des sūqs du waqf de Bahrām Pāšā, etc.55

  • 56 Le plan Rousseau (de 1811, révisé en 1818) mentionne à Ǧudayda un ḫān al-Ṣūf qui doit correspondre (...)

130Un tel sūq fermé doit être un ensemble de boutiques ou d’entrepôts pour des objets précieux ou pour des marchandises intéressant une clientèle limitée. Dans le relevé de compte de 1166/1753, ce bâtiment est désigné sous le nom de sūq Ġazl al-ṣūf (sūq des filés de laine)56.

III. LES BÂTIMENTS A FONCTION D’ÉCHANGE OU DE CONTACT

1. Les boutiques

131Dans l’état ancien, elles sont essentiellement localisées sur les côtés sud, est et nord du waqf.

  • 57 Il n’y a donc que treize boutiques dans la façade sud, ce qui ne correspond pas au nombre donné pa (...)

132a) Au sud, il y a onze boutiques au rez-de-chaussée de la grande qaysariyya entre la porte de la qaysariyya et le mur du café et deux boutiques à l’ouest du café, entre le café et la fontaine57.

Plan 11. Les bâtiments à fonction d’échange ou de contact (état à la fondation, approximatif pour les boutiques) :
a) les boutiques ; b) la mosquée ; c) le café ;
d) le four à pain ; e) la fontaine (en noir, les cours intérieures).

  • 58 Comme cela arrive très souvent, les poutres ont ici été sciées et la garniture de l’imposte suppri (...)

133L’arc des ouvertures est d’un type que l’on retrouve pour toutes les boutiques anciennes : c’est un arc brisé très surbaissé dont les naissances sont au niveau d’un épais tirant de bois qui forme un chaînage continu pour toute la série des boutiques. L’imposte ménagée entre l’arc en pierre et la poutre était à l’origine obstruée par des blocs de pierre appareillés, maçonnés sur chant58.

134Les ouvertures de ces boutiques font en moyenne 2,35 m de large et les trumeaux qui les séparent près d’un mètre. Les dimensions intérieures sont : 2,75 m de large et près de 3,30 m de profondeur depuis l’intérieur du mur de façade : l’ouverture des boutiques sur la rue est presque égale à leur largeur intérieure. Parfois les activités s’exercent en partie en dehors du bâtiment, pour certains artisanats par exemple. Pour les commerces, le client reste en général dans la rue qui peut être considérée comme une annexe de la boutique. Du point de vue fonctionnel, le sūq est formé de l’ensemble rue-boutiques.

135La voûte des boutiques est un berceau brisé, beaucoup plus haut que l’arc d’entrée. Son sommet est entre 4 m et 4,25 m.

  • 59 Les deux dernières boutiques à l’est ont été reconstruites en matériaux modernes. La description d (...)

136b) Au nord, on peut reconnaître dix boutiques réparties de part et d’autre de l’entrée du ḫān59.

137L’arc des ouvertures est du même type que pour les boutiques du sūq sud mais le chaînage de bois et la garniture des impostes ont été conservés.

138Les ouvertures de ces boutiques font entre 2,25 m et 2,40 m de large et les trumeaux près d’1,50 m. Leur profondeur est de 3,80 m depuis l’intérieur du mur de façade, leur largeur varie de 3 m à 3,35 m.

  • 60 Sans compter les boutiques de l’angle N-E, qui font partie de l’ensemble du ḫān et en considérant (...)

139c) Parmi les vingt-deux boutiques existant actuellement du côté est60, aucune n’est du type que nous avons décrit :

  • treize boutiques plafonnées, avec un arc d’ouverture en demi-cercle, sont manifestement des créations du xixe siècle ;
  • une boutique plafonnée, avec un arc en façade de forme traditionnelle, peut provenir d’une transformation du xviiie siècle ;
  • six boutiques couvertes de voûtes d’arête de formes diverses sont aussi issues de transformations anciennes ;
  • deux autres boutiques entièrement transformées récemment ne laissent rien paraître de leur ancienne structure.

140La description de Ġazzī est imprécise et difficilement utilisable : si l’on excepte les locaux commerciaux du sūq al-Nuwāl distribués autour d’une cour intérieure, il ne pouvait y avoir de boutique ouverte sur la rue qu’au nord et au sud de la qaysariyya, soit cinq ou six boutiques.

141d) A l’ouest, la description de Ġazzī ne cite qu’une seule boutique : « une teinturerie avec à côté une boutique et un four », qui n’existe plus actuellement.

142Trois boutiques anciennes, occupées par des bijoutiers, limitent le ḫān à l’ouest. Les autres boutiques de bijoutiers ont été créées au xixe siècle aux dépens du ḫān.

143Quatre boutiques plafonnées, ouvertes sur la rue par des arcs de type ancien, qui se trouvent entre le moulin et le four doivent faire partie des reconstructions du xviiie siècle.

2. La fontaine (dite actuellement « qasṭal Bašīr »)61

  • 61 Voir n. 3, p. 5 et n. 4, p. 6.

144La fontaine termine la face ouest du waqf près de l’angle sud-ouest, en face de l’entrée du zuqāq al-Yāsmīn qui donne accès au cœur du quartier chrétien. Elle est actuellement hors d’usage et son emplacement a été annexé à la boutique mitoyenne à l’est.

145Elle se trouvait à l’intérieur d’un renfoncement en forme de niche d’1,20 m de profondeur et 3,40 m de largeur. Le bassin visible sur le plan du cadastre de 1929 empiétait d’un mètre sur la rue.

146La façade qui encadre la fontaine est entièrement appareillée et continue celle du café suivant les mêmes assises, après l’angle. Au-dessus de la fontaine se trouve une frise de deux types de palmettes répétés quatorze fois en alternance. On retrouve ce motif dans la corniche de la façade intérieure de la mosquée et parmi les éléments décoratifs du miḥrāb. Elle est surmontée d’une assise taillée en biseau, qui joue le rôle d’auvent protecteur.

147Un peu à gauche, une gargouille du même type que celles de la façade du café, mais sans décor, permet l’évacuation des eaux pluviales de la terrasse du four.

3. La mosquée

a) Le bâtiment

148Avec 237 m2 au sol, c’est l’une des plus petites constructions du waqf. Elle se trouve à son angle sud-est, au carrefour des deux rues principales. Vue de l’extérieur, c’est un volume parallélépipédique régulier ; elle est formée d’une cour et d’une salle juxtaposées.

Plan 12. Vue en axonométrie sur la mosquée.

149Sa situation privilégiée en angle lui permet d’avoir deux façades sur la rue.

150L’extérieur, la façade sud : elle est appareillée en pierre de taille jusqu’à mi-hauteur. Le reste du mur jusqu’à la corniche est en moellons soigneusement équarris. Elle est percée de deux fenêtres encadrées d’un décor de bandes horizontales alternativement noires et jaunes. Leur linteau monolithique en calcaire jaune est surmonté d’abord d’une assise de claveaux décoratifs à joints brisés alternativement en calcaire jaune, basalte et marbre blanc, puis d’une assise de calcaire jaune ; le décor est terminé par une frise de six fleurons et deux demi-fleurons en relief, pointés vers le haut, imbriqués tête-bêche avec sept fleurons en creux.

151Les fenêtres s’ouvrent à près de deux mètres au-dessus du niveau de la rue, ce qui rend impossible la vue vers l’intérieur et difficile la vue vers l’extérieur.

152Deux gargouilles simples, juste au-dessous de la corniche profilée en chanfrein, permettent l’évacuation des eaux de la terrasse.

153La coupole de la salle de prière n’est pas visible de la rue.

  • 62 Ce pan coupé est à la fois décoratif et fonctionnel. Il souligne l’importance du carrefour sud-est (...)

154La façade est : l’angle des deux façades est un pan coupé jusqu’à trois mètres de haut. Un triangle oblique, décoré de stalactites, fait la transition du pan coupé à l’arête vive qui se poursuit jusqu’à la corniche62.

