Version classiqueVersion mobile

L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946) à travers les archives

 | 
Renaud Avez

Première partie. L'évolution de l'Institut Français de Damas

Chapitre III. L’institut Français de Damas de 1938 à 1946 : la préparation de l’après-mandat

Texte intégral

1Nous entamons ici la dernière période de notre étude. Elle va nous amener à envisager les directions successives d’Henri Seyrig et d’Henri Laoust, qui ont en main l’Institut durant cette période difficile que fut la guerre puis la fin du mandat.

I - L’INSTITUT SOUS LA DIRECTION D’HENRI SEYRIG DE 1938 À 1941 : LE PALAIS AZEM VIDÉ PAR LA GUERRE

2Henri Seyrig est nommé directeur de l’Institut au printemps 1938 par une décision qui prend effet, rétroactivement, le 1er janvier. Jusque-là, le Palais Azem était sous la direction de son secrétaire général, Henri Laoust, nommé directeur par intérim pendant le mois de janvier.

  • 1 Laoust à Montagne. Ces deux personnes ne sont pas notées sur la lettre, mais il apparaît clairemen (...)
  • 2 Laoust à Marx, 26 janvier 1938, dossier Syrie-Liban, dépenses à engager, Œuvres 232, AMAEN.

3Au début de 1938, Montagne, pourtant absent depuis plusieurs mois, reste un interlocuteur privilégié des pensionnaires. Laoust continue à le maintenir informé de la situation1, et le budget 1939 est élaboré d’après ses prévisions2.

  • 3 Voir le texte, non daté (1946 ou 1947), sur la Mission Archéologique Française, dossier archéologi (...)

4La nomination de Seyrig est la seule réalisation du projet de Dussaud. La Mission Archéologique Française au Levant reste liée au Service des Antiquités jusqu’à la fin du mandat, et n’en sera séparée qu’à ce moment pour former, en 1947, l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth3.

5Seyrig est donc directeur de l’Institut et du Service des Antiquités. Pour ces raisons, il séjourne principalement à Beyrouth et à Palmyre, son fief archéologique. Il ne vient que très rarement au Palais Azem. C’est Laoust qui en a la gestion quotidienne. On envisage pourtant, en 1938, dans le cadre de l’application du traité, de dissoudre le Service des Antiquités dont les attributions passeraient aux États, avec un conseiller au Liban, Maurice Dunand, et un conseiller en Syrie, Henri Seyrig, qui aurait là le moyen de se rapprocher de Damas. Mais les Services des intérêts communs ne seront laissés aux États qu’en 1944 et l’Institut ne profitera pas de ce rapprochement. Seyrig est donc un directeur à distance, aux activités multiples, qui assure cependant son soutien à l’Institut.

  • 4 Compte de gestion 1938, Œuvres 232, AMAEN. Il y est mentionné comme pensionnaire, nommé pour une a (...)
  • 5 Laoust à Marx, 26 janvier 1938, dossier Syrie-Liban, dépenses à engager, Œuvres 232, AMAEN.
  • 6 Ibid et Montagne à Sauvaget, 30 juin 1937, AIFEAD 37-3. Il signale que Reich n’a pas encore touché (...)

6A ce moment, l’Institut comprend, outre son secrétaire général et ses deux pensionnaires réguliers, Roger Lescot, attaché pour un an4. Les membres correspondants forment toujours une équipe de valeur, qui perpétue la tendance sociologique des recherches. En janvier 1938, Laoust nomme Henri Charles second membre attaché de l’Institut, comme Montagne l’avait suggéré avant son départ5. L’absence de crédits empêche de faire de même avec Reich, qui a aussi demandé à bénéficier de ce statut. Il reste cependant membre correspondant. Montagne avait accordé une attention particulière à Reich et à Charles, leur offrant une aide financière et les proposant pour des bourses à Paris6.

  • 7 Procès-verbal de la réunion du 5 mars 1938, AJ 166954, AN.

7La réunion du comité de direction a lieu au Ministère des Affaires Étrangères le 5 mars 1938, avec Marx, Marçais, Massignon, Dussaud, Mauss, Seyrig, Poirier, Abraham, directeur général du cabinet du ministre de l’Éducation Nationale, de Hauteclocque, conseiller d’ambassade à la sous-direction Afrique-Levant, et plusieurs nouveaux professeurs : Eugène Albertini, professeur au Collège de France, Charles Picard, professeur à l’École des Langues Orientales Vivantes et membre de l’Institut, et Jean Deny, professeur à l’École des Langues Orientales Vivantes. Le nouveau recteur de l’Académie de Paris, Roussy, Guyot, Montagne et Lecouturier, directeur-adjoint de l’enseignement supérieur, sont excusés7.

8Le Ministère de l’Éducation Nationale semble avoir pris plus d’ampleur dans ce comité, avec un représentant et l’introduction de nouveaux professeurs dans un groupe de spécialistes réuni jusqu’alors en cénacle.

9Seyrig va faire le lien entre les activités scientifiques de l’Institut et celles du Service des Antiquités. Il réunit les arabisants et les archéologues.

10Si les deux services ne fusionnent pas entièrement, des rapports étroits vont exister. On parle en 1938 de réunir les bibliothèques des deux centres au profit de Damas, projet sans suite. De plus, Robert Amy, architecte du service de Seyrig, va collaborer aux publications de l’Institut. Enfin, Seyrig propose un vieux collaborateur et ami, Daniel Schlumberger, inspecteur du Service des Antiquités depuis novembre 1929, pour remplacer un des deux pensionnaires quittant l’Institut. Le comité l’accepte et choisit Lescot pour le second poste. Charles était aussi intéressé, mais ses possibilités d’intégration à l’Université Saint Joseph lui assure d’autres perspectives.

11La question des locaux est reposée par le nouveau directeur. La bibliothèque de l’Institut, surtout si elle s’accroît des 10 000 volumes du Service des Antiquités, ne peut rester au Palais Azem. Le comité ne prend aucune décision réelle, mais reparle de construire un nouveau bâtiment et de laisser le palais au gouvernement syrien.

12Par ailleurs, la revue Syria doit passer du patronage du Haut-Commissariat à celui de l’Institut Français de Damas. Certains ont aussi remarqué des similitudes entre le Bulletin d’Études Orientales et la Revue des Études Islamiques, double emploi que le comité invite à éviter. Entre ces deux revues, le Bulletin est un peu à l’étroit et a des difficultés à trouver sa place.

13Enfin, la question de l’avenir des pensionnaires de l’Institut revient, comme à chaque nouveau départ. Le comité reconnaît que la carrière de chercheur offre peu de perspectives professionnelles et ne voit de solution que dans une intégration à l’enseignement si les intéressés disposent de la licence. Le comité invite cependant Abraham et le Ministère de l’Éducation Nationale à s’occuper des pensionnaires qui quittent Damas. Il semble vouloir assurer un plus grand suivi des chercheurs et crée une sous-commission pour garder un contact plus fréquent avec la direction de l’Institut. Elle est composée de Marx. Dussaud, Massignon, Abraham et Guyot.

14Signalons aussi qu’à l’occasion de cette réunion, Montagne est nommé directeur honoraire de l’Institut.

  • 8 Livre de compte de l’Institut, 1939 à 1941, cahier se trouvant dans les archives de l’IFEAD.
  • 9 Rapport d’activité 1940, Beyrouth, IP 163, AMAEN.

15Lecerf et Weulersse rentrent en France à l’automne, leur mission prenant fin le 1er septembre. Le second est nommé au lycée Condorcet. Sauvaget est par contre de retour pour poursuivre des recherches épigraphiques, jusqu’au début octobre. Charles demeure chargé de mission, ainsi que Georges Tchalenko, archéologue du Service des Antiquités, qui s’intéresse au même sujet que Lassus8. Ce dernier fut d’ailleurs chargé de mission au cours de l’été 1939, travaillant avec Tchalenko9. Lescot et Schlumberger sont nommés pensionnaires à partir du 1er octobre, mais ce dernier reste membre du Service des Antiquités de qui il continue à recevoir son traitement.

  • 10 Délégué général au MAE, 21 avril 1939, n° 426, AIFEAD 45-5.
  • 11 Ibid.
  • 12 A. Raymond, « La Syrie du royaume arabe à l’indépendance, (1914-1946) », in La Syrie d’aujourd’hui (...)
  • 13 Cahier des entrées au Palais Azem, AIFEAD 45-3.
  • 14 MAE au Haut-Commissariat, 5 mai 1939, n° 88, papiers d’Écochard, AIFEAD.

