Version classiqueVersion mobile

L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946) à travers les archives

 | 
Renaud Avez

Première partie. L'évolution de l'Institut Français de Damas

Chapitre II. L’institut français de Damas de 1930 à 1938 : une structure universitaire pour un Institut qui s’affirme

Texte intégral

1Avec la fin de l’Institut Français d’Archéologie et d’Art Musulmans, réorganisé en Institut Français de Damas, commence une période exclusivement scientifique, qui se poursuivra jusqu’à nos jours.

  • 1 MAE au Haut-Commissariat, note confidentielle, 6 février 1930, n° 24, Œuvres 222, AMAEN.
  • 2 MAE au Haut-commissaire, 19 avril 1930, n° 80, Œuvres 222, AMAEN.

2La fin de l’Institut, sous sa première forme, laissait le Palais Azem libre mais jugé impropre à loger des chercheurs et un centre comme la Section Scientifique des Arabisants, base du nouvel institut. Cependant, dès le début de 1930, le Ministère des Affaires Étrangères décidait, en plein accord avec son comité, de laisser la Section au palais, le départ d’Eustache de Lorey libérant « des locaux très bien agencés et fort convenables pour l’habitation des pensionnaires »1. Le ministère précise encore : « Il ne m’a pas paru possible, après avoir demandé au budget d’importants sacrifices pour l’acquisition et la conservation de ce palais destiné à abriter notre institut, de déposer de nouvelles demandes de crédit en vue d’acquérir un local nouveau. »2

3La période qui s’ouvre maintenant, qui correspond aux années de direction de Robert Montagne, est d’abord assez difficile et tendue. L’Institut doit fixer son statut et définir ses rapports avec les autorités. La Section Scientifique des Arabisants, créée rapidement, se développant et devenant autonome, va constater la faiblesse de son statut et le manque de précision de son arrêté de création. Elle fait face à des problèmes administratifs qui mettront quelques temps à se clarifier.

4Nous isolons cette période car elle reste homogène, malgré quelques transformations, dont le rattachement à l’Université de Paris. C’est d’ailleurs ce rattachement qui divisera ce chapitre. Nous verrons donc dans un premier temps la création de ce nouvel Institut, puis l’Institut de 1930 à 1935, période de dépendance vis-à-vis du Haut-Commissariat et enfin les années 1935 à 1938, alors qu’il est rattaché à l’Université de Paris. Nous arrêtons ce chapitre avec l’arrivée d’un nouveau directeur, alors que la Syrie connaît une évolution politique qui laisse envisager un temps la fin prochaine du mandat.

I - LA CRÉATION DE L’INSTITUT FRANÇAIS DE DAMAS : VERS UN RAPPROCHEMENT FRANCO-SYRIEN

5Cette création a donc lieu à partir de la Section Scientifique des Arabisants, que nous avons laissée en 1929 avec l’arrivée d’une nouvelle pensionnaire.

  • 3 MAE au Haut-Commissaire, 12 décembre 1929, n° 227, estampage 4, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 4 Arrêté n° 2976, 20 janvier 1930, estampage 5, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 5 Rapport d’H. Terrasse, 17 janvier 1930, Œuvres 222, AMAEN.
    1o) Rapport sur la situation de la SSA.
    2 (...)

6A la fin de cette année, son comité de direction décide de nommer Jean Sauvaget secrétaire général, avec une indemnité de 500 francs par mois à compter du 1er décembre 19293, mesure rendue officielle avec l’arrêté n° 2976 du 20 janvier 19304. La Section Scientifique des Arabisants, qui n’a pas de directeur mais des chargés de mission passant annuellement, a alors un interlocuteur privilégié pour la représenter auprès des autorités. À cette même période, Henri Terrasse est ce chargé de mission, directeur scientifique temporaire, qui vient à Damas pour diriger et conseiller les chercheurs et maintenir Paris au courant de leur situation. Terrasse est de plus spécialement chargé de préparer la réorganisation de la Section en institut5.

  • 6 H. Terrasse, introduction à ses rapports, 17 janvier 1930, Œuvres 222, AMAEN.
  • 7 Rapport cité d’H. Terrasse, 1er point, p. 3, Œuvres 222, AMAEN. Chauffour et Bounoure s’occupent d (...)
  • 8 H. Terrasse, rapport cité, p. 2, Œuvre 222, AMAEN.
  • 9 Ibid, p. 1-2.
  • 10 Ibid, p. 3.

7La Section s’affirme donc à la fin de 1929. « Les résultats déjà obtenus par l’actuelle Section des arabisants, malgré les conditions parfois difficiles dans lesquelles cette équipe a dû travailler, sont des plus encourageants. »6 Jeanne Chauffeur s’est à son tour familiarisée avec la langue, travaillant à son projet de recherche et pour le Haut-Commissariat, qui l’a chargée de recueillir des costumes traditionnels féminins pour l’exposition coloniale de 19317. Les autres pensionnaires, qui ont « largement dépassé la période d’initiation au pays »8, ont eux aussi continué leurs recherches, définissant avec Terrasse leurs sujets de thèse. Sauvaget va étudier l’architecture syrienne musulmane de l’avènement des Ayyoubides à la conquête turque, Saussey, la femme dans la littérature arabe contemporaine et une traduction d’al-Qalānisī avec commentaires et notes, qui forment sa thèse secondaire, et Cantineau le vocabulaire comparé du sémitique, en accord avec Marcel Cohen. Il poursuit par ailleurs des fouilles à Palmyre avec Henri Seyrig, étudiant les textes palmyréniens trouvés au cours du déblaiement du temple de Bel9. Terrasse note que deux autres travailleurs appartiennent « moralement en quelque sorte, et par amitié »10, à cette équipe, évoluant dans leur entourage. Il s’agit du lieutenant Richard Thoumin, professeur à l’école militaire de Damas, qui a déjà publié à Beyrouth en 1928 une Histoire de la Syrie des origines à 1914 et une Géographie de l’Asie Occidentale et rédige une thèse qui a pour titre La géographie humaine de la Syrie centrale, et de Jean Gaulmier, qui fréquente les membres de la Section depuis ses débuts. Il est alors directeur des études françaises au lycée de Hama et veut étudier la sédentarisation des nomades syriens.

  • 11 Sauvaget au MAE, 15 avril 1930, n° 7, Œuvres 222, AMAEN.
  • 12 Arrêté n° 3066 du 31 mars 1930, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

8Certains, comme Sauvaget ou Cantineau, ont déjà publié des articles sur leurs recherches, notamment dans Syria, mais la Section Scientifique des Arabisants désire faire paraître un volume composé d’articles. Terrasse propose de l’imprimer sur place, chez les Paulistes d’Arissa. Il le sera en fait à l’imprimerie catholique de l’Université Saint Joseph à Beyrouth. Le Ministère des Affaires Étrangères leur accorde une subvention, pour cette publication dont les contributions sont fixées par Terrasse. Ce volume comprend des articles des pensionnaires, excepté Chauffour, celle-ci devant « réserver sa collaboration au volume suivant »11, et de personnes extérieures, Gaulmier, Thoumin, Moaz et Lecerf, que nous avons déjà rencontrés et qui sont toutes dans l’entourage direct du Palais Azem. Signalons aussi que Cantineau remplace Chalet à la bibliothèque à partir de mars, avec une indemnité de 500 francs par mois12.

  • 13 MAE au Haut-Commissariat, 2 septembre 1930, n° 62, Œuvres 222, AMAEN.
  • 14 H Terrasse, rapport cité, 1er point, p. 4, Œuvres 222, AMAEN.

9L’activité scientifique de la Section prend de l’ampleur, même si elle demeure mal logée au palais, puisque Eustache de Lorey ne déménage ses affaires qu’à la mi-1930 et que la bibliothèque reste très insuffisante. La Section acquiert son autonomie administrative avec la fin de l’Institut Français d’Archéologie et d’Art Musulmans et stabilise ainsi sa situation. Elle obtient des fonds plus importants lui permettant d’inscrire à son budget 30 000 francs de frais de mission en 1930. Sauvaget peut se rendre à l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire et Cantineau à l’École Archéologique Française de Jérusalem. Les pensionnaires ont, d’autre part, la possibilité, à partir de la fin de 1930, de rentrer en France tous les deux ans, en première classe et avec leur famille, au même titre que les fonctionnaires du Haut-Commissariat auxquels ils sont assimilés. Terrasse avait évoqué cette question à son passage et le Ministère des Affaires Étrangères en a ensuite fait la demande13. Ces précisions sont importantes car ces questions avaient jusque-là posé un problème. Les arrêtés de nomination des pensionnaires ne portaient pas mention de congés, sauf pour celui de Sauvaget, leur séjour en Syrie ne devant d’abord durer qu’un an. Leur situation se régularise donc, sans pour autant donner entièrement satisfaction, et Terrasse note encore qu’il « conviendra néanmoins d’élaborer pour 1931 un nouveau statut des membres de la Section »14.

  • 15 MAE au Haut-Commissariat, 23 janvier 1931, n° 11, Œuvres 222, AMAEN.
  • 16 Voir les dossiers sur le laboratoire de Ksara, Beyrouth, IP 78 et IP 95, MAEN. « Je proposerai [.. (...)
  • 17 Bounoure à Marx, manuscrit, 5 janvier 1931, Œuvres 176, AMAEN.
  • 18 Compte rendu de la réunion de comité de direction, 6 juin 1931, Œuvres 222, AMAEN.

10Celle-ci est alors composée de ses quatre pensionnaires et de travailleurs extérieurs. Il existe aussi un « pensionnaire en surnombre »15, Jean Chevrier, géophysicien, polytechnicien et licencié ès-sciences, nommé comme attaché au service météorologique en 1928. Il est aussi professeur au lycée français de Beyrouth. Il a en cours une thèse et désire intégrer l’observatoire de Ksara. Or, celui-ci ne peut, au début des années 1930, le prendre à sa charge. D’où la proposition qui est faite de l’intégrer à l’Institut. On lui offre un statut particulier à la rentrée 1930, jusqu’à ce que l’observatoire le prenne en charge, en 193116. Celui-ci « travaille dans des conditions analogues à celles des arabisants »17, mais ne dépend pas du comité parisien. Il reste à l’observatoire de Ksara, dépendant de l’Université Saint Joseph, en rapport avec le service géodésique de l’armée, et fait une campagne magnétique dans le désert de Syrie. Il étudie aussi les variations du potentiel électrique de l’air. Son nom a cependant été évoqué par Montagne, lors d’une réunion du comité de direction, en réponse à une question sur la place réservée, au sein de l’Institut, à la recherche scientifique pure18. Il ne bénéficie toutefois pas des mêmes avantages que les pensionnaires de la Section, notamment lors de l’augmentations des pensions.

  • 19 Sauvaget au délégué à Damas, 10 juillet 1930, n° 138, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 20 Note de Tétreau aux Services de l’Instruction Publique et des Antiquités, 7 juillet 1930, Beyrouth (...)
  • 21 Instruction Publique au Haut-commissaire par intérim, 21 juillet 1930, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN
  • 22 Ibid.

11Il est d’autre part question, en juillet 1930, de la venue, pour la seconde fois, d’Écochard et de le Cœur, qui désirent terminer pendant leurs vacances leurs travaux sur les hammams du xiiie au xviiie siècle. Marçais soutient leurs recherches et ils doivent être logés au Palais Azem19. « Cette affaire [...] est spécialement recommandée »20 au Haut-Commissaire mais des problèmes budgétaires ne permettent pas aux autoritées de payer leur voyage. Bien que celui-ci juge leurs travaux « dignes d’encouragements »21, il préfère, sur les conseils de Bounoure, leur demander de remettre leur voyage à l’année suivante. L’inspecteur du Service des Œuvres au Levant écrit à cette occasion : « Vous savez [...] que le budget des Œuvres, est cette année, particulièrement resserré et que la moindre dépense imprévue dépasse mes moyens. »22

  • 23 Arrêté n° 3138, 26 mai 1930, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 24 MAE au Haut-Commissaire, 14 avril 1930, n° 801, Œuvres 222, AMAEN.
  • 25 MAE au Haut-Commissaire, 19 avril 1930, n° 50, Œuvres 222, AMAEN.

12La Section Scientifique des Arabisants prend donc possession du Palais Azem, dans un premier temps avec la dissolution de l’Institut Français d’Archéologie et d’Art Musulmans, puis ensuite totalement avec le départ des affaires d’Eustache de Lorey. Sauvaget est nommé directeur par intérim de cette nouvelle structure non encore officielle, par l’arrêté n° 3138 du 26 mai 1930, avec une indemnité mensuelle de 1 000 francs.23 Cette promotion s’effectue « en attendant la nomination d’un directeur »24. Sauvaget est le « compatriote pleinement qualifié par ses études et sa valeur » que le Ministère des Affaires Étrangères demandait à ce poste25. Doummar, qui avait déjà eu l’occasion à maintes reprises d’assurer l’intérim administratif d’Eustache de Lorey à l’Institut, occupe toujours les fonctions de secrétaire comptable et est accrédité pour liquider les avances faites par le Ministère des Affaires Étrangères au nom de l’ancien directeur. La Section Scientifique des Arabisants est en position d’attente disposant de structures administratives temporaires.

  • 26 MAE au Haut-Commissaire, 23 juillet 1930, n° 565, Œuvres 222, AMAEN.
  • 27 MAE au Haut-Commissaire, 26 août 1930, n° 189, Œuvres 222, AMAEN.
  • 28 Haut-Commissaire par intérim au MAE, 23 juillet 1930, n° 565, Œuvres 222, AMAEN.

13Le Haut-Commissariat pense aussi à l’installation des chercheurs et prévoit de faire des travaux au palais. C’est une entreprise délicate car il faut « installer commodément un groupe de travailleurs ayant besoin de chambres, de bibliothèques, de salles de travail », alors que le palais « doit être, dans sa plus grande partie conservé intact et inoccupé comme un monument d’art ancien »26. Les salles réservées à l’Institut sont regroupées autour du salāmlik, détruit en 1925. Des travaux sont donc nécessaires, dirigés par le Service des Antiquités du Haut-Commissariat et son architecte François Anus, qui bénéficie des conseils de Sauvaget. Car le Ministère des Affaires Étrangères le souligne à cette occasion : « Provisoirement et vraisemblablement pendant plusieurs années, l’Institut pourra être maintenu dans les locaux actuels. »27 Ce sont des travaux importants et longs, dont le coût est élevé, qui devront être répartis sur plusieurs exercices budgétaires. L’organisation du Palais Azem en centre de recherche prend d’autant plus de temps qu’en 1930, un seul pensionnaire y réside et que sa bibliothèque est peu importante, ce qui ne contribue pas à activer les décisions des responsables à Beyrouth. Le Haut-Commissaire juge que le plus urgent est « de faire disparaître les traces des événements de 1925 »28.

  • 29 Bounoure à Marx, manuscrit, 5 janvier 1931, Œuvres 176, AMAEN.
  • 30 Ibid.
  • 31 Sauvaget à Massignon, 5 mai 1930, joint à Massignon à Marx, 15 mai 1930, Œuvres 222, AMAEN.
  • 32 Ibid.

14Tous ces changements, dont le bon fonctionnement du centre dépend, ont parfois été difficiles, en raison des rapports tendus entre le Haut-Commissariat et la Section Scientifique des Arabisants. Ses membres conservent leur indépendance vis-à-vis des autorités mandataires, ce qui n’est pas toujours pour plaire aux intéressés. Bounoure dira, en pensant à l’arrivée d’un directeur à l’Institut, que ses membres « avaient besoin d’un roi »29. Et Sauvaget signale ainsi n’avoir appris la démission d’Eustache de Lorey « que par la presse et les confidences de M. Doummar »30. Ces mauvais rapports, outre les problèmes entre l’administration mandataire et les pensionnaires qui ne veulent pas avoir de contact avec elle, proviennent du « caractère incertain »31 du statut de la Section et de ses membres. Sauvaget se plaint et écrit : « Nous aimerions connaître les liens qui nous unissent à l’administration mandataire. »32 Il constate qu’ils ont des contraintes administratives du fait de leur dépendance vis-à-vis du Haut-Commissariat, sans bénéficier des avantages accordés aux fonctionnaires, notamment en ce qui concerne les congés, et signale dès ce moment qu’ils préféreraient être rattachés au ministère.

  • 33 Marx à Cavalier, 5 juillet 1930, Œuvres 222, AMAEN.
  • 34 Terrasse, rapport cité, 2e point, p. 2, Œuvres 222, AMAEN.
  • 35 MAE au Haut-commissaire, 18 juillet 1930, n° 139, Œuvres 222, AMAEN.
  • 36 Marx à Lassus, 12 juin 1930, Œuvres 222, AMAEN.
  • 37 Voir son rapport d’activité pour 1929-1930, 15 juin 1930, Œuvres 222, AMAEN. Bounoure, au cours de (...)

15Ces questions seront quelque peu clarifiées au cours de la réunion du comité du 9 juillet 1930, où étaient invités de Saint Quentin, Cavalier, Boyer, Charléty, Marçais, Dussaud, Gaudefroy-Demombynes, Massignon, Léon, Barthélémy, Robert de Caix et Gout33. C’est lors de cette séance que la Section Scientifique des Arabisants devient officiellement le nouvel Institut. Le comité met, d’autre part fin à la mission de Jeanne Chauffour, remplacée par Jean Lassus, ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé, ancien membre de l’École Française de Rome, et spécialiste en byzantologie et en archéologie chrétienne. Il est appuyé auprès du comité par René Dussaud, sa candidature etant soutenue par ses maîtres, Gabriel Millet et Émile Mâle, directeur de l’École Française de Rome. Il était en relation depuis le mois de mai avec Jean Marx, qui le renseigna sur l’Institut, la Syrie et les possibilités de travail, sur place mais aussi en rentrant, que lui procurerait ce séjour. Sa candidature doit d’ailleurs être plus ancienne car Terrasse parlait au début de 1930 d’« un normalien byzantiniste actuellement membre de l’École Française de Rome » qui « désirerait venir en Syrie »34. Chauffour « a fait d’utiles recherches »35, mais comme Marx note par ailleurs qu’une « [mission] est toujours prolongée si le savant le désire et si ses travaux donnent satisfaction »36, il faut en conclure à une insatisfaction de la part des professeurs du comité de direction, puisqu’elle -même espérait rester37.

  • 38 MAE au Haut-Commissaire, 18 juillet 1930, n° 139, Œuvres 222, AMAEN.
  • 39 Marx à Sauvaget, 23 juillet 1930, Œuvres 222, AMAEN.
  • 40 Montagne au Secrétaire Général du Haut-Commissariat, 28 janvier 1931, dossier Montagne, Beyrouth, (...)
  • 41 Bounoure à Marx, manuscrit, 28 janvier 1930, Œuvres 176, AMAEN.

