Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Waqf d'Ipšīr Pāšā à Alep (1063-1653)

 | 
Jean-Claude David

Préface

Thierry Bianquis

Texte intégral

1L’étude de Jean-Claude David, consacrée au waqf d’Ipšīr Pāšā, présente une grande originalité ; elle part d’une description précise du monument puis, grâce à une série d’analyses convergentes, elle met en lumière ses fonctions et son rôle dans le recentrement de la ville, lors de sa fondation. L’histoire d’une grande partie de l’espace urbain d’Alep du xviie siècle à nos jours est ainsi retracée.

2L’auteur a relevé cet ensemble de bâtiments, dans son état actuel, avec un soin minutieux. Ensuite, grâce aux plans et aux élévations qu’il a tracés, il a pu retrouver le projet géométrique abstrait qui a présidé à l’établissement du tracé régulateur, mettant ainsi en évidence l’existence d’un architecte et non d’un simple maître maçon. Il a noté pour chacune des unités constitutives du waqf la proportion des espaces couverts et découverts, le volume des murs porteurs, le mode de couverture, l’importance accordée aux accès extérieurs, l’absence ou la présence de décor. Il a mis en rapport les particularités architecturales relevées dans chaque unité avec la fonction que le fondateur avait prévue pour lui.

3Puis, faisant œuvre d’historien, l’auteur a replacé la fondation du waqf dans l’espace urbain où il fut inséré et étudié le projet primitif et les transformations successives qu’il subit lors des principales étapes de l’évolution de la vie économique d’Alep. Les avatars d’un tel ensemble monumental, conçu dès l’origine pour aider au développement des activités d’échange et de production dans l’ancien faubourg de Ǧudayda, les commerces et les artisanats qui s’y sont succédé sont autant d’indices qui viennent compléter les enseignements déjà très riches qu’offrent les sources écrites pour la Syrie ottomane et contemporaine.

4Géographe de formation, urbaniste de vocation, Jean-Claude David s’est posé le problème des conditions de fonctionnement des activités économiques qu’abrite actuellement cet ensemble. C’est un exemple type de belle construction alépine en pierre qui s’est dégradée moins du fait de l’absence d’entretien que de la destruction volontaire de certains éléments ou de l’adjonction de constructions nouvelles qui ne s’harmonisent ni avec le matériau, ni avec le plan, ni, enfin, avec le projet initial. Mais, tel qu’il est, le waqf a offert un toit et des murs à des commerces et à des ateliers dont les propriétaires ne pouvaient ni ne voulaient s’installer dans de coûteuses installations péri-urbaines. En minimisant les frais généraux et les coûts de production, des milliers de petits entrepreneurs et de boutiquiers installés dans les centres anciens des villes syriennes ont joué un rôle économique positif, assurant une hausse des prix à la consommation moins rapide que dans les contrées environnantes et offrant à l’exportation des produits constamment adaptés à la demande.

5Une triple menace pèse sur ces quartiers anciens : la surcharge démographique — croît naturel et exode rural —, l’afflux des liquidités venues du monde arabe, l’attrait du mode de. consommation occidental et, notamment, celui de l’automobile individuelle. Les populations déshéritées sont rejetées dans les périphéries lointaines et sous-équipées. Les classes modestes ou moyennes qui étaient demeurées dans les centres anciens abandonnent ceux-ci pour s’installer dans des banlieues plus proches aux stratifications sociales nettement marquées. Les propriétaires d’appartements et de maisons anciennement habités n’ont pas le droit de mettre fin à une location ni d’en fixer le prix librement. Ils cessent donc d’entretenir des bâtiments dont la présence est le seul obstacle qui s’oppose à leur désir de tirer partie de la plus-value vertigineuse qui affecte le sol constructible au centre des villes arabes. Une fois les locataires partis, le terrain doit porter un grand nombre de niveaux pour rentabiliser un investissement coûteux. Dès lors, le tissu urbain traditionnel est irrémédiablement dégradé. Il est aisé, en s’appuyant sur les impératifs de sécurité et de desserte, de faire lancer des plans d’urbanisme qui découperont de grandes artères dans les derniers îlots de résistance. D’ailleurs, les bâtiments semblent se dégrader d’autant plus vite qu’ils affrontent désormais la comparaison des tours de béton et de verre qui les dominent et leur portent ombrage.

6Des engins modernes détruisent en quelques heures un décor urbain, lentement élaboré, spécifique d’un quartier et de son histoire. Ce que l’on abat, c’est le patrimoine architectural d’une ville qui s’harmonisait à un paysage et qui répondait aux impératifs d’un climat ; ce décor rendait compte d’un éventail d’activités économiques, de croyances religieuses, de traditions sociales et de loisir. Ce que l’on reconstruit aujourd’hui à Alep pourrait, sauf exception, être conçu pour d’autres deux et pour d’autres hommes. Nombreux sont les récits arabes où le grand-père promène son petit-fils à travers la ville et lui en retrace l’histoire grâce aux signes qu’ils découvrent en chemin, monuments éponymes de quartiers, minaret, khān, ḥammām, madrasa, fontaine, porte... L’enfant prenait ainsi conscience de cercles de solidarité, de nature variée, qui se recoupaient et l’entouraient dans leur protection. Plus tard, lors de ses voyages, l’homme adulte retrouvait dans d’autres villes des institutions semblables qu’il reconnaissait à leurs signes majeurs mais auxquelles des particularités de plan et de décor assuraient un style original. La coutume voulait qu’elles fussent largement ouvertes à l’étranger de passage, lui assurant une hospitalité qui l’intégrait à un réseau de solidarité plus vaste.

7La plupart de ces institutions n’ont plus leur place dans les villes arabes contemporaines. Seules, les mosquées, dont les hauts minarets jalonnent chaque avancée de l’urbanisation des banlieues, continuent à regrouper des assistances de proximité. Seules, par les textes et les gestes immuables auxquels elles font référence, elles offrent un symbole de permanence et fondent une identité. La destruction des quartiers anciens ne cesse de privilégier leur rôle.

***

8La richesse du travail de Jean-Claude David provient donc de son désir de trouver une réponse que l’on pourrait qualifier de pluridisciplinaire à l’interpellation à laquelle est soumis le passant qui découvre un ensemble monumental de belle allure, résistant au cœur d’une ville en bouleversement rapide. Ce travail a abouti à un document scientifique qui consigne avec précision tout ce qu’un chercheur peut rassembler sur cette fondation à partir des données disponibles. La qualité de l’enquête, la largeur de son champ, l’acuité de la réflexion à partir d’une documentation parfois lacunaire font de cette étude un modèle de ce qu’on peut attendre des chercheurs dans nos instituts scientifiques à l’étranger.

9Par ailleurs, ce travail démontre la vanité de la frontière que l’on se plaît à tracer entre la recherche pure et la recherche appliquée. Il serait impensable qu’un urbaniste chargé d’un travail d’aménagement à Alep ou dans un autre centre ancien de ville arabe ne consulte cet ouvrage ou d’autres études de Jean-Claude David, ne serait-ce que pour s’inspirer de son approche du problème. On ne peut plus ignorer les conséquences économiques, sociales et culturelles de la destruction rapide de tout le patrimoine architectural civil des villes arabes.

10Lyon, octobre 1981

© Presses de l’Ifpo, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540