Version classiqueVersion mobile

L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946) à travers les archives

 | 
Renaud Avez

Introduction*

Texte intégral

  • * Cette étude sur l'Institut Français de Damas est la version remaniée d'une maîtrise effectuée à l' (...)
  • 1 H. Laoust, « Travaux et problèmes de l’I.F.E.A.D. ; ses publications », in Colloque sur les recher (...)

1Lorsqu'en 1960, Henri Laoust rappelait que « les arabisants sont en droit d'avoir, eux aussi, leur propre centre de travail et de recherches sur le terrain »1, il réaffirmait la spécificité et l'importance scientifique d'un institut alors menacé par la crise franco-arabe. L'Institut Français de Damas a presque quarante ans et il est encore nécessaire de mentionner son existence, ce que ses deux directeurs, Henri Laoust et Nikita Élisséeff, ne manqueront pas de faire par la publication d'articles.

2Pourtant, l'Institut n'a plus besoin de faire ses preuves auprès des chercheurs arabisants et, si son installation à Damas n'a pas encore trouvé sa forme définitive, il répond à un désir ancien de la communauté orientaliste.

  • 2 Sur ce point, on pourra consulter l’introduction de J.C. Berchet à l’Anthologie des voyageurs fran (...)
  • 3 Itinéraire descriptif, historique et archéologique de l’Orient, Collection des guides Joanne, Pari (...)

3Le xixe siècle a vu, au cours de ses dernières décennies, se dessiner un mouvement vers l'Orient, événement bien connu que viennent ponctuer les récits publiés au retour par des voyageurs parfois illustres. Des savants (surtout archéologues), littérateurs, mondains ou aventuriers profitent des conditions de voyage qui s'améliorent2. En 1860 paraît dans la célèbre collection des guides Joanne un ouvrage sur le Proche-Orient, qui connaîtra plusieurs rééditions, et en 1890, un guide plus précis sur la Syrie et la Palestine est publié par la même maison d'édition3.

  • 4 G. de Nerval, Revue des Deux Mondes, 15 septembre 1846. Repris dans son livre Voyage en Orient. Ci (...)

4Certains exprimeront le désir de transformer ces passages rapides en Orient en séjours plus longs et plus profitables. Gérard de Nerval note ainsi en 1846 : « Je ne regrettais pas de m'être fixé pour quelques temps au Caire et de m'être fait sous tous les rapports un citoyen de cette ville, ce qui est le seul moyen, sans nul doute, de la comprendre et de l'aimer ; les voyageurs ne se donnent pas le temps, d'ordinaire, d'en saisir la vie intime et d'en pénétrer les beautés pittoresques, les contrastes, les souvenirs. »4

  • 5 Les membres des instituts et autres centres de recherches créés ensuite se féliciteront toujours d (...)
  • 6 Voir les différents articles du court recueil célébrant le centenaire de l’institution : Centenair (...)

5Ce sentiment est nettement partagé par la communauté orientaliste française5, entre autres par Ernest Renan, qui voit avec satisfaction se créer un centre de recherches au Caire en décembre 1880, conséquence tardive de l'activité scientifique française en Égypte depuis la fin du xviiie siècle6.

  • 7 Cité par J. Vercoutter, « Cent ans d’histoire de l’I.F.A.O.C. », in Centenaire de l’Institut Franç (...)

6L'École française futur Institut Français d'Archéologie Orientale, qui s'ouvre dans la capitale égyptienne, est alors unique dans le monde arabe, et ses études doivent englober une large partie de celui-ci. Renan signalait à propos de cette École que : « Le Caire est le point indiqué comme centre non seulement des études égyptologiques, mais des études relatives à la Syrie, à l'Arabie, à l'Abyssinie et à toutes les régions nord-est de l'Afrique. »7 Le voyage d'études épigraphiques que fit Max van Berchem en Syrie en 1895 illustre cette tendance à une large couverture géographique.