16Mais surtout, le comité nomme au cours de cette séance le nouveau directeur de l’Institut, pour une durée de trois ans, qui est Robert Montagne, professeur à l’Institut des Hautes Études Marocaines de Rabat et « prochainement docteur ès-lettres avec une thèse très intéressante d’ethnographie »38, thèse que « MM. Mauss et Rivet déclarent absolument hors ligne »39. En fait, la candidature de Montagne ne fut envisagée qu’après que Terrasse eut refusé ce poste. C’est néanmoins un de ses collègues qui en bénéficie, ayant l’expérience d’un institut de recherches et une connaissance des pays arabes. Il n’y avait, de toute manière, aucun autre candidat à ce poste40. Montagne bénéficiait en outre de l’appui du Haut-Commissaire qui agréa sa candidature. Ponsot le connaissait personnellement pour avoir assisté à une de ses conférences sur les Berbères à Beyrouth au début de 1930. Il s’était arrêté au Liban au retour d’un voyage au Yémen et dans la péninsule arabique avec Georges Colin, professeur d’arabe à l’École Nationale des Langues Orientales Vivantes. « C’est un homme de jugement large et solide, juste et ferme »41, notait Bounoure à la suite de cette rencontre. Il avait de plus, pendant ce court séjour, eu l’occasion de discuter avec les fonctionnaires du Haut-Commissariat de projets pour l’Institut Français de Damas et pour un enseignement bédouin. Il était donc apprécié à Beyrouth.

  • 42 Lettre de Montagne, manuscrit, non daté, Œuvres 222, AMAEN.
  • 43 Montagne à Marx, manuscrit, 10 juillet 1930, Œuvres 222, AMAEN.
  • 44 Voir l’article de Pierre Rondot, « R. Montagne et le Levant », L’Afrique et l’Asie, n° 32, 4e trim (...)
  • 45 H. Terrasse, rapport cité, 2e point, p. 2 et 4, Œuvres 222, AMAEN.

17Des contacts avaient été pris avec lui à partir du printemps 1930. Montagne, dans un premier temps, préfère rester à Paris. Il propose le renouvellement pour 1931 du système d’inspection limitée, qu’il pourrait faire entre décembre et avril42. Il accepte finalement cette direction, après insistance de Massignon, Marx et Gaudefroy-Demombynes, qui lui garantissent la « création d’un enseignement à l’Institut des Études Islamiques, rétribué par un autre budget que celui de la Syrie ; [et] indication de la part de M. Cavalier que cette décision pouvait être considérée [...] comme l’amorce de réalisations ultérieures plus importantes »43. Ce poste à l’Institut des Études Islamiques comprend une série de dix conférences annuelles avec une annuité de 12 000 francs, pendant cinq ans. Cette solution satisfait Montagne qui a ainsi le moyen de rentrer en France chaque année pendant quatre mois. Il accepte donc d’aller en Syrie, ce que dans une certaine mesure il désirait, le Levant étant pour lui un poste d’observation privilégié pour comprendre le mouvement nationaliste arabe44. Il avait d’ailleurs déjà été question, à la suite de sa première venue à Beyrouth et de sa rencontre avec Ponsot, qu’il crée en Syrie un centre de documentation sociologique45.

  • 46 Dussaud à Marx, manuscrit, 20 juin 1930, Œuvres 222, AMAEN.
  • 47 Marx à Bounoure, manuscrit, 30 mars 1931, Œuvres 176, AMAEN.
  • 48 Marx à Sauvaget, 23 juillet 1930, Œuvres 222, AMAEN.
  • 49 Ibid.

18Ce fut donc une décision difficile à obtenir et le Ministère des Affaires Étrangères, en la personne de Marx, a dû donner des garanties à Montagne, notamment sur son salaire. Cette persévérance du ministère montre, outre le peu de candidats présents, le sentiment des autorités d’avoir trouvé la personne qui correspond à cette responsabilité. D’autant plus que ce choix est critiqué au sein même du comité. Dussaud a aussi son candidat. « Ne pensez-vous pas, en présence de la carence des arabisants qui ne trouvent à proposer que l’inévitable Montagne, en présence aussi des prétentions de ce dernier qui ne sait pas l’arabe - en dehors de ce qu’on en parle dans les souks -, qui a donné une carte dans L’illustration qui fait peu honneur à ses connaissances géographiques (il met le Nedjd sur la carte ce qui prouve qu’il ne connaît pas la valeur de ce terme), que Lassus, rompu déjà à l’enseignement et ayant pratiqué à Rome ce que doit être une grande école, ne serait pas tout désigné pour être mis à la tête de l’Institut de Damas. »46 Montagne, avec l’appui de Massignon et de Marx, est cependant imposé au comité. Marx note à son propos : « C’est une force et c’est un animateur. C’est un homme intègre, actif, compétent ».47 On compte sur lui à Paris pour organiser l’Institut avec fermeté et faciliter ses contacts avec le Haut-Commissariat48. Aux pensionnaires, Marx précise qu’il « partira avec le désir de collaborer en étroite amitié avec vous tous et vous laissera pleinement libre dans le travail scientifique que vous avez entrepris sous la direction du comité de Paris »49.

  • 50 Ministère de la Marine au MAE, 5 novembre 1930, Œuvres 222, AMAEN.
  • 51 Montagne à Bounoure, 3 novembre 1930, Œuvres 222, AMAEN.
  • 52 Directeur de l’Office des États du Levant sous mandat français au Haut-Commissariat, 18 décembre 1 (...)
  • 53 MAE au Haut-Commissaire, 31 octobre 1930, Œuvres 222, AMAEN.
  • 54 Bounoure à Marx, manuscrit, 5 janvier 1931., Œuvres 176, AMAEN.

19Une fois libéré de ses fonctions au Maroc, et détaché par le Ministère de la Marine pour une période de trois ans à compter du 15 novembre 193050, il se rend au Levant, quittant Paris après avoir soutenu sa thèse le 10 décembre51 et prenant le bateau à Marseille le 1652. Massignon est lui-même arrivé sur place peu avant, de retour d’un voyage en Perse. Il est chargé une fois encore d’inspecter l’Institut et donne, à cette occasion, des conférences à l’Université de Damas53. C’est lui qui procède à l’installation du nouveau directeur, qui se passe bien, puisqu’« il a eu une bonne prise de contact avec les pensionnaires »54.

  • 55 Arrêté 4/P. 1931 et arrêté 28/P.1931, 14 janvier 1931, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

20La situation de Montagne est fixée par les arrêtés n° 4/P.1931 du 14 janvier 1931 et n° 28/P.1931 du 14 avril 193155. Le premier le nomme directeur de l’Institut Français de Damas à partir du 1er novembre 1930, avec une indemnité annuelle de 73 800 francs, un logement au Palais Azem et l’autorise à se rendre chaque année quatre mois en France pour ses cours. Le second arrêté augmente son salaire, qui passe à 81 000 francs, et précise qu’il ne sera fait aucune retenue sur celui-ci du fait de son logement de fonction.

  • 56 Arrêté n° 3393, 31 décembre 1930, dossier IFD, Beyrouth, Cabinet Politique 390, AMAEN. Voir en ann (...)
  • 57 H. Terrasse, rapport cité, 2e point, p. 1, Œuvres 222, AMAEN.

21D’autre part, l’arrivée d’un directeur et le passage de Massignon, qui bénéficie d’une grande popularité en Syrie tant chez les Syriens qu’auprès du Haut-Commissariat, permettent de mettre au point l’arrêté de création de l’Institut Français de Damas, arrêté n° 3393, pris le 31 décembre 193056. L’Institut Français d’Archéologie et d’Art Musulmans devient officiellement l’Institut Français de Damas et non l’Institut Français des Hautes Études Islamiques ou l’Institut Français des Hautes Études Orientales, comme l’avait suggéré Terrasse57. Son personnel scientifique est composé d’un directeur, d’un secrétaire général et de pensionnaires nommés par le Haut-Commissaire sur la désignation du comité parisien. Un conseil d’administration se réunissant deux fois par an à Beyrouth, en janvier et mai, comprenant le délégué du Haut-Commissaire, le directeur de l’Institut et l’inspecteur général des Œuvres françaises, est créé. Ces séances doivent régler les problèmes de gestion et définir le budget. Enfin, cet arrêté prévoit la rédaction rapide d’un règlement définitif pour l’Institut.

II - L’INSTITUT FRANÇAIS DE DAMAS DE 1930 À 1935 : UNE MISE EN PLACE PROGRESSIVE ENTRE ORIENTALISTES ET AUTORITÉS MANDATAIRES

  • 58 Arrêté n° 3355, 25 novembre 1930, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 59 Haut-Commissaire au MAE, 28 janvier 1931, n° 66, Œuvres 222, AMAEN.

22Jean Lassus, nommé pensionnaire à partir du 1er octobre 1930 par l’arrêté n° 3355 du 25 novembre 193058, avec une indemnité d’agrégation de 10 000 francs, arrive dans le courant du mois d’octobre, croisant à Damas Jeanne Chauffour dont la mission se terminait fin novembre, mais qui a obtenu une prolongation d’un mois, sur la demande de Massignon59.

23Montagne et Massignon arrivent après une période difficile pour l’Institut, pendant laquelle ses membres avaient connu des rapports assez mauvais avec le Haut-Commissariat, malgré l’appui du Ministère des Affaires Étrangères. Des problèmes de droit aux congés s’étaient posés lorsque Saussey voulut rentrer en France pour se reposer avec sa famille durant l’été. Ce cas particulier, qui soulevait une question administrative, ne faisait que signaler la difficulté de fixer le statut des pensionnaires dans le cadre du Haut-Commissariat, problème qui jusqu’ici avait été résolu au coup par coup et que l’arrêté de création de l’Institut Français de Damas va permettre de régler.

  • 60 Montagne à Bounoure, manuscrit, 3 octobre 1930, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 61 Ibid.
  • 62 Ibid.

24Avant même d’arriver en Syrie, Montagne possède des idées précises sur l’Institut qu’il doit diriger. Il compte s’installer dans l’appartement d’Eustache de Lorey, en attendant de reconstruire les parties détruites du Palais Azem, et se mettre rapidement au travail. Mais la situation instable qui règne à l’Institut l’amène à envisager l’organisation d’une annexe à Beyrouth, « au moins à titre provisoire »60, qui permettrait aux chercheurs, tant que la bibliothèque n’est pas constituée, d’aller travailler à l’Université Saint Joseph et faciliterait « les liaisons avec le service de M. Seyrig61. Il aimerait ainsi avoir à sa disposition deux pièces permettant de faire un bureau et une chambre. Mais ce premier projet ne verra pas le jour. En ce qui le concerne, il compte se déplacer beaucoup, « tant à l’intérieur de la Syrie, pour comprendre le travail exécuté par les spécialistes qui sont déjà sur place, que pour prendre personnellement contact avec les organisations scientifiques extérieures à la Syrie (Le Caire, Jérusalem, Bagdad) »62. Pour ces questions "urgentes", il s’enquiert dès la fin de 1930 de l’état des crédits, afin de pouvoir réaliser son voyage rapidement.

  • 63 Montagne à Bounoure, 29 janvier 1931, n° 368, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.
  • 64 Sauvaget à Bounoure, 20 juillet 1930, n° 131, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN. Sauvaget fait un compte (...)
  • 65 Montagne à Bounoure, 29 janvier 1931, n° 368, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

25Ce sont ces questions budgétaires qui créent dès le début de 1931 des tensions inattendues entre le directeur et le Haut-Commissariat. Lorsque Montagne arrive, Sauvaget est en train de clôturer le budget de 1930 et il prépare, sur les directives du Service des Œuvres françaises au Liban et en Syrie, le budget pour 1931. Or le nouveau directeur le reprend, dans la perspective de donner à l’Institut une impulsion que le Haut-Commissariat ne prévoyait pas. Pour Montagne, la situation budgétaire à son arrivée « exige [...] une intervention rapide, sous peine de compromettre, dès le début, la tâche de réorganisation de cet établissement pour toute l’année 1931 »63. Il a plusieurs dépenses urgentes à faire, nécessaires à son fonctionnement, à savoir l’aménagement du Palais Azem, presque vide après le déménagement d’Eustache de Lorey64, l’achat de livres pour la bibliothèque, la mise en route des premiers travaux, des missions à effectuer et le règlement de l’impression de la publication de la Section Scientifique des Arabisants, les Mélanges. Or ces besoins, jugés primordiaux par Montagne, ne trouvent pas un bon accueil à Beyrouth. Les fonds nécessaires à la réalisation de ce projet ne sont pas tous inclus dans le budget pour 1931, ce malgré une subvention exceptionnelle du fonds des jeux de 54 000 francs65. L’obtention des crédits supplémentaires sera une première source de conflits.

  • 66 Lettre de Montagne, manuscrit, 22 mars 1932, Œuvres 222, AMAEN.

26Montagne attache à ces questions une grande importance, n’acceptant pas de voir réduire ses prévisions et contrarier sa bonne organisation à cause de tels problèmes. Il insiste fortement, à plusieurs reprises, auprès du Haut-Commissariat pour qu’ils soient réglés sans délais. Par ailleurs, le retard pris dans la fixation de son statut personnel, sur les bases prévues à Paris entre Marx et lui, est une seconde source de tensions. En venant en Syrie, il avait obtenu des garanties sur son salaire, qui devait égaler celui d’Eustache de Lorey, pourtant titulaire du poste de conseiller pour les Arts. Or, Montagne a, sur ce plan, quelques contrariétés durables. Il note d’ailleurs une « attitude hostile » à son égard, qui s’est manifestée rapidement, et « qu’aucune intervention ni juste réclamation n’a pu modifier »66.

  • 67 Bounoure à Marx, manuscrit, 5 janvier 1931, Œuvres 176, AMAEN.
  • 68 Ibid.
  • 69 Marx à Bounoure, manuscrit, 30 mars 1931, Œuvres 176, AMAEN.
  • 70 Montagne à ? (Marx), manuscrit, 5 février 1931, Œuvres 222, AMAEN.
  • 71 Ibid.
  • 72 Bounoure à Marx, manuscrit, 25 avril 1931, Œuvres 222, AMAEN.

27Arrivé avec « plein d’ardeurs, plein d’idées »67, il découvre, en l’espace des trois premiers mois, les problèmes de l’Institut et les réticences du Haut-Commissariat. Bounoure écrivait pourtant à son arrivée, d’une manière très encourageante : « Je pense que, d’ici quelques mois, vous aurez à Damas une institution dont vous [...] n’aurez pas lieu d’être mécontent. »68 La situation se dégrade ensuite. Le Haut-Commissariat accepte mal les exigences du directeur, « sa hâte de parvenir, son désir de s’imposer »69. La correspondance de cette période montre effectivement que Montagne mène un combat pour la défense de ses projets, contre le Haut-Commissariat s’il le faut, en prenant appui sur le Ministère des Affaires Étrangères et Marx. « Plus j’étudie le pays et plus je m’aperçois qu’il est ici impossible de ne pas faire grand. La complexité du milieu exige un très gros effort de préparation scientifique et d’organisation, sans lesquelles les résultats seront nuls. »70 Le projet budgétaire qu’il définit au début de 1931 dépasse les possibilités du Haut-Commissariat, alors qu’il estime de son côté qu’il ne peut pas, « sans inconvénients très sérieux, se trouver réduit »71. Bounoure n’est pas en reste et note que « si l’Institut Français de Damas exige, pour son installation et son développement, un supplément de crédits supérieur à celui que nous venons de proposer [...], il faut faire appel à d’autres fonds pour donner à cette maison coûteuse la dotation qui lui est nécessaire »72.

  • 73 Ibid.
  • 74 Haut-Commissaire au MAE, 25 avril 1931, n° 301, Œuvres 222, AMAEN.
  • 75 Bounoure à Marx, manuscrit, 25 avril 1931, Œuvres 222, AMAEN.
  • 76 Ibid.
  • 77 Montagne au Haut-Commissariat, 21 avril 1931, Œuvres 222, AMAEN.
  • 78 Montagne à Marx, 22 mars 1931, Œuvres 222, AMAEN.
  • 79 Ibid.

28Il y a, entre les deux partis une différence de vue sur ce que doit être l’Institut et sur son ampleur, qui aboutit à des confrontations sérieuses. Bounoure note qu’« un chantage perpétuel, agressif, menaçant, a fini, à Beyrouth comme à Damas, par irriter tout le monde. Je puis bien dire que je suis le seul, actuellement, à défendre Montagne », précisant encore que « Seyrig a été indigné du bluff et de la mégalomanie de Montagne »73. De gros différends les opposent donc, notamment à propos des publications qui doivent, après la première expérience réussie des Mélanges, se poursuivre. Le directeur désire un bulletin publié par l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire, publication que le Haut-Commissariat juge trop luxueuse et trop chère. L’institut du Caire est un établissement « très richement doté et dont les publications ont un caractère de grand luxe »74. Beyrouth propose un bulletin conçu comme celui de l’École d’Athènes ou comme les Mélanges de l’Université Saint Joseph, et demande « un programme plus modeste »75. Montagne répondra, d’après Bounoure, qu’« il n’admettait aucune discussion sur ce point, et qu’il était le seul juge du caractère à donner aux publications scientifiques de l’Institut »76. Il note que « l’expérience personnelle que j’ai d’un institut de recherche, le sentiment que j’ai des besoins immédiats de l’Institut Français de Damas et de la tâche qui s’offre à lui, ne me permettent en aucune manière de partager votre point de vue en ce qui concerne l’impression des travaux scientifiques dans des conditions analogues à l’Université Saint Joseph »77. Et il craint « que les moyens matériels importants nécessaires à la création d’un institut capable de remplir dignement sa fonction ne fassent défaut. Tout ce que je vois ici, chaque fois qu’il s’agit d’aboutir à une conclusion ferme et de passer à l’exécution, m’entretient dans un scepticisme que je voudrais bien abandonner le plus tôt possible »78. La situation semble donc bloquée, d’autant que Montagne est prêt à démissionner le cas échéant. « Je ne suis pas suffisamment attaché à la Syrie pour hésiter à reprendre ma liberté à la première occasion ; et je suis assez indépendant pour que cette éventualité ne m’effraye pas. Et rien ne pourra m’arrêter quand j’en aurais pris le parti. »79

  • 80 Marx à Bounoure, manuscrit, 30 mars 1931, Œuvres 176, AMAEN.
  • 81 Voir la décision n° 132/P du 29 avril 1931 lui donnant un mois de congé dans ce but, Beyrouth, IP (...)
  • 82 Haut-Commissaire au MAE, 25 avril 1931, n° 301, Œuvres 222, AMAEN.
  • 83 Ibid.