16L’année 1939 est particulièrement troublée. Outre les événements mondiaux, le pays est très agité. Des manifestations et des grèves ont lieu en réponse, entre autres, à la non-application du traité franco-syrien. Gabriel Puaux, nouvellement arrivé au Levant en remplacement de Damien de Martel, est très mal reçu lors de son passage à Damas en février. Le 18, Jamil Mardam Bek, chef du gouvernement syrien, démissionne, ce qui accentue la tension dans les rues. L’Institut est alors évacué et laissé à la garde de deux plantons pendant environ une semaine10. Par sa position au centre de la vieille ville, le Palais Azem paraissait aux autorités « fort exposé et dans l’impossibilité d’être en cas de besoin efficacement secouru », celles-ci craignant le pillage et l’incendie pour la bibliothèque et les collections11. Les événements de 1925 qui dévastèrent le palais sont encore dans les mémoires. Cette fermeture peut paraître étonnante et doit correspondre à un événement précis ou à une crainte temporaire, car des situations de crises similaires ont déjà eu lieu en Syrie, notamment en 1936, et depuis lors à plusieurs reprises ; les événements les plus durs de cette année auront lieu en mars et avril12. D’ailleurs, les visites du palais ne cessent pas en février13. Cette tension est un nouveau prétexte pour reposer le problème du logement au Palais Azem. Le Ministère des Affaires Étrangères ne peut toujours pas, au vu de l’état de son budget, acquérir de nouveaux locaux, comme le lui demande le Haut-Commissariat14.

  • 15 O’Zoux à Laoust, 30 avril 1939, AIFEAD 45-5. Raymond (ou Dominique) O’Zoux, licencié en philosophi (...)
  • 16 Brouillon de lettre à O’Zoux, AIFEAD 45-5. Voir aussi la copie de la lettre envoyée, différente du (...)

17En avril 1939, Laoust reçoit une demande de bourse de Raymond O’Zoux, qui réside à Beyrouth. Il a travaillé à l’Institut au temps où Montagne était directeur, et avait alors fait une demande, que celui-ci n’avait pu soutenir. Il termine à ce moment sa thèse sur Les mimiques et manières en Syrie centrale et aimerait la faire publier par l’Institut15. Laoust se contente de lui indiquer la démarche à suivre pour obtenir une bourse à Paris. Il ne peut publier son ouvrage, faute de crédits et faute surtout d’intérêt pour son travail qu’il juge d’un « caractère très général et essentiellement littéraire »16.

18Le centre fonctionne un peu plus tranquillement pendant cette période, avec moins de pensionnaires et de correspondants, un pensionnaire et le directeur étant d’ailleurs occupés ailleurs et ayant leur propre structure de travail.

  • 17 Procès-verbal de la réunion du 31 janvier 1939, AJ 166954, AN.

19Le comité s’est réuni une dernière fois le 31 janvier 1939. Sont présents Dussaud, Boyer, Robert de Caix, Gaudefroy-Demombynes, Marçais, Montagne, Seyrig, Marx, Roussel, professeur à la Sorbonne et membre de l’Institut, et Strauss, rédacteur au Service des Œuvres Françaises à l’Étranger. Roussy, Abraham, Guyot et Massignon sont excusés17.

20Les mêmes questions sont abordées. L’activité de l’Institut est traitée entre l’état du palais et les possibilités d’intégration dans l’enseignement des expensionnaires.

  • 18 Haut-Commissariat à Massigli, télégramme n° 16, 31 janvier 1940, Beyrouth, IP 162, AMAEN.
  • 19 Notes du budget 1940, dossier établissements d’enseignement supérieur, Beyrouth, IP 156, AMAEN.
  • 20 Cahier avec le détail des dépenses de l’Institut de 1939 à 1941, AIFEAD. Leurs deux noms y apparai (...)

21La mobilisation en septembre 1939 ne fait qu’accentuer cette atmosphère assez calme. Laoust et Lescot sont mobilisés dans le Service des Renseignements d’Alep, ville où ils retrouvent Gaulmier. Le palais est donc vide. Seuls Doummar et Ouéchek y demeurent, continuant d’assurer son fonctionnement. Massignon y passe à cette période, venant encore une fois inspecter l’Institut au cours d’un voyage en Orient18. Raymond Duru, architecte du Service des Antiquités en mission auprès de l’Institut, qui poursuit des fouilles à Palmyre, est un des seuls à fréquenter le palais19, avec Écochard et Moaz20.

  • 21 Seyrig à Massignon, 26 mars 1940. AIFEAD 56-3.
  • 22 Voir AIFEAD 56-3.
  • 23 Seyrig à Massignon, 26 mars 1940, AIFEAD 56-3.
  • 24 Demonts à Seyrig, manuscrit, 18 mars 1940, AIFEAD 56-3.
  • 25 Puaux au général Mittelhauser, 7 juin 1940, n° 6403, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

22Le Haut-Commissariat est conscient de cette léthargie et aimerait l’en soustraire. Seyrig signale à Massignon : « M. de Hauteclocque [délégué à Damas] a pris l’initiative de m’entretenir l’autre jour du regret que lui causait l’état de notre Institut, et m’a chargé de vous demander s’il ne serait pas possible d’y faire venir quelques arabisants qui maintinssent les liens précieux noués par Laoust et Sauvaget. »21 Une correspondance s’établit entre Seyrig, Pierre Jouguet, directeur de l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire, et Massignon, pour tenter de remédier à cette situation en envoyant à Damas un bon arabisant, chose alors difficile à réaliser22. Ils parlent d’y faire venir un pensionnaire de l’Institut Français d’Archéologie Orientale, Robert Demonts, ou un attaché, Paul Kraus. Ce dernier, de nationalité tchèque, est incorporé peu après dans cette armée. Demonts a, lui, l’autorisation de Jouguet pour se rendre en mission à Damas, tout en conservant le traitement et le titre de pensionnaire de l’Institut du Caire23. Cette solution résout les problèmes du centre de Damas et Demonts 1’« accepte [...] sans hésiter »24. Mais il est mobilisé comme caporal de génie au détachement des transmissions du quartier général du théâtre d’opération de la Méditerranée orientale, et son transfert dans une unité basée à Damas ne pourra être obtenu25.

  • 26 Rapport d’activité 1940, Beyrouth, IP 163, AMAEN.
  • 27 Le rapport d’activité de 1940 ne fait pas mention de sa présence à l’Institut.

23L’Institut reprend son activité après cette mobilisation, pendant l’été 1940. Laoust et Lescot forment le groupe des arabisants (le second étant également iranisant) et travaillent en collaboration avec Raymond Duru et Georges Tchalenko, architectes attachés26. Schlumberger les a quittés après une année. Il a durant toute cette période continué à percevoir son traitement du Service des Antiquités, ayant un statut que la double direction de Seyrig explique27.

  • 28 Rapport d’activité, p. 2, Beyrouth, IP 163, AMAEN.
  • 29 Ibid, p. 2-3.
  • 30 Ibid, p. 3-4.

24Leurs activités se sont orientées autour de Seyrig et de ses fouilles à Palmyre28. Par ailleurs, Laoust a soutenu en mars 1940 ses thèses de doctorat ès-lettres, Essai sur les doctrines sociales et politiques d’Ibn Taimiya et Contribution à une étude de la méthodologie canonique d’Ibn Taimiya. Il a d’autre part poursuivi ses travaux sur l’organisation de la société musulmane aux époques ayyoubide et mamelouke, ainsi que des travaux de traduction. Enfin, il a travaillé sur la littérature arabe contemporaine, étendant à la Syrie et l’Irak l’étude qu’il avait entreprise pour l’Égypte sur l’organisation scolaire29. Lescot a, lui, poursuivi ses études sur les Kurdes et leur folklore, ainsi que sur l’Iran, et a effectué une mission dans ce pays de mai à août 193930.

  • 31 Ibid, p. 2.

25Ils ont, par ailleurs, cessé de faire paraître leur bulletin. Entre le tome VII-VIII des années 1937-1938 et le tome IX daté de 1942 se sont écoulées quatre années. Il ne s’agit pas d’un simple manque de fonds, mais d’une réorganisation des publications périodiques puisque « la revue Syria [...] est devenue avec la Revue des Études Islamiques l’organe officiel de l’Institut »31. Dès 1938, le comité de direction parisien avait noté que les lieux de publication de l’Institut réorganisé étaient trop nombreux, entre le Bulletin d’Études Orientales, Syria et la Revue des Études Islamiques. Le bulletin, coûteux, est considéré comme superflu, alors que les deux autres revues peuvent intégrer tous les articles faits à l’Institut. Lescot publie ainsi deux articles sur l’Iran dans la Revue des Études Islamiques, en 1938 et 1939, avant que la revue ne cesse de paraître le temps de la guerre. Et Seyrig apporte sa contribution quasiment à chaque tome de Syria. D’ailleurs, les événements en Europe et les problèmes de communication empêchent la continuation de la publication du bulletin au Caire.

  • 32 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.

26Pendant cette période, durant laquelle le Levant, avec le général Dentz comme Haut-Commissaire, reconnaît l’autorité de Vichy, l’Institut connaît des problèmes financiers. Son budget est au minimum et il n’est plus question de publier un bulletin. « Vichy nous avait laissé sans la moindre subvention ; nous avons pu vivre grâce à quelques économies et en utilisant le crédit de réfection de l’Iwan. »32 Le Service des Œuvres Françaises à l’Étranger du gouvernement de Vichy ne subventionne plus l’Institut qui doit puiser dans ses économies et notamment celles réservées aux travaux du grand Iwan du palais.

  • 33 Ibid.

27Cette situation se perpétue jusqu’au départ de Seyrig et au delà, celui-ci quittant l’Institut et le Service des Antiquités pour aller prendre la direction de l’Institut Français d’Istanbul, dans des conditions qui restent mystérieuses, en mai 194133.