  • 8 J. Chamonard, « A propos du service des antiquités de Syrie », Syria, Paris, Geuthner, t. I, 1920, (...)
  • 9 Mentionné dans l’ouvrage cité, Cinquantenaire de l’Université Saint Joseph. (1875- 1925), p. 57. E (...)
  • 10 Sur cette question : ibid, respectivement p. 56-58 et p. 22-23 du fascicule IX.

7Cependant, cet institut se consacre essentiellement à l'égyptologie et ne compense pas les besoins qui existent au Levant. C'est la raison pour laquelle Charles Clermont-Ganneau, membre de l'Institut de France et professeur au Collège de France, proposait dès 1882 au Ministère de l'Instruction Publique de créer un centre français d'études orientales à Beyrouth, dépendant de l'Institut Français du Caire8. Il reprendra cette idée en 1899, dans un article paru dans la Revue Archéologique, demandant la fondation d'un « établissement français de haute culture »9. Sa proposition resta sans suite mais des projets similaires virent le jour dans d'autres pays. En Allemagne, Martin Hartmann essayait aussi de promouvoir la création d'un centre d'études à Damas, Alep ou Hama, par deux articles publiés dans l'Orientalistische Literaturzeitung en 1898 et 1901. De même, la Russie envisage, vers cette même époque, de fonder un centre au Levant10.

  • 11 Ibid, respectivement p. 58 et p. 23.

8Il y a donc un contexte de rivalité scientifique autour d'un projet qui demeure irréalisé, même si la Faculté Orientale créée par l'Université Saint Joseph en 1902 est un premier pas dans ce sens, filiation que les Jésuites soulignent11.

  • 12 Article cité de J. Chamonard, Syria, 1920, p. 87.
  • 13 M. Duchatel, « L’Institut Français de Syrie », Congrès français de la Syrie, fascicule II : sectio (...)

9Il faut attendre la décision de créer un mandat français sur le Levant pour que ressurgisse l'idée d'un institut français dans cette région, au cours notamment du congrès de Marseille, en janvier 1919. Celui-ci appuie ce projet. Or, on sait l'influence de ce congrès sur l'orientation de la politique française au Levant pendant les premières années du mandat. Plusieurs futurs fonctionnaires de l'administration mandataire y participent, comme Charles Virolleau. Clermont-Ganneau avait déjà rappelé en 1918 au Ministre des Affaires Étrangères, dans une tentative pour les réanimer, les déboires qu'avaient connus ses propositions quelques années auparavant12. À l'occasion de ce congrès, plusieurs auteurs démontrent l'intérêt d'un tel centre, sans pour autant le définir clairement. Diverses suggestions sont faites, que Duchatel ne rassemble pas totalement dans son court exposé, pourtant entièrement consacré à l'Institut de Syrie13. Les propositions du congrès s'organisent autour de trois thèmes.

  • 14 M. Babelon dans son allocution inaugurale des travaux de la section II parle des « Barbares de Ger (...)
  • 15 M. Duchatel précise, en parlant de l’Institut, que son « apparence seule est exclusivement scienti (...)

10Les participants montrent d'abord des craintes face à la présence culturelle de l'Allemagne en Orient, qu'il s'agit de combattre efficacement14. D'autre part, ils ont le souci de permettre aux scientifiques de travailler sur place. Duchatel insiste sur le lien étroit qui doit exister entre l'archéologie, les sciences humaines et les sciences pures et techniques, l'ensemble des études devant servir à des fins économiques, voire politiques15. Enfin, ils mettent dans ce vague centre certaines de leurs préoccupations quant à l'organisation du mandat, qui concernent les antiquités et leur conservation, l'enseignement général et professionnel et les liens à établir entre les différents établissements d'enseignement supérieur.

  • 16 Ibid, p. 187.

