Version classiqueVersion mobile

L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946) à travers les archives

 | 
Renaud Avez

Annexes

IV. Notices biographiques des directeurs et des pensionnaires

Texte intégral

Eustache de Lorey

1Nous n'avons aucun renseignement précis sur sa vie de de Lorey.

2Jean Gaulmier nous a signalé qu'il avait obtenu la légion d'honneur à la fin des années 1920. Il se souvient avoir lu le texte de cette nomination dans le Journal Officiel et avoir constaté qu'il y était noté « Monsieur Eustache dit de Lorey ». Il avait effectivement pour nom véritable Eustache, qu'il transforma ensuite en prénom.

  • 1 Il confie cette anecdote à un journaliste de Comédia. Voir le numéro du 20 octobre 1923, dossier d (...)

3Les rares photos qui existent nous montrent un homme ayant la quarantaine passée. Nous savons qu'il fit l'École du Louvre. Il avait fait plusieurs voyages dans les pays arabes avant de venir en Syrie, dont un avec Pierre Loti, qui avait visité le Palais Azem en 18941. Il aurait été, avant de se tourner vers l'archéologie, pianiste dans les bars de Tunis. Il entre à la Société Asiatique en 1923.

  • 2 E. de Lorey, « L'Hellénisme cl l'Orient dans les Mosaïques de la Mosquée des Omaiyadcs », Ars Isla (...)
  • 3 Dossier les Amis de l'Orient, 1932-1934, compte rendu, Oeuvres 256, AMAEN.
  • 4 E. de Lorey, « L'École de Tabriz ; l'Islam aux prises avec la Chine », Revue des Arts Asiatiques, (...)

4Aventurier, il mène à Paris une vie mondaine et connut un temps la notoriété grâce aux expositions de ses découvertes, au Louvre ou aux États-Unis, qui lui valurent une bonne presse et lui permirent la publication d'un article dans une revue américaine2. Pourtant, de retour en France, il semble avoir pâti de ses aventures syriennes et avoir été tenu à l'écart de la vie savante parisienne pour quelques temps. C'est ainsi, du moins, que nous interprétons les conférences qu'il fit en province sur les mosaïques de la mosquée des Omeyyades de Damas, en mai 1933, et sur les musées de Damas, en janvier 1934, au siège de la filiale strasbourgeoise de l'Association des Amis de l'Orient3. Il publia cependant à cette époque deux articles dans la revue du musée Guimet, siège de cette association4.

  • 5 Les arts de l'Iran, l'ancienne Perse et Bagdad, Bibliothèque Nationale, Paris, 1938.
  • 6 J. Sauvaget, « Remarques sur l'art sassanide : questions de méthode à propos d'une exposition », R (...)
  • 7 Répertoire Chronologique d'Épigraphie Arabe, inscription n° 4178, t. XI. IFAO, Le Caire, 1941-1942 (...)

5On le retrouve ensuite en 1938, aux côtés d'H. Corbin, J. David-Weill, G. Salles et R. Cotevieille-Giraudet, pour la rédaction d'un ouvrage sur les arts de l'Iran en 19385. Il s'agit du catalogue d'une exposition ayant eu lieu entre juin et août 1938, où on remarque à ses côtés, dans le comité d'organisation, L. Massignon, J. Marx, R. Dussaud, W. Marçais et H. Massé. De Lorey a apporté quelques pièces de sa collection, a participé à des travaux de réfection et rédigé quelques commentaires. La malchance semble toutefois le poursuivre, sur le plan scientifique, puisque Sauvaget prend une position très dure contre cette exposition dans la Revue des Études Islamiques. Il reproche aux organisateurs d'avoir rassemblé pour l'exposition des pièces, certes intéressantes, mais qui ne correspondent pas au thème choisi. D'où un caractère incohérent. Et surtout, il met en cause l'école archéologique, qui « construisant sur une documentation squelettique, à l'aide de rapprochements artificiels et inexpressifs, de vastes généralisations qui dissimulent les vrais problèmes, n'a même pas attendu que fut commencée une véritable exploration scientifique de la Perse pour parler du "miracle iranien" [et] pour saluer dans l'Iran le grand initiateur artistique de l'Orient »6. À cette époque, il communique aussi le texte d'une inscription pour le Répertoire d'Epigraphie Arabe7. Il meurt au début des années 1950.