155La façade est, du même appareil que la façade sud, est percée d’une fenêtre qui donne dans la salle de prière, presque identique à celles de la façade sud et d’une fenêtre plus simple qui donne dans la cour.

  • 63 Voir annexe V.

156La porte d’entrée est percée à l’extrémité nord de cette façade. Elle mesure 1,93 m de haut sur 1,08 m de large. Elle est décorée d’un encadrement de bandes horizontales alternativement noires et jaunes. Le linteau monolithique en calcaire jaune est surmonté d’abord d’une frise de onze fleurons en marbre blanc et calcaire jaune, pointés vers le haut, imbriqués dans dix fleurons et deux demi-fleurons en basalte noir ; le décor se poursuit avec une assise de calcaire jaune puis une assise de basalte et une de calcaire jaune dans lesquelles est enchassée une plaque de marbre portant une inscription de fondation en osmanli, avec la date de 1063/165363.

157L’ensemble est surmonté d’une frise de stalactites protégée par une assise taillée en auvent. La porte permet un passage direct de la rue à la cour intérieure.

158L’intérieur, la cour : la cour mesure 109 m2 et représente 46 % de la superficie totale. Elle est à la fois espace de distribution et d’accès à la salle de prière, aux latrines, à la salle a ablution, à l’école (kuttāb) et lieu de prière pendant la belle saison.

  • 64 Voir n. 2, p. 20.

159La façade est de la cour est un simple mur de clôture qui l’isole de la rue. La porte d’entrée s’ouvre dans sa partie nord. Sa face interne n’est pas décorée. Dans la partie sud, un arc outrepassé forme une sorte de niche dans laquelle s’ouvre la fenêtre sur la rue64.

160La façade ouest est un mur mitoyen avec la grande qaysariyya. Elle a été percée au début du siècle pour l’aménagement d’une salle de prière annexe.

161Dans la façade nord, presque immédiatement à droite après la porte d’entrée, se trouve la porte qui donnait accès à la fontaine de la mosquée, prise dans l’épaisseur du mur. Elle dessert maintenant les latrines. Un peu plus loin, un escalier à ciel ouvert donne accès à la salle d’école, au premier étage, au-dessus des bâtiments du sūq al-Nuwāl.

162L’extrémité ouest de la façade a été percée au xixe siècle pour permettre l’aménagement d’une salle d’ablutions.

163La façade de la salle de prière au sud est simple mais de proportions équilibrées. C’est la seule qui soit appareillée en pierre de taille. Dans sa partie médiane se trouve la porte d’accès à la pièce, à droite une fenêtre et à gauche un miḥrāb peu profond décoré à la naissance du cul de four d’une lunule en marbre blanc portant les mots « Yā Allāh » et une fenêtre. Les deux fenêtres sont pourvues d’un linteau en calcaire jaune surmonté d’un décor sculpté d’entrelacs limités par un ruban denticulé.

  • 65 Voir n. 3, p. 8.

164La porte de la salle de prière mesure 0,96 m de large sur 1,92 m de haut au sommet de l’arc. Elle n’est pas centrée dans la façade. Elle est inscrite dans un cadre en relief de 3 cm par rapport au nu du mur de la façade, eu calcaire jaune jointoyé à la feuille de plomb65.

  • 66 Transcription et traduction, annexe II.

165L’arc surbaissé est formé de cinq claveaux bien appareillés. Il est surmonté d’une inscription de fondation, en arabe66, sculptée dans une plaque de marbre blanc encadrée de basalte noir.

166Le fronton se termine par une frise de stalactites identique à celle de la porte sur la rue, protégée par une assise taillée en biseau. Le reste du décor de la façade consiste en deux œils-de-bœuf au-dessus des fenêtres, deux gargouilles décoratives et une corniche de palmettes et d’entrelacs.

167Le minaret : c’est une étroite plate-forme octogonale en béton, légèrement surélevée par deux assises de pierre de taille et une corniche moulurée avec une balustrade et un toit en bois, construite à cheval sur le mur est de la cour, qui sépare celle-ci de la rue. On y accède par un escalier de pierre depuis le palier d’entrée à la pièce d’école. Il est de construction récente. Son escalier d’accès paraît plus ancien mais rien ne permet de dire s’il fait partie de la construction d’origine. L’appel à la prière pouvait se faire depuis le palier de l’école ou d’un espace simplement aménagé sur la crête du mur.

  • 67 L’architecture islamique à Alep a utilisé une grande variété de systèmes pour passer du plan circu (...)

168La salle de prière : l’intérieur de la salle de prière comprend un espace central couvert d’une coupole posée sur un tambour d’une trentaine de centimètres de haut et quatre pendentifs67.

  • 68 Le capteur du bādinǧ sur la terrasse a été reconstruit et rehaussé à une époque tardive, comme une (...)

169Cet espace est encadré de deux travées couvertes de voûte d’arête. Dans la travée de droite, le mur de la qibla comporte une sorte d’alcôve rectangulaire de 3,15 m sur 1,80 m prise dans l’épaisseur du mur, surélevée d’une trentaine de centimètres, ouverte sur la salle de prière par un arc brisé, avec une fenêtre donnant sur la rue. Le plafond de dalles de pierres ajourées de motifs en étoiles et en hexagones donne un supplément de lumière et un décor original à cet espace. Un confort particulier est apporté par une cheminée d’aération (bādinǧ) qui fait de cette alcôve un lieu particulièrement favorable au repos et à la méditation68.

170Le décor, si l’on excepte les chapiteaux très simples des pilastres, est limité au miḥrāb. Celui-ci est situé dans un léger renfoncement sous l’arc formeret sud de la coupole, en face de la porte d’entrée. C’est un ensemble richement décoré, inscrit dans un cadre rectangulaire en saillie légère sur le mur de la qibla, limité par une moulure en doucine.

171La niche du miḥrāb occupe le milieu de ce cadre. En plan, elle est formée d’un demi-dodécagone ; elle est couverte d’une demi-calotte de stalactites.

172Le cadre est limité en haut par un fronton rectangulaire avec trois registres de décor :

  • un bandeau d’entrelacs géométriques d’octogones et d’étoiles, identique à ceux de la façade du café ;
  • un cartouche rectangulaire avec un passage de la sourate Āl cImrān (III, verset 32) du Coran, sur la vierge et Zacharie69 ;
  • une corniche de fleurons et de palmettes identique à celle de la façade sur la cour et du décor de la fontaine, limitée à chaque extrémité par un corbeau en pierre richement décoré de rinceaux.

173La salle est éclairée par six fenêtres : deux fenêtres donnent sur la cour, deux sur la rue sud, une sur la rue est et une sur le couloir d’entrée de la qaysariyya à l’ouest. Dans le linteau de cette dernière s’ouvre l’orifice d’une gaine d’aération (bādinǧ) qui se poursuit jusqu’à la terrasse où se trouve le capteur d’air en pierre de taille et en briques, orienté vers l’ouest.

174La coupole est percée de quatre œils-de-bœuf et le plafond de l’alcôve de quatre étoiles à six branches et dix-huit hexagones.

b) Particularités remarquables

175La mosquée présente dans son architecture et son décor plusieurs particularités intéressantes :

  • L’existence d’éléments de confort : les deux bādinǧ qui captent le vent d’ouest dominant en fin d’après-midi et permettent en été l’aération et le rafraîchissement de la salle de prière et de l’alcôve. Cet élément que l’on retrouve dans beaucoup d’habitations de l’époque est plus rare dans les bâtiments publics. Il existe aussi dans le café du waqf.
  • Grâce à un artifice de construction, la mosquée est orientée convenablement, alors que l’ensemble des bâtiments du waqf ne l’est pas : le parement décoré des façades extérieures fait un tout avec le reste du waqf ; en jouant sur l’épaisseur des murs, on y insère les espaces de la mosquée orientés différemment.