II - L’INSTITUT SOUS LA DIRECTION D’HENRI LAOUST DE 1941 À 1946 : LA MARQUE DÉFINITIVE DES ÉTUDES ARABES

  • 34 Université de Paris à Élisséeff, 24 mars 1955, dossier statuts de l’IFD 1928-1955, AJ 166954, AN.

28Henri Laoust prend la suite de Seyrig à la tête de l’Institut. Ce choix s’imposait du fait des conditions de l’époque mais aussi de sa personnalité scientifique. En juin 1941, le Ministère des Affaires Étrangères du gouvernement de Vichy demande au recteur de l’Université de Paris de nommer Laoust à la direction de l’Institut avec Schlumberger comme secrétaire scientifique. Un arrêté est pris le 24 juin, les nommant à partir du 1er juillet34. C’est le dernier acte rectoral et officiel concernant l’Institut pris en France jusqu’à la fin de la guerre. A cette occasion, ces différentes autorités rappellent que le statut juridique de l’Institut n’est toujours pas définitif puisque la convention demandée six ans plus tôt n’a pas été signée. 11 est cependant hors de question d’envisager un changement de sa situation dans les circonstances de la guerre, le Service des Œuvres Françaises à l’Étranger alors dirigé par Jean Poirier n’ayant plus d’archives à Vichy et fonctionnant difficilement.

  • 35 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.
  • 36 Arrêté n° 448, 3 décembre 1941, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

29« La maison m’était entièrement confiée avec Schlumberger au poste de secrétaire général et Lescot comme pensionnaire. »35 Schlumberger est donc de retour. Il conserve cependant toujours son poste au Service des Antiquités qui continue à le payer jusqu’à ce qu’il décide, à la fin de 1941, de prendre pleinement possession de son poste au Palais Azem et d’être rayé des contrôles du personnel de la délégation générale36. Ce n’est qu’à partir de novembre 1941 qu’il touche son traitement de l’Institut.

  • 37 Recteur de l’Université de Paris au Service des Œuvres du MAE, 25 juin 1941, dossier statuts de l’ (...)

30Une lettre de cette époque mentionne une décision du conseil de direction que nous n’avons pas rencontrée ailleurs. Elle fait référence aux liens entre l’Institut et le Service des Antiquités et à la cohabitation des disciplines. Le secrétaire général de l’Institut doit être un archéologue si le directeur est arabisant et vice-versa37.

  • 38 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2. Voir aussi le compte-rendu d’activité de l’Instit (...)
  • 39 Note de Bounoure au directeur du personnel, 3 mai 1944, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

31En juin, a lieu la bataille du Levant où de Boucheman trouve la mort. Les Forces Françaises Libres et les Anglais reprennent les États du Levant aux Français fidèles au gouvernement de Vichy. En juillet, l’armistice de Saint-Jean-d’Acre est signé et le Levant passe sous le contrôle des vainqueurs. La Syrie est alors entièrement coupée de la métropole. Cependant la situation de l’Institut s’améliore puisque, comme le signale Laoust, « c’est la France Libre qui nous a renfloués, et c’est à elle que nous devons d’avoir pu fonctionner avec le maximum d’activité permis par les circonstances ».38 L’Institut, à partir de cette rupture des relations avec la France, est entretenu par les fonds du budget de la délégation générale à Beyrouth39.

32A la fin de 1941, le centre a donc un nouveau directeur, un secrétaire général présent et un pensionnaire qui assure à partir de mars 1942 les fonctions de secrétaire des publications et de bibliothécaire. L’équipe est restreinte, mais l’Institut retrouve un équilibre scientifique entre islamologie, archéologie, iranologie et études sur la période contemporaine.

  • 40 Montagne à ? (Sauvaget), non daté (1932 ou 1933), AIFEAD 33-1.
  • 41 Montagne à ?, manuscrit, non daté, AIFEAD 33-1.
  • 42 J. Lecerf, « Ammayya, Ummayya, Ulissanayya », BEO n° XXV, 1972, p. 242.

33Laoust profite de cette renaissance relative pour poser les bases d’une nouvelle politique scientifique, inaugurée dans une moindre mesure par Montagne et qui consiste en un rapprochement avec les chercheurs et étudiants syriens. Le comité de direction s’était préoccupé, à plusieurs reprises, du rôle que pouvait avoir ce centre auprès des étudiants syriens ayant fait leurs études en France et revenant dans leur pays. Il avait préconisé la création d’une association les regroupant. Montagne avait, d’autre part, déjà parlé de publier des textes arabes sans traduction, ce qui devait prendre le deuxième rang après les thèses et les travaux en français, projet sans suite40. A cette époque, vers 1932-1933, il était question de publier un texte de Zayyat41. D’autre part, l’Institut avait déjà travaillé avec des chercheurs syriens en leur ouvrant sa bibliothèque ou en publiant, en 1936, le texte en français de S. Mazloum, chef du service hydraulique de la région nord de la Syrie. Pendant ces années 1930, Lecerf signale qu’« autour de l’Institut français gravitent de plus en plus de jeunes savants de langue arabe [...]. Dès cette époque, l’ouvrage fondamental de Kazem Daghestani, Le mariage chez les musulmans de Syrie, est un bel exemple »42. Toutefois Laoust donnera plus d’ampleur à cette orientation.

  • 43 Entretien avec Maxime Rodinson.
  • 44 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.
  • 45 Laoust à Charles, 30 octobre 1941, n° 71, AIFEAD 43-1.

34Sur le plan scientifique, il dirige les chercheurs vers des travaux à partir de manuscrits et encourage la publication de ces textes, comme il le fera avec Maxime Rodinson43. D’autre part, il décide de continuer la publication de l’étude sur les monuments ayyoubides à partir de 1942. Il pense obtenir la collaboration d’Écochard ou de Tchalenko, qui ne peuvent se libérer, et obtient finalement l’aide de Duru44. Il avait aussi envisagé de continuer des travaux ethnologiques, ce que l’évolution politique du pays ne permettra pas. Il voulait établir un « plan méthodique de recherches ethnographiques pour la Syrie » et constituer des « archives photographiques d’ethnographie », avec l’aide de Charles45.

  • 46 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.

35Il résume son projet ainsi : « Je pense [...] que nous devons de plus en plus, étant donné les conditions nouvelles faites au travail scientifique en Syrie, associer à notre travail, pour des éditions de textes arabes, de jeunes syriens ayant continué en France leurs études d’orientalisme. » Il indique encore : « J’ai jugé aussi indispensable de grouper autour de l’Institut tous les travailleurs français, qui, à des titres divers, s’étaient intéressés à l’histoire du pays. »46

  • 47 Charles à Laoust, 9 février 1942, AIFEAD 43-1. En 1941, Charles devait entrer au Cabinet Politique (...)

36En 1941, l’Institut continue à entretenir des rapports avec ses anciens collaborateurs restés en Syrie comme Gaulmier, Écochard ou Charles. Les deux premiers sont à Beyrouth où ils travaillent pour la Délégation générale, et le dernier se trouve à Alep, “limogé” par son ordre47. 11 ne s’agit plus de recherches, mais de contributions au Bulletin d’Études Orientales qui reprend sa parution en 1942. Il est maintenant imprimé à Beyrouth, chez les Jésuites de l’Université Saint Joseph. Cette publication avait d’abord été prévue sous la forme d’un volume de Mélanges, publié dans des conditions analogues à celui de la Section Scientifique des Arabisants.

  • 48 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.
  • 49 Voir le programme de la mission des 25 et 26 juin 1942 à Beyrouth, AIFEAD 44-2.
  • 50 Général Catroux au général Collet, non daté, n° 4921, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 51 Livre de compte de l’Institut, 1942-1943, AIFEAD 42-2.
  • 52 Voir le compte-rendu d’activité de l’Institut pour 1942, BEO IX, p. 164. Talass y est signalé comm (...)

37Les options scientifiques de Laoust apparaissent dans la composition de l’équipe qui l’entoure en 1942. Schlumberger, qui n’est jamais resté très longtemps, quitte l’Institut le 15 mars pour rejoindre les Forces Françaises Libres. Il part travailler à Radio-Brazzaville avant de revenir s’occuper de Radio-Levant. Ce départ est, à l’origine, provisoire, le temps de « la durée de la guerre »48, et il compte bien reprendre son poste à la fin de celle-ci. Il n’est pas remplacé, du fait des conditions exceptionnelles qui existent alors. Mais, dès juin, Laoust entreprend des démarches auprès du Haut-Commissariat pour que As’ad Talass leur soit attaché49. Il est professeur au lycée Taǧhīz à Damas, ancien élève d’al-Azhar, licencié de la Faculté royale des Lettres du Caire, a préparé une thèse avec Régis Blachère de 1935 à 1939 à Paris, et il va entreprendre une thèse de doctorat avec Jean Sauvaget, à l’École Pratique des Hautes Études, qui sera la traduction d’un historien alepin50. Celui-ci avait déjà fait quelques missions pour l’Institut, essentiellement des copies de manuscrits, dès avril 194251. À partir de juillet, il apparaît régulièrement dans les traitements comme attaché52.

  • 53 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.
  • 54 Laoust à Charles, 30 juillet 1942, AIFEAD 43-1.
  • 55 IFD au directeur de la police à Damas, 19 août 1942, n° 179, AIFEAD 44-2.