29C’est le comité parisien qui va essayer de détendre ces rapports. Marx signale à propos de Montagne, qu’« il ne serait pas facile de retrouver son égal si nous le laissions partir »80. Dans ces conditions, il est autorisé à se rendre à Paris pour y exposer la situation de l’Institut et y trouver les appuis qui lui sont nécessaires, notamment financiers81. Le Haut-Commissariat, qui veut montrer par là son intérêt pour l’Institut en espérant qu’une partie de sa prise en charge trouvera une solution dans la capitale, allégeant d’autant son budget des œuvres locales, et le Ministère des Affaires Étrangères approuvent ce déplacement, qui apparaît comme la seule solution possible. Le Haut-Commissariat précise que « le budget des œuvres ne saurait cette année contribuer aux dépenses de l’Institut Français de Damas pour une somme supérieure à 480 000 francs », prévoyant même que « dans les années à venir, les moyens manqueront d’augmenter beaucoup cette dotation, si le total des crédits alloués aux Œuvres françaises reste le même »82. Il espère que Montagne trouvera à Paris d’autres ressources, provenant des sociétés savantes, des institutions d’enseignement supérieur ou du Ministère de l’Instruction Publique. Dans ce sens, il estime que sa mission « ne sera pas inutile si elle contribue à procurer à l’Institut les appuis et les concours dont il a et aura besoin »83.

  • 84 Procès-verbal de la réunion du 6 juin 1931, Œuvres 222, AMAEN.
  • 85 Marx à Cavalier, 29 mai 1931, Œuvres 222, AMAEN.

30Le comité de direction se réunit donc au Ministère des Affaires Étrangères le 6 juin 1931, en présence de Marx, Maugras, Montagne, Gaudefroy-Demombynes, Charléty, Dussaud, Boyer, Cavalier et de nouveaux membres, Marcel Mauss, sociologue et professeur au Collège de France, Antoine Meillet, linguiste et membre de l’Institut, et René Cagnat, secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres84. Colin, Léon, de Saint Quentin, Barthélémy, Gout, Marçais et Robert de Caix étaient eux aussi invités mais absents85.

  • 86 Montagne à Robert de Caix, non daté, Œuvres 222, AMAEN.
  • 87 Marx à Cavalier, 29 mai 1931, Œuvres 222, AMAEN.
  • 88 Montagne à Marx, manuscrit, 12 juin 1932, Œuvres 222, AMAEN.

31Montagne y fait un exposé des structures de l’Institut à son arrivée, des difficultés budgétaires de l’exercice en cours et de son projet d’organisation matériel et statutaire86. Cette présentation permet au directeur d’obtenir le soutien du comité. Celui-ci abonde dans son sens pour les orientations à donner à l’Institution. Car, s’il constate l’importance des chiffres donnés par Montagne dans son exposé, qui dépassent « prodigieusement »87 ce qu’il avait envisagé, notamment dans le cas des publications, il ne demande pas au directeur de réduire ses objectifs et va chercher à lui obtenir des subventions complémentaires, comme celles de la Caisse des chercheurs scientifiques ou de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Cette réunion confirme Montagne dans ses choix scientifiques mais elle montre aussi que les problèmes financiers ne sont pas réglés pour autant. Le comité fait preuve de compréhension et de bonne volonté mais rien de précis n’est encore avancé à plus long terme. Toutefois, au cours de cette séance, le problème financier est déplacé de Beyrouth vers Paris. C’est là que la question des subventions supplémentaires devra être étudiée. Concrètement, Montagne obtient par son déplacement 40 000 francs du Service des Œuvres Françaises à l’Étranger, une subvention de 10 000 francs du directeur de l’enseignement supérieur, et un dernier crédit de 5 000 francs pour des achats de livres88. C’est grâce à ces fonds que l’Institut commence à fonctionner et à se développer.

32C’est aussi en juin que l’Institut devient membre de la Société de Linguistique de Paris, présenté par Marcel Cohen et Jean Cantineau (qui en fait partie depuis 1927). Il intègre également la Société Asiatique.

  • 89 Procès-verbal de la réunion du 6 juin 1931, Œuvres 222, AMAEN.
  • 90 Montagne à Robert de Caix, manuscrit, 20 août 1931, Œuvres 222, AMAEN.
  • 91 Procès-verbal de la réunion du 6 juin 1931, Œuvres 222, AMAEN.
  • 92 Ibid.

33Les pensionnaires restent tous à leur poste pour l’année suivante. On retrouve autour d’eux une petite équipe comprenant, outre Gaulmier, Thoumin et Lecerf déjà évoqués, René Tresse, directeur des études françaises au lycée officiel de Damas depuis la rentrée 1926, le lieutenant Lomée et le lieutenant Vernier. Ils prennent le titre de membres bénévoles89. Le comité, qui avait déjà agréé cette formule dans le cadre de la Section Scientifique des Arabisants, voit là le moyen de faire poursuivre leurs travaux à certains de leurs étudiants parisiens, qui n’ont pu bénéficier d’un poste de pensionnaire et qui poursuivent leurs recherches en Syrie en occupant parfois d’autres fonctions. Jean Lecerf, par exemple, qui n’occupe plus à la rentrée 1931 ses fonctions d’enseignant à la Mission Laïque pour pouvoir rédiger sa thèse, aurait aimé être intégré à l’Institut. Montagne, lui, a obtenu une bourse sur les crédits de la mission scientifique du ministère de l’Instruction Publique lors de la réunion du 6 juin. Il l’a soutenu car il le jugeait prêt à « donner d’excellents résultats sur l’évolution intellectuelle de la société arabe moderne », notant aussi qu’il a « beaucoup d’amitiés indigènes, [et que] ce qu’il écrit est lu avec sympathie et avec profit même, par l’opinion syrienne cultivée »90. Une équipe plus étoffée se constitue, dont le but est « de dresser l’inventaire scientifique de la Syrie »91, dans de multiples domaines non précisés, « afin de ne pas couper le pont entre les études proprement islamiques et les études byzantines ou classiques »92. L’Institut Français de Damas garde donc son nom général, sans autre forme de précision, ce qui lui permet d’aborder plusieurs disciplines des sciences humaines.

  • 93 Rapport annuel d’activité pour l’année 1931, Beyrouth, IP 87, AMAEN. Voir aussi en fin du BEO I, p (...)
  • 94 BEO I, p. 217. Ce travail lui a été proposé dès 1928, après que Dussaud se soit insurgé contre l’é (...)
  • 95 Ibid, p. 219.

34Au cours de cette année, les trois pensionnaires que nous connaissons déjà, ont poursuivi leurs recherches en vue de leur thèse et de publications93. Sauvaget a, par ailleurs, dressé un inventaire des monuments historiques de Damas et d’Alep pour le compte du Service des Antiquités, monuments qui doivent faire l’objet d’un classement à des fins de conservation94. Il fera plus tard un travail similaire à Hama, en collaboration avec Khaled Moaz. Lassus s’est, quant à lui, consacré à des études d’archéologie chrétienne orientale, recherches qu’il a surtout effectuées dans la région au nord de Hama. Il suit aussi, de par ses recherches, « la vie intellectuelle des différentes communautés chrétiennes du Liban »95.

  • 96 Ibid, p. 220.

35Le directeur de l’Institut a, lui aussi, entamé des travaux. Il « a entrepris une étude sociologique sur les tribus bédouines de la confédération des Chemmar et leurs établissements sédentaires du Nedjd septentrional »96.

  • 97 Ibid, p. 219.

36Parmi l’équipe qui gravite autour d’eux, trois personnes ont des rapports plus étroits. Lecerf « poursuit l’étude de l’évolution intellectuelle dans la société orientale moderne », s’attachant « à connaître les conditions dans lesquelles s’est développée l’activité littéraire des écrivains chrétiens d’origine syrienne ». Thoumin « achève des études de géographie humaine sur la Syrie des montagnes, entreprises depuis plusieurs années dans diverses régions de la Syrie et du Liban ». Enfin, Gaulmier « a fait porter ses efforts sur des études ethnographiques et sociographiques », préparant deux ouvrages sur différents aspects de Homs et Hama. Ils ont tous les trois publié, comme les pensionnaires, quelques articles97.

37Les pensionnaires ont, de plus, fait des conférences à Beyrouth et à l’École des Lettres de l’Université de Damas.

  • 98 Rapport d’activité 1931, p. 2, Beyrouth, IP 87, AMAEN.
  • 99 Ibid, p. 11.

38Par ailleurs, l’Institut Français de Damas, sous l’influence de son nouveau directeur, se redéfinit sur le plan scientifique. Il s’oriente vers la sociologie et l’ethnographie, alors que ses études portaient jusque-là essentiellement sur l’archéologie, la littérature et la linguistique. L’arrivée de deux nouveaux professeurs au comité de direction le confirme. Mauss est un sociologue que l’ethnologie inspire, et Meillet l’adepte d’une linguistique sociologique. L’Institut obtient en 1931 le patronage de l’Institut d’Ethnologie de l’Université de Paris, créé en 1925, qui s’ajoute à celui de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres qu’il a conservé98. De nouveaux liens se tissent avec le musée d’ethnographie du Trocadéro, à qui ils envoient des objets et des photographies99.

  • 100 Ibid, p. 1.

39Concrètement, l’Institut se définit ainsi : « l’Institut Français de Damas se propose d’étudier les peuples de Syrie et du Proche-Orient, en multipliant les enquêtes scientifiques sur leurs origines, leurs langues, leurs civilisations et leur pays. Il s’efforce de procéder, par une collaboration entre les spécialistes, et en liaison avec les autres organisations scientifiques de France, de l’étranger et du Proche-Orient, à des inventaires et à des travaux de synthèse. »100 Il s’agit donc d’étudier « les peuples ». C’est effectivement la tendance principale des travaux qui vont se réaliser pendant la période de Montagne, études sociales auxquelles participent la littérature et la linguistique. Les autres disciplines ne sont pas négligées pour autant. Sauvaget et Lassus continuent leurs travaux d’archéologie. On assiste alors à une répartition des tâches entre le directeur et le secrétaire général, ce dernier s’occupant plus spécifiquement de toutes les études touchant à d’autres périodes que l’époque contemporaine, pour lesquelles Montagne est moins compétent. Cette répartition permet à l’Institut de conserver son ouverture scientifique et sa pluridisciplinarité, et elle va d’autant mieux fonctionner que les deux hommes s’entendront bien.

  • 101 Lettre de Montagne, 1er juillet 1931, Œuvres 222, AMAEN.

40Sauvaget a donc une place prépondérante à l’Institut, alors qu’il avait été question, au début de 1931, qu’il quitte Damas pour remplacer Gaston Wiet à la direction du musée du Caire. Il y renonce finalement, poste qu’il ne cherchait à obtenir que pour « l’intérêt qu’il aurait pu présenter pour sa carrière »101. Le retrait, dans ces conditions, de sa candidature montre bien l’espoir de pouvoir faire de l’Institut un centre de plus d’ampleur.

  • 102 MAE au Haut-Commissariat, 16 octobre 1931, Œuvres 222, AMAEN. Et MAE au Haut-Commissariat, 16 octo (...)
  • 103 J. Lecerf, « Ammayya, Ummayya, Ulissanayya », BEO, n° XXV, 1972, p. 246.

41A la rentrée 1931, Lecerf revient à Damas. Il était retourné en France à la fin de son année scolaire, alors que son retour en Syrie n’était pas acquis. Il passe d’abord au Caire, à l’Institut Français, pour une mission bibliographique pour le compte de l’Institut. Il devient membre attaché, statut nouveau, « sans avoir le titre ni les avantages de pensionnaire, mais en bénéficiant d’une subvention de l’Instruction Publique au titre de mission scientifique ». Les artistes passés à l’Institut Français d’Archéologie et d’Art Musulmans avaient bénéficié de conditions identiques, mais Lecerf inaugure ce statut chez les scientifiques, statut qui deviendra ensuite plus fréquent. Il a de plus droit à des frais de mission et à des subventions locales102. Sa situation financière est cependant difficile et il doit donner des cours de philosophie103. Lecerf travaille à sa thèse. Il a déjà publié des articles sur la littérature et la langue arabe moderne et se consacre au « nationalisme culturel dans le monde arabe moderne ». Sa thèse porte sur l’évolution intellectuelle des pays de langue arabe dans leurs rapports avec l’influence européenne, travail déjà bien avancé.

42D’autre part, une secrétaire dactylographe, Émilie Ouéchek est engagée à partir du 1er novembre 1931.

  • 104 Montagne à Robert de Caix, 20 octobre 1931, terme de Massignon rapporté par l’auteur, Œuvres 222, (...)
  • 105 Recteur de l’Académie de Paris au MAE, 10 décembre 1931, Œuvres 222, AMAEN.
  • 106 Massignon à Marx, 21 novembre 1931, Œuvres 222, AMAEN.
  • 107 Ibid.
  • 108 MAE au Haut-Commissaire, 26 novembre 1931, n° 193, Œuvres 222, AMAEN.
  • 109 Massignon à Marx, 21 novembre 1931, Œuvres 222, AMAEN.
  • 110 MAE au Recteur de l’Académie de Paris, 20 novembre 1931, Œuvres 222, AMAEN.

43L’Institut sort donc enfin de sa « période fœtale »104. II obtient le patronage scientifique de l’Université de Paris, décidé par son conseil le 7 décembre 1931105. C’est Massignon qui fut à l’origine de ce rattachement partiel, qui s’exerce par l’intermédiaire de son Institut des Études Islamiques, créé à la Sorbonne pendant l’été 1929, et qui réunit les professeurs arabisants du comité de direction106. Ce rattachement laisse au Haut-Commissariat, sourcilleux quant à son contrôle des Œuvres françaises de Syrie, un droit de regard. Ce patronage ne porte « ni sur l’immeuble actuel de l’Institut, ni sur le statut provisoire où le Haut-Commissariat a défini ses rapports avec l’Institut Français de Damas »107. Le Ministère des Affaires Étrangères, en lui annonçant la nouvelle, note que ce rattachement « laissera subsister sur cet établissement le nécessaire contrôle de votre Haut-Commissariat »108. Cette mesure dégage cependant un peu l’Institut de son emprise. « L’avenir [...] demeure ainsi entièrement sauvegardé pour l’heure de la cessation du mandat. »109 Le président de l’Institut des Études Islamiques devient ainsi vice-président du comité de direction de l’Institut, le directeur du Service des Œuvres Françaises à l’Étranger en restant président. Cela n’entraîne pas de modification du comité, comme le désirait le Ministère des Affaires Étrangères qui se satisfait pleinement de celui-ci dans la mesure où il « groupe les personnalités les plus compétentes dans les questions intéressant la Syrie »110.

  • 111 Montagne au Haut-Commissaire, 22 juillet 1933, dossier de principe, Beyrouth, Cabinet Politique 39 (...)
  • 112 MAE au Haut-Commissaire, 26 janvier 1932, n° 12, Œuvres 222, AMAEN.
  • 113 Ibid.
  • 114 Ibid.
  • 115 Ibid.

44Ce nouveau lien avec l’Université de Paris donne plus de souplesse au centre de Damas, car le Ministère de l’Instruction Publique n’a pas les mêmes liens que le Ministère des Affaires Étrangères avec le Haut-Commissariat. L’Institut commence à cesser d’osciller entre un centre de recherches à l’étranger et un centre de recherches dépendant du Haut-Commissariat, position instable dans laquelle il se trouvait depuis la création de la Section Scientifique des Arabisants. Montagne écrit : « Les règles administratives du Haut-Commissariat qui nous sont appliquées par analogie n’ont pas été prévues pour assurer la vie d’un centre de recherche ; il en résulte des difficultés incessantes dans la justification des dépenses ou des complications inutiles pour l’accomplissement de notre mission. »111 Le Ministère des Affaires Étrangères demande donc, en janvier 1932, au Haut-Commissariat de prendre une série de mesures visant à « placer l’Institut Français de Damas au même rang que nos établissements similaires à l’étranger »112. Il est très clair sur le traitement du directeur, problème dont le règlement définitif traîne depuis sa nomination. Pour le Ministère des Affaires Étrangères, cette question doit être réglée « non plus en fonction des règlements de votre Haut-Commissariat, qui n’ont pas à intervenir en l’espèce, mais en tenant compte des traitements accordés normalement pour des postes analogues aux directeurs de nos instituts à l’étranger »113. Montagne doit bénéficier d’un traitement de 84 000 francs par an, « à peine égal à la moyenne de ceux des directeurs français de grands établissements scientifiques à l’étranger »114, traitement stable en dépit de ses séjours en France, et doit avoir des facilités lors de ses voyages. Il doit donc être considéré comme un universitaire ayant besoin de se déplacer pour ses cours, et non plus comme un fonctionnaire du Haut-Commissariat rentrant chaque année en France. De même, les pensionnaires voient leur traitement passer de 33 600 francs à 36 000 francs par an, et sont « autant de chargés de mission de l’Instruction Publique et de l’Université de Paris »115. Ils ont droit à un voyage en première classe tous les deux ans pour rentrer en France. Ces mesures, qui avaient été appliquées tant bien que mal jusqu’à présent, sont strictement définies et appliquées à partir du 1er janvier 1932, date à laquelle le rattachement scientifique à l’Université de Paris commence.

  • 116 Lettre de Montagne, 22 mars 1932, Œuvres 222, AMAEN.
  • 117 Ibid.

45Mais les mesures prises par le Haut-Commissariat pour aller dans ce sens, n’iront pas aussi loin que le réclamaient le Ministère des Affaires Étrangères et l’Institut Français de Damas. Le traitement de Montagne subit notamment une réduction de principe, et le congé de deux mois qui lui est accordé chaque année, en plus du temps prévu pour ses cours, est réduit de la durée du voyage, soit de quinze jours. D’autre part, l’augmentation du traitement des pensionnaires concerne les quatre membres de l’Institut, alors que Montagne aurait voulu voir disparaître à cette occasion les disparités existant, prônant un « réajustement des traitements sur un ban uniforme »116. Car Lassus bénéficie d’une pension supérieure à celle des autres pensionnaires, du fait de son parcours universitaire. Le Haut-Commissariat garde donc, en prenant ces mesures, une partie de ses règlements et de ses prérogatives, ce qui provoque chez le directeur de l’Institut des « regrets » face à une autorité qui « persiste dans son attitude systématiquement hostile »117.