176Les quatre fenêtres sur la rue et la porte d’entrée sont perpendiculaires à l’enveloppe extérieure et ne participent pas à la déformation de l’ensemble cour-mosquée ; par contre, les placards intérieurs, l’alcôve sud-ouest et les niches des bādinǧ suivent cette déformation.

177La perception de ce décalage de douze degrés n’est pas immédiate et seule une observation attentive permet de la remarquer. En effet, les deux parements du mur dans lequel est percée la porte d’entrée sur la cour sont parallèles à l’axe de la rue sur trois mètres environ ; plus loin, le paiement intérieur diverge et le mur s’épaissit de 0,65 m à 1,50 m à l’angle sud-est de la cour : quand on pénètre dans la cour, l’illusion est parfaite d’entrer dans un espace rectangulaire dont les axes orthogonaux seraient les mêmes que ceux de l’extérieur.

178Les épaississements des murs sont utilisés pour loger des équipements annexes, alcôve de la salle de prière, latrines sur la cour, ou simplement des niches.

179Si l’on considère que la mosquée n’est qu’un équipement de quartier et si on la compare aux autres, construites ou reconstruites dans le faubourg nord à la même époque, on constate qu’elle est l’une des plus vastes et la plus élaborée.

180On constate aussi que la plupart de ces mosquées et, en particulier, celle du waqf mettent en œuvre des éléments décoratifs et des techniques de construction plus caractéristiques de l’habitat bourgeois que des monuments religieux plus anciens, bien que le plan reste tout à fait classique.

4. L’école

181C’était sans doute un kuttāb pour apprendre à lire et à écrire le Coran. Ġazzī précise qu’elle est fermée à l’époque où il écrit.

182C’est une pièce rectangulaire plafonnée, construite sur l’aile est du sūq al-Nuwāl. Elle est accessible de la cour de la mosquée par un escalier qui conduit à un petit palier décoré d’un dallage polychrome très simple.

183Sur ce palier se trouve la façade principale avec la porte d’entrée et une fenêtre. Le haut de la porte est un arc surbaissé, formé de cinq claveaux. L’ensemble est inscrit dans un cadre en léger relief en calcaire jaune bien appareillé et jointoyé à la feuille de plomb. Le décor sculpté est limité à un motif d’entrelacs et de rinceaux au-dessus de l’extrados de l’arc.

184La façade sur la rue est percée de trois fenêtres ; les jambages de la fenêtre centrale sont formés d’assises alternées de calcaire jaune et de basalte.

185Une seconde pièce, plus petite, accessible depuis le même palier, a été ajoutée à l’ouest sans doute au début du siècle. Elle a deux fenêtres qui donnent sur la cour de la mosquée.

5. Le café (qahwa ḫāna)

a) Description du bâtiment

186Il se trouve près de l’angle sud-ouest du waqf, à l’ouest de la grande qaysariyya.

187Description de Ġazzī : « un café dont la couverture est soutenue par sept colonnes de marbre. Il y a une cour découverte, deux bassins, un grand et un petit, et quatorze fenêtres. »

  • 70 Dans son état visible sur la photo aérienne de 1954, elle couvre près de 250 m2, soit 35,6 % de la (...)

188Comme dans la mosquée, le bâtiment et l’espace découverts sont juxtaposés. La surface du bâtiment est de 447,48 m2 ; la surface de la cour n’est pas connue, elle devait être de l’ordre de 350 m270. Le bâtiment, rectangulaire, a deux façades ouvertes, une sur la rue au sud, une sur la cour au nord et deux murs mitoyens, à l’est avec la grande qaysariyya, à l’ouest avec le four.

189La façade sud du café, ouverte sur la rue, forme avec celle des deux boutiques à l’ouest un ensemble de 30,50 m de long qui se distingue des autres façades du waqf et notamment du reste de la façade sud par le fait qu’elle est entièrement appareillée en pierre de taille et conserve la même hauteur, 7 m, d’une extrémité à l’autre.

190La partie de cette façade, qui est en propre celle du café, est mise en valeur par un décor sculpté et polychrome et un jeu d’ouvertures. Le décor forme un cadre en relief de 3 cm par rapport au nu du mur, et englobe la plupart des ouvertures de la façade.

191La partie inférieure des murs, depuis le niveau du trottoir, est constituée de trois assises de calcaire gris ordinaire.

192Le décor commence avec l’appui des fenêtres, formé d’une assise de basalte, interrompue au milieu de chaque fenêtre par un faux claveau en calcaire jaune, aux joints profondément dentelés. Le reste du décor comprend de bas en haut :

  • dans les piédroits des fenêtres, de l’appui au linteau, trois assises de calcaire jaune et trois assises de basalte en alternance ;
  • l’assise des linteaux, en calcaire jaune, juste interrompue par le cadre et l’arc appareillé de la porte ;
  • une assise de fleurons et de piques71 en basalte noir et en marbre blanc, imbriqués tête-bêche, les motifs noirs pointés vers le haut, les blancs pointés vers le bas72 ;
  • une assise de basalte ;
  • une assise de fleurons imbriqués tête-bêche en creux et en relief, sculptés, dans le calcaire gris ordinaire ; les fleurons en relief sont pointés vers le haut. Cette frise termine le premier registre du décor, celui des ouvertures basses.
  • 73 Ce type de cadre décoratif est extrêmement courant dans les façades mameloukes, ḫān al-Ṣābūn, ḫān (...)

193La partie haute de la façade comprend jusqu’à la terrasse onze assises de calcaire gris ordinaire bien appareillé. La corniche qui devait couronner le tout a disparu. Cette partie de la façade est soulignée dans l’axe de la coupole principale par un panneau décoré rectangulaire qui occupe toute la hauteur des onze assises, soit 2,90 m, sur une largeur de 4,95 m et encadre les ouvertures hautes de la travée centrale. Le panneau est bordé par un ruban denticulé qui forme cadre et contourne à chaque angle un motif en tête de clou, extérieur au panneau73.

  • 74 Par plusieurs de ses éléments, ce panneau rappelle le décor de la mosquée, notamment les bandes d’ (...)

194Quatre bandes verticales d’octogones entrelacés centrés sur des marguerites en relief, limitées par un ruban denticulé, encadrent trois fenêtres de 0,70 m par 1,30 m dont l’une est surmontée d’un œil-de-bœuf cerné par le même ruban denticulé74.

195Deux autres fenêtres hautes des mêmes dimensions et au même niveau sont de chaque côté du panneau décoré à 2,40 m à l’ouest du décor et à 2,45 m de sa limite est.

196Les troisième et quatrième assises au-dessous de la terrasse sont interrompues par quatre gargouilles richement décorées, une de chaque côté du panneau et une à chaque extrémité du décor de la façade.

  • 75 Les linteaux de fenêtres de la façade, sauf celui de la fenêtre axiale, sont prévus pour une ouver (...)

197Par une caractéristique curieuse, alors que la façade réelle de la salle est large de 22,60 m, le cadre décoré original ne couvre que 20 m, se trouvant diminué de 2,60 m à l’ouest. Il est donc dissymétrique : la première fenêtre à l’ouest n’est pas comprise dans le décor. Cette dissymétrie est certainement voulue et ne résulte pas de modifications ou de réfections. Elle est difficile à expliquer autrement que par des considérations théoriques, en rapport avec la trame géométrique de conception75.

Plan 13. Vue en axonométrie sur le café (vue vers le nord).

  • 76 Cette position décalée peut être comparée avec celle des portes des pièces d’habitation presque to (...)

198L’entrée primitive n’est pas dans l’axe du bâtiment mais décalée vers l’ouest et donne dans la seconde travée76. Elle est à peine plus large que les portes de la mosquée ou des qaysariyyas, 1,10 m, mais beaucoup plus haute, 2,70 m au sommet de l’arc. Ses piédroits sont formés d’assises alternativement noires et jaunes.

