Version classiqueVersion mobile

L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946) à travers les archives

 | 
Renaud Avez

Deuxième partie. Quelques aspects de l'Institut français de Damas

Chapitre II. Le palais Azem : entre splendeur et misère

Texte intégral

1Le Palais Azem est un lieu aux caractéristiques assez particulières pour avoir créé une entité originale. L'Institut, comme beaucoup d'autres instituts français à l'étranger, est un centre de recherches dans un monument historique.

2En fait, ce palais influe sur le centre tout au long du mandat, pour deux types de raisons. D'abord à cause de sa vétusté, de son emplacement en plein cœur de la vieille ville et de son statut de monument historique. Tout ceci rend l'endroit peu accessible et peu vivable pour des pensionnaires. Il est visité quotidiennement par des touristes, ce qui en fait un lieu de passage peu compatible avec les exigences d'un centre où travaillent des chercheurs. Ensuite, le palais a un impact sur l'Institut à cause des travaux de reconstruction qui ont lieu pendant toute notre période. Les destructions et son état fragile imposent ces travaux auxquels l'Institut est associé, y collaborant techniquement et financièrement.

3Montagne signalait en 1931 : « Il est certain que l'organisation présente du Palais Azem présente de multiples inconvénients :

  1. il est particulièrement détruit, et la reconstruction entraînera des dépenses élevées ;
  2. .la construction est peu solide et des frais d'entretien et de préservation seront nécessaires ;
  3. la disposition des pièces, insuffisamment claires, se prête mal à sa nouvelle destination ; l'appartement qui s'y trouve est peu habitable surtout pendant l'hiver ;
  4. l'accès au Palais Azem est très difficile et exige la traversée de longues rues encombrées ;
  5. .il semble impossible de fermer le Palais Azem à la visite des touristes ; mais leur présence et leur curiosité s'accordent mal avec les prescriptions d'un Institut d'études scientifiques. »1.

I - LE PALAIS AZEM À DAMAS

4Avant de parler du Palais Azem, nous allons donner quelques indications sur Damas et l'environnement urbain de l'Institut durant le mandat.

  • 2 Voir le Guide Bleu, Syrie, Hachette, 1932. La partie sur Damas et ses environs a été écrite par Sa (...)
  • 3 Guide Bleu.
  • 4 Ibid.

5La ville est construite le long du Barada, cours d'eau qui prend sa source dans l'Anti-Liban, « sur une longueur de deux kilomètres environ ; presque partout, elle a débordé l'enceinte fortifiée, de forme à peu près rectangulaire, en constituant des faubourgs très populeux : au sud, le Meidân, quartier de paysans et de bédouins qui s'allonge sur l'ancienne route de la Mekke ; au nord, Amara et souk Saroudjâ ; au nord-ouest, enfin, la longue rue de Salihiyé est le quartier préféré des familles aisées et des européens. L'intérieur de l'enceinte est coupé en grande partie par les souks [...] : il comprend, dans sa partie méridionale, le quartier juif, et dans son angle nord-est, le quartier chrétien (Bab Touma) que prolonge le faubourg de Qasaa. La population de Damas est difficile à évaluer du fait de son manque de fixité : elle doit approcher de 300 000 habitants dont les trois quarts au moins sont musulmans »2. La ville est d'autre part « entourée d'une vaste banlieue cultivée (la Ghouta), où dominent les vergers »3, ceinture irriguée par le Barada qui « offre une surface et une densité de verdure surprenante »4.

  • 5 A.M. Bianquis, « Damas et la Ghouta », La Syrie d'aujourd'hui, Paris, CNRS, 1980, p. 364.
  • 6 Ibid, p. 366.

6Cette description rapide de Sauvaget nous permet de comprendre l'organisation générale de la ville. Celle-ci changera toutefois beaucoup pendant le mandat. Les Institutions, les administrations, qui s'installent alors, vont préparer Damas « à prendre sa place de capitale »5. Sa population augmente, passant, contre les chiffres de Sauvaget, de 170 000 habitants en 1920 à 296 000 en 19456.

  • 7 Voir ce que dit à ce propos A. Poulleau, ouv. cité, p. 205. Elle « voue à l'exécration des artiste (...)
  • 8 M. Écochard et R. et P. Danger, Ville de Damas, rapport d'enquête monographique, 1936.
  • 9 S. Abdulac, « Damas : les années Écochard (1932-1982) », Cahiers de la Recherche Architecturale, a (...)

7Les autorités mandataires commencent à agrandir la ville, sur les traces de l'administration ottomane, à la suite des révoltes de 1925-1926, perçant le boulevard de Bagdad, sous couvert d'une politique d'embellissement, et reconstruisant les quartiers incendiés lors des troubles7. Son développement se poursuit ensuite pendant les années 1930. Écochard et la famille Danger sont chargés d'élaborer un plan d'urbanisme organisant l'extension de la ville vers 19358. « Les nouveaux quartiers [...] seront marqués par des rues et des avenues bordées d'arbres, d'amples carrefours, des jardins publics et de petits immeubles isolés de quatre ou cinq étages. »9.

8La ville que décrit Sauvaget s'étend donc, se dotant d'infrastructures propres à une grande cité.

  • 10 J. Sauvaget, « Esquisse d'une histoire de la ville de Damas », Revue des Etudes Islamiques, fascic (...)

9« Le mouvement ainsi créé apparaît comme irrésistible depuis quelques années, ces quartiers neufs tendent à monopoliser tout le côté moderne de la vie urbaine, et tous les organes fondamentaux de la civilisation contemporaine (administration, banques, hôtels, hôpitaux, etc.) s'y transportent un à un. Il se crée ainsi de toutes pièces une ville nouvelle, à côté de la vieille ville, qui ne renfermera bientôt plus, autour des souks agonisants, que quelques organismes archaïques [patriarcat, tribunaux du cadi] et l'Institut Français de Damas, avec les classes les plus pauvres de la population. »10

  • 11 Rapport sur les tendances actuelles de l'Islam dans les pays du Levant, non daté, non signé, dossi (...)
  • 12 Réunion du comité de direction, 13 mars 1928, p. 2-3, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

10Damas est aussi une capitale politique et culturelle possédant son Académie Arabe, son musée et sa bibliothèque. « La capitale de la Syrie reste un des points sensibles de l'Islam, un de ceux dont les réactions se font sentir dans l'ensemble du monde musulman. »11 Massignon signale aussi : « Le milieu sur lequel il est nécessaire d'agir est extrêmement intéressant : Damas est de tout l'Orient le grand centre intellectuel arabe pour toutes les hautes questions ; il est bien plus riche qu'à Bagdad [...] ; il est même plus intéressant que le Caire : toute réunion d'ordre intellectuel est assurée, sans publicité, d'un public d'au moins quatre-vingts personnes. Le centre intellectuel de la Syrie est Damas. »12

  • 13 H. Laoust, « Travaux et problèmes de l'I.F.E.A.D. ; ses publications », in Colloque sur les recher (...)

11La ville est donc toute indiquée pour accueillir un Institut de recherche. « Le choix de Damas pour ce centre était excellent. Damas appelait la présence d'un institut français de cette nature, et un institut d'études arabes pouvait difficilement se trouver mieux qu'à Damas, vestibule de l'Asie musulmane, à la charnière de l'Égypte, de l'Irak et de l'Arabie Continentale. »13.

  • 14 J. Berque, introduction à Damas téléphérique, roman d'Abdel Salam al Ujayli, Publi-sud Unesco, 198 (...)

12Le Palais Azem se trouve donc dans cette ville « arrivée à son instance contemporaine sans rien aliéner d'un génie ombrageux et charmant »14.

  • 15 Sur les circuits touristiques au Levant, on consultera : R. Thoumin, Géographie humaine de la Syri (...)
  • 16 P. Pic, Syrie et Palestine. Mandat français et anglais dans le Proche-Orient, Paris, 1924, p. 121.
  • 17 P. Pic, Syrie et Palestine. Mandats français et anglais dans le Proche-Orient, supplément, Paris, (...)
  • 18 E. Weterllé, ouv. cité, p. 132.
  • 19 Général Weygand, Mémoires, Paris, Flammarion, t. 2, 1957, p. 215.
  • 20 Ph.S. Khoury, ouv. cité, p. 174.
  • 21 B. Gaulis, ouv. cité, p. 243.
  • 22 G. Besnard, « Damas, son oasis, ses habitants », L'Asie Française, n° 292, juillet-août 1931, p. 2 (...)
  • 23 H. Barande, Au pays des mirages : Syrie et Palestine, Paris, Société d'Études Géographiques, 1924, (...)

13Le palais est alors un lieu de passage obligé pour les visiteurs à Damas, palais aux charmes orientaux et haut lieu de la culture française15. Les visiteurs qui y sont venus ont effectivement beaucoup apprécié l'endroit. Les ouvrages parus sur la Syrie jusque vers 1935 reflètent cette opinion. Leurs auteurs s'y perdent dans des expressions saluant la beauté et la grandeur des lieux. Le palais qu'ils décrivent est « beau »16, « magnifique »17, « superbe »18, « bijou de l'art arabe »19, « splendide »20 ou « oasis du passé » dans un « Damas frémissant et morne »21. C'est « le plus intéressant spécimen de l'art damascain »22. Pour résumer l'opinion générale, citons Henri Barande, qui écrit : « Il reste enfin de somptueuses demeures arabes, palais de féerie, dont le plus magnifique spécimen est la maison Azem. »23.

  • 24 G. Besnard, article cité, p. 241.

14Le Palais Azem, restauré "avec un goût consommé"24 par Eustache de Lorey, apparaît donc comme un lieu de grande beauté, par contraste tellement avec le reste de le vieille ville, signalent certains. Associé à la France et à la culture, il n'en prend que plus de prestige dans le regard des voyageurs.

  • 25 L. Dolhassary, De Baalbeck aux pyramides, Paris, Dentu, 1889, p. 98-99.
  • 26 J. et J. Tharaud, Le chemin de Damas, Paris, Plon, 1913, p. 220.

15Un visiteur de la fin du xixe siècle avait déjà noté le caractère exceptionnel du Palais Azem25. Pourtant, il ne semble pas avoir toujours été autant attractif. Les frères Tharaud notent, en 1913, à propos de la ville : « Lorsqu'on se promène dans ses rues, on cherche en vain les vestiges de sa grandeur d'autrefois. » Ils ne trouvent que « deux ou trois palais perdus dans la banalité moderne »26.

  • 27 Rapport cité de Massignon, 31 janvier 1928, p. 3, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

16Massignon ne sera pas tendre avec ces commentaires élogieux. Il écrit, contre ces expressions d'enchantement : « Le Palais Azem [...] est un édifice trop vanté, très endommagé d'ailleurs [...] : il est d'une visite délicieuse pour des touristes mondains, mais son style turco-arabe de la fin du xviiie siècle sent fort l'italianité levantine. »27.

  • 28 M. Ecochard, « Le Palais Azem de Damas », Gazette des Beaux-Arts, avril 1935, p. 3.
  • 29 Ibid, p. 14.

17Toutefois, le palais reste un bel édifice. La plus belle des constructions du xviiie siècle, pense Écochard28 . « Cette demeure, par l'intelligence de son plan, l'esprit de ses jardins et la beauté des matériaux employés, est un des spécimens les plus séduisants de l'art musulman à son déclin. Mais comme dans la généralité des monuments du xviiie siècle, les marbres et les ors cachent une pauvreté de construction qui fait à tout moment redouter, par endroits, l'écroulement. »29

  • 30 Ibid, p. 4-5. La famille Azem est originaire de Konia. Elle est venue à Damas au milieu du xviie s (...)
  • 31 J. Sauvaget, Les monuments historiques de Damas, Beyrouth, 1932, p. 87.

18Le palais fut construit en 1749 par As'ad Bāšā al-'Aẓm (Azem), gouverneur de Damas et chef du pèlerinage de 1742 à 1756, qui voulut cette construction grandiose30. Au moment du mandat, cette grande demeure n'avait été retouchée qu'une fois, en 1835, afin de remettre certaines salles « au goût du jour »31.

  • 32 M. Écochard, article cité sur le Palais Azem, p. 8.

19Il comprend plusieurs parties, dont deux groupes de pièces distincts, selon la coutume orientale. D'abord le salāmlik, par où on entrait, réservé aux réceptions et au logement des hôtes de passage. Ensuite, le ḥaramlik, sans communication avec l'extérieur, réservé à la vie familiale, demeure des femmes et des enfants du Pacha. Le salāmlik, où s'était installé le Haut-Commissaire en 1925, comprend des pièces d'habitation et un grand īwnā autour d'une cour avec un bassin. Le ḥaramlik est plus vaste et plus riche, et sa cour, plus grande, comprend deux bassins et un jardin. Il est bâti sur le même plan que le salāmlik, avec plusieurs pièces qui ouvrent sur la cour. « Les pièces orientées au sud sont protégées du soleil par une galerie à arcades ; celles du nord ouvrent sur un grand īwān. »32 Parmi ces appartements se trouvent deux salles de réception, dont la salle d'apparat, la qā'a, la pièce la plus riche.

  • 33 Ibid, p. 9.

20Des communs sont reliés à ces deux ensembles. D'abord un hammam comportant « une salle de déshabillage et de petites salles froides, tièdes et chaudes »33. Et la cour des communs, avec un petit bassin, un īwān, deux immenses cuisines, une petite cuisine où était préparé le café et quatre pièces d'habitation, partie réservée au personnel.

  • 34 J. Sauvaget, ouvrage cité sur les monuments historiques, p. 87.
  • 35 M. Écochard, article cité sur le Palais Azem, 1935, p. 8.
  • 36 On trouvera une description du palais dans : J. Sauvaget et E. de Lorey, « Le palais Azem à Damas  (...)

21Le palais est richement décoré. « L'édifice relève de la tradition architecturale syrienne : le plan général, l'ordonnance intérieure des salles, les revêtements des boiseries peintes et les plafonds à poutre apparentes, l'appareil polychrome, les incrustations de stuc colorées, les dallages de marbre, les voûtes du bain, sont le produit d'une évolution de formules artistiques déjà attestées à Damas au xve siècle. Par contre, c'est à l'art turc qu'appartiennent le répertoire ornemental (détails des boiseries et des stucs, stalactites) et la forme donnée aux arcs. »34 Mentionnons aussi le style rococo, avec ses « colonnettes torses peintes en trompe-l'œil, [...] imitations de tentures sur les murs, [...] verroteries incrustées dans les boiseries, [...] dans des tonalités grises et bleues »35, introduit dans le salāmlik lors des modifications effectuées au xixe siècle. La destruction de cette partie en 1925 a fortement endommagé ces décorations et on lui a redonné son aspect primitif par la suite36.

II - L'INSTITUT AU PALAIS AZEM

22L'Institut Français d'Archéologie et d'Art Musulmans, installé dans le ḥaramlik, trouve dans ce palais le lieu idéal. Son caractère historique et artistique lui assure un plus grand rayonnement et Eustache de Lorey lie définitivement les deux par ses restaurations et son attachement au lieu. Malgré les destructions qui ont entamé le monument en 1925, de Lorey est prêt à tout recommencer, pourvu qu'il ait les fonds nécessaires.

  • 37 Rapport cité de Massignon, 31 janvier 1928, p. 3. Voir aussi le compte-rendu à la première réunion (...)
  • 38 Le Haut-Commissaire écrit ainsi à Montagne en 1934 : « Je sais que vous avez été longtemps partisa (...)

23C'est avec la création de la Section Scientifique des Arabisants, qui s'installe dans le salāmlik, que se posent les premiers problèmes de coexistence entre le centre et le palais. On parle alors d'inadaptation des locaux avec les tâches de la Section37, sujet maintes fois repris par tous les directeurs et notamment par Montagne38. À son départ, la plus grande partie des travaux menés par Écochard est terminée, mais le palais n'est pas devenu satisfaisant pour autant. Aussi, quand l'Institut le quitte par obligation en 1946, c'est là la concrétisation d'un besoin qui s'exprime depuis dix-huit ans.

  • 39 39. Voir l'historique de l'achat du palais, 23 mars 1927, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN. Et AIFEAD 2 (...)

24Quand il a été acheté par l'État Français, le palais était toujours aux mains de la famille Azem et de ses soixante-huit descendants39.

  • 40 Historique de l'achat du Palais Azem :
    (...)

25Les achats se sont déroulés sur deux ans, les Français disposant d'un crédit de 1 200 000 francs et se rendant acquéreurs de 21,43141 kirats sur 24, le reste demeurant la propriété de Bahié Khanoum, puis de ses quatre héritiers au moment de sa mort, en 192640. Les discussions sur l'achat final de cette dernière part avaient été interrompues au moment des événements de 1925 et elles ne reprendront pas sérieusement. L'Institut se trouve donc dans un lieu ne lui appartenant pas entièrement, situation à l'origine de quelques problèmes.

  • 41 Contrat de bail, 25 mars 1925, AIFEAD 27-3.

26Au moment des premiers achats, en 1922, trois groupes de personnes refuseront de vendre leur part. Bahié Khanoum, Hasan Bek et ses frères, et ' Adil Bek et ses frères. Le palais est divisé entre les copropriétaires. L'Institut s'installe dans le ḥaramlik et les autres propriétaires dans le salāmlik, sauf Bahié Khanoum, qui réside à Salhiyeh. Cette situation demeure de la sorte jusqu'à l'achat des parts de Hasan Bek et de 'Adil Bek, en 1924. Les Français deviennent alors propriétaires du salālik et un contrat de bail est signé avec Bahié Khanoum en mars 1925. La propriétaire perçoit un loyer de 500 livres syriennes par an, soit 10 000 francs, payable en deux fois, au 1er janvier et au 1er juillet. De plus, elle s'engage à vendre sa part à l'État Français, ce qu'elle avait jusqu'ici refusé41.

  • 42 Mme Khanoum à Pierre-Alype, 13 octobre 1926, AIFEAD 27-3.
  • 43 IFD à Pierre-Alype, 25 octobre 1926, n° 2623, AIFEAD 27-3.
  • 44 Mme Khanoum à Pierre-Alype, 13 octobre 1926, AIFEAD 27-3.

27Dès 1926, des problèmes apparaissent. De Lorey a attendu neuf mois avant de payer le loyer, voulant auparavant savoir si des crédits pour l'achat de cette dernière part sont prévus dans le budget du Haut-Commissariat42 Ensuite, il paye 10 000 francs alors que les propriétaires réclament 17 200 francs43 Ceux-ci demandent une bonification de change à la suite de la baisse de la monnaie papier et signalent l'irrégularité du premier contrat de bail, qui ne comprend pas la durée de la validité de celui-ci. De son côté, de Lorey trouve, après les troubles d'octobre 1925, que l'état du palais « fort endommagé, cause une moins-value sur l'ensemble de l'immeuble qui devrait [...] avoir un effet sur le prix de la location »44.

  • 45 IFD au délégué à Damas, 29 décembre 1927, n° 2714, AIFEAD 27-3.

28En 1927, l'Institut attend de nouveau pour payer son loyer, voulant savoir si l'achat est envisagé au Haut-Commissariat. Il ne paye qu'en décembre45.

  • 46 Haut-Commissaire par intérim à Pierre-Alype, 28 mai 1926, n° 3240, AIFEAD 27-3.
  • 47 Haut-Commissaire au délégué à Damas, 1er décembre 1927, n° 5399, AIFEAD 27-3.
  • 48 Ibid.

29De son côté, le Haut-Commissariat signale, en 1926, que la situation budgétaire ne permet pas cet achat, dépense cependant à nouveau étudiée l'année suivante46. Or, en 1927, les autorités trouvent que le statu quo devrait être maintenu afin de faire diminuer le prix de vente, « auquel cas le Haut-Commissariat serait disposé à reprendre les pourparlers d'achat »47 Cette situation convient d'autant plus que « l'acquisition de cette parcelle n'offre pour le moment aucun avantage. Il suffit, pour s'en rendre compte, de considérer que le prix de location, 10 000 francs, ne représente que l'intérêt à 3,5 % de la somme de 282 500 francs demandée par les propriétaires »48.

  • 49 Traduction d'une lettre en arabe, non datée, héritiers Bahié Khanoum au directeur de l'IFD, AIFEAD (...)

30La location est modique et la situation demeure ainsi, la question du loyer étant réglés par un nouveau contrat. Les héritiers de Bahié Khanoum acceptent de fixer le loyer à 8 500 francs, contre la certitude d'être payés à l'échéance et que tous les frais de reconstruction et de réparation seront à la charge du locataire49. Le prix de la location repasse à 10 000 francs au début des années 1930.

  • 50 Doummar à Seyrig, 22 mars 1940, dossier Palais Azem, propriété, papiers d'Écochard, AIFEAD. Montag (...)
  • 51 Haut-Commissaire à l'IFD, 1er août 1934, n° 6782, papiers d'Écochard, AIFEAD.
  • 52 Montagne au Consul de France, 25 avril 1934, n° 247, dossier Palais Azem, propriété, papiers d'Éco (...)

31Le problème de l'achat de la dernière part du palais va se reposer plusieurs fois par la suite, sans être réglé pour autant. Montagne envisage cette acquisition, mais à une époque où les crédits sont faibles. En 1934, il essaye de faire baisser le prix de vente afin de soumettre une proposition d'achat au Haut-Commissariat. Cette baisse est refusée par les propriétaires50. L'Institut possédait pourtant plus de fonds puisque l'université avait fait un emprunt de 320 000 francs pour la réparation et l'acquisition totale du palais51. Montagne obtint cependant une réduction de 15 % du loyer contre, une fois encore, le fait que les propriétaires ne seront pas obligés de contribuer proportionnellement à leur part aux dépenses de consolidation des bâtiments52.

  • 53 Montagne à Bounoure, 8 avril 1936. Voir aussi Montagne au recteur de l'Université de Paris, 8 avri (...)
  • 54 Ibid.

32En 1936, il est à nouveau question de cette part. Montagne insiste auprès du Haut-Commissariat et du recteur d'Académie en signalant « l'intérêt qui s'attacherait à ce que, dans un régime politique nouveau d'indépendance, la situation de l'Etat français propriétaire du Palais Azem soit définitivement réglée »53. Il précise encore que « depuis plusieurs années, à plusieurs reprises, certains notables de Damas, appartenant en particulier à la famille Azem, ont lancé des allusions mensongères ou blessantes à l'égard du gouvernement français, et ont invoqué des droits qu'ils conservaient sur le palais. De tels incidents sans importance dans la situation politique des dernières années pourraient plus tard nous mettre dans un grave embarras »54.

  • 55 Voir le budget de l'Institut et ses notes pour 1938, Œuvres 232, AMAEN.
  • 56 Voir le budget de l'Institut et ses notes pour 1943, Beyrouth, IP 190, AMAEN.
  • 57 Héritiers de Bahié Khanoum au Haut-Commissaire, 21 février 1940, dossier Palais Azem, propriété, p (...)

33En 1938, à la suite de la baisse du franc, le loyer augmente de nouveau à 10 000 francs55. Puis il passe à 15 000 francs au début des années 194056. À cette époque, les propriétaires de l'autre part du palais font plusieurs démarches auprès de la Délégation française afin que celle-ci se rende acquéreur de la part restante57. Mais les crédits ne le permettront pas.

34L'Institut est donc resté pendant tout le mandat locataire.

  • 58 Rapport cité de Massignon, 31 janvier 1928, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 59 De Lorey au délégué à Damas, 20 juin 1928, n° 3041, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

35Un autre aspect qui a pesé sur l'Institut est le caractère vétuste du palais. La vie quotidienne du centre s'en est trouvée affectée. « Il demeure très peu habitable, et très mal agencé pour permettre à des pensionnaires scientifiques [...] d'y travailler sérieusement dans le recueillement et le calme ; peu de pièces, toutes isolées, mal éclairées et mal fermées, sans intercommunication à l'abri des intempéries, permettant l'accès de salles communes. »58 De Lorey signale lui-même que « les salles du rez-de-chaussée sont humides et malsaines. Je me suis rendu compte personnellement qu'il était nuisible pour la santé d'y coucher »59.

  • 60 Compte rendu de la réunion du comité de direction du 6 juin 1931, Œuvres 222, AMAEN. « M. Montagne (...)
  • 61 Montagne au Haut-Commissaire, 25 août 1932, papiers d'Écochard, AIFEAD.

36Montagne insistera à plusieurs reprises sur ce problème, l'évoquant régulièrement lors des réunions du comité de direction60. Il s'agit d'une question connue, que des difficultées budgétaires empêchent de résoudre. Montagne note : « Dès mon arrivée au Palais Azem, en janvier 1931, M. Anus, architecte du Service des Antiquités, avait attiré mon attention sur le mauvais état des murs d'une des constructions du Palais Azem », ajoutant : « J'ai l'honneur d'attirer votre attention, de la manière la plus pressante, sur les conséquences qui découlent de cette menace d'écroulement d'un des bâtiments les plus importants du Palais Azem. Outre les inconvénients moraux qui peuvent résulter de ce mauvais état de conservation d'un palais acquis par le gouvernement français et visité chaque année par plusieurs milliers de touristes, il y a lieu d'observer que la situation présente fait courir au personnel des dangers non négligeables, et que sa prolongation serait, de toute manière, de nature à entraver le développement de l'Institut Français. »61.

  • 62 IFD au délégué à Damas, 5 décembre 1922, n° 31, archives Écochard, AIFEAD. Et IFD au directeur de (...)
  • 63 Doummar à Montagne, 9 janvier 1935, papiers d'Écochard, AIFEAD.
  • 64 Ibid.
  • 65 IFD au conseiller de l'Instruction Publique, 22 septembre 1934, n° 1636, AIFEAD 39-6.
  • 66 Montagne à Bounoure, 19 juillet 1934, n° 454, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 67 De Lorey au commissaire de police, 8 février 1923, n° 86, AIFEAD 24-3.
  • 68 De Lorey à Pierre-Alype, 3 juillet 1926, n° 1835, AIFEAD 28-12.
  • 69 Ce que signale aussi Massignon, lettre à l'inspecteur général, 3 décembre 1928, Beyrouth, IP 128 b (...)

37Le lieu est donc en assez mauvais état. Et c'est toute son installation qui est peu sûre. Le téléphone et l'électricité ont été installés par Eustache de Lorey au début de 192362. Mais cela reste précaire et dangereux. Le 29 décembre 1934, un incendie se déclare à la suite d'un court-circuit, « provoqué par l'isolement insuffisant des fils sur la terrasse »63. Celui-ci a pu être évité grâce à l'intervention d'un planton, qui est grièvement blessé en arrachant les fils enflammés. « L'installation actuelle [...] est un danger permanent d'incendie. »64. Des problèmes identiques se posent avec l'eau. Celle-ci arrive par deux voies distinctes, le hammam Bzourieh et surtout le hammam Khayatine. Or, « cette dernière branche est en très mauvais état. Pour la remettre en activité, il faudrait nous associer avec un groupe d'usagers »65. Ainsi, « le service de l'eau est difficile en raison de la mauvaise qualité des conduites d'eau qui aboutissent au palais. Plusieurs fois par mois, le planton chargé de ce service doit aller réparer les conduites à une assez grande distance du palais (jusqu'à trois kilomètres) »66. D'autres problèmes d'eau existent, notamment des détournements par les voisins67. En 1926, l'Institut est privé d'une grande partie de son eau pour ces raisons68. Son installation matérielle est donc loin d'être parfaite69.

  • 70 Montagne à la réunion du comité de direction de l'Institut, 6 juin 1931. Voir le compte-rendu, Œuv (...)
  • 71 Rapport sur la situation de l'urbanisme à Damas en 1929, dossier réalisations françaises au Levant (...)
  • 72 De Lorey à Pierre-Alype, 12 février 1927, n° 2169, AIFEAD 27-7.
  • 73 Portalis au président de la commission municipale de Damas. 16 juillet 1927, n° 369, AIFEAD 28-21.
  • 74 Conseiller de la municipalité de Damas au délégué à Damas, 14 février 1928, n° 123, AIFEAD 28-12. (...)

38Son emplacement est lui aussi la cause de difficultés. Situé dans le centre de la vieille ville, il est assez difficile d'accès, et la circulation à ses abords est malaisée. Il manque de voies d'accès. « Le palais est prisonnier de la ville indigène. »70 Un rapport sur la situation de l'urbanisme à Damas dit : « La vieille ville est, en dehors de rares immeubles presque modernes, un amas informe de bâtisses branlantes, de ruelles tortueuses et étroites s'enchevêtrant les unes dans les autres sans la moindre régularité ; la plupart sont d'une circulation impossible, et celles qui ont une largeur plus grande sont souvent encombrées par un grouillement de piétons, animaux et véhicules. Le soleil n'arrive parfois pas à pénétrer jusqu'au sol qui, malgré les efforts du service de nettoiement et d'entretien, est le plus souvent un cloaque pestilentiel. Sans nier évidemment le caractère pittoresque de ces ruelles, il ne faut pas dissimuler non plus l'inconvénient qu'elles représentent au point de vue sanitaire. »71 De là découlent des problèmes d'encombrement, de circulation aux abords de l'Institut ou des problèmes de voisinage. En février 1927, le mur d'une façade devant l'entrée du palais s'écroule72. Cette rue est peu praticable et la situation empire. Un fonctionnaire français rapporte : « J'ai eu l'occasion, hier soir, étant à l'hôtel d'Orient, d'entendre des touristes américains déplorer que l'entrée du Palais Azem [...] soit aussi étroite et inconfortable, et la rue Bzourieh qui y conduit, en aussi mauvais état. »73 Les autorités décident alors de dégager son entrée sur quinze mètres, travaux qui créent une petite place en 192974. Et les commerçants du souk Bzourieh, appuyés par Eustache de Lorey, demanderont à plusieurs reprises que la réfection de la chaussée y soit effectuée, sans succès.

  • 75 Montagne au délégué à Damas, 11 janvier 1936, AIFAD 45-5.
  • 76 Ibid.
  • 77 Dossier AIFEAD 44-7.

39Ces problèmes ne cesseront pas avec les travaux entrepris par de Lorey. En 1936, Montagne signale encore ces inconvénients, qui rendent les abords du palais "dangereux" pour les touristes. Le souk Bzourieh est « difficilement praticable, tant à cause de l'encombrement qu'en raison du très mauvais état de la chaussée »75. Il envisage pour cette raison de faire venir les visiteurs par un autre parcours et de les faire entrer au nord-est, par le ḥaramlik, au lieu d'emprunter la porte principale qui se trouve au sud-ouest. 11 prépare donc un projet d'aménagement de tous les alentours du palais, qui rencontre l'hostilité des notables de Damas et des autorités mandataires76. Il est contraint de conserver le parcours initial77.

  • 78 Laoust au conseiller de la municipalité, 3 septembre 1941, n° 58, AIFEAD 45-5.
  • 79 Administrateur de la municipalité à l'IFD, 2 octobre 1941, n° 3134, AIFEAD 45-5.
  • 80 Arrêté n° 442 du 15 novembre 1941, AIFEAD 45-5.
  • 81 Note de Laoust, 17 février 1942, AIFEAD 45-5.

40En 1941, Laoust signale encore au conseiller de la municipalité l'encombrement qui règne chaque jour devant l'entrée du palais et l'obligation qu'a le personnel de l'Institut d'intervenir régulièrement, en l'absence de toute autorité, pour faire dégager le palais78. Un agent est alors désigné pour surveiller cette entrée79, puis un arrêté est pris en novembre, interdisant « tout stationnement de voitures automobiles, de voitures hippomobiles et tombereaux, et tout déchargement de marchandises sur la place du Palais Azem, [...] exception faite des voitures destinées aux visiteurs du Palais Azem »80. Les embouteillages continueront pourtant, malgré les rappels de Laoust en colère. Les agents de l'Institut sont toujours obligés d'intervenir, et notamment le 11 février 1942 lors de la visite de Catroux81.

  • 82 Montagne au délégué à Damas, 19 novembre 1934, n° 694, dossier Palais Azem, litige avec les voisin (...)
  • 83 Montagne au conseiller du service foncier, 7 juillet 1931, n° 677, dossier Palais Azem, propriété, (...)
  • 84 Montagne au délégué à Damas, 19 novembre 1934, n° 694, dossier Palais Azem, litige avec les voisin (...)

41L'Institut connaît aussi des tensions avec ses voisins, qui déboucheront sur quelques procédures judiciaires. Des litiges existaient déjà lors de l'arrivée de Montagne, à propos de la mitoyenneté des murs du palais82. En 1931, un procès a lieu au sujet de la délimitation du palais83. Un contentieux se représente en 1934, à un moment où l'Institut est en travaux et envisage de percer des ouvertures dans les murs84.

  • 85 Portalis au président de la commission municipale de Damas, 16 juillet 1927, n° 369, AIFEAD 28-21.
  • 86 Voir par exemple le livre d'or de l'IFAAM et la liste des personnes ayant visité le palais en 1923 (...)

42Le Palais Azem est aussi un monument historique. Il est quotidiennement visité par les touristes, au titre de « centre d'attraction touristique de premier ordre »85, et il est difficile d'obtenir le calme pour le travail des pensionnaires. Ses membres sont d'autre part astreints à des devoirs de visite pour les personnalités importantes86.

43Par ailleurs, certaines des réceptions du Haut-Commissariat ou de la délégation à Damas se déroulent au palais, nouvel inconvénient pour les pensionnaires. Ces visites officielles, surtout développées pendant la direction d'Eustache de Lorey, vont demeurer tout au long du mandat, le Palais Azem restant le point de convergence des personnalités de passage.

  • 87 Note du chef des Services de Renseignements, 8 mai 1924, n° 5P/3, AIFEAD 24-8.
  • 88 Décision n° 18/C, non datée, prise par Pierre-Alype, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 89 Le Haut-Commissariat signale que le tourisme a été en constante progression au Levant au début des (...)

44Le palais est d'abord un lieu de visite. Les touristes passant par Damas s'y arrêtent. Ils n'ont normalement accès qu'au ḥaramlik, où Montagne, après Massignon, avait songé faire un musée ethnographique. L'Institut est lié à ce devoir de visite, d'autant que les entrées du palais font partie de ses recettes. Cette entrée est fixée au moment de l'ouverture de l'Institut Français d'Archéologie et d'Art Musulmans à 2 francs par personne87. En 1926, elle passe à 6 francs, soit 25 piastres, avec une réduction de 10 piastres pour les groupes de plus de cinquante visiteurs, et des réductions spéciales pour les militaires88. Ces tarifs restent inchangés jusqu'en 1943, où ils passent à 15 francs par personne et 10 francs pour les groupes. Cependant les recettes dues à ces entrées diminuent au cours du mandat89.

  • 90 Montagne au Haut-Commissaire, 2 mai 1931, n° 485, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

45Ces visiteurs prennent du temps aux membres de l'Institut, ce qui les agacera parfois. « Dans la mesure de nos possibilités, nous nous attachons à guider dans la visite du palais les personnages les plus importants »90, signalent-ils.

  • 91 Note du chef des Services de Renseignements, 8 mai 1924, n° 5P/3, AIFEAD 24-8.
  • 92 De Lorey au délégué à Damas, manuscrit, 12 septembre 1924, AIFEAD 24-8.
  • 93 Délégué à Damas au Haut-Commissaire, 20 juin 1930, n° 547/C, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 94 Haut-Commissaire au délégué à Damas, 8 juillet 1930, n° 4873, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 95 Bounoure à Sauvaget, 10 octobre 1930, n° 2657, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 96 Lettre à l'IFD, 6 mars 1934, AIFEAD 40-2. Et correspondance février-mars 1938, AIFEAD 40-2.

46Cette fonction touristique n'est donc pas sans déranger. Il arrive que des groupes refusent de payer leur entrée. En mai 1924, un pèlerinage français conduit par Monseigneur Pottard, n'ayant pu obtenir l'exonération des droits d'entrée, s'en fut sans avoir pu visiter la "Maison de France"91. L'incident est léger, mais non sans conséquences officielles. Les touristes français bénéficient de 50 % de réduction et il est question à cette occasion de leur donner la gratuité de l'entrée92. Un problème du même ordre se repose en juin 1930, avec cette fois un groupe de marins93. Il est alors décidé que ceux-ci recevront une dispense d'entrée94. En octobre de la même année, à la suite d'un problème similaire avec des marins anglais, cette gratuité est étendue aux militaires des pays étrangers en uniforme et aux personnalités envoyées en mission95. Plus tard, en 1934, des réductions spéciales de 50 % seront accordées aux touristes des messageries maritimes venant en groupes96.

  • 97 Montagne au Haut-Commissariat, 2 mai 1931, n° 485, dossier questions diverses, Beyrouth, IP 128 bi (...)

47L'état du palais met par ailleurs les visiteurs en contact avec certains aspects concrets du mandat. « De nombreux guides s'attachent à présenter l'état des constructions incendiées par les émeutiers d'octobre 1925 au cours des pillages, comme l'œuvre directe du bombardement français. A l'appui de leurs allégations, ils montrent avec complaisance les traces d'obus demeurées très visibles sur la façade d'entrée et dans les murs du salāmlik. Ils insinuent que nous avons volontairement détruit leurs "palais nationaux". »97.

  • 98 Montagne au conseiller pour l'Instruction Publique, 22 septembre 1934, n° 1636, AIFEAD 39-6.
  • 99 Haut-Commissaire par intérim au MAE, 23 juillet 1930, n° 565, Œuvres 222, AMAEN.

48Le fait que le Palais Azem est un monument historique fort visité impose donc certaines contraintes à l'Institut, qui doit « faire un effort pour présenter ce monument dans les meilleures conditions possibles »98. Cela signifie plus d'entretien, un souci accru de son état, qui se traduit par exemple par une consommation d'eau augmentée par « la lourde charge d'entretien des nombreux bassins ; ces obligations dépassent de beaucoup celles qui résultent des besoins domestiques »99.

  • 100 Ibid.

49L'installation au Palais Azem a aussi des conséquences sur l'organisation spatiale de l'Institut. « Il s'agit en effet d'installer commodément un groupe de travailleurs ayant besoin de chambres, de bibliothèques, de salles de travail, dans un palais dont la destination est absolument différente, dans une maison d'apparat, qui, en dehors des réceptions officielles qui peuvent y être données, n'est susceptible d'aucune utilisation pratique. Le Palais Azem doit être, dans sa plus grande partie, conservé intact et inoccupé comme un monument d'art ancien. Il est donc nécessaire [...] de grouper les logements des pensionnaires et leurs bibliothèques dans une partie spéciale du palais, le plus possible indépendante des bâtiments entourant la cour centrale. »100.

  • 101 Entretien avec A. Raymond.
  • 102 Entretien avec M. Rodinson.

50Le palais a donc préoccupé ses occupants même si beaucoup des pensionnaires n'y résidaient pas. Les directeurs y logeaient, ainsi que certains membres comme Laoust en 1928-1929, Weulersse, Lescot et Sauvaget, qui y est resté constamment. Mais, même eux étaient souvent absents. Ils éprouveront de la lassitude pour ces visites et pour le Haut-Commissariat qui leur demande de servir de guide aux personnages importants101. Sauvaget, lorsqu'il avait à rédiger un article ou à travailler sérieusement, prenait une chambre d'hôtel102.

51Enfin, l'Institut était un lieu de spectacles et de réceptions. Cet aspect a été développé par de Lorey et il y sera mis fin ensuite. Toutefois, les réceptions officielles continueront, les Hauts Commissaires se déplaçant à Damas y faisant généralement un arrêt.

  • 103 Haut-Commissaire à la société des grandes tournées internationales, 8 avril 1927, n° 501, Beyrouth (...)
  • 104 Voir les dossiers AIFEAD 29-12 et AIFEAD 29-16.
  • 105 Voir le dossier AIFEAD 29-7.
  • 106 Voir le dossier AIFEAD 29-17.
  • 107 Voir le dossier AIFEAD 29-16.
  • 108 Directeur par intérim de l'IFD au conseiller de l'Instruction Publique, 20 octobre 1943, AIFEAD 45 (...)
  • 109 Doummar à Montagne, 25 juin 1936, AIFEAD 36-1.
  • 110 Propos rapporté par Doummar. Doummar à Montagne, 25 juin 1936, AIFEAD 36-1.

52De Lorey considère le Palais Azem comme un lieu de spectacle, cadre original ayant l'avantage d'offrir des représentations en plein air. Deux spectacles, Les romanesques et Bajazet, y ont été données, « avec un plein succès »103. A ces grandes soirées s'ajoutaient les concerts, conférences et réunions de la petite communauté française de Damas104. Les Français avaient aussi l'habitude de se réunir en petit comité au palais. Il accueille de plus les réceptions faites par ou pour les Hauts Commissaires. Gouraud s'y est rendu. Weygand y fait une réception le 12 mai 1923 et y repasse le 12 juin, et Sarrail le visite le 5 février 1925105. Une soirée est organisée par Ponsot le 29 septembre 1929 106 et un thé, en l'honneur de ce même fonctionnaire, le 12 mai 1930 107. Catroux passe, lui aussi, au palais en février 1942. Cette habitude donnera cependant lieu à certains excès. En octobre 1943, Jean Helleu y organise, en l'honneur du prince et de la princesse de Grèce, une séance de derviches tourneurs en présence d'une quinzaine de personnalités françaises. Cela ne sera pas du tout apprécié par les membres de l'Institut. Lescot, alors seul présent et directeur par intérim, rappelle que le caractère de cette manifestation ne s'accorde pas avec l'activité normale du centre108. Ce d'autant plus que l'Institut avait déjà eu des problèmes de ce type en 1936 109 Deux cinéastes étaient venus filmer la Syrie avec l'intention de tourner une séance de derviches. Ils sont entrés en contact avec Lecerf et Weulersse, qui les ont autorisés à le faire au Palais Azem. Les cinéastes ont donc pris contact avec quelques personnalités influentes, ayant pour projet d'organiser une grande séance regroupant une cinquantaine de cheikhs. L'importance de cette manifestation n'avait toutefois pas été précisée et les milieux nationalistes, en l'apprenant, forcent l'entrée du palais pour faire partir les cheikhs et faire cesser ces représentations de « scènes sauvages qui nous feraient du tort auprès de l'étranger »110. L'Institut se trouve donc au centre d'un incident aux conséquences politiques et est obligé de rappeler sa neutralité.

  • 111 Montagne au recteur de l'Université de Paris, 22 novembre 1935, p. 2, papiers d'Écochard, AIFEAD.

53On le constate, le Palais Azem a été la cause, directe ou indirecte, de nombreuses difficultés pour l'Institut. Tous ces aspects créent une « situation extrêmement difficile, et singulièrement défavorable au développement d'un jeune Institut dépourvu de tout équipement scientifique »111

III - LES TRAVAUX DU PALAIS AZEM

54Ces travaux ont constitué une partie de la vie de l'Institut et la matière à des collaborations fructueuses, comme avec Écochard.

55Nous avons déjà évoqué l'état vétuste et délabré du palais, qui impose des réparations quasi annuelles. Mais les dégâts de l'incendie de 1925 sont la principale cause des travaux.

56L'Institut s'engage financièrement et matériellement dans ces réparations, afin de créer un cadre propice à un centre de recherches, mais également poussé par des critères de sécurité.

  • 112 Projet de contrat entre E. de Lorey et de Aranda, 16 octobre 1922, AIFEAD 22-1.

57En 1922, de Lorey avait entrepris les travaux nécessaires à son installation, sauvant, d'après ses déclarations, le palais du délabrement. Il dispose d'un crédit spécial prévu par l'article quatre de l'arrêté de création de l'Institut. Il fait appel à un architecte de Beyrouth, Fernando de Aranda, qui s'occupe de la direction technique des travaux112. Celui-ci, installé depuis plusieurs années au Levant, avait déjà réalisé quelques projets à Damas, dont l'ambassade d'Espagne et la gare du Ḥiğāz. Il travaille en respectant les formes traditionnelles de l'architecture orientale, ce qui n'est pas pour déplaire à Eustache de Lorey. Ces travaux, terminés en 1923, vont permettre à l'Institut Français d'Archéologie et d'Art Musulmans de s'installer et nous n'avons plus mention de réparations importantes après cette date.

  • 113 Note sur les travaux publics de Damas, 12 pages, p. 8, AIFEAD 27-7.
  • 114 Devis de de Aranda, 31 octobre 1925, AIFEAD 30-12.

58L'incendie de 1925, en détruisant la grande qā'a, les pièces au-dessus de la porte d'entrée et le salāmlik, alors qu'il venait d'être restauré pour le Haut-Commissaire, oblige l'Institut à faire de nouveaux travaux. C'est encore de Lorey qui s'occupe de ces restaurations, dans lesquelles il s'investit particulièrement. Les autorités mandataires n'ont d'ailleurs aucune exigence, et les réparations sont « laissées à [sa] discrétion »113. De Aranda est chargé de faire un devis estimatif114 et les travaux s'engagent alors au rythme des crédits obtenus.

  • 115 Lettre non signée, non datée, de l'IFAAM, AIFEAD 26-10.
  • 116 De Lorey au délégué à Damas, 9 juillet 1927, n° 2367, AIFEAD 26-10.
  • 117 Note d'E. de Lorey, non datée (1929), n° 3532, AIFEAD 29-8.

59L'Institut reçoit en juin 1926 une somme de 400 000 francs, acompte sur l'amende payée par la ville de Damas à la suite des événements de 1925 115. Cette somme permettra d'entamer les premières réparations faisant suite aux déblaiements entrepris auparavant avec l'aide de l'armée. La reconstruction de la grande qà'a commence donc et elle est à moitié terminée à la mi-1927. De Lorey fait alors une nouvelle demande de fonds. Il veut terminer rapidement cette première tranche des travaux, qui lui tient le plus à cœur, la grande qà'a étant le bâtiment le plus prestigieux. Il envisage aussi de reconstruire les deux chambres qui dominaient la porte d'entrée « pour faire disparaître l'aspect délabré de la façade »116. Ces réparations avancent cependant lentement et en 1929, de Lorey demande à nouveau 100 000 francs pour la grande qā'a117.

  • 118 De Lorey au directeur du service de l'Instruction Publique, 20 février 1929, n° 3403, Beyrouth, IP (...)
  • 119 Ibid.
  • 120 De Lorey au directeur du service de l'Instruction Publique, 19 décembre 1928, n° 3302, devis joint (...)
  • 121 Secrétaire général à E. de Lorey, 29 octobre 1929, n° 5675, Beyrouth, IP 64, AMAEN.

60Par ailleurs, d'autres travaux, liés à l'état de délabrement de certaines pièces, doivent être effectués. « L'enduit des terrasses qui n'a pu être refait depuis l'hiver 1926-1927, n'a pas résisté partout aux dernières pluies. Des infiltrations ont été constatées dans plusieurs pièces et il est à redouter, si le mauvais temps continue, que les boiseries ne subissent des dégâts irréparables. »118 D'ailleurs, dans une des pièces, « la lézarde de la voûte [...] s'accentue sous la pression de l'eau »119. Un devis de 20 356,35 francs pour la réfection des terrasses et les travaux de maçonnerie est envoyé au Haut-Commissariat, en décembre 1928 120. Une allocation extraordinaire de 20 000 francs est accordée en retour, pour couvrir ces frais de réparation121.

  • 122 Délégué à Damas au Haut-Commissaire, 3 septembre 1929, n° 6931/SA, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 123 Délégué à Damas au Haut-Commissaire, 13 septembre 1928, n° 7359/SA, joint à E. de Lorey au délégué (...)
  • 124 Note de Bounoure pour le directeur des Services de Renseignements, 17 août 1928, n° 1796, Beyrouth (...)
  • 125 Délégué de Damas au Haut-Commissariat, 2 juillet 1928, n° 5537/SA, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

61De Lorey a concentré ses efforts sur la grande qā'a. Mais en 1928, il est aussi question de l'installation de pensionnaires au palais, à défaut d'un autre immeuble. Or il ne reste que deux appartements, dont un est occupé par Sauvaget. Un crédit spécial de 5 000 francs est donc mis à sa disposition pour aménager un troisième appartement122. L'annonce de l'arrivée d'un quatrième pensionnaire, faite plus tard, causera quelques émois à l'Institut, qui manque de place123. Nous ne sommes plus au début des années 1920, lorsqu'Eustache de Lorey signalait aux journaux que le palais possède une dizaine de chambres pour accueillir les membres de cette future École Française. Une solution provisoire est décidée, tandis que la reconstruction du salāmlik est envisagée pour loger ces pensionnaires. Les travaux s'élèvent à 233 000 francs et on prévoit d'y ajouter 280 000 francs pour acheter la dernière part du salāmlik124. D'autant que ces travaux « permettraient d'effacer les traces de l'insurrection de 1925 qui, aux yeux de nombreux visiteurs du Palais Azem, perpétuent non sans dommages pour notre prestige, le souvenir d'une époque troublée »125.

  • 126 Massignon à l'inspecteur général, 3 décembre 1928, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 127 Délégué de Damas au Haut-Commissariat, 2 juillet 1928, n° 5537/SA, Beyrouth, 1P 128 bis, AMAEN.
  • 128 De Lorey au délégué à Damas, 20 juin 1928, n° 3041, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

62C'est encore un problème de financement qui se pose. Il n'est plus question de demander à l'État syrien de prendre à sa charge cette dépense. Le délégué à Damas le remarque, ainsi que Massignon : « Il me paraît inadmissible d'imputer au budget syrien, en ces années de mauvaise récolte, des centaines de milliers de francs. »126. L'Institut s'adresse donc au gouvernement français127, sur la base d'un projet élaboré en 1925 par P. Haggear pour restaurer le salāmlik afin d'y installer le Haut-Commissaire. Ce projet comporte l'aménagement de quatre chambres à coucher, quatre cabinets de travail, trois cabinets de toilettes et une salle de bain, une salle à manger, une cuisine, deux vastes salles pouvant être utilisées pour des conférences et une bibliothèque128.

63Restée à l'état de projet, cette question du logement se repose avec plus de vigueur en 1930, au moment de la création de l'Institut Français de Damas.

  • 129 Bounoure à Sauvaget, 19 juillet 1930, n° 1819, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 130 Montagne au Haut-Commissariat, 2 mai 1931, n° 485, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 131 Bounoure à Sauvaget, 19 juillet 1930, n° 1819, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

64Le caractère historique du palais oblige à le conserver, « dans sa plus grande partie, intact et inoccupé, comme un monument d'art ancien » et à attribuer à l'Institut « une partie spéciale des locaux, le plus possible indépendante des bâtiments entourant la cour centrale »129. Bounoure voudrait loger les pensionnaires dans le pavillon situé autrefois au-dessus de la porte d'entrée et dans des appartements du salāmlik, une entrée spéciale mettant cet espace en communication avec l'extérieur tout en le séparant du ḥaramlik visité. Il prévoit aussi de rebâtir et de restaurer la grande salle d'apparat, les travaux d'Eustache de Lorey n'ayant pu être terminés. L'état général du palais est encore pitoyable. La porte d'entrée est criblée d'obus et les murs de la grande qā'a n'ont pas été entièrement relevés dans la cour du palais130. Montagne s'adressera au fonds des jeux du Département pour la partie financière131.

  • 132 MAE au Haut-Commissariat, 19 avril 1930, n° 80, Œuvres 222, AMAEN.
  • 133 Ibid.

65Ces premiers travaux sont confiés au Service des Antiquités. « Le distingué architecte qu'est M. Anus, pourra, de concert avec l'érudit averti qu'est M. Sauvaget, veiller à ce que cet aménagement se fasse dans des conditions respectant le caractère et la beauté du monument. »132 En attendant, Montagne et les pensionnaires sont installés dans les anciens appartements d'Eustache de Lorey, tandis que les salles de travail et la bibliothèque sont dans les pièces où se trouvaient auparavant les collections, le magasin de vente et les ateliers133. La disparition de l'Institut Français d'Archéologie et d'Art Musulmans résout donc temporairement une partie des problèmes d'espace.

  • 134 Montagne au recteur de l'Académie de Paris, 22 novembre 1930, p. 1, archives Écochard, AIFEAD.

66Cette installation reste cependant précaire et les bâtiments donnent « des signes de fatigue »134.

  • 135 Ibid.
  • 136 État du Palais Azem fait par R. Amy, 9 janvier 1931, Archives Écochard, AIFEAD.

67Au moment de l'installation de l'Institut Français de Damas, seule la grande qā'a avait été restaurée, « mais les murs n'avaient pu être relevés qu'à mi-hauteur et sur une seule façade »135. La situation demeurera ainsi jusqu'en 1935, faute de crédits nécessaires et ce malgré des demandes réitérées depuis 1931. Robert Amy, architecte au Service des Antiquités, dresse un état des lieux en janvier 1931 : « Les travaux qui ont été exécutés jusqu'à ce jour se sont bornés à des essais décoratifs, qui concourent avec les enduits à la mode musulmane, à masquer l'état de dégradation profond des bâtiments [...]. Dans les bâtiments brûlés, les murs ne sont pas protégés à leur faîte, et se disloquent peu à peu. »136

  • 137 Montagne à Bounoure, 29 janvier 1931, n° 368, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 138 Montagne au Haut-Commissariat, 25 août 1932, papiers d'Écochard, AIFEAD.

68En 1931, Montagne demande un crédit exceptionnel de 8 000 francs devant permettre de décharger les terrasses et de pratiquer des sondages au pied des murs, opérations jugées urgentes par Amy lors de son passage137. Dès janvier, François Anus avait attiré l'attention de Montagne sur le mauvais état des murs du grand īwān et des pièces attenantes, dont la courbure lui avait paru anormale138. Cet ensemble de pièces est utilisé à ce moment par le directeur.

  • 139 Montagne à Robert de Caix, 30 octobre 1931, manuscrit, Œuvres 222, AMAEN. Il lui demande d'influer (...)

69Montagne essaye d'obtenir 300 000 francs en octobre pour mettre fin à ces problèmes d'installation matérielle139. Il voudrait aussi installer la bibliothèque dans la grande qā'a et donc terminer de relever ses murs.

  • 140 Montagne au Haut-Commissariat, août 1932, papiers d'Écochard, AIFEAD.
  • 141 Montagne au délégué à Damas, 30 septembre 1932, n° 1580, AIFEAD 35-5.
  • 142 Helleu à IFD, 23 septembre 1932, n° 8404, AIFEAD 35-5.

70Le manque de crédits et d'architectes qualifiés bloque cependant les réparations. Il faut attendre l'été 1932 et la mise à leur disposition d'Écochard par Seyrig pour que commence, en août, la restauration de la qà'a. L'Institut a obtenu un crédit de 85 000 francs, qu'il compte employer à cet usage140. Mais à la même époque, le grand īwān de la cour centrale donne des signes d'écroulement, ses murs éclatant par endroits. Le bâtiment, pourtant seul lieu habitable du palais, doit être évacué et la priorité est donnée à ces travaux dès octobre. Montagne veut conserver la collaboration d'Écochard, estimant que sa « présence est indispensable pour que l'exécution de ces travaux délicats se fasse sans danger »141. Il utilise le reliquat d'une subvention allouée sur le fonds des jeux en octobre 1931 pour étayer et consolider les murs abîmés142. II utilise d'autre part 15 000 francs pour restaurer des pièces du salāmlik, afin d'y loger Écochard pendant la durée des travaux. Ces pièces serviront ensuite au directeur en attendant la remise en état du grand īwān. En 1933, les travaux peuvent continuer grâce à une subvention de 80 000 francs du fonds des jeux. La présence d'Écochard à Damas facilite ces projets.

  • 143 Montagne au recteur de l'Académie de Paris, 22 novembre 1930, Archives Écochard, AIFEAD. Voir Beyr (...)
  • 144 Note d'Écochard : « Travaux effectués au Palais Azem en 1932 et 1933 sous la direction de Michel É (...)

71Puis l'Institut reçoit à nouveau 150 000 francs du fonds des jeux, dont 120 000 francs servent à cette remise en état, qui concerne le salāmlik, la grande qā'a et le grand īwān143. Cette première tranche des travaux, pas tout à fait terminée en 1933, est décrite par Écochard, son principal artisan144.

72La cour du salāmlik est aménagée pour le directeur. Elle comprend une chambre, une salle à manger et une cuisine, ainsi que l'īwān remis en état. Les murs ont été grattés et débarrassés de l'enduit bleu qui cachait leur composition depuis le xixe siècle, effaçant du même coup les traces de l'incendie de 1925.

73La grande qā'a a été remontée jusqu'à trois assises de sa hauteur définitive avec des matériaux anciens. Dans le bureau du bibliothécaire, un plancher et une terrasse ont été construits. Une salle de service a également été bâtie. Enfin, dans l'ensemble qui entoure la grande qā'a, un bureau pour le directeur a été aménagé.

74Par ailleurs, le grand īwān de la cour du ḥaramlik a été étayé et laissé ainsi.

75Divers autres petits travaux non prévus ont été réalisés, comme la consolidation des voûtes du passage entre le ḥaramlik et le salāmlik, et le nettoyage et le repérage sur plan du réseau d'égouts du palais.

76A la fin de 1933, la plus grande partie des travaux de ce premier projet est effectuée. Il ne reste plus qu'à réaliser les trois chambres des pensionnaires, avec salle à manger et cuisine, à terminer la grande qā'a — le gros œuvre et la décoration intérieure — et à mettre le chauffage central.

  • 145 SOFE au recteur de l'Académie de Paris, 28 février 1934, estampage 133, Levant, E600, AMAEP. Et MA (...)

77En 1934, l'Institut bénéficie d'une nouvelle somme de 320 000 francs, montant d'un prêt effectué par l'Université de Paris auprès du crédit foncier d'Algérie et de Tunisie, garanti par le Ministère des Affaires Étrangères145.

  • 146 Certificat de Montagne, 31 mai 1935, papiers d'Écochard, AIFEAD. Certificat de Sauvaget, 5 mars 19 (...)
  • 147 Montagne au recteur de l'Académie de Paris, 22 novembre 1935, papiers d'Écochard, AIFEAD.
  • 148 Rapport d'inspection de R. Amy, 20 et 21 novembre 1934, 29 décembre 1934, et 11 février 1935, papi (...)

78Les travaux reprennent donc. Cependant, Écochard est rentré en France en septembre et s'il reste à l'origine du plan de réaménagement, il n'est plus là pour la surveillance des travaux. E. Prissieka, ingénieur, est engagé pour cette tâche de juin 1934 à juin 1935, et Zaki al-Amir, dessinateur, est chargé de les conduire d'août 1934 à février 1935 146. De plus, Montagne surveille personnellement leur évolution147 Par ailleurs, Écochard est régulièrement informé et Amy se charge des inspections148.

  • 149 Montagne au Haut-Commissariat, 20 novembre 1935, n° 969, papiers d'Écochard, AIFEAD.
  • 150 Montagne au recteur de l'Académie de Paris, 22 novembre 1935, papiers d'Écochard, AIFEAD.

79La priorité est maintenant donnée aux problèmes de sécurité, c'est-à-dire à la réfection des terrasses de plusieurs pièces habitées par les pensionnaires, dont les poutres en bois pourri vont être remplacées par des dalles en béton149. Le projet d'Écochard pour l'installation de l'Institut au Palais Azem est mené quasiment jusqu'au bout, utilisant la totalité des crédits150.

80Les locaux d'habitation pour les membres de l'Institut, prévus pour trois personnes, sont installés dans les anciens communs du palais, pour des raisons de tranquillité. Ils comprennent trois chambres restaurées, une salle à manger, une chambre avec cabinet de toilette, une cuisine moderne, une salle de bain et une douche, un dépôt de livres, de linges et de bagages et une salle de réunion, qui sont des constructions neuves.

81Les locaux scientifiques prennent place dans la grande qā'a et les pièces avoisinantes. La grande qā'a abrite une grande salle de lecture et de conférences, un magasin à livres et le bureau du directeur. Autour sont disposés le Centre d'Études Sociales, une salle d'attente et une salle de dépôt de matériel et d'archives, locaux, eux aussi, soustraits à la circulation des visiteurs.

  • 151 Sur les rapports d'Écochard avec l'architecture fonctionnelle voir : T. Paquot, « La médina dénatu (...)

82Les pièces du salāmlik sont restaurées mais restent inhabitables en hiver. Le directeur décide donc de s'installer ailleurs, dans une nouvelle construction, création d'Écochard, qui trouve là l'unique occasion d'exprimer ses tendances modernistes151. « Il a semblé impossible à l'architecte de construire cette aile dans le style du palais. Le pastiche [...] étant trop facilement décelé et ne correspond pas d'ailleurs à notre vie. Il a estimé que l'accord que l'on pouvait trouver dans le style devait plutôt se chercher dans le volume, le caractère du jardin et le respect du plan ancien.

83« Cette habitation a été construite en grande partie sur pilotis afin de tirer le meilleur parti du jardin et de permettre d'avoir des pièces agréables dans un emplacement pourtant très encaissé. Elle comporte, au rez-de-chaussée, un living-room et un office ; au premier étage, trois chambres, une salle de bain et une galerie-bibliothèque.

  • 152 Écochard, note sur l'aménagement du Palais Azem en Institut Français, 27 janvier 1936, papiers d'É (...)

84« Le bâtiment est constitué par une ossature de béton supportant une double paroi de brique qui laisse un vide pour la protection contre la chaleur. La brique extérieure est revêtue d'un enduit ocre du pays formé de terre et de paille hachée. Toutes les pièces ouvrent sur le jardin par de larges baies vitrées dont les parties hautes, au ras des plafonds, permettent une énergique ventilation. »152.

  • 153 S. Abdulac, article cité, p. 32. On jugera de l'accueil qui a pu être fait au pavillon d'Écochard (...)
  • 154 Rapport de R. Amy, 11 février 1935, papiers d'Écochard, AIFEAD.
  • 155 S. Abdulac, article cité, p. 32.

85Samir Abdulac écrit à propos de cette maison : « Son architecture caractérisée par l'emploi du béton brut, de minces pilotis au rez-de-chaussée et de grandes verrières à l'étage, sera probablement la plus résolument moderne que la Syrie ait connue pendant deux ou trois décennies. Elle faillit cependant devoir à son auteur l'expulsion du pays, trop grand avait été le courroux du Résident général à son égard. »153 R. Amy dira lors d'une de ses inspections : « C'est une des rares constructions que je vois réalisées avec soin en Syrie. »154 Écochard avait conçu deux projets de ce type, le second devant être construit au-dessus de la porte d'entrée, en remplacement du pavillon détruit en 1925. Ce second projet ne sera pas réalisé, face à l'opposition très forte des autorités. Les architectes du Levant travaillent alors dans le respect du passé et de l'architecture traditionnelle. Écochard se démarque de cette attitude en construisant le pavillon de Montagne et il ne trouvera de soutien qu'auprès de Seyrig155.

  • 156 Montagne au recteur de l'Académie de Paris, 22 novembre 1935, papiers d'Écochard, AIFEAD.

86D'autre part, le système de communication entre les pièces est réorganisé. Le système d'égouts et de canalisations d'eau est refait, ainsi que le réseau électrique. Enfin, la voûte d'entrée, dangereuse pour la circulation, est consolidée. Montagne n'est pas mécontent de ces travaux, terminés en 1935 : « Ces diverses dispositions assurent la vie de l'Institut dans des conditions satisfaisantes pour l'hygiène, l'ordre et le travail. »156.

  • 157 Montagne à l'assurance « La Nationale » à Damas, 13 avril 1935, n° 226, AIFEAD 41-2.

87Lors de toutes ces restaurations et constructions, le ciment armé a été utilisé pour les terrasses afin de diminuer les risques d'incendie. « Dans l'avenir, nous comptons continuer de remplacer progressivement les terrasses en bois et en terre par des dalles en ciment armé. »157 De même, la grande qā'a a été reconstruite avec des matériaux incombustibles. Le palais peut donc abriter l'Institut et sa bibliothèque sans trop de risques.

  • 158 Lecerf au président de l'association des anciens élèves de l'ENS, 11 janvier 1935, dossier traitem (...)

88Ces travaux n'ont cependant pas les faveurs de tout le monde. Jean Lecerf critique toutes ces réalisations, trop onéreuses à son goût. « Si l'on tient à bâtir, 20 000 à 30 000 francs suffiraient à construire, en un quartier moins mal choisi, une bibliothèque et un bureau, seuls locaux nécessaires. »158.

  • 159 Ibid.
  • 160 Montagne au recteur de l'Académie de Paris, 22 novembre 1935, p. 6, papiers d'Écochard, AIFEAD.

89Cependant, l'Institut peut s'installer, pour un temps, convenablement. L'autre partie du palais, réservée aux touristes, reste encore à reconstruire, le grand īwān étant toujours sous étais. D'autre part, les terrasses où étaient entreposés les livres, avant qu'ils n'intègrent leur nouvelle bibliothèque, ont donné des signes d'affaissement. « On prévoit dès à présent que des mesures de conservation s'imposeront l'an prochain, en attendant le moment où une nouvelle tranche de travaux pourra être entreprise afin d'achever la mise en état du Palais Azem dans la partie désormais réservée au public. »159. C'est de nouveau Écochard qui étudie le plan de ces travaux, en prenant comme base la sécurité des bâtiments. Montagne voudrait faire dans ces nouveaux locaux une exposition permanente « sous forme de collections, de plans, de photos et de notices »160.

  • 161 Ibid, p. 7.

90Le palais garde ensuite la forme qui lui a été donnée lors des changements intervenus en 1934 et 1935. Il n'y aura alors plus qu'à s'occuper du ḥaramlik, et à consolider les murs déficients. Montagne, en 1935, pense que tous ces travaux n'excéderont pas le budget normal de l'Institut, si ce budget ne subit pas de nouvelles diminutions161.

91En fait, ces dernières restaurations nécessitent des fonds trop importants pour être entrepris immédiatement. L'Institut doit économiser une somme à cet effet, à partir de la fin des années 1930, qu'il utilise pour survivre pendant la guerre. C'est la Délégation générale qui lui fournit les moyens de mettre un terme à cet état délabré.

92Raymond Duru est chargé de ces travaux. Il rédige un devis en décembre 1941 et, en 1942, il reconstruit le grand īwān et restaure le mur extérieur nord-est.

  • 162 Voir les dossiers sur les travaux du Palais Azem, dossiers 1942 et 1944, archives du Service de l' (...)

93De nouveau, à la fin de 1944, l'Institut dispose d'un crédit de 20 000 livres syriennes pour remédier aux dégradations régulières du palais laissé longtemps sans entretien. Duru revient s'occuper des terrasses du corps de bâtiment à l'est de la cour du ḥaramlik, consolider les murs du grand salon et restaurer les peintures des menuiseries162.

  • 163 Entretien avec Chafiq Imam.

94L'état du palais n'est toujours pas satisfaisant car précaire, mais Chafiq Imam, nommé directeur par le Service des Antiquités en 1946, signale qu'alors le gros des travaux était terminé et qu'il ne restait plus que quelques finitions intérieures à effectuer163.

95L'Institut aura mis plusieurs années pour obtenir des locaux vivables, mais jamais entièrement convenables, consacrant une part de l'activité de ses membres à ces restaurations, aux dépends de la vie scientifique du centre.

Notes

1 Montagne, manuscrit, projet d'établissement de l'IFD, non daté (1931), A1FEAD 33-6.

2 Voir le Guide Bleu, Syrie, Hachette, 1932. La partie sur Damas et ses environs a été écrite par Sauvaget, p. 295 et suivantes. Voir aussi N. Élisséeff, articles « Dimashk » et « Ghouta », Encyclopédie de l'Islam.

3 Guide Bleu.

4 Ibid.

5 A.M. Bianquis, « Damas et la Ghouta », La Syrie d'aujourd'hui, Paris, CNRS, 1980, p. 364.

6 Ibid, p. 366.

7 Voir ce que dit à ce propos A. Poulleau, ouv. cité, p. 205. Elle « voue à l'exécration des artistes du monde entier "l'embellisseur de Damas" ». Voir aussi l'arrêté n° 266 du 1er mai 1926, de Jouvenel, AIFEAD 27-7. À propos des « travaux d'embellissement, de réfection ou d'amélioration de certains quartiers à exécuter à Damas sur les fonds à provenir de l'amende infligée à la ville ».

8 M. Écochard et R. et P. Danger, Ville de Damas, rapport d'enquête monographique, 1936.

9 S. Abdulac, « Damas : les années Écochard (1932-1982) », Cahiers de la Recherche Architecturale, avril 1982, p. 35.

10 J. Sauvaget, « Esquisse d'une histoire de la ville de Damas », Revue des Etudes Islamiques, fascicule 4, 1934, p. 475.

11 Rapport sur les tendances actuelles de l'Islam dans les pays du Levant, non daté, non signé, dossier réalisations françaises au Levant, Beyrouth, Cabinet Politique 369, AMAEN.

12 Réunion du comité de direction, 13 mars 1928, p. 2-3, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

13 H. Laoust, « Travaux et problèmes de l'I.F.E.A.D. ; ses publications », in Colloque sur les recherches des Instituts français des sciences humaines en Asie, Paris, éd. Singer-Polignac, 1960, p. 191.

14 J. Berque, introduction à Damas téléphérique, roman d'Abdel Salam al Ujayli, Publi-sud Unesco, 1984, p. 7.

15 Sur les circuits touristiques au Levant, on consultera : R. Thoumin, Géographie humaine de la Syrie centrale, Arrault, Tours, 1936, p. 202. Il mentionne les circuits les plus courants, de Beyrouth à la Palestine, en trois jours. Le deuxième jour est passé à Damas. Voir aussi A. Zehil, Petit guide historique de la Syrie, la Palestine, l'Égypte, Maurin et Pagès, Marseille, 1929, p. 25. Il donne des recommandations succinctes pour la visite de Damas.

16 P. Pic, Syrie et Palestine. Mandat français et anglais dans le Proche-Orient, Paris, 1924, p. 121.

17 P. Pic, Syrie et Palestine. Mandats français et anglais dans le Proche-Orient, supplément, Paris, Champion, 1931, p. 32.

18 E. Weterllé, ouv. cité, p. 132.

19 Général Weygand, Mémoires, Paris, Flammarion, t. 2, 1957, p. 215.

20 Ph.S. Khoury, ouv. cité, p. 174.

21 B. Gaulis, ouv. cité, p. 243.

22 G. Besnard, « Damas, son oasis, ses habitants », L'Asie Française, n° 292, juillet-août 1931, p. 241

23 H. Barande, Au pays des mirages : Syrie et Palestine, Paris, Société d'Études Géographiques, 1924, p. 103.

24 G. Besnard, article cité, p. 241.

25 L. Dolhassary, De Baalbeck aux pyramides, Paris, Dentu, 1889, p. 98-99.

26 J. et J. Tharaud, Le chemin de Damas, Paris, Plon, 1913, p. 220.

27 Rapport cité de Massignon, 31 janvier 1928, p. 3, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

28 M. Ecochard, « Le Palais Azem de Damas », Gazette des Beaux-Arts, avril 1935, p. 3.

29 Ibid, p. 14.

30 Ibid, p. 4-5. La famille Azem est originaire de Konia. Elle est venue à Damas au milieu du xviie siècle, puis elle a gagné Hama.

31 J. Sauvaget, Les monuments historiques de Damas, Beyrouth, 1932, p. 87.

32 M. Écochard, article cité sur le Palais Azem, p. 8.

33 Ibid, p. 9.

34 J. Sauvaget, ouvrage cité sur les monuments historiques, p. 87.

35 M. Écochard, article cité sur le Palais Azem, 1935, p. 8.

36 On trouvera une description du palais dans : J. Sauvaget et E. de Lorey, « Le palais Azem à Damas », Revue de Paris, n° 6, mars 1926, p. 444-447.

37 Rapport cité de Massignon, 31 janvier 1928, p. 3. Voir aussi le compte-rendu à la première réunion du comité de direction, p. 6, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

38 Le Haut-Commissaire écrit ainsi à Montagne en 1934 : « Je sais que vous avez été longtemps partisan d'un abandon du Palais Azem. » Haut-Commissaire à IFD, 6 novembre 1934, n° 9929, papiers d'Écochard, AIFEAD.

39 39. Voir l'historique de l'achat du palais, 23 mars 1927, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN. Et AIFEAD 27-3. Voir aussi E. de Lorey, « L'état actuel du Palais Azem », Syria, 1925, Geuthner, p. 368.

40 Historique de l'achat du Palais Azem :
Image
Le kirat est une unité relative utilisée lors des successions et représente le l/24e d'une surface. Dans le cas du Palais Azem, un kirat vaut 1 000 livres turques-or et une livre turque-or vaut 110 francs. Il reste 2,56859 kirats non acquis, ce qui représente une somme de 282 544,90 francs (en 1927).

41 Contrat de bail, 25 mars 1925, AIFEAD 27-3.

42 Mme Khanoum à Pierre-Alype, 13 octobre 1926, AIFEAD 27-3.

43 IFD à Pierre-Alype, 25 octobre 1926, n° 2623, AIFEAD 27-3.

44 Mme Khanoum à Pierre-Alype, 13 octobre 1926, AIFEAD 27-3.

45 IFD au délégué à Damas, 29 décembre 1927, n° 2714, AIFEAD 27-3.

46 Haut-Commissaire par intérim à Pierre-Alype, 28 mai 1926, n° 3240, AIFEAD 27-3.

47 Haut-Commissaire au délégué à Damas, 1er décembre 1927, n° 5399, AIFEAD 27-3.

48 Ibid.

49 Traduction d'une lettre en arabe, non datée, héritiers Bahié Khanoum au directeur de l'IFD, AIFEAD 27-3.

50 Doummar à Seyrig, 22 mars 1940, dossier Palais Azem, propriété, papiers d'Écochard, AIFEAD. Montagne espérait obtenir un prix de vente de 150 000 francs. Or, les propriétaires demandaient 282 000 francs. Voir Montagne au recteur de l'Université de Paris, 22 novembre 1935, p. 3, papiers d'Écochard, AIFEAD.

51 Haut-Commissaire à l'IFD, 1er août 1934, n° 6782, papiers d'Écochard, AIFEAD.

52 Montagne au Consul de France, 25 avril 1934, n° 247, dossier Palais Azem, propriété, papiers d'Écochard, AIFEAD.

53 Montagne à Bounoure, 8 avril 1936. Voir aussi Montagne au recteur de l'Université de Paris, 8 avril 1936. Feuilles non classées en dossier, AIFEAD.

54 Ibid.

55 Voir le budget de l'Institut et ses notes pour 1938, Œuvres 232, AMAEN.

56 Voir le budget de l'Institut et ses notes pour 1943, Beyrouth, IP 190, AMAEN.

57 Héritiers de Bahié Khanoum au Haut-Commissaire, 21 février 1940, dossier Palais Azem, propriété, papiers d'Écochard, AIFEAD.

58 Rapport cité de Massignon, 31 janvier 1928, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

59 De Lorey au délégué à Damas, 20 juin 1928, n° 3041, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

60 Compte rendu de la réunion du comité de direction du 6 juin 1931, Œuvres 222, AMAEN. « M. Montagne insiste sur la mauvaise adaptation du palais à son usage. »

61 Montagne au Haut-Commissaire, 25 août 1932, papiers d'Écochard, AIFEAD.

62 IFD au délégué à Damas, 5 décembre 1922, n° 31, archives Écochard, AIFEAD. Et IFD au directeur de la compagnie des tramways électriques, 3 janvier 1923, n° 58, archives Écochard, AIFEAD.

63 Doummar à Montagne, 9 janvier 1935, papiers d'Écochard, AIFEAD.

64 Ibid.

65 IFD au conseiller de l'Instruction Publique, 22 septembre 1934, n° 1636, AIFEAD 39-6.

66 Montagne à Bounoure, 19 juillet 1934, n° 454, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

67 De Lorey au commissaire de police, 8 février 1923, n° 86, AIFEAD 24-3.

68 De Lorey à Pierre-Alype, 3 juillet 1926, n° 1835, AIFEAD 28-12.

69 Ce que signale aussi Massignon, lettre à l'inspecteur général, 3 décembre 1928, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

70 Montagne à la réunion du comité de direction de l'Institut, 6 juin 1931. Voir le compte-rendu, Œuvres 222, AMAEN.

71 Rapport sur la situation de l'urbanisme à Damas en 1929, dossier réalisations françaises au Levant, Beyrouth, Cabinet Politique 369, AMAEN.

72 De Lorey à Pierre-Alype, 12 février 1927, n° 2169, AIFEAD 27-7.

73 Portalis au président de la commission municipale de Damas. 16 juillet 1927, n° 369, AIFEAD 28-21.

74 Conseiller de la municipalité de Damas au délégué à Damas, 14 février 1928, n° 123, AIFEAD 28-12. Et note du délégué à Damas pour le conseiller pour les arts, 29 février 1928, n° 1934/SA, archives Écochard, AIFEAD.

75 Montagne au délégué à Damas, 11 janvier 1936, AIFAD 45-5.

76 Ibid.

77 Dossier AIFEAD 44-7.

78 Laoust au conseiller de la municipalité, 3 septembre 1941, n° 58, AIFEAD 45-5.

79 Administrateur de la municipalité à l'IFD, 2 octobre 1941, n° 3134, AIFEAD 45-5.

80 Arrêté n° 442 du 15 novembre 1941, AIFEAD 45-5.

81 Note de Laoust, 17 février 1942, AIFEAD 45-5.

82 Montagne au délégué à Damas, 19 novembre 1934, n° 694, dossier Palais Azem, litige avec les voisins pour la mitoyenneté des murs, papiers d'Écochard, AIFEAD.

83 Montagne au conseiller du service foncier, 7 juillet 1931, n° 677, dossier Palais Azem, propriété, archives Écochard, AIFEAD.

84 Montagne au délégué à Damas, 19 novembre 1934, n° 694, dossier Palais Azem, litige avec les voisins pour la mitoyenneté des murs, papiers d'Écochard, AIFEAD. Voir aussi les rapports des 25 et 30 octobre 1934, dossier Palais Azem, propriété, archives Écochard, AIFEAD. Voir enfin IFD au délégué à Damas, 9 octobre 1935, n° 901, feuilles non classées en dossier, AIFEAD.

85 Portalis au président de la commission municipale de Damas, 16 juillet 1927, n° 369, AIFEAD 28-21.

86 Voir par exemple le livre d'or de l'IFAAM et la liste des personnes ayant visité le palais en 1923, AIFEAD 24-6.

87 Note du chef des Services de Renseignements, 8 mai 1924, n° 5P/3, AIFEAD 24-8.

88 Décision n° 18/C, non datée, prise par Pierre-Alype, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

89 Le Haut-Commissariat signale que le tourisme a été en constante progression au Levant au début des années 1930. Le nombre des touristes passe de 4 000 personnes en 1931 à 20 (XX) en 1935. Pourtant, des chiffres plus précis montrent des irrégularités :
Touristes passés par Damas :
Image
Voir Quinze ans de mandat. L'œuvre française en Syrie et au Liban, Beyrouth, 1936, édité par le Haut-Commissariat, p. 54. Et le rapport d'enquête monographique sur la ville de Damas des Danger et d'Écochard, p. 55. Le chiffre cité pour 1935 ne concerne que les cinq premiers mois de l'année. En 1931, on considère qu'il passe en moyenne 5 000 touristes par an au Palais Azem.

90 Montagne au Haut-Commissaire, 2 mai 1931, n° 485, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

91 Note du chef des Services de Renseignements, 8 mai 1924, n° 5P/3, AIFEAD 24-8.

92 De Lorey au délégué à Damas, manuscrit, 12 septembre 1924, AIFEAD 24-8.

93 Délégué à Damas au Haut-Commissaire, 20 juin 1930, n° 547/C, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

94 Haut-Commissaire au délégué à Damas, 8 juillet 1930, n° 4873, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

95 Bounoure à Sauvaget, 10 octobre 1930, n° 2657, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

96 Lettre à l'IFD, 6 mars 1934, AIFEAD 40-2. Et correspondance février-mars 1938, AIFEAD 40-2.

97 Montagne au Haut-Commissariat, 2 mai 1931, n° 485, dossier questions diverses, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

98 Montagne au conseiller pour l'Instruction Publique, 22 septembre 1934, n° 1636, AIFEAD 39-6.

99 Haut-Commissaire par intérim au MAE, 23 juillet 1930, n° 565, Œuvres 222, AMAEN.

100 Ibid.

101 Entretien avec A. Raymond.

102 Entretien avec M. Rodinson.

103 Haut-Commissaire à la société des grandes tournées internationales, 8 avril 1927, n° 501, Beyrouth, IP 48, AMAEN. Il donne des renseignements fournis par E. de Lorey.

104 Voir les dossiers AIFEAD 29-12 et AIFEAD 29-16.

105 Voir le dossier AIFEAD 29-7.

106 Voir le dossier AIFEAD 29-17.

107 Voir le dossier AIFEAD 29-16.

108 Directeur par intérim de l'IFD au conseiller de l'Instruction Publique, 20 octobre 1943, AIFEAD 45-5.

109 Doummar à Montagne, 25 juin 1936, AIFEAD 36-1.

110 Propos rapporté par Doummar. Doummar à Montagne, 25 juin 1936, AIFEAD 36-1.

111 Montagne au recteur de l'Université de Paris, 22 novembre 1935, p. 2, papiers d'Écochard, AIFEAD.

112 Projet de contrat entre E. de Lorey et de Aranda, 16 octobre 1922, AIFEAD 22-1.

113 Note sur les travaux publics de Damas, 12 pages, p. 8, AIFEAD 27-7.

114 Devis de de Aranda, 31 octobre 1925, AIFEAD 30-12.

Devis de 10 854, 46 livres turques-or, soit environ 1 200 000 francs.

Récapitulatif du devis (en francs) :

Qà'a : 486 584

Résidence : 269 388

Bâtiment sur façade : 422 730

Remise en état des terrasses crevassées : 16 600

Démolition, déblaiement, transport des décombres : 12 600

115 Lettre non signée, non datée, de l'IFAAM, AIFEAD 26-10.

116 De Lorey au délégué à Damas, 9 juillet 1927, n° 2367, AIFEAD 26-10.

117 Note d'E. de Lorey, non datée (1929), n° 3532, AIFEAD 29-8.

118 De Lorey au directeur du service de l'Instruction Publique, 20 février 1929, n° 3403, Beyrouth, IP 64, AMAEN.

119 Ibid.

120 De Lorey au directeur du service de l'Instruction Publique, 19 décembre 1928, n° 3302, devis joint, Beyrouth, IP 64, AMAEN.

121 Secrétaire général à E. de Lorey, 29 octobre 1929, n° 5675, Beyrouth, IP 64, AMAEN.

122 Délégué à Damas au Haut-Commissaire, 3 septembre 1929, n° 6931/SA, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

123 Délégué à Damas au Haut-Commissaire, 13 septembre 1928, n° 7359/SA, joint à E. de Lorey au délégué à Damas, 3 septembre 1928, n° 3147, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

124 Note de Bounoure pour le directeur des Services de Renseignements, 17 août 1928, n° 1796, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

125 Délégué de Damas au Haut-Commissariat, 2 juillet 1928, n° 5537/SA, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

126 Massignon à l'inspecteur général, 3 décembre 1928, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

127 Délégué de Damas au Haut-Commissariat, 2 juillet 1928, n° 5537/SA, Beyrouth, 1P 128 bis, AMAEN.

128 De Lorey au délégué à Damas, 20 juin 1928, n° 3041, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

129 Bounoure à Sauvaget, 19 juillet 1930, n° 1819, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

130 Montagne au Haut-Commissariat, 2 mai 1931, n° 485, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

131 Bounoure à Sauvaget, 19 juillet 1930, n° 1819, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

132 MAE au Haut-Commissariat, 19 avril 1930, n° 80, Œuvres 222, AMAEN.

133 Ibid.

134 Montagne au recteur de l'Académie de Paris, 22 novembre 1930, p. 1, archives Écochard, AIFEAD.

135 Ibid.

136 État du Palais Azem fait par R. Amy, 9 janvier 1931, Archives Écochard, AIFEAD.

137 Montagne à Bounoure, 29 janvier 1931, n° 368, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

138 Montagne au Haut-Commissariat, 25 août 1932, papiers d'Écochard, AIFEAD.

139 Montagne à Robert de Caix, 30 octobre 1931, manuscrit, Œuvres 222, AMAEN. Il lui demande d'influer à la commission des jeux pour l'obtention de crédits.

140 Montagne au Haut-Commissariat, août 1932, papiers d'Écochard, AIFEAD.

141 Montagne au délégué à Damas, 30 septembre 1932, n° 1580, AIFEAD 35-5.

142 Helleu à IFD, 23 septembre 1932, n° 8404, AIFEAD 35-5.

143 Montagne au recteur de l'Académie de Paris, 22 novembre 1930, Archives Écochard, AIFEAD. Voir Beyrouth, IP 201 et 205, AMAEN. Ces cartons sur les subventions du fonds des jeux contiennent un dossier sur les travaux à effectuer au Palais Azem.

144 Note d'Écochard : « Travaux effectués au Palais Azem en 1932 et 1933 sous la direction de Michel Écochard », papiers d'Écochard, 3 pages, p. 1.

145 SOFE au recteur de l'Académie de Paris, 28 février 1934, estampage 133, Levant, E600, AMAEP. Et MAE au Haut-Commissariat, télégramme n° 333, 6 juillet 1934, dossier budget des œuvres françaises, correspondance MAE, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

146 Certificat de Montagne, 31 mai 1935, papiers d'Écochard, AIFEAD. Certificat de Sauvaget, 5 mars 1935, n° 101, papiers d'Écochard, AIFEAD.

147 Montagne au recteur de l'Académie de Paris, 22 novembre 1935, papiers d'Écochard, AIFEAD.

148 Rapport d'inspection de R. Amy, 20 et 21 novembre 1934, 29 décembre 1934, et 11 février 1935, papiers d'Écochard, AIFEAD.

149 Montagne au Haut-Commissariat, 20 novembre 1935, n° 969, papiers d'Écochard, AIFEAD.

150 Montagne au recteur de l'Académie de Paris, 22 novembre 1935, papiers d'Écochard, AIFEAD.

151 Sur les rapports d'Écochard avec l'architecture fonctionnelle voir : T. Paquot, « La médina dénaturée », in « Islam le grand malentendu », Autrement, décembre 1987, p. 97 et M. Écochard, Casablanca. Le roman d'une ville, éd. de Paris, 1955, p. 98. Il y écrit notamment : « Quels furent pour nos études les principes directeurs ? Nous n'avons pas de secrets. Tout est contenu dans un petit livre appelé la charte d'Athènes. » On pourra comparer le pavillon construit par Écochard avec d'autres projets dans Functional Style, 1925-1940, Taschen, Cologne, 1990.

152 Écochard, note sur l'aménagement du Palais Azem en Institut Français, 27 janvier 1936, papiers d'Écochard, AIFEAD.

153 S. Abdulac, article cité, p. 32. On jugera de l'accueil qui a pu être fait au pavillon d'Écochard en comparant avec l'opinion d'un observateur sur les constructions modernes de Damas en 1931, c'est-à-dire pour des bâtiments plus neutres. L'auteur parle de la médina « dont le cachet original a été déparé par une déplorable imitation de l'architecture occidentale. Les bâtiments modernes construits dans un genre pseudo-européen, sont des modèles achevés de mauvais goût, de prétention et de lourdeur ». G. Besnard, article cité, p. 148.

154 Rapport de R. Amy, 11 février 1935, papiers d'Écochard, AIFEAD.

155 S. Abdulac, article cité, p. 32.

156 Montagne au recteur de l'Académie de Paris, 22 novembre 1935, papiers d'Écochard, AIFEAD.

157 Montagne à l'assurance « La Nationale » à Damas, 13 avril 1935, n° 226, AIFEAD 41-2.

158 Lecerf au président de l'association des anciens élèves de l'ENS, 11 janvier 1935, dossier traitements et rappels 1935-1938, AJ 166954, AN.

159 Ibid.

160 Montagne au recteur de l'Académie de Paris, 22 novembre 1935, p. 6, papiers d'Écochard, AIFEAD.

161 Ibid, p. 7.

162 Voir les dossiers sur les travaux du Palais Azem, dossiers 1942 et 1944, archives du Service de l'IP restées à Damas, AIFEAD.

163 Entretien avec Chafiq Imam.

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search