Robert Montagne

  • 8 E. Taillemite, notice sur R. Montagne, Dictionnaire des marins français, Paris, éd. Maritimes et d (...)

6« Né au Mans le 19 janvier 1893, il rentra à l'école navale en octobre 1911. Enseigne de vaisseau de 2e classe en octobre 1914, il embarqua sur le torpilleur "Rapière" en escadre de la Manche puis en Méditerranée. Enseigne de 1e classe en avril 1916, il passa en octobre sur le cuirassé "France" en armée navale, puis fut affecté en août 1917 à la division des patrouilles de Normandie et fut cité pour avoir dirigé, en août 1917, quatre attaques contre des sous-marins allemands en Manche. Élève observateur au centre d'aviation maritime de St-Raphaël en avril 1918, instructeur des observateurs à Cherbourg, il revint ensuite à St-Raphaël comme chef de l'école d'observation, mit au point divers perfectionnements à l'armement des hydravions de combat et participa aux travaux de la Commission d'études pratiques de l'Aéronautique. Directeur en janvier 1919 de l'école des observateurs d'hydravions au centre-école d'aviation maritime d'Hourtin, lieutenant de vaisseau en novembre 1919, Montagne reçut l'année suivante le commandement du centre d'aviation maritime de Keinitra (Maroc). Il organisa alors le service de météorologie maritime, en devint en 1922 le chef, et procéda à des études de la houle sur les côtes marocaines qui se révélèrent forts utiles à la navigation. Mis en congé d'études en 1923, breveté interprète en arabe et en berbère, il fut appelé par Lyautey au cabinet du Résident général comme chargé de mission, se livra à des études ethnologiques sur les tribus du Rif et dressa une excellente carte de cette région. Chargé du service des renseignements de la colonne commandée par le colonel Corape, il mena personnellement la négociation qui abouti à la rédition d'Abd el Krim (25-27 mai 1926). Montagne s'occupa ensuite du développement des pêcheries indigènes puis effectua en 1928 de nombreuses reconnaissances dans les tribus du Sous qui lui fournirent la matière de nombreux travaux, dont sa thèse de doctorat sur "Les berbères et le Makhzen dans le sud du Maroc". Capitaine de corvette en juillet 1924, chef du centre de documentation sociologique de Rabat, il effectua en 1929-1930 une mission d'étude en Syrie, Palestine, Hedjaz, Yémen et Egypte où il travailla sur le mouvement Wahabite. Directeur de l'Institut Français de Damas en octobre 1930, il fut chargé en 1931 d'un enseignement de sociologie musulmane à l'Université de Paris. Directeur en janvier 1937 du Centre d'Etudes d'Administration Musulmane à Paris, il fut affecté en septembre 1939 à l'État-Major du général Nogues, commandant le théâtre d'opérations d'Afrique du Nord, il dirigea la section politique. Il reprit, après l'armistice, la direction du Centre des Hautes Études d'Administration Musulmane transféré à Alger, puis devint en 1944 adjoint du général Catroux, directeur du service des affaires musulmanes. Capitaine de frégate de réserve en 1946, professeur au Collège de France en 1948, Montagne est l'auteur de nombreux et remarquables travaux qui firent de lui l'un des meilleurs spécialiste mondiaux de l'Islam : "La civilisation du désert" (1946), "Naissance du prolétariat marocain" (1951), "Révolution au Maroc" (1953). Il mourut à Neuilly-sur-Seine le 26 novembre 1954. »8