199Les sept claveaux de son arc en basalte et en calcaire jaune ont des joints profondément dentelés. Le sommet du cadre décoré est souligné par un liseré de basalte noir ; la porte donne directement dans la salle.

Plan 14. Vue en axonométrie sur le café (vue vers le sud).

200La façade sur la cour n’est presque pas décorée. Les quatre travées centrales ouvrent sur la cour par quatre grands arcs ; deux sont outrepassés et deux sont de simples arcs brisés. Les deux travées extrêmes ont une façade percée de deux fenêtres basses et une fenêtre haute plus petite. Les murs et les piliers sont appareillés en pierre de taille jusqu’à la naissance des arcs ; le reste de la façade est en blocs équarris, sauf l’encadrement des fenêtres hautes. Le décor est limité aux chapiteaux qui reçoivent les retombées des arcs.

201La salle du café est l’un des plus vastes espaces à fonction non utilitaire à Alep. Elle est presque deux fois plus grande que la salle du café du waqf Aḥmad Ǧalabī dans la madīna, un peu plus grande que les salles des principales mosquées ottomanes.

  • 77 Suivant leur position dans la salle, les piliers peuvent recevoir soit quatre arcs en ogive simple (...)

202C’est un espace hypostyle couvert de coupoles. Les supports sont sept colonnes en calcaire jaune, de section octogonale, avec une base moulurée et un chapiteau à stalactites et douze piliers maçonnés en pierre de taille avec des chapiteaux à stalactites. Chaque colonne supporte la retombée de deux arcs outrepassés, chaque pilier reçoit quatre arcs77. La symétrie de la composition est parfaite de part et d’autre de l’axe principal nord-sud, incomplète suivant l’axe est-ouest.

203La répartition des différents types de supports et de couvertures détermine dans la salle des axes et des espaces priviligiés : à l’intérieur du périmètre rectangulaire est défini un espace cruciforme centré sur la grande coupole. Les branches de croix se greffent sur les quatre côtés du carré central couvert par la grande coupole.

Plan 15. L’espace cruciforme à l’intérieur du café.

204La grande coupole hémisphérique de 5,70 m de diamètre est appareillée en pierre de taille. Son plan passe du cercle au carré par l’intermédiaire d’un dodécagone puis de quatre pendentifs en stalactites. A chaque angle du carré, les supports sont des piliers. Au milieu, de chaque côté, une colonne permet de dédoubler des arcs qui supportent la coupole : chaque colonne reçoit la retombée de deux arcs brisés outrepassés.

  • 78 Barthélémy, p. 89, donne le nom de takana à ce type de couverture : « dôme en briques cuites, oblo (...)

205Trois des branches de la croix sont formées de deux travées couvertes de voûtes barlongues de 5,70 m sur 3,10 m en arc de cloître tronqué, construites en briques78. La quatrième branche, plus courte, est couverte d’une seule voûte barlongue.

206Les quatre espaces dans les angles sont couverts de douze coupoles de formes diverses, toutes sur plan carré :

  • Quatre voûtes en arc de cloître de 3,10 m de côté.
  • Huit coupoles hémisphériques en brique de 3,10 m de diamètre. Le passage du cercle en carré se fait par l’intermédiaire d’un dodécagone et de quatre pendentifs en triangle cylindrique pliés suivant leur bissectrice verticale. Les arcs brisés simples qui supportent ce système retombent sur des piliers.

207La hauteur des naissances des coupoles est de 5,40 m au-dessus du niveau du sol.

208Le sommet des coupoles est à environ 7,35 m. La naissance de la grande coupole est à 7,96 m. Le sommet de la coupole est à 10,57 m et le sommet de l’intrados de la coupole du lanterneau à 13,90 m.

209L’axe principal du bâtiment, N-NO, S-SE, est proche de l’axe méridien. C’est l’axe de l’ensemble du waqf, commandé par la forme de la parcelle et l’occupation antérieure de l’espace. C’est aussi l’orientation de la plupart des constructions et des rues dans la moitié ouest du faubourg nord ; à une dizaine de degrés près, c’est celle de la ville intra-muros et de l’ensemble de la ville ancienne. Elle correspond à l’adaptation des bâtiments aux données climatiques.

b) L’adaptation climatique

210Pour le café, cette orientation prend une importance considérable puisque son organisation et le choix de ses ouvertures sont liés à des paramètres naturels : nord-sud, ombre-soleil, été-hiver.

  • 79 Pour la plupart des cafés moins grands et moins élaborés que celui d’Ipšīr Pāšā, qui n’ont pas de (...)

211Le mur sud est ouvert sur la rue par dix fenêtres et la porte, plus cinq fenêtres hautes et un œil-de-bœuf. La surface totale de ces ouvertures est de 22,30 m2, soit 17 % de la surface interne de la façade (130,18 m2). Ce mur, qui reçoit le soleil une grande partie de la journée, est la façade d’hiver. Ses dix fenêtres, qui pouvaient être fermées l’été par des volets en bois, laissent voir facilement le spectacle de la rue, une des distractions favorites des clients, et permettent aux passants de voir ce qui se passe à l’intérieur et de les attirer éventuellement79.

212Dans le mur nord, percé de quatre grands arcs, quatre fenêtres et deux fenêtres hautes, la superficie ouverte est de 57,6 m2, pour une façade de 130,18 m2, soit 44,2 %.

  • 80 Certains bâtiments publics anciens ont aussi une façade largement ouverte au nord : dans la plupar (...)

213Ce mur est la façade d’été. Largement ouverte au nord, la salle du café joue alors le rôle d’un vaste īwān. Les quatre grands arcs pouvaient être fermés en hiver par des panneaux en matériaux légers, tandis que les quatre fenêtres recevaient des volets en bois permettant de les ouvrir et de les fermer à volonté80.

  • 81 Voir la description de ces dispositifs architecturaux d’aération, p. 31.

214Pour l’été, le dispositif est complété par trois bādinǧ81 qui aboutissent à des renfoncements dans le mur est, en forme de placards.

215Il est possible qu’un ou plusieurs de ces bādinǧ aient été équipés d’un système de rafraîchissement de l’air par un voile d’eau glissant sur une dalle inclinée. Des éléments de canalisation en céramique, actuellement visibles, sont peut-être des vestiges de cette installation.

216Le lanterneau ajouré, au point le plus haut de la grande coupole, facilite l’évacuation de l’air chaud et crée un courant d’air et un appel d’air pour les bādinǧ.

217Le bassin, qui devait se trouver au centre sous la coupole, ajoutait à l’ensemble une note sonore et visuelle qui jouait un rôle dans l’impression de fraîcheur.

218La cour prend dans ce dispositif une importance considérable. Comme dans la maison d’habitation, elle est un lieu de renouvellement de l’air, d’échanges thermiques et, le soir en été, l’espace principal du café. Le bassin signalé dans la waqfiyya, dont il n’existe plus de traces, jouait aussi son rôle dans cette utilisation estivale de la cour.

c) Le décor intérieur et le mobilier

  • 82 « Ces maisons (les cafés), qui sont de grands salons spacieux et élevés, de différentes figures, s (...)

219La richesse du décor de la façade du café laisse attendre un développement équivalent à l’intérieur. A. Russel, dans sa description d’Alep au milieu du xviiie siècle, et Chardin, dans sa description d’Ispahan dans la seconde moitié du xviie siècle, vantent tous deux la richesse du décor et de l’architecture des cafés qui, pour eux, comptent parmi les plus beaux bâtiments de ces villes82.

220Il n’y a actuellement aucune trace du mobilier et du décor intérieur du café d’Ipšīr Pāšā, sinon le décor en pierre des chapiteaux et des stalactites de la coupole.

  • 83 Les mesures d’interdiction contre l’usage du café, pour des raisons religieuses, morales ou politi (...)