11L'Institut de Syrie, tel qu'il est défini par Duchatel, regroupe un conseil académique publiant un bulletin, un conseil supérieur de l'instruction, et un organe actif chargé de l'inspection des écoles, de l'envoi de missions au Levant, de la conservation des monuments historiques et des recherches scientifiques de toute nature16.

  • 17 Fascicule III du Congrès français de la Syrie, ouvrage cité, p. 156.
  • 18 Fascicule II du Congrès français de la Syrie, ouvrage cité, p. 224-225.

12Mais ces sont encore des projets différents qui apparaisssent à la fin du congrès lors des vœux de ses sections II et III, c'est-à-dire de la section archéologique et historique, et de la section de l'enseignement. L'Institut envisagé par la section III regroupe des activités dans trois domaines : administratif et judiciaire, économique et intellectuel, et enfin moral17. Les membres de la section II souhaitent, quant à eux, voir se développer des musées officiels et des bibliothèques, ainsi que la création d'une école française d'arabe et de sciences à Damas. Il ne s'agit pas là de concevoir un institut mais les orientations proposées se rapportent davantage au domaine intellectuel18.

13Faisons deux remarques sur ces propositions. D'abord, l'emploi du terme d'institut fait référence à un centre dont la conception évolue lors du congrès. Il est censé avoir une activité très large, qui dépasse le simple cadre scientifique. D'autre part, plusieurs autres propositions sont faites, qui visent cette fois à améliorer les conditions de la recherche au Levant, sans que l'on envisage obligatoirement de lier ces mesures à un futur institut.

14La définition d'un institut français au Levant reste donc encore floue au terme du congrès de Marseille, et nous verrons par la suite le contenu donné à ses propositions.

15Ces imprécisions autour de la définition d'un institut nous obligent à revenir sur le sens d'un terme à l'emploi variable. Effectivement, il est utilisé en de multiples occasions, dans une acceptation souvent prestigieuse, et il renvoie à différents types de centres. L'Université Saint Joseph parlera par exemple, pour désigner sa faculté orientale, d'Institut d'Études Orientales. Le capitaine Malinjoud propose lui, en 1923, de créer une école formant des interprètes à Damas, école qui doit prendre le nom d'Institut des Hautes Études. Autre exemple, en Égypte existent l'Institut Français d'Archéologie Orientale du Caire, centre de recherches, et l'Institut d'Égypte, créé sur le modèle de l'Institut de France. D'ailleurs Duchatel, dans la conclusion de son exposé, compare l'Institut de Syrie projeté à l'Institut d'Égypte et non à l'Institut Français du Caire.

16Ce sont les instituts français qui nous intéressent ici et c'est cette notion que nous allons préciser.

  • 19 L. Dollot, Les relations culturelles internationales, Paris, P.U.F., Q.S.J. n° 1142, 1964, p. 38.
  • 20 A. Salon, L’action culturelle de la France dans le monde. Analyse critique, thèse de Université de (...)

17On a pu parler d'une « ère des instituts et des centres culturels »19, organismes qui se développent à partir des années 1920 et forment la base des relations culturelles internationales de la France. De quatre instituts en 1914, on passe à vingt-neuf en 1933 puis à trente-cinq en 193920.

  • 21 A. Salon, Vocabulaire des relations culturelles internationales, La Maison du Dictionnaire, 1978, (...)
  • 22 Ibid, p. 51.
  • 23 A. Salon, thèse citée, vol. 3, p. 1386.