38Laoust écrit à son propos : « Il m’a paru indispensable [...] de faire détacher un jeune syrien désireux de se consacrer à des travaux de recherches et de publications. J’ai obtenu le détachement (annuel et renouvelable) de As’ad Talass qui m’était signalé par Khalil Mardam [...]. Ce détachement d’un jeune syrien à l’Institut est une innovation. J’insisterai vivement [...] pour qu’elle soit maintenue après la guerre. »53 En juillet, Laoust le charge de faire le catalogue des manuscrits arabes d’Alep54. Il se rend ensuite en mission en Palestine du 1er au 15 septembre 194255. Lescot passe, lui, l’été en Perse, poursuivant des études de littérature et d’histoire.

  • 56 IFD à Nasrallah, 25 mai 1938, AIFEAD 37-1.
  • 57 Livre de compte de l’Institut, 1942-1943, AIFEAD 42-2.

39Parmi les correspondants, on trouve Youssef Eche, conservateur à la bibliothèque Ẓahiriyya, Sami Dahan, ancien instituteur de la région d’Alep remarqué par Gaulmier qui l’envoie étudier en France, Ibrahim Keylani et Maxime Rodinson, rédacteur au Service des Antiquités, depuis septembre 1941, après son service militaire et un passage dans l’enseignement à Homs, qui travaille sur des manuscrits de cuisine ayyoubide. C’est une équipe nouvelle qui fait des recherches à partir de textes anciens, en vue de leur édition. Écochard et Amy s’occupent d’archéologie. Enfin, Charles, Gaulmier et Joseph Nasrallah, Père à l’école épiscopale française de Yabroud, ont des travaux d’ethnographie en cours. L’Institut est donc à nouveau entouré d’une équipe nombreuse qui permet la publication du Bulletin. Nasrallah avait été en contact avec Laoust quelques années auparavant et avait proposé un texte pour le tome VII-VIII du Bulletin, texte qui n’avait pas été retenu faute de place56. Il a aussi entrepris l’inventaire des manuscrits arabes des bibliothèques des couvents libanais, étude qu’il publie dans le tome IX du Bulletin d’Études Orientales. L’Institut emploie aussi, durant cette période, les services de Duru, qui a le statut d’attaché. Il reçoit une allocation mensuelle, depuis le printemps 1942, pour le relevé des monuments ayyoubides, et s’occupe de la restauration du Palais Azem57.

  • 58 Laoust à Charles, 19 juin 1942, AIFEAD 43-1. Cette création a été décidée lors de la réunion d’une (...)
  • 59 Laoust à Catroux, 5 février 1942, Beyrouth, Secrétariat Général 1330, AMAEN.
  • 60 Secrétaire général au Conseiller de l’Instruction Publique, 29 janvier 1943, n° 642, Beyrouth, Sec (...)

40Au cours de l’année 1942, ils sont associés à un projet du général Catroux qui a en vue la création d’un centre de préparation aux carrières administratives civiles et militaires en Syrie, sur le modèle de ceux d’Alger et de Rabat, centre qui doit être patronné par l’Institut58. Lescot est déjà à la tête de l’École Supérieure d’Arabe depuis octobre 1941, école qui donne des cours à Damas pour les fonctionnaires français et les Syriens qui désirent devenir traducteurs. Il a remplacé à ce poste Charles Pellat, rentré en France. L’Institut est donc déjà impliqué dans l’enseignement de l’arabe. Laoust a mis au point le programme des cours de ce futur centre, comprenant de l’arabe et de la civilisation, en vue d’une « politique de contact et de compréhension réciproque »59. Outre son rôle dans la préparation du programme de l’enseignement et dans la commission du centre, Laoust prévoit de faire donner les cours par Lescot, Charles et lui-même. L’organisation définitive qu’il met au point à la fin de 1942 reste cependant sans suite. Le Délégué Général de la France au levant décide d’annuler ce projet, à la suite des difficultés rencontrées lors de son élaboration60.

41En 1943, Talass et Duru sont toujours membres attachés de l’Institut, et l’équipe des jeunes travailleurs regroupée par Laoust reste aussi importante.

  • 61 Cahier des dépenses de l’Institut, 1942-1943, AIFEAD 42-2.

42Eche, Nasrallah, Dahan et Keylani forment l’équipe syrienne, travaillant toujours à partir de textes anciens. Les deux derniers publieront leurs travaux en 1944 dans une collection de l’Institut. Écochard, Amy, Jean Lauffray — arrivé au Levant comme archéologue et qui est alors inspecteur des Antiquités de la Syrie du Nord — et Rodinson constituent l’équipe française, composée quasi exclusivement d’archéologues. Ces correspondants n’ont aucun soutien financier de la part de l’Institut61.

  • 62 Corbin à Lescot, 9 mars 1943, AIFEAD 43-2. Corbin était bibliothécaire à la Bibliothèque Nationale (...)

43Laoust propose aussi à d’autres personnes, occasionnellement, d’écrire un article pour le bulletin. L’émir Chehab, qui travaille au musée de Beyrouth, est sollicité pour le tome X. Pour ce Bulletin, il est aussi question d’avoir des contributions de Gaulmier, Écochard, Charles, Rodinson, Kraus et Henri Corbin, alors à l’Institut Français d’Istanbul. Ils ont tous été contactés en 1943. Or, cette publication, qui paraît en 1945, prend un retard qui bouleverse la liste des participants. En tout cas, Laoust avait repris contact en dehors de la Syrie, dans le réseau des Instituts Français à l’Étranger. Il signale à nouveau son existence, ses publications et son activité aux orientalistes. Corbin répond ainsi : « L’annonce que vous continuez votre bulletin m’a causé une grande joie. Restés par ici, une poignée d’orientalistes, nous devons assurer la traditio lampasis. Voici la deuxième année que je suis le seul représentant ici et gardien de notre Institut d’archéologie. Vous sentir également au travail, tout près, m’a fait du bien. »62

  • 63 Bounoure au directeur du personnel, 3 mai 1944, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 64 Bounoure au secrétaire général, 11 décembre 1943, n° 4032, Beyrouth, Secrétariat Général 1305, AMA (...)
  • 65 Note au Service de l’Instruction Publique, 11 décembre 1943, n° 10309, Beyrouth, Secrétariat Génér (...)
  • 66 Bounoure au secrétaire Général, 11 décembre 1943, n° 4032, Beyrouth, Secrétariat Général 1305, AMA (...)

44Pendant l’été 1943, l’Institut reprend contact avec des autorités scientifiques, à travers le gouvernement de la France Libre. Laoust part en mission en Afrique du Nord et rencontre les milieux orientalistes du Maroc, d’Algérie et d’Égypte. Il fait connaître l’activité du centre de Damas depuis 1941 et envisage des contacts plus fréquents. Il est « rattaché à l’Université d’Alger sous le patronage scientifique de laquelle il se trouve placé jusqu’à ce que l’Université de Paris, dont il dépend, soit en mesure d’exercer à nouveau ses droits sur l’établissement », par une ordonnance du 10 novembre 1943 du Comité Français de Libération Nationale63. Les liens administratifs de l’Institut se recréent donc sur des bases qui se rapprochent de celles d’avant-guerre. Un Service des Œuvres Françaises à l’Étranger reprend une partie de ses activités d’autrefois à Alger, un comité de direction revoit le jour et l’Institut retrouve ses interlocuteurs officiels passés. Le choix des pensionnaires dépend de l’Université d’Alger et en premier lieu du directeur de l’Institut. Les pensionnaires perçoivent une pension de 95 580 francs par an, à laquelle s’ajoutent des indemnités d’agrégation, de doctorat ou de logement. Bounoure notera ailleurs que « la reconstitution à Alger du comité de l’Institut qui fonctionnait autrefois à Paris, est une mesure des plus utiles. Elle a fait l’objet d’échanges de vues et d’accords entre le Département, l’Instruction Publique, l’Université d’Alger et la Coordination des Affaires Musulmanes »64. Laoust siège à ce comité, assisté de Bounoure, chargé de « défendre les intérêts de l’Islam oriental et du Levant »65 et d’« exposer les conditions spéciales du travail scientifique et de la propagande culturelle à Damas »66. Le fait que Laoust et Bounoure fassent tous deux partie de ce comité met en évidence un rapprochement de l’Institut et du Haut-Commissariat. L’évolution du mandat en a fait une des deux seules œuvres relevant directement de l’État Français en

45Syrie, la seconde étant l’École Supérieure d’Arabe qui n’est pas, nous l’avons vu, inconnue de l’Institut. Celui-ci a donc une place prépondérante que ses relations avec les Syriens renforcent. La situation difficile des années de guerre et de la fin du mandat ont rendu obligatoires de plus grandes relations avec les autorités mandataires.

  • 67 Compte rendu d’activité 1943-1944, BEO X, p. 161.

46A la rentrée 1943, la tendance sociologique des recherches a entièrement disparu. Il n’est plus question que de publications de manuscrits arabes et de missions archéologiques pour les membres du Service des Antiquités. Duru continue son étude des monuments ayyoubides et Tchalenko ses recherches sur l’archéologie byzantine. L’Institut garde également des relations avec Amy et Lauffray67. Les liens avec le Service des Antiquités se perpétuent, les chercheurs profitant des deux centres. Durant ces années, l’Institut s’occupe donc aussi des activités qui constitueront ensuite l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth.