221Il est possible que le décor prévu n’ait jamais été réalisé, soit par manque d’argent après la mort du fondateur survenue trois ans après sa prise de fonction de gouverneur d’Alep, soit à cause des interdictions décrétées contre les cafés pour des raisons politiques par le grand vizir Köprülü Mehmed Pacha, appelé au pouvoir par le sultan Mehmed IV en 1066/165683.

222L’existence de très nombreux trous de scellement de tailles diverses dans les murs du café, et le fait que ces murs en blocs mal appareillés n’ont même pas été crépis, peut faire penser qu’ils ont été revêtus de lambris de bois détruits lors de la transformation du café en caserne ou en atelier, au milieu du xixe siècle.

  • 84 Une fouille sous le dallage actuel et un relevé précis de ce dernier pourraient peut-être donner q (...)

223Les dallages, les bassins et les estrades qui devaient garnir le sol de la salle ont aussi disparu84.

d) La fonction

  • 85 La coupole centrale notamment est d’un type inhabituel en Syrie à cette époque :
  • 86 Pour les Alépins, il est inconcevable qu’un bâtiment aussi richement décoré et d’une architecture (...)

224Le plan du café, sa conception, son décor paraissent originaux. S’il est possible d’y retrouver des influences, des parentés avec d’autres constructions à Alep ou ailleurs dans l’empire ottoman85, il n’y a pas identité ou même ressemblance assez poussée avec un autre bâtiment ancien, même parmi les cafés, d’où l’ignorance de la population actuelle d’Alep sur la fonction d’un bâtiment désaffecté depuis une centaine d’années au moins86.

  • 87 Ainsi, le waqf d’Aḥmad Afandi Ṭāha Zāda Ǧalabī, fondé en 1759, comprend un café dans la madīna, un (...)

225Le café correspondait en 1653 à une mode relativement récente dans l’empire ottoman, venue du Yémen et d’Égypte, introduite au xvie siècle, développée au xviie, mais dont la vogue ira grandissante : beaucoup de fondations en waqf du xviiie siècle en comportent87.

  • 88 La multiplication des cafés au xviie et surtout au xviiie siècle correspond peut-être à l’augmenta (...)
  • 89 Il semble y avoir eu tardivement, aux xviiie et xixe siècles, récupération de la forme et de certa (...)
  • 90 Russel, p. 23: « Thèse coffee-houses are not frequented by persons of the first rank, but occasion (...)

226Le plan et les caractéristiques architecturales sont bien ceux d’un lieu de loisir et répondent à une recherche du confort : le café est un véritable prolongement de la maison, le lieu où les hommes sont entre eux, chez eux88 ; d’où peut-être cette conception qui fait de la salle du café d’Ipšīr Pāšā à la fois une grande ca à coupole et plan cruciforme, ouverte au sud sur la rue avec une façade richement décorée pour le séjour en hiver et un īwān ouvert largement sur la cour au nord, beaucoup plus simplement décoré pour le séjour d’été. Ce sont les deux pièces de réception par excellence des maisons bourgeoises ou artistocratiques89, mais développées à une échelle beaucoup plus vaste et plus richement décorées que dans la maison la plus luxueuse et sans doute accessibles à une société beaucoup plus largement ouverte90.

Notes

1 Kāmil ibn Ḥusayn al-Ġazzī, Nahr al-ḏahab fī tārīḫ Ḥalab, t. II, p. 497 à 502. Le texte arabe est cité en annexe I.

2 En réalité l’école est sur la terrasse du sūq al-Nuwàl, bātiment contigu au nord. Son accès se fait depuis la cour de la mosquée.

3 Le mot qasṭal désigne à Alep « une fontaine publique de ville en maçonnerie et dont la façade a la forme d’un līwān ou d’une vaste niche » (Barthélémy, p. 663).

4 D’après Kazimirski, macīn signifie eau limpide et fraîche, eau de source. Bīr māɔ macīn est donc un puits d’eau potable, dans la nappe phréatique et non une citerne.

5 Il s’agit sans doute d’une erreur, car il n’y a actuellement qu’une qaysariyya à l’ouest. Aucun emplacement ne paraît correspondre à une autre qaysariyya maintenant détruite.

6 Ġazzī donne deux mots arabes : duwwāra et dūlāb al-ḥarīr. Barthélémy, pp. 256 et 259, donne la définition du dūlāb : « dévidoir du qasabji » ou « roue ou dévidoir à tisserand pour charger les espolins ».

7 En réalité, dans l’état actuel il n’y a que treize boutiques et il ne paraît pas y avoir de modifications par rapport à la construction primitive.

8 Ce qasṭal, qui limite à l’ouest la façade sud du waqf, semble être un autre que celui attenant à la mosquée, qui est mentionné dans la waqfiyya (voir supra). Par ce qui reste de son architecture, il semble faire partie de la fondation originale ; il est connu par les habitants du quartier sous le nom de qasṭal Bašīr (déformation vraisemblable d’Ipšīr) ; c’est sans doute par oubli que Ġazzī ne le cite pas dans sa traduction résumée de la waqliyya.

9 Une clause particulière concerne al-sayyid cAbd al-Kāfī al-Zanābīlī qui doit toucher un salaire de 20 aspres par jour pour une fonction non précisée (c’est la même somme que pour le mutawallī).

10 La date de la waqfiyya, 15 šawwāl 1064/29 août 1654, est postérieure de plus de dix mois à la date inscrite sur la mosquée du waqf : fin du mois de dū l-qacda 1063/octobre 1653.

11 Les descriptions concernent en général l’état ancien du bâtiment tel qu’il est restitué dans les illustrations présentées en annexe. Quand la restitution de l’état primitif n’a pas été possible, la description donne l’état le plus ancien visible. Les modifications successives des bâtiments et leur état actuel sont décrits dans la deuxième partie.

12 Sa dénomination populaire est qaysariyyat al-dūlāb.

13 Le calcaire jaune compact susceptible d’un beau poli provient des carrières de Bucādin au nord-est d’Alep, à quelques kilomètres du centre, et maintenant à l’intérieur des zones d’urbanisation.

14 La plupart des surfaces décorées en pierre polie ou marbre (calcaire jaune, basalte ou schiste noir, marbre blanc) sont appareillées très soigneusement. Les joints horizontaux ou rayonnants des arcs clavés sont garnis de feuilles de plomb de 1,5 mm d’épaisseur.

15 Dans la seconde assise, on a parfois déchaussé un ou deux blocs, afin de ménager éclairage et aération au sommet de la voûte des boutiques.

16 La construction des boutiques et du rez-de-chaussée de la qaysariyya semble avoir été commencée avant celle de la mosquée et du café.

17 Superficie calculée sans tenir compte de la rangée de boutiques qui limite la qaysariyya au sud.

18 Dans ce type de bâtiments, le dallage de la cour est souvent limité à une sorte de trottoir le long des quatre façades intérieures.

19 Dimensions des fenêtres basses : 1,60 m X 0,90 m ; dimensions des fenêtres hautes : 1,20 m X 0,85 m.

20 Cet escalier, maladroitement relié aux structures qui le portent, ne paraît pas d’origine. Des arrachements dans le mur mitoyen avec la mosquée et l’agencement du dallage de la terrasse semblent être les témoins d’un ancien escalier qui arrivait sur la terrasse de desserte de l’étage sud, juste au-dessus de la voûte du couloir d’entrée. Il peut avoir été détruit lors de la construction de l’annexe de la mosquée en 1928.

21 On peut supposer qu’elles ont pris la place de trois pièces anciennes détruites (peut-être au cours du tremblement de terre de 1822).