18Le sens exact de cette appellation peut cependant prêter à confusion. A. Salon définit l'institut, qualifié uniquement de culturel, d' « établissement français créé dans une grande ville étrangère afin d'y servir de support à la diffusion de la langue et de la culture française »21. Si l'on veut parler d'un centre de recherche, il faut se référer aux écoles françaises à l'étranger22. L'écart entre ces deux définitions, qui renvoie à des réalités différentes là où l'on s'attend à un sens similaire, est l'aboutissement d'une évolution que ce même auteur explique ailleurs. Il signale ainsi qu'entre les deux guerres mondiales, les Instituts français ont été créés « essentiellement dans le but de multiplier ces témoins de collaboration intellectuelle internationale qu'étaient les Écoles françaises de Rome, d'Athènes puis de Madrid. De l'intention de manifester concrètement et avec éclat l'intérêt de la France pour la haute culture - le plus souvent ancienne - de ses partenaires, et de l'acquisition de prestigieux palais ou bâtiments où l'on installait surtout une bibliothèque de recherche, des logements pour les directeurs, pensionnaires et visiteurs français et étrangers, et des salles de colloques, de séminaires et de conférences où devaient se retrouver les meilleurs chercheurs et savants des deux pays ainsi que des invités extérieurs [...] »23.

  • 24 A. Salon, thèse citée, vol. 1, p. 205.

19Une définition générale est donc possible, faisant le lien pour cette période entre les instituts français et les écoles françaises à l'étranger. Pourtant, des confusions peuvent encore être faites entre l'institut français comme centre de recherches et comme centre culturel. Le même auteur note qu'en 1933, les vingt-neuf instituts répartis à travers le monde, dont celui de Damas, avaient sept milles élèves et cent vingt et un professeurs détachés24. Or, l'Institut Français de Damas n'a jamais eu d'élèves, et les seuls professeurs détachés que l'on pouvait y trouver étaient ses pensionnaires, qui n'ont jamais donné de cours, du moins dans ce cadre.

  • 25 L’étude de l’IFD est d’autant plus intéressante que certains ouvrages n’en font pas mention. Ainsi (...)

20Il reste donc des points obscurs que les études sur des cas précis peuvent venir éclairer25.

21L'expression d'Institut Français de Damas méritent aussi quelque attention. Ils renvoient à une double réalité. D'abord à l'appellation générale désignant l'Institut Français se trouvant à Damas. Mais cet Institut possède aussi un nom plus précis, qui changera au cours de son histoire. Nommé Institut Français d'Archéologie et d'Art Musulmans au moment de sa création en 1922, il est rebaptisé Institut Français de Damas en 1930, puis d'une manière plus précise qui s'impose avec la création d'un institut archéologique à Beyrouth en 1947, Institut Français d'Études Arabes de Damas. C'est dans le premier sens, le plus large, que nous employons ces termes d'Institut Français de Damas. D'ailleurs, notons qu'à toutes ces périodes, cette appellation générale est utilisée, celle d'Institut Français d'Études Arabes de Damas ne s'imposant qu'au début des années 1960.

22Nous commençons notre étude en 1922 avec la création de l'Institut Français d'Archéologie et d'Art Musulmans, même si la filiation entre celui-ci et l'Institut Français de Damas n'est pas toujours très nette, surtout sur le plan scientifique. Ceux qui ont connu cette époque, comme Jean Gaulmier, le rappellent avec force. Il y a cependant assez de points communs pour justifier ce choix, et l'Institut Français d'Études Arabes de Damas, en fêtant son cinquantenaire en 1972, répond lui-même à cette question.

23Nous nous arrêterons en 1946, au moment où l'Institut quitte le Palais Azem, qui l'abritait depuis sa création.

24Le mandat débute officiellement en 1920, le Conseil réuni à San Remo attribuant le 25 avril la Syrie et le Liban à la France dans le cadre d'un système mandataire de type A, défini par l'article 22 du pacte de la Société des Nations, décision que le traité de Sèvres du 10 août 1920 entérinera.

25Ce régime politique se termine par les événements de mai-juin 1945, les Français devant quitter en catastrophe le pays, presque entièrement évacué. Il est ainsi mis réellement fin au mandat, ce que ni la déclaration d'indépendance faite par le général Catroux en septembre 1941, ni l'installation d'un régime parlementaire à majorité nationaliste en juillet 1943, avec la remise aux Syriens des Services des intérêts communs, n'avaient réalisé.