  • 68 Voir les notes du budget 1944, dossier budget, Beyrouth, IP 190, AMAEN.
  • 69 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.

47Laoust avait rencontré, durant son voyage à Alger, William Marçais. Il a une grande autorité scientifique sur les centres de recherches nord-africains et il va essayer de resserrer les liens entre ceux-ci et Damas. Il avait été question, au moment de leur rencontre, d’un nouveau pensionnaire, besoin exprimé par Laoust et qui ne sera pas réalisable68. Mais un professeur de la Faculté d’Alger, Henri Pérès, séjourne au Palais Azem en avril et mai 1944, « afin de reprendre contact avec les premiers centres d’orientalisme libérés »69. Déjà, en février et mars 1943, Paul Kraus, professeur à l’Université Fu’ad Ier au Caire, était venu pour un cycle de conférences, sans cependant pouvoir se rendre à Damas. À la fin de 1944, Laoust veut poursuivre ces échanges en faisant venir Georges Marçais, pour des conférences d’archéologie musulmane, et également Marius Canard, mais sans succès. La venue de Sauvaget au début de 1945 entre aussi dans le cadre de cette volonté de solliciter des intervenants extérieurs pour désenclaver un institut qui se remet difficilement au même régime qu’autrefois.

  • 70 Cahier de caisse, janvier à septembre 1944, AIFEAD.

48À cette époque, l’Institut consacre une partie de son budget à des travaux de copies de manuscrits dans les bibliothèques, travaux effectués par de jeunes Syriens comme Chafiq Imam, qui travaille avec l’émir Dja’far au musée national syrien70.

  • 71 Indépendance proclamée par le général Catroux le 28 septembre 1941.
  • 72 A. Raymond, « La Syrie du royaume arabe à l’indépendance (1914-I946) », in La Syrie d’aujourd’hui, (...)
  • 73 Laoust à Oliva-Roget, 20 mars 1944, AIFEAD 49-1.

49À la suite des élections de juillet 1943, un gouvernement à majorité nationaliste est formé à Damas. Cette affirmation du système politique syrien et son indépendance croissante vont amener des changements dans la vie de l’Institut dont l’adjectif « français » n’a alors plus le même poids. Il ne bénéficie plus des mêmes avantages, et sa position administrative en Syrie évolue. C’est auprès du gouvernement syrien et de ses ministères qu’il doit maintenant s’adresser, avec parfois moins de succès qu’autrefois. D’autre part, la situation générale du pays devient plus difficile pour les Français, en ces années où l’indépendance de la Syrie a été proclamée71 et où le mandat, pourtant, ne finit pas, même si le transfert effectif des pouvoirs commença à partir du 1er janvier 194472. Les manifestations se multiplient, atteignant parfois le palais. Le 18 mars 1944, cinq cents manifestants environ « se sont présentés à la porte du Palais Azem, ont enlevé le drapeau français ainsi que les deux enseignes [...] qui se trouvaient sur le mur extérieur du palais »73. Laoust demande alors au gouvernement syrien de prendre des mesures de protection en cas de manifestation, car le palais se trouve éloigné de tout poste de police.

  • 74 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2. Un décret du 26 avril 1944 crée un cadre des serv (...)
  • 75 Décision n° 1369/FL, 13 janvier 1944, du général Beynet, dossier Laoust, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 76 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.
  • 77 Entretien avec Maxime Rodinson.
  • 78 Massignon à Laoust, 3 décembre 1944, télégramme n° 87, Beyrouth, Secrétariat Général 1342, AMAEN.
  • 79 Beyrouth à Paris, télégramme n° 68/PB, 13 décembre 1944, Beyrouth, Secrétariat Général 1342, AMAEN
  • 80 Laoust à Cantineau, 7 février 1945, n° 32, AIFEAD 45-5.

50En septembre 1944, Lescot quitte Damas. Il est nommé chef-adjoint du cabinet du Résident Général à Tunis, réalisant « un projet auquel il tenait depuis longtemps, celui de rentrer dans les Affaires Étrangères »74. Laoust est alors nommé, en remplacement et provisoirement, directeur de l’École Supérieure d’Arabe75. Rodinson, membre de la Mission archéologique permanente de Syrie depuis mars 1943, mission que l’on réanime pour sauvegarder les structures archéologiques françaises au Levant, pose sa candidature pour ce poste de pensionnaire vacant. Laoust écrit : « J’aimerais beaucoup avoir sa collaboration, si M. Dunand peut s’en défaire, et si le conseil de direction de l’Institut ne fait pas d’objection à l’opportunité immédiate de son choix. »76 Rodinson, arrivé au Levant en 1940, avait été étudiant aux Langues Orientales et à la Sorbonne, et était connu de plusieurs professeurs, dont Massignon, qui l’avait engagé comme bibliothécaire à l’Institut des Études Islamiques en 193977. Une lettre de celui-ci mentionne que sa candidature a été acceptée, en accord avec le conseil de l’Institut des Études Islamiques78. Or, elle sera finalement repoussée. Pourtant, Laoust insiste pour avoir de nouveaux pensionnaires afin de réorganiser l’Institut, après plusieurs années de rupture avec le comité parisien. En décembre 1944, les autorités à Beyrouth demandent la venue de Massignon pour préparer une nouvelle fois l’Institut à la reprise de ses activités et la venue de Sauvaget pour une mission de quelques mois79. Ils arrivent au début de 1945, pendant une période difficile pour les Français. Pourtant, l’Institut semble calme. Laoust écrit à Cantineau en février : « Ici, rien de particulier à vous dire. Le travail suit son cours. »80

  • 81 Laoust à Sauvaget, 11 janvier 1945, n° 18/PB. Voir aussi le télégramme 29/PB, Beyrouth à Paris, 11 (...)
  • 82 Massignon fait une conférence le 23 mai au lycée franco-arabe à Damas. Voir le dossier AIFEAD 45-5 (...)
  • 83 Paris à Beyrouth, télégramme n° 606, 13 avril 1945, Beyrouth Secrétariat Général 1342, AMAEN. Entr (...)
  • 84 Laoust à Sauvaget, 3 janvier 1945, n° 4, AIFEAD 47-2.
  • 85 Catroux à Collet, non daté (début 1945), n° 4921, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 86 Le compte-rendu d’activité pour l’année 1943-1944, dans le BEO X, ne fait cependant pas mention d’ (...)

51Sauvaget arrive à la fin du mois de mars, pour deux mois81, en même temps que Massignon, qui ne fait que passer82. Il vient, outre ses recherches et des conférences, pour installer le nouveau pensionnaire finalement nommé par Paris, Nikita Élisséeff, licencié ès-lettres, qui étudie avec lui et est diplômé de l’École des Langues Orientales. Élisséeff est arrivé en Syrie le 13 avril, peu après Robert Mantran, qui vient d’être nommé à l’Institut Français d’Istanbul, et est en mission à Damas avant de rejoindre son poste. Envoyé en Syrie pour faire de l’archéologie musulmane sur les traces de Sauvaget, Élisséeff est nommé pensionnaire à partir de son arrivée83. Laoust avait cependant demandé deux nouveaux pensionnaires : « Il ne me semble pas impossible de les trouver malgré les difficultés de l’heure présente. »84 II appuie alors la candidature de Talass. « Le départ d’un pensionnaire de l’Institut Français de Damas ayant laissé des crédits disponibles au budget de l’Institut, son directeur m’a demandé de désigner un membre étranger pour remplacer ce pensionnaire [...]. Rien ne peut être plus fécond pour l’assimilation intellectuelle et morale de la Syrie, que le projet de faire entrer les jeunes professeurs de Damas dans une maison comme l’Institut. On peut attendre de telles mesures les meilleurs résultats. »85 La nomination de Talass est décidée pour le 1er juillet suivant, pour une durée d’un an renouvelable86. En qualité de membre étranger, il doit percevoir une pension de 4 500 francs par mois.

  • 87 Correspondance avec R. Mantran, 17 février 1992..

52Élisséeff et Mantran arrivent en pleine période de crise. Laoust prévoit déjà le départ des Français. Ils logent au palais et rencontrent là Talass, Moaz, Salah el-Din Munajjed, Écochard et Amy. Laoust et Sauvaget leur font visiter Damas et les présentent aux personnalités françaises et syriennes. Ils partent ensuite en voyage. A Beyrouth, ils rencontrent Maurice Dunand, directeur du Service des Antiquités, et à Alep, Jean Lauffray. Ils ont aussi droit à des exercices d’épigraphie avec Sauvaget. Ils ne reviennent qu’au début du mois de mai87.

  • 88 Propos rapporté par N. Élisséeff.

53Cependant, la situation à Damas est de plus en plus tendue. Massignon dit, en rentrant en France : « Encore un cocorico et tout est foutu. »88

  • 89 Rapport Oliva-Roget sur les événements de 1945 en Syrie, p. 83, Beyrouth, Cabinet Politique 1160, (...)
  • 90 Ibid, p. 114.
  • 91 Ibid, p. 140. « Je demande à l’aviation un avion pour mitrailler le sérail et lâcher deux ou trois (...)
  • 92 Ibid, p. 153.
  • 93 Entretien avec M. Rodinson. Voir aussi S.H. Longrigg, Syria and Lebanon under French Mandate, Oxfo (...)
  • 94 Rapport cité d’Oliva-Roget, p. 181, Beyrouth, Cabinet Politique 1160, AMAEN. Une autre source indi (...)

54Le mois de mai est ponctué de calme relatif et de manifestations avec fermeture des souks, heurts et combats89. La crise s’accentue à la fin du mois. Le 25, le général Oliva-Roget, délégué à Damas, note dans son rapport sur ces événements, qu’« une véritable chasse à l’homme s’organise contre le personnel autochtone au service de la délégation »90. C’est le début de violents combats, qui aboutissent le 29 à un bombardement par avion de la citadelle, où sont réfugiés des manifestants syriens91, relayé le lendemain par des tirs de canons92. Ces événements mettent fin à la présence française en Syrie et closent, sans concession, le mandat, qui avait duré jusqu’alors sous des formes diverses malgré les événements politiques nombreux qui tendaient à en finir avec cette tutelle. Car les manifestations et les combats, ainsi que la présence anglaise, vont obliger les Français à quitter la Syrie au début du mois de juin, dans une sorte de débâcle — contrôlée ensuite avec l’aide des Anglais et transformée en rapatriement vers Beyrouth — où ils perdront tous leurs biens. Il est alors peu recommandé de parler français dans les rues de Damas93. Oliva-Roget note aussi que « les maisons françaises sont pillées »94.

55A l’Institut, Sauvaget, Laoust, Elisséeff et Mantran connaissent eux aussi des difficultés. Le 8 mai, pour la célébration de la victoire française, la population montre une forte hostilité et ils ont des difficultés à se déplacer dans la vieille ville. L’atmosphère devenant plus tendue, ils quittent l’Institut en catastrophe le 19 et atteignent le Cercle militaire par des rues détournées. Dans l’après-midi, le palais est investi par la population à la recherche de Français.

  • 95 Correspondance avec R. Mantran, 17 février 1992 et entretien avec N. Elisséeff.
  • 96 Beyrouth à Rabat, 9 juin 1945, télégramme n° 603, Beyrouth, Secrétariat Général 1342, AMAEN.

56Ils sont logés au lycée de la Mission laïque, boulevard de Bagdad. Elisséeff et Mantran gagnent Beyrouth en convoi protégé le 26 avec diverses personnalités françaises, dont la femme du délégué-adjoint à Damas. A Beyrouth, ils sont accueillis et aidés par les Dunand95. Sauvaget avait quitté Damas le 23 ou le 24, en même temps que Laoust qui partait en mission en Égypte96.

  • 97 Beyrouth au Caire, 10 juin 1945, télégramme n° 1726/PS, Beyrouth, Secrétariat Général 1342, AMAEN.

57Le Palais Azem est donc vide au moment de la fin des troubles. Un télégramme du 10 juin, adressé à Laoust, nous apprend la fin de cet épisode : « De Schlumberger. Ai visité vendredi Palais Azem intact gardé par gendarmerie syrienne. Toutes salles importantes notamment bibliothèque et votre bureau sont sous scellés. »97 Et Doummar est arrêté par les forces syriennes.

58C’est avec cette information que prend fin l’histoire de l’Institut Français de Damas sous le mandat. Nous allons voir, dans un dernier point, comment il quitte le Palais Azem.

III - LA FIN DE L’INSTITUT AU PALAIS AZEM : LA RÉALISATION D’UN DÉSIR ANCIEN

  • 98 Livre de compte de l’Institut, octobre 1944 à novembre 1945, AIFEAD.

59Le palais est donc sous scellé et contrôlé par les autorités syriennes, tandis que ses membres ont quitté Damas avec toute la communauté française. Cependant, son activité administrative reprend dès le début de juin, et les traitements sont réglés à la mi-juin98. Toutes les activités administratives continuent à se faire à Damas, dans le souci de maintenir des liens avec la ville, malgré la rupture des relations franco-syriennes qui a fait suite aux événements de mai-juin. L’adresse postale de l’Institut est toujours à Damas et ses comptes bancaires sont restés ouverts.

  • 99 Laoust à Bounoure, 23 juin 1945, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

60Les pensionnaires demeurent à Beyrouth, travaillant à l’Université Saint Joseph. Mantran regagne son poste à Istanbul en août, pour remplacer Henri Corbin. Élisséeff y effectue aussi plusieurs missions. Et Laoust donne des cours à l’Université des Jésuites. Dès juin, il écrit aux autorités françaises : « Je vous demande d’être autorisé à me rendre à Damas, dès les premiers jours de la semaine prochaine, afin de prendre contact avec les autorités locales. »99 Mais ces déplacements s’avéreront impossibles, et c’est Doummar, une fois libéré, qui vient chaque semaine à Beyrouth, rendre compte de la situation.

61Laoust fait faire des travaux de copies par As’ad Talass, Saleh Aboudane, Hassan Hemesmiye et Chafiq Imam. Nasrallah et Eche effectuent aussi quelques missions.

  • 100 Livre de compte de l’Institut, octobre 1944 à novembre 1945, AIFEAD. Voir Laoust, note sur la coop (...)

62À partir de novembre 1945, Sami Dahan, jusque-là professeur au lycée officiel d’Alep, bénéficie d’un traitement qui peut correspondre à celui d’un pensionnaire. Nous ne savons pas exactement quand il fut nommé, mais Laoust prévoyait, depuis le départ de Talass au printemps, de lui donner ce poste de pensionnaire syrien, nouveau à l’Institut, qui devient officiel en 1945. Il part en mission en Égypte, à la fin de 1945. Talass, qui devait être pensionnaire en juillet, n’a plus de traitement à partir de la mi-avril, ayant en effet quitté l’Institut pour intégrer un ministère syrien100.

63Le fonctionnement scientifique de l’Institut continue donc à distance et sur place, en sourdine, grâce à une équipe syrienne et aux amitiés anciennes dont ils disposent à Damas.

  • 101 Entretien avec M. Rodinson, correspondance avec M. Rodinson du 24 mai 1992 et Laoust à Rodinson, 7 (...)

64Au début de 1946, la Mission archéologique permanente de Syrie à Beyrouth libère Rodinson de ses activités, et il postule, le 25 février, à un poste de pensionnaire, sur les conseils de Laoust et Sauvaget. Il est mis à la disposition de l’Institut pour un an, à compter du 1er mars, par la décision n° 704/F/C du 7 août 1946, de l’ambassadeur de France au Liban. Si cette nomination lui donne les avantages des pensionnaires, il ne dispose pas de cette qualité. On lui promet cependant de régulariser sa situation dès que les circonstances le permettront. Il réside à cette époque à Beyrouth. À la fin de cette année de détachement, il n’obtient pas de nomination définitive. Le comité de direction, qui s’est réuni le 31 mars 1947 à Paris, lui offre uniquement de continuer à le prendre en charge, à titre provisoire et exceptionnel, pour lui permettre de régler sa situation au Levant, ce malgré l’appui de Massignon passé en mars au Levant. Il est question d’une prise en charge n’excédant pas le 31 décembre 1947, mais sa non-résidence à Damas servira de prétexte pour mettre fin à cette collaboration, le 31 juin 1947. Rodinson rentre alors en France où il est détaché au Ministère des Affaires Étrangères pendant six mois avant d’être nommé bibliothécaire à la Bibliothèque Nationale. Ses liens avec l’Institut ont donc été essentiellement financiers, comme il le précise lui-même. Des raisons politiques ont participé à son statut instable. Ses opinions, mais aussi les conditions très difficiles du retour des Français à Damas, ne permettaient pas de l’intégrer à l’Institut101.

  • 102 Note pour le secrétaire général, 17 août 1945, dossier 1945, archives du Service de l’IP entreposé (...)
  • 103 Laoust à Bounoure, 23 juin 1945, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

65Le Palais Azem est resté intact. Au mois d’août, un officier français escorté par des militaires britanniques, essaye de le visiter. On leur refuse l’entrée et ils doivent faire face à une foule mécontente102. Laoust se demandait à son propos, en juin 1945 : « Convient-il de conserver le statu quo, ou ne faudrait-il pas mieux demander que le Palais Azem soit placé sous une garde franco-britannique ? Le système actuel me paraît assurer d’une façon satisfaisante la garde du palais. Il peut y avoir, d’autre part, intérêt, étant donné le caractère de l’Institution (centre de recherches d’orientalisme auxquelles des universitaires syriens ont été associés) et en prévision au terme de cette crise, d’une reprise de nos travaux, à conserver le statu quo. »103

  • 104 Voir l’ordre de mission du 25 juin 1945, Beyrouth, Cabinet Politique 1186, AMAEN.