22 Le plafond est formé de solives disposées parallèlement, appuyées sur les murs latéraux et supportant un plancher sur lequel repose le mélange compact et imperméable qui constitue la terrasse.
Ces solives sont des troncs non équarris, généralement de pins, dits de Marcaš, d’une vingtaine de centimètres de diamètre, régulièrement espacés de 25 à 30 cm. Leurs deux extrémités sont engagées d’une trentaine de centimètres dans la maçonnerie ; leur portée étant de 3,40 m, leur longueur totale est d’environ 3,90 m à 4 m. La longueur des solives conditionne la largeur des pièces plafonnées qui dépasse rarement 4 m sans le secours de supports en maçonnerie en porte-à-faux (corbeaux, consoles).

23 La superficie actuelle de la cour est de 195 m2.

24 L’une mesure 6 m X 7 m, l’autre 6,30 m X 7,80 m.

25 Elles mesurent toutes deux 5,60 m X 3,40 m.

26 Elles ont, en général, 6 m X 3,30 m ou 6,45 m X 3,50 m.

27 Il n’est pas certain que ce soit la disposition d’origine. D’après Ġazzī, il doit y avoir treize pièces à l’étage ; actuellement on ne retrouve que trois pièces anciennes et cinq pièces construites ou reconstruites au xixe siècle. Les terrasses desservent en plus au sud une pièce ancienne et une pièce du xixe siècle construites sur le bâtiment de l’ancien sūq al-Nuwāl et une pièce au nord construite à la fin du xixe siècle au-dessus des boutiques.

28 Voir planche typologie des ouvertures, 26.

29 Le mur mitoyen nord, entre la qaysariyya et le ḫān, plus haut du côté de la qaysariyya que du côté du ḫān qui ne possède pas d’étage, montre des traces d’anciens aménagements disparus : ouvertures murées, arrachements de murs perpendiculaires témoins de pièces détruites sur la terrasse du ḫān.

30 Sauvaget, Alep, pp. 79-80 et 222-223. — Voir aussi G. Wiet et A. Raymond, Les marchés du Caire, traduction annotée du texte de Maqrīzī, IFAO, 1979, Le Caire.

31 Abdel Nour, Habitat et fonctions urbaines, pp. 77-78. Cette fonction pouvait être éventuellement tenue dans le faubourg nord par les ḥawš ou par les fondations religieuses comme le « Ekedoun », hôtellerie pour les pèlerins arméniens en route pour Jérusalem.
Dans le waqf de Ḥāǧǧ Mūsā al-Amīrī, daté de 1763, dont les fondations se répartissent entre les quartiers intra-muros et le faubourg nord, une des qaysariyyas citées, proche du ḫān al-Wazīr, semble avoir eu cette fonction d’hôtellerie, alors que les autres, situées dans le faubourg nord, encore actuellement en activité sont des ateliers de tisserands.

32 Russel, I, pp. 36 et 162.

33 Abdel Nour, Habitat et fonctions urbaines, p. 70.

34 Barbier du Bocage, « Notice sur la carte générale des pashaliks de Bagdad, Orfa et Hhaleb et sur le plan d’Hhaleb de M. Rousseau », dans Recueils de voyages et de mémoires, publiés par la Société de géographie, t. II, 1825, p. 234 : dans l’un des quartiers chrétiens, ḥārat Abou cAdjour, il y a « un vaste enclos HawSh-il-kébir, réservé à un grand nombre de familles pauvres ».

35 La qaysariyya du waqf de Bahrām Pāšā ; 1583, à Ǧudayda, qui fait partie d’un ensemble monumental comprenant un ḥammām et des boutiques est actuellement utilisée comme habitation. Rien ne permet de dire si, au moment de sa fondation, elle servait pour le logement ou pour le travail ou éventuellement aux deux.

36 Mlle Marley Merrywether m’a communiqué en 1979 des copies manuscrites de ces relevés de comptes avec les références correspondant aux registres des maḥkama d’Alep, conservés aux archives historiques de Damas. Entre-temps, le classement de ces documents a été modifié et il m’a été impossible de les retrouver. N’ayant pas eu accès aux originaux, j’ai renoncé à les publier intégralement (voir tableau, p. 65).

37 Au xixe siècle ou au début du xxe, beaucoup de qaysariyyas de tisserands, désaffectées, comme d’ailleurs d’autres constructions utilitaires et de grandes maisons d’habitation bourgeoise, ont été transformées en habitations collectives : dans le quartier de Hazzāza au nord de Ǧudayda, on trouve plusieurs habitations collectives avec un rez-de-chaussée et un étage qui sont apparemment d’anciennes qaysariyyas de tissage.

38 Abdel Nour, Habitat et fonctions urbaines, p. 133.

39 Certains ḥawš sont actuellement propriété de communautés religieuses chrétiennes et servent à loger les pauvres de la communauté ; chaque pièce peut être le produit d’un don ou d’une œuvre de bienfaisance et construite ou reconstruite à l’occasion de ce don, ce qui explique aussi dans ce cas l’hétérogénéité.

40 Il existe encore actuellement dans certaines qaysariyyas (q. al-Qumarī à ḥārat al-cAṭawī, près de Ǧudayda : VI, 1268) des pièces au rez-de-chaussée, voûtées, très mal éclairées, qui sont occupées par des métiers à tisser. En fait, dans la quasi-totalité des constructions anciennes, jusqu’au milieu du xviiie siècle, à Alep, les rez-de-chaussées sont voûtés et moins éclairés que les pièces à l’étage plafonnées et plus ouvertes. Les ouvertures réalisées dans les pièces du rez-de-chaussée de la grande qaysariyya correspondent à un maximum pour ce type de construction.

41 La plupart des qaysariyyas connues dans la ville intra-muros ou le faubourg nord sont caractérisées par le même isolement. Quelques-unes peuvent cependant avoir des fenêtres sur la rue, même au rez-de-chaussée ; ces fenêtres sont nécessairement garnies de forts barreaux métalliques.

42 Ces remarques sur le fonctionnement des qaysariyyas, sur leurs liens avec les ḫāns de la madīna et sur les rapports entre les artisans et les patrons commerçants, se rapportent à leur état au début du siècle et à la fin du siècle dernier ; elles sont encore valables actuellement pour ce qui reste des activités textiles traditionnelles.

43 Les trois qaysariyyas et le ḫān sont actuellement équipés d’urinoirs, généralement à ciel ouvert dans la cour, qui ne sont pas de construction ancienne.

44 La superficie est ici calculée avec les boutiques ouest, séparées du ḫān au xixe siècle, mais sans le madār et les boutiques est, sans doute séparés du ḫān au xviiie siècle.

45 Cet arc en ogive est à deux centres situés au niveau des naissances. La distance de ces centres à l’axe est égale à un huitième de l’ouverture mesurée depuis l’extrados de la voussure décorée. D’après A. Choisy, Histoire de l’architecture, t. II, p. 93, ce tracé est très courant en Syrie et convient particulièrement à une architecture de pierre.

46 On retrouve le même type de décor mais d’une facture un peu différente dans le porche du ḥammām Bahrām (1583).

47 Les boutiques ouest prises sur le bâtiment du ḫān au xixe siècle sont considérées comme faisant partie du ḫān.

48 Ces arcs en ogive ont leurs centres à 23 cm au-dessus des naissances ; ils sont donc légèrement outrepassés. On retrouve ce profil dans le café du waqf : ce sont tous les arcs supportés par les colonnes.
Il existe aussi dans la cour de la mosquée, c’est l’arc du renfoncement du mur est de la cour.
Ce type d’arc paraît étranger à l’architecture ottomane classique, alors qu’il est courant dans l’architecture syrienne à l’époque ottomane ou mamelouke, et dans l’architecture égyptienne.