46Le comité de direction se réunit le 15 avril 1932 avec Boyer, Cavalier, Charléty, Gaudefroy-Demombynes, Destribats, chef de bureau à la sous-direction Afrique-Levant, Dussaud, Marx, Massignon, Mauss, Montagne et de Saint Quentin. Cagnat et Marçais se sont excusés. Montagne présente les travaux des pensionnaires et du membre attaché de l’Institut. Il encourage le comité à obtenir une bourse de l’Instruction Publique pour un géographe, Jacques Weulersse. Il pose aussi la question des rapports de l’Institut avec le Service des Antiquités et celui des Waqf-s. Enfin, il propose de nommer l’Institut « Institut Français d’Études Orientales de Damas », comme le bulletin qu’il publie, ce que le comité accepte mais doit soumettre à l’approbation de l’Université de Paris.

  • 118 Haut-Commissaire au MAE, 12 avril 1933, n° 235, dossier budget des œuvres, correspondance Haut-Com (...)
  • 119 Rapport d’activité de l’Institut pour l’année 1932-1933, Beyrouth, IP 103, AMAEN. Voir aussi le BE (...)
  • 120 Note sur l’organisation intérieure de l’Institut, 28 septembre 1931, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN. (...)
  • 121 Montagne à Bounoure, 4 novembre 1932, n° 3643, AIFEAD 32-4.
  • 122 Curriculum vitae d’Écochard, AIFEAD 45-5.
  • 123 Rapport d’activité de l’Institut pour l’année 1932-1933, Beyrouth, IP 103, AMAEN. Voir aussi le BE (...)
  • 124 Montagne au Haut-Commissaire, 25 août 1932, archives Écochard, AIFEAD.

47À la rentrée 1932, l’Institut est composé, en plus de ses quatre pensionnaires, de deux attachés, formant les membres permanents de l’Institut. Outre Jean Lecerf, Jacques Weulersse, géographe, ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé et professeur à Besançon, a obtenu une bourse du Ministère de l’Instruction Publique et arrive en octobre 1932 pour être attaché à l’Institut118. Il vient en Syrie pour enquêter sur le nomadisme, subventionné par l’Institut d’Ethnologie de Paris, sujet qui laissera la place à des recherches sur la montagne alaouite119. Trois membres correspondants, Gaulmier, en poste à Hama, Richard Thoumin à Toulouse et le lieutenant Bernard Vernier, à Paris, complètent cette équipe120. A la fin de l’année 1932, une demande est faite pour subventionner Johan Faddegon, « excellent spécialiste de topographie et de toponymie » dont « les études sur les mathématiques et l’astronomie arabes sont appréciées dans le monde savant »121. Le manque de crédits empêche de donner suite à ce projet. Enfin Michel Écochard est revenu en juillet. Il est architecte diplômé depuis mai, et est chargé par le Service des Antiquités de la restauration de la porte du temple de Bel à Palmyre, jusqu’en avril 1933122. Il travaille en parallèle avec Claude le Cœur à l’étude des bains musulmans, et avec Jean Sauvaget à celle des monuments ayyoubides de Damas123. Par ailleurs, il est mis à la disposition de l’Institut à partir du 1er août 1932 par Henri Seyrig, pour reconstruire la grande qā‘a du Palais Azem, détruite en 1925 et destinée à accueillir la bibliothèque124.

  • 125 Montagne à Lecerf, manuscrit, non daté (1932), AIFEAD 37-1.

48Lucien Lévy-Bruhl, directeur de l’Institut d’Ethnologie de Paris, passa aussi au Palais Azem au cours de cette année, donnant une conférence125.

  • 126 MAE au Haut-Commissariat, 15 avril 1932, n° 74, estampage 58, Levant, E601, AMAEP.

49Une première publication, nommée Bulletin d’Études Orientales, datée en 1931, paraît avec un an de retard. Ce bulletin est publié, comme le désirait Montagne, par l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire. Le bulletin débute par une étude de Massignon, qui marque ainsi son attachement à cette entreprise. On peut supposer que ces publications ont été étudiées avec Pierre de Cernival, ancien conservateur de la bibliothèque de la République Française au Maroc, qui se rend en Syrie en avril 1932. Il est chargé par le Ministère des Affaires Étrangères d’une mission auprès de l’Institut pour étudier le plan de développement de sa bibliothèque126.

  • 127 Délégué à Damas au Haut-Commissaire, 25 août 1932, archives Écochard, AIFEAD.
  • 128 IFD au Haut-Commissariat, 18 octobre 1932, n° 1617, archives Écochard, AIFEAD.
  • 129 Lettre de Montagne, 3 février 1933, archives Écochard, AIFEAD.
  • 130 Ibid.

50Le Palais Azem doit, lui aussi, connaître des changements rapides. L’état de ses murs nécessite des consolidations, problème signalé par Écochard en été127. Le premier contact avec celui-ci avait dû être satisfaisant car Montagne aimerait lui donner la direction des travaux. Il est, après sa mission à Palmyre et une seconde à Qal’at Sim’ān, libre de tout engagement, et serait prêt à prêter bénévolement son concours128. Ce projet de coopération est facilité par le comité de direction, qui « a exprimé le vœu de voir confier à M. Écochard une mission scientifique à Damas (études des monuments ayyoubides) »129. Montagne conclut : « C’est pour nous une excellente occasion d’utiliser ses services pendant cette période. Nous allons donc pouvoir, malgré nos faibles crédits, faire un pas en avant. »130

  • 131 Décision n° 71/PB du 12 décembre 1932, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 132 Haut-Commissaire au MAE, 7 avril 1933, dossier budget des Œuvres, correspondance Haut-Commissariat (...)
  • 133 Note de Bounoure pour Marx sur les crédits alloués aux Œuvres françaises en Syrie depuis 1921, 193 (...)
  • 134 Haut-Commissaire au MAE, note sur l’IFD, non datée (1934), 8 pages, Beyrouth, IP 104, AMAEN. Cette (...)

51On note par ailleurs une légère amélioration de leurs rapports avec le Haut-Commissariat. Si certains contacts continuent à être difficiles, Montagne bénéficie toutefois de plus de considération auprès de certains de ses fonctionnaires. Il avait déjà été envoyé en mission en Irak pour le compte du Service des Œuvres en 1932. En avril 1933, il est chargé de représenter les autorités mandataires au huitième congrès de l’Institut des Hautes Études Marocaines à Fez131. Il y a donc un léger réchauffement, même si des problèmes budgétaires continuent à se poser. Le budget des Œuvres françaises au Levant a subi des diminutions depuis plusieurs années, et il peut difficilement supporter le poids d’un institut en pleine croissance. « La difficulté de nos œuvres actuelles au Levant, et les difficultés que leur apportera sans doute un avenir prochain, imposeront une recherche sévère d’économies substantielles ».132 Lors de la création de la Section Scientifique des Arabisants, des déplacements de crédits avaient été faits à l’intérieur du chapitre du budget des Œuvres du Haut-Commissariat, pour pouvoir financer « les besoins des grandes institutions », puisqu’il ne fallait « rien négliger de ce qui contribue au développement de ces œuvres capitales »133. L’importance donnée alors aux nouvelles œuvres comme l’Institut Français de Damas, mais aussi aux fouilles archéologiques, aux dépens d’autres œuvres, essentiellement locales, ne peut se perpétuer, du fait de la baisse des crédits. D’autre part, au cours de l’année 1933, la délégation des crédits de l’Institut s’est effectuée avec un retard qui lui pose des problèmes de gestion et de fonctionnement134.

  • 135 MAE au Haut-Commissariat, 10 avril 1933, estampage 73, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 136 Ibid.

52Une nouvelle réunion du comité de direction a lieu le 21 mars 1933, regroupant Boyer, Cagnat, Cavalier, Charléty, Colin, Gaudefroy-Demombynes, Dussaud, Marx, Massignon, Montagne, de Saint Quentin, Tétreau, ministre plénipotentiaire et Pierre-Alype, directeur de l’Office des États du Levant sous mandat français. Marçais et Pila se sont excusés135. Ils évoquent, à cette occasion, l’organisation générale de l’Institut et la division des tâches scientifiques que nous avons déjà notée : « Les recherches consacrées à l’Islam et à la Syrie moderne étant particulièrement dirigées par M. Montagne, celles qui se rapportent à la langue, à l’art, à la littérature et à la civilisation de l’Islam ancien, étant plus particulièrement confiées, sous la haute autorité du directeur, à M. Sauvaget ». Le comité décide aussi de limiter le séjour de ses pensionnaires, « la mission étant renouvelable pendant cinq années à chaque rentrée scolaire, après décision du comité. Toutefois, dans des cas exceptionnels, lorsque le comité estimera que les travaux d’un pensionnaire exigent un séjour supplémentaire à l’Institut, une bourse pourra être demandée au Ministère de l’Éducation Nationale afin de faciliter ce séjour ».136

  • 137 Ibid.
  • 138 Lettre de Weulersse, manuscrite, 4 mars 1932, Œuvres 222, AMAEN.
  • 139 H. Terrasse, rapport cité, 2e point, p. 2, Œuvres 222, AMAEN.

53Cette décision signifie la fin des missions de Saussey et Cantineau. Celle de Saussey prend fin en mai. Il est transféré à l’Institut Français d’Istanbul où il se rend dès avril, envoyé pendant un mois en mission. Il est remplacé par Jean Lecerf, en position d’attente depuis un an et demi. Cantineau termine sa mission le 1er octobre. Il peut cependant demeurer à Damas une nouvelle année puisque le comité décide de lui accorder une bourse de l’enseignement supérieur, « en considération des publications déjà réalisées par le zèle de M. Cantineau et de ses importants travaux en cours »137. Le montant de cette bourse doit se rapprocher du traitement qu’il percevait comme pensionnaire. Il est remplacé par Jacques Weulersse, qui, comme Lecerf, profite de son statut d’attaché pour intégrer l’Institut. En prenant Lecerf et Weulersse, qui avait posé sa candidature dès mars 1932138, appuyé par ses professeurs, l’équipe de l’Institut a le profil scientifique défini par Henri Terrasse lors de son passage à la fin de 1929. Il notait alors qu’il faudrait adjoindre aux membres de la Section Scientifique des Arabisants « de jeunes spécialistes d’autres disciplines islamiques ou orientales », énumérant « un normalien byzantiniste », « un ethnographe français de bonne formation », « un géographe normalien ou agrégé, décidé à s’intéresser à la Syrie » et « deux arabisants capables de se vouer, l’un à l’histoire musulmane de la Syrie, l’autre à la philosophie musulmane »139.

  • 140 BEO III, p. 199-202.

54En 1933, Lassus a été désigné par la direction des musées nationaux pour être leur représentant aux fouilles d’Antioche. Et Cantineau est nommé maître de conférences à l’Université d’Alger. Il ne profite pas de la proposition du comité de direction mais fera pendant les années qui vont suivre de fréquentes missions en Syrie, pour terminer ses travaux de dialectologie dans le Hauran140.

  • 141 Ibid, p. 202.
  • 142 H. Terrasse, rapport cité, 2e point, p. 2, Œuvres 222, AMAEN.
  • 143 Haut-Commissaire au MAE, non daté (1934), Beyrouth, IP 104, AMAEN.
  • 144 BEO III, p. 202.
  • 145 Ibid.
  • 146 Ibid, p. 201.
  • 147 Ibid, p. 202.
  • 148 Entretien avec Pierre Rondot.

55Le nombre des missions et des correspondants a connu, en 1932-1933, une augmentation sensible. Sauvaget a accompagné Saussey à Istanbul en avril, travaillant à une publication avec Albert Gabriel, directeur de l’Institut Français d’Istanbul, avec qui il a fait plusieurs missions en Syrie. Mais ce sont surtout Lecerf et Weulersse qui vont se déplacer et effectuer des missions d’observation, à mettre en rapport avec l’orientation plus contemporaine des travaux du centre. Lecerf s’est rendu au Liban, au Caire et, en compagnie de Weulersse, en Irak. Ce dernier a fait plusieurs voyages à travers la Syrie, une mission en Perse et deux séjours en Irak, avec Lecerf, donc, puis avec Montagne. Les membres de l’Institut font plus d’enquêtes sur le terrain, changement que concrétise la création en octobre 1933 d’un « centre de documentation sur l’évolution des pays en Proche-Orient, organisme destiné à rassembler des observations et documents sur la transformation de ces régions, au triple point de vue intellectuel, social et économique »141. C’est une ancienne idée qui voit ainsi le jour. On se souvient que Montagne devait créer en 1929, en accord avec le Haut-Commissariat, un centre de documentation sociologique142. Le secrétariat de ce nouveau centre, « capable de rendre mieux adapté et plus efficace l’action scolaire, intellectuelle et politique de la France au Levant »143, est confié à Weulersse. En liaison directe avec cette nouvelle politique scientifique, Montagne développe le nombre des correspondants et des travailleurs bénévoles. On retrouve encore parmi eux Jean Gaulmier, qui restera en contact avec l’Institut tout au long des années qu’il passe au Levant. Michel Écochard réside à Damas à partir d’avril 1933 et poursuit ses travaux avec Claude le Cœur et Jean Sauvaget tout en entreprenant une étude sur le Palais Azem qu’il reconstruit. André Latron, inspecteur du Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie à Beyrouth, a achevé une étude d’économie sociale, La vie rurale en Syrie et au Liban, que Montagne envisage de publier144. Et deux militaires, les lieutenants Pierre Rondot et Albert de Boucheman, complètent cette nouvelle équipe. Le premier est arrivé en Syrie en 1929, un peu par hasard, n’ayant pu entrer au Service des Affaires Indigènes du Maroc. Il est muté à la Section d’études du Levant à Beyrouth, où il s’occupe, sur la demande de Ponsot, des rapports avec les patriarches. Il rencontre Montagne dès 1929, à son retour du Yémen, mais ce n’est qu’en 1931 qu’il se lie avec lui. Montagne était de passage à Beyrouth pour recruter des collaborateurs attirés par des études contemporaines sur la Syrie. La forte communauté kurde de Beyrouth incite le directeur de l’Institut à orienter Rondot vers ce sujet. Il prépare ainsi un Manuel pratique de la langue kurde et poursuit des enquêtes sur la vie sociale des Kurdes de Syrie145. Le second, méhariste à Palmyre de 1930 à 1933, est chargé par le musée d’ethnologie du Trocadéro de constituer une collection de matériel de la vie bédouine, exposée à Paris en mai 1934146, et met au point diverses études sur les Bédouins, dont une sur la sédentarisation des Bédouins dans la région de Palmyre147. Ils inaugurent une collaboration entre l’Institut et les chercheurs extérieurs à une plus grande échelle que ce qui existait jusqu’alors, sous l’autorité de Montagne qui les oriente vers ses sujets de prédilection, c’est-à-dire les minorités de Syrie et le nationalisme. Son but est de suivre, dans une perspective qui correspond plus à des sciences politiques, économiques et sociales, l’évolution du Levant et des pays limitrophes148.

  • 149 Directeur par intérim de l’Institut à Bounoure, 18 mars 1933, n° 1832, AIFEAD 36-6.

56Le centre de Damas a aussi reçu la visite de Jeanne Jouin, envoyée par l’Institut d’Ethnologie de Paris en Syrie et en Palestine pour étudier le costume féminin dans la plaine hauranaise, le Djebel druze et le Chouf149. Elle est venue trois mois au début de 1933 et l’Institut lui a fourni ensuite une allocation complémentaire pour poursuivre ses recherches.

  • 150 MAE au Haut-Commissaire, 16 juin 1933, n° 81, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 151 Compte rendu de la réunion du 16 juin 1933, Œuvres 222, AMAEN.
  • 152 Montagne au Haut-Commissaire, 22 juillet 1930. L’année de cette lettre est vraisemblablement une e (...)
  • 153 Texte du statut de l’Institut avec les corrections du Haut-Commissariat, Beyrouth, Cabinet Politiq (...)
  • 154 De Martel au MAE, 25 janvier 1934, n° 62, Beyrouth, Cabinet Politique, 390, AMAEN.
  • 155 MAE au Haut-Commissaire, 19 février 1934, n° 24, dossier budget des œuvres, correspondance MAE, Be (...)
  • 156 Note de Bounoure au secrétaire général, 4 août 1934, p. 2, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

57L’Institut Français de Damas, qui comprenait depuis la rentrée 1932 six membres permanents, retrouve en 1933 sa structure à quatre pensionnaires, dont un secrétaire général. Montagne, détaché pour trois ans par le Ministère de la Marine, est reconduit dans ses fonctions pour deux nouvelles années à partir du 15 novembre 1933150. Il met au point le projet de statut de l’Institut, conformément à l’article 5 de l’arrêté n° 3393. Le Haut-Commissariat lui avait demandé dès février 1932 de rédiger ce texte, mais les conditions d’existence de l’Institut ne lui ont permit que l’envoi d’un projet de statut des pensionnaires, en mars. Montagne avait signalé au comité de direction en 1931, qu’« il paraît expédient [...] de fixer le statut avant la conclusion du traité franco-syrien »151, raison pour laquelle le statut définitif avait été retardé. Le directeur soumet un texte à Beyrouth en juillet 1933, avec de nouvelles dispositions administratives. « Celles-ci conservent parfois, en les précisant, les dispositions antérieures (art. 4, 7, 15, 18, 19, 21, 22), elles renforcent l’autorité du conseil d’administration en ce qui concerne la question budgétaire (art. 3, 9, 11, 12, 14, 15, 18, 22) sans toutefois soustraire celle-ci au contrôle normal du budget français. Elles assouplissent le fonctionnement intérieur de l’Institut en ce qui concerne l’organisation scientifique et les missions (art. 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 17). »152 Le Haut-Commissariat fait de nombreuses corrections à ce texte, reprenant pratiquement chaque article153. Dans de nombreux cas, il s’agit simplement d’éviter des confusions, de clarifier des dispositions, ou de les adapter au langage administratif. Quelques corrections visent toutefois à rappeler son rôle et affirmer son contrôle sur les décisions et les actes de l’Institut, ou à le rapprocher des lois en vigueur en Syrie. C’est le cas pour les missions et les frais de missions, les congés (art. 12) et les publications (art. 20). Le texte, accompagné des corrections des services de Damien de Martel, est envoyé au Ministère des Affaires Étrangères en janvier 1934154. Celui-ci l’accepte, y ajoutant cependant deux corrections concernant les congés, l’une étant une simple précision, l’autre rétablissant le droit aux congés payés pour les familles des pensionnaires, éliminé par le Haut-Commissariat155. Bounoure suppose que si ce texte a été approuvé par le Ministère des Affaires Étrangères, c’est que le directeur de l’Institut a donné son accord, puisqu’il se trouve à Paris156.

  • 157 Lettre de Montagne, manuscrite, 24 janvier (1934), dossier allocations extraordinaires, subvention (...)
  • 158 Ibid.