66Pendant ce temps, le comité de direction parisien se reforme. Laoust se rend auprès de ses membres en juin 1945104. Et des pourparlers ont lieu à Damas. Le 12 février 1946, Doummar reprend possession du palais, sur décision du Ministère de l’Intérieur, et entreprend un travail d’inventaire et de classement. Cependant, le gouvernement syrien n’a pas encore arrêté sa décision, et le 21 février une délégation du Service des Antiquités, dirigée par Salah el-Din Munajjed, arrive pour occuper les lieux, sur ordre du président du conseil, ce qu’elle fait à partir du 23. Le palais repasse donc très rapidement aux mains des autorités syriennes, le Service des Antiquités remplaçant l’armée.

67Le dénouement de cette situation bloquée, alors que la bibliothèque et les papiers de l’Institut restent aux mains des autorités syriennes, a lieu à la suite de la reprise des relations diplomatiques entre la France et la Syrie, avec l’arrivée à Damas, en juin 1946, de Jean-Charles Serres, ambassadeur, à qui le Ministère des Affaires Étrangères a recommandé le sort de l’Institut.

  • 105 Quelques rares documents font mention d’une somme obtenue lors de la vente du palais. Par contre, (...)
  • 106 Ministre de France en Syrie au MAE, 31 décembre 1945, dossier biens français en Syrie, Beyrouth, t (...)
  • 107 Ministre de France en Syrie au MAE, 31 août 1947, n° 762/PL, dossier Rodinson, AIFEAD.

68Le Palais Azem est selon certaines sources vendu à l’État syrien ou, selon d’autres sources, cédé, au même titre que le Krak des chevaliers105. Contrairement aux craintes exprimées pendant les années 1930, la propriété française du palais n’a pas été remise en cause. En décembre 1945, une campagne de presse s’était attaquée aux biens français en Syrie, dont l’acquisition est contestée, épargnant simplement le Palais Azem et une autre résidence officielle106. Une inspection franco-syrienne est ensuite chargée de partager le mobilier du palais, afin que l’Institut puisse récupérer ses biens. Laoust et Élisséeff sont autorisés à revenir à Damas en octobre 1946, après plusieurs démarches de Serres auprès du président du conseil, Sa’d Allah Jabri. Ils sont parmi les premiers Français à séjourner de nouveau à Damas, non sans quelques difficultés. Ils déménagent à l’appel de Serres, et s’installent au dernier étage de la Mission laïque, alors vide, sur le boulevard de Bagdad107.

69À la fin d’octobre 1946, l’Institut a définitivement quitté le Palais Azem, dans une ambiance encore tendue. Laoust et Élisséeff voient cependant leur tâche facilitée par les amis et contacts dont ils disposent en Syrie. Keylani et Talass travaillent dans les ministères syriens et Khaled Moaz au Service des Antiquités. Pourtant, ils n’empêcheront pas une reprise dans la semi-clandestinité, l’Institut et ses membres subissant des tracasseries administratives de la part du gouvernement syrien, notamment dans la définition de son statut. Il ne reprend ses activités que très lentement.

70Nous allons clore sur ces événements, notre étude sur l’histoire de l’Institut Français de Damas. L’année 1946 est aussi celle de la reprise des relations diplomatiques franco-syriennes sur des bases bien évidemment différentes de celles qui existaient auparavant. Par ailleurs, cette année ouvre une nouvelle période, car Laoust est nommé professeur à l’Université de Lyon. Il passe, à partir de ce moment, six mois en France et six mois en Syrie, et la direction, qui lui est toujours confiée, est, dans les faits, divisée entre lui et Élisséeff, qui fait office de directeur-adjoint.

  • 108 Compte rendu du comité de direction, dossier 1947, archives du Service de l’IP se trouvant à l’Ins (...)

71Le comité de direction s’est réuni à nouveau, le 31 mars 1947, avec Marx, Dussaud, Cholley, doyen de la Faculté de Lettres de Paris, Abraham, Baillou, Blachère, Fort, Madame Kahn, Laoust, Lescot, Massignon et Sauvaget. Il décide d’adopter le nom d’Institut Français d’Études Arabes108.

Notes

1 Laoust à Montagne. Ces deux personnes ne sont pas notées sur la lettre, mais il apparaît clairement que c’est d’elles qu’il s’agit. 12 janvier 1938, AIFEAD 37-3.

2 Laoust à Marx, 26 janvier 1938, dossier Syrie-Liban, dépenses à engager, Œuvres 232, AMAEN.

3 Voir le texte, non daté (1946 ou 1947), sur la Mission Archéologique Française, dossier archéologie, missions, Beyrouth, Cabinet Politique 626, AMAEN. Il indique que « la disparition du Service des Antiquités, en tant que service commun entre les Etats, entraîne un remaniement de l’organisation actuelle ». C’est donc à ce moment seulement que le Service des Antiquités est réorganisé.

4 Compte de gestion 1938, Œuvres 232, AMAEN. Il y est mentionné comme pensionnaire, nommé pour une année renouvelable. Et Laoust à Marx, 26 janvier 1938, dossier Syrie-Liban, dépenses à engager, Œuvres 232, AMAEN.

5 Laoust à Marx, 26 janvier 1938, dossier Syrie-Liban, dépenses à engager, Œuvres 232, AMAEN.

6 Ibid et Montagne à Sauvaget, 30 juin 1937, AIFEAD 37-3. Il signale que Reich n’a pas encore touché ses bourses de l’Education Nationale mais qu’il perçoit 16 000 francs pour toute l’année, somme vraisemblablement versée par l’Institut. Depuis leur arrivée en 1936, Reich et Charles ont perçu des subventions pour leurs recherches, de l’Institut ou de Paris. Ils ont donc le statut d’attaché.

7 Procès-verbal de la réunion du 5 mars 1938, AJ 166954, AN.

8 Livre de compte de l’Institut, 1939 à 1941, cahier se trouvant dans les archives de l’IFEAD.

9 Rapport d’activité 1940, Beyrouth, IP 163, AMAEN.

10 Délégué général au MAE, 21 avril 1939, n° 426, AIFEAD 45-5.

11 Ibid.

12 A. Raymond, « La Syrie du royaume arabe à l’indépendance, (1914-1946) », in La Syrie d’aujourd’hui, Paris, CNRS, 1980, p. 76.

13 Cahier des entrées au Palais Azem, AIFEAD 45-3.

14 MAE au Haut-Commissariat, 5 mai 1939, n° 88, papiers d’Écochard, AIFEAD.

15 O’Zoux à Laoust, 30 avril 1939, AIFEAD 45-5. Raymond (ou Dominique) O’Zoux, licencié en philosophie, arrive en Syrie dans la deuxième moitié des années 1920. Il occupe plusieurs postes dans l’enseignement à Beyrouth, au Lycée de la Sagesse, à Alep, Tripoli, Antioche, Homs, avant de revenir à Beyrouth à la résidence des Pins où il dirige les études françaises. Il publie plusieurs articles dans le Bulletin de l’enseignement sur des sujets très divers, autour de questions pédagogiques et de la mémoire, de la concentration et du rêve. En 1931 paraît chez Larose, à Paris, son livre Les états du Levant sous mandat français.

16 Brouillon de lettre à O’Zoux, AIFEAD 45-5. Voir aussi la copie de la lettre envoyée, différente du brouillon, Laoust à O’Zoux, juin 1939, AIFEAD 45-5.

17 Procès-verbal de la réunion du 31 janvier 1939, AJ 166954, AN.

18 Haut-Commissariat à Massigli, télégramme n° 16, 31 janvier 1940, Beyrouth, IP 162, AMAEN.

19 Notes du budget 1940, dossier établissements d’enseignement supérieur, Beyrouth, IP 156, AMAEN.

20 Cahier avec le détail des dépenses de l’Institut de 1939 à 1941, AIFEAD. Leurs deux noms y apparaissent.

21 Seyrig à Massignon, 26 mars 1940. AIFEAD 56-3.

22 Voir AIFEAD 56-3.

23 Seyrig à Massignon, 26 mars 1940, AIFEAD 56-3.

24 Demonts à Seyrig, manuscrit, 18 mars 1940, AIFEAD 56-3.

25 Puaux au général Mittelhauser, 7 juin 1940, n° 6403, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

26 Rapport d’activité 1940, Beyrouth, IP 163, AMAEN.

27 Le rapport d’activité de 1940 ne fait pas mention de sa présence à l’Institut.

28 Rapport d’activité, p. 2, Beyrouth, IP 163, AMAEN.

29 Ibid, p. 2-3.

30 Ibid, p. 3-4.

31 Ibid, p. 2.

32 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.

33 Ibid.

34 Université de Paris à Élisséeff, 24 mars 1955, dossier statuts de l’IFD 1928-1955, AJ 166954, AN.

35 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.

36 Arrêté n° 448, 3 décembre 1941, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

37 Recteur de l’Université de Paris au Service des Œuvres du MAE, 25 juin 1941, dossier statuts de l’IFD 1928-1955, AJ 166954, AN.

38 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2. Voir aussi le compte-rendu d’activité de l’Institut pour l’année 1942, BEO IX, p. 164.

39 Note de Bounoure au directeur du personnel, 3 mai 1944, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

40 Montagne à ? (Sauvaget), non daté (1932 ou 1933), AIFEAD 33-1.

41 Montagne à ?, manuscrit, non daté, AIFEAD 33-1.

42 J. Lecerf, « Ammayya, Ummayya, Ulissanayya », BEO n° XXV, 1972, p. 242.

43 Entretien avec Maxime Rodinson.

44 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.