49 Dans les Règlements fiscaux ottomans, traduits par R. Mantran et J. Sauvaget, on trouve pour Alep, en 978/1570-1, la mention de deux fermes pour le pesage de la farine, une dans la madīna (Kapan-ι un) et une à la porte d’Antioche (Kapan-ι Dakik) (pp. 112 et 114). Les auteurs commentent en note :
« Il devait exister deux fermes, l’une portant sur le pesage aux halles, l’autre sur le pesage dans le reste de la ville. »
Il y a aussi mention (p. 116) d’une ferme des entrepôts de grain à la porte d’Antioche.
On ne parle ni des activités d’entreposage et de commercialisation des céréales dans le sūq de Bānqūsā ni de la caraṣa de Ǧudayda.
Les relevés de compte du waqf Ipšīr Pāšā de 1228/1808 ne mentionnent plus le pesage.

50 Dès avant la conquête ottomane, la plupart des locaux pour l’entreposage et la vente des produits agricoles sont regroupés entre la porte d’Antioche et la porte des jardins à l’ouest, à Bānqūsā au nord-est et dans la madīna. Malgré certains changements, ces localisations sont demeurées les plus importantes jusqu’à la Seconde Guerre mondiale et aux premières années de l’indépendance syrienne.
Au milieu du xve siècle, Ibn al-Šiḥna signale six ḫāns dans le faubourg nord, tous localisés à proximité de bāb al-Naṣr, sans préciser leur fonction. Il ne parle pas de la caraṣa où plus tard sera construit le ḫān de Ǧudayda.
Barbier du Bocage, Notice sur la carte générale, signale à Ǧudayda la « halle aux grains » et « il lebbané, marché aux laitages ». Une analyse un peu précise de son plan montre qu’il a une bonne connaissance du détail des activités de Ǧudayda et de la madīna, mais que ses idées sur les autres quartiers sont beaucoup plus vagues ; il peut donc avoir été amené à valoriser des équipements qui n’ont qu’une fonction secondaire et locale dans les quartiers qu’il connaît mieux.
Sauvaget note l’importance de la suwayqa de Ǧudayda au xviie siècle, « la plus achalandée de la ville entière, qui jouait le rôle de halle centrale pour les faubourgs septentrionaux et pour les Européens de la cité ».
Ġazzī note, au début du xxe siècle, l’existence de plusieurs ḫāns pour les produits agricoles dans le faubourg nord : trois à ḥārat al-Marcašlī, un à al-cAryān, un à qasṭal al-Ḥarāmī, qui peuvent avoir été des entrepôts de céréales, car leur localisation correspond à celle des principaux moulins, une quinzaine entre Marcašlī et al-cAryān et une douzaine à qasṭal al-Ḥarāmī.
C’est dans ces quartiers que se sont installées, à partir de la fin du xixe siècle, la plupart des minoteries modernes, parfois dans les anciens ḫāns de produits agricoles.

51 « Moulin à manège pour le blé et le bourghoul » (Barthélémy, p. 257).

52 « Grande meule verticale en pierre noire employée à décortiquer le bourghoul et d’autres graines et divers autres produits ». — « Nom du manège tout entier, et distinct du madār » (Barthélémy, p. 516).

53 Voir la description des boutiques, p. 25.

54 Dans Barthélémy, 347, la sqīfe est une « soupente fermée par un treillage et servant de grenier et de réserve ».

55 Les locaux commerciaux ouverts sur la rue sont désignés par Ġazzī sous le nom de boutiques (dakākīn) et non sūq, même les séries de treize boutiques et de seize boutiques contiguës.

56 Le plan Rousseau (de 1811, révisé en 1818) mentionne à Ǧudayda un ḫān al-Ṣūf qui doit correspondre au local du waqf Ipšīr Pāšā.
On peut se demander s’il existe un rapport entre cette activité ancienne et le sūq actuel de la laine à tricoter, qui se trouve l’ouest du waqf, dans zuqāq al-Yāsmīn.

57 Il n’y a donc que treize boutiques dans la façade sud, ce qui ne correspond pas au nombre donné par le résumé de Ġazzī : « seize boutiques attenantes à la porte du café et de la qaysariyya. »
L’ensemble de la façade sud étant très bien conservé et apparemment dans son état primitif, on doit considérer la description de Ġazzī comme fautive (on peut d’ailleurs relever d’autres erreurs).

58 Comme cela arrive très souvent, les poutres ont ici été sciées et la garniture de l’imposte supprimée.

59 Les deux dernières boutiques à l’est ont été reconstruites en matériaux modernes. La description de Ġazzī donne un nombre de treize boutiques avec le ḫān. Il semble que certaines boutiques sur les côtés est et ouest du ḫān soient d’origine. Ce qui peut donner effectivement treize boutiques.

60 Sans compter les boutiques de l’angle N-E, qui font partie de l’ensemble du ḫān et en considérant comme une seule certaines grandes boutiques formées de la réunion de deux boutiques ordinaires.

61 Voir n. 3, p. 5 et n. 4, p. 6.

62 Ce pan coupé est à la fois décoratif et fonctionnel. Il souligne l’importance du carrefour sud-est où une arête vive aurait été rapidement émoussée par les chocs et les frottements.

63 Voir annexe V.

64 Voir n. 2, p. 20.

65 Voir n. 3, p. 8.

66 Transcription et traduction, annexe II.

67 L’architecture islamique à Alep a utilisé une grande variété de systèmes pour passer du plan circulaire des coupoles au plan carré ; entre autres, les trompes, les stalactites, les pendentifs à triangles sphériques, les pendentifs à triangles plans plies suivant leur bissectrice verticale. Ici, comme très souvent dans l’architecture de cette époque et comme pour la grande coupole de la salle de déshabillage du ḥammām Bahrām, les pendentifs sont formés de triangles cylindriques légèrement pliés suivant leur bissectrice verticale.

68 Le capteur du bādinǧ sur la terrasse a été reconstruit et rehaussé à une époque tardive, comme une cheminée, avec une ouverture au sud-est.

69 Ce passage est souvent reproduit au-dessus des miḥrāb, notamment dans d’autres mosquées d’Alep, peut-être à cause du mot miḥrāb qui se trouve dans le texte (voir annexe IV).

70 Dans son état visible sur la photo aérienne de 1954, elle couvre près de 250 m2, soit 35,6 % de la superficie totale, pourcentage comparable à celui de la cour des maisons d’habitation.

71 Trente-sept fleurons dans la partie médiane de la façade et des piques de part et d’autre.

72 Les fleurons ou les piques blancs sont formés de plaques minces de marbre incrustées dans l’assise de blocs de basalte qui fait corps avec la maçonnerie.

73 Ce type de cadre décoratif est extrêmement courant dans les façades mameloukes, ḫān al-Ṣābūn, ḫān Ḫayr Bek, mosquée al-Uṭrūš, comme ottomanes, ḫān al-Ǧumruk, ḫān al-Wazīr et dans de nombreuses maisons d’habitations ; il est d’origine beaucoup plus ancienne.

74 Par plusieurs de ses éléments, ce panneau rappelle le décor de la mosquée, notamment les bandes d’entrelacs géométriques identiques à celles du miḥrāb et de l’œil-de-bœuf.

75 Les linteaux de fenêtres de la façade, sauf celui de la fenêtre axiale, sont prévus pour une ouverture plus large d’une vingtaine de centimètres, avec le trou de scellement pour un cinquième barreau métallique. Cette anomalie peut s’expliquer par un repentir en cours de construction plutôt que par une reconstruction ou par l’utilisation de matériaux de récupération.

76 Cette position décalée peut être comparée avec celle des portes des pièces d’habitation presque toujours placées à l’extrémité de la façade.

77 Suivant leur position dans la salle, les piliers peuvent recevoir soit quatre arcs en ogive simple, soit un arc outrepassé et trois arcs en ogive simple, soit deux arcs outrepassés et deux arcs en ogive simple.
Sur ce type d’arc outrepassé et son emploi dans le waqf, voir n. 2, p. 10.

