Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946) à travers les archives

 | 
Renaud Avez

Conclusion

Texte intégral

1Notre étude prend fin en 1946, lorsque le Palais Azem est évacué. L'histoire de l'Institut ne s'arrête cependant pas là, ni même ses contacts avec le palais, qui restera un lieu de visite et de détente pour ses pensionnaires, grâce à leurs rapports amicaux avec le nouveau directeur, Chafiq Imam.

2L'Institut s'installe donc à la mission laïque, en 1946, boulevard de Bagdad, dans des locaux peu spacieux qui seront cependant les siens pendant plusieurs années.

  • 1 P. Barbusse, L'action culturelle de la France en Syrie depuis la fin du mandat, Damas, Ambassade d (...)

3Son rôle évolue au début des années 1950. À ce moment, « l'Institut Français a également pour mission de diriger, dans leurs travaux de perfectionnement, les jeunes arabisants français licenciés en arabe ou diplômés de l'École des Langues Orientales. Boursiers de la Direction des relations culturelles, ces étudiants sont logés à l'Institut et suivent les cours de philologie et de littérature à la faculté des lettres de l'Université syrienne ou ceux de traduction du lycée franco-arabe. Cette nouvelle formule ne peut donner que d'excellents résultats si le choix de ces boursiers continue à être fait judicieusement. »1 André Miquel inaugure la formule en 1951. Ces cours, qui ont d'abord lieu à Beyrouth et à Damas, se tiendront exclusivement à Damas à partir de 1975, avec une organisation qui évolue quelque peu.

4En 1956, en raison de la crise de Suez et de la rupture des relations franco-syriennes, les Français quittent le pays et l'Institut est évacué. Il retrouve alors sa place des périodes de crise : la mission archéologique à l'Ambassade de France à Beyrouth. Cependant, comme en 1945, le centre n'est pas clos et Élisséeff continue à faire la navette entre Beyrouth et Damas pour maintenir une présence dans cette Institution convoitée, notamment pour sa bibliothèque. Le service du courrier continue à être assuré mais son compte bancaire est transféré à Beyrouth en 1957.

  • 2 Lettre de N. Élisséeff du 30 novembre 1961, AIFEAD 61-1.

5Les membres de l'Institut retrouveront Damas à la rentrée 1961. « Nous reprenons sans trop de publicité une activité qui tend à la normale. »2

6C'est à l'occasion de ce retour que l'Institut quitte la mission laïque pour l'immeuble qu'il occupe toujours, où se trouvaient auparavant le consulat et le centre culturel français, dans un quartier résidentiel de Damas.

7Dans ce nouveau lieu se succéderont au poste de directeur : Henri Laoust jusqu'en 1968 (remplacé à Damas du fait de son absence par Nikita Élisséeff, jusqu'en 1966, puis par André Raymond), puis André Raymond de 1968 à 1975, Thierry Bianquis de 1975 à 1981, Georges Bohas jusqu'en 1984, Gilbert Delanoue de 1984 à 1990 et Jacques Langhade depuis.

8Mais revenons sur la période qui nous intéresse.

9Au terme de cette étude, nous avons dégagé les grandes phases de l'histoire de l'Institut. L'Institut Français de Damas apparaît sous la forme d'un petit centre à la vie quotidienne partagée entre le travail scientifique et les loisirs levantins.

  • 3 R. Blachère, « J. Sauvaget », Journal Asiatique, t. CCXXXIX, fascicule 1, 1951, p. 2.
  • 4 Lecerf s'insurge contre une vision trop paradisiaque de la vie de pensionnaire. « Il n'est pas exa (...)

10Maxime Rodinson se souvient des propos de Laoust, au début des années 1940, lui indiquant que la vie de pensionnaire est idéale, du fait des conditions de vie, pour accumuler une documentation qui permet ensuite, et pour de longues années, des travaux scientifiques. Sauvaget amassa lors de son long passage à Damas assez de documents et d'informations pour effectuer ensuite des travaux à Paris. Se souvenant de la Syrie, Sauvaget s'écria : « Comme j'ai pu travailler alors ! »3. D'autres évoquent le caractère agréable de la vie des pensionnaires, dégagée d'obligations matérielles, qui vivaient à Damas une jeunesse dorée4.

  • 5 G. Posermer, « La vie de l'I.F.A.O. il y a cinquante ans », Centenaire de l'Institut Français d'Ar (...)

11Ils pouvaient donc travailler sans entraves, voyager dans le monde arabe et se former sur le terrain. Ce n'est d'ailleurs pas propre à Damas. Les pensionnaires du Caire connaissent une situation analogue. « [Les années d'Egypte] ont laissé chez ceux de ma génération un souvenir lumineux de jeunesse heureuse et sans souci quand le travail intense, ponctué par des découvertes inespérées, se mariait harmonieusement avec la fantaisie échevelée. »5

  • 6 A.L. Tibawi, A modem history of Syria including Lebanon and Palestine, London, Mac Millan, 1969, p (...)

12Ils créèrent un Institut qui apparaît comme une réussite, surtout comparé à l'ensemble de la politique mandataire. « Before citing facts and figures to show that in the whole the French contribution was inadequate, it is fair to mention two French activities which deserve unqualified praise. The first was the “service des Antiquités”. [...]. The second was the “Institut Français” in Damascus which concerned itself with academic research as testified by the production of monographs and papers by the distinguised orientalists who worked under its aegis. »6

  • 7 M Bou Assi, « La crise libanaise de 1941 ou la bataille du Levant », Les chemins de la décolonisat (...)

13L'Institut, par les travaux de ses pensionnaires, a pu assurer la qualité de son image. Il a su aussi évoluer en suivant les changements politiques du Levant. Un auteur distingue dans l'application du mandat trois périodes : « La première, période d'installation et de pacification. Dans la seconde période, l'administration civile se substitue à l'administration militaire [...]. La troisième période continue la seconde, accompagnée de plusieurs suspensions de la constitution. Le mandat est souvent décrié. »7

14On retrouve dans l'évolution de l'Institut un lien avec cette périodisation du mandat.

15La création de l'Institut Français d'Archéologie et d'Art Musulmans correspond à la période d'installation française en Syrie, installation dans le cadre du mandat mais avec un esprit souverain et dominateur qui se retrouve dans les prérogatives et l'attitude d'Eustache de Lorey. Celui-ci représente un certain esprit colonial. Son comportement ne pourra traverser sans dommages les transformations mandataires de la fin des années 1920.

16C'est avec les soulèvements du milieu des années 1920 que le mandat se dirige vers une politique d'apaisement, alors qu'autorités politiques et militaires connaissent une scission. L'arrivée de civils à la tête du Haut-Commissariat entraine quelques mouvements chez les fonctionnaires français en poste au Levant. L'Institut Français de Damas entre dans une phase de réformes qui doit l'amener à un rapprochement franco-syrien qui suit l'évolution politique générale. Les Services des Antiquités, des Œuvres, de l'Instruction Publique et des Renseignements connaissent eux-aussi une réorganisation Les Français prennent conscience de leurs carences dans la connaissance du milieu qu'ils administrent et Montagne, intéressé par le nationalisme arabe, oriente le centre vers les problèmes contemporains.

17Enfin, dans un dernier temps, au début des années 1940, alors que le mandat entre dans sa phase finale, difficile et violente, et que la présence française est de plus en plus critiquée, l'Institut se replie dans une attitude exclusivement scientifique et une politique de collaboration. Laoust engage une retraite, de toute manière obligée.

  • 8 G. Posermer, article cité, p. 26.

18Il y a donc un lien entre l'histoire de l'Institut et celle du mandat. La personnalité des directeurs et les activités du centre placent ce dernier dans le cours de l'évolution mandataire. On retrouve certains traits identiques à l'Institut Français du Caire. « Sous la direction débonnaire et familiale de Pierre Jouguet, l'Institut avait pris un caractère proprement scientifique, alors qu'auparavant, les mondanités y tenaient la première place et que les réceptions au “Palais Mounira” éclipsaient celles de la légation de France. Les temps de gloire qui s'étaient terminés par un scandale étaient révolus. »8

19Un mouvement, qui dépasse le cas de Damas et le contexte du mandat, apparaît donc à la fin des années 1920. Une reprise en main scientifique est venue de Paris et du Service des Œuvres Françaises à l'Étranger. Bien que critiqué au cours des années 1930, ce service a assuré la croissance de l'Institut Français de Damas dans la mesure de ses crédits.

20L'histoire du Service des Œuvres Françaises à l'Étranger et de sa politique entre les deux guerres est maintenant mieux connue, et notamment son soutien aux Instituts Français. Par contre, l'histoire de ces Instituts reste, dans bien des cas, encore à faire. Dans le cas de Damas, l'intérêt était de montrer les différentes étapes conduisant à l'existence d'un véritable centre scientifique, en replaçant cette histoire dans son contexte politique

21Ces Instituts ont pu former un cadre propice aux échanges entre savants du pays d'accueil et Français. Se pencher sur leur passé, c'est aussi faire l'histoire d'une collaboration intellectuelle qui a rapidement dépassé la forme Institutionnelle pour entrer dans la sphère du privé. C'est faire porter la réflexion sur le renouvellement du regard français, qui profite de ces déplacements et de cette confrontation relative. C'est enfin mettre en évidence des comportements et des relations qui sont à l'origine de la situation actuelle des centres de recherches français à l'étranger. D'ailleurs revenir sur ces aspects, c'est aussi participer à la définition de rapports contemporains qui se nourrissent des liens passés et de la réflexion sur ces liens.

22Hors du champ scientifique, l'impact de ces échanges et de ces relations est difficile à mesurer, notamment dans le domaine politique. Les buts fixés par le Service des Œuvres Françaises à l'Étranger, conscient du rôle de la coopération culturelle et intellectuelle, obligent à poser la question en ces termes. Une puissance impérialiste comme la France a-t-elle trouvé dans ces rapports intellectuels un relais à d'autres activités suspendues ? Les liens privés créés ont-ils eu une influence dans le domaine politique ?

  • 9 A. Salon, thèse citée.
  • 10 J.M. Delaunay, « Les migrants culturels français en Espagne des années 1880 à nos jours », in Exil (...)

23On a pu parler, pour désigner ces Français à l'étranger, d'agents culturels9, et plus récemment de migrants culturels10. Ces notions ont en commun de personnaliser ce groupe et donc de susciter une interrogation sur sa définition et son influence.

24Dans le cas de l'Institut Français de Damas, la liste des membres est peu nombreuse. Ces migrants culturels sont numériquement faibles et font, par ailleurs, partie d'un ensemble plus vaste, lié à la présence mandataire française au Levant. L'Institut a, pendant toutes ces années, une influence essentiellement locale, mais cependant bien réelle.

  • 11 J. Huntzinger, Introduction aux relations internationales, Paris, Seuil, 1987, p. 126.

25Les relations culturelles internationales ont maintenant acquis leur place dans l'ensemble des relations internationales. Leur poids est plus facilement perceptible à un niveau plus général. « Le voyageur peut se rendre compte à quel point de vieux États [...] bénéficient de droits acquis, culturels, commerciaux ou diplomatiques, en Afrique, en Amérique Latine ou en Asie, ainsi que dans diverses instances internationales, et préservent ainsi leur influence malgré la perte de leurs empires [...]. Nombre d'États jouissent encore de leur passé. »11

  • 12 Compte rendu de la réunion du comité de direction de la SSA, 13 mars 1928, p. 9, Beyrouth, IP 128 (...)

26L'influence du passé de l'Institut Français de Damas est bien réelle. Mais celui-ci a agit dans le cadre d'un échange qui le place dans une position particulière. Dès 1928, Massignon sentait l'importance d'une influence culturelle et intellectuelle française auprès des Syriens, replaçant cette idée dans l'ensemble de la politique française au Levant. Mais il insistait aussi sur une seconde étape, qui « serait d'obtenir des Syriens, formés aux deux cultures, qu'ils forment eux-mêmes des disciples »12.

27Les termes de ces relations ainsi posés donnaient à l'Institut plus d'autonomie, le dégageant de l'action culturelle traditionnelle pour lui permettre un vrai dialogue.

Notes

1 P. Barbusse, L'action culturelle de la France en Syrie depuis la fin du mandat, Damas, Ambassade de France, 3 volumes, 1955, p. 17.

2 Lettre de N. Élisséeff du 30 novembre 1961, AIFEAD 61-1.

3 R. Blachère, « J. Sauvaget », Journal Asiatique, t. CCXXXIX, fascicule 1, 1951, p. 2.

4 Lecerf s'insurge contre une vision trop paradisiaque de la vie de pensionnaire. « Il n'est pas exact que les pensionnaires soient de jeunes élèves payés pour ne rien faire, tandis que le directeur accomplit seul un travail de romain. L'un est chargé de la bibliothèque, l'autre des publications, un troisième du centre de documentation sociale, ce dernier gratuitement. Le quatrième a remplacé l'hiver dernier, également sans rétribution, le directeur qui ne passe jamais plus de quelques jours à Damas. Cette année, c'est le secrétaire des publications. » Lecerf au président de l'association des anciens élèves de l'ENS, 11 janvier 1935, dossier traitements et rappels 1935-1938, AJ 166954, AN. On a cependant très bien conscience à Paris des très bonnes conditions de travail faites aux membres de l'Institut. Voir Charléty à Montagne, 7 mars 1935, dossier traitements et rappels 1935-1938, AJ 166954, AN.

5 G. Posermer, « La vie de l'I.F.A.O. il y a cinquante ans », Centenaire de l'Institut Français d'Archéologie Orientale du Caire, célébré à Paris le 16/10/1981, Institut de France, AIBL, tiré à part, Paris, 1981-17, p. 26.

6 A.L. Tibawi, A modem history of Syria including Lebanon and Palestine, London, Mac Millan, 1969, p. 356.

7 M Bou Assi, « La crise libanaise de 1941 ou la bataille du Levant », Les chemins de la décolonisation 1936-1945, Paris, CNRS, 1986, p. 307.

8 G. Posermer, article cité, p. 26.

9 A. Salon, thèse citée.

10 J.M. Delaunay, « Les migrants culturels français en Espagne des années 1880 à nos jours », in Exil politique et migrations économiques. Espagnols et Français aux xixe-xxe siècles, Paris, CNRS, Amérique Latine-Pays Ibériques, 1991, p. 175-184.

11 J. Huntzinger, Introduction aux relations internationales, Paris, Seuil, 1987, p. 126.

12 Compte rendu de la réunion du comité de direction de la SSA, 13 mars 1928, p. 9, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

Offert par

Acheter