58L’année 1934 ne met d’autre part pas fin aux difficultés budgétaires de l’Institut, qui a toujours besoin de subventions extraordinaires pour fonctionner, publier son bulletin et accroître sa bibliothèque. Il commence l’année budgétaire 1934 avec un déficit de 40 000 francs, à cause des publications imprimées en 1933, pas encore payées. Montagne prévoit aussi que les achats de livres devront être arrêtés en juillet, faute de crédits, et que les frais de missions devront être réduits157. Il tente d’obtenir des fonds supplémentaires mais ses interventions auprès de de Martel, qui va toujours se montrer très ferme vis-à-vis d’eux, comme de Marx, n’auront pas beaucoup de succès : « Les appuis que j’ai pu trouver de ce côté sont insignifiants. ».158

  • 159 Ibid.
  • 160 Ibid.

59Faisant face à des difficultés budgétaires générales qui rejaillissent sur l’Institut, Montagne exprime un certain dépit. « Je vous avoue que je ne suis pas bien fier de commander une corvette aussi mal pourvue. Puissent un jour les biens favorables de la prospérité financière nous pousser vers l’Eldorado. » 159Et son exaspération : « Je sais que pendant ce temps, l’État français trouve un million pour acheter le Krak des chevaliers. Il ne reste plus qu’à nous proposer de vendre le Palais Azem pour aller nous installer dans cette forteresse pour que l’absurdité soit complète. Je songe très sérieusement à faire souscrire des actions pour nous tirer de là. Après tout, c’est si facile. »160

  • 161 Décision n° 91 du 23 mai 1934, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 162 Décision n° 94 du 23 mai 1934, Beyrouth, IP 128, AMAEN.
  • 163 MAE au Haut-Commissaire, 4 avril 1934, n° 50, dossier allocation extraordinaires, correspondance M (...)
  • 164 Ibid.
  • 165 Lettre de Montagne, manuscrite, 24 janvier (1934), dossier allocation extraordinaires, subventions (...)

60Les difficultés financières françaises, qui se répercutent en Syrie et sur le budget déjà problématique du palais, imposent des réductions des indemnités. En février 1933, une réduction de 5 % avait touché les traitements du personnel autochtone. En janvier 1934, l’indemnité d’agrégation des pensionnaires est réduite de 10 %, passant de 5 000 francs à 4 500 francs par an161, la même réduction étant faite à l’indemnité du secrétaire général, qui passe de 6 000 à 5 400 francs162. Le traitement du directeur doit diminuer de 4,45 %, celui-ci allant jusqu’à proposer une baisse de 6 %, finalement retenue, afin de préserver d’autres parties du budget163. La seule augmentation en ces temps difficiles concerne l’allocation du bibliothécaire, qui avait été ramenée lors du départ de Cantineau à 3 200 francs, et qui repasse au début de 1934 à 6 000 francs, « en raison du supplément de service demandé cette année à ce fonctionnaire, notamment pour l’élaboration d’un catalogue analytique »164. Cette fonction est alors remplie par Lecerf. Montagne souligne que « sous sa forme actuelle, l’Institut en est arrivé aux compromis maximum »165. La solution qu’il envisage, pour mettre fin à ces difficultés, est de supprimer un poste de pensionnaire, ce qu’il ne peut se résoudre à faire, préférant attendre le départ normal de Lassus.

  • 166 MAE au Haut-Commissaire, 18 avril 1934, n° 57, Volume 600, Série Levant, AMAEP.

61Le comité de direction se réunit le 19 mars 1934 en présence de Charléty, Tétreau, Dussaud, Pierre-Alype, Marçais, Boyer, Marx (alors devenu directeur du Service des Œuvres Françaises à l’Étranger), Guyot, secrétaire général de l’Académie de Paris, et Montagne, Cavalier s’étant excusé166. Comme chaque fois, Montagne rend compte de l’activité du centre et demande le renouvellement des trois pensionnaires, ce qui lui est accordé. Le comité ne prend aucune décision importante, notamment dans le domaine financier. Il propose d’envoyer des doubles de la bibliothèque de l’Université de Paris pour aider à la constitution de celle de l’Institut. Enfin, cette même université compte étudier la possibilité de faire un emprunt pour permettre à l’Institut de remettre en état une partie des locaux du Palais Azem (que l’Institut loue 10 000 francs par an) et pouvoir acheter la dernière part.

  • 167 Voir le compte rendu d’activité 1933-1934, BEO IV, p. 131-134.

62Les pensionnaires ont peu séjourné au Palais Azem pendant cette année. Sauvaget a habité longtemps à Alep, ville qui est l’objet nouveau de ses recherches pour sa thèse, et il a accompagné au printemps Gabriel dans une mission archéologique en Irak et en Perse. Il s’est aussi rendu à Hama et Tripoli, en mission pour le compte du Service des Antiquités pour faire l’inventaire des monuments musulmans de ces villes. Lassus réside à Antioche où il dirige la campagne de fouille de l’automne 1934 et où il poursuit ses recherches sur « l’architecture chrétienne de la Syrie du Nord ». Il a d’autre part passé un mois pendant l’été entre Athènes, Salonique et Istanbul. Lecerf a accompagné Cantineau dans ses enquêtes hauranaises de novembre 1933 et octobre 1934, enquêtant lui aussi dans cette région, sur les conseils de Marcel Cohen. Il a fait des travaux linguistiques dans la Syrie moyenne et l’Anti-Liban, commençant à donner la priorité à la dialectologie. Enfin, Weulersse a passé une partie de l’année à Antioche et a fait avec Montagne une mission d’étude en Palestine au printemps. Les membres correspondants sont augmentés de trois anciens collaborateurs de l’Institut. Le Cœur a illustré l’ouvrage d’Albert de Boucheman, Matériel de la vie bédouine, Vernier a traduit le livre d’Aloïs Musil, Manners and Customs of the Rwalla Bedouins, que l’Institut aimerait publier, et Thoumin a préparé un article pour le Bulletin d’Études Orientales167.

  • 168 De Martel au MAE, 22 juin 1934, AIFEAD 34-1.
  • 169 Ibid. Voir aussi la comparaison qui est faite entre les travaux de de Boucheman et d’Epstein. Le p (...)
  • 170 De Martel au MAE, 22 juin 1934, AIFEAD 34-1.

63À la rentrée 1934, de Boucheman revient en Syrie, détaché à l’Institut pour deux ans « dans des conditions analogues, par exemple, à celles qui ont permis le détachement d’officiers au centre d’études germaniques de Strasbourg »168. De Boucheman avait été affecté en 1934 au 27e bataillon de chasseurs de Gérardmer et il revient pour terminer ses travaux. « Les questions auxquelles s’était intéressé le lieutenant de Boucheman sont actuellement étudiées de très près par un jeune savant israélite de Tel Aviv, M. Eliahu Epstein, actuellement en mission à l’Université Américaine de Beyrouth, ainsi que par M. Schankin, ethnographe de cette université. Il y aurait certainement intérêt à ce que l’ouvrage français, dont le lieutenant de Boucheman possède déjà les éléments, parût avant l’étude de ces spécialistes. »169 Au delà d’une concurrence scientifique, on note la volonté de faire paraître « un ouvrage objectif avant que ne sortissent des études tendancieuses » car « les attaches de M. Epstein avec le sionisme sont évidentes. [...] Or, le problème bédouin se trouve lié à un ensemble de questions politiques qui intéressent toute l’Arabie intérieure »170. Le Haut-Commissariat craint les fins politiques du travail de l’Université

  • 171 Compte rendu d’activité pour l’année 1934-1935, BEO V, p. 146.

64Américaine de Beyrouth. À l’Institut, de Boucheman participe aussi aux travaux du Centre d’Études Sociales171.

  • 172 Haut-Commissaire au MAE, non daté (1934), p. 1-4, Beyrouth, IP 104, AMAEN. Bounoure écrivait aussi (...)
  • 173 Haut-Commissaire au MAE, non datée (1934), p. 5, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

65Au point de vue administratif, l’Institut connaît pendant l’été 1934 des changements importants. Des problèmes de crédits et des retards dans les versements des subventions vont motiver une réclamation directe de Montagne au Ministère des Affaires Étrangères, sans prévenir les autorités françaises à Beyrouth, ce qu’elles prendront très mal, jugeant de plus ses réclamations sans fondement. Mécontent, le Haut-Commissaire rédige une lettre assez virulente qui n’est finalement pas envoyée172. La gêne financière périodique de l’Institut et les difficultés maintenant anciennes entre Montagne et Beyrouth sont à l’origine de cet envenimement. Montagne se prétend « victime de l’hostilité du Haut-Commissariat », et celui-ci estime qu’il y a « quelque légèreté dans l’obstination qu’il met à ne pas voir les causes véritables de cette situation »173.

  • 174 Ibid, p. 6.
  • 175 Note de Bounoure au secrétaire général, 4 août 1934, p. 2, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

66D’autre part, le texte du statut de l’Institut Français de Damas, modifié par le Haut-Commissariat et accepté par le Ministère des Affaires Étrangères, a été rendu à Montagne, qui « semble avoir conçu une irritation profonde des modifications de détail apportées à son texte primitif »174. Bounoure note que Montagne « a manifesté à l’égard de [son] service une irritation profonde et s’est mis sur le pied des hostilités paperassières »175.

  • 176 Sauvaget à Massignon, 5 mai 1930, joint à Massignon à Marx, 15 mai 1930, Œuvres 222, AMAEN.
  • 177 Haut-Commissaire au MAE, non daté (1934), p. 7, Beyrouth, IP 104, AMAEN.
  • 178 Note de Bounoure au secrétaire général, 4 août 1934, p. 6, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

67De ces tensions qui ressurgissent provient la volonté, rapportée dès l’été 1934, de voir l’Institut Français de Damas rattaché entièrement à l’Université de Paris et échapper ainsi à sa dépendance envers le Haut-Commissariat. Une telle idée avait déjà été exprimée par Sauvaget dès 1930. Il écrivait alors : « Le mandat, par sa définition même, a un caractère temporaire. Nous supposons que l’on a voulu faire au contraire de notre Section, une œuvre durable à l’écart des fluctuations politiques, au même titre que les instituts d’Athènes, de Rome ou du Caire. Notre rattachement à l’Université éviterait la nécessité d’avoir à nous donner un statut différent le jour où le mandat prendra fin. » Il ajoutait : « Il n’existe aucun rapport entre nos études et des fonctions administratives [...]. Nous ne voyons pas en quoi nous serions utiles au Haut-Commissariat. »176 On retrouve en 1934 cette même volonté de rompre les liens avec le Haut-Commissariat, à un moment où l’incompréhension est totale. Le Haut-Commissariat ne voit dans la démarche du directeur de l’Institut qu’une manœuvre de son esprit ambitieux. De Martel écrit ainsi : « M. Montagne, pour autant que j’ai pu saisir sa pensée, semble souhaiter que l’Institut de Damas puisse arriver à se situer à égale distance de l’Université de Paris et du Haut-Commissariat, dans une position dont l’ambiguïté serait pour lui - à ce qu’il imagine - une précieuse garantie d’indépendance. »177 De son côté, Bounoure ajoute que « le fond de la pensée de M. Montagne, c’est de donner à l’Institut un régime tel qu’il soit affranchi de tout contrôle »178.

  • 179 Ibid, p. 2.
  • 180 Ibid, p. 6.
  • 181 Ibid, p. 5-6.
  • 182 Ibid, p. 6.
  • 183 Ibid, p. 4.
  • 184 Ibid, p. 5.
  • 185 Ibid, p. 4.

68Une lettre de Bounoure, datant du mois d’août, évoque une note que présente Montagne, où il envisage une organisation nouvelle sur la base d’un rattachement à l’Université de Paris, « avec [...] beaucoup de confusion et de naïveté »179. Montagne y écrit qu’« une partie de l’activité du directeur est absorbée par la nécessité de faire modifier des décisions prises à distance et peu conformes à la bonne marche du service »180. Toujours d’après Bounoure, il ne demande pas le rattachement total à l’Université de Paris mais un système où celle-ci enverrait les crédits et en serait responsable, et où le secrétaire général du Haut-Commissariat exercerait le contrôle administratif, comme il le fait pour le Service des Antiquités181. « Système ambiguë et invivable »182 que Bounoure attribue à la volonté du directeur de l’Institut de ne subir aucun contrôle véritable, puisqu’il échappe ainsi à celui du Haut-Commissariat comme à celui de l’Université de Paris. Il souligne aussi la satisfaction de Montagne d’avoir un comité de direction siégeant au Ministère des Affaires Étrangères et n’ayant aucun professeur de l’Université de Paris, tout en y étant rattaché. Il cite sa note, où l’Institut Français de Damas reste « soustrait, grâce à la composition de son conseil de direction, au contrôle de l’assemblée des professeurs de l’Université de Paris qui risquerait d’être trop étroit »183. L’image du directeur ainsi présenté est celle d’un homme qui « manque de franchise »184 et qui cherche le « bon moyen »185 pour parvenir à ses fins. Ces remarques passent cependant rapidement sur tous les problèmes qui se sont posés entre le Haut-Commissariat et l’Institut Français de Damas. Celui-ci a exprimé depuis longtemps et à plusieurs reprises sa volonté d’indépendance vis-à-vis des autorités mandataires, et a de même demandé plusieurs fois des éclaircissements sur ses rapports avec cette autorité.

  • 186 Note de Bounoure au secrétaire général, 7 juillet 1934, n° 1698, dossier budget des Œuvres Françai (...)

69D’après Bounoure, Montagne a aussi prévu une nouvelle organisation scientifique de l’Institut, sous la forme d’un séminaire « où une équipe de travailleurs, sous l’autorité d’un directeur d’études, attaque simultanément un sujet unique ou des sujets connexes », conception qu’il critique car elle est « empruntée aux sociologues qui ont besoin de nombreuses enquêtes de détails » mais « n’a point d’application possible dans un institut dont chaque pensionnaire représente une spécialité différente »186.

  • 187 Ibid.

70D’où des divergences méthodologiques et des tensions créant, d’après Bounoure, une situation difficile à l’Institut. « Les pensionnaires qui ne peuvent pas être dirigés, ne désirent même pas être suivis. Les directions d’études n’ont qu’une existence verbale ; mais le nom qui est leur seule réalité n’en détermine pas moins une sourde critique psychologique qui donne à la vie intérieure du Palais Azem sa tension spéciale. »187

  • 188 P. Rondot, « R. Montagne et le Levant » L’Afrique et l’Asie, n° 32, 4e trim. 1955, p. 38.

71Nous avons déjà noté une division scientifique entre Montagne et Sauvaget. Le Palais Azem regroupe donc deux directions scientifiques et deux types de travaux. Deux groupes de chercheurs, aux origines, intérêts et peut-être mentalités, différents, cohabitent : d’un côté des universitaires, et de l’autre des militaires ou des néophytes encouragés par Montagne. Pierre Rondot laisse entendre que des frictions ont eu lieu entre les membres de ces deux groupes188. Nous ne pensons pas que ces crises aient été nombreuses. La correspondance entre Montagne et Sauvaget montre de bons rapports entre les deux hommes, et les chercheurs de ces deux groupes se sont aidés dans leurs travaux, quand des amitiés ne se sont pas créées.

  • 189 Lecerf à Borei, président de l’association des anciens élèves de l’ENS, 11 janvier 1935, 2 lettres (...)

72Il semble toutefois que de mauvais rapports aient eu lieu entre Cantineau et Montagne. De même, Lecerf manifeste un certain agacement envers le directeur, humeur cependant passagère, à la fin de 1934 et au début de 1935. C’est sans doute à ces problèmes que Bounoure fait allusion. Lecerf, ancien membre de l’École Normale Supérieure, envoie deux lettres à la teneur ironique, datées du 11 janvier 1935, à Émile Borei, député, conseiller général de l’Aveyron, ancien ministre et surtout président de l’association des anciens élèves de l’École Normale Supérieure. Il écrit au nom des anciens élèves de l’École Normale Supérieure de l’Institut Français de Damas, d’une part, et au nom des pensionnaires mariés de l’Institut Français de Damas d’autre part, pour deux sortes de problèmes189.

  • 190 Lecerf à Borel, 11 janvier 1935, au nom des pensionnaires mariés, lettre citée, AJ 166954, AN. Les (...)

73Il se plaint d’abord du sort fait aux indemnités de famille, de logement et d’agrégation, aux congés payés et aux cartes de coopérative. Montagne travaille alors à un nouveau statut pour l’Institut, et il projette de réduire ou de supprimer ces sources de revenus, quand cela n’a pas déjà été fait, concrétisant « une campagne menée depuis fort longtemps »190. Les pertes de revenus qui résulteraient de telles mesures mettraient les pensionnaires mariés, habitant hors du palais, dont Lecerf fait partie, dans une situation financière difficile.

  • 191 Lecerf à Borel, 11 janvier 1935, au nom des anciens élèves de l’ENS, lettre citée, AJ 165964, AN.

74Il critique ensuite sévèrement l’orientation scientifique que prend l’Institut. Le départ prochain de Lassus, qu’il est prévu de ne pas remplacer, lui fait craindre une mise en minorité des spécialistes face aux « détachés militaires en mission du deuxième bureau »191.

  • 192 Ibid.

75« Il n’est pas exact que l’Institut puisse continuer son activité scientifique sans pensionnaires spécialisés, avec le directeur seul et quelques nègres de notre empire, à moins que l’Université de Paris et le Ministère des Affaires Étrangères se résignent à transformer cet établissement scientifique en annexe du deuxième bureau. » Il prévient encore : « Il ne faut pas laisser confisquer ce débouché par des organismes extra-scientifiques, ni le rendre inutilisable en laissant supprimer les postes susceptibles d’accueillir des normaliens orientalistes. »192

  • 193 Ibid.

76C’est Montagne et ses choix, tant budgétaires que scientifiques, qu’il met en cause. « L’institut est dirigé non pas, comme on devrait s’y attendre, par un polytechnicien, mais par un officier de marine. Naturellement, l’officier de marine est payé trois fois plus que les normaliens. Ceux-ci ont bon esprit. Ils se disent que si la France couvre d’or indistinctement généraux, maréchaux et corsaires, c’est sans doute pour les mêmes raisons de prestige que le Dôme des Invalides. Malheureusement, l’officier de marine est de moins bon poil : il trouve que les normaliens sont trop payés. »193

  • 194 Ibid. Pour résumer et critiquer cette situation, Lecerf se fait onirique et se montre capable, com (...)

77Il reproche de plus à Montagne de mal gérer le budget de l’Institut. A ce moment, les travaux du Palais Azem sont bien avancés et Écochard est en train de bâtir une demeure pour le directeur de l’Institut. Pour Lecerf, ces travaux coûtent trop cher à l’Institut. « On est en train, en pleine année de crise, de gaspiller 300 000 francs pour lui construire un palace, et lui épargner l’humiliation de payer un loyer. [...] Si l’on tient à bâtir, 20 000 à 30 000 francs suffiraient à construire, en un quartier moins mal choisi, une bibliothèque et un bureau, seuls locaux nécessaires. »194

78L’Académie de Paris, où parvient la lettre, ne donnera pas de suite à ces réclamations exprimées si directement. La situation redevient plus calme ensuite, et Lecerf collabore comme par le passé aux travaux de Montagne.