26Pendant la quasi totalité de notre étude, la Syrie est donc sous régime mandataire, ce qui lie étroitement cette région à la France et place l'Institut Français de Damas dans une position particulière. La présence et le poids français au Levant font de celui-ci un institut certes éloigné de la métropole mais dans un régime privilégié pour les Français et leurs œuvres. Considérée globalement, la période pendant laquelle l'Institut est installé au Palais Azem a donc un arrière plan politique unique.

27D'autre part, cette période est assez longue pour connaître plusieurs réorganisations et quatre directeurs. L'Institut Français de Damas fait suite à l'Institut Français d'Archéologie et d'Art Musulmans en 1930, pour ne parler que du changement le plus important. Et Eustache de Lorey, Robert Montagne, Henri Seyrig et Henri Laoust se succéderont à sa tête.

28Nous avons surtout utilisé, pour cette étude, les archives de l'Institut, à Damas, les archives mandataires (essentiellement celles du Service de l'Instruction Publique) et les archives du Service des Œuvres Françaises à l'Étranger, à Nantes. Nous avons complété cette documentation par quelques petits fonds à Paris. Les archives de l'Institut antérieures à 1925 ont été en grande partie détruites et cette période, notamment l'ouverture du centre, reste légèrement dans l'ombre. De même, en 1945, l'Institut a perdu une part de son fonds d'archives.

29Les ouvrages et articles publiés sur les aspects culturels du mandat sont rares, ceux traitant du mandat étant eux-mêmes peu abondants. À fortiori, la documentation imprimée est pratiquement inexistante sur l'Institut.

30Étudier un centre comme celui de Damas nous amène à envisager plusieurs questions, pour une meilleure connaissance de son histoire.

31Il s'agit d'abord de décrire son organisation et son fonctionnement, ainsi que ses activités.

  • 26 Voir l’article de J. Thobie, « La France a-t-elle une politique culturelle dans l’empire ottoman à (...)

32D'autre part, l'Institut appartient à plusieurs réseaux relationnels qu'il convient de définir. Il est à replacer dans le cadre des instituts français à l'étranger, participant à une politique culturelle française générale. Il appartient, d'autre part au groupe des instituts orientaux comme ceux du Caire, le plus ancien, de Jérusalem et d'Istanbul. Ceux-ci, s'ils n'ont pas les mêmes priorités scientifiques, ont des caractéristiques communes et des liens. Enfin, le centre de Damas possède une particularité, du fait du mandat, comme nous venons de le souligner, mais aussi parce qu'il se trouve dans une région politiquement agitée où la France a des intérêts culturels importants et anciens26, et où existe une autre structure de recherches française, axée sur l'archéologie, le Service des Antiquités du Haut-Commissariat, qui dirige la Mission Archéologique Permanente au Levant, possède ses propres publications et dispose du soutien de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

33Nous essayerons aussi de préciser les rapports de l'Institut avec les autorités politiques (Ministère des Affaires Étrangères ou Haut-Commissariat), les sociétés savantes (comme l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ou l'Académie Arabe de Damas), les milieux universitaires (comme l'Université de Paris, l'Institut d'Études Islamiques ou l'École des Langues Orientales Vivantes), ou simplement avec la population avec qui il est en contact, c'est-à-dire les communautés française et syrienne de Damas.

34Enfin, il est intéressant d'évoquer la place de l'Institut au sein de l'orientalisme et des sciences humaines, en replaçant ses travaux dans ce contexte scientifique.

35Ce travail aborde donc plusieurs champs de recherches. Il s'agit d'abord d'une contribution à l'histoire culturelle du mandat. Ensuite, l'Institut Français de Damas est un exemple de la politique culturelle du Ministère des Affaires Étrangères entre les deux guerres. Enfin, nous traitons d'une partie de l'histoire de l'orientalisme français.

36Le