Henri Seyrig

7Il est né le 10 novembre 1895. Il fit une année d'étude à Oxford. Mobilisé de 1914 à 1919, il traverse la guerre à Verdun, puis dans l'armée d'Orient, à Salonique et en Italie. Il s'intéresse à la Grèce à partir de ce moment et se passionne pour l'archéologie. Il entreprend donc des études classiques et devient agrégé de grammaire en 1922. Il est ensuite membre de l'Ecole Française d'Athènes, puis son secrétaire général en 1928. En 1929, il est nommé directeur du Service des Antiquités du Haut-Commissariat français au Levant, fonction qu'il cumule avec la direction de l'IFD à partir de 1938. Il entre, en 1941, dans les Forces Françaises Libres, et passe à Londres et à Mexico avant d'être nommé conseiller culturel à New York en 1942. En 1945, il est nommé maître de conférence à l'Université de Paris. Puis en 1947, il obtient du gouvernement provisoire de la République la création de l'Institut Français d'Archéologie de Beyrouth, dont il sera le directeur jusqu'en 1967. Ses relations avec André Malraux lui permettent d'être directeur des musées nationaux entre 1960 et 1962. En 1952, il est élu à l'AIBL, dont il est correspondant depuis 1935. Il meurt le 21 janvier 1973.

  • 9 E. Will, Syria, tome L, 1973, p. 259-265. Who's who in France, 10e édition CRAIBL, 1973, p. 100-10 (...)

8Marqué par les travaux de Paul Perdrizet, il s'investit particulièrement sur les sites de Palmyre, Baalbek et le Krak des Chevaliers, travaux dont on retrouve la trace dans ses nombreux articles dans la revue Syria9.

Henri Laoust

  • 10 Archives privées de Mme Laoust. D. Sourdel et J. Sourdel-Thomine, « Henri Laoust (1905-1983) », Re (...)

9Il est né en 1905. Il fait des études au lycée de Rabat puis à Paris. En 1926, il entre à l'École Normale Supérieure. Il obtient les licences d'arabe et de philosophie en 1928 et le diplôme supérieur d'arabe en 1929. Il est pensionnaire de l'IFD en 1928-1929. Agrégé d'arabe en 1930, il part comme pensionnaire à l'IFAOC en 1931. En 1936, il est nommé professeur à la médersa de Constantine, avant de regagner l'Institut Français de Damas en 1937, comme secrétaire général puis comme directeur en 1941. Il soutient son doctorat ès-lettres en 1940. En 1942, il devient membre de l'Académie Arabe de Damas. Il est nommé professeur à la Faculté des Lettres de Lyon en 1946, à la chaire de langue et de civilisation arabes. Il entre, en 1956, au Collège de France, à la chaire de sociologie musulmane, où il remplace Louis Massignon, et il devient président du jury de l'agrégation d'arabe. Il abandonne alors ses autres fonctions à Lyon, conservant la direction de l'Institut jusqu'en 1966. Il est membre de l'Institut de France à partir de 1974. Il quitte le Collège de France en 1975. Il occupe par ailleurs diverses autres fonctions scientifiques au CNRS et dans plusieurs revues, dont la direction de la Revue d'Études Islamiques et des Abstraca Islamica, à partir de 1956, et de la Bibliothèque d'Études Islamiques fondée en 1970. Il est mort le 12 novembre 198310.

Jean Sauvaget

10Il est né le 27 janvier 1901. Il suit les cours de M. Gaudefroy-Demombynes à l'ENLOV ainsi que des cours à la Sorbonne. Il passe une licence d'arabe. Il demeure en Syrie de 1924 à 1937. Il est ensuite nommé directeur d'études à l'ЕРНЕ (Orient Islamique). En 1946, il entre au Collège de France, à la chaire d'histoire du monde arabe.

  • 11 L. Robert, « Jean Sauvaget », Mémorial Sauvaget, tome 1, Damas, 1954, p. 15-35. On trouvera dans c (...)

11Il est aussi rédacteur du Journal Asiatique, directeur-adjoint de la partie orientale des Historiens des croisades à l'AIBL, assure des cours d'arabe, de géographie et d'histoire du Proche-Orient à l'ENLOV et à la Sorbonne, et des cours d'histoire de l'art à l'École du Louvre. Il a une activité scientifique importante, rédigeant notamment des ouvrages à l'intention de ses étudiants. Il meurt le 5 mars 195011.

Jean Cantineau

12Il est né le 9 juin 1899. Il obtient sa licence de lettres classiques en 1926. Il pense un temps à l'agrégation d'histoire mais entreprend des études de linguistique. Il suit les cours de Dussaud à l'École du Louvre et de Gaudefroy-Demombynes à l'ENLOV. Il est diplômé de l'ЕРНЕ et obtient son doctorat ès-lettres en décembre 1935.

