Version classiqueVersion mobile

L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946) à travers les archives

 | 
Renaud Avez

Deuxième partie. Quelques aspects de l'Institut français de Damas

Chapitre V. L’œuvre scientifique : une place privilégiée pour l’étude du Moyen-Orient

Texte intégral

1Nous allons aborder ce thème en trois points. Nous définirons d’abord les aspects scientifiques de l’Institut, c’est-à-dire ses travaux, ses publications, ses rapports avec les autres Instituts ou ses outils scientifiques. Ensuite, nous essayerons de replacer ces travaux dans le cadre de l’histoire de l’orientalisme, en mesurant leur impact. Enfin, nous envisagerons les rapports entre ces travaux et la vie politique.

I - DIFFÉRENTS ASPECTS SCIENTIFIQUES DE L’INSTITUT FRANÇAIS DE DAMAS1

1 - Ses travaux

2Nous avons pu constater plusieurs étapes dans les recherches de l’Institut, liées aux directeurs qui s’y sont succédés. Il nous faut aussi tenir compte de l’évolution des sciences humaines qui avaient ses disciplines traditionnelles comme l’histoire, la philologie ou l’archéologie, plus récente mais s’étant imposée rapidement, et ses disciplines nouvelles comme la dialectologie ou l’ethnologie. La cohabitation entre ces deux générations scientifiques n’était pas toujours très facile, comme nous avons pu le constater dans les rapports entre Dussaud et Montagne. Laoust reprend cette distinction en parlant de disciplines nobles et roturières.

3Il écrit aussi : « Dans la structuration de cette activité de l’Institut, un choix parmi les disciplines s’imposait [...] en raison de considérations fonctionnelles d’interdépendance organique, et en considération aussi des hommes dont le concours pouvait nous être offert. L’idéal, certes, eût été de pouvoir disposer, pour une prospection planifiée à long terme, d’une équipe où toutes les disciplines théoriquement nécessaires eussent été réunies.

4« Il ne fallait pas y songer — pour des raisons matérielles d’abord — car il eût été impossible, même en période d’euphorie financière, de vouloir gonfler quelque peu démesurément le personnel de l’Institut. Mais cette raison n’est pas la seule ni même la plus importante.

5Il nous fallait en effet des hommes, car la valeur d’un Institut est avant tout faite de ceux qui le composent et de l’esprit d’équipe qui les anime.

6Or, si paradoxal que cela puisse paraître, notre pays, malgré sa vocation africaine et asiatique, a trop souvent manqué d’arabisants et d’islamologues dûment qualifiés pour conduire fructueusement sur place des recherches scientifiques. Force était donc de se contenter d’équipes plus réduites qu’on ne l’aurait souhaité, et, à défaut d’une planification à long terme, de s’en tenir à une planification opportuniste à objectifs limités.

  • 2 H. Laoust, « Travaux et problèmes de l’I.F.E.A.D. ; ses publications », in Colloque sur les recher (...)

7Parmi les disciplines qui s’offraient d’autre part, l’Institut a été amené à donner la priorité à celles qui lui étaient rigoureusement indispensables pour mener à bien sa tâche et dont l’existence en son sein conditionnait en quelque sorte les autres. »2

  • 3 N. Élisséeff, « L’oeuvre scientifique de l’IFD. 1930-1960 », BEO, t. XVI, Beyrouth, 1960, pp. 101- (...)
  • 4 Article cité de J. Lecerf, BEO, t. XXV, p. 240.
  • 5 Montagne à Bounoure, 16 décembre 1935, note sur le budget 1936, dossier rapports, IFD, Beyrouth, I (...)

8Petit effectif donc, planification opportuniste et obligation de faire un choix parmi les disciplines. Pourtant, malgré ces impératifs matériels, les travaux de l’Institut ont couvert de nombreux domaines et il a pu profiter durant l’entre - deux-guerres d’une équipe aux spécialités variées, venue d’horizons divers. C’est aussi l’impression qui ressort à la lecture d’un article de Nikita Élisséeff sur ces questions3. La diversité des directeurs, le fait que l’orientation scientifique qu’ils donnaient à l’Institut n’entraînait pas la disparition des autres travaux et qu’elle se perpétuait au delà de leur départ, les travailleurs extérieurs, ont provoqué cette variété des recherches. Il faut aussi tenir compte de l’ouverture d’esprit du « dynamique comité de direction »4. Massignon et Gaudefroy-Demombynes s’intéressent à plusieurs disciplines, alliant leur formation d’arabisant à l’étude des religions, l’histoire sociale et contemporaine, l’ethnologie ou la linguistique. Les directeurs essayeront d’ailleurs de préserver cette diversité, malgré les conditions matérielles ou politiques. Montagne, bien que privilégiant les travaux de sociologie et d’ethnologie, garde une conception pluridisciplinaire du centre. Il note au moment du départ de Lassus : « L’absence d’une bibliothèque et le départ d’un membre archéologue nous amènent à donner sans cesse une part plus grande aux recherches ethnologiques, sociales et géographiques, moins coûteuses, plus faciles à organiser au détriment des études archéologiques et historiques. Il est de mon devoir de signaler l’inconvénient grave d’un tel déséquilibre des enquêtes scientifiques, qui dans un pays comme la Syrie, doivent faire une place sensiblement égale au passé et au présent. »5

  • 6 N. Élisséeff, article cité, BEO, t. XVI, p. 107 et 116.
  • 7 Article cité de J. Lecerf, BEO, t. XXV, p. 239-240.
  • 8 Ibid, p. 239.

9L’Institut, se consacrant à la Syrie, dispose d’un large champ de recherche, peu exploité. De plus, il n’y a pas encore de cloisonnement et de répartition des disciplines entre plusieurs centres de recherches, puisque l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth et l’Institut Français d’Iranologie de Téhéran ne sont pas encore créés. L’Institut Français de Damas peut donc orienter des chercheurs vers des disciplines qui lui échapperont par la suite6. 11 règne donc dans ce centre un esprit particulier que Jean Lecerf a rappelé par la suite7, notant que ce n’est pas à Damas qu’on risquait de trouver de l’« étroitesse » et de l’« intransigeance », par comparaison avec l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire8.

  • 9 Ibid, p. 240.
  • 10 Voir nos chiffres en annexes. 52,04 % des travaux sont consacrés à l’ethnologie, à la sociologie, (...)

10Esprit d’ouverture donc, qui, à une époque où les disciplines traditionnelles sont prioritaires, apparaît comme un facteur de modernité. « On ne peut pas dire [...] que la balance n’ait pas penché plutôt en faveur des études modernes, des études ethnologiques et de géographie humaine. »9 C’est en effet l’esprit qui domine dès la fin des années 1920. La majorité des travaux publiés concernent ces disciplines nouvelles. Mais si l’on considère non plus cet ensemble mais chacune des disciplines, l’archéologie domine10. Et ce malgré l’existence en Syrie d’un Service des Antiquités et d’une mission archéologique qui se sont surtout consacrés à l’Antiquité. L’archéologie a donc attiré les chercheurs, la particularité de l’Institut reposant sur l’étendue de ses travaux qui vont de l’Antiquité à la période musulmane.

11Nous allons entrer dans le détail de ces études en reprenant la classification faite par Nikita Élisséeff.

12L’archéologie représente donc une large part des publications de l’Institut. Ce fut longtemps un domaine privilégié de la recherche, dont le développement est favorisé par les conditions exceptionnelles de la Syrie. L’Institut a de plus eu des pensionnaires, Sauvaget et Lassus surtout, spécialistes de cette discipline.

  • 11 MAE au Haut-Commissariat, 5 septembre 1930, œuvres 222, AMAEN.
  • 12 E. de Lorey et M. van Berchem, Les mosaïques de la mosquée omayyade de Damas, coll. Monuments et h (...)

13Auparavant, sous la direction d’Eustache de Lorey, l’Institut avait brillé par quelques travaux archéologiques et surtout par ceux concernant les mosaïques de la mosquée omeyyade de Damas, dont les relevés ont été effectués sous la direction de Lucien Cavro par trois dessinateurs syriens, Nazmi Kheir, Fahmi Kabbani et Kamal Kalass11. Ces relevés sont jugés par tous d’une qualité exceptionnelle. De plus, ces travaux mettent l’Institut en rapport avec K. Creswell, qui vient de l’Institut Français d’Archéologie Orientale en 1926, et avec Marguerite van Berchem, qui passe en 1927. Ils permettent à Eustache de Lorey d’écrire ses seuls articles scientifiques durant cette période, dont un en collaboration avec Marguerite van Berchem qui fait une analyse des mosaïques12.

  • 13 Article de L. Robert, « Jean Sauvaget (1901-1950) », introduction du Mémorial Sauvaget, t. 1, p. 1 (...)
  • 14 Rapport de J. Sauvaget, 15 juin 1928, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

14C’est Jean Sauvaget qui, le premier, développe ce type de recherches pour la période musulmane, puisqu’il est venu en Syrie avec la mission d’étudier les monuments ayyoubides. Celui-ci, avec ses connaissances en histoire de l’art et en épigraphie, rédige des travaux originaux et importants, d’autant que c’est un travailleur infatigable. « Dans ce long séjour en Syrie, il amassa, dans sa fougue de travail, une immense documentation qui eût suffi, à elle seule, à alimenter une longue vie de travail et de publication. »13 II s’emploie donc, dès 1928, à étudier les monuments syriens des xiie et xiiie siècles, qui « présentent au point de vue artistique, une valeur intrinsèque remarquable, et [...] leur étude conditionne pour une bonne part notre connaissance de l’art syrien pour des époques postérieures. Surtout, ils offrent l’avantage de demeurer tant à Damas qu’à Alep, en nombre considérable »14. Il entreprend de faire des relevés épigraphiques et de dessiner des plans de monuments, en rédigeant des notices. Il envoie ces documents à Gaston Wiet, alors directeur du musée arabe du Caire, pour une publication sans cesse retardée. Dès cette époque, il envisage aussi une chronologie des principaux monuments d’Alep.

  • 15 Directeur du service des Antiquités au secrétaire général du Haut-Commissaire, 31 janvier 1931, do (...)

15C’est en raison de ses connaissances qu’il est appelé à collaborer avec le Service des Antiquités pour un inventaire des monuments musulmans à des fins de conservation15.

  • 16 Rapport de J. Sauvaget, 1er juin 1929, p. 1-2, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

16Il abandonne en 1929 son étude sur les monuments ayyoubides de Damas, bien qu’ils soient inconnus du monde savant et que des chercheurs anglais et allemands soient sur le point de publier leurs propres recherches, car il est déçu que rien ne soit paru de ses propres travaux envoyés à Wiet16. Il continue cependant ses monographies de monuments damascains. De plus, en vue de ses travaux universitaires, il étudie les khans syriens entre Damas et Alep et la topographie historique de Damas.

  • 17 Rapport de J. Sauvaget, 16 juin 1930, Œuvres 222, AMAEN.
  • 18 Ibid.
  • 19 J. Sauvaget, « Inventaire des monuments musulmans de la ville d’Alep », Revue des Études islamique (...)
  • 20 J. Sauvaget, Essai sur le développement d’une grande ville syrienne, des origines au milieu du xix(...)

17En 1930, il fixe un sujet de thèse en accord avec Massignon et Gaudefroy- Demombynes sur les monuments ayyoubides et mameloukes : l’histoire de l’architecture syrienne du xiie au xvie siècle17. Il continue à s’intéresser aux monuments des routes postales de Syrie et fait, durant cette année, les relevés e les plans qui sont nécessaires à cette étude, qui deviendra sa thèse secondaire et paraît en 1941 sous le titre de La poste à chevaux dans l’empire des mameloukes. Il n’a pas encore décidé de la thèse que nous lui connaissons sur la ville d’Alep, mais, dès cette époque, il publie quelques articles dans Syria et un article dans les Mélanges de la Section des arabisants sur « l’enceinte primitive de la ville d’Alep ». Cet article est la version simplifiée d’un thème plus vaste qu’il n’a pu traiter faute d’avoir les ouvrages nécessaires à l’Institut, « la topographie primitive et le peuplement de la ville d’Alep », sujet qu’il compte cependant reprendre par la suite18. D’autre part, il envisage à ce moment une mission à Alep pour aller y étudier les monuments de la Syrie du Nord dans le cadre de sa thèse et d’un inventaire des monuments pour le Service des Antiquités19. Il va s’attacher à cette ville, ce qui l’amènera à son travail de doctorat qui est un essai sur le développement d’une grande ville syrienne des origines au milieu du xixe siècle, où il place « résolument l’archéologie parmi les sciences auxiliaires de l’histoire »20. Ajoutons qu’il a collaboré tout au long des années 1930 avec Gaston Wiet au Répertoire chronologique d’Épigraphie arabe publié au Caire, travail poursuivi par Nikita Élisséeff.

18Ses travaux sur les monuments ayyoubides de Damas verront le jour à la fin des années 1930, grâce à la collaboration d’Écochard et à l’aide d’architectes du Service des Antiquités, notamment Duru, qui réaliseront les relevés.

  • 21 Les poteries syro-mésopotamiennes du xixe siècle, Damas, IFD, 1932.
  • 22 Articles sur des décrets mamelouks dans les BEO II et III.
  • 23 Moaz : voir son article, dans les Mélanges de la SSA ; Reich : voir son article sur les cuivres da (...)
  • 24 BEO VI, p. 126.

19Il se consacre aussi à l’étude des céramiques21 et à l’épigraphie musulmane22, et encourage des études du même type auprès de Khaled Moaz ou de Storm Reich23. Ce dernier a fait un inventaire archéologique lors de son enquête dans la région du Qalarnoun24.

  • 25 Voir son article dans le BEO VII-VIII.
  • 26 Article cité de N. Élisséeff, BEO, t. XVI, p. 104.

20D’autres, comme Michel Écochard, s’intéresseront à l’époque musulmane. Il rédige un article archéologique25 et surtout étudie avec Claude le Cœur trente-sept bains de Damas datant du xie au xxe siècle, « systématiquement relevés et étudiés sur le plan architectural mais non sociologique et historique »26.

  • 27 Voir ses articles dans les BEO I, II et III.
  • 28 J. Lassus, Inventaire archéologique de la région au nord-est de Hama, 2 tomes, 1935 et 1936, Damas (...)
  • 29 J. Lassus, Sanctuaires chrétiens de Syrie. Essai sur la genèse, la forme et l’usage liturgique des (...)
  • 30 Voir l’article consacré à J. Lassus dans Antiquités Africaines, n° 14, 1979, Paris, CNRS, p. 9-10.
  • 31 Thèse citée de J. Lassus, introduction, p. 13.

21L’archéologie pré-musulmane est représentée par les travaux de Jean Lassus. Il consacre à l’archéologie chrétienne trois articles27, un inventaire archéologique de la région au nord-est de Hama28 et sa thèse sur les sanctuaires chrétiens de Syrie du iiie au viie siècle29, résultat de son séjour de huit années au Levant. Il étudie d’autre part les mosaïques découvertes dans la région d’Antioche, alors qu’il est chargé de représenter le musée du Louvre aux fouilles de la Princeton University30. Il effectue d’autres travaux en collaboration avec Georges Tchalenko qui fait des recherches similaires au Service des Antiquités, comme attaché de l’Institut Français de Damas, puis comme membre de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth31.

  • 32 Voir son article dans le volume des Mélanges.
  • 33 Voir leurs articles dans les Mélanges, le BEO VI, le BEO IX, le BEO X.

22Jean Cantineau, en tant qu’étudiant à l’École du Louvre, participe à plusieurs chantiers de fouilles, notamment à Palmyre, mais dans une perspective épigraphique32. Citons aussi Thoumin, Écochard, Schlumberger et Lauffray, qui étudieront aussi certains monuments de l’époque pré-musulmane33.

  • 34 Voirie BEO VI, p. 126.

23Enfin, signalons que Sauvaget, Schlumberger et Weulersse ont réalisé une carte internationale du monde romain34.

  • 35 C. Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des croisades, Damas, IFD, 1940.
  • 36 Voir son article : « Notes sur la colonie génoise de Péra », Syria, Paris, Geuthner, 1934.
  • 37 Voir ce qu’en dit Sauvaget, thèse citée, p. XI. Il y note l’insuffisance des textes. C’est « l’étu (...)

24L’Institut n’a pas eu de chercheurs s’occupant exclusivement d’histoire pendant notre période. Ils publièrent cependant quelques travaux, comme la thèse de Claude Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des croisades35. Mais cela n’a jamais été la spécialité d’un pensionnaire. C’est Sauvaget qui était le plus proche des recherches historiques36 qu’il a abordées au travers des sciences annexes. Les chercheurs se sont surtout intéressés aux sources autres que les documents écrits, excepté pour l’épigraphie, les manuscrits anciens venant compléter leurs travaux37. On trouve donc plusieurs études historiques classées ailleurs car relevant d’autres disciplines.

  • 38 MAE au Haut-Commissariat, 5 juillet 1937, n° 424, Beyrouth, IP 136, AMAEN.
  • 39 Thèse citée de Sauvaget.
  • 40 Voir l’inventaire des archives du consulat d’Alep, AMAEN.
  • 41 Voir le dossier : travaux des professeurs au Levant, Tresse, Beyrouth, IP 103, AMAEN. Et le dossie (...)

25Ces études historiques étaient d’autant plus difficiles que des problèmes d’archives se posaient. « Les archives des postes [consulaires] ne sont pas accessibles aux recherches historiques et ceci sans distinction de date »38. Cet accès a été par exemple interdit à Marcelle Proux. Des autorisations exceptionnelles ont parfois été accordées. Sauvaget signale avoir consulté des documents au consulat de France à Alep pour sa thèse39. Et des archives du vice-consulat de France à Lattaquié, datant de la période révolutionnaire, ont été retrouvées à l’Institut par la suite40. René Tresse, directeur de l’École Normale de garçons de Damas, non mentionné comme correspondant de l’Institut mais qui en fut très proche, s’intéressa à l’histoire du Levant. Il a reçu l’aide de Sauvaget pour quelques recherches et a publié un article avec Lecerf dans le tome VII-VIII du Bulletin. Il a entrepris des études historiques avec l’autorisation, en 1932, de consulter les archives des postes de Damas antérieures à 1871. Cela lui a permis d’écrire plusieurs articles sur « l’installation du consulat d’Angleterre à Damas. 1830-1834 », « l a route carrossable de Beyrouth à Damas. 1857-1891 », sur le voyage de Lamartine à Damas en 1832, ou sur Damas en 183141. Cantineau signale aussi, dans l’introduction de son ouvrage sur les parlers du Hauran, que Tresse lui a communiqué de nombreuses notes sur l’histoire du Hauran au xixe siècle.

26Signalons aussi le travail d’Henri Laoust sur le développement de la presse en Syrie, lors de son premier passage à Damas. Henri Charles a aussi publié en 1936, dans la bibliothèque de l’Ecole Pratique des Hautes Études, une étude sur « Le christianisme des Arabes nomades sur le limes syro-mésopotamien aux alentours de l’hégire ».

  • 42 BEO X, p. 160.

27Avec Laoust à la tête de l’Institut, des textes à caractère historique vont être publiés. Lui-même traduit les tomes XIII et XIV de l’histoire d’Ibn Katîr, al-bidâya wa al-nihâya, avec commentaires et annotations, en vue de faciliter les études sur la Syrie ayyoubide et mamelouke. Il traduit aussi le manuel de chronologie musulmane de l’historien syrien Dahabī, le Tārīh duwal al-Islām. Avec As’ad Talass, il prépare la traduction de textes inédits sur l’histoire de Damas sous les Mameloukes et les Ottomans. Et dès cette période, il envisage une étude sur la vie intellectuelle en Syrie sous les Ayyoubides et les premiers Mameloukes42.

28Talass publie Les mosquées de Damas de l’historien Yūsuf Ibn ’Abd al- Hādī. Il fait un travail similaire avec les trois histoires des Pachas de Damas à l’époque ottomane, des historiens Ibn Tūlūn, Ibn Oum’a et al-Biqā’î. Il travaille, d’autre part, sur une waqfiyya de Murâd Basa et prépare l’édition du Kitāb al hammam de Yūsuf Ibn ’Abd al-Hādī.

  • 43 Article cité de J. Lecerf, BEO, t. XXV, p. 242.
  • 44 Ibid, p. 245.
  • 45 J. Lecerf, « L’arabe contemporain comme langue de civilisation », Revue Africaine, n° 356, 3e trim (...)

29L’Institut, dès ses débuts, s’est intéressé à la littérature arabe, Lecerf et Saussey étant sensibles au développement de la littérature moderne. Ce fut une préoccupation de linguiste qui les amena vers ces études. « L’étude des langues littéraires est une des revendications modernes de la linguistique, et spécialement celle des genres ultra-modernes—la littérature narrative, le théâtre — genres qui, par leur réalisme, sont une mine de renseignements de nature sociale. »43 Lecerf se souvient ainsi que « Saussey avait collationné un manuscrit sur les ombres chinoises, ou karagöz [...]. De mon côté, j’explorais les poètes populaires, surtout paysans, mais aussi quelques poètes nomades, et en Egypte également, la poésie populaire de la ligue des poètes de zagal [zağal], en même temps que le théâtre. J’avais découvert une troupe théâtrale qui se présentait comme le véritable Kiškiš Bey. C’était une contre-façon éhontée du véritable qui avait son domaine en Egypte et qui s’appelait Nağïb Rihānï. Néanmoins je fis mon éducation théâtrale avec cette troupe, et par la suite, je pus aller en Egypte en mission et faire connaissance avec le véritable répertoire de Kiškiš ainsi qu’avec son rival ’Ali Kassār, le barbarin de la rue ’Imād-eddin. J’abordai également le théâtre social de Yūsuf Wahbī. Finalement, il me sembla que je pourrais dresser un inventaire de cette littérature dialectale moderne »44. Lecerf étudie ainsi le théâtre, la littérature humoristique et la littérature romanesque de Syrie, d’Egypte et de Palestine. Il effectue aussi le dépouillement des revues arabes, travaillant pour l’Annuaire du Monde Arabe de Massignon. Enfin, il s’intéresse à la vie intellectuelle et littéraire du monde arabe. H traduit le premier volume du Livre des jours de Taha Hussein. Il étudie aussi la renaissance de l’arabe moderne dans le contexte politique des années 1930, qui lui donne « l’impression d’une marche triomphale et irrésistible, comparable au mouvement européen des nationalités dans le cours du même siècle »45, objet de sa thèse secondaire.

  • 46 Rapport d’E. Saussey, 1er mars 1929, p. 2-3, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 47 Ibid, p. 5.
  • 48 Ibid.
  • 49 Rapport d’E. Saussey, 15 juin 1930, œuvres 222, AMAEN.

30En arrivant en Syrie, Saussey s’est familiarisé avec la langue arabe parlée, assistant aux conférences de l’Académie Arabe, suivant des cours et allant jusqu’à s’installer pendant six semaines chez une famille ne parlant que l’arabe à Bāb Touma46. Il décide ensuite, en accord avec Massignon, d’étudier l’histoire des idées et de la civilisation musulmanes, ce qui l’amène à se consacrer aux publications arabes et à dépouiller les journaux. Ces premiers travaux l’enthousiasment, « au point de me faire renoncer au but que je m’étais d’abord fixé »47. Il s’oriente alors vers la dialectologie syrienne et l’étude de la production littéraire et journalistique contemporaine, « envisagée comme une source de documentation pour suivre l’évolution sociale et intellectuelle dans le monde musulman actuel »48. Il prépare à cette époque un recueil de proverbes en dialecte arabe de Damas et une étude sur l’activité de la revue chiite ’Irfān. Il continue ses recherches en 1930, notamment pour sa thèse, « La femme dans la littérature arabe contemporaine »49. Il publie sur ces thèmes deux articles dans les tomes I et II du Bulletin d’Études Orientales. Les intérêts convergents de Lecerf l’amènent à faire paraître deux articles dans le volume des Mélanges et dans le tome I du Bulletin d’Etudes Orientales, sur l’histoire des idées et de la littérature.

31L’Institut s’associe par ailleurs à des manifestations littéraires syriennes. Il publie un volume collectif à l’occasion du millénaire de Mutanabbī en 1936 ; et pour le millénaire d’Abū l-’Alā’ al-Ma’arri, Laoust publie un article sur sa vie dans le tome X du Bulletin d’Etudes Orientales.

  • 50 R. Montagne, La civilisation du désert. Nomades d’Orient et d’Afrique, Paris, Hachette, 1947, p. 1 (...)

32La dialectologie fut sans doute la discipline la plus pratiquée par les membres de l’Institut, puisque des ethnologues comme Montagne, Reich, Charles et de Boucheman s’y sont intéressés, afin de mener à bien leurs propres études. Montagne souligne que pour étudier le passé des Bédouins, « seule l’étude des dialectes et de la littérature apportera aux savants le témoignage irrécusable d’invasions dont l’histoire a perdu le souvenir »50.

  • 51 Article cité de J. Lecerf, BEO, t. XXV, p. 244.
  • 52 Troubetskoy, Principes de phonologie, Paris, Klincksieck, 1964. Traduit de l’allemand par J. Canti (...)
  • 53 Voir ses publications : Inventaire des inscriptions de Palmyre, Beyrouth, imp. catholique, 9 fasc, (...)
  • 54 Le Nabatéen, Paris, Leroux, 2 volumes, 1931. Et Grammaire du Palmyrénien épigraphique, Le Caire, 1 (...)
  • 55 Rapport de J. Cantineau, 14 j u in 1930, œuvres 222, AMAEN.

33Mais c’est Jean Cantineau qui s’illustre dans cette discipline. « Peu d’hommes ont en effet à ce point incarné la curiosité linguistique. "C’est la linguistique faite homme" disait G. Bounoure »51. Ce fut un passionné de linguistique, qui contribua à faire connaître en France les théories de l’École de Prague, traduisant les Principes de phonologie de Troubetskoy52. Spécialiste des langues sémitiques, il écrit plusieurs articles dans les deux premiers Bulletins d’Etudes Orientales et dans d’autres revues, un ouvrage sur la grammaire du nabatéen, tout en s’occupant de la publication des inscriptions palmyréniennes découvertes par Seyrig53. Il envisage de faire pour le palmyréen le même travail que pour le nabatéen54. Ces recherches classiques vont constituer, en accord avec Marcel Cohen, le thème de sa thèse, qui est d’abord « Les formes verbales dites réfléchies en T et en N dans les langues sémitiques ». Puis, en raison du manque d’ouvrages spécialisés à l’Institut, il définit un nouveau sujet, « Recherches comparatives sur le vocabulaire des langues sémitiques »55.

  • 56 Rapport de J. Cantineau, 15 mai 1929, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 57 J. Cantineau, Les parlers arabes du Hauran, coll. linguistique de la société linguistique de Paris (...)

34C’est dans le cadre de ses fouilles à Palmyre et à Mešrifé, en prenant contact avec la population locale, qu’il s’intéresse aux parlers syriens et commence à prendre des notes. Il est assez intéressé pour envisager une étude de l’arabe de Palmyre dès 1929, recherches qu’il compte compléter par des études sur les dialectes des tribus des régions de Ğawf, de Tayma’ et de Ha’il, trois petites oasis dans le nord de la péninsule arabique56. Il fait trois missions d’études à Palmyre en 1930, 1931 et 1932, et termine son ouvrage, Dialecte arabe de Palmyre, qui ne paraîtra qu’en 1934. « Ce premier travail de dialectologie m’avait beaucoup appris ; il m’avait fait voir qu’une connaissance sérieuse et extensive des parlers modernes est indispensable au sémitisant car on y trouve quelquefois conservées des particularités que les langues anciennes ont altérées [...] ; de plus, il est possible d’étudier dans ces parlers, d’une façon plus vivante, plus proche de la réalité linguistique, certains problèmes qui se présentent aussi dans les langues anciennes »57.

  • 58 Ibid.

35C’est pour ces raisons qu’il continue ses enquêtes sur d’autres terrains. Il choisit le Hauran, « le plus facilement accessible pour moi, qui, à la date de 1932, habitais encore à Damas »58. Il commence ses enquêtes comme pensionnaire de l’Institut et les continue en venant d’Alger, jusqu’en 1936.

  • 59 J. Lentin, « Présentation de deux études de dialectologie arabe [anti-Liban nord] de J. Lecerf », (...)
  • 60 Compte-rendu d’activité 1933-1934, BEO, t. IV, p. 133.
  • 61 Compte-rendu d’activité 1935-1936, BEO, t. VI, p. 125.

36Au cours de ces missions, il est souvent accompagné de Lecerf, lui aussi passionné de linguistique, que nous avons déjà vu envisageant celle-ci à travers la littérature. En 1934 et 1935, il mène des enquêtes de géographie linguistique dans l’Anti-Liban59 et s’occupe du « dépouillement systématique de tous les ouvrages dialectologiques se rapportant à la Syrie et à la Palestine »60. Il accompagne Reich dans ses enquêtes à Ma’lūlā et étudie le dialecte de Damas. Il publie un lexique d’arabe de Syrie, un volume d’anthologie de prose dialectale et un bref manuel de l’arabe de Damas61. Il consacre sa thèse principale au dialecte du Qalamūn.

  • 62 Rapport d’E. Saussey, 1er juin 1929, p. 6, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 63 Rapport d’E. Saussey, 15 j u in 1930, œuvres 222, AMAEN.

37Saussey s’est, lui aussi, quelque peu intéressé à cette discipline. Il est le premier à publier une étude dialectale dans le volume des Mélanges, sur les mots turcs dans le dialecte arabe de Damas. En 1929, il pense à un recueil de proverbes en dialecte de Damas, avec commentaire et traduction62. Il commence à apprendre le turc pour pouvoir écrire son article et lire les auteurs turcs contemporains63. Cet intérêt pour cette langue ira croissant jusqu’à son départ pour Istanbul.

  • 64 Rapport d’H. Laoust, 1er j u in 1929, p. 3, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 65 Ibid.

38Signalons que Laoust, lors de son premier passage à l’Institut, se situait, lui aussi, dans une perspective linguistique en étudiant la presse arabe. Il analyse les particularités syntaxiques et lexicographiques de la langue arabe moderne de la presse, « genre littéraire le plus uniformément novateur en matière linguistique »64. Il a ainsi l’occasion « d’étudier dans les ouvrages des philologues arabes eux-mêmes, les règles les plus précises de la morphologie et de la syntaxe »65.

39Ces exemples montrent la vitalité de la Section Scientifique des Arabisants dans le domaine de la linguistique, avec Jean Cantineau surtout, mais aussi Saussey, Laoust, et Lecerf dans son entourage.

  • 66 Voir l’introduction du livre de S. Reich, Etudes sur les villages araméens de l’Anti-Liban, Damas, (...)
  • 67 J. Cantineau, ouv. cité sur les parlers du Hauran, p. 40.

40Nous avons mentionné le rapport entre la linguistique et l’ethnologie. Les chercheurs de l’Institut proches de Montagne vont en effet quelque peu utiliser les études dialectales, l’exemple le plus net étant le travail de Reich à Ma’lūlā, à la suite d’une mission de mars à octobre 193666. Citons aussi les enquêtes dialectales d’Henri Charles chez les tribus Ruala dans la région de Palmyre en avril 1936 et chez les pêcheurs de la côte syrienne au début des années 1940, ainsi que l’enquête de Montagne sur les contes bédouins, publiée dans le tome V du Bulletin d’Études Orientales. Mais il s’agit pour les ethnologues d’un complément à leurs travaux, dans un esprit différent, que Cantineau critique. Il écrit : « Un des obstacles que rencontrent les études orientales, est la fâcheuse tendance qu’ont parfois les arabisants fréquentant les populations arabes à adopter sans examen sérieux les points de vue de ces populations. Cette tendance [...] trouble en particulier l’étude de la question : "nomades et sédentaires" [...]. Le beau livre de A. de Boucheman, Une petite cité caravanière : Suḫné, considère cet oasis, sur la foi de ses habitants, comme un village de nomades. Mais cela est en contradiction avec le fait que le parler de Suḫné est un parler de sédentaire fortement caractérisé, semblant apparenté avec ceux de Palestine centrale. »67.

  • 68 Entretien avec J. Gaulmier.
  • 69 Ibid.
  • 70 Voir le volume des Mélanges et les BEO I, II, VI et VII-VIII. Il rédige par ailleurs deux études s (...)

41Le premier à s’être intéressé à l’ethnologie et à la sociologie, sans être spécialiste, fut Jean Gaulmier, nommé professeur à Hama en octobre 1929. Il y reste trois ans, puis retourne à Damas en octobre 1932 et enfin va à Alep à la rentrée 1934, ville où il reste jusqu’en 1942, comme professeur puis comme inspecteur du service de l’Instruction Publique. Il travaille ensuite au service de l’information de la Délégation à Beyrouth. Il passe donc une partie importante de son temps dans la Syrie du Nord, entre Hama, « ville ennuyeuse »68, et Alep. C’est pendant son séjour dans la première de ces deux villes qu’il s’intéresse à des travaux d’ethnologie. Son sujet de thèse n’est pas tout à fait défini et connaîtra quelques changements. Il est arrivé au Levant avec l’idée d’étudier la transmission de la pensée grecque à l’Occident par l’intermédiaire de l’arabe, ce qui lui fut déconseillé par Massignon, face à l’ampleur du travail69. Avant de faire sa thèse sur Volney, il envisage des sujets d’ethnologie sur la région de Homs-Hama, dont la sédentarisation des bédouins. Il écrit ainsi plusieurs articles pour le Bulletin de l’Institut70.

42Jeanne Chauffour est la seconde personne à avoir orienté son travail vers l’ethnologie avant l’arrivée de Montagne. Elle étudie les costumes féminins et mène plusieurs enquêtes à partir du printemps 1930 dans les régions avoisinant Damas : la Ghouta, la vallée du Barada, la vallée du Mnin, le Djebel Qalamùn, le Marğ et la pente de l’Hermon. Elle effectue alors un travail photographique et rédige des notices.

  • 71 Bounoure à Marx, manuscrit, 4 avril 1930, œuvres 176, AMAEN.

43Montagne donne à ces travaux un développement attendu. Bounoure, au moment de la préparation de l’exposition coloniale de 1931, avait noté une carence de ce type d’études en Syrie. « Faute d’avoir eu une bonne équipe d’arabisants et de sociologues travaillant sur cette matière complexe depuis des années, il faudra nous contenter d’une improvisation imparfaite. »71.Montagne s’intéresse surtout aux tribus bédouines de la confédération des Šammar et aux régions de la Djézireh et du Nağd, mais il publiera peu. Il pousse cependant les autres chercheurs vers les études sur les tribus bédouines et les minorités du Levant, ses deux thèmes de prédilection pour la Syrie.

  • 72 De Boucheman, Matériel de la vie bédouine, Damas, IFD, 1934. Et BEO, t. V, p. 146.
  • 73 De Boucheman, « Note sur la rivalité de deux tribus moutonnières de Syrie : les Mawali et les Hadi (...)
  • 74 De Boucheman, Une petite cité caravanière : Suhné, Damas, IFD, 1939.

44Il conseille à Albert de Boucheman d’étudier les différentes étapes du processus de la sédentarisation des nomades en Syrie, en commençant par les chameliers pour finir par les Bédouins sédentarisés. De Boucheman commande un peloton de méharistes dans la région de Palmyre et est de ce fait sur le terrain. Il commence par réunir une collection pour le musée du Trocadéro chez la tribu des Sbā’a, tribu qu’il continuera ensuite à étudier, entre Palmyre et la frontière irakienne72. Il s’attache aussi aux tribus semi-nomades de la région de Homs-Hama, les Mawālī et les Hadīdiyyīn73. Enfin, il mène, en 1932 puis pendant son détachement à l’Institut, une enquête sur l’oasis de Suḫné, pris comme exemple d’un lieu de sédentarisation des Bédouins74.

  • 75 Voir le BEO, t. VII-VIII.
  • 76 H. Charles, Les tribus moutonnières du Moyen-Euphrate, Damas, IFD, 1939.
  • 77 H. Charles, La sédentarisation entre l’Euphrate et Balik, Beyrouth, 1942.

45Le R.P. Charles, autre spécialiste des tribus de Syrie, s’intéresse principalement aux moutonniers. Il publie un article sur la région de Homs-Hama75, sur le modèle du travail fait par de Boucheman pour le musée du Trocadéro, puis une étude sur la région du Moyen-Euphrate76. Ses recherches sur la sédentarisation des Bédouins, refusées par Laoust, ont été publiées par le Haut- Commissariat en 194277. Il a séjourné chez les Ruala de la région de Palmyre à deux reprises, chez les Sbā’a de Bīr Qadīm et chez les Agedat de la région de l’Euphrate, de mai à octobre 1936, et chez les Agedat de la région de Homs- Hama, en novembre et décembre 1936. Pendant l’été 1936, il sert d’interprète au médecin de Palmyre qui fait les tournées chez les nomades, et en 1937, il reste trois mois au dispensaire qui vient d’être créé dans l’oasis. De Boucheman et Charles ont aussi eu l’occasion de travailler ensemble dans la région de Homs- Hama d’août à octobre 1935.

46Il reste à citer d’autres travaux ponctuels. Reich a étudié les villages araméens du Qalamūn d’un point de vue linguistique et ethnologique et Lescot a fait une enquête sociologique sur les chiites du Sud-Liban. Une collection tcherkesse a aussi été réunie pour le Trocadéro en 1935.

47L’Institut, du fait de la présence de Jacques Weulersse, élève d’Emmanuel de Martonne et d’Albert Demangeon, et de la direction de Montagne, s’est aussi consacré à la géographie humaine.

  • 78 Articles de R. Montagne dans le BEO, t. II, et de J. Nasrallah dans le BEO, t. X. A. Latron, La vi (...)

48On trouve plusieurs articles ou études géographiques, de Montagne, Nasrallah, Latron, Mazloum et Gaulmier78, mais les travaux de Weulersse restent les plus importants et notamment ses thèses sur le pays des Alaouites et la vallée de l’Oronte, travaux pour lesquels il a longtemps séjourné à Lattaquié.

  • 79 J. Weulersse et J. Sauvaget, Damas et la Syrie Sud, Paris, Desfossés, 1936. J. Weulersse et L. Dub (...)

49En 1933, il se rend à Antioche pour préparer un article qui paraît dans le Bulletin de l’Institut en 1934. Puis en 1935 et 1936, il publie plusieurs articles sur l’Afrique et le Moyen-Orient, à la suite de ses voyages antérieurs et de ses missions en Irak et en Palestine. Il n’est pas arabisant et n’est pas exclusivement attaché au Levant. Il prépare un ouvrage sur Damas et sa région, en collaboration avec Sauvaget, et un manuel de géographie des États sous mandat, avec Louis Dubertret, chef du service géologique du Haut-Commissariat79.

50La présence, unique à cette époque, de l’Institut Français de Damas au Moyen-Orient lui a permis d’entreprendre des travaux de kurdologie et d’iranologie.

  • 80 Voir ses articles dans le BEO, t. V, et dans la Revue des Études Islamiques, 1935, p. 87-96.

51Pierre Rondot, sur les conseils de Montagne, s’oriente le premier vers ce sujet. Il apprend donc le kurde, prépare un manuel pratique kurde et rédige deux articles sur cette langue80.

52Il effectue plusieurs missions, pour des raisons militaires, dans le nord-est de la Syrie, région où se trouve une grosse concentration kurde. En 1933, il va en Djézireh et entre en contact avec la population assyrienne. Il en retire des informations pour un article publié dans le tome VI du Bulletin.

  • 81 BEO, t. V , p . 146 et B E 0 , t . VI, p. 126-127.

53Il constitue pour le musée du Trocadéro une collection d’objets et de costumes kurdes, qui devait être publiée81.

  • 82 R. Lescot, Enquête sur les Yézidis de Syrie et du Djebel Sindjar, Damas, IFD, 1938.
  • 83 R. Lescot, Contes et proverbes kurdes, Damas, IFD 1940. Et Mamé Alan, texte national kurde traduit (...)

54Roger Lescot poursuit dans cette voie et sur cette région, en étudiant les Yézidis et les Kurdes, dont il commence à apprendre la langue en 1935. Il envisage alors une thèse sur le Kurdistan et les Kurdes. La même année, il commence ses études sur les Yézidis de Syrie82, tout en recueillant des textes kurdes, publiés en 1940 et 194283. Il rédige aussi une grammaire du kurde, parue dans les collections de l’École Supérieure d’Arabe de Damas.

  • 84 BEO, t. VII-VIII, IX et X et Revue des Études Islamiques, 1938 et 1939.

55Parallèlement, il mène des études d’iranologie, travaillant sur la littérature, la poésie lyrique persane et l’œuvre de Ḥāfiẓ, et traduisant un roman de S. Hedayat, Boufé Kour. Il publie trois articles sur ces sujets dans le Bulletin et deux autres dans la Revue des Études Islamiques, sur des questions iraniennes contemporaines84.

56Nous allons terminer ce rapide passage en revue des travaux de l’Institut par une discipline beaucoup développée par la suite, mais qui est déjà importante à partir des années 1940, l’islamologie.

  • 85 Article cité de N. Élisséeff, BEO, t. XVI, p. 116.

57Il s’agit du domaine privilégié d’Henri Laoust. Il publie dans le Bulletin, en 1938 une risāla d’Ibn Taimiya sur le serment de répudiation. La même année paraît dans les collections de l’Institut, Le califat dans la doctrine de Rašid Ridā. Il s’intéresse aussi au développement du mouvement dogmatique et juridique auquel Ibn Taimiya a donné naissance85. Il publie ses thèses en 1939, Éssai sur les doctrines sociales et politiques d’Ibn Taimiya et Contribution à une étude de la méthodologie canonique d’Ibn Taimiya, travaux entrepris au Caire. En 1942, il travaille sur les rites hanbalites et traduit des ouvrages comme le Traité de droit public (Siyāsa Šar’iyya), et du même auteur, le manuel de Muwaffaq ad Dīn b. Qudāma, la ’Umda. Il prépare aussi une biographie d’Ibn Taymiyya plus complète que celle qu’il fit paraître dans le tome IX du Bulletin d’Études Orientales. En 1943, il étudie le Mu’tamad fī usūl al-dīn du cadi A b ū Y a ’ l ā b. al-Farrā’, toujours dans le cadre de ses recherches sur le droit hanbalite et sur l’histoire des doctrines politiques et sociales de l’Islam.

58Enfin, mentionnons pour terminer cette présentation, les recherches économiques, sociales et politiques sur les questions contemporaines. Montagne les a développées à partir de missions dans tout le Moyen-Orient avec Weulersse, Lecerf et de Boucheman, entreprenant un travail de documentation, qui donne lieu à des articles dans des revues parisiennes. Ils travaillent aussi avec Massignon, notamment pour son Annuaire du Monde Musulman, Lecerf puis Laoust dépouillant la presse arabe. Ce dernier s’est intéressé à certaines questions religieuses contemporaines, notamment les waqf-s, les confréries musulmanes et le chiisme.

2 - Les caractères scientifiques de l’Institut

a. Les publications

59Les publications de l’Institut durant cette période sont nombreuses et variées, malgré les difficultés rencontrées.

  • 86 Georges Goyau, Un précurseur : Louis Picquet. Consul de Louis XIV en Alep et évêque de Babylone, P (...)

60On compte onze publications périodiques, dont la parution ne sera pas régulière, et trente-et-un ouvrages classés en plusieurs collections : les Documents d’Études Orientales, les Mémoires de l’Institut, la Bibliothèque Orientale et une collection de textes en arabe créée en 1940. Signalons aussi la publication à Paris, en 1942, dans des conditions inconnues, du tome II de la Bibliothèque Orientale, non répertorié officiellement. Les relations avec la France étaient alors interrompues et l’auteur, membre de l’Académie Française, n’a jamais été en contact avec l’Institut86.

  • 87 Laoust à Coron, 10 novembre 1942, AIFEAD 45-2.
  • 88 J. Sauvaget, Les monuments historiques de Damas. Beyrouth, 1932, p. 68-69.

61Ces publications possèdent un signe propre à partir du tome IX du Bulletin d’Études Orientales, Écochard ayant dessiné sur la demande de Laoust une vignette pour la couverture87. Il reproduit le motif d’un blason mamelouke peint sur la voûte des portes d’entrée d’une mosquée de Damas, dont la construction fut ordonnée par Timgiz, vice-roi de Syrie, au xive siècle88.

  • 89 Laoust à Coron, 27 j u in 1942, AIFEAD 45-2.

62Le premier volume des Mélanges est publié à l’Imprimerie Catholique de Beyrouth. Montagne le transforme en Bulletin d’Études Orientales et impose sa publication à l’imprimerie de l’Institut Français d’Archéologie Orientale au Caire. En 1942, Laoust envisage de reprendre la formule moins couteuse des Mélanges89 . Finalement, le nom de Bulletin d’Études Orientales est conservé, mais il est publié dans les mêmes conditions que les Mélanges, c’est-à-dire à l’imprimerie de l’Université Saint Joseph à Beyrouth.

63Les Jésuites de Beyrouth sont le principal imprimeur de l’Institut. Ils sont chargés de la réalisation de toutes les publications non-périodiques, excepté quelques travaux (ceux de Weulersse, de Cahen et plusieurs de Sauvaget) publiés en France.

  • 90 IFD au directeur des Presses Universitaires, 24 février 1934, n° 618, AIFEAD 34-2.
  • 91 IFD à M. Dunand, 18 mars 1933, n° 1815, AIFEAD 34-2.
  • 92 Lettre non datée, non signée (Sauvaget à Montagne), p. 4, AIFEAD 37-1.

64Cependant l’impression de ces publications n’a pas toujours été sans problèmes. Il a été question, en 1934, de changer d’imprimeur. Montagne se renseignant auprès des Presses Universitaires de France pour la publication du Bulletin90. Il avait déjà pris contact en 1933 avec un imprimeur de Chartres pour réaliser un ouvrage bilingue, français et arabe, avec une troisième partie comportant la transcription en caractères latins91. Et Sauvaget, mécontent des services des Jésuites, se renseigne auprès de la maison d’édition Boccard à Paris, disposée à prendre à sa charge les travaux de l’Institut aux mêmes conditions que pour les publications d’Athènes, de Rome et de l’Institut Français d’Istanbul92. Aucun de ces projets ne sera réalisé mais Sauvaget fera publier ses travaux chez Boccard ou d’autres éditeurs parisiens à partir de la fin des années 1930, à son retour en France. L’Imprimerie catholique n’est pas un éditeur, ce qui donne un travail supplémentaire à l’Institut et suppose des fonds plus importants. Elle a cependant l’avantage d’être sur place. L’Institut ne fera appel à d’autres imprimeurs que pour des travaux délicats d’impressions, de gravures, de planches ou de cartes.

  • 93 Sauvaget à Montagne, 9 janvier 1935. papiers d’Écochard, AIFEAD.
  • 94 Lettre non datée, non signée, (Sauvaget à Montagne), p. 6, AIFEAD 37-1.
  • 95 Voir par exemple : à propos de la thèse de Lassus : « L’ouvrage sorti des presses de l’Imprimerie (...)

65Pourtant, les rapports avec les Jésuites sont parfois difficiles. Il y a de nombreux retards d’impression, tandis que l’Institut accumule de son côté les retards de paiement. La correspondance échangée reste très correcte mais les termes employés en privé sont plus durs. « Je ne crois pas que l’on puisse compter sur les Jésuites qui sont des commerçants déplorables : impossible d’en tirer même un catalogue ! La librairie "Belles-Lettres", ou toute autre du même genre, n’offrirait-elle pas des garanties ? »93 Sauvaget, qui parle ainsi en 1935. sera plus sévère deux ans plus tard : « Il devient de plus en plus difficile de travailler avec l’imprimerie catholique, dont le manque de goût, de soin et d’attention est vraiment décourageant. Jusqu’ici, j’ai volontiers consacré mes soins à pallier à ces défauts, mais le jour où j’aurai quitté l’Institut, chacune de leurs impressions ne manquera pas de présenter des malfaçons. Vous pourrez en avoir une idée par les deux dernières, dont je n’ai pu m’occuper : Suḫné, où, contrairement aux ordres donnés, le brochage a été fait avec du fil métallique qui déchire les planches dès qu’on ouvre le livre, et Latron où légendes et figures sont consciencieusement interverties. Si de tels inconvénients ne doivent plus être compensés par une économie sérieuse sur le prix de revient, je ne vois pas où est notre avantage. »94.Pourtant, le résultat final fut souvent apprécié par les lecteurs95.

  • 96 Montagne à Lassus, 9 janvier 1936, AIFEAD 35-2.

66Ces problèmes sont aussi le signe du soin apporté par l’Institut à ses publications. Montagne est particulièrement exigeant sur leur qualité et notamment sur la rédaction des textes et les transcriptions. Il n’hésite pas à renvoyer un article ou un ouvrage pour une nouvelle rédaction. Ce travail de correction des épreuves et de vérifications des transcriptions se fait collectivement. Les attachés et les correspondants présents à Damas y participent et les connaissances de Sauvaget et Cantineau profitent à tous les ouvrages. De même, les planches et les illustrations sont de bonne qualité, du moins jusqu’en 1936. Les problèmes financiers de l’Institut obligent alors Montagne à diminuer ses frais de publication et à remplacer les héliogravures par des similis96.

  • 97 Des éditeurs de Londres à l’IFD, 22 mai 1934, dossier BEO III à VI, AIFEAD 37-1. Ils écrivent: « O (...)

67Le Bulletin d’Études Orientales va rapidement être connu parmi les spécialistes. Le nombre des livres envoyés par les éditeurs pour des comptes rendus insérés dans le Bulletin augmente à partir de 1934-193597.

68Il est vendu à Paris par la maison Leroux, qui dispose d’un peu plus d’une centaine d’exemplaires des publications non-périodiques et de quatre cents exemplaires des Bulletins, et dans deux librairies à Beyrouth et à Damas. Une autre partie de ces ouvrages est envoyée aux membres du comité de direction, aux membres correspondants et aux anciens pensionnaires. Mais la plupart sont envoyés à d’autres Instituts, sociétés savantes, bibliothèques de grandes universités, musées, afin de réaliser des échanges de publications. Le rôle des échanges est important car il permet à l’Institut d’augmenter sensiblement sa bibliothèque et il correspond pour cela dans le monde entier.

  • 98 « Les exigences de la maison Leroux [...] me paraissent en effet insoutenables et incompatibles av (...)
  • 99 On trouvera la liste des personnes à qui l’Institut envoie ses publications au Levant dans : Monta (...)
  • 100 Lettre jointe à Gaulmier au Secrétaire général de l’IFD, 23 mars 1937, AIFEAD 37-1.
  • 101 Rapport sur la vente du livre français en Syrie et au Liban, 12 pages, Haut- Commissariat au MAE, (...)

69Ce service des échanges fonctionne bien, mieux en tout cas que les ventes à Paris. La librairie Leroux connaît des difficultés financières et a des problèmes pour assurer un bon service des ventes98. De la même manière, au Levant, les ouvrages de l’Institut touchent peu de monde, excepté le milieu savant, du fait de leur faible diffusion99. Un libraire d’Alep, qui veut créer un rayon réservé aux ouvrages sur l’Orient avec, entre autres, des publications de l’Institut Français de Damas, écrit : « Après quelques années d’expérience dans la profession de libraire, il nous a été permis de constater que les ouvrages (même techniques) sur le pays ont toujours, à la grande stupéfaction des étrangers de passage à Alep, manqué dans notre marché. Pour se documenter, ces étrangers s’adressent normalement aux libraires pour acquérir une documentation sur l’histoire, l’archéologie du pays. Ils ne trouvent généralement que de toutes petites brochures de publicité de faible importance que le gouvernement fait distribuer gratuitement. »100 Et un rapport sur la vente du livre français en Syrie et au Liban indique que « les livres de haute culture technique et scientifique sont naturellement peu demandés, en raison du petit nombre de libanais et de syriens s’adonnant à cette haute culture [...]. Les ouvrages d’architecture et d’art ne se vendent guère [...]. La clientèle s’intéresse surtout aux romans, aux aventures policières mais aussi mémoires, ouvrages d’histoire. Les éditions de luxe ne sont guère achetées qu’à Beyrouth par de rares amateurs »101.

  • 102 Payot à l’IFD, 18 mars 1935, AIFEAD 38-1.

70Par ailleurs, ces publications vont subir les effets des difficultés financières et politiques déjà évoquées. Elles connaissent ainsi une interruption entre 1939 et 1942, puis une reprise plus lente. Le chapitre des publications reste déficitaire car les recettes sont loin d’équilibrer les dépenses. Elles se font grâce aux subventions de Paris et de Beyrouth. Et certains ouvrages n’ont pu être publiés, comme Le matériel de la vie kurde de Rondot et la traduction de Vernier du livre d’Aloïs Musil sur les Rwala, Payot, contacté, trouvant qu’il n’avait pas « un caractère assez général »102.

  • 103 Cantineau à Montagne, 4 octobre 1935, AIFEAD 35-1.

71Un dernier problème est la durée, toujours assez longue, qu’exigera l’impression. Les corrections nombreuses, les délais de travail de l’imprimerie, les problèmes matériels que posent certains articles nécessitant des caractères exceptionnels qu’il faut commander ou faire fabriquer et enfin les nombreux déplacements des pensionnaires qui ne sont pas toujours à Damas quand les premières épreuves arrivent pour une relecture, sont la cause de cette durée. Le Dialecte de Palmyre de Cantineau attendra ainsi deux ans et demi avant d’être imprimé, ce qui envenimera les rapports de l’auteur avec Montagne103.

b. La bibliothèque de l’Institut

  • 104 Voir la liste de ces ouvrages, 31 décembre 1928, dossier bibliothèque, Beyrouth, 1P 128 bis, AMAEN
  • 105 Voir la liste de ces ouvrages, 5 juillet 1929, dossier bibliothèque, 1929, joint à E. de Lorey au (...)
  • 106 Article d’H. Laoust sur l’Institut, 1960, p. 194.

72Celle-ci est passée de 52 volumes en décembre 1 9 2 8104 à 91 en juillet 1 9 2 9105, puis à environ 800 en 1930, 1500 en 1932 et 18 000 ouvrages en 1960106.

  • 107 Montagne à Bounoure, 29 janvier 1931, n° 368, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 108 Compte rendu de la réunion du comité le 19 mars 1934, joint à MAE au Haut- Commissariat, 18 avril (...)
  • 109 Beynet à Massigli, 22 juin 1944, n° 548, Beyrouth, dossier budget, 1944, IP 190, AMAEN.

73Les problèmes de crédits furent compensés par les dons de l’Université de Paris, de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, du Service des Antiquités, les nombreux échanges de l’Institut et les envois de livres pour compte rendu. Montagne a rappelé à plusieurs reprises « l’urgence absolue »107 des achats de livres, qui avaient tant manqué aux pensionnaires de la Section Scientifique des Arabisants, et l’insuffisance des crédits consacrés à ce chapitre108. En 1944, la délégation à Beyrouth souligne que « l’Institut de Damas ne disposait pas, dans les dernières années qui ont précédé la guerre, de crédits très importants pour la bibliothèque »109. Au début des années 1930, les pensionnaires devront passer, pendant leurs vacances, à la Bibliothèque Nationale ou à celle de l’École des Langues Orientales pour combler ces lacunes.

  • 110 Commandant King à l’IFD, non daté, manuscrit, AIFEAD 45-5. Et M. Ronard à l’IFD, 14 août 1937, man (...)

74Cependant, elle devint un lieu de travail fréquenté, ouvert chaque matin sauf le dimanche. De nombreux travailleurs extérieurs viendront consulter ses ouvrages110.

c. Les conférences

75Au moment de la création de la Section Scientifique des Arabisants, le comité de direction avait souligné l’importance des conférences auprès de la population syrienne et Massignon se chargea d’en fixer le contenu. Ils donneront des conférences suivies par un public d’étudiants, d’enseignants et de fonctionnaires.

  • 111 FD au conseiller pour l’instruction publique en Syrie, 21 janvier 1933, n° 1708, AIFEAD 4 2 - 1

76Un cycle est organisé à l’École Supérieure des Lettres de l’Université de Damas à la rentrée 1930-1931. Les pensionnaires y traiteront de leur spécialité et de leurs travaux, afin de donner un complément méthodologique aux étudiants de cette école, créée pour pallier l’absence de Faculté de Lettres. Mais dès la rentrée suivante, leurs activités les amènent à mettre fin à ces interventions, alors que l’Ecole est toujours intéressée111

77D’autre part, des conférences publiques ont été inaugurées par Massignon au lycée de Beyrouth en janvier 1931, cycle sur la civilisation arabe mis au point pour un public français que l’Institut est chargé de poursuivre. Les pensionnaires interviennent au début de 1931.

  • 112 Voir L’Asie Française, janvier 1935, p. 30.
  • 113 Programme des cours pour la rentrée 1937, dossier cours, conférences, Beyrouth, IP 99, AMAEN.

78Ils participent aussi, à partir de 1935, à l’Institut d’Etudes Littéraires créé en 1934 par la Mission Laïque de Damas et le Ministère de l’Instruction Publique syrien112. Ces cours ont « pour but de donner un complément de culture aux jeunes gens qui ont déjà fait de bonnes études et de les initier aux méthodes de l’enseignement supérieur »113. On y trouve les contributions de membres de l’Institut, pendant quelques années, de membres de l’Académie Arabe et de Kazem al-Daghestani et Anouar Hatem.

79D’un autre côté, à partir de 1934, du fait de la présence de Montagne et de personnes spécialisées en histoire contemporaine, l’Institut organise des cycles de conférences pour les officiers des casernes de Beyrouth, Damas et Alep. Ils y abordent la civilisation et les institutions musulmanes, donnent un aperçu des pays arabes et traitent des problèmes du Levant et du monde arabe.

80Notons aussi quelques conférences organisées au Palais Azem en 1935 et 1936, par Écochard et Montagne.

81Ils firent enfin des conférences ponctuelles, lors de déplacements à l’extérieur de Damas. Montagne passe au Centre Culturel Français de Jérusalem en 1936 et y parle de ses contes bédouins, Weulersse fait une conférence pour les élèves officiers de la Jeanne-d’Arc à Lattaquié en 1935, et Laoust fait de même à Alep, pour citer quelques-uns des exemples que nous connaissons. Enfin, à leur passage à Paris, les membres de l’Institut retrouvent les structures universitaires dont ils dépendent et ont l’occasion d’y présenter leurs travaux. Rappelons que Montagne donnait chaque année un cycle de conférences à l’Institut des Études Islamiques, essentiellement basé sur ses études sur les tribus bédouines de Syrie. En avril 1932, Sauvaget présente trois conférences sur l’architecture musulmane en Syrie à l’Institut d’Art et d’Archéologie de l’Université de Paris. Puis en mai 1935, il traite pour l’Institut d’Etudes Islamiques de la ville de Damas. Weulersse expose, lui, régulièrement ses recherches à l’Association des Géographes Français, au Centre d’Etudes de Politique Étrangère ou au conservatoire des Arts et Métiers. Par ailleurs, Lecerf et de Boucheman ont participé aux colloques sur l’évolution des pays arabes, organisés par le Centre d’Études de Politique Étrangère à la fin des années 1930.

82À travers ces quelques exemples, notons que les membres de l’Institut étaient sollicités pour exposer leurs travaux, soit à Paris, soit en Syrie et au Liban. Leurs connaissances expliquent ces propositions. Leur formation les autorisaient aussi à enseigner l’arabe comme Lescot et Laoust le firent à l’École Supérieure d’Arabe de Damas.

d. Les rapports avec les autres centres de recherches

  • 114 Compte-rendu de la réunion du comité de direction, 13 mars 1928, p. 7 et 11, Beyrouth, IP 128 bis, (...)

83Le comité de direction a insisté très tôt sur cet aspect, poussant l’Institut Français de Damas dans le groupe des Instituts français à l’étranger en prévoyant des échanges entre centres114.

84En plus d’une politique délibérée, il faut voir dans ces rapports la mise en place de liens personnels.

85Ainsi, les travaux de Lecerf sur l’Égypte, la collaboration de Sauvaget avec Wiet ou le passage de Laoust à l’Institut Français d’Archéologie Orientale vont entretenir des liens avec le centre du Caire, qui accueillera les membres de l’Institut Français de Damas à leur passage en Égypte. Le projet de détachement de Robert Demonts à Damas est aussi le signe de ces liens scientifiques.

86De même, la collaboration de Sauvaget avec le directeur de l’Institut d’Istanbul, Albert Gabriel, le transfert de Saussey ou l’intérêt commun de Corbin et Lescot pour l’Iran, sont à l’origine de relations entre Istanbul et Damas.

87Notons aussi des rapports avec le Maghreb, grâce à Montagne, à la présence de Cantineau à Alger et à celle de William Marçais dans le comité de direction. Les déplacements et les travaux de Cantineau amèneront aussi quelques contacts avec l’Institut de Jérusalem. De même, le voyage de Lassus en Grèce en 1934 l’emmène vers l’École d’Athènes. De plus, Lassus et Seyrig sont d’anciens pensionnaires des Écoles Françaises de Rome et d’Athènes et Saussey de l’École biblique de Jérusalem, ce qui entretient les liens de l’Institut de Damas avec ces autres Institutions.

  • 115 Décision n° 012/PI, 21 janvier 1931, dossier Montagne, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

88C’est avec l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire, qui a parfois des pensionnaires arabisants et s’occupe de la publication du Bulletin d’Études Orientales, que l’Institut Français de Damas a le plus de rapports. Montagne se rend en Égypte avant son arrivée en Syrie, en décembre 1930, « pour étudier, d’accord avec le directeur de l’Institut Français du Caire, les questions intéressant les deux Institutions du Caire et de Damas »115. Les membres de l’Institut y ont fait plusieurs missions, pour leurs travaux sur la littérature, comme Lecerf et Saussey, ou pour y consulter des manuscrits. Ces liens se resserreront lorsque Laoust sera de retour à Damas, puisqu’il garde des contacts personnels avec la direction du Caire.

  • 116 Résident général de France au Maroc au MAE, n° 1231, estampages 307 et 308, Levant, E378, AMAEP.

89Avec le Maghreb, malgré les nombreux voyages de Montagne et le rôle pris par Alger pendant la guerre, qui amène Henri Pérès à Damas, les rapports sont limités. Les responsables français au Maghreb ne veulent pas que l’Orient en mouvement influence l’Afrique du Nord encore étrangère aux revendications nationalistes de forte ampleur. Le Résident Général de France au Maroc écrit à propos d’une liaison entre l’Institut Français de Damas et l’Institut des Hautes Études Marocaines de Rabat, dont lui a parlé Marx au cours d’un voyage en mars 1929 : « Les différences profondes qui existent entre eux, la tendance peut-être trop marquée qu’ont actuellement les marocains à porter leur attention sur tout ce qui vient d’Orient, me font un devoir de vous dire que cette liaison, excellente en principe, ne le sera en fait qu’à la condition d’être progressive et mesurée. Aussi bien c’est ce qui ne vous a pas échappé puisque votre dépêche mettait au premier plan la communication des travaux, reconnaissant moins d’urgence à l’échange des professeurs et des pensionnaires. [...]. Une fois ce contact établi, il me paraît possible de prévoir des échanges de professeurs, en les limitant d’abord aux professeurs français. »116

  • 117 Laoust à Sauvaget, 3 janvier 1945. n° 4, AIFEAD 47-2.
  • 118 Laoust à Bounoure, 30 août 1944, n° 390, AIFEAD 45-5.

90Avec Istanbul, les rapports sont meilleurs, mais délicats après 1939. Sauvaget fait plusieurs séjours en Turquie et voyage en Syrie, en Irak et en Perse avec Gabriel. L’Institut a aussi contacté Henri Corbin pour lui demander sa participation au Bulletin d’Études Orientales. Il est question, lors de cet échange, d’une visite de Corbin à Damas au début de 1945117. Les tensions entre les deux pays, à la suite de l’affaire d’Alexandrette, empêchent cependant les échanges avec des professeurs turcs, que Laoust pourtant approuve : « La réalisation de ce projet, qui ne présente au demeurant aucun caractère d’urgence, doit être subordonnée à plusieurs conditions : il importe de n’inviter que des personnalités universitaires dont les curiosités, exclusivement scientifiques, ne devront masquer aucune autre forme d’activité. Il me paraît indispensable, d’autre part, d’attendre avec la fin de la guerre, la stabilisation des rapports entre la Syrie et la Turquie. La Turquie, comme vous le savez, n’a pas encore reconnu l’indépendance syrienne, et il est à craindre qu’une invitation faite à des savants turcs, dans ces conditions, puisse être mal interprétée à Damas par l’opinion publique. »118

91Enfin, signalons les liens du Palais Azem avec l’Institut d’Ethnologie de Paris et la visite de son directeur, Lucien Lévy-Bruhl. L’Institut d’Ethnologie a subventionné plusieurs enquêtes en Syrie et les membres de l’Institut de Damas ont participé aux collections du musée du Trocadéro.

92Du fait de la guerre, l’Institut se retrouve un peu à l’écart des autres centres scientifiques français. C’est le rôle de Laoust que de le replacer dans ce circuit, ce qu’il fera progressivement dès 1943.

II - LES TRAVAUX DE L’INSTITUT ET L’ORIENTALISME ENTRE LES DEUX GUERRES

93Nous allons considérer dans ce chapitre les travaux de l’Institut dans une perspective historiographique. Outre les recherches entreprises durant cette période, ce que nous venons de voir, il nous faut étudier la place de ces travaux dans le champ de l’orientalisme, évoquer les aspects méthodologiques et leur réception dans les milieux universitaires. Ce projet est cependant ambitieux et il n’a constitué qu’une faible part de notre travail. Nous ne faisons ici que donner quelques indications générales.

  • 119 M. Gaudefroy-Demombynes, « L’Islam », Histoire et historiens depuis 50 ans. Méthodes, organisation (...)

94En 1928, paraissait un ouvrage où figurait un article de Gaudefroy- Demombynes retraçant les cinquante dernières années de la recherche historique sur l’Islam119. Il y montre l’évolution de cette discipline, ses nouvelles orientations et fixe les objectifs pour les années à venir.

  • 120 M. Gaudefroy-Demombynes, article « L’Islam » cité, p. 732.

95Ces années ont constitué une période de développement pour l’orientalisme, où, dans de nombreux domaines, « presque tout était à faire »120.

  • 121 Ibid, p. 720.

96« C’est [...] à une abondante publication de sources que les islamisants se sont attachés depuis un demi-siècle : impression de textes, [...] ; découverte de documents épigraphiques et archéologiques et leur publication par l’impression et la photographie ; enfin, publication de catalogues et descriptions de manuscrits. »121

  • 122 Ibid, p. 738.

97Cette nouvelle étape de la recherche marque pour l’auteur l’ouverture d’une période riche en travaux scientifiques. « C’est (...] un complet renouvellement des sources. Leur utilisation pour des fins historiques est à ses débuts. »122

98En Syrie se sont illustrés des archéologues, E. Rey, Melchior de Vogué ou Camille Enlart et un historien et épigraphiste, Max van Berchem. L’histoire de l’art a aussi connu un essor pendant ces années qui précèdent l’installation des chercheurs sur leur terrain.

  • 123 Ibid, p. 737.

99Par son article, Gaudefroy-Demombynes montre les voies à suivre pour l’avenir : la continuation des recherches dans les domaines de l’archéologie, de l’épigraphie et de l’histoire de l’art, sur les traces de leurs ancêtres, et les nouvelles directions. Il mentionne « les ressources presque infinies que l’ancienne littérature religieuse et juridique en langue arabe fournit à l’histoire des Institutions et à celle des faits » et parle « d’une source précieuse surtout pour l’histoire de la vie sociale et intellectuelle, la littérature proprement dite »123.

  • 124 X. de Planhol, « Structures universitaires et problématiques scientifiques : la géographie histori (...)
  • 125 Article cité de J. Lecerf, BEO, t. XXV, p. 240.

100Il faut y ajouter les disciplines nouvelles, qui se développent alors, indépendamment des études des arabisants. En géographie, ce sont les études régionales « qui ont constitué, jusque vers les années 1940, la grosse majorité des travaux des géographes français »124. La sociologie connaît elle aussi un essor grâce à l’école sociologique française et à Emile Durkheim, Marcel Mauss et Lucien Lévy-Bruhl. Enfin, « la linguistique, grâce aux efforts du pionnier que fut Michel Bréal, père de la sémantique, suivi par A. Meillet et la petite phalange de linguistes français (Vendryes, P. Boyer, M. Cohen), avait réussi à s’implanter dans l’enseignement, mais un peu sous la forme d’une discipline sous-développée et subalterne, puisqu’on en faisait seulement une des sciences sociales »125.

  • 126 Ibid, p. 243.
  • 127 Ibid, p. 245.

101Ce sont ces disciplines nouvelles qui intéressent les membres de l’Institut, attentifs à leur développement. « Les thèses par lesquelles s’ouvre le premier volume des "travaux du cercle de Prague" », paru en 1929, « sont passionnément discutées à l’Institut Français, où elles rencontrent un terrain favorable »126. Lecerf se souvient de cet engouement : « Toutes les grandes questions furent agitées dans ces conversations sur la linguistique qui, à cette époque, bougeait sérieusement. »127

  • 128 Ibid, p. 243.

102La linguistique, privilégiée, est marquée dans un premier temps par quelques recommandations fort simples. « La doctrine répandue par A. Meillet se résumait à des consignes extrêmement simples et précises : recueillir le plus de renseignements possibles, sauver de l’oubli les dialectes et les langues avant qu’ils ne disparaissent »128.

  • 129 Ibid, p. 245. Lecerf a aussi rappelé que Cantineau, inexpérimenté et un peu effrayé à l’idée de ce (...)
  • 130 Ibid. Lecerf note les conditions matérielles et intellectuelles de la dialectologie à cette époque

103Les pensionnaires se lancent, sur ces conseils, dans des enquêtes orales parfois difficiles. « Nous revoyons en pensée les images des enquêtes de Cantineau, par exemple à Der’a dans la grande gare ou au poste de police. Cantineau en posture de président d’un tribunal [...] devant le sujet interrogé, qui terrorisé, se demande ce qui lui arrive »129. La méthode va évoluer, Cantineau devenir plus expérimenté et c’est lui qui, une fois en Algérie, amènera en Syrie des appareils permettant l’enregistrement des enquêtes, dont il fera profiter Lecerf et Reich. Ces enquêtes, et d’une manière plus générale la dialectologie, n’étaient cependant pas suffisamment implantées pour ne pas recevoir de critiques. Ainsi Cantineau était l’objet de blagues amicales mais significatives. « Nous n’avons pas oublié l’attitude légèrement ironique de J . Sauvaget à l’égard de l’arabe de Palmyre, langue disait-il, inventée par Cantineau et son informateur ’Abwed. »130

  • 131 J. Cantineau, ouv. cité sur les parlers du Hauran, introduction, p. 5.
  • 132 Article cité de J. Lecerf, BEO, t. XXV, p. 245.
  • 133 Voir l’ouvrage cité de Cantineau sur les dialectes de Palmyre, introduction, p. 7.

104Les études de Cantineau partaient pourtant d’une constatation méthodologique : « Ce que nous savons des parlers syro-palestiniens, de leur classement, des problèmes qu’ils posent, est fort insuffisant et ne permet actuellement que des monographies descriptives sans essai sérieux d’explication. De là découle la nécessité d’étendre autant que possible nos connaissances, en procédant à l’exploration de grandes tranches régionales. »131. Il entreprend ses recherches à une plus grande échelle et dresse une carte des dialectes du Hauran. Cependant la discipline est en constante évolution, notamment à cause des travaux du cercle de Prague et de la traduction des Principes de phonologie. Ses premiers travaux sur Palmyre doivent être reconsidérés sur ces nouvelles bases, comme il le signale lui-même dans les années 1940132. Pourtant, malgré le caractère classique de son étude, celle-ci était alors inédite. « Les parlers paysans de Syrie n’ont été jusqu’ici presque pas décrits »,133 écrivait-il pour expliquer ses premiers travaux de dialectologie.

  • 134 Article cité des Antiquités Africaines, n° 14, hommage à Jean Lassus, p . 9-10.
  • 135 Voir la thèse citée de J. Lassus, introduction.

105En archéologie, sous l’influence de Dussaud et de Mâle, Lassus fait, avec sa thèse, « un des premiers exemples d’une étude fonctionnelle d’archéologie chrétienne »134, après avoir fait un inventaire quasi complet des monuments d’une région de Syrie. Il avait constaté que si l’exploration du pays avait fait des progrès, « la tâche ne saurait être considérée comme achevée. Même dans les régions bien connues, on rencontre des sites inédits ; et d’autres régions ont à peine été parcourues. J’ai voulu faire une expérience : pour une région strictement limitée, par une recherche minutieuse, je me suis efforcé de dresser un relevé aussi complet que possible des monuments conservés »135. A la fin du xxxe siècle, les premiers archéologues avaient négligé certaines régions et s’étaient essentiellement préoccupés des sites prestigieux, ce qui explique l’originalité de ces travaux.

106Sauvaget, dans son étude sur Alep, qui est un des premiers ouvrages sur une ville arabe de cette importance, utilise les différentes disciplines qu’il pratique, et notamment l’archéologie, pour bâtir une histoire de la ville.

  • 136 Thèse citée de J. Sauvaget, p. XI.
  • 137 Ibid, p. X. Voir également la méthode et les sources qu’il indique pour faire l’histoire de la civ (...)

107« Documents authentiques s’il en fut jamais, les monuments anciens étaient propres à nous éclairer dans une certaine mesure sur le passé de la ville, pour peu qu’on les interrogeât d’une manière adéquate : refusant de les considérer seulement comme un assemblage de matériaux inertes réalisés avec plus ou moins d’art et d’adresse technique, il suffisait de ne pas oublier qu’ils sont avant tout l’œuvre de l’homme, qu’ils n’ont pas été conçus comme une fin mais comme un moyen, que leur agencement répond à des conditions dépendant du milieu social » 136. D’ailleurs il aurait aimé développer plus son étude et « pénétrer dans tous ses détails la vie quotidienne de la ville, suivre d’un siècle à l’autre chacun des aspects si divers de l’activité humaine »137, ce qu’il n’a pu réaliser faute de documents suffisants.

  • 138 R. Montagne, La civilisation du désert. Nomades d’Orient et d’Afrique, Paris, Hachette, 1947, p. 7
  • 139 Ibid, p. 12.

108Montagne écrit à propos des travaux ethnologiques : « De 1930 à 1944, une équipe de Français, universitaires, officiers, missionnaires, groupés autour de l’Institut Français de Damas auxquels s’étaient agrégés plusieurs étrangers, s’est efforcée de rajeunir nos connaissances sur les bédouins d’Orient, par des enquêtes poursuivies en tribu. Travaux de dialectologie, de sociologie, d’ethnologie et d’histoire se sont succédés, qui ont mis l’accent, plus que par le passé, sur la structure sociale des communautés pastorales et leur économie particulière. Peut-être est-il permis de penser que MM. Cantineau, A. de Boucheman, H. Charles, S. Reich, E. Epstein auxquels se joint l’auteur de ces lignes, ont dans une certaine mesure contribué à renouveler [...] un sujet que l’on pouvait supposer comme définitivement traité »138. En fait, les études sur les Bédouins avaient été peu nombreuses jusque-là, les dernières ayant précédé le mandat étant celles d’Aloïs Musil. Les chercheurs ont profité du mandat et des facilités qui leur étaient offertes pour cotoyer les tribus. Leur intérêt se porte essentiellement sur les sociétés ayant conservé leurs coutumes anciennes. « Hâtons-nous [...] d’observer aujourd’hui l’existence des peuples nomades du désert. Ils sont désormais menacés sinon de disparition, du moins d’un redoutable affaiblissement, par les progrès de la civilisation industrielle, qui se propage désormais jusque dans leur solitude. »139. Les ethnologues de l’Institut ont le sentiment d’être à une époque charnière et d’avoir sous les yeux une société qui va disparaître, ce qui justifie son étude intensive.

  • 140 Thèse citée de J. Weulersse, p. 6 1
  • 141 Ibid, p. 5

109On retrouve cette même conception chez Weulersse, qui étudie une vieille civilisation ayant conservé ses traditions dans le cadre clos de la montagne alaouite. « Leur exemple permet de voir comment meurt une minorité religieuse [...]. Ils sont à l’extrême limite de leur existence. »140Son étude de géographie est exceptionnelle pour la région et seul Richard Thoumin avait entrepris des travaux similaires. « Le Levant est souvent considéré comme un domaine plus historique que géographique, c’est-à-dire comme une terre plus soumise aux servitudes du passé qu’à celles du sol. »141Il amorce, avec Thoumin, un mouvement d’études régionales sur la Syrie, qui se développera chez les étudiants syriens après la guerre.

  • 142 Ibid.
  • 143 Ibid, p. 6.

110Il soumet par ses travaux une région à un regard géographique peu pratiqué par les arabisants. « Nous pensons que la géographie peut avoir aussi sa part jusqu’à présent sacrifiée. On parle trop souvent de l’Orient Antique et. Médiéval comme d’un lieu théorique et abstrait ; on en fait une sorte de décor impersonnel, tel que celui d’une tragédie classique, un décor neutre, aux nobles tentures intellectuelles, uniquement dressées pour voir se dérouler sur ses planches la procession majestueuse des civilisations. ».142 Or, pour lui : « Les véritables archives du Proche-Orient sont géographiques : toutes les sciences du passé peuvent venir y puiser. »143

  • 144 Voir l’ouvrage cité d’A. Latron, introduction.

111Les travaux de géographie publiés par l’Institut étaient novateurs en Syrie. Latron le remarque lors de son étude sur le monde rural : « Nous avions pensé trouver dans les travaux antérieurs, publiés ou inédits, des observations précises et objectives qui puissent nous fournir des bases certaines. Mais ces travaux, limités généralement à des descriptions d’ordre littéraire ou à des considérations inspirées du droit musulman ou de la politique, ne nous ont apporté qu’une aide très restreinte. C’est donc en étudiant par nous-mêmes la structure et le fonctionnement de l’organisation économique et sociale, que nous avons essayé de connaître ce pays. »144

  • 145 Cité par D. Sourdel et J. Sourdel-Thomine, « Henri Laoust (1905-1983) », Revue des Études Islamiqu (...)

112Notons enfin, dans le domaine de l’islamologie, la conception d’Henri Laoust. Il écrit : « Il est certes possible et légitime d’aborder l’étude de l’Islam en linguiste, en juriste, en philosophe, en sociologue, en archéologue, etc. ; une semblable méthode d’approche est féconde et justifiée. Elle ne doit pas faire oublier une autre méthode peut-être plus féconde et plus justifiée encore car elle aboutit à une interprétation globale qui touche de plus près à la réalité concrète. Nous entendons par là la méthode qui consiste, à partir des disciplines islamiques elles-mêmes, puis, à l’intérieur de ces disciplines, à analyser les termes techniques qui les structurent. »145

  • 146 Voir Cl. Cahen et C. Pellat, « Les études arabes et musulmanes », Journal Asiatique, t. CCLXI, num (...)

113L’apport de ces différents travaux aux études arabes est important pendant l’entre-deux-guerres, du fait de la situation privilégiée de l’Institut en Syrie. Il a un accès direct aux sources, facilité par le mandat.146

  • 147 Voir les dossiers sur les publications, AIFEAD 34-1, 3 5 - 1 , 35-2, 3 7 - 1 , 37-2, 37-3, 38-4, 3 (...)

114Les comptes rendus écrits sur ces publications donnent un aperçu de leur rôle et signalent qu’elles participent à un mouvement d’étude général, qui touche l’ensemble du monde arabo-musulman147.

  • 148 Voir le Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 1939, vol. 40. Et les Mélanges de l’Unive (...)

115Ces comptes rendus notent tous l’importance de ces publications, en des termes cependant souvent mesurés, et ils insistent sur leur utilité pour la compréhension des pays du Levant, sur la qualité des transcriptions, la richesse des documents et leur apport, notamment en dialectologie148. Ainsi, M. Cohen signe tous les comptes rendus dans le Bulletin de la Société de Linguistique de Paris et manifeste un vif intérêt pour les travaux publiés.

  • 149 Le Muséon, n° 49, 1936, AIFEAD 3 5 - 1.
  • 150 Mélanges de l’Université Saint Joseph, 1935, p. 137-138, AIFEAD 35-2.
  • 151 Revue biblique, t. 181, 1939, p. 154-155, AIFEAD 38-5.

116Ces ouvrages ont surtout été remarqués par le bulletin que nous venons de mentionner, la revue Syria, les Mélanges de l’Université Saint Joseph, mais aussi par de nombreuses revues spécialisées, parfois étrangères. C’est notamment le cas du Dialecte de Palmyre de Cantineau et de la thèse de Lassus. Il est écrit à propos du premier : « Il faut souhaiter la multiplication d’enquêtes menées avec la précision technique et la connaissance approfondie de l’arabe que possède M. Cantineau. L’étude des dialectes des sédentaires et des nomades n’est pas seulement utile aux linguistes ; elle facilite également l’interprétation des textes épigraphiques arabes pré-islamiques du Safâ. »149. Quant au travail du second : « Par son ampleur, sa méthode, ses résultats, l’enquête menée par M. Lassus dans la région de Hama laisse loin derrière elle des efforts trop limités par le temps et les ressources [...]. C’est surtout à l’étude du décor et de la sculpture chrétienne de Syrie que M. Lassus apporte de nouveaux matériaux. »150. De même, il est noté à propos du travail de Lescot sur les Yézidis, que c’est « est une œuvre aussi remarquable par ses qualités d’observation que par sa méthode critique et son érudition [...]. L’auteur [...] était exactement préparé pour une tâche aussi ardue, réalisée par une série de voyages qui l’ont mis au contact direct d’une population difficilement accessible aux savants européens et fort méconnue par les savants orientaux »151.

117Les différents numéros du Bulletin d’Études Orientales sont remarqués de la même manière par ces différentes revues.

  • 152 Corbin à Lescot, 9 mars 1943, AIFEAD 43-2.
  • 153 Laoust au directeur de la Revue Économique et Sociale, 1 février 1945, n° 35, AIFEAD 45-5 ; et voi (...)

118Certains auteurs, comme Cantineau, Sauvaget, de Boucheman, Lescot ou Laoust, entre autres, sont évoqués plus souvent et sont remarqués par la communauté orientaliste. Corbin écrit à Lescot son espoir de faire un jour sa connaissance, « car nous nous occupons de choses communes ; j’avais lu avec beaucoup d’intérêt votre étude sur Ğāmī dans le Bulletin d’Études Orientales VII-VIII »152. De même, Laoust, au delà de sa réputation d’arabisant, est contacté par la Revue Économique et Sociale pour écrire un article sur le Moyen-Orient. Il a été présenté au directeur de cette revue comme un précieux collaborateur potentiel153.

119Nous ne possédons cependant pas de documents pour toutes les publications et les notices qui sont rédigées sont souvent trop brèves pour pouvoir mesurer exactement l’impact de ces publications. Mais nous pouvons ainsi avoir une idée de l’importance de cette collection.

  • 154 Asiatic Review, octobre 1937, AIFEAD 37-1. À propos de l’article de A. de Boucheman dans le BEO VI
  • 155 Asiatic Review, juillet 1938, AIFEAD 37-1. Sur l’ouvrage de Reich.

120Les revues anglaises, comme l’Asiatic Review, ont, elles, particulièrement remarqué les articles ou ouvrages d’ethnologie et d’économie, comme ceux de Reich, de Boucheman, Latron ou Mazloum. L’Asiatic Review écrit: « The French Institute of Damascus has already issued a number of excellent monographs on the life and arts of the Arabs in Syria which are a most creditable performance, having been written by thoroughly sound scholars. »154. De même, l’année suivante, elle note que l’Institut « has by its publications done fine and valuable work. It has brought in light much informations withheld in the past and it has preserved from oblivion much which is on the point of disappearing »155.

  • 156 Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgen Landes, t. 45, p. 146-147, AIFEAD 36-2.
  • 157 Orientalistische Literaturzeitung, 1939, n° 6, p. 374, AIFEAD 39-1.

121Les revues de langue allemande sont, quant à elles, plus nuancées. Gustav von Grünebaum peut cependant remarquer, à propos de l’ouvrage sur le millénaire de Mutanabbi, la méthode exemplaire des articles de J. Sauvaget et M. Canard156. Tandis que l’Orientalistische Literaturzeitung note, sur l’ouvrage de Latron, la richesse des documents publiés et la non-consultation des travaux allemands sur l’économie en Orient157.

  • 158 Introduction de l’ouvrage cité de Reich sur les villages araméens.

122Les travaux de l’Institut intéressent donc aussi les centres orientalistes étrangers. Reich note, à la suite de son étude sur Ma’loula, que « le docteur Spitaler de Munich, qui vient de terminer une grammaire du dialecte de Ma’aloula, se propose de remanier aussi le glossaire de Bergstrasser en tenant compte du présent travail »158.

  • 159 Article cité de Cl. Cahen et Ch. Pellat, Journal Asiatique, 1973. On aura aussi une bonne idée de (...)
  • 160 Le rôle de J. Sauvaget dans les études orientales est rappelé par R. Mantran, « A propos d’Alep : (...)
  • 161 P. Marthelot, « Proche-Orient : déterminismes entrecroisés et diversité des approches », Hérodote, (...)

123Pour le cent cinquantième anniversaire du Journal Asiatique, en 1972, Claude Cahen et Charles Pellat ont rappelé l’activité de l’orientalisme français dans les études arabes et islamiques depuis 1922159. On mesure à la lecture de cet article l’importance de l’Institut pour la période que nous étudions. L’Institut Français de Damas fait partie des grands centres d’études sur le monde arabe et son bulletin est une des quelques revues spécialisées. Ces auteurs rappellent les travaux de Cantineau, Sauvaget160, Schlumberger et Laoust, qui gardent une place à part dans les études arabes en 1972, comme Roger Lescot dans les études iraniennes et kurdes. L’Institut a surtout marqué par la diversité de ses travaux. Il a permis l’ouverture de la Syrie à toutes les recherches et à des spécialistes non arabisants. C’est en fait un mouvement plus profond qui touche l’ensemble de l’orientalisme. L’Orient a été longtemps un domaine réservé et l’orientalisme une discipline autonome, « en face de laquelle piétinaient sociologues, géographes, ethnologues et même historiens "généralistes" »161.

  • 162 Ibid.

124« Les choses ont bien changé, disons dans les cinquante dernières années : certains orientalistes, de très grande et incontestable valeur, Régis Blachère, Louis Massignon, des sociologues, Robert Montagne, Jacques Berque, Vincent Monteil, non moins bon connaisseurs des langues et civilisations orientales qu’observateurs du monde contemporain, ont fait la brèche, non sans soulever quelques vagues. »162

III - LES TRAVAUX DE L’INSTITUT : CARACTÈRES ET ESPRIT

  • 163 P. Kemp, « Le nouvel orientalisme », Esprit, mai-juin 1983, p. 248. « Au cours des 30 dernières an (...)

125Nous voulons aborder dans ce chapitre la question des rapports entre l’activité scientifique de l’Institut et le pouvoir politique français au Levant, interrogation issue du mouvement critique de l’après-seconde-guerre mondiale à l’égard de l’orientalisme français, et notamment d’Afrique du Nord163. Cette réaction à l’esprit orientaliste d’avant-guerre nous amène à désirer mieux définir celui-ci. De même, nous évoquerons le caractère de la politique culturelle de la France au Levant, cadre dans lequel prend place l’Institut.

126Ces relations sont maintenant considérées comme évidentes, du fait de la situation coloniale d’alors, et y revenir paraît parfois déplacé.

  • 164 Article cité de C. Cahen et C. Pellat, p. 90.

127« [...] Même les travaux scientifiques pleinement valables ont été naturellement, en partie, conditionnés par les problèmes que posait telle société musulmane à ceux qui alors l’administraient, ou tout simplement par les curiosités qu’entraînaient les facilités relatives que procuraient les diverses formes de présence française dans les pays musulmans ; sans parler, bien entendu, de l’évolution des esprits en France même. D’où, par exemple, la place prépondérante prise dans la formation des arabisants et islamisants français par l’Afrique du Nord, sans lien suffisant avec l’Orient, puis, depuis le Mandat syrien, le développement plus tardif de recherches sur le Proche-Orient. »164

  • 165 D. Seddon, introduction à l’édition anglaise de 1972 de La vie sociale et politique des berbères, (...)

128Dans le cas des sociologues (pensons au poids de Montagne et de son équipe en Syrie) les liens avec les autorités sont plus forts, car leurs études plus directement en rapport avec les problèmes administratifs. « On peut dire que les sociologues travaillant dans les territoires des différents empires coloniaux étaient pleinement intégrés, objectivement et subjectivement, à tout un système colonial [...]. Dans les territoires coloniaux, les travaux de recherches étaient entrepris non seulement pour faire progresser les théories sociologiques mais aussi (et dans certains cas, c’était la raison principale) dans le but d’améliorer l’efficacité du système colonial et d’aider à administrer les populations indigènes. » Mieux comprendre pour mieux gouverner donc et souvent « les administrateurs étaient en même temps des chercheurs »165.

  • 166 Thèse citée d’A. Salon, vol. 1, p. 381-382.

129Cette idée maintenant admise, et semble-t-il assumée, est aussi répandue dans le domaine plus général de la politique culturelle française à l’étranger, qui nous intéresse aussi ici. Albert Salon écrit ainsi : « Nous considérons qu’il serait à la fois banal et, somme toute, inutile de montrer que des intérêts matériels, une volonté de puissance politique, voire un certain "impérialisme" et un certain "colonialisme" existent en France, et qu’on les retrouve parmi les ressorts de l’action culturelle comme dans toute projection à l’extérieure. »166

  • 167 Article de C. Liauzu, « Jalons pour un état des lieux », Lettre d’information de l’Association Fra (...)
  • 168 A. Raymond, « Les études récentes en France sur l’histoire des pays arabes pendant la période otto (...)

130Toutefois, la Syrie présente des caractères propres et donc un intérêt pour une telle étude. Le régime politique y est particulier car plus récent, censé être contrôlé, et donc plus modéré, et l’idéologie y est quelque peu différente de celle de l’Afrique du Nord, même si la formation des administrateurs au Maghreb se fait sentir. Les étudiants venus au Levant profitent de ce contexte favorable, ainsi que de l’enseignement de certains de leurs maîtres, à l’origine de leur indépendance. On considère ainsi qu’il existe deux traditions orientalistes, « l’une liée à la colonisation et à l’Afrique du Nord, l’autre aux études orientalistes classiques dont le pôle principale est le Moyen-Orient »167. Pourtant, certains ont pu parler d’une école française de Syrie marquée par la mentalité coloniale168.

131Il nous faut donc revenir sur ces aspects, peu étudiés dans le cas de la Syrie mandataire.

132Les rapports entre la recherche et l’œuvre politique française au Levant sont évidents et souhaitables pour Duchatel, lorsqu’il parle d’un Institut de Syrie en 1919 à Marseille. Les activités scientifiques, dans la mesure où elles révèlent un pays inconnu, sont même à la base de toute politique sérieuse.

  • 169 « Les Romains en Syrie », Bulletin de Renseignements n° 2 3 , 9 octobre 1920, dossier de renseigne (...)
  • 170 Voir le dossier Haute-Djézireh, Djebel Sindjar, études du R.P. Poidebard, Beyrouth, Cabinet Politi (...)
  • 171 Massigli à Soustelle, 5 août 1944, n° 80, dossier professeurs français à l’étranger, Beyrouth, Cab (...)

133Les études les plus diverses ont leur utilité, comme la connaissance de l’histoire romaine en Syrie. « Notre situation actuelle en Syrie ne manque pas d’analogie avec celle qu’y connurent les Romains aux premiers siècles de notre ère [...]. Ici, comme en Afrique du Nord, les traces qu’ils ont laissées, ruines, routes, villes et les renseignements que nous a transmis l’histoire, peuvent nous être d’un enseignement profitable. Cette période de l’histoire de Syrie présente un intérêt puissant et est encore d’une vivante actualité. »169 Les études aériennes du père Antoine Poidebard sur les sites romains ont ainsi été grandement utiles aux administrateurs français, tout en contribuant au développement de l’utilisation de la photographie aérienne en archéologie. Les études scientifiques ont donc un aspect concret et font des chercheurs des collaborateurs potentiels. Poidebard va ainsi être envoyé en Djézireh pour des enquêtes sur la situation de la région dans la deuxième moitié des années 1920170. On a vu de la même manière Montagne participer à certaines activités mandataires. Ce lien peut cependant prendre diverses formes et concerner différents domaines. Par exemple, les travaux de Sauvaget font de lui l’interlocuteur obligé pour un classement des monuments historiques. Cette collaboration n’a toutefois pas la même portée et les membres de l’Institut ont conscience de cette nuance et de l’influence néfaste que pourrait prendre une participation trop active au mandat. Ils ont eux-mêmes été gênés par le rôle d’Eustache de Lorey au sein de l’administration, qui contrarie leurs projets de relations avec les Syriens. La participation à des activités politiques laisse en effet peu de place à des entreprises intellectuelles. « C’est un fait d’expérience [...] que ces activités sont connues tôt ou tard des autorités du pays où elles se poursuivent [...]. En outre, l’Institution même à laquelle appartient l’agent mis en cause se trouve atteinte, car rien n’est plus contraire au rayonnement d’établissements culturels que la réputation faite à tel ou tel de ses membres d’appartenir à un service de renseignements. »171

  • 172 Article cité de M. Gaudefroy-Demombynes, « L’érudition française en Syrie », p. 2 4 1
  • 173 R. Montagne, « L’évolution des pays arabes depuis un an », Entretiens sur l’évolution des pays de (...)

134Mais les études scientifiques, si elles permettent une meilleure connaissance, utile à l’administrateur pour mieux contrôler le Levant, sont aussi importantes pour faire de ce mandat un système politique adapté aux populations de Syrie, en d’autres termes, pour faire des fonctionnaires du Haut- Commissariat des administrateurs éclairés. Gaudefroy-Demombynes revendique cette conception de travaux à utilité pratique. Si cela n’est pas une fin en soi, le chercheur doit cependant savoir montrer les aspects concrets de ses études, pour une meilleure compréhension et de meilleurs rapports avec les Syriens. « Il ne faut pas remonter bien loin dans l’histoire des doctrines politiques pour trouver un temps où l’on croyait posséder des principes sociaux et des méthodes de gouvernement qui étaient bonnes en soi, d’une manière absolue [...]. Ce dogmatisme a perdu quelque autorité depuis que les peuples se sont plus étroitement mêlés et mieux connus, et l’on s’est aperçu qu’il y a dans la vie ancienne d’une nation, dans son passé historique, dans ses traditions politiques et sociales, dans ses croyances et ses pratiques religieuses, un ensemble d’hérédités collectives qui font sa personnalité et auxquelles elle ne saurait renoncer d’un seul coup [...]. On a vu que le rapprochement de deux peuples, leur assimilation possible, n’est réalisable que si le peuple "civilisé" oublie un instant ses propres principes et ses méthodes, s’il étudie l’histoire de son nouvel associé, sa religion, ses mœurs, et s’il ne se résout à la diriger qu’après l’avoir compris. »172 Cette forme de compréhension, sans remettre en cause le système politique qui s’installe en Syrie, prône cependant une attention, qui est à la base de la politique culturelle que l’on recommande aux membres de l’Institut. Montagne n’exprime pas autre chose lorsqu’il prône « un ordre nouveau, qui consacrera le succès de l’humanisme, d’un humanisme vraiment humain, vraiment français »173.

  • 174 Articles du Fatal Arab. Voir les bulletins n° 235/SPP du 6 janvier 1928, n° 239/SPP du 11 janvier (...)
  • 175 Discours de G. Bounoure à l’Université syrienne à Damas le 22 novembre 1930, dossier Université sy (...)

135D’ailleurs, nous avons noté que les Syriens étaient eux-mêmes désireux de rencontrer cette connaissance de leur culture auprès de leurs interlocuteurs, dans un esprit d’échanges intellectuels. Au début de 1928, plusieurs articles parus dans la presse damascaine réclament une « collaboration franco-syrienne franche et désintéressée », qu’il est alors question d’entamer. Ces relations nouvelles pourront profiter aux fonctionnaires, pensent certains journaux, qui auront ainsi les moyens de mieux connaître le milieu dans lequel ils évoluent et pourront saisir « la mentalité arabe dans ce pays, mentalité qui fut envisagée jusqu’ici par la plupart des hommes politiques comme une énigme impénétrable »174. C’est d’ailleurs ce que Bounoure promet aux personnalités scientifiques syriennes, dans un discours à l’Université de Damas en 1930. « C’est à bon droit que vous souhaitez d’être compris non seulement dans votre dessein d’ensemble, mais dans les nuances de votre sensibilité, l’originalité de votre instinct, dans ces qualités riches, délicates, nuancées qui distinguent les héritiers d’une vieille et vénérable civilisation. Laissez-moi vous dire que cet effort pour travailler avec vous en véritable communion d’esprit, nous le ferons. »175

  • 176 Cité dans une note de Bounoure pour le Ministre de France, n° 801/ML, 24 mars 1947, p. 4, Beyrouth (...)

136La politique scientifique de l’Institut visant aussi à nouer des liens avec les milieux intellectuels syriens répond donc à une double attente et correspond à un projet déjà évoqué par chacun, qui est dans les esprits à la fin des années 1920. L’Institut a alors un rôle comparable à celui, privé, de Massignon. Les contacts créés soutiennent la présence française au Levant, ce qu’aucune autre entreprise des autorités mandataires n’arrive à faire aux yeux des nationalistes qui signalent : « Nous n’admettons pas la politique française au Levant car elle n’est qu’un colonialisme camouflé ; mais au point de vue culturel, il n’y aura jamais de désaccord entre vous et nous. »176

  • 177 Serres au MAE, novembre 1947, Beyrouth, Cabinet Politique 828, AMAEN.

137La politique culturelle de l’Institut, désirée et soutenue par le Ministère des Affaires Étrangères et le Haut-Commissariat, n’est donc pas sans importance et l’Institut prend à la fin des années 1930, alors que la situation devient tendue, un poids nouveau, car il continue à faire le lien entre les Français et les Syriens. « Le rôle que joue l’Institut dans l’apprivoisement des Syriens est connu du Département, et il ne faut pas rogner sur ses moyens. »177

138Cependant, dans ce cadre général que nous venons de rappeler, il est possible à chaque directeur de faire de l’Institut, par ses contacts personnels et les travaux entrepris, un centre plus ou moins proche des affaires politiques. De Lorey était un fonctionnaire du Haut-Commissariat et ses contacts avec les personnalités syriennes, aux Waqf-s ou aux Antiquités, s’inserraient dans ce cadre où dominait une mentalité coloniale commune à beaucoup des fonctionnaires arrivés en Syrie au début du mandat. Nous avons déjà noté que ce sont Sauvaget puis Laoust qui permettront à l’Institut de se dégager de ces rapports.

  • 178 Commentaire sur une note de R. Montagne sur les études bédouines en Syrie, manuscrit, dossier 58, (...)

139Indépendamment des activités du centre et de sa propre conception de son rôle politique, le Haut-Commissariat, lui, a une vision du rôle que l’institut doit jouer, rôle qui échappe, dans une certaine mesure aux chercheurs. Toutefois, il ne peut entièrement imposer ses vues et se contente dans de nombreux cas de solliciter la participation des pensionnaires ou de signaler ses préférences. La place qu’occupe le centre auprès des Syriens ne lui échappe pas et il saura utiliser les services de ses directeurs. Le Haut-Commissariat est demandeur de travaux sur les questions contemporaines et les recherches de l’Institut pendant les années 1930 lui assurent une meilleure connaissance de la Syrie. Il encourage ce choix scientifique et veut « marquer les avantages d’une orientation de l’Institut de Damas vers des travaux scientifiques sur des sujets arabes »178. L’intérêt du Haut-Commissariat pour ces travaux est net et étonne parfois. Effectivement, si l’Institut a un accès plus facile aux sources en arabe, s’il traite de sujets originaux, notamment en matière sociale, et si ses membres, par leurs missions à l’étranger, ont une vision de l’ensemble des pays et des problèmes de la région, le Haut-Commissariat a, lui aussi, ses propres documents. Le Service des Renseignements, bien que critiqué par Massignon car improductif, lui fournit des informations régulières, il est vrai bien souvent sans commentaires ni synthèse. Les archives du Service du Contrôle Bédouin sont, par exemple, riches en rapports très détaillés sur la situation des nomades et montrent une bonne connaissance de ce milieu par les officiers du service. D’ailleurs, les membres de l’Institut auront souvent recours à ces officiers au cours de leurs enquêtes, dans la mesure où ils ont une bonne connaissance du terrain, quand ils ne profitent pas directement de leurs dossiers. L’article de Montagne sur le peuplement de la Djézireh, dans le tome II du Bulletin d’Etudes Orientales, est largement tributaire des travaux de Louis Dillemann, officier du Service de Renseignements en Haute-Djézireh, et d’un article que ce dernier pensait envoyer à l’Asie Française mais que le Haut-Commissariat lui censura. Les travaux de l’Institut ont cependant l’avantage de traiter la question d’une manière plus scientifique, dépassant la simple collecte des informations. La formation de ses membres était d’autre part plus poussée, d’où leur présence dans les cycles de conférences pour les officiers.

  • 179 P. Rondot, « L’expérience du mandat français en Syrie et au Liban [1918-19451 », Revue Générale de (...)
  • 180 De Martel au MAE, non daté, p. 8, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

140Les connaissances des autorités françaises restaient toutefois lacunaires. En Syrie et au Liban, « au lieu de se contenter de quelques synthèses hâtives, sinon suspectes, il eût été convenable d’entreprendre aussitôt l’exploration systématique, sous le double aspect de la sociologie et de l’économie. Il eût fallu, par un effort immédiat et soutenu, dont l’administration avait à concevoir le prix, multiplier ces monographies de base, dont plus tard, les remarquables ouvrages des très regrettés A. de Boucheman et J. Weulersse devaient donner l’exemple. Alors, seraient apparues les rivalités profondes et permanentes, et devenues possibles les synthèses fécondes. Alors il aurait été plus aisé de formuler les problèmes politiques et d’esquisser les tâches du juriste et de l’administrateur »179. Mais les tensions entre le Haut-Commissariat et l’Institut ne permettent pas une coopération totale. En 1934, lorsqu’il est question du détachement de l’Institut vis-à-vis du Haut-Commissariat, le Haut-Commissaire écrit : « Il est évident néanmoins que comme une grande partie des recherches de l’Institut se rapporte au monde oriental contemporain et ne peut conserver, en toutes circonstances, un caractère spéculatif pur, l’activité du directeur et des pensionnaires ne peut échapper au contrôle du Haut-Commissariat. L’Institut se consacre à l’étude d’hommes, d’Institutions, de modes de vie qui sont l’objet et la matière de notre action politique : à ce titre, ses investigations et ses travaux, soit dans l’application concrète de leurs méthodes, soit par leurs résultats, intéressent trop directement mes services pour que M. Montagne puisse être dispensé de me faire connaître régulièrement ses projets d’enquête, la suite de ses explorations, le plan qu’il veut appliquer pour l’étude sociologique de l’Orient moderne et pour la connaissance des milieux culturels des pays sous mandat et des pays voisins. »180 Cette appréciation montre bien le poids politique des travaux de l’Institut, mais aussi le décalage entre le centre de Damas et Beyrouth. Les autorités mandataires n’ont pas de contrôle sur les sujets traités à l’Institut. Les pensionnaires, s’ils n’étaient pas en opposition avec le mandat, gardaient vis-à-vis du Haut-Commissariat une indépendance — quand il ne s’agissait pas, à certaines époques, d’un rejet.

  • 181 Montagne R., « L’évolution des pays arabes depuis un an », Entretiens sur l’évolution des pays de (...)

141Toutefois Montagne, qui n’est pas sans idées sur les méthodes d’administration françaises, a conscience du rôle des études et de l’aide que peut fournir le savant à l’administrateur. « Jamais l’orientalisme français n’a brillé à Paris d’un plus vif éclat ; jamais nous n’avons eu de maîtres plus savants, plus capables de lier leurs recherches linguistiques, historiques, sociologiques, aux réalités humaines dont ils connaissent aussi bien que nous les mille aspects sur l’autre rive de la Méditerranée ; jamais aussi, depuis un an surtout, les Pouvoirs Publics n’ont manifesté un tel intérêt dans la recherche des solutions à nos difficultés africaines ou orientales. »181.Cependant, malgré ce contexte favorable, les rapprochements sont encore insuffisants, note Montagne. L’Institut des années 1930 évolue entre ses travaux scientifiques, à vocation savante, et la conscience de leur impact politique, voire même, chez Montagne, la volonté de leur donner un rôle de phare pour des administrateurs peu au fait des réalités et responsables d’erreurs politiques.

  • 182 P. Marthelot, « Proche-Orient : déterminismes entre croisés et diversité des approches », Hérodote (...)

142« Ainsi, la plupart des orientalistes devaient trouver refuge dans une apparente neutralité scientifique, que certains pourtant n’hésitaient pas à transgresser, en acceptant le contact avec les services de renseignements de leur propre pays, naturellement très intéressés par les facilités de pénétration que donnait à ces savants l’exercice de leur discipline. »182

143Nous pouvons aussi nous interroger sur l’esprit scientifique des membres de l’Institut.

  • 183 A. Raymond, «Les études récentes en France sur l’histoire des pays arabes pendant la période ottoma (...)

144Ils sont issus des facultés de lettres et de l’enseignement de Massignon, marqués par une tradition humaniste et une volonté de compréhension et de dialogue, qui s’est effectivement manifestée. André Raymond parle pourtant d’une école syrienne où se sont illustrés Sauvaget et Weulersse, chercheurs, qui, estime-t-il, ont partagé l’idéologie coloniale de la France. « Des conceptions comme la supériorité, envisagée comme quasiment morale, du plan urbain régulier [romain, européen] sur l’anarchie de la ville arabe, ou sur la désarticulation de la société musulmane [...] ne peuvent s’expliquer que de cette manière. »183

  • 184 Thèse citée de J. Sauvaget, p.247.
  • 185 Ibid, p.247-248.
  • 186 Ibid, p.248. Depuis, d’autres chercheurs sont revenus sur ces études des villes arabes, lancées par (...)

145Les conclusions de la thèse de Sauvaget sur Alep, travail important par ailleurs, ne manquent pas en effet d’étonner. Il aboutit à l’idée que « les organes fondamentaux de la ville conservent [...] la forme même que l’Antiquité leur avait donnée »184, insistant après d’autres, comme Georges Marçais, sur l’influence de l’Antiquité. Sa conclusion vise à montrer l’absence d’apport de la période musulmane, mais avec un vocabulaire qui s’écarte de la rigueur scientifique que l’on peut attendre. Il renforce violemment sa constatation initiale par un vocabulaire péjoratif. « Les souks, la qaisariya, le khan, la halle aux fruits, ne sont que des dégénérescences de l’avenue à colonnades, de la basilique, de l’Agora [...]. Il nous faut reconnaître que l’époque musulmane ne s’accompagne ici d’aucun apport positif. Le plus clair de son œuvre est d’avoir précipité et aggravé la dégradation de cette ville qu’elle s’était annexée toute faite, avec tous ses organes en place et en fonctionnement. »185.Ainsi, l’Islam a pour conséquence "l’anarchie" et son œuvre est « essentiellement négative »186.

  • 187 J. Gaulmier, article sur J. Sauvaget et Les trésors d’or de Sibt el-Ajami, sans références, AIFEAD

146Cet exemple est étonnant, en raison de ce que l’on connaît de la personnalité de Sauvaget. Gaulmier constate d’ailleurs, dans ses travaux, un « frémissement de sympathie qu’on [...] saisit pour le monde musulman, sympathie qui n’exclut nullement la lucidité, et qui lui valut une longue et attentive audience, notamment en Syrie »187.

  • 188 Voir J. Lecerf, « L’arabe contemporain comme langue de civilisation », Revue Africaine, n° 356, 3 (...)

147Cet exemple souligne des contradictions que cette étude rapide ne peut venir lever. L’équipe de l’Institut pendant les années 1930 est composée de personnes diverses, aux opinions parfois antagonistes. Nous n’avons pas mentions de débats d’idées à l’intérieur de ce groupe, excepté sur l’avenir de la langue arabe, sur lequel Lecerf et Montagne ne sont pas d’accord188. On retrouve cependant dans la composition de l’équipe de l’Institut des tendances différentes. Un scientifique sans aucun souci politique comme Cantineau y côtoie Montagne, occupé à améliorer par ses travaux la position de la France au Levant, et même au delà.

  • 189 « Splendeurs et misères des intellectuels », J.P. Rioux, Le Monde, 16 mars 1990, à propos du livre (...)
  • 190 R. Rainero, « L’action de la propagande fasciste en direction de la Syrie et du Levant », Les chem (...)
  • 191 R. O’Zoux, « Les insignes et les saluts de la jeunesse en Syrie et au Liban », Entretiens sur l’év (...)

148Les membres de l’Institut avaient des opinions différentes sur leur participation au mandat. Cependant, indépendamment de ces conceptions, la critique faite à leur encontre dépend du statut qui leur est donné. Considérés comme des savants, leur engagement est critiqué. C’est la « trahison des clercs », qui tournent le dos à leur mission pour se consacrer à la vie politique. Par contre, en les considérant comme des intellectuels, leur engagement va de soi. « Il y a un pléonasme à parler d’intellectuel "engagé". L’intellectuel est un homme du culturel mis en situation d’homme du politique »189. De là vient une critique pour non-engagement. Dans le cas du Levant, on a reproché aux chercheurs et observateurs de ne pas avoir rendu compte de la montée du fascisme. « En face d’une situation de ce genre, les réactions françaises sont modestes [...]. Cette attitude quiétiste se fait jour aussi parmi les experts du monde arabe : il suffit d’observer que, dans les trois « Entretiens sur l’évolution des pays de civilisation arabe » que l’Institut des Études Islamiques de l’Université de Paris et le Centre d’Études de Politique Étrangère organisent pendant les années 1936, 1937 et 1938, il n’est jamais fait état de ces problèmes malgré le très haut niveau des rapports présentés »190, excepté, souligne l’auteur, une contribution de Raymond O’Zoux sur les insignes et les saluts de la jeunesse syrienne191.

  • 192 A. de Boucheman, Les chemises defer, CHEAM, p. 7.
  • 193 Ibid.

149Ces entretiens, qui sont en fait des colloques, organisés entre autres par Montagne et auxquels participaient plusieurs membres de l’Institut, témoignent donc pour cet auteur de ce non-engagement. Il reste à savoir si une telle critique était possible, en tenant compte de la mentalité et des idées de ces chercheurs, plus sensibilisés au mandat ou à leurs rapports avec les Syriens qu’aux formes extrémistes prises par le nationalisme. De Boucheman, qui a écrit un article sur les Chemises de fer pour le Centre des Hautes Études d’Administration Musulmane, n’est effectivement pas sensible à l’aspect fasciste du mouvement. « Le mouvement des Chemises de fer marque un élan très intéressant des jeunes citadins, intellectuels de préférence — mais aussi employés et commerçants voire ouvriers — vers la discipline, la solidarité et l’effort. »192.Et s’il note que « la mystique leur est fournie par l’hitlérisme qu’ils admirent et copient sans réserves »193, il n’y a pas trace d’une critique.

150Nous le voyons, il nous manque beaucoup d’éléments pour faire une étude complète sur ce thème, ce qui n’était pas ici notre propos. Nous avons simplement voulu exprimer quelques idées sur les travaux de l’Institut. La situation méritait d’être précisée car l’Institut se consacre dans les années 1930 à la sociologie et à l’ethnologie, disciplines proches des autorités coloniales en Afrique du Nord.

151Il serait intéressant de mieux définir le cadre intellectuel, scientifique et idéologique des chercheurs et de se pencher sur leur formation, leur mentalité et leurs conceptions sur le mandat ou l’Islam, ce que nous ne pouvons faire sérieusement ici.

  • 194 Article cité de Seddon, p. 103-104.

152« La "décolonisation", la parution d’ouvrages critiques sur l’évolution de l’anthropologie, ont permis aux anthropologues et aux sociologues des années 1970 de considérer, sous un angle différent, les premiers sociologues coloniaux, qu’ils soient français ou britanniques. Ainsi, les sociologues ont ils été amenés à examiner leurs propres travaux et ceux de leurs prédécesseurs, à la lumière de leurs propres méthodes et durent prendre en considération leur position sociale et leur situation vis-à-vis des sociétés qu’ils étudiaient. Ce faisant, bon nombre d’entre eux ont maintenant admis, pour eux-même et pour les autres, l’hypothèse fondamentale formulée par les spécialistes de la "sociologie des connaissances" ; hypothèse selon laquelle les conditions d’existence d’un groupe à l’intérieur d’une société déterminent les connaissances acquises et utilisées par ce même groupe. »194

  • 195 J.L. Triaud, « Les études en langue française sur l’Islam en Afrique noire », Lettre d’information (...)

153Concluons sur ce point en relativisant quelque peu la critique faite à rencontre de l’orientalisme : « Il est bienvenu, aujourd’hui de critiquer l’orientalisme — et ce procès était nécessaire pour les raisons que l’on sait — mais la contribution positive de cette discipline apparaît mieux, par contraste, dans les régions où son intérêt ne s’est pas exercé »195.

154D’autre part, rappelons que l’Institut a su, dans l’ensemble, se démarquer du monde politique, et plus encore après la direction de Montagne, et certains observateurs notent « the magnitude of the French contribution over the whole field was, meanwhile, beyond denial ».

  • 196 S.H. Longrigg, Syria and Lebanon under French mandate, Oxford, University Press, 1958, p . 289-290

155« This contribution extended, less conspicuously but with high value, into the sphere of higher study and research in the fields of art, sociology, religion, history and science carried on among the book and archives of the Institut des lettres orientales at the University Saint Joseph, at the [Jesuit] observatory of Kasara, at the justly famous French Institute of Damascus with its outstanding orientalists and its range of specialized Islamic studies, and at the school of modem arts, also at Damascus. To these Institutions, and not these alone, and to their publications is due a considerable body of knowledge highly esteemed by those able to value it. »196

Notes

1 Signalons un travail de maîtrise, que nous n’avons pu consulter, sur l’œuvre scientifique de l’IFD, fait par Hassan Hamadi à l’Université de Paris IV en 1990.

2 H. Laoust, « Travaux et problèmes de l’I.F.E.A.D. ; ses publications », in Colloque sur les recherches des instituts français des sciences humaines en Asie, Paris, éd. Singer- Polignac, 1960, p. 193.

3 N. Élisséeff, « L’oeuvre scientifique de l’IFD. 1930-1960 », BEO, t. XVI, Beyrouth, 1960, pp. 101-118.

4 Article cité de J. Lecerf, BEO, t. XXV, p. 240.

5 Montagne à Bounoure, 16 décembre 1935, note sur le budget 1936, dossier rapports, IFD, Beyrouth, IP 120, AMAEN.

6 N. Élisséeff, article cité, BEO, t. XVI, p. 107 et 116.

7 Article cité de J. Lecerf, BEO, t. XXV, p. 239-240.

8 Ibid, p. 239.

9 Ibid, p. 240.

10 Voir nos chiffres en annexes. 52,04 % des travaux sont consacrés à l’ethnologie, à la sociologie, à la dialectologie, l’iranologie, la kurdologie et la littérature arabe. L’archéologie représente cependant 32,65 % des publications et reste la principale discipline.

11 MAE au Haut-Commissariat, 5 septembre 1930, œuvres 222, AMAEN.

12 E. de Lorey et M. van Berchem, Les mosaïques de la mosquée omayyade de Damas, coll. Monuments et histoires, AIBL, t. XXX, Paris, Leroux, 1930, p. 111-139. Et E. de Lorey, « Les mosaïques de la mosquée des ommeyyades à Damas », Syria, Paris, Geuthner, 1931, p. 326-349.

13 Article de L. Robert, « Jean Sauvaget (1901-1950) », introduction du Mémorial Sauvaget, t. 1, p. 15, Damas, 1954.

14 Rapport de J. Sauvaget, 15 juin 1928, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

15 Directeur du service des Antiquités au secrétaire général du Haut-Commissaire, 31 janvier 1931, dossier Sauvaget, Beyrouth, IP 128, estampage 8, AMAEN.

16 Rapport de J. Sauvaget, 1er juin 1929, p. 1-2, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

17 Rapport de J. Sauvaget, 16 juin 1930, Œuvres 222, AMAEN.

18 Ibid.

19 J. Sauvaget, « Inventaire des monuments musulmans de la ville d’Alep », Revue des Études islamiques, 1931, p. 59-114.

20 J. Sauvaget, Essai sur le développement d’une grande ville syrienne, des origines au milieu du xixe siècle : Alep, thèse de l’Université de Paris, Geuthner, 1941, p. XI.

21 Les poteries syro-mésopotamiennes du xixe siècle, Damas, IFD, 1932.

22 Articles sur des décrets mamelouks dans les BEO II et III.

23 Moaz : voir son article, dans les Mélanges de la SSA ; Reich : voir son article sur les cuivres dans le BEO VII-VIII.

24 BEO VI, p. 126.

25 Voir son article dans le BEO VII-VIII.

26 Article cité de N. Élisséeff, BEO, t. XVI, p. 104.

27 Voir ses articles dans les BEO I, II et III.

28 J. Lassus, Inventaire archéologique de la région au nord-est de Hama, 2 tomes, 1935 et 1936, Damas, IFD.

29 J. Lassus, Sanctuaires chrétiens de Syrie. Essai sur la genèse, la forme et l’usage liturgique des édifices du culte chrétien, en Syrie, du IIIe siècle à la conquête musulmane, thèse, Université de Paris, Geuthner, 1944. Voir aussi J. Lassus, Sanctuaires chrétiens de Syrie, Paris, Geuthner, 1947.

30 Voir l’article consacré à J. Lassus dans Antiquités Africaines, n° 14, 1979, Paris, CNRS, p. 9-10.

31 Thèse citée de J. Lassus, introduction, p. 13.

32 Voir son article dans le volume des Mélanges.

33 Voir leurs articles dans les Mélanges, le BEO VI, le BEO IX, le BEO X.

34 Voirie BEO VI, p. 126.

35 C. Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des croisades, Damas, IFD, 1940.

36 Voir son article : « Notes sur la colonie génoise de Péra », Syria, Paris, Geuthner, 1934.

37 Voir ce qu’en dit Sauvaget, thèse citée, p. XI. Il y note l’insuffisance des textes. C’est « l’étude archéologique qui m’offrait la documentation la plus large, la plus complète et la plus sûre : j’ai fait fonds sur elle plus que sur les indications des auteurs, auxquels je n’ai fait que demander de recouper le fruit de mes observations (...) ».

38 MAE au Haut-Commissariat, 5 juillet 1937, n° 424, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

39 Thèse citée de Sauvaget.

40 Voir l’inventaire des archives du consulat d’Alep, AMAEN.

41 Voir le dossier : travaux des professeurs au Levant, Tresse, Beyrouth, IP 103, AMAEN. Et le dossier : travaux scientifiques et littéraires du personnel enseignant, Tresse, Beyrouth, IP 112, AMAEN.

42 BEO X, p. 160.

43 Article cité de J. Lecerf, BEO, t. XXV, p. 242.

44 Ibid, p. 245.

45 J. Lecerf, « L’arabe contemporain comme langue de civilisation », Revue Africaine, n° 356, 3e trimestre 1933, p. 11 et BEO II et IJX.

46 Rapport d’E. Saussey, 1er mars 1929, p. 2-3, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

47 Ibid, p. 5.

48 Ibid.

49 Rapport d’E. Saussey, 15 juin 1930, œuvres 222, AMAEN.

50 R. Montagne, La civilisation du désert. Nomades d’Orient et d’Afrique, Paris, Hachette, 1947, p. 194. Ils suivent la voie tracée par Antoine Meillet et L’année sociologique, qui avait une rubrique consacrée à la linguistique. Voir aussi J. Lecerf, BEO. t. XXV, p. 242

51 Article cité de J. Lecerf, BEO, t. XXV, p. 244.

52 Troubetskoy, Principes de phonologie, Paris, Klincksieck, 1964. Traduit de l’allemand par J. Cantineau. Dans sa préface, Cantineau signale qu’il a décidé de traduire ce livre dès l’hiver 1941-1942, pour son usage personnel. Il le termine en 1944.

53 Voir ses publications : Inventaire des inscriptions de Palmyre, Beyrouth, imp. catholique, 9 fasc, 1930. Inscriptions palmyréniennes, Châlon sur Saône, 1930. Et « Textes funéraires palmyréens », Revue Biblique, 1930.

54 Le Nabatéen, Paris, Leroux, 2 volumes, 1931. Et Grammaire du Palmyrénien épigraphique, Le Caire, 1935.

55 Rapport de J. Cantineau, 14 j u in 1930, œuvres 222, AMAEN.

56 Rapport de J. Cantineau, 15 mai 1929, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

57 J. Cantineau, Les parlers arabes du Hauran, coll. linguistique de la société linguistique de Paris, Paris, Klincksieck, 2 volumes, 1946. Voir le volume 1, introduction, p. 5.

58 Ibid.

59 J. Lentin, « Présentation de deux études de dialectologie arabe [anti-Liban nord] de J. Lecerf », BEO, t. XXXIV, 1982, p. 87.

60 Compte-rendu d’activité 1933-1934, BEO, t. IV, p. 133.

61 Compte-rendu d’activité 1935-1936, BEO, t. VI, p. 125.

62 Rapport d’E. Saussey, 1er juin 1929, p. 6, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

63 Rapport d’E. Saussey, 15 j u in 1930, œuvres 222, AMAEN.

64 Rapport d’H. Laoust, 1er j u in 1929, p. 3, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

65 Ibid.

66 Voir l’introduction du livre de S. Reich, Etudes sur les villages araméens de l’Anti-Liban, Damas, IFD, 1937.

67 J. Cantineau, ouv. cité sur les parlers du Hauran, p. 40.

68 Entretien avec J. Gaulmier.

69 Ibid.

70 Voir le volume des Mélanges et les BEO I, II, VI et VII-VIII. Il rédige par ailleurs deux études sur Hama et sa région et sur les chants et les danses des paysans de Hama. Enfin, il publie un article, « Notes sur le mouvement syndicaliste à Hama », Revue des Etudes islamiques, 1932, p. 95-125.

71 Bounoure à Marx, manuscrit, 4 avril 1930, œuvres 176, AMAEN.

72 De Boucheman, Matériel de la vie bédouine, Damas, IFD, 1934. Et BEO, t. V, p. 146.

73 De Boucheman, « Note sur la rivalité de deux tribus moutonnières de Syrie : les Mawali et les Hadidiyin », Revue des Études Islamiques, fasc. 1, 1934.

74 De Boucheman, Une petite cité caravanière : Suhné, Damas, IFD, 1939.

75 Voir le BEO, t. VII-VIII.

76 H. Charles, Les tribus moutonnières du Moyen-Euphrate, Damas, IFD, 1939.

77 H. Charles, La sédentarisation entre l’Euphrate et Balik, Beyrouth, 1942.

78 Articles de R. Montagne dans le BEO, t. II, et de J. Nasrallah dans le BEO, t. X. A. Latron, La vie rurale en Syrie et au Liban, IFD, 1936 ; S. Mazloum, L’ancienne canalisation d’eau d’Alep, IFD, 1936 ; J. Gaulmier, « Notes sur la propriété foncière de la Syrie centrale », l’Asie Française, avril 1933, p . 133-136.

79 J. Weulersse et J. Sauvaget, Damas et la Syrie Sud, Paris, Desfossés, 1936. J. Weulersse et L. Dubertret, Manuel de géographie. Syrie, Liban et Proche-Orient, Beyrouth, Imprimerie Catholique, 1940.

80 Voir ses articles dans le BEO, t. V, et dans la Revue des Études Islamiques, 1935, p. 87-96.

81 BEO, t. V , p . 146 et B E 0 , t . VI, p. 126-127.

82 R. Lescot, Enquête sur les Yézidis de Syrie et du Djebel Sindjar, Damas, IFD, 1938.

83 R. Lescot, Contes et proverbes kurdes, Damas, IFD 1940. Et Mamé Alan, texte national kurde traduit par Lescot, Damas, IFD, 1942.

84 BEO, t. VII-VIII, IX et X et Revue des Études Islamiques, 1938 et 1939.

85 Article cité de N. Élisséeff, BEO, t. XVI, p. 116.

86 Georges Goyau, Un précurseur : Louis Picquet. Consul de Louis XIV en Alep et évêque de Babylone, Paris, Geuthner, 1942, t. II de la Bibliothèque Orientale de l’IFD.

87 Laoust à Coron, 10 novembre 1942, AIFEAD 45-2.

88 J. Sauvaget, Les monuments historiques de Damas. Beyrouth, 1932, p. 68-69.

89 Laoust à Coron, 27 j u in 1942, AIFEAD 45-2.

90 IFD au directeur des Presses Universitaires, 24 février 1934, n° 618, AIFEAD 34-2.

91 IFD à M. Dunand, 18 mars 1933, n° 1815, AIFEAD 34-2.

92 Lettre non datée, non signée (Sauvaget à Montagne), p. 4, AIFEAD 37-1.

93 Sauvaget à Montagne, 9 janvier 1935. papiers d’Écochard, AIFEAD.

94 Lettre non datée, non signée, (Sauvaget à Montagne), p. 6, AIFEAD 37-1.

95 Voir par exemple : à propos de la thèse de Lassus : « L’ouvrage sorti des presses de l’Imprimerie catholique de Beyrouth est présenté avec clarté et bon goût », Irénikon-Amay, n° 4, 1938, p. 403-404, AIFEAD 35-2. À propos de l’ouvrage de Reich sur Ma’loula : « L’impression très belle (Imprimerie Catholique de Beyrouth) a été réalisée en un temps record », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, volume 39, 1938, p. 181-182, AIFEAD 37-3. À propos de l’ouvrage de Charles sur les tribus moutonnières : « Monographie [. .| présentée par l’Imprimerie catholique avec le même attrait que les autres Documents d’Études Orientales », Revue Biblique, t. 49, 1940, p. 1934-1937, AIFEAD 4 3 - 1.

96 Montagne à Lassus, 9 janvier 1936, AIFEAD 35-2.

97 Des éditeurs de Londres à l’IFD, 22 mai 1934, dossier BEO III à VI, AIFEAD 37-1. Ils écrivent: « Our attention has recently been drawn to your BEO [...]. » Les éditeurs demandent généralement que le compte rendu soit fait par Montagne ou Sauvaget.

98 « Les exigences de la maison Leroux [...] me paraissent en effet insoutenables et incompatibles avec le chiffre de ventes réalisé par son entremise ». Lettre non datée, non signée, (Sauvaget à Montagne), p. 5, AIFEAD 37-1.

99 On trouvera la liste des personnes à qui l’Institut envoie ses publications au Levant dans : Montagne au secrétaire général, 4 juillet 1933, dossier 26, Beyrouth, Cabinet Politique 872, AMAEN.

100 Lettre jointe à Gaulmier au Secrétaire général de l’IFD, 23 mars 1937, AIFEAD 37-1.

101 Rapport sur la vente du livre français en Syrie et au Liban, 12 pages, Haut- Commissariat au MAE, 2 mars 1933, n° 129, p. 6, dossier Syrie, général, œuvres 592, AMAEN.

102 Payot à l’IFD, 18 mars 1935, AIFEAD 38-1.

103 Cantineau à Montagne, 4 octobre 1935, AIFEAD 35-1.

104 Voir la liste de ces ouvrages, 31 décembre 1928, dossier bibliothèque, Beyrouth, 1P 128 bis, AMAEN.

105 Voir la liste de ces ouvrages, 5 juillet 1929, dossier bibliothèque, 1929, joint à E. de Lorey au Haut-Commissariat, 5 juillet 1929. n° 3555, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

106 Article d’H. Laoust sur l’Institut, 1960, p. 194.

107 Montagne à Bounoure, 29 janvier 1931, n° 368, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

108 Compte rendu de la réunion du comité le 19 mars 1934, joint à MAE au Haut- Commissariat, 18 avril 1934, n° 57, estampage 143, Levant, E600, AMAEP. Montagne parle de 6 000 francs par an pour ces achats.

109 Beynet à Massigli, 22 juin 1944, n° 548, Beyrouth, dossier budget, 1944, IP 190, AMAEN.

110 Commandant King à l’IFD, non daté, manuscrit, AIFEAD 45-5. Et M. Ronard à l’IFD, 14 août 1937, manuscrit, AIFEAD 40-2. R. O’Zoux et E. Epstein, par exemple, sont venus travailler à la bibliothèque de l’Institut.

111 FD au conseiller pour l’instruction publique en Syrie, 21 janvier 1933, n° 1708, AIFEAD 4 2 - 1

112 Voir L’Asie Française, janvier 1935, p. 30.

113 Programme des cours pour la rentrée 1937, dossier cours, conférences, Beyrouth, IP 99, AMAEN.

114 Compte-rendu de la réunion du comité de direction, 13 mars 1928, p. 7 et 11, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

115 Décision n° 012/PI, 21 janvier 1931, dossier Montagne, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

116 Résident général de France au Maroc au MAE, n° 1231, estampages 307 et 308, Levant, E378, AMAEP.

117 Laoust à Sauvaget, 3 janvier 1945. n° 4, AIFEAD 47-2.

118 Laoust à Bounoure, 30 août 1944, n° 390, AIFEAD 45-5.

119 M. Gaudefroy-Demombynes, « L’Islam », Histoire et historiens depuis 50 ans. Méthodes, organisations et résultats du travail historique de 1876 à 1926, Paris, Bibliothèque de la Revue Historique, 2 volumes, 1928, vol. 2, p. 719-740. Voir aussi son article « L’érudition française en Syrie », Congrès français de la Syrie, p. 241-244. Il y définit les recherches à poursuivre dans le domaine des études musulmanes.

120 M. Gaudefroy-Demombynes, article « L’Islam » cité, p. 732.

121 Ibid, p. 720.

122 Ibid, p. 738.

123 Ibid, p. 737.

124 X. de Planhol, « Structures universitaires et problématiques scientifiques : la géographie historique française », La pensée géographique contemporaine, Mélanges A. Meyrier, Saint-Brieuc, 1972, p. 156-157.

125 Article cité de J. Lecerf, BEO, t. XXV, p. 240.

126 Ibid, p. 243.

127 Ibid, p. 245.

128 Ibid, p. 243.

129 Ibid, p. 245. Lecerf a aussi rappelé que Cantineau, inexpérimenté et un peu effrayé à l’idée de ces enquêtes, se déplaçait en train spécial avec des soldats.

130 Ibid. Lecerf note les conditions matérielles et intellectuelles de la dialectologie à cette époque.

131 J. Cantineau, ouv. cité sur les parlers du Hauran, introduction, p. 5.

132 Article cité de J. Lecerf, BEO, t. XXV, p. 245.

133 Voir l’ouvrage cité de Cantineau sur les dialectes de Palmyre, introduction, p. 7.

134 Article cité des Antiquités Africaines, n° 14, hommage à Jean Lassus, p . 9-10.

135 Voir la thèse citée de J. Lassus, introduction.

136 Thèse citée de J. Sauvaget, p. XI.

137 Ibid, p. X. Voir également la méthode et les sources qu’il indique pour faire l’histoire de la civilisation musulmane dans « Comment étudier l’histoire du monde arabe », Revue Africaine, n° 406-409, 1946, p. 9-14.

138 R. Montagne, La civilisation du désert. Nomades d’Orient et d’Afrique, Paris, Hachette, 1947, p. 7.

139 Ibid, p. 12.

140 Thèse citée de J. Weulersse, p. 6 1

141 Ibid, p. 5

142 Ibid.

143 Ibid, p. 6.

144 Voir l’ouvrage cité d’A. Latron, introduction.

145 Cité par D. Sourdel et J. Sourdel-Thomine, « Henri Laoust (1905-1983) », Revue des Études Islamiques, tome 52, hommage à Henri Laoust, 1984, p. 10-11.

146 Voir Cl. Cahen et C. Pellat, « Les études arabes et musulmanes », Journal Asiatique, t. CCLXI, numéro spécial pour le cent-cinquantenaire de la Société Asiatique, « Cinquante ans d’orientalisme en France (1922-1972) », 1973, p . 89-107.

147 Voir les dossiers sur les publications, AIFEAD 34-1, 3 5 - 1 , 35-2, 3 7 - 1 , 37-2, 37-3, 38-4, 38-5, 39-1 et 4 3 - 1

148 Voir le Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 1939, vol. 40. Et les Mélanges de l’Université Saint Joseph, 1939, vol. 22, AIFEAD 4 3 - 1

149 Le Muséon, n° 49, 1936, AIFEAD 3 5 - 1.

150 Mélanges de l’Université Saint Joseph, 1935, p. 137-138, AIFEAD 35-2.

151 Revue biblique, t. 181, 1939, p. 154-155, AIFEAD 38-5.

152 Corbin à Lescot, 9 mars 1943, AIFEAD 43-2.

153 Laoust au directeur de la Revue Économique et Sociale, 1 février 1945, n° 35, AIFEAD 45-5 ; et voir aussi le directeur de la Revue Économique et Sociale à Laoust, 12 janvier 1945, AIFEAD 45-5.

154 Asiatic Review, octobre 1937, AIFEAD 37-1. À propos de l’article de A. de Boucheman dans le BEO VI.

155 Asiatic Review, juillet 1938, AIFEAD 37-1. Sur l’ouvrage de Reich.

156 Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgen Landes, t. 45, p. 146-147, AIFEAD 36-2.

157 Orientalistische Literaturzeitung, 1939, n° 6, p. 374, AIFEAD 39-1.

158 Introduction de l’ouvrage cité de Reich sur les villages araméens.

159 Article cité de Cl. Cahen et Ch. Pellat, Journal Asiatique, 1973. On aura aussi une bonne idée de la place de l’IFD au sein des institutions orientalistes, dans le cas particulier des études d’archéologie musulmane, en consultant : J. Sauvaget, « L’archéologie musulmane en France de 1939 à 1945 », Ars Islamica, XIII-XIV, 1948, p. 150-161.

160 Le rôle de J. Sauvaget dans les études orientales est rappelé par R. Mantran, « A propos d’Alep : Jean Sauvaget », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, « Alep et la Syrie du Nord », n° 62, 1991-4, p. 11-13.

161 P. Marthelot, « Proche-Orient : déterminismes entrecroisés et diversité des approches », Hérodote, «Géopolitique au Proche-Orient », 2e-3e trimestres 1983, n° 29-30, p. 297.

162 Ibid.

163 P. Kemp, « Le nouvel orientalisme », Esprit, mai-juin 1983, p. 248. « Au cours des 30 dernières années, une nouvelle figure d’orientalisme est apparue qui cherche à se démarquer, tant par rapport à la vieille école d’avant-garde que par rapport aux pouvoirs auxquels cette dernière était parfois trop étroitement liée. »

164 Article cité de C. Cahen et C. Pellat, p. 90.

165 D. Seddon, introduction à l’édition anglaise de 1972 de La vie sociale et politique des berbères, de R. Montagne, repris dans Regards sur le Maroc. Actualité de R. Montagne, publication pour le cinquantenaire du CHEAM, Paris, CHEAM, 1986, p. 104.

166 Thèse citée d’A. Salon, vol. 1, p. 381-382.

167 Article de C. Liauzu, « Jalons pour un état des lieux », Lettre d’information de l’Association Française pour l’Étude du Monde Arabe et Musulman, n° 2, décembre 1987, p. 7.

168 A. Raymond, « Les études récentes en France sur l’histoire des pays arabes pendant la période ottomane », Lettre d’information de l’Association Française pour l’Etude du Monde Arabe et Musulman, n° 2, décembre 1987, p. 92.

169 « Les Romains en Syrie », Bulletin de Renseignements n° 2 3 , 9 octobre 1920, dossier de renseignements n° 4, Beyrouth, Petits Fonds 2369, AMAEN.

170 Voir le dossier Haute-Djézireh, Djebel Sindjar, études du R.P. Poidebard, Beyrouth, Cabinet Politique 550, AMAEN.

171 Massigli à Soustelle, 5 août 1944, n° 80, dossier professeurs français à l’étranger, Beyrouth, Cabinet Politique 827, AMAEN.

172 Article cité de M. Gaudefroy-Demombynes, « L’érudition française en Syrie », p. 2 4 1

173 R. Montagne, « L’évolution des pays arabes depuis un an », Entretiens sur l’évolution des pays de civilisation arabe, Paris, Hartmann, 1938, p. 22.

174 Articles du Fatal Arab. Voir les bulletins n° 235/SPP du 6 janvier 1928, n° 239/SPP du 11 janvier 1928 et n° 66/SPP du 9 mars 1929, Beyrouth, Presse 1730, AMAEN.

175 Discours de G. Bounoure à l’Université syrienne à Damas le 22 novembre 1930, dossier Université syrienne, Beyrouth, IP 79, AMAEN.

176 Cité dans une note de Bounoure pour le Ministre de France, n° 801/ML, 24 mars 1947, p. 4, Beyrouth, Cabinet Politique 828, AMAEN.

177 Serres au MAE, novembre 1947, Beyrouth, Cabinet Politique 828, AMAEN.

178 Commentaire sur une note de R. Montagne sur les études bédouines en Syrie, manuscrit, dossier 58, Beyrouth, Cabinet Politique 872, AMAEN. En 1937, alors qu’il est question d’une réorganisation de l’Institut et d’un rapprochement avec le Service des Antiquités, le MAE indique : « J’attacherais du prix [...] à ce que la transformation envisagée [...] laissât intacte les possibilités de publication sur la Syrie arabe [...]. » MAE au Haut- Commissaire, 25 novembre 1937, n° 154, dossier mission, Beyrouth, IP 137, AMAEN.

179 P. Rondot, « L’expérience du mandat français en Syrie et au Liban [1918-19451 », Revue Générale de Droit International, n° 3-4, 1948, p. 390.

180 De Martel au MAE, non daté, p. 8, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

181 Montagne R., « L’évolution des pays arabes depuis un an », Entretiens sur l’évolution des pays de civilisation arabe, 1937, Paris, Hartmann, 1938, p. 18.

182 P. Marthelot, « Proche-Orient : déterminismes entre croisés et diversité des approches », Hérodote, « Géo-politique au Proche-Orient »,2e-3etrimestres1983, n°29-30, p.297.

183 A. Raymond, «Les études récentes en France sur l’histoire des pays arabes pendant la période ottomane», Lettre d’Information de l’Association Française pour l’Étude du Monde Arabe et Musulman, n°2, décembre 1987, p.92.

184 Thèse citée de J. Sauvaget, p.247.

185 Ibid, p.247-248.

186 Ibid, p.248. Depuis, d’autres chercheurs sont revenus sur ces études des villes arabes, lancées par Sauvaget, insistant d’abord sur les périodes délaissées et mettant en évidence la fascination envahissante de Sauvaget pour l’Antiquité. Voir A. Raymond, «Alep à l’époque ottomane (xvie-xixes.) », Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, n° 62, 1991-94, p. 93-109.

187 J. Gaulmier, article sur J. Sauvaget et Les trésors d’or de Sibt el-Ajami, sans références, AIFEAD.

188 Voir J. Lecerf, « L’arabe contemporain comme langue de civilisation », Revue Africaine, n° 356, 3 e trimestre 1933, et son article dans les BEO II et III. Consulter aussi Montagne à Lecerf, manuscrit, non daté, AIFEAD 37-1. Il lui dit à propos de son article pour les BEO : « Vous devez le réduire [...] en excluant impitoyablement tout ce qui risque, en excitant les esprits, d’empêcher le développement déjà très difficile des œuvres françaises ». Voir enfin Montagne à Chauvel, 8 mai ?, manuscrit, dossier indemnisation du commandant Montagne, Beyrouth, Cabinet Politique 390, AMAEN. Il parle de l’article de Lecerf dans la Revue Africaine. « L’auteur prend systématiquement le parti de l’arabe comme langue de culture moderne. Je ne suis pas aussi sûr que lui de l’avenir de l’arabe [...]. Il faut surtout éviter, si l’on veut faire progresser le français, de paraître combattre l’arabe ».

189 « Splendeurs et misères des intellectuels », J.P. Rioux, Le Monde, 16 mars 1990, à propos du livre Dernières questions aux intellectuels, collectif, Orban, 1990.

190 R. Rainero, « L’action de la propagande fasciste en direction de la Syrie et du Levant », Les chemins de la décolonisation française 1936-1945, Paris, CNRS, 1986, p. 302.

191 R. O’Zoux, « Les insignes et les saluts de la jeunesse en Syrie et au Liban », Entretiens sur l’évolution des pays de civilisation arabe, Paris, Hartmann, 1938, p. 96-104.

192 A. de Boucheman, Les chemises defer, CHEAM, p. 7.

193 Ibid.

194 Article cité de Seddon, p. 103-104.

195 J.L. Triaud, « Les études en langue française sur l’Islam en Afrique noire », Lettre d’information de l’Association Française pour l’Etude du Monde Arabe et Musulman, n° 2, décembre 1987, p . 66.

196 S.H. Longrigg, Syria and Lebanon under French mandate, Oxford, University Press, 1958, p . 289-290.

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search