78 Barthélémy, p. 89, donne le nom de takana à ce type de couverture : « dôme en briques cuites, oblong, ayant quatre côtés, reposant sur quatre murs, construits en forme de pyramide tronquée. »

79 Pour la plupart des cafés moins grands et moins élaborés que celui d’Ipšīr Pāšā, qui n’ont pas de cour intérieure, la rue, si elle est assez large, est un espace annexe important et des clients peuvent s’y installer pendant la belle saison (voir Russel, I, p. 23).

80 Certains bâtiments publics anciens ont aussi une façade largement ouverte au nord : dans la plupart des mosquées construites avant la conquête ottomane, les salles de prière sont ouvertes sur la cour par trois grands arcs. Ces ouvertures ont presque toujours été murées, généralement aux xviiie et xixe siècles et réduites à des portes et fenêtres de dimensions normales pouvant être facilement fermées par des vantaux en bois. Dans la grande mosquée d’Alep, comme dans celle des Omayyades à Damas, les arcades ne sont pas murées mais seulement fermées par des panneaux de boiseries. Certaines grandes mosquées ottomanes, comme la madrasa cUṯmāniyya (xviiie siècle), offrent une solution mixte avec une salle de prière fermée encadrée par deux vastes īwān (īwān dits kisrawī dans le résumé de la waqfiyya de Ġazzī).
L’ancienne église maronite d’Alep, dont les bâtiments utilisés actuellement par une imprimerie paraissent dater du xviiie siècle, était aussi largement ouverte sur une cour au nord par de grands arcs maintenant murés jusqu’à mi-hauteur et garnis de vitrages dans la partie supérieure. L’ancienne église Saint-Georges de Šarcasūs, reconstruite au xixe siècle, est ouverte sur une cour au nord par plusieurs niveaux de fenêtres.

81 Voir la description de ces dispositifs architecturaux d’aération, p. 31.

82 « Ces maisons (les cafés), qui sont de grands salons spacieux et élevés, de différentes figures, sont d’ordinaire les plus beaux endroits de la ville » (Chardin, Voyages en Perse et autres lieux de l’Orient, 10 vol., Paris 1811, vol. 4, p. 67).
« The coffee-houses naturally attract the notice of a stranger, more than any of the objects he meets with in rambling over the city... they are gaudily painted and furnished with matted platforms and benches; these of the better sort have a fontain in the middle, with a gallery for musicians » (Russel, The natural history of Aleppo, I, p. 23).

83 Les mesures d’interdiction contre l’usage du café, pour des raisons religieuses, morales ou politiques sont nombreuses mais rarement appliquées d’une façon rigoureuse ; les dernières en date sont sous Murad IV, quelques décennies avant la fondation du waqf et sous Mehmed IV, quelques années après (EI2, article Ḳahwa).

84 Une fouille sous le dallage actuel et un relevé précis de ce dernier pourraient peut-être donner quelques indications sur les anciens dallages.

85 La coupole centrale notamment est d’un type inhabituel en Syrie à cette époque :

  • D’abord par son matériau ; en effet, dans l’architecture syrienne à l’époque ottomane, les coupoles sont généralement en briques, notamment celles des grandes mosquées, des ḥammāms, des ca dans les grandes maisons d’habitation, etc. On rencontre cependant quelques coupoles appareillées en pierre, notamment dans des monuments religieux de dimension moyenne ou petite, comme la mosquée d’Aṣlān Dāda, près du ḫān al-Wazīr, contemporaine du waqf Ipšīr Pāšā.
  • Son profil, surhaussé d’une trentaine de centimètres, est encore plus étranger à l’époque et à la région.

Peut-on y voir des indices de la participation de tailleurs de pierre d’origine étrangère, arméniens par exemple, à cette construction ? Le reste du travail est manifestement l’œuvre des artisans alépins, notamment le décor et les techniques, de taille de la pierre (les stalactites qui permettent le passage du plan carré au cercle sont construites exactement sur le même modèle que celles de la grande coupole devant l’entrée du ḫān al-Ǧumruk, datée de 1575). La coupole peut, elle aussi, être une œuvre exceptionnelle des tailleurs de pierre alépins dont l’adresse et le savoir-faire auraient compensé l’inexpérience dans cette technique.

86 Pour les Alépins, il est inconcevable qu’un bâtiment aussi richement décoré et d’une architecture aussi élaborée ait pu être un café. Pour eux, il pourrait être un ḥammām ou plutôt une madrasa, ce que dément immédiatement l’analyse la plus élémentaire des bâtiments.
Certaines églises du quartier (et aussi la grande salle de la takiyya Mawlawiyya près de bābal-Faraǧ), reconstruites au milieu du xixe siècle, ressemblent beaucoup à la salle du café :

  • par le plan, rectangle dans lequel s’inscrit un espace cruciforme centré sur une grande coupole, plus proche dans sa réalisation de la halle hypostyle que de la basilique ou de l’église à plan central dans la tradition byzantine ;
  • par le système de couverture, avec des voûtes en arc de cloître tronquées, sur plan barlong ou carré, supportées par des colonnes et des piliers ;
  • par le décor des chapiteaux.

Il y a eu, peut-être, une influence de l’architecture du café sur celle de ces églises, explicable par la perte de toute tradition architecturale propre aux églises, par la proximité du modèle et par la réponse qu’il donne au même problème d’offrir un espace couvert à une vaste assemblée.

87 Ainsi, le waqf d’Aḥmad Afandi Ṭāha Zāda Ǧalabī, fondé en 1759, comprend un café dans la madīna, un à Ǧudayda et un dans le quartier de Mušaṭiyya au nord-est.

88 La multiplication des cafés au xviie et surtout au xviiie siècle correspond peut-être à l’augmentation de la densité d’occupation des maisons à cause de l’immigration et de l’appauvrissement de la ville. Les hommes recherchent la tranquillité et la rencontre avec leurs amis loin des femmes et des enfants qui investissent toute la maison.

89 Il semble y avoir eu tardivement, aux xviiie et xixe siècles, récupération de la forme et de certains aspects de la fonction du café dans de grandes maisons bourgeoises ou aristocratiques comme le qnāq de Ḥāǧǧ Mūsā al-Amīrī (dont la waqfiyya a été étudiée par J. Tate), où l’on trouve au rez-de-chaussée une pièce appelée café, (’ūṭat qahwa), ouverte sur la rue, indépendante du reste de la maison, lieu de séjour et de réception d’un caractère moins solennel que la grande ca.

90 Russel, p. 23: « Thèse coffee-houses are not frequented by persons of the first rank, but occasionally by all others... »

Table des illustrations

Légende Plan 1. Limites des différentes unités du waqf décrites par Ġazzī.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Plan 2. Vue en axonométrie du waqf (état vers 1900), (les coupoles du café et de la mosquée ne sont pas représentées).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Plan 3. Vue en axonométrie de la grande qaysariyya.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Plan 4. Plan d’une pièce à pilier central au rez-de-chaussée de la grande qaysariyya.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Plan 5. Dans la qaysariyya est :a) pièce oblongue ;b) pièce à pilier central.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Plan 6. Vue en axonométrie de la qaysariyya est (état actuel).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Plan 7. Vue en axonométrie des qaysariyyas est et ouest (avec essai de restitution des volumes anciens).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Plan 8. Les trois qaysariyyas dans l’ensemble du waqf.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Plan 9. Vue en axonométrie sur le ḫān (xixe et xxe siècle, avant 1930).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Plan 10. Le ḫān au milieu du xviie siècle, avant la réduction de la cour.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Plan 11. Les bâtiments à fonction d’échange ou de contact (état à la fondation, approximatif pour les boutiques) :a) les boutiques ; b) la mosquée ; c) le café ;d) le four à pain ; e) la fontaine (en noir, les cours intérieures).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Plan 12. Vue en axonométrie sur la mosquée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Plan 13. Vue en axonométrie sur le café (vue vers le nord).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Plan 14. Vue en axonométrie sur le café (vue vers le sud).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Plan 15. L’espace cruciforme à l’intérieur du café.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7445/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

© Presses de l’Ifpo, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter