Version classiqueVersion mobile

L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946) à travers les archives

 | 
Renaud Avez

Deuxième partie. Quelques aspects de l'Institut français de Damas

Chapitre I. Les directeurs : du voyageur éxilé du xixe siècle au chercheur à l'étranger du xxe siècle

Texte intégral

1Nous allons étudier maintenant la succession des premiers directeurs de l'Institut. Nous ne proposons pas une biographie de chacun d'eux. Nous évoquerons uniquement la période qu'ils ont passée en Syrie, en dégageant leur rôle au sein du centre de Damas.

2Le directeur avait, entre Beyrouth et Paris et entre le Haut-Commissariat, le Ministère des Affaires Étrangères et le comité de direction, une autonomie relative. Il a pu largement marquer l'Institut de sa présence. C'est en cela que cette étude présente un intérêt.

I - EUSTACHE DE LOREY

  • 1 L'illustration, 5 août 1922, p. 122.
  • 2 H. Bordeaux, « Voyageurs d'Orient : Le Levant pendant et après la guerre », Revue des Deux Mondes, (...)

3Eustache de Lorey est arrivé en Syrie à l'automne 1921, mandaté par l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres comme archéologue, et nous avons vu qu'il avait été très rapidement associé à la création de l'Institut Français d'Archéologie et d'Art Musulmans. Arrivé au Levant après des études à l'École du Louvre1, il commence une campagne de fouilles sur les traces de Renan à Umm al-'Amd avant de gagner Damas. Là, il fouille dans le quartier de Bâb al-Sarqi et sous le sol d'une mosquée en ruine, bâtie à la place de « la maison d'Ananie où fut baptisé Saint Paul »2 II se spécialise ensuite dans les monuments et les arts musulmans.

  • 3 L'illustration, 5 août 1922, p. 122.

4L'Institut Français d'Archéologie et d'Art Musulmans est étroitement lié à lui. Le musée est créé avec les résultats de ses premières découvertes3 La spécialisation sur la période musulmane correspond à ses propres travaux, et l'enseignement qui y est donné, à son intérêt pour les arts décoratifs. Il ne fait pas de l'Institut un centre autonome mais une école travaillant pour ses propres réalisations.

  • 4 Voir le livre d'or de l'IFAAM, A1FEAD.
  • 5 Rapport cité sur l'activité de l'IFAAM, février 1930, p. 12, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 6 Un comité s'est créé à la mort de Gaston Descarpentries pour lui ériger une fontaine. Descarpentri (...)
  • 7 Voir AIFEAD 29-9.
  • 8 Voir par exemple la liste des personnes ayant assisté à la conférence de Marguerite van Berchem, l (...)

5C'est un personnage que l'on peut qualifier de mondain, menant une existence privilégiée dans ce qui a pu être considéré un temps comme son palais, au vu de l'activité qu'il a déployée pour le restaurer. Sa position lui permet de rencontrer l'aristocratie de passage à Damas et les hauts fonctionnaires en visite4. « M. de Lorey a l'amour des belles choses, le goût du faste, une pente à la complaisance », note Seyrig5. La colonie française au Levant, et a fortiori à Damas, est peu nombreuse, composée surtout de fonctionnaires et de militaires. Il y figure en bonne place, parmi les notables du mandat. D'autant qu'il officie dans un domaine privilégié, l'art et la culture, qui font de lui une figure marquante de cette communauté, apôtre du goût et du savoir-vivre. Il y occupe ainsi diverses fonctions. En avril 1923, il participe à l'œuvre dite de la Goutte de lait, créée à la fin de 1922 par deux médecins en poste à Damas et la comtesse d'Humière pour les enfants pauvres. Il donne une réception au palais, le 11 avril, au bénéfice de cette œuvre de charité. Il est aussi trésorier du comité pour le monument Descarpentries en 1925 et 19266, président de l'association française de bienfaisance de Damas7, et il organise conférences, expositions et concerts, à un rythme d'abord soutenu, puis plus lent et irrégulier, où se retrouvent toutes les personnalités importantes de la ville8.

  • 9 H. Bordeaux, article cité, p. 617.

6C'est un homme possédant charme et culture, aux contacts rapides et assez faciles. Henri Bordeaux, au retour d'un voyage en Syrie, le décrit comme « enthousiaste et tendre »9. Berthe Gaulis, qui le rencontre en mai 1926, en fait une description qui ne manque pas de piquant, où s'enlacent ses traits et les charmes de l'Orient.

  • 10 B. Gaulis, La question arabe, Paris, Berger-Levrault, 1930, p. 234.
  • 11 A. Poulleau, ouv. cité, p. 220.

7« Se détachant d'une porte basse et étroite, une silhouette apparaissait haute et fine, elle hésitait, scrutait la nuit claire et les ombres des grands arbustes fleuris. Ce visage d'intellectuel laissait transparaître sa pensée, il se lisait à livre ouvert. Que de siècles de culture, pour en arriver à ce développement de la vie intérieure qui répand sa clarté plus subtilement encore que la plus belle des nuits de Damas. C'était une joie sans pareille que de retrouver ici ce que l'Europe contient de plus évolué, un Français de bonne race et de haut savoir, pétri de science et d'art, à tel point que les agitations de la vie ne sont plus vraiment pour lui qu'un maillon de la grande chaîne qui relie le présent au passé. Tout surpris d'être reconnu avant d'être nommé, M. de Lorey avançait [...], et dans le jardin peuplé de fleurs qui s'épanouissaient à la fraîcheur nocturne, au bruit de l'eau courante et fugace, sous la parole de celui qui le connaissait intimement, le vieil Orient renaissait, commentant le présent, il en découvrait l'énigme »10 Plus simplement, Alice Poulleau en parle comme d'un savant sensible, qu'attristent les destructions de monuments à la suite des bombardements d'octobre 192511.

  • 12 Délégué adjoint à Alep à Pierre-Alype, 5 avril 1927, AIFEAD 28-25.
  • 13 Texte pour le journal L'Orient à propos de la conférence de Marguerite van Berchem le 19 mars 1927 (...)
  • 14 Sancholle-Henraux à E. de Lorey, 1er novembre 1923, AIFEAD 24-3.
  • 15 Bulletin de l'Union Economique de Syrie, n° 3, septembre 1925, p. 200-202. Compte-rendu de l'inaug (...)

8De Lorey a donc une très bonne image, étant perçu comme « un spécialiste de [...] valeur »12, dont on utilise les services pour les restaurations importantes ou délicates. Homme de goût, il est celui qui, par sa présence, assure un « cachet artistique » aux manifestations intellectuelles13. Cette bonne presse se répand au Levant mais aussi en France, grâce à des articles élogieux sur son œuvre. « Vous êtes un magicien, écrit ce matin le supplément artistique du Figaro (d'ailleurs, il n'est que question de vous dans la presse depuis quelques temps, et vous faites concurrence à la Rhénanie et à la Rhur). »14 De Lorey accorde d'ailleurs beaucoup d'attention à ses activités à Paris. Il participe à l'exposition des Arts Décoratifs Modernes en 1925, fait une exposition à l'École des Arts Décoratifs durant l'été 1929, et une seconde en hiver, au pavillon Marcan du Louvre, sur les mosaïques de la grande mosquée de Damas. Il participe aussi, dans une moindre mesure, à la préparation de l'exposition coloniale de Vincennes en 1931. Il remporte un franc succès à chacune de ces manifestations15.

  • 16 Gouraud à E. de Lorey, 26 février 1924, AIFEAD 28-4.
  • 17 Voir la note de Bounoure sur le projet de statut de l'Académie Arabe, dossier Académie Arabe, Beyr (...)
  • 18 Les appuis dont il dispose expliquent que l'on puisse retrouver dans les archives de l'Institut, c (...)

9Il est en de très bons rapports avec les autorités mandataires. Gouraud lui écrit à propos de sa nomination à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres : « C'est particulièrement à vous, par la création de l'Institut de Damas, que je dois l'honneur inattendu qui vient de m'être fait. »16 II a les mêmes contacts cordiaux avec Weygand ou Pierre-Alype, qui veillent à la bonne marche du palais. Il a eu ainsi, pendant plusieurs années, un soutien important venant de Beyrouth ou de la délégation à Damas. L'Institut Français d'Archéologie et d'Art Musulmans participe alors pleinement au mandat. Il fait des projets de billets de banque ou de timbres-poste pour les États, mais surtout officie, avec un pouvoir sans pareil, dans le domaine architectural. Toutes les décisions concernant l'urbanisme et l'architecture à Damas, et au-delà, passent par les conseillers de la municipalité et par Eustache de Lorey. Ces rapports privilégiés vont d'ailleurs s'accentuer avec sa nomination au poste de conseiller pour les Arts17. De Lorey est un fonctionnaire du mandat18.

  • 19 Lettre au délégué à Damas, 28 mai 1923, n° 6179, AIFEAD 30-5.
  • 20 De Lorey au général Vallier, 9 juin 1926, n° 1783, AIFEAD 30-5.

10C'est aussi un homme d'ambition et d'autorité, qui a su développer son prestige à partir de ses différentes fonctions. Il avait un pouvoir qu'il entendait garder, n'hésitant pas à user de la force. Nous avons déjà fait mention de problèmes avec les gendarmes syriens. Il y eut aussi une plainte déposée contre lui pour des coups portés sur un passant qui le gênait19. Il ne semble d'ailleurs pas beaucoup apprécier les Syriens, écrivant à propos d'une famille qu'il connaît bien et qu'il soutient auprès des autorités françaises : « Ces damascains [...] me semblent pouvoir être comptés parmi les moins mauvais. »20 Comme chez beaucoup d'autres fonctionnaires de cette époque, la mentalité coloniale domine, quel que soit le régime politique administratif.

  • 21 Rapport Massignon, janvier 1928, p. 3, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 22 MAE au Haut-Commissariat, 11 février 1929, n° 25, Levant, E379, AMAEP.

11Du fait de cet aspect, ses contacts avec Charles Virolleau et le Service des Antiquités ont été assez mauvais et concurrents. En 1923, Virolleau tenait à présenter l'Institut comme dépendant du Service des Antiquités. Or, il dispose vis-à-vis de celui-ci d'une large autonomie, même si le conseiller pour l'Archéologie est chargé de son contrôle scientifique. Massignon note, en janvier 1928, que ce contrôle scientifique de l'Institut est caduc et n'a jamais fonctionné21. Ces mauvais rapports seront tenaces, puisqu'il en est encore question au moment de la mission de Dussaud en 1929 : « Des conflits se sont élevés à plusieurs reprises entre le Service des Antiquités, dirigé par M. Virolleau, et le conseiller pour les Beaux-Arts de l'Etat de Syrie, M. de Lorey. »22.

  • 23 Inspecteur français des travaux publics de l'Etat de Syrie à Alep au conseiller pour les travaux p (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 AIFEAD 27-6.

12D'autre part, de Lorey n'hésitait pas à manifester publiquement son autorité en matière artistique. Il participe aux jurys chargés de choisir les projets architecturaux pour les édifices publics du Levant. Il y fait preuve d'une supériorité et d'une certitude qui lui vaudront quelques critiques. Il n'hésite pas à déclarer à propos du projet pour le sérail d'Alep, au début de 1927, contre le choix de tous les autres membres du jury, que « ce projet ne serait pas exécuté car il n'est pas de son goût »23 L'inspecteur qui rapporte cela poursuit en disant : « J'estime que nous n'avons pas à réaliser dans le goût d'une seule personne, et vous conviendrez certainement que le goût n'est pas monopole. »24.La consultation du petit dossier sur cette affaire nous montre d'ailleurs que Eustache de Lorey est appuyé par les autorités et qu'il demeure soutenu quel que soit son comportement25.

  • 26 De Lorey au général Billote, sans précision, AIFEAD 27-1. Voir aussi Pierre-Alype au conseiller au (...)

13Il s'est appuyé sur les nombreuses restaurations à effectuer en Syrie et sur le besoin, exprimé par tous, de respecter la tradition architecturale locale, questions pour lesquelles il est spécialiste. Il rappellera à plusieurs reprises aux Waqf-s ou aux Français son rôle de conseiller pour les Arts, et l'obligation de le consulter26.

  • 27 Rapport cité sur l'activité de l'IFAAM, février 1930, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 28 Consulat à E. de Lorey, 11 juillet 1929, n° 426, AIFEAD 29-9.

14Mais de Lorey a « fort peu d'usage de l'administration »27, ce que nous avons déjà constaté pour l'Institut, mais que l'on retrouve aussi dans les piètres résultats de la Société française de bienfaisance qu'il préside28.

  • 29 Rapport cité sur l'activité de l'IFAAM, février 1930, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 30 Massignon à Bounoure, 7 janvier 1930, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 31 MAE au Haut-Commissariat, 24 avril 1930, n° 52, Œuvres 222, AMAEN.
  • 32 Seyrig à Dussaud, propos rapporté par Dussaud à Marx, 2 février 1930, manuscrit, Œuvres 227, AMAEN

15De tous ces traits de caractère, retenons qu'il a utilisé sa situation à la tête de l'Institut pour vivre d'une manière quasi aristocratique à Damas et pour étendre sa notoriété. Son attitude, marquée par la mentalité coloniale, est celle de beaucoup de Français alors présents en Syrie. Il participe à des activités peu claires, et prête ainsi le flanc aux critiques. Nous avons déjà évoqué ces aspects et problèmes. Il se disculpe des attaques les plus importantes. « Il faut dire que beaucoup d'apparences qu'il a mises contre lui ne sont qu'apparences. »29 Mais son nom restera lié à ces sombres histoires. Massignon écrit ainsi, en janvier 1930 : « Il s'est déjà tiré d'autres enquêtes où des vertus moins faisandées auraient rendu l'âme. »30 Pourtant, malgré ses explications, l'absence de poursuites et ses rapports avec Marx et Dussaud, ce dernier l'autorisant à publier les résultats de ses travaux sur la grande mosquée de Damas dans une collection de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres31, Seyrig note au début de 1930 : « Il m'est désormais impossible d'autoriser aucune fouille à laquelle M. de Lorey serait mêlé de près ou de loin. »32.

  • 33 E. de Lorey, « Les mosaïques de la mosquée des Ommeyyades à Damas », Syria, 1931, Paris, Geuthner, (...)

16À l'Institut Français d'Archéologie et d'Art Musulmans, il eut deux préoccupations majeures : la restauration du Palais Azem, qu'il a entreprise dès 1922 et qu'il continue encore longtemps du fait des destructions de 1925, et la remise en état de la grande mosquée omeyyade de Damas. L'incendie de la mosquée, en 1893, avait dégagé des débris de mosaïques remarqués par Max van Berchem. À sa suite, Eustache de Lorey envisage des travaux, dès 1922, qu'il ne commence qu'en 192433 Après ces premières restaurations, des crédits vont lui permettre de poursuivre la mise à jour des mosaïques, en 1928, et l'intérêt d'Eustache de Lorey pour le monument s'en trouve renforcé.

  • 34 Rapport Massignon, janvier 1928, p. 3, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 35 H. Bordeaux, article cité, p. 617.
  • 36 Haut-Commissariat au MAE, 26 mai 1930, n° 402, Œuvres 222, AMAEN.

17Ce sont deux entreprises pour lesquelles il s'investit activement : pour le Palais Azem, « amoureusement restauré par le directeur actuel grâce à des subventions considérables »34 et « pieusement »35 organisées, et pour la grande mosquée de Damas pour laquelle il n'hésite pas à engager des fonds personnels en 1929, afin de mener à bien les relevés des mosaïques, relevés qui vont être jugés si fidèles « qu'ils permettraient presque une étude à distance »36.

18Ces travaux correspondent à l'orientation donnée à l'Institut durant cette période, vers l'archéologie et l'architecture. Dans le domaine archéologique, l'Institut pratique de courtes fouilles lors des premières années de son existence, effectuant, grâce à Moaz puis à Sauvaget, de nombreux relevés. Plus généralement, de Lorey est chargé, au milieu des années 1920, d'inspecter tous les monuments de Damas pour le compte des Waqf-s. C'est l'aspect architectural qui prend ensuite le dessus, l'Institut étant appelé pour réaliser les plans de nouveaux bâtiments ou pour superviser la restauration de monuments anciens. L'Institut s'oriente de plus en plus, au long de sa courte histoire, vers des activités lucratives, fonctionnant comme un cabinet d'architectes.

  • 37 Rapport Massignon, janvier 1928, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 38 Entretiens avec N. Élisséeff et avec J. Gaulmier, qui était souvent au Palais Azem à cette époque.
  • 39 Massignon à Bounoure, 7 janvier 1930, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN. Il fait allusion à son voyage à (...)

19Ces activités, jugées peu scientifiques37, vont l'être plus encore une fois la Section Scientifique des Arabisants installée, faisant se côtoyer un centre de recherche et un institut trompeur. D'ailleurs, les premiers pensionnaires de la Section se montreront sévères avec Eustache de Lorey, le traitant avec dédain, le Palais Azem n'étant rien d'autre à leurs yeux qu'un lieu de passage pour les missions archéologiques et les hôtes de marque. Ils ne lui accordent pas de crédit scientifique38. Jean Gaulmier se souvient qu'ils avaient alors très peu de rapports, se contentant des salutations d'usage. Massignon n'est d'ailleurs pas plus respectueux dans l'intimité, lorsqu'il parle, à son sujet, de « la tournée américaine du ténor chantant l'air "voici mes mosaïques, regardez comme elles sont belles" »39.

  • 40 Duthoit à E. de Lorey, octobre 1924, dossier bulletin de l'enseignement, Beyrouth, IP 32, AMAEN.

20Ses publications traitent des premiers travaux qu'il fit en arrivant en Syrie et de ceux sur les mosaïques de la grande mosquée de Damas. Il écrivit aussi un article sur la situation du Palais Azem après les événements de 1925. Il donne trois de ses article à la revue Syria, en 1922, 1925 et 1931, et le quatrième dans une collection de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Notons aussi qu'il signa deux de ces études avec un autre auteur, Gaston Wiet ou Marguerite van Berchem. Il fut contacté, en 1924, pour collaborer au Bulletin de l'enseignement par un article sur les arts musulmans, ce dont il s'abstiendra40.

  • 41 Massignon, exposé au comité de direction, réunion du 13 mars 1928, Beyrouth, IP 128 bis, p. 2, AMA (...)
  • 42 Rapport Massignon, janvier 1928, p. 12, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

21De Lorey, en quittant l'Institut, est très critiqué. Il y a pourtant un point sur lequel on lui accorde un succès, c'est l'École des Arts Arabes Modernes. « C'est la seule réussite, mais elle est très heureuse, du directeur actuel. Elle a une clientèle fidèle. »41 De Lorey « a su sélectionner des artisans qui ont su, sous son contrôle, rénover certaines techniques »42.

  • 43 Note de Bounoure, 10 mars 1932, dossier Beaux-Arts, Beyrouth, IP 88, AMAEN.

22Nous avons déjà évoqué son départ. Ajoutons cependant qu'il n'est pas remplacé à son poste de conseiller pour les Arts modernes de l'État de Syrie. « Il convient de remarquer que cette absence, pour regrettable qu'elle soit, n'a pas d'inconvénients majeurs pour les Beaux-Arts : aucun des musées de l'État de Syrie ne comprend de département des arts modernes. La charge de conseiller peut donc rester sans titulaire. »43 Ses fonctions officielles au sein de l'administration mandataire avaient donc une importance toute relative.

II - ROBERT MONTAGNE

23À l'arrivée de Montagne, des changements importants ont lieu, d'autant qu'il est mandaté pour cela. Il fait de l'Institut un centre scientifique disposant de plus de moyens et d'autonomie, tout en lui donnant une touche personnelle.

  • 44 J. Poirier, Histoire de l'ethnologie, Paris, P.U.F., 1969, Q.S.J. n° 133, p. 118, 1969. Il cite da (...)

24Montagne était à la fois un militaire, ayant fait ses armes avec Lyautey au Maroc, et s'étant acquis une bonne réputation dans ces milieux lors de la reddition d'Abdel Krim, qu'il favorisa en mai 1926, et aussi un universitaire, élève de Durkheim, Mauss et Gaudefroy-Demombynes, ayant effectué des travaux d'ethnologie au Maroc et dirigé des études à l'Institut Français des Hautes Études Marocaines de Rabat. Il fait partie de ceux qui « ont fait de l'ethnologie, et parfois de l'excellente, sans être ethnologues »44.

  • 45 Hommage de la rédaction de L'Afrique et l'Asie, n° 32, p. 4.
  • 46 R. Montagne, Les organismes administratifs et scientifiques qui nous intéressent, cours au CHEAM, (...)
  • 47 Montagne a écrit sous le pseudonyme de Jolivet. Voir son article sous ce nom : « L'évolution socia (...)
  • 48 Colloques organisés en 1936, 1937 et 1938 et publiés sous le titre d'Entretiens sur l'évolution de (...)

25Ces deux aspect se mêlent, dualité qui marque ses activités. « R. Montagne ne se satisfait pas de recherches purement spéculatives, il voulait que ses travaux fussent utiles. »45 Lui-même dira, mais à propos du Centre des Hautes Études d'Administration Musulmane : « Nous ne cherchons à faire appel aux notions scientifiques que dans la mesure où elles peuvent nous être utiles au point de vue pratique. C'est-à-dire qu'ici nous abandonnons systématiquement la recherche de science pure, par exemple sur la linguistique ou l'archéologie. »46 Ainsi, s'il s'est consacré à des travaux de "science pure" au sein de l'Institut Français de Damas, il n'a jamais abandonné des recherches plus pratiques qui lui permettaient une compréhension des problèmes contemporains. Dès le début des années 1930, il écrit, sous un pseudonyme, sur des sujets de politique et d'actualité47. Nous avons vu qu'il avait créé un Centre de Documentation sur l'Évolution des Pays en Proche-Orient. Il fait de fréquents voyages dans les autres pays arabes, notamment au Maghreb et en Égypte, où il veut implanter des centres identiques. À Paris, il fait partie du Centre d'Études de Politique Étrangère, créé en 1935, qui organise des colloques, dont il est le secrétaire scientifique, sur l'évolution des pays de civilisation arabe48. Enfin, dans ce même domaine d'activité, il crée en novembre 1936 avec l'aide de Pierre Viénot le Centre des Hautes Études d'Administration Musulmane, qui devient sa préoccupation majeure.

  • 49 Entretien avec P. Rondot.
  • 50 P. Rondot, « R. Montagne et le Levant », L'Afrique et l'Asie, n° 32, 4e trim. 1955, p.36
  • 51 Ibid, p. 37.
  • 52 Article cité de J. Lecerf, BEO n° XXV, 1972, p. 247.
  • 53 Montagne à ?, 5 septembre ? [1938 probablement], manuscrit, AIFEAD 30-5.

26Cet intérêt constant pour les problèmes politiques, économiques et sociaux, permet de comprendre son action au sein de l'Institut. D'ailleurs, en venant en Orient, Montagne n'oubliait pas ses conceptions et comptait avoir là un meilleur poste d'observation49. « Il ressentit le besoin de se rapprocher des sources et de chercher, en Orient, une connaissance plus complète, capable à la fois de satisfaire les exigences de son esprit et de procurer des bases plus larges et plus sûres à sa future action en Afrique du Nord. »50 L'Orient est donc pour lui un « observatoire privilégié »51, et il a un programme précis en s'installant au Levant. Lecerf confie à propos de la situation exceptionnelle de la Syrie d'alors : « Nous avons eu le privilège d'assister à cette renaissance de la langue arabe moderne, dans ce milieu bouillonnant où naissait un monde nouveau. »52 C'est donc un cadre privilégié pour quelqu'un qui dit lui-même s'occuper de « sociologie politique »53.

  • 54 Pila à Massignon, 17 juillet 1930, Œuvre 222, AMAEN.
  • 55 Montagne au secrétaire général, 29 janvier 1931, dossier Montagne, Beyrouth, IP 128, AMAEN. Il par (...)
  • 56 Bulletin individuel de notes de Montagne, dossier Montagne, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 57 Bounoure au secrétaire général, 2 décembre 1931, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 58 Lecerf à Borei, 11 janvier 1935, dossier traitements et rappels 1935-1938, AJ 166954, AN.

27Lorsqu'il arrive au Levant, en décembre 1930, il était déjà connu du Haut-Commissariat pour être passé un an plus tôt à Beyrouth où il avait pu s'exprimer dans le cadre de conférences mais aussi de rencontres avec les hauts fonctionnaires du mandat, dont le Haut-Commissaire. Sa nomination, à la suite du refus de Terrasse, avait été agréée par tous. Le Service des Œuvres Françaises à l'Etranger et le Haut-Commissariat croient, tous deux, en ses qualités. « J'ai, comme notre Haut-Commissaire dans les pays de mandat, la certitude qu'il remplira avec compétence et succès la mission qui lui est confiée. »54 Montagne signale aussi que la direction de l'Institut Français de Damas est « un poste difficile, dont personne ne voulait »55. En tout cas, ses qualités d'organisation, de persévérance, sa maîtrise de la situation, seront rapidement notées, comme ses défauts d'ailleurs, d'empressement, d'impatience, et son ton agressif. Tétreau note dans son bulletin individuel : « Savant de grande valeur mais de relations difficiles ; il ne conçoit pas qu'on ne lui accorde pas immédiatement tout ce qu'il demande pour l'organisation du service qu'il dirige. »56 Bounoure écrit pour sa part, à la fin de 1931 : « Au cours de cette année, Robert Montagne a montré, non seulement une grande qualité de savant, mais toutes les qualités d'énergie et de tact qui sont nécessaires pour diriger un groupe d'érudits et de chercheurs travaillant à l'étranger. On a vu enfin en lui un administrateur volontaire, obstiné à ses fins, ne se laissant pas entamer et capable de réalisations sérieuses. »57. Au sein même de l'Institut, il était exigeant et parfois dur avec les pensionnaires. Jean Lecerf s'est par exemple trouvé éconduit au moment de la naissance d'un de ses enfants. Il note : « Il est spécialement pénible d'avoir à souligner l'indécence qui consiste, de la part d'un directeur, à répondre à un faire-part de naissance par un relevé de compte de ce que le nouveau-né doit coûter à l'Institut. »58.

  • 59 P. Rondot, article cité, L'Afrique et l'Asie, n° 32, 4e trim. 1955, p. 37.

28En arrivant à Damas, Montagne engage des recherches dans une direction sociologique et ethnologique. Sans pour autant mettre fin aux autres travaux des membres de la Section Scientifique des Arabisants, il s'associe des collaborateurs, des attachés puis des pensionnaires travaillant dans le même esprit, « poussant à la recherche personnelle [...] les observateurs locaux »59.

  • 60 B. Vernier, "R. Montagne et la steppe", L'Afrique et l'Asie, n° 32, 4e trim. 1955, p. 44-45.
  • 61 P. Rondot, article cité, L'Afrique et l'Asie, n° 32, 4e trim. 1955, p. 38.
  • 62 Ibid.

29« À ces jeunes, il distribuait des tâches, les armait de solides bibliographies et leur apprenait comment, d'autre part, observer d'un regard frais cet univers mobile dans son cadre éternel, en s'attachant aux humbles détails quotidiens pour mieux l'appréhender. »60 II réunit donc autour du Palais Azem une équipe déjà évoquée, faite de personnes venant d'horizons divers puisqu'on y retrouve des militaires, notamment méharistes, des religieux, des universitaires, des autodidactes, équipe mise en contact avec « les grands érudits, [...] pionniers de l'archéologie musulmane, de l'art oriental et de la linguistique que l'Institut Français de Damas abritait depuis sa fondation »61. C'est la rencontre de deux mondes, et il est noté que « pareille conjonction était audacieuse ; elle risquait d'engendrer, dès l'origine, incompréhensions réciproques, chocs d'amour-propre et d'esprits, mépris mutuel ; et peut-être y eut-il parfois, dans ces rencontres du Palais Azem, trace de pareilles réactions. Mais le directeur de l'Institut Français savait provoquer des synthèses qui eurent pour la plupart, une admirable fécondité »62.

  • 63 Ibid.

30Montagne consacre une large part de son temps à cette équipe, dont une partie fournira ensuite les cadres des premières promotions du Centre des Hautes Études d'Administration Musulmane, comme Rondot ou de Boucheman. « Dès cette époque, l'œuvre de R. Montagne n'est plus seulement, ni même principalement, dans ses écrits personnels ; sa part la plus féconde réside dans les travaux mêmes qu'il provoque chez ses cadets. »63 On lui confie ainsi la direction des travaux de certains étudiants parisiens. En 1934, l'Université de Paris lui demande de guider un étudiant, Tovia Achkenazim, qui travaille pour sa thèse sur les Bédouins de la frontière syro-palestinienne.

  • 64 Massignon à Marx, 18 novembre 1928, n° 379, estampages 137 et 138, Levant, E379, AMAEP.

31Cette politique scientifique est liée à sa personnalité et à ses intérêts scientifiques. Elle a cependant trouvé un écho favorable dans la situation particulière du Levant. Dès 1928, Massignon, alors à Beyrouth, notait l'intérêt qu'il y aurait à développer les travaux sociologiques chez les cadres du Haut-Commissariat. « Je voudrais qu'on amène [...] les officiers du service de renseignements à l'enquête ethnologique et sociologique objective, seule base solide de notre action présente et future, comme cela s'est fait au Maroc, et avant en Algérie et en Tunisie. Depuis huit ans, dirigé par Capitrel, Dentz et Catroux, le service de renseignements n'a constitué aucune documentation permanente mais seulement des dossiers individuels de basse police, [...] sots et stériles [...]. Il serait temps de remédier à cela. Mais comment y arriver ? »64.

  • 65 Ph.S. Khoury, Syria and the French Mandate. The Politics of Arab Nationalism, 1920 -1945, Princeto (...)
  • 66 Entretien avec P. Rondot. Il se souvient avoir lui-même, en tant que collaborateur de Montagne, ré (...)
  • 67 Voir la correspondance Montagne-Puaux, dossier Montagne, carton n° 36, Papiers d'Agents 236, AMAEP
  • 68 H. Lerner, Catroux, Paris, Albin Michel, 1990, p. 249.

32La politique scientifique de Montagne s'inscrit donc dans un contexte propice à ses projets. Les autorités du Haut-Commissariat trouveront d'ailleurs une utilité dans ces travaux, nouveaux en Syrie. « It was only in the late 1930's that Frenchmen began to produce detailed studies and to disseminate information and ideas on a wide scale about the social, economic realities of the country they had been governing for nearly two decades. »65 Ces travaux vont donc avoir un rôle au Levant et Montagne apparaît comme un spécialiste de la Syrie, possédant connaissances, appuis et contacts. Il joue un rôle notable lors de la signature du traité franco-syrien de 1936, par ses articles et les réunions qu'il organise à Paris, grâce auxquels il tente de faire accepter l'idée de ce traité à une opinion publique hostile dans sa majorité66. Il continue donc, une fois rentré, à s'intéresser au mandat et à défendre, du moins jusqu'à l'arrivée de la guerre, le traité de 1936, dans la mouvance de Pierre Viénot. Il va aussi correspondre régulièrement avec Gabriel Puaux lorsque celui-ci sera Haut-Commissaire, en 1939 et 1940, lui offrant ses services, ses conseils et l'accueil au Centre des Hautes Études d'Administration Musulmane de fonctionnaires du Haut-Commissariat67. Enfin, il aide le général Catroux à prendre contact avec les nationalistes libanais, en novembre 1943, lorsque celui-ci est chargé de régler la crise faisant suite au coup de force de Jean Helleu. Montagne le fait alors profiter de ses contacts68.

  • 69 « Le directeur [...] ne passe jamais plus de quelques jours à Damas. » Lecerf au président de l'as (...)

33Par ailleurs, il développe l'Institut et tente d'en faire un centre plus important, disposant de moyens lui permettant de travailler dans de bonnes conditions. Il augmente la bibliothèque, crée une cartothèque, et insiste sur les publications. Comme Eustache de Lorey, il est absent plusieurs mois par an, généralement quatre mois en fin d'année, ce dont il avait fait une condition pour accepter ce poste à Damas69. Outre les conférences qu'il faisait à l'Institut des Études Islamiques, il en profitait pour voyager dans les autres pays arabes, où il gardait des relations. Ces voyages lui ont aussi permis de garder des contacts à Paris lui facilitant l'acquisition des allocations extraordinaires pour l'Institut. Car s'il développe et donne son impulsion définitive à l'Institut, il a d'abord dû obtenir les crédits nécessaires à cette politique.

34Au développement de l'activité scientifique s'ajoute la recherche d'un statut permettant à l'Institut de travailler dans les meilleures conditions possibles, c'est-à-dire sans trop subir le poids administratif et politique du Haut-Commissariat, et en le préservant d'attaches trop évidentes avec le mandat. Cela permettra ainsi à l'Institut de ne pas craindre la fin de ce régime provisoire.

  • 70 Entretien avec A. Raymond.
  • 71 Anecdote rapportée par P. Rondot.

35Montagne va donc rendre son sérieux à l'institution, attaquée à la suite du départ d'Eustache de Lorey. Le Ministère des Affaires Étrangères a trouvé là la personne qui lui convenait pour mener à bien la réorganisation dans le sens qu'il souhaitait. Il est cependant un peu critiqué lors de son départ, certains le jugeant trop proche de l'esprit mandataire70. Ce rapport est certain, quoique ambigu, car il est fait de liens avec des personnalités politiques et militaires françaises et d'un sentiment patriotique assez fort, mais aussi de critiques et de déceptions envers les autorités mandataires et leur politique au Levant. Par exemple, par sa position au Palais Azem, au centre de la vieille ville, Montagne était un des premiers avertis du début d'une manifestation ou d'une grève, et il ne manquait pas de prévenir les autorités françaises en leur téléphonant. Pourtant, ce geste était peu apprécié par celles-ci, qui le considéraient comme un observateur autonome et trouvait son information narquoise71.

  • 72 Entretien avec N. Élisséeff.

36En quittant la Syrie, Montagne ne coupe pas tout lien avec l'Institut. Il fait encore partie du comité de direction, est nommé directeur honoraire et Élisséeff lui rend visite à chacun de ses voyages en France72.

III - HENRI SEYRIG

37Seyrig fut directeur pendant une courte période, à un moment où l'Institut était vide du fait de la mobilisation, et où lui-même avait d'autres activités, résidant hors de Damas.

38Il prend cette direction au début de 1938, essentiellement pour des raisons politiques, afin de préparer la liquidation des biens français au Levant, qui sera retardée par la guerre. Il prend en main un Institut qui a souffert du manque de crédits mais qui possède des bases matérielles pour effectuer un travail sérieux.

  • 73 CRAIBL, 1929, p. 69. Voir aussi les nouvelles archéologiques dans Syria, t. V, VI, IX et X, 1924, (...)
  • 74 Voir la correspondance sur ce sujet, dossier fouilles en Syrie, Œuvres 227, AMAEN.

39Pensionnaire de l'École Française d'Athènes puis secrétaire général en 1928, il est arrivé au Levant en 1929. Il connaissait déjà la région pour y être venu en mission plusieurs fois. Il avait fait deux campagnes de fouilles dans la Syrie du nord avec Paul Perdrizet, de l'Université de Strasbourg, en 1924 et 1925, Daniel Schlumberger les accompagnants la seconde année. En 1929, il reprend un projet de fouilles dans la même région et est chargé d'une mission à Palmyre par l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres73. Il publie aussi son premier article dans Syria. Il est nommé à la tête du Service des Antiquités en remplacement de Virolleau, à la suite de l'inspection de Dussaud, qui place un archéologue qu'il connaît à un poste stratégique. Il en prend possession en octobre 192974.

40Quand il prend la direction de l'Institut, c'est une personne qui connaît bien la Syrie, qui est très proche du Haut-Commissariat, qui est spécialisée dans l'archéologie, et qui est un chercheur et un universitaire reconnu, en contact avec l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Pour toutes ces raisons, il fut un interlocuteur de plus de poids que Montagne auprès des autres directeurs d'Institut ou des autorités françaises en Syrie.

41Il aura peu à s'occuper de l'Institut du fait des événements qui ont lieu en Europe au même moment. Le Palais Azem est peu actif. Il participe cependant à deux séances du comité de direction où il se préoccupe des relations de l'Institut avec les Syriens, de l'avenir des pensionnaires après leur séjour à Damas et pose le problème de l'installation au palais. Il poursuit, par ailleurs, ses fouilles archéologiques à Palmyre, qu'il a un temps menées avec le concours de Jean Cantineau.

  • 75 Carnet du courrier officiel de l'Institut 1937-1940, AIFEAD 40-3.
  • 76 G. Puaux, Deux années au Levant. Souvenirs de Syrie et du Liban, 1939-1940, Paris, Hachette, 1952, (...)

42Les contacts entre le Palais Azem et le Service des Antiquités seront nombreux durant cette période, soit au niveau des différents chercheurs, soit au niveau administratif75. Notons que dans la correspondance entre les deux centres, Seyrig est mentionné uniquement comme directeur du Service des Antiquités. C'est aussi à ce titre qu'en parie Puaux dans ses mémoires, n'évoquant pas une double fonction. « Le domaine des antiquités appartenait à M. Seyrig, qui, sous les apparences d'un calme détachement, apportait à sa tâche la passion scientifique la plus avertie et la plus vigilante. »76.

43Seyrig fut donc un directeur de transition, attentif aux problèmes de l'Institut. En liant ces deux institutions, il a permis des contacts plus étroits entre les arabisants et les archéologues de son service, qui permettront par exemple de continuer les études entamées par Sauvaget sur les monuments ayyoubides.

  • 77 SOFE à J. Mistler, 3 mars 1939, Œuvres 246, AMAEN.
  • 78 MAE au Haut-Commissariat, 15 juin 1939, n° 117, Beyrouth, Cabinet Politique 390, AMAEN.

44En 1939, il reçoit un passeport diplomatique en tant que directeur de l'Institut77. Il fut aussi question, cette même année, de lui attribuer le titre de conseiller culturel78. Seyrig avait donc une activité qui dépassait celle de simple directeur de l'Institut Français de Damas. Ce projet témoigne de ses capacités d'expert et de son intégration dans les milieux universitaire et politique. À ce moment, Seyrig s'occupe de tous les travaux archéologiques au Levant, et plus généralement scientifiques, et des relations avec les grandes institutions de la métropole.

  • 79 Beyrouth à Londres, 11 mars 1942, télégramme 259, dossier action en faveur de la France Libre, ral (...)
  • 80 Télégramme n° 592, 15 avril 1942, dossier Action en faveur de la France Libre, ralliement, Beyrout (...)

45Il quitte ses fonctions en mai 1941 pour rejoindre l'Institut Français d'Istanbul, dont il doit prendre la direction. II ne met cependant pas son projet à exécution et Henri Corbin y restera seul jusqu'à la fin de la guerre. Il revient alors à Beyrouth et se rallie aux Forces Françaises Libres. Il occupe ensuite plusieurs postes dans la capitale libanaise, dans le domaine de la propagande. En 1942, il fut question de l'envoyer à Kaboul pour une mission d'inspection mais, « après quatre mois de collaboration à la direction politique, Seyrig ne peut plus passer pour un simple archéologue »79. On envisage alors de le nommer délégué de la France Libre à Mexico80. Il obtient finalement le poste de conseiller culturel à New York avant de revenir au Liban diriger l'Institut Français d'Archéologie de Beyrouth en 1947.

IV - HENRI LAOUST

46Lorsqu'il prend la direction de l'Institut Français de Damas, Laoust y est déjà depuis 1937 comme secrétaire général. C'est alors un brillant arabisant, issu d'une famille où son père, Emile Laoust, était lui-même berbérisant, ayant été pensionnaire de la Section Scientifique des Arabisants puis de l'Institut Français d'Archéologie Orientale du Caire de 1931 à 1936. Il dirige un Institut qu'il connaît déjà bien, dans les conditions difficiles de la guerre et de la fin du mandat, prenant naturellement le relais de Seyrig à son départ, étant le seul présent.

  • 81 Voir le résumé que fait Sauvaget de cette période, « L'Archéologie musulmane en France de 1939 à 1 (...)

47Sous sa direction, l'Institut a d'abord peu d'ampleur, du fait de la situation générale81. Il développe une politique de collaboration et tente de remédier à cette situation en s'entourant d'une équipe extérieure. Il s'oriente résolument vers des liens plus étroits avec les chercheurs syriens. D'autre part, il engage les travaux de l'Institut vers l'étude des textes anciens et leur publication. Les chercheurs quittent donc progressivement le terrain, qui devient difficile, pour les bibliothèques, à la recherche de manuscrits inédits. Il crée ainsi une nouvelle collection de textes en arabe dans les publications de l'Institut.

48Il s'agit d'un repli par rapport aux événements syriens, retrait désiré de la vie politique. Il dégage ainsi l'Institut des travaux sociologiques et des problèmes trop contemporains.

  • 82 Laoust à Marx, 26 janvier 1938, Œuvres 232, AMAEN.
  • 83 Charles à Laoust, non daté, manuscrit, AIFEAD 43-1.
  • 84 Laoust à Charles, 19 juin 1942, AIFEAD 43-1.
  • 85 H. Charles, La sédentarisation entre l'Euphrate et Balik, Beyrouth, 1942.
  • 86 Laoust à Bounoure, 15 novembre 1944, n° 610, AIFEAD 44-2.

49A propos de Reich, il note en 1938 : « M. Reich appartient à un milieu sioniste palestinien avec lequel il entretient des rapports constants. Dans les circonstances actuelles, il me semblerait inopportun d'exposer l'Institut à des réactions d'opinion arabe qui restent toujours à redouter »82. Pour les mêmes raisons, il refuse, en 1942, de publier une étude sur la sédentarisation de Charles. Ce dernier lui rappelle : « Le sujet vous paraissait sinon compromettant pour l'Institut, du moins d'une actualité un peu brûlante. »83 Laoust est gêné par la « nature souvent trop actuelle des renseignements qu'on y trouve » ou par le « jugement [...] sur quelques personnalités syriennes »84. Le livre est finalement publié par le Haut-Commissariat85. De même en 1944, lorsque Bounoure lui recommande Jabri al-Attrache, étudiant syrien qui prépare une thèse sur « La législation coutumière chez les Druzes et les tribus nomades : sud-est, nord de la Syrie », pour qu'il l'intègre à son équipe de jeunes travailleurs, Laoust, qui est disposé à le prendre à l'Institut, répond cependant : « Il est par avance bien entendu que le travail de M. Attrache conservera un caractère strictement scientifique et universitaire, et évitera soigneusement toute ingérence dans le domaine politique. »86.

  • 87 Entretiens avec M. Rodinson, A. Raymond et G. Delanoue.
  • 88 Voir son article « L'évolution politique et culturelle de l'Égypte contemporaine », Entretiens sur (...)
  • 89 Arrêté n° 65/PA du 30 mars 1941, dossier Laoust, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 90 Dentz au délégué du Haut-Commissariat auprès de la République Syrienne, 21 février 1941, n° 1786, (...)
  • 91 Décision n° 1493/FC du 31 décembre 1942 nommant Laoust membre associé de la section pour la Syrie (...)
  • 92 Beynet à Massigli, 14 juin 1944, n° 522, dossier Laoust, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

50Pour ces raisons, il a une réputation de prudence, et le souvenir d'une personnalité parfois timorée s'est maintenu87. Pourtant, il n'est pas totalement détaché du domaine politique. Il a travaillé avec Montagne quand il était en Egypte88, et il collabore avec les autorités françaises au Levant pour les questions culturelles. Ses travaux l'amènent aussi à avoir de nombreux contacts et une bonne connaissance des milieux religieux de Syrie et du Liban. Il est ainsi chargé d'une mission par le général Dentz en 1941, qui le nomme contrôleur des Waqf-s et de l'immatriculation foncière89, afin de régler « plusieurs affaires importantes [...] en suspens »90. En 1942, c'est le général Catroux qui l'associe à son centre de formation pour les fonctionnaires civils et militaires à Damas. Et il fait aussi partie du comité de la culture française à Beyrouth, avec Bounoure et Gaulmier91. Le général Beynet notait, à propos des « éminents services rendus par H. Laoust au Levant », que « non seulement il fait honneur à l'université française par la qualité de ses travaux, mais il exerce dans tous les milieux musulmans de Syrie, par le double prestige de sa science et de sa personne, une influence des plus heureuses pour le nom français »92.

  • 93 Serres au MAE, novembre 1947, Beyrouth, Cabinet Politique 828, AMAEN.

51Il n'est donc pas totalement hermétique à la vie politique. Le contexte de la fin du mandat et sa personnalité l'incitaient à la prudence, mais il a de nombreuses relations, dans des milieux privés et dans les ministères syriens. « M. Laoust est un directeur à la fois prudent et consciencieux, et ses propositions très modérées me paraissent devoir être entérinées sans difficultés. »93.

  • 94 Jouguet à Seyrig, 24 avril 1940, manuscrit, AIFEAD 56-3.

52D'autre part, ses travaux sur Ibn Taimīya, s'ils concernent une autre époque, ont un caractère très actuel et des vertus pour la compréhension de l'islamisme. Pierre Jouguet écrit en 1940, à propos de ses thèses : « Certains propos me font prévoir qu'elles auront un certain retentissement dans les milieux lettrés du Caire, et qu'elles y seront discutées. »94.

53Donc, au-delà du caractère timoré de certains actes de Laoust, on note dans son action en Syrie un aspect très concret.

54Il se consacre surtout à l'Institut. Il est le premier directeur à y loger la majeure partie de l'année. A l'arrivée des Forces Françaises Libres en Syrie, des échanges reprennent avec les autres universitaires, d'abord en Afrique du Nord. La vie du centre retrouve un cours normal, pour un temps certes limité. Il se charge de ce redémarrage.

55L'action de Laoust est donc importante. Il oriente l'Institut vers des travaux plus compatibles avec la réalité politique, et lui permet, dans une certaine mesure, d'échapper aux critiques après le départ des Français. Il préserve ainsi l'Institut d'une fermeture définitive.

Notes

1 L'illustration, 5 août 1922, p. 122.

2 H. Bordeaux, « Voyageurs d'Orient : Le Levant pendant et après la guerre », Revue des Deux Mondes, mai-juin 1926, p. 617. Voir aussi CRAIBL, 1922, p. 183-184.

3 L'illustration, 5 août 1922, p. 122.

4 Voir le livre d'or de l'IFAAM, A1FEAD.

5 Rapport cité sur l'activité de l'IFAAM, février 1930, p. 12, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

6 Un comité s'est créé à la mort de Gaston Descarpentries pour lui ériger une fontaine. Descarpentries était un officier de la 1ère compagnie méhariste de Palmyre, tué par des Bédouins au cours d'un convoi transdésertique en 1925. Voir AIFEAD 26-5 et 26-9 et Beyrouth, Bureau Diplomatique 2511, AMAEN.

7 Voir AIFEAD 29-9.

8 Voir par exemple la liste des personnes ayant assisté à la conférence de Marguerite van Berchem, le 19 mars 1927, AIFEAD 27-9.

9 H. Bordeaux, article cité, p. 617.

10 B. Gaulis, La question arabe, Paris, Berger-Levrault, 1930, p. 234.

11 A. Poulleau, ouv. cité, p. 220.

12 Délégué adjoint à Alep à Pierre-Alype, 5 avril 1927, AIFEAD 28-25.

13 Texte pour le journal L'Orient à propos de la conférence de Marguerite van Berchem le 19 mars 1927, AIFEAD 27-9. À propos de l'art musulman, on lui écrit : « Nul ne peut ici traiter de cette matière avec plus d'érudition et de goût que le créateur et le conservateur du musée de Damas. » Duthoit à E. de Lorey, octobre 1924, dossier bulletin de l'enseignement, Beyrouth, IP 32, AMAEN.

14 Sancholle-Henraux à E. de Lorey, 1er novembre 1923, AIFEAD 24-3.

15 Bulletin de l'Union Economique de Syrie, n° 3, septembre 1925, p. 200-202. Compte-rendu de l'inauguration de la section syro-libanaise de l'exposition des Arts Décoratifs le 27 juin 1925. Le discours que fit E. de Lorey y est rapporté.

16 Gouraud à E. de Lorey, 26 février 1924, AIFEAD 28-4.

17 Voir la note de Bounoure sur le projet de statut de l'Académie Arabe, dossier Académie Arabe, Beyrouth, IP 48, AMAEN. Bounoure rapporte l'avis du conseiller pour les Arts sur la situation de l'Académie Arabe. C'est un des rares exemples où E. de Lorey intervient en tant que conseiller.

18 Les appuis dont il dispose expliquent que l'on puisse retrouver dans les archives de l'Institut, chose étonnante, des documents le critiquant, communiqués par la délégation à Damas.

19 Lettre au délégué à Damas, 28 mai 1923, n° 6179, AIFEAD 30-5.

20 De Lorey au général Vallier, 9 juin 1926, n° 1783, AIFEAD 30-5.

21 Rapport Massignon, janvier 1928, p. 3, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

22 MAE au Haut-Commissariat, 11 février 1929, n° 25, Levant, E379, AMAEP.

23 Inspecteur français des travaux publics de l'Etat de Syrie à Alep au conseiller pour les travaux publics, 23 mars 1927, AIFEAD 27-6.

24 Ibid.

25 AIFEAD 27-6.

26 De Lorey au général Billote, sans précision, AIFEAD 27-1. Voir aussi Pierre-Alype au conseiller auprès des Waqf-s, 11 octobre 1926, n° 5284/SA, AIFAD 27-7 ; et E. de Lorey à Pierre-Alype, 24 février 1927, n° 2179, AIFEAD 30-14.

27 Rapport cité sur l'activité de l'IFAAM, février 1930, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

28 Consulat à E. de Lorey, 11 juillet 1929, n° 426, AIFEAD 29-9.

29 Rapport cité sur l'activité de l'IFAAM, février 1930, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

30 Massignon à Bounoure, 7 janvier 1930, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

31 MAE au Haut-Commissariat, 24 avril 1930, n° 52, Œuvres 222, AMAEN.

32 Seyrig à Dussaud, propos rapporté par Dussaud à Marx, 2 février 1930, manuscrit, Œuvres 227, AMAEN.

33 E. de Lorey, « Les mosaïques de la mosquée des Ommeyyades à Damas », Syria, 1931, Paris, Geuthner, p. 3.

34 Rapport Massignon, janvier 1928, p. 3, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

35 H. Bordeaux, article cité, p. 617.

36 Haut-Commissariat au MAE, 26 mai 1930, n° 402, Œuvres 222, AMAEN.

37 Rapport Massignon, janvier 1928, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

38 Entretiens avec N. Élisséeff et avec J. Gaulmier, qui était souvent au Palais Azem à cette époque.

39 Massignon à Bounoure, 7 janvier 1930, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN. Il fait allusion à son voyage à l'Université de Princeton en janvier 1930, pour une série de conférences sur les mosaïques de la grande mosquée de Damas, qui accompagne une exposition des relevés.

40 Duthoit à E. de Lorey, octobre 1924, dossier bulletin de l'enseignement, Beyrouth, IP 32, AMAEN.

41 Massignon, exposé au comité de direction, réunion du 13 mars 1928, Beyrouth, IP 128 bis, p. 2, AMAEN.

42 Rapport Massignon, janvier 1928, p. 12, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

43 Note de Bounoure, 10 mars 1932, dossier Beaux-Arts, Beyrouth, IP 88, AMAEN.

44 J. Poirier, Histoire de l'ethnologie, Paris, P.U.F., 1969, Q.S.J. n° 133, p. 118, 1969. Il cite dans cette catégorie R. Montagne et M. Gaudefroy-Demombynes.

45 Hommage de la rédaction de L'Afrique et l'Asie, n° 32, p. 4.

46 R. Montagne, Les organismes administratifs et scientifiques qui nous intéressent, cours au CHEAM, 10 pages dactylographiées, p. 1, Paris, CHEAM, 1939.

47 Montagne a écrit sous le pseudonyme de Jolivet. Voir son article sous ce nom : « L'évolution sociale et politique des pays arabes, 1930-1933 », Revue des Etudes Islamiques, 1933, p. 425-644.

48 Colloques organisés en 1936, 1937 et 1938 et publiés sous le titre d'Entretiens sur l'évolution des pays de civilisation arabe, Paris, Hartmann.

49 Entretien avec P. Rondot.

50 P. Rondot, « R. Montagne et le Levant », L'Afrique et l'Asie, n° 32, 4e trim. 1955, p.36

51 Ibid, p. 37.

52 Article cité de J. Lecerf, BEO n° XXV, 1972, p. 247.

53 Montagne à ?, 5 septembre ? [1938 probablement], manuscrit, AIFEAD 30-5.

54 Pila à Massignon, 17 juillet 1930, Œuvre 222, AMAEN.

55 Montagne au secrétaire général, 29 janvier 1931, dossier Montagne, Beyrouth, IP 128, AMAEN. Il parle d'« un poste difficile dont personne ne voulait » pour la direction de l'Institut.

56 Bulletin individuel de notes de Montagne, dossier Montagne, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

57 Bounoure au secrétaire général, 2 décembre 1931, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

58 Lecerf à Borei, 11 janvier 1935, dossier traitements et rappels 1935-1938, AJ 166954, AN.

59 P. Rondot, article cité, L'Afrique et l'Asie, n° 32, 4e trim. 1955, p. 37.

60 B. Vernier, "R. Montagne et la steppe", L'Afrique et l'Asie, n° 32, 4e trim. 1955, p. 44-45.

61 P. Rondot, article cité, L'Afrique et l'Asie, n° 32, 4e trim. 1955, p. 38.

62 Ibid.

63 Ibid.

64 Massignon à Marx, 18 novembre 1928, n° 379, estampages 137 et 138, Levant, E379, AMAEP.

65 Ph.S. Khoury, Syria and the French Mandate. The Politics of Arab Nationalism, 1920 -1945, Princeton, 1987, p. 76.

66 Entretien avec P. Rondot. Il se souvient avoir lui-même, en tant que collaborateur de Montagne, rédigé des articles pour un des rares députés soutenant le traité, mais ne connaissant rien aux problèmes du Levant.

67 Voir la correspondance Montagne-Puaux, dossier Montagne, carton n° 36, Papiers d'Agents 236, AMAEP.

68 H. Lerner, Catroux, Paris, Albin Michel, 1990, p. 249.

69 « Le directeur [...] ne passe jamais plus de quelques jours à Damas. » Lecerf au président de l'association des anciens élèves de l'ENS, 11 janvier 1935, dossier traitement et rapports 1935-1938, AJ 166954, AN.

70 Entretien avec A. Raymond.

71 Anecdote rapportée par P. Rondot.

72 Entretien avec N. Élisséeff.

73 CRAIBL, 1929, p. 69. Voir aussi les nouvelles archéologiques dans Syria, t. V, VI, IX et X, 1924, 1925, 1929, 1930.

74 Voir la correspondance sur ce sujet, dossier fouilles en Syrie, Œuvres 227, AMAEN.

75 Carnet du courrier officiel de l'Institut 1937-1940, AIFEAD 40-3.

76 G. Puaux, Deux années au Levant. Souvenirs de Syrie et du Liban, 1939-1940, Paris, Hachette, 1952, p. 73.

77 SOFE à J. Mistler, 3 mars 1939, Œuvres 246, AMAEN.

78 MAE au Haut-Commissariat, 15 juin 1939, n° 117, Beyrouth, Cabinet Politique 390, AMAEN.

79 Beyrouth à Londres, 11 mars 1942, télégramme 259, dossier action en faveur de la France Libre, ralliement, Beyrouth, Cabinet Politique 2450, AMAEN.

80 Télégramme n° 592, 15 avril 1942, dossier Action en faveur de la France Libre, ralliement, Beyrouth, Cabinet Politique 2450, AMAEN.

81 Voir le résumé que fait Sauvaget de cette période, « L'Archéologie musulmane en France de 1939 à 1945 », Ars Islamica, t. XIII-XIV, 1948, p. 157.

82 Laoust à Marx, 26 janvier 1938, Œuvres 232, AMAEN.

83 Charles à Laoust, non daté, manuscrit, AIFEAD 43-1.

84 Laoust à Charles, 19 juin 1942, AIFEAD 43-1.

85 H. Charles, La sédentarisation entre l'Euphrate et Balik, Beyrouth, 1942.

86 Laoust à Bounoure, 15 novembre 1944, n° 610, AIFEAD 44-2.

87 Entretiens avec M. Rodinson, A. Raymond et G. Delanoue.

88 Voir son article « L'évolution politique et culturelle de l'Égypte contemporaine », Entretiens sur l'évolution des pays de civilisation arabe, p. 68-94, Paris, Hartmann, 1937.

89 Arrêté n° 65/PA du 30 mars 1941, dossier Laoust, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

90 Dentz au délégué du Haut-Commissariat auprès de la République Syrienne, 21 février 1941, n° 1786, dossier Laoust, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

91 Décision n° 1493/FC du 31 décembre 1942 nommant Laoust membre associé de la section pour la Syrie et le Liban du Comité de la culture française dans le Proche-Orient, section créée en septembre 1942.

92 Beynet à Massigli, 14 juin 1944, n° 522, dossier Laoust, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

93 Serres au MAE, novembre 1947, Beyrouth, Cabinet Politique 828, AMAEN.

94 Jouguet à Seyrig, 24 avril 1940, manuscrit, AIFEAD 56-3.

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search