45 Laoust à Charles, 30 octobre 1941, n° 71, AIFEAD 43-1.

46 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.

47 Charles à Laoust, 9 février 1942, AIFEAD 43-1. En 1941, Charles devait entrer au Cabinet Politique pour s’occuper des affaires religieuses et sociales. Ses supérieurs ecclésiastiques ont refusé, mais il conserve un rôle officieux. Capitaine Buis au représentant de la France libre à Damas, 30 juillet 1941, n° 354/C9, dossier R.P. Charles, situation, Beyrouth, Cabinet Politique 1260, AMAEN.

48 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.

49 Voir le programme de la mission des 25 et 26 juin 1942 à Beyrouth, AIFEAD 44-2.

50 Général Catroux au général Collet, non daté, n° 4921, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

51 Livre de compte de l’Institut, 1942-1943, AIFEAD 42-2.

52 Voir le compte-rendu d’activité de l’Institut pour 1942, BEO IX, p. 164. Talass y est signalé comme attaché à l’IFD à partir du 15 juillet 1942.

53 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.

54 Laoust à Charles, 30 juillet 1942, AIFEAD 43-1.

55 IFD au directeur de la police à Damas, 19 août 1942, n° 179, AIFEAD 44-2.

56 IFD à Nasrallah, 25 mai 1938, AIFEAD 37-1.

57 Livre de compte de l’Institut, 1942-1943, AIFEAD 42-2.

58 Laoust à Charles, 19 juin 1942, AIFEAD 43-1. Cette création a été décidée lors de la réunion d’une commission, le 16 mai 1942. Voir le compte rendu de cette réunion par Laoust, 24 mars 1942, n° 61, Beyrouth, Secrétariat Général 1330, AMAEN. Elle fait suite à un rapport de Laoust sur ce centre et ses possibilités d’enseignement. Voir Laoust à Catroux, 5 février 1942, Beyrouth, Secrétariat Général 1330, AMAEN.

59 Laoust à Catroux, 5 février 1942, Beyrouth, Secrétariat Général 1330, AMAEN.

60 Secrétaire général au Conseiller de l’Instruction Publique, 29 janvier 1943, n° 642, Beyrouth, Secrétariat Général 1330, AMAEN.

61 Cahier des dépenses de l’Institut, 1942-1943, AIFEAD 42-2.

62 Corbin à Lescot, 9 mars 1943, AIFEAD 43-2. Corbin était bibliothécaire à la Bibliothèque Nationale. Il a été pensionnaire pendant neuf mois à l’Institut Français de Berlin avant d’être envoyé à l’Institut Français d’Istanbul, puis de diriger l’Institut Français de Téhéran.

63 Bounoure au directeur du personnel, 3 mai 1944, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

64 Bounoure au secrétaire général, 11 décembre 1943, n° 4032, Beyrouth, Secrétariat Général 1305, AMAEN.

65 Note au Service de l’Instruction Publique, 11 décembre 1943, n° 10309, Beyrouth, Secrétariat Général 1305, AMAEN.

66 Bounoure au secrétaire Général, 11 décembre 1943, n° 4032, Beyrouth, Secrétariat Général 1305, AMAEN.

67 Compte rendu d’activité 1943-1944, BEO X, p. 161.

68 Voir les notes du budget 1944, dossier budget, Beyrouth, IP 190, AMAEN.

69 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.

70 Cahier de caisse, janvier à septembre 1944, AIFEAD.

71 Indépendance proclamée par le général Catroux le 28 septembre 1941.

72 A. Raymond, « La Syrie du royaume arabe à l’indépendance (1914-I946) », in La Syrie d’aujourd’hui, Paris, CNRS, 1980, p. 81.

73 Laoust à Oliva-Roget, 20 mars 1944, AIFEAD 49-1.

74 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2. Un décret du 26 avril 1944 crée un cadre des services extérieurs de l’administration des Affaires Étrangères et en fixe les conditions d’admission. La possession d’un diplôme n’est pas exigée pour cette admission qui tient compte du comportement pendant la guerre en cours et des services rendus à la France. Ce décret ouvre cette carrière à des personnes n’ayant pas passé de concours, mais d’une manière temporaire liées à la situation. René Massigli procède à une première série de nominations à Alger, le 17 août 1944. La liste est composée de quatorze noms, dont Lescot, qui est nommé consul suppléant. Voir Les Affaires Étrangères et le corps diplomatique français. Histoire diplomatique française, Paris, CNRS, tome 2, 1984, p. 590-591.

75 Décision n° 1369/FL, 13 janvier 1944, du général Beynet, dossier Laoust, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

76 Laoust à Sauvaget, 6 décembre 1944, AIFEAD 47-2.

77 Entretien avec Maxime Rodinson.

78 Massignon à Laoust, 3 décembre 1944, télégramme n° 87, Beyrouth, Secrétariat Général 1342, AMAEN.

79 Beyrouth à Paris, télégramme n° 68/PB, 13 décembre 1944, Beyrouth, Secrétariat Général 1342, AMAEN.

80 Laoust à Cantineau, 7 février 1945, n° 32, AIFEAD 45-5.

81 Laoust à Sauvaget, 11 janvier 1945, n° 18/PB. Voir aussi le télégramme 29/PB, Beyrouth à Paris, 11 janvier 1945, Beyrouth, Secrétariat Général 1342, AMAEN.

82 Massignon fait une conférence le 23 mai au lycée franco-arabe à Damas. Voir le dossier AIFEAD 45-5. Il était déjà présent lorsque N. Élisséeff est arrivé, comme celui-ci nous l’a signalé.

83 Paris à Beyrouth, télégramme n° 606, 13 avril 1945, Beyrouth Secrétariat Général 1342, AMAEN. Entretien avec N. Élisséeff.

84 Laoust à Sauvaget, 3 janvier 1945, n° 4, AIFEAD 47-2.

85 Catroux à Collet, non daté (début 1945), n° 4921, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

86 Le compte-rendu d’activité pour l’année 1943-1944, dans le BEO X, ne fait cependant pas mention d’une telle mesure pour 1944.

87 Correspondance avec R. Mantran, 17 février 1992..

88 Propos rapporté par N. Élisséeff.

89 Rapport Oliva-Roget sur les événements de 1945 en Syrie, p. 83, Beyrouth, Cabinet Politique 1160, AMAEN.

90 Ibid, p. 114.

91 Ibid, p. 140. « Je demande à l’aviation un avion pour mitrailler le sérail et lâcher deux ou trois bombes (pas plus) sur la citadelle. »

92 Ibid, p. 153.

93 Entretien avec M. Rodinson. Voir aussi S.H. Longrigg, Syria and Lebanon under French Mandate, Oxford, University Press, 1958, p. 349. En mai et juin, l’auteur signale : « Feeling against the French in Syria surpassed, at this juncture, all previous levels of bitterness ; it was unsafe to utter a word of that language in the street. »

94 Rapport cité d’Oliva-Roget, p. 181, Beyrouth, Cabinet Politique 1160, AMAEN. Une autre source indique qu’» une partie du matériel (mobilier) a été pillée. L’ensemble parait être placé sous une sorte de séquestre ». Note pour Binoche, 12 juin 1945, Beyrouth, Secrétariat Général 1325, AMAEN.

95 Correspondance avec R. Mantran, 17 février 1992 et entretien avec N. Elisséeff.

96 Beyrouth à Rabat, 9 juin 1945, télégramme n° 603, Beyrouth, Secrétariat Général 1342, AMAEN.

97 Beyrouth au Caire, 10 juin 1945, télégramme n° 1726/PS, Beyrouth, Secrétariat Général 1342, AMAEN.

98 Livre de compte de l’Institut, octobre 1944 à novembre 1945, AIFEAD.

99 Laoust à Bounoure, 23 juin 1945, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

100 Livre de compte de l’Institut, octobre 1944 à novembre 1945, AIFEAD. Voir Laoust, note sur la coopération intellectuelle entre la France et les pays arabes, 24 avril 1945 (noté 1940 sur le document), 8 pages, Beyrouth, Cabinet Politique 828, AMAEN.

101 Entretien avec M. Rodinson, correspondance avec M. Rodinson du 24 mai 1992 et Laoust à Rodinson, 7 mai 1947, n° 115, archives privées de M. Rodinson.

102 Note pour le secrétaire général, 17 août 1945, dossier 1945, archives du Service de l’IP entreposées à l’Institut, AIFEAD.

103 Laoust à Bounoure, 23 juin 1945, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

104 Voir l’ordre de mission du 25 juin 1945, Beyrouth, Cabinet Politique 1186, AMAEN.

105 Quelques rares documents font mention d’une somme obtenue lors de la vente du palais. Par contre, N. Élisséeff pense que le palais a été donné à l’État syrien.

106 Ministre de France en Syrie au MAE, 31 décembre 1945, dossier biens français en Syrie, Beyrouth, troisième versement 275, AMAEN.

107 Ministre de France en Syrie au MAE, 31 août 1947, n° 762/PL, dossier Rodinson, AIFEAD.

108 Compte rendu du comité de direction, dossier 1947, archives du Service de l’IP se trouvant à l’Institut, AIFEAD.

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search