  • 195 Délégué général au MAE, 18 octobre 1934, n° 804, dossier budget des Œuvres Françaises, corresponda (...)

79Le Haut-Commissariat prend cependant acte de cette situation et ne manque pas d’en faire grief au directeur de l’Institut. Les propositions de Montagne n’en prennent que plus de poids, et à la fin de 1934, il est officiellement question d’un rattachement total à l’Université de Paris. Le principe est accepté par le Haut-Commissariat, qui autorise Montagne « à chercher dans l’application d’une formule nouvelle un régime qu’il estime devoir être plus favorable à l’activité de l’Institut »195.

III - L’INSTITUT FRANÇAIS DE DAMAS DE 1935 À 1938 : AFFIRMATION DE SON INDÉPENDANCE

  • 196 Projet de statut de l’IFD, 1935, dossier statuts de l’IFD 1928-1935, AJ 166954, AN. Voir en annexe
  • 197 Voir le dossier statuts de l’IFD 1928-1935, AJ 166954, AN. Les mesures que nous avons mentionnées (...)

80Montagne a rédigé un nouveau texte de statut pour l’Institut, qu’il soumet au recteur de l’Université de Paris en octobre 1934196. Le Haut-Commissariat annonce dans le même temps au Ministère des Affaires Étrangères qu’il accepte ce rattachement. Le ministère fait ensuite de même. Il annonce en décembre que la subvention qu’il alloue à l’Institut Français de Damas sera entièrement confiée à l’Université de Paris, à qui l’Institut devra justifier ses crédits. L’arrêté n° 3393 prend fin le 31 décembre. Dès le 1er janvier, l’Institut passe donc sous le contrôle de l’Université. Le conseil de l’Université de Paris approuve le projet de statut de Montagne dans sa séance du 26 février et les pensionnaires sont renommés, par arrêtés du recteur le 21 mars197. Le personnel administratif autochtone reste cependant dans les cadres du Haut-Commissariat jusqu’au 1er janvier 1937.

  • 198 MAE au Haut-Commissariat, 8 novembre 1934, n° 154, dossier budget des œuvres françaises, correspon (...)

81Le divorce avec le Haut-Commissariat n’a cependant pas été total. L’organisation matérielle issue de ce rattachement pose quelques problèmes et le passage par les structures du Haut-Commissariat est toujours nécessaire. Le Ministère des Affaires Étrangères écrit : « J’estime [...] qu’il y aurait des complications administratives excessives si le paiement était fait par l’Université de Paris. Je suggère à M. le recteur d’examiner la possibilité d’appliquer à l’Institut Français de Damas le même régime qu’à l’Institut de Varsovie, c’est-à-dire que le budget étant examiné et approuvé par le conseil de l’université, la subvention soit toujours versée à l’œuvre intéressée par votre Haut-Commissariat, comme elle l’est à Varsovie par notre ambassade. »198

  • 199 MAE au Haut-Commissariat, non daté (1934), p. 8, Beyrouth, IP 104, AMAEN.
  • 200 Ibid.

82D’autre part, le Haut-Commissaire n’entend pas, quelle que soit la situation, laisser à l’Institut une totale indépendance. « Il est évident [...] que, comme une grande partie des recherches de l’Institut se rapporte au monde oriental contemporain et ne peut conserver, en toutes circonstances, un caractère spéculatif pur, l’activité du directeur et des pensionnaires ne peut échapper au contrôle du Haut-Commissariat. »199 Et, « comme la subvention accordée à l’Institut fait partie de l’ensemble des crédits affectés aux Œuvres du Levant, M. Montagne devra, au moins une fois par an, me rendre compte sommairement des résultats de sa gestion, me faire un tableau de ses besoins et de ses projets, afin que je puisse adresser à Votre Excellence des propositions motivées, correspondant exactement à l’importance que l’Institut aura su prendre comme organisme savant et comme centre de documentation capable de rendre mieux adaptée et plus efficace, l’action scolaire, intellectuelle et politique de la France au Levant »200.

83Malgré ce rattachement, l’Institut Français de Damas conserve donc des liens obligés avec le Haut-Commissariat.

  • 201 Bounoure au chef du personnel, 21 juin 1937, n° 1711, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

84Cependant, ce dernier, tout en voulant conserver un contrôle sur l’institution, exprime le désir de voir réduire leurs rapports au strict minimum. Bounoure, agacé, écrit un peu plus tard : « Le Service des Œuvres Françaises n’a plus aucun lien avec l’Institut dirigé par ce capitaine de corvette. »201

  • 202 MAE au Haut-Commissariat, 23 mars 1935, n° 48, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

85En mars 1935, un nouveau détachement est demandé pour Montagne, accordé pour une période d’un an, soit jusqu’au 15 novembre 1936202.

  • 203 Montagne à Sauvaget, manuscrit, 23 janvier 1935, papiers d’Écochard, AIFEAD.
  • 204 Sauvaget à Montagne, 31 janvier 1935, papiers d’Écochard, AIFEAD.
  • 205 « Vous pouvez deviner qu’il y a à Paris beaucoup de sympathies sur lesquelles vous pouvez compter. (...)

86Si Montagne reste, malgré les critiques, il a par contre été question, au début de 1935, du départ de Sauvaget. Il a été proposé pour la chaire d’arabe classique de l’École Nationale des Langues Orientales Vivantes par Paul Boyer. Mais il n’est présenté qu’en deuxième ligne, derrière Régis Blachère qui sera élu. Sauvaget ne se faisait, de toute manière, aucune illusion, connaissant Boyer et « son désir, bien connu, de mettre toujours en compétition le plus grand nombre possible de candidats. Ceci afin de rehausser l’honneur de l’école »203. Il écrit d’ailleurs : « Je ne souhaite nullement ce poste : Blachère est, en outre, beaucoup plus indiqué. »204 Mais il a pu constater à cette occasion qu’il disposait d’appuis à Paris205.

  • 206 BEO V, p. 147.

87Nous retrouvons parmi les correspondants en 1934-1935, Gaulmier, Rondot, Latron et une nouvelle personne, Marcelle Proux, licenciée ès-lettres et professeur au lycée français de Beyrouth, qui a entrepris des études ethnologiques et sociologiques sur les Tcherkesses de Syrie206.

88Cette année fut surtout consacrée aux travaux universitaires et aux publications. Sauvaget, Lassus et Weulersse ont continué leur thèse. Par contre, la thèse de Lecerf est en suspens. Il se tourne vers la dialectologie et réoriente ses recherches. Ses travaux antérieurs vont servir pour sa thèse secondaire, consacrée au nationalisme culturel dans le monde arabe moderne. Et il étudie, pour sa thèse principale, les dialectes arabes du Djebel Qalamoun. Montagne continue à le juger indispensable au Palais Azem à cause de ses contacts parmi les intellectuels orientaux. Sous les auspices de l’Institut, Rondot travaille sur la langue kurde, et Vemier a terminé la traduction du livre de Musil, que le comité de direction refuse de subventionner.

  • 207 Procès-verbal de la réunion du comité de direction de l’Institut, 20 février 1935, dossier réunion (...)

89Ce comité s’est réuni le 20 février 1935. Charléty est donc président et on y retrouve Cavalier, Dussaud, Marçais, Mauss, Gout, Guyot, Montagne, Marx et Poirier, tandis que Gaudefroy-Demombynes et Massignon sont excusés207.

90Les membres du comité se préoccupent surtout de l’avancée des travaux universitaires des pensionnaires et des possibilités qui leur seront offertes à leur départ. La situation des membres de l’Institut les inquiète et ils se demandent s’il ne serait pas possible de les rattacher à l’École Pratique des Hautes Études, qui possède une structure assez souple pour les intégrer. Ils prévoient pour Lassus, qui doit quitter l’Institut à la rentrée, une prise en charge à Antioche pendant un an. Et ils envisagent la venue à Damas d’un second attaché, ou pensionnaire gratuit, le Père Henri Charles.

  • 208 Lassus à Montagne, manuscrit, 6 décembre 1935, AIFEAD 35-2.

91Jean Lassus quitte donc l’Institut en octobre 1935 mais ne va pas à Antioche. Il rentre en France donner des cours à l’École Pratique des Hautes Études208. Il n’est pas remplacé à Damas, son poste de pensionnaire restant vacant pour des raisons financières, comme Montagne l’avait envisagé depuis plusieurs mois. Les attachés pallient dans une certaine mesure cette diminution. Ce sont des universitaires ou des militaires travaillant en Syrie sur des sujets de sociologie, tendance que nous avons déjà notée, et qui bénéficient, par ce rattachement, de la direction scientifique de Montagne, de la consultation de la bibliothèque, de la possibilité de publier les résultats de leurs recherches, et parfois de subventions pour leurs missions.

  • 209 Directeur par intérim de l’Institut au Commandant des troupes françaises au Levant, 2 octobre 1935 (...)
  • 210 BEO V, p. 147.
  • 211 Compte rendu d’activité pour l’année 1936, BEO VI, p. 127.
  • 212 Introduction de Fauquenot au livre de H. Charles, La sédentarisation entre l’Euphrate et Balik, Be (...)
  • 213 BEO VI, p. 126.
  • 214 Il prendra ensuite le nom de David-Storm Rice.
  • 215 Ibid, p. 127.

92Marguerite Verdat, bibliothécaire au musée des colonies auprès de la troisième colonne méhariste, fait en octobre 1935 un séjour d’études dans un campement bédouin. Elle est subventionnée par l’Université de Paris et aidée par l’Institut209. Elle commence une enquête qu’elle poursuivra deux ans plus tard sur les populations de la Syrie du nord. D’autre part, Roger Lescot, militaire en poste au Levant, est détaché à l’Institut en qualité de secrétaire du Centre d’Études Sociales, en novembre 1935210. Il est diplômé de l’École Nationale des Langues Orientales Vivantes et licencié ès-lettres. Il étudie le kurde, poursuivant la voie ouverte par Rondot. Lui aussi voyage beaucoup et se préoccupe de questions d’histoire contemporaine. Il se rend deux fois chez les Yézidis, en avril-mai et octobre 1936, et prépare dans le même temps une enquête sur les chiites du Sud-Liban211. Charles arrive aussi à l’Institut comme attaché. Il est diplômé de l’École Pratique des Hautes Études, a suivi les cours, à Paris, de Marçais, Massignon et Mauss au Collège de France, de Gaudefroy-Demombynes et Cohen à la Sorbonne, de Colin et Barthélémy à l’École Nationale des Langues Orientales Vivantes, et de Rivet à l’Institut et au Musée d’ethnographie212. Il fait en février 1936, une tournée dans le Djebel druze avec Montagne213. Il a rapidement de nombreux contacts en Syrie, travaillant comme traducteur auprès des médecins militaires de Palmyre. On le retrouve plus tard secrétaire de la revue En terre d’Islam, pendant quatre ans. Enfin, Storm Reich214, licencié ès-lettres, ancien élève de l’École Pratique des Hautes Études, est attaché à l’Institut en janvier 1936. Il mène des enquêtes sociologiques d’avril à novembre 1936 sur les villages du Qalamoun parlant encore araméen. Il commence parallèlement plusieurs études, à partir de manuscrits anciens, sur la fauconnerie, les chiens de chasse ou des recettes de cuisines de l’époque mamelouke215. Par contre de Boucheman a quitté l’Institut.

  • 216 Montagne à Bougie, directeur de l’ENS, 22 janvier 1936, n° 104, AIFEAD 34-1.
  • 217 Montagne à Lévy-Bruhl, président de l’Institut d’Ethnologie de Paris, 22 janvier 1936, AIFEAD 34-1

93Le groupe des travailleurs bénévoles ou subventionnés par le Ministère de l’Éducation Nationale reprend donc sa forme initiale, formé surtout d’universitaires parisiens ne pouvant bénéficier d’un poste de pensionnaire. Ces correspondants ou attachés forment ce que Montagne appelle le « groupe d’études de l’Islam » qu’il a développé aussi en Algérie, et qu’il espère implanter en Égypte avec l’aide de Laoust216, alors pensionnaire de l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire. Ce groupe de travail bénéficie de subventions de l’Institut d’Ethnologie de Paris, du Centre de Politique Étrangère et du Conseil Universitaire des Recherches Sociales217.

  • 218 BEO VI, p. 125.
  • 219 Ibid.
  • 220 Lassus à Montagne, manuscrit, 6 décembre 1935, AIFEAD 35-2.
  • 221 BEO VI, p. 125
  • 222 Note de Bounoure, 6 décembre 1935, n° 3024, dossier Beaux-Arts, Beyrouth, IP 122, AMAEN.
  • 223 Voir le dossier AIFEAD 36-2. Recueil publié à l’occasion du millénaire de Mutanabbi, Damas, 1936.

94Pendant cette année 1935-1936, Sauvaget se rapproche de Paris. Il remplace, pendant le premier semestre universitaire, Gaston Wiet à l’École Nationale des Langues Orientales Vivantes, et assure, pendant le second, l’enseignement d’histoire des peuples musulmans. Entre temps, il a fait plusieurs missions en Syrie du Nord et a poursuivi la rédaction de sa thèse218. Weulersse est aussi à Paris à la fin de 1935, pour s’occuper de la publication d’une brochure préparée avec Sauvaget sur Damas et la Syrie du Sud, pour le compte du gouvernement syrien219. Lassus les rencontre à cette occasion : « Sauvaget et Weulersse sont venus hier me voir aux Hautes Études, avant mon cours, avec Mlle Chauffour. J’ai été heureux de leur visite et de leur optimisme. »220 Lecerf est alors seul à Damas, rentrant du congrès des orientalistes de Rome, qui a eu lieu en septembre, et partant bientôt suivre Cantineau dans ses enquêtes221. C’est aussi un des deux français faisant partie du comité chargé d’organiser la commémoration du millénaire du poète al-Mutanabbī au début de 1936222, événement littéraire important. De grandes autorités littéraires et orientalistes sont attendues, dont Massignon et Marçais. L’Institut Français de Damas s’associe à cet anniversaire en publiant un volume regroupant des articles de Marius Canard, Louis Massignon, Régis Blachère, Maurice Gaudefroy-Demombynes, Jean Sauvaget et Jean Lecerf223.

  • 224 Montagne à Lassus, 7 avril 1936, AIFEAD 35-2.
  • 225 Ibid. Il semble que Montagne ait eu un autre projet pour Lassus, projet plus vaste qui reste incon (...)

95Au début de 1936, Lassus revient en Syrie comme directeur des fouilles de la mission Princeton à Antioche, avec une subvention de l’enseignement supérieur224. Il garde des liens avec l’Institut, et Montagne propose de le faire bénéficier de « petits crédits »225.

  • 226 Procès-verbal de la réunion du comité de direction de l’Institut, 30 mai 1936, dossier réunions du (...)

96Le comité de direction de l’Institut s’est réuni le 30 mai 1936, toujours au Ministère des Affaires Étrangères, avec Charléty, Boyer, Dussaud, Gaudefroy-Demombynes, Marx, Mauss, Montagne et Chauvel, représentant de la sous-direction Afrique-Levant. Massignon est absent226.

97Montagne y fait son rapport sur l’activité de l’Institut, et se déclare satisfait du nouveau statut. Peu de questions sont abordées, la plus importante étant l’achat de la dernière part du palais grâce à un prêt que l’Université de Paris pourrait garantir. Les pensionnaires sont reconduits pour un an et Sauvaget pour deux, tandis que le poste de Lassus est officiellement supprimé pour cause de compressions budgétaires.

98À Damas, Charles et Écochard fréquentent régulièrement le Palais Azem. Écochard travaille en 1935-1936 sur le plan d’urbanisme de la ville de Damas, en collaboration avec la famille Danger. Il dirige toujours les travaux du palais, qui traînent faute de crédits suffisants.

  • 227 Directeur de l’Institut au Ministre de l’Éducation Nationale, 5 décembre 1936, AIFEAD 38-7.
  • 228 Ibid.

99L’Institut est, à la fin de 1936, dans une situation financière difficile. Il a continué de faire paraître ses publications « qui constituent la raison d’être de ce centre »227, malgré des réductions de crédits qui, depuis 1933 ont porté « tant sur le personnel que sur les moyens de travail scientifiques, en particulier sur les fonds destinés aux publications et à la bibliothèque »228. Au 1er janvier 1937, l’Institut a de ce fait un déficit de 80 000 francs qu’il tente de combler en demandant de nouvelles subventions au Ministère de l’Éducation Nationale. Il en va de son prestige et de sa place parmi les autres instituts français en Orient, dit-il.

  • 229 MAE au Ministre de la Marine, non daté, Beyrouth, IP 136, AMAEN.
  • 230 MAE au Haut-Commissaire, télégramme 20 avril 1937, n° 458, Beyrouth, IP 136, AMAEN. Et Délégué à D (...)
  • 231 MAE au Haut-Commissaire, 20 septembre 1937, n° 128, Beyrouth, IP 136, AMAEN.
  • 232 Directeur de l’Institut au recteur de l’Académie de Paris, 14 septembre 1937, Beyrouth, IP 136, AM (...)

100A cette même période, Montagne obtient un nouveau détachement jusqu’au 15 novembre 1938229. Cependant, il a déjà en tête de quitter la Syrie pour s’occuper du Centre des Hautes Études d’Administration Musulmane qu’il vient de créer à Paris, pour former les administrateurs français. Il réside en France dès le début de 1937, mais reste en contact avec l’Institut, à qui il écrit régulièrement pour s’enquérir des travaux des membres correspondants et des publications. Autre activité parisienne, il s’occupe, et ce pendant trois ans, d’organiser avec le Centre de Politique Étrangère des colloques sur l’évolution des pays arabes. Sauvaget assure la direction par intérim de l’Institut, Montagne ayant, de toute manière, toujours été absent plusieurs mois par an230. Sa démission, puisqu’il veut se consacrer à son centre parisien, intervient dans le courant de l’année 1937 mais elle n’est effective qu’à partir du moment où l’enseignement de sociologie musulmane qu’il a obtenu en échange à l’École Pratique des Hautes Études débute, soit le 1er janvier 1938231. Il était revenu à Damas en octobre 1937 pour procéder à son déménagement232.

101Il a donc définitivement quitté les lieux à la rentrée 1937, même s’il reste, quelques mois encore, officiellement directeur.

  • 233 Il est mentionné comme pensionnaire par une lettre de l’Institut, ce qui rend son statut ambigu. I (...)

102Cette rentrée correspond aussi au départ de Sauvaget, qui est chargé de cours à l’École Pratique des Hautes Études et quitte ses fonctions à Damas en octobre. Laoust, qui a quitté l’Institut du Caire depuis un an, lui succède au poste de secrétaire général. Lecerf et Weulersse entament leur dernière année comme pensionnaires, et Lescot obtient un poste d’attaché233.

103On assiste donc à un renouvellement du personnel scientifique, lié à un mouvement politique plus général, du moins en ce qui concerne sa direction. La signature du traité franco-syrien, le 9 septembre 1936, amène les autorités françaises à prévoir les changements politiques dus à son application. Les Services des intérêts communs, et notamment le Service des Antiquités, doivent passer sous contrôle des gouvernements syrien et libanais. Or, les Français veulent conserver les positions de ce Service et de sa Mission Archéologique Française au Levant, et le préserver de l’évolution politique du mandat, comme cela a été fait pour l’Institut en le rattachant à l’Université de Paris.

  • 234 MAE au Haut-Commissariat, 24 juillet 1937, Beyrouth, IP 136, AMAEN.
  • 235 MAE au Haut-Commissariat, 24 juillet 1937, Beyrouth, IP 136, AMAEN.
  • 236 MAE au Ministère de la Marine, non daté, Beyrouth, IP 136, AMAEN.
  • 237 MAE au Haut-Commissaire, 20 septembre 1937, n° 128, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

104« La situation politique nous impose une révision de l’organisation actuelle du Service des Antiquités et la recherche d’une liaison plus étroite entre ce service et notre Institut Français de Damas. »234 L’idée de départ, lancée au début de 1937, est de rattacher les deux institutions, le Service des Antiquités bénéficiant ainsi de l’indépendance de l’Institut. Cependant, d’une liaison plus étroite entre les deux centres, basée sur une réorganisation du Service des Antiquités, les membres du comité de direction passent à « une réorganisation scientifique de l’Institut Français de Damas sur des bases entièrement nouvelles »235. En juillet 1937, le Ministère des Affaires Étrangères pense qu’« il est vraisemblable (...) que le directeur de l’Institut Français de Damas pourra être chargé d’un enseignement dans la métropole, ce qui faciliterait une réorganisation »236. Car une chose est certaine pour les autorités : ce doit être la même personne qui assume la direction de la mission archéologique française au Levant et de l’Institut Français de Damas. D’ailleurs, Dussaud, qui a mis au point ce projet de réorganisation, soutient Seyrig, qu’il avait déjà placé au poste de directeur du Service des Antiquités en 1929. Son projet a eu l’assentiment de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, du comité de direction, de l’Université de Paris, après que le Ministère des Affaires Étrangères et le Haut-Commissariat ont donné leur accord237.

  • 238 Ibid.
  • 239 Ibid.

105« Le projet tendrait à réunir sous une même autorité la Mission Archéologique Française, dont le sort risque d’être rendu plus difficile par l’évolution de notre mandat et les dispositions des gouvernements libanais et syrien, et l’Institut actuellement existant qui se consacrerait essentiellement aux études sur le monde arabe du Levant. [...] Deux sections seraient organisées, correspondant l’une à la sphère d’activité actuelle de notre mission archéologique, c’est-à-dire à l’étude de l’antiquité, l’autre aux problèmes que pose l’Islam moderne et le mandat arabe de Syrie. De cette seconde section, M. Massignon [...] assurerait une inspection permanente en venant chaque année en Syrie. »238 Nous voilà donc revenus au système de fonctionnement de la Section Scientifique des Arabisants. Il est intéressant de noter comment le Ministère des Affaires Étrangères définit le domaine d’activité de l’Institut. Celui-ci doit travailler sur l’Islam moderne et les problèmes relatifs au mandat. On constate l’influence qu’a pu avoir Montagne et l’importance des travaux faits sous sa direction, qui définissent la totalité de l’activité de l’Institut. Le Ministère des Affaires Étrangères insiste pour que cette réorganisation ne se fasse pas aux dépens des anciennes activités du centre et laisse « intactes les possibilités de publication sur la Syrie et qu’elle permît même de développer les contacts avec la jeunesse syrienne en dirigeant sur place ses travaux »239.

  • 240 MAE au Haut-Commissaire, 25 septembre 1937, n° 154, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

106Massignon revient donc à Damas à la fin de 1937, après un voyage en Égypte, chargé comme autrefois d’inspecter le fonctionnement de cette œuvre et de diriger les recherches de ses membres240.

  • 241 MAE au Haut-Commissaire, 24 juillet 1937, Beyrouth, IP 13.6, AMAEN.
  • 242 Ibid.
  • 243 Délégué du Haut-Commissaire au MAE, 9 août 1937, n° 757, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

107Ce projet doit aboutir au rattachement de l’Institut au Service des Antiquités, le 1er janvier 1938241. Cependant, il n’aura pas lieu à cette date. Le Ministère des Affaires Étrangères précise à cette époque que « dans l’état actuel des choses, j’estime qu’il y aurait intérêt à prolonger pour un an l’organisation actuelle du Service des Antiquités dans les pays du Levant. Il est difficile en effet, étant donné la situation financière actuelle, de donner immédiatement au budget du nouvel institut une ampleur suffisante pour qu’on puisse y faire rentrer à la fois, tous les crédits de l’Institut Français de Damas, la rémunération du personnel français employé aux fouilles et les crédits des fouilles proprement dites »242. Le Ministère des Affaires Étrangères demande donc un délai d’un an, que le Haut-Commissariat accorde243. Mais ce dernier insiste pour que cette nouvelle organisation intervienne en 1939. Le projet de Dussaud n’est donc réalisé qu’en partie. La direction des deux institutions va devenir effectivement unique mais leur fusion en un seul organisme est repoussée.

  • 244 Rapporté dans Laoust à Montagne, 12 janvier 1938, AIFEAD 37-3.
  • 245 Montagne à Bounoure, 26 février 1938, Œuvres 222, AMAEN. « À partir du 1er janvier 1938, l’IFD ces (...)

108Seyrig est chargé de rédiger un nouveau statut pour l’Institut en 1938, sur lequel nous n’avons pas de précisions. Cependant Laoust écrit : « Je crois comprendre [...] que nous ne dépendrons plus de l’Université de Paris mais que nous serons rattachés directement au ministère ».244 Montagne confirme ce détachement administratif de l’université245.

  • 246 Montagne à Sauvaget, 30 juin 1937, AIFEAD 37-3.

109Ces mesures sont attendues par les membres du Palais Azem qui voient là une occasion de permettre un nouveau développement de leur centre. En juin 1937, Montagne écrit de Paris : « Je crois que la fusion de l’Institut et de la direction des Antiquités est en bonne voie. J’espère que Seyrig apportera de son côté des sommes nouvelles qui permettront d’accroître nos ressources et de maintenir nos publications à leur niveau. »246

110C’est donc au terme d’une évolution de plusieurs mois que l’Institut change de statut, le 1er janvier 1938, et que son nouveau directeur, Henri Seyrig, est nommé. Les craintes françaises liées à la perspective de la fin du mandat vont ensuite cesser, du moins temporairement, puisque celui-ci est maintenu en raison de l’évolution de la situation en Europe. Il n’est alors plus question de rattacher le Service des Antiquités avec l’Institut. Le seul changement ayant résulté de ce projet fut la nomination de Seyrig à la tête de l’Institut, qui va, même si les deux institutions restent distinctes, rapprocher leurs membres.

Notes

1 MAE au Haut-Commissariat, note confidentielle, 6 février 1930, n° 24, Œuvres 222, AMAEN.

2 MAE au Haut-commissaire, 19 avril 1930, n° 80, Œuvres 222, AMAEN.

3 MAE au Haut-Commissaire, 12 décembre 1929, n° 227, estampage 4, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

4 Arrêté n° 2976, 20 janvier 1930, estampage 5, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

5 Rapport d’H. Terrasse, 17 janvier 1930, Œuvres 222, AMAEN.
1o) Rapport sur la situation de la SSA.
2°) Projet de réorganisation de la SSA.
3°) Trois notes sur l’état des monuments musulmans de Damas.

6 H. Terrasse, introduction à ses rapports, 17 janvier 1930, Œuvres 222, AMAEN.

7 Rapport cité d’H. Terrasse, 1er point, p. 3, Œuvres 222, AMAEN. Chauffour et Bounoure s’occupent des costumes féminins, tandis que Saussey et Terrasse sont chargés de rassembler des costumes masculins. Bounoure voyage donc avec Chauffour pendant deux semaines à Damas, Homs, Hama, Alep, Alexandrette, Antioche, Soueida et le Djebel Moussa, Lattaquié et la montagne alaouite. « Le voyage était pour elle une première reconnaissance : il avait pour but de lui donner les moyens de s’orienter, de repérer les points où porteront ses recherches et le premier contact avec les autorités qui lui seront utiles. » De plus, « elle s’est mise au dialecte syrien avec assez de bonheur ». Bounoure à Marx, 4 avril 1930, Œuvres 176, AMAEN.

8 H. Terrasse, rapport cité, p. 2, Œuvre 222, AMAEN.

9 Ibid, p. 1-2.

10 Ibid, p. 3.

11 Sauvaget au MAE, 15 avril 1930, n° 7, Œuvres 222, AMAEN.

12 Arrêté n° 3066 du 31 mars 1930, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

13 MAE au Haut-Commissariat, 2 septembre 1930, n° 62, Œuvres 222, AMAEN.

14 H Terrasse, rapport cité, 1er point, p. 4, Œuvres 222, AMAEN.

15 MAE au Haut-Commissariat, 23 janvier 1931, n° 11, Œuvres 222, AMAEN.

16 Voir les dossiers sur le laboratoire de Ksara, Beyrouth, IP 78 et IP 95, MAEN. « Je proposerai [...] de nommer M. Chevrier, qui désire poursuivre ces travaux en vue d’une thèse de doctorat, pensionnaire de l’IFD. Sans doute, ces travaux semblent sortir du cadre qui avait d’abord été tracé pour la SSA. Mais la dépêche de Votre Excellence n° 101 en date du 21/5/1931 envisage très judicieusement une extension des spécialités représentées à l’Institut Français. M. Chevrier [...] paraît tout désigné pour rentrer à l’Institut en qualité de pensionnaire à partir du 1er octobre 1930. » Haut-Commissaire par intérim au MAE, 24 juin 1930, n° 495, Beyrouth, IP 78, AMAE. Chevrier reste ensuite au Levant, comme professeur à l’école française de l’Université américaine puis à l’école d’ingénieurs. Il est conseiller-adjoint au Service de l’Instruction Publique à la fin du mandat. Dans la deuxième partie des années 1940, il est directeur du Centre de Recherches et d’Études Mathématiques et Physiques de Beyrouth.

17 Bounoure à Marx, manuscrit, 5 janvier 1931, Œuvres 176, AMAEN.

18 Compte rendu de la réunion de comité de direction, 6 juin 1931, Œuvres 222, AMAEN.

19 Sauvaget au délégué à Damas, 10 juillet 1930, n° 138, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

20 Note de Tétreau aux Services de l’Instruction Publique et des Antiquités, 7 juillet 1930, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

21 Instruction Publique au Haut-commissaire par intérim, 21 juillet 1930, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

22 Ibid.

23 Arrêté n° 3138, 26 mai 1930, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

24 MAE au Haut-Commissaire, 14 avril 1930, n° 801, Œuvres 222, AMAEN.

25 MAE au Haut-Commissaire, 19 avril 1930, n° 50, Œuvres 222, AMAEN.

26 MAE au Haut-Commissaire, 23 juillet 1930, n° 565, Œuvres 222, AMAEN.

27 MAE au Haut-Commissaire, 26 août 1930, n° 189, Œuvres 222, AMAEN.

28 Haut-Commissaire par intérim au MAE, 23 juillet 1930, n° 565, Œuvres 222, AMAEN.

29 Bounoure à Marx, manuscrit, 5 janvier 1931, Œuvres 176, AMAEN.

30 Ibid.

31 Sauvaget à Massignon, 5 mai 1930, joint à Massignon à Marx, 15 mai 1930, Œuvres 222, AMAEN.

32 Ibid.

33 Marx à Cavalier, 5 juillet 1930, Œuvres 222, AMAEN.

34 Terrasse, rapport cité, 2e point, p. 2, Œuvres 222, AMAEN.

35 MAE au Haut-commissaire, 18 juillet 1930, n° 139, Œuvres 222, AMAEN.

36 Marx à Lassus, 12 juin 1930, Œuvres 222, AMAEN.

37 Voir son rapport d’activité pour 1929-1930, 15 juin 1930, Œuvres 222, AMAEN. Bounoure, au cours de son voyage avec elle, notait : « Elle a supporté courageusement les fatigues encore qu’elle paraisse d’une santé assez médiocre », et plus loin, il la décrivait comme « une frêle arabisante, à laquelle les grandes chaleurs vont bientôt interdire les courses dans le bled ». Peut-être le comité de direction a-t-il préféré composer son équipe à Damas d’un personnel masculin. Les souvenirs d’une archéologue de l’IFAO montrent qu’à la fin des années 1930, la situation était identique en Égypte. Elle évoque ses rapports avec les autres pensionnaires, tous masculins : « Il était impossible qu’une femme puisse vivre sur un chantier de fouilles où les conditions d’existence seraient trop dures pour son frêle organisme, mais surtout, qu’elle puisse appartenir à leur cénacle. Ils vinrent en délégation demander tout bonnement au directeur de l’IFAO d’annuler ma nomination. » Bounoure à Marx, 4 avril 1930, Œuvres 176, AMAEN. Et Ch. Desroches-Noblecourt, La grande Nubiade, Paris, Stock/Pernoud, 1992.

38 MAE au Haut-Commissaire, 18 juillet 1930, n° 139, Œuvres 222, AMAEN.

39 Marx à Sauvaget, 23 juillet 1930, Œuvres 222, AMAEN.

40 Montagne au Secrétaire Général du Haut-Commissariat, 28 janvier 1931, dossier Montagne, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

41 Bounoure à Marx, manuscrit, 28 janvier 1930, Œuvres 176, AMAEN.

42 Lettre de Montagne, manuscrit, non daté, Œuvres 222, AMAEN.

43 Montagne à Marx, manuscrit, 10 juillet 1930, Œuvres 222, AMAEN.

44 Voir l’article de Pierre Rondot, « R. Montagne et le Levant », L’Afrique et l’Asie, n° 32, 4e trim. 1955, p. 36-43. Ce qu’il nous confirmé verbalement.

45 H. Terrasse, rapport cité, 2e point, p. 2 et 4, Œuvres 222, AMAEN.

46 Dussaud à Marx, manuscrit, 20 juin 1930, Œuvres 222, AMAEN.

47 Marx à Bounoure, manuscrit, 30 mars 1931, Œuvres 176, AMAEN.

48 Marx à Sauvaget, 23 juillet 1930, Œuvres 222, AMAEN.

49 Ibid.

50 Ministère de la Marine au MAE, 5 novembre 1930, Œuvres 222, AMAEN.

51 Montagne à Bounoure, 3 novembre 1930, Œuvres 222, AMAEN.

52 Directeur de l’Office des États du Levant sous mandat français au Haut-Commissariat, 18 décembre 1930, n° 664, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

53 MAE au Haut-Commissaire, 31 octobre 1930, Œuvres 222, AMAEN.

54 Bounoure à Marx, manuscrit, 5 janvier 1931., Œuvres 176, AMAEN.

55 Arrêté 4/P. 1931 et arrêté 28/P.1931, 14 janvier 1931, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

56 Arrêté n° 3393, 31 décembre 1930, dossier IFD, Beyrouth, Cabinet Politique 390, AMAEN. Voir en annexe.

57 H. Terrasse, rapport cité, 2e point, p. 1, Œuvres 222, AMAEN.

58 Arrêté n° 3355, 25 novembre 1930, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

59 Haut-Commissaire au MAE, 28 janvier 1931, n° 66, Œuvres 222, AMAEN.

60 Montagne à Bounoure, manuscrit, 3 octobre 1930, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

61 Ibid.

62 Ibid.

63 Montagne à Bounoure, 29 janvier 1931, n° 368, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

64 Sauvaget à Bounoure, 20 juillet 1930, n° 131, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN. Sauvaget fait un compte rendu de l’état du matériel existant au palais. « Ce matériel est aujourd’hui complètement inutilisable. J’estime que son remplacement devrait être imputé au budget de la SSA, bien que les pensionnaires ne soient pour rien dans la dégradation d’un matériel qui n’a jamais été mis à leur disposition. »
État comparatif du matériel de table existant au Palais Azem :
Image

65 Montagne à Bounoure, 29 janvier 1931, n° 368, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

66 Lettre de Montagne, manuscrit, 22 mars 1932, Œuvres 222, AMAEN.

67 Bounoure à Marx, manuscrit, 5 janvier 1931, Œuvres 176, AMAEN.

68 Ibid.

69 Marx à Bounoure, manuscrit, 30 mars 1931, Œuvres 176, AMAEN.

70 Montagne à ? (Marx), manuscrit, 5 février 1931, Œuvres 222, AMAEN.

71 Ibid.

72 Bounoure à Marx, manuscrit, 25 avril 1931, Œuvres 222, AMAEN.

73 Ibid.

74 Haut-Commissaire au MAE, 25 avril 1931, n° 301, Œuvres 222, AMAEN.

75 Bounoure à Marx, manuscrit, 25 avril 1931, Œuvres 222, AMAEN.

76 Ibid.

77 Montagne au Haut-Commissariat, 21 avril 1931, Œuvres 222, AMAEN.

78 Montagne à Marx, 22 mars 1931, Œuvres 222, AMAEN.

79 Ibid.

80 Marx à Bounoure, manuscrit, 30 mars 1931, Œuvres 176, AMAEN.

81 Voir la décision n° 132/P du 29 avril 1931 lui donnant un mois de congé dans ce but, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

82 Haut-Commissaire au MAE, 25 avril 1931, n° 301, Œuvres 222, AMAEN.

83 Ibid.

84 Procès-verbal de la réunion du 6 juin 1931, Œuvres 222, AMAEN.

85 Marx à Cavalier, 29 mai 1931, Œuvres 222, AMAEN.

86 Montagne à Robert de Caix, non daté, Œuvres 222, AMAEN.

87 Marx à Cavalier, 29 mai 1931, Œuvres 222, AMAEN.

88 Montagne à Marx, manuscrit, 12 juin 1932, Œuvres 222, AMAEN.

89 Procès-verbal de la réunion du 6 juin 1931, Œuvres 222, AMAEN.

90 Montagne à Robert de Caix, manuscrit, 20 août 1931, Œuvres 222, AMAEN.

91 Procès-verbal de la réunion du 6 juin 1931, Œuvres 222, AMAEN.

92 Ibid.

93 Rapport annuel d’activité pour l’année 1931, Beyrouth, IP 87, AMAEN. Voir aussi en fin du BEO I, p. 217-221.

94 BEO I, p. 217. Ce travail lui a été proposé dès 1928, après que Dussaud se soit insurgé contre l’étude entreprise par K. Creswell sur Damas. Dussaud semble mal supporter que la ville tombe entre les mains d’un Anglais de l’Institut Français d’Archéologie du Caire.

95 Ibid, p. 219.

96 Ibid, p. 220.

97 Ibid, p. 219.

98 Rapport d’activité 1931, p. 2, Beyrouth, IP 87, AMAEN.

99 Ibid, p. 11.

100 Ibid, p. 1.

101 Lettre de Montagne, 1er juillet 1931, Œuvres 222, AMAEN.

102 MAE au Haut-Commissariat, 16 octobre 1931, Œuvres 222, AMAEN. Et MAE au Haut-Commissariat, 16 octobre 1931, n° 164, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN.

103 J. Lecerf, « Ammayya, Ummayya, Ulissanayya », BEO, n° XXV, 1972, p. 246.

104 Montagne à Robert de Caix, 20 octobre 1931, terme de Massignon rapporté par l’auteur, Œuvres 222, AMAEN.

105 Recteur de l’Académie de Paris au MAE, 10 décembre 1931, Œuvres 222, AMAEN.

106 Massignon à Marx, 21 novembre 1931, Œuvres 222, AMAEN.

107 Ibid.

108 MAE au Haut-Commissaire, 26 novembre 1931, n° 193, Œuvres 222, AMAEN.

109 Massignon à Marx, 21 novembre 1931, Œuvres 222, AMAEN.

110 MAE au Recteur de l’Académie de Paris, 20 novembre 1931, Œuvres 222, AMAEN.

111 Montagne au Haut-Commissaire, 22 juillet 1933, dossier de principe, Beyrouth, Cabinet Politique 390, AMAEN.

112 MAE au Haut-Commissaire, 26 janvier 1932, n° 12, Œuvres 222, AMAEN.

113 Ibid.

114 Ibid.

115 Ibid.

116 Lettre de Montagne, 22 mars 1932, Œuvres 222, AMAEN.

117 Ibid.

118 Haut-Commissaire au MAE, 12 avril 1933, n° 235, dossier budget des œuvres, correspondance Haut-Commissariat, Beyrouth, IP 97, AMAEN.

119 Rapport d’activité de l’Institut pour l’année 1932-1933, Beyrouth, IP 103, AMAEN. Voir aussi le BEO III, p. 201.

120 Note sur l’organisation intérieure de l’Institut, 28 septembre 1931, Beyrouth, IP 128 bis, AMAEN. Voir en annexe.

121 Montagne à Bounoure, 4 novembre 1932, n° 3643, AIFEAD 32-4.

122 Curriculum vitae d’Écochard, AIFEAD 45-5.

123 Rapport d’activité de l’Institut pour l’année 1932-1933, Beyrouth, IP 103, AMAEN. Voir aussi le BEO III, p. 202.

124 Montagne au Haut-Commissaire, 25 août 1932, archives Écochard, AIFEAD.

125 Montagne à Lecerf, manuscrit, non daté (1932), AIFEAD 37-1.

126 MAE au Haut-Commissariat, 15 avril 1932, n° 74, estampage 58, Levant, E601, AMAEP.

127 Délégué à Damas au Haut-Commissaire, 25 août 1932, archives Écochard, AIFEAD.

128 IFD au Haut-Commissariat, 18 octobre 1932, n° 1617, archives Écochard, AIFEAD.

129 Lettre de Montagne, 3 février 1933, archives Écochard, AIFEAD.

130 Ibid.

131 Décision n° 71/PB du 12 décembre 1932, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

132 Haut-Commissaire au MAE, 7 avril 1933, dossier budget des Œuvres, correspondance Haut-Commissariat, Beyrouth, IP 97, AMAEN.

133 Note de Bounoure pour Marx sur les crédits alloués aux Œuvres françaises en Syrie depuis 1921, 1930, p. 4, Beyrouth, IP 72, AMAEN.

134 Haut-Commissaire au MAE, note sur l’IFD, non datée (1934), 8 pages, Beyrouth, IP 104, AMAEN. Cette note ne fut pas expédiée.

135 MAE au Haut-Commissariat, 10 avril 1933, estampage 73, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

136 Ibid.

137 Ibid.

138 Lettre de Weulersse, manuscrite, 4 mars 1932, Œuvres 222, AMAEN.

139 H. Terrasse, rapport cité, 2e point, p. 2, Œuvres 222, AMAEN.

140 BEO III, p. 199-202.

141 Ibid, p. 202.

142 H. Terrasse, rapport cité, 2e point, p. 2, Œuvres 222, AMAEN.

143 Haut-Commissaire au MAE, non daté (1934), Beyrouth, IP 104, AMAEN.

144 BEO III, p. 202.

145 Ibid.

146 Ibid, p. 201.

147 Ibid, p. 202.

148 Entretien avec Pierre Rondot.

149 Directeur par intérim de l’Institut à Bounoure, 18 mars 1933, n° 1832, AIFEAD 36-6.

150 MAE au Haut-Commissaire, 16 juin 1933, n° 81, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

151 Compte rendu de la réunion du 16 juin 1933, Œuvres 222, AMAEN.

152 Montagne au Haut-Commissaire, 22 juillet 1930. L’année de cette lettre est vraisemblablement une erreur de copie. Il s’agit de 1933. Dossier de principe, Beyrouth, Cabinet Politique 390, AMAEN.

153 Texte du statut de l’Institut avec les corrections du Haut-Commissariat, Beyrouth, Cabinet Politique 390, AMAEN. Voir en annexe.

154 De Martel au MAE, 25 janvier 1934, n° 62, Beyrouth, Cabinet Politique, 390, AMAEN.

155 MAE au Haut-Commissaire, 19 février 1934, n° 24, dossier budget des œuvres, correspondance MAE, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

156 Note de Bounoure au secrétaire général, 4 août 1934, p. 2, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

157 Lettre de Montagne, manuscrite, 24 janvier (1934), dossier allocations extraordinaires, subventions accordées sur les fonds du Haut-Commissariat, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

158 Ibid.

159 Ibid.

160 Ibid.

161 Décision n° 91 du 23 mai 1934, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

162 Décision n° 94 du 23 mai 1934, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

163 MAE au Haut-Commissaire, 4 avril 1934, n° 50, dossier allocation extraordinaires, correspondance MAE, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

164 Ibid.

165 Lettre de Montagne, manuscrite, 24 janvier (1934), dossier allocation extraordinaires, subventions accordées sur les fonds du Haut-Commissariat, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

166 MAE au Haut-Commissaire, 18 avril 1934, n° 57, Volume 600, Série Levant, AMAEP.

167 Voir le compte rendu d’activité 1933-1934, BEO IV, p. 131-134.

168 De Martel au MAE, 22 juin 1934, AIFEAD 34-1.

169 Ibid. Voir aussi la comparaison qui est faite entre les travaux de de Boucheman et d’Epstein. Le premier a fait une conférence à l’Académie des Sciences Coloniales au début de 1934, publiée en mai 1934 dans l’Asie Française, et le second a rédigé un article dans L’Orient du 21/11/1933. Voir H. F., « L’avenir des nomades du désert de Syrie », L’Asie Française, n° 318, mars 1934, p. 77-79.

170 De Martel au MAE, 22 juin 1934, AIFEAD 34-1.

171 Compte rendu d’activité pour l’année 1934-1935, BEO V, p. 146.

172 Haut-Commissaire au MAE, non daté (1934), p. 1-4, Beyrouth, IP 104, AMAEN. Bounoure écrivait aussi à ce propos : « Je ne puis admettre que R. Montagne saisisse directement le département de réclamations aussi dépourvues de fondement. » Note de Bounoure au secrétaire général, 7 juillet 1934, n° 1698, dossier budget des Œuvres Françaises, correspondance MAE, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

173 Haut-Commissaire au MAE, non datée (1934), p. 5, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

174 Ibid, p. 6.

175 Note de Bounoure au secrétaire général, 4 août 1934, p. 2, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

176 Sauvaget à Massignon, 5 mai 1930, joint à Massignon à Marx, 15 mai 1930, Œuvres 222, AMAEN.

177 Haut-Commissaire au MAE, non daté (1934), p. 7, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

178 Note de Bounoure au secrétaire général, 4 août 1934, p. 6, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

179 Ibid, p. 2.

180 Ibid, p. 6.

181 Ibid, p. 5-6.

182 Ibid, p. 6.

183 Ibid, p. 4.

184 Ibid, p. 5.

185 Ibid, p. 4.

186 Note de Bounoure au secrétaire général, 7 juillet 1934, n° 1698, dossier budget des Œuvres Françaises, correspondance MAE, p. 2, Beyrouth, IP 104, AMAEN. Bounoure fait sans doute allusion à l’école française de sociologie et à l’équipe constituée autour de Durkheim et de L’Année Sociologique.

187 Ibid.

188 P. Rondot, « R. Montagne et le Levant » L’Afrique et l’Asie, n° 32, 4e trim. 1955, p. 38.

189 Lecerf à Borei, président de l’association des anciens élèves de l’ENS, 11 janvier 1935, 2 lettres, estampages 9 et 10, dossier traitements et rappels 1935-1938, AJ 166954, AN. Les pensionnaires de l’Institut, anciens élèves de l’ENS, sont Lassus, Lecerf et Weulersse.

190 Lecerf à Borel, 11 janvier 1935, au nom des pensionnaires mariés, lettre citée, AJ 166954, AN. Les conditions financières qui leur sont faites, rendent leur vie à Damas difficile. L’absence de congés payés augmente leurs frais. Il rappelle qu’un voyage en France est quasi obligatoire pour les familles pour des raisons de santé. La mortalité infantile a atteint 50 % pendant l’été 1934 dans la communauté française de Damas, et Lassus a, lui-même, perdu un de ses enfants. Il compare, non sans malice, la situation des pensionnaires mariés et célibataires. « Une enquête évidemment délicate et sommaire, mais indispensable, a montré qu’il en coûte environ 400 francs par mois aux officiers méharistes pour entretenir, à part non exclusive, une danseuse de l’Olympia ou de l’Abbassieh. Les camarades ethnologues pourraient utilement indiquer des ressources locales encore plus modiques, et qui ne sont pas à dédaigner. Enfin, les colonies françaises et étrangères offrent souvent certaines occasions spécialement avantageuses ; [...] on perd de vue trop facilement, dans les discussions sur ce point, que le pensionnaire marié a lui aussi, au minimum et sans crédit spécial, une femme à entretenir. »

191 Lecerf à Borel, 11 janvier 1935, au nom des anciens élèves de l’ENS, lettre citée, AJ 165964, AN.

192 Ibid.

193 Ibid.

194 Ibid. Pour résumer et critiquer cette situation, Lecerf se fait onirique et se montre capable, comme Montagne, d’utiliser une métaphore maritime. « Les pensionnaires ne souhaitent de mal à personne. Le crédit improductif qui va se dissiper en coulées de ciment, - ou peut-être en fumée dans un nouvel incendie - au seul profit du directeur, profit très relatif puisque ce dernier n’y réside presque pas, ne leur inspire aucune jalousie. Ils ont seulement songé à une réalisation financière et scientifique digne d’eux et de leur chef, qui ferait de ce crédit quelque chose de plus grand et de plus durable. Chaque année, vers la fin mars, au premier jour du mois suivant, sous les ordres du capitaine de corvette Montagne, servie par les plantons du palais exercés pendant tout l’hiver dans les bassins, une nef restaurée avec la collaboration du musée de la marine partirait en croisière vers des cieux plus cléments, et des aventures intellectuelles. Déposant le byzantiniste en Grèce, le sémitisant à Carthage, l’archéologue de l’Islam en Andalousie, elle amènerait le géographe à pied d’œuvre pour l’étude fondamentale du bassin parisien. Quant au directeur climatologue, hydrologue, océanographe, anthropologue et ethnographe, demeurant seul à bord, il cinglerait dans une apothéose vers les îles de la Sonde ou les rives de la Papousie, à la poursuite des dernières survivances du mythe d’Adonis. »

195 Délégué général au MAE, 18 octobre 1934, n° 804, dossier budget des Œuvres Françaises, correspondances MAE, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

196 Projet de statut de l’IFD, 1935, dossier statuts de l’IFD 1928-1935, AJ 166954, AN. Voir en annexe.

197 Voir le dossier statuts de l’IFD 1928-1935, AJ 166954, AN. Les mesures que nous avons mentionnées fixent le fonctionnement de l’institut pour les années à venir. Pourtant, son statut et son rattachement à l’Université de Paris n’ont rien d’officiel. Cependant, les accords déjà passés permettent au centre de fonctionner sans que ce caractère instable apparaisse. Cette anomalie ne sera constatée qu’en 1955. Effectivement, le statut de l’institut adopté par le conseil de l’Université, le 26 février 1935, aurait dû recevoir l’approbation officielle des ministres des Affaires Étrangères et de l’Éducation Nationale. Or, en juin 1935, le Ministre de l’Éducation Nationale bloque ce processus en demandant qu’une convention soit établie entre le MAE, l’Université de Paris et l’IFD, afin de fixer les modalités du rattachement de l’institut à l’Université. C’est sur cette convention que le ministre veut se baser pour donner son accord. Or, elle ne sera jamais rédigée, et l’approbation des ministres, après avoir été retardée, sera oubliée. Non officiel, le rattachement à l’Université de Paris est tout de même effectif.

198 MAE au Haut-Commissariat, 8 novembre 1934, n° 154, dossier budget des œuvres françaises, correspondance MAE, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

199 MAE au Haut-Commissariat, non daté (1934), p. 8, Beyrouth, IP 104, AMAEN.

200 Ibid.

201 Bounoure au chef du personnel, 21 juin 1937, n° 1711, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

202 MAE au Haut-Commissariat, 23 mars 1935, n° 48, Beyrouth, IP 128, AMAEN.

203 Montagne à Sauvaget, manuscrit, 23 janvier 1935, papiers d’Écochard, AIFEAD.

204 Sauvaget à Montagne, 31 janvier 1935, papiers d’Écochard, AIFEAD.

205 « Vous pouvez deviner qu’il y a à Paris beaucoup de sympathies sur lesquelles vous pouvez compter. » Montagne à Sauvaget, 15 janvier 1935, papiers d’Écochard, AIFEAD.

206 BEO V, p. 147.

207 Procès-verbal de la réunion du comité de direction de l’Institut, 20 février 1935, dossier réunions du comité de l’Institut, AJ 166954, AN.

208 Lassus à Montagne, manuscrit, 6 décembre 1935, AIFEAD 35-2.

209 Directeur par intérim de l’Institut au Commandant des troupes françaises au Levant, 2 octobre 1935, AIFEAD 34-1. Voir également la lettre du directeur par intérim de l’Institut, 6 octobre 1937, AIFEAD 44-2. Et lettre du rectorat de Paris, 30 août 1937, AIFEAD 44-2.

210 BEO V, p. 147.

211 Compte rendu d’activité pour l’année 1936, BEO VI, p. 127.

212 Introduction de Fauquenot au livre de H. Charles, La sédentarisation entre l’Euphrate et Balik, Beyrouth, 1942, p. 13-18.

213 BEO VI, p. 126.

214 Il prendra ensuite le nom de David-Storm Rice.

215 Ibid, p. 127.

216 Montagne à Bougie, directeur de l’ENS, 22 janvier 1936, n° 104, AIFEAD 34-1.

217 Montagne à Lévy-Bruhl, président de l’Institut d’Ethnologie de Paris, 22 janvier 1936, AIFEAD 34-1.

218 BEO VI, p. 125.

219 Ibid.

220 Lassus à Montagne, manuscrit, 6 décembre 1935, AIFEAD 35-2.

221 BEO VI, p. 125

222 Note de Bounoure, 6 décembre 1935, n° 3024, dossier Beaux-Arts, Beyrouth, IP 122, AMAEN.

223 Voir le dossier AIFEAD 36-2. Recueil publié à l’occasion du millénaire de Mutanabbi, Damas, 1936.

224 Montagne à Lassus, 7 avril 1936, AIFEAD 35-2.

225 Ibid. Il semble que Montagne ait eu un autre projet pour Lassus, projet plus vaste qui reste inconnu, mais qu’il évoque en ces termes : « J’ai reçu l’avis de votre prolongation de détachement pour un an "pour exercer des fonctions d’enseignement à l’IFD”. » Montagne à Lassus, 18 décembre 1935, AIFEAD 35-2.

226 Procès-verbal de la réunion du comité de direction de l’Institut, 30 mai 1936, dossier réunions du comité de l’Institut, AJ 166954, AN.

227 Directeur de l’Institut au Ministre de l’Éducation Nationale, 5 décembre 1936, AIFEAD 38-7.

228 Ibid.

229 MAE au Ministre de la Marine, non daté, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

230 MAE au Haut-Commissaire, télégramme 20 avril 1937, n° 458, Beyrouth, IP 136, AMAEN. Et Délégué à Damas au Haut-Commissaire, 8 mai 1937, n° 240/P, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

231 MAE au Haut-Commissaire, 20 septembre 1937, n° 128, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

232 Directeur de l’Institut au recteur de l’Académie de Paris, 14 septembre 1937, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

233 Il est mentionné comme pensionnaire par une lettre de l’Institut, ce qui rend son statut ambigu. IFD au secrétaire de l’EPHE, 24 novembre 1937, AIFEAD 30-5.

234 MAE au Haut-Commissariat, 24 juillet 1937, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

235 MAE au Haut-Commissariat, 24 juillet 1937, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

236 MAE au Ministère de la Marine, non daté, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

237 MAE au Haut-Commissaire, 20 septembre 1937, n° 128, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

238 Ibid.

239 Ibid.

240 MAE au Haut-Commissaire, 25 septembre 1937, n° 154, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

241 MAE au Haut-Commissaire, 24 juillet 1937, Beyrouth, IP 13.6, AMAEN.

242 Ibid.

243 Délégué du Haut-Commissaire au MAE, 9 août 1937, n° 757, Beyrouth, IP 136, AMAEN.

244 Rapporté dans Laoust à Montagne, 12 janvier 1938, AIFEAD 37-3.

245 Montagne à Bounoure, 26 février 1938, Œuvres 222, AMAEN. « À partir du 1er janvier 1938, l’IFD cesse d’être rattaché administrativement (au point de vue comptable) à l’Université de Paris. »

246 Montagne à Sauvaget, 30 juin 1937, AIFEAD 37-3.

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search