13Après son passage à l'institut de 1928 à 1933, il est chargé de cours puis titulaire d'une chaire de linguistique générale et de sémitique comparée à Alger. En 1947, des raisons de santé l'amènent à revenir à Paris et il est nommé professeur d'arabe oriental à l'ENLOV.

14Il a beaucoup publié à partir de ses recherches et a écrit un manuel élémentaire d'arabe oriental avec Youssef Halbaoui.

  • 12 W. Marçais, CRAIBL, 1956, p. 150-154.

15Il est correspondant de l'AIBL à partir de 1947 et président de la Société de Linguistique de Paris en 1951. Malade depuis plusieurs années, il meurt le 8 avril 195612.

Edmond Saussey

16Il est né le 1er juillet 1899. Il est d'abord licencié ès-lettres puis passe le diplôme d'arabe classique à l'ENLOV. En 1923-1924, il est boursier à l'École archéologique de Jérusalem. Il est ensuite nommé professeur à Sétif. Il passe par ailleurs le diplôme d'études supérieures d'arabe.

17Il est pensionnaire de l'IFD de 1928 à 1933. Il passe le diplôme de turc de l'ENLOV en 1932, recevant les conseils de Jean Deny. En 1933, il devient membre de l'Institut Français d'Archéologie d'Istanbul. Il s'intéresse alors à la littérature turque contemporaine.

18Il rentre en France en 1936. Il est nommé professeur au collège de Tlemcen, puis à Béthune, assurant aussi des cours d'histoire de la Turquie à l'ENLOV.

  • 13 M. Gaudefroy-Demombynes, BEO, tome VII-VIII, p. 1-3. Et A. Gabriel, « Edmond Saussey », Syria, Par (...)

19Il meurt dans un accident en 193713.

Jeanne Chauffour

20Nous n'avons pas de renseignements sur cette pensionnaire. Elle a passé le diplôme d'arabe littéraire en 1927. A son retour de Damas, elle s'inscrit à l'EPHE, et, en juin 1931, elle entre à la Société de Linguistique de Paris, puis, en décembre, à la Société Asiatique.

Jean Lassus

21Il est né le 19 juin 1903. Il entre à l'ENS en 1923. Il fait alors partie d'un groupe catholique avec Louis Robert, Pierre-Henri Simon et André Déléage. Il est agrégé de lettres en 1926 et il est nommé pensionnaire de l'École Française de Rome en 1928, puis de l'IFD de 1930 à 1935. Il obtient son doctorat ès-lettres en 1944.

22Il est nommé suppléant à la chaire d'archéologie et d'histoire de l'art de l'est européen à Strasbourg en 1938. Puis en 1945, après une guerre mouvementée et une déportation à Dachau, il est professeur d'histoire et de civilisation de Byzance à Strasbourg.

23En 1952, il dirige l'Université franco-vietnamienne à Hanoi puis à Saigon. En 1955, il est nommé professeur à la Faculté des Lettres d'Alger, dont il est le doyen de 1962 à 1964, et est aussi directeur des Antiquités d'Algérie de 1955 à 1964.

24De 1964 à 1969 il est professeur d'archéologie paléo-chrétienne à la Sorbonne, et est aussi directeur d'études à l'ЕРНЕ (christianisme byzantin et archéologie chrétienne) à partir de 1967.

25Il est correspondant de l'AIBL à partir de 1957. Il a publié une autobiographie, Mémoires d'un cobaye.

  • 14 Antiquités Africaines, 1979, n° 14, p. 9-10. G. Lazard, CRAIBL, 1990, fascicule 3, p. 745-746.

26Il meurt le 9 octobre 199014.

Jean Lecerf

27Il est né le 9 juillet 1894. Il est gravement blessé pendant la première guerre mondiale. Il a été étudiant à l'ENLOV et obtient les diplômes d'arabe oriental et classique en 1917, et de persan et de turc en 1920. Il entre à l'ENS en 1919.

28Il est envoyé au collège Sadiki de Tunis de 1922 à 1926. Il enseigne ensuite au lycée français de Beyrouth puis à la mission laïque de Damas en 1929. Il passe ensuite, en 1931, à l'IFD, comme attaché puis comme pensionnaire, jusqu'en 1938.

29Il est mobilisé en 1939 et garde les armes jusqu'en 1946, période pendant laquelle il revient au Liban. Au sortir de la guerre, il a la possibilité d'être nommé à l'ENLOV mais laisse son poste à J. Cantineau, qui a des problèmes de santé et lui demande de le remplacer à Alger. Il est chargé d'un enseignement de philologie arabe et sémitique à la faculté d'Alger de 1947 à 1957. A la mort de Cantineau, il reprend la chaire d'arabe oriental où il reste jusqu'à sa retraite en 1964.

  • 15 M. Barbot, Revue des Études Islamiques, 1980, fascicule 1, tome XLVIII, p. 1-3. On y trouvera auss (...)

30Il meurt le 14 mars 198015.

Jacques Weulersse

31Il est né le 11 février 1905. Son père, Georges Weulersse est lui-même universitaire et géographe. Il fait partie de la promotion 1924 de l'ENS, où il a A. Demangeon et E. de Martonne comme maîtres. Il est agrégé de géographie en 1928. Il obtient ensuite la bourse autour du monde et voyage de 1928 à 1930.

32En rentrant, il fait un court passage au lycée de Besançon, avant d'être envoyé en Syrie en 1932. Il y reste jusqu'en 1938.

33Il est ensuite nommé au lycée Condorcet. Pendant la guerre, il est rappelé quelques temps en Syrie. En 1941, il est docteur ès-lettres, et est nommé maître de conférence à Aix-en Provence en 1943.

  • 16 E. Colin, Annales de géographie, n° 301, 1er trimestre 1947, p. 53-54, article suivi de sa bibliog (...)

34Il fait, à la fin de la guerre, plusieurs missions à l'étranger : au Levant en 1945-1946, à Trieste en 1946, puis en A.O.F., trouvant la mort à Dakar le 28 août 194616.

Roger Lescot

35Il est né en 1914. Il est licencié ès-lettres et diplômé d'arabe littéraire et oriental en 1935. Puis il obtient le diplôme de turc et de persan. Il est aussi diplômé de l'ЕРНЕ et de l'École des Sciences Politiques.

36Il est chargé de mission à l'IFD de 1935 à 1938. Puis il est pensionnaires de 1938 à 1944. Il est aussi directeur de l'École Supérieure d'Arabe de Damas de 1941 à 1944. Il est mobilisé en 1939-1940 et en juin 1942, il s'engage dans les Forces Françaises Libres.

37En 1944, il est intégré dans les cadres du MAE et devient chef-adjoint du cabinet du Résident Général à Tunis jusqu'en 1945. Il est à l'administration centrale (Afrique-Levant) en septembre 1945. Puis il est chargé de cours à l'ENLOV de décembre 1945 à juin 1946, où il ouvre un enseignement de kurde. En mai 1946, il passe sous-chef de bureau (Afrique-Levant). Puis il est premier secrétaire d'Orient au Caire de 1947 à 1950 et deuxième conseiller d'Orient dans la même ville de 1951 à 1953. De 1953 à 1954, il est à l'administration centrale. Il est ensuite deuxième conseiller à Mexico de 1954 à 1955, puis à nouveau à l'administration centrale de 1955 à 1960. De 1960 à 1968, il est premier conseiller à Téhéran. Il devient ensuite ambassadeur à Amman de 1962 à 1968, ambassadeur à Bangok de 1968 à 1972, et termine sa carrière diplomatique comme ministre plénipotentiaire de première classe.

  • 17 Annuaire diplomatique, 1948, p. 488, et 1974, p. 937.

38Nous ne possédons pas d'informations postérieures à 197217.

Daniel Schlumberger

39Il est né le 19 décembre 1904. Il fait des études d'histoire et d'archéologie à Strasbourg puis à Paris.

40Des liens avec H. Seyrig l'amènent au Levant en 1929. Il est inspecteur du Service des Antiquités pendant dix ans et se consacre surtout à Palmyre et à sa région. Il soutient en 1950 sa thèse sur « Les éleveurs et les haras antiques de la Palmyrène du nord-ouest ».

41En 1942, après deux courts passages à l'Institut Français de Damas, il rallie les Forces Françaises Libres et s'occupe de services d'information.

42En 1947, il est nommé à la tête de la délégation archéologique française en Afghanistan. Il en fait son domaine principal pendant vingt ans. En 1955, il est aussi nommé professeur à l'Université de Strasbourg. Il est élu à l'AIBL en 1958.

43En 1967, il devient directeur de l'Institut Français d'Archéologie de Beyrouth.

  • 18 E. Will, Syria, tome С, 1973, p. 267-276.

44Il meurt le 21 octobre 197218.

Nikita Élisséeff

45Il est né en 1915. Il est diplômé d'arabe littéraire en 1939. Il suit d'autre part les cours de Sauvaget à la Sorbonne. Il est pensionnaire puis secrétaire général de l'IFD de 1945 à 1966. Il fait sa thèse de doctorat sur Nūr al-Dīn. Il est ensuite nommé professeur à l'Université de Lyon, alors qu'il avait commencé à enseigner à l'Université St Joseph à Beyrouth.

Notes

1 Il confie cette anecdote à un journaliste de Comédia. Voir le numéro du 20 octobre 1923, dossier de presse, AIFEAD. Voir Galilée de Pierre Loti pour la description qu'il fait du palais.

2 E. de Lorey, « L'Hellénisme cl l'Orient dans les Mosaïques de la Mosquée des Omaiyadcs », Ars Islamica, vol. I, 1934, p. 22-45.

3 Dossier les Amis de l'Orient, 1932-1934, compte rendu, Oeuvres 256, AMAEN.

4 E. de Lorey, « L'École de Tabriz ; l'Islam aux prises avec la Chine », Revue des Arts Asiatiques, t. IX, vol. 1, 1935, p. 27-39. El E. de Lorey, « Peinture musulmane ou peinture iranienne », Revue des Arts Asiatiques, t. XII, vol. 1, 1938, p. 20-31.

5 Les arts de l'Iran, l'ancienne Perse et Bagdad, Bibliothèque Nationale, Paris, 1938.

6 J. Sauvaget, « Remarques sur l'art sassanide : questions de méthode à propos d'une exposition », Revue des Études Islamiques, fascicule 2-3, 1938, p. 116.

7 Répertoire Chronologique d'Épigraphie Arabe, inscription n° 4178, t. XI. IFAO, Le Caire, 1941-1942, p. 118-119.

8 E. Taillemite, notice sur R. Montagne, Dictionnaire des marins français, Paris, éd. Maritimes et d'Outre-Mer, 1982.

9 E. Will, Syria, tome L, 1973, p. 259-265. Who's who in France, 10e édition CRAIBL, 1973, p. 100-101.

10 Archives privées de Mme Laoust. D. Sourdel et J. Sourdel-Thomine, « Henri Laoust (1905-1983) », Revue des Études Islamiques, tome 52, hommage à Henri Laoust, 1984, p. 3-11, avec la liste de ses publications, p. 13-16.

11 L. Robert, « Jean Sauvaget », Mémorial Sauvaget, tome 1, Damas, 1954, p. 15-35. On trouvera dans cet ouvrage le contenu de ses cours à Paris et sa bibliographie. Voir aussi Syria, 1950, p. 383-385. R. Blachère, Journal Asiatique, 1951, fascicule 1, p. 1-4.

12 W. Marçais, CRAIBL, 1956, p. 150-154.

13 M. Gaudefroy-Demombynes, BEO, tome VII-VIII, p. 1-3. Et A. Gabriel, « Edmond Saussey », Syria, Paris, Geuthner, tome 18, 1937, p. 413-414.

14 Antiquités Africaines, 1979, n° 14, p. 9-10. G. Lazard, CRAIBL, 1990, fascicule 3, p. 745-746.

15 M. Barbot, Revue des Études Islamiques, 1980, fascicule 1, tome XLVIII, p. 1-3. On y trouvera aussi sa bibliographie, p. 4-7.

16 E. Colin, Annales de géographie, n° 301, 1er trimestre 1947, p. 53-54, article suivi de sa bibliographie. C. Robequain, Revue de Géographie Humaine et d'Ethnologie, n° 1, 1er trimestre 1948, p. 88-89.

17 Annuaire diplomatique, 1948, p. 488, et 1974, p. 937.

18 E. Will, Syria, tome С, 1973, p. 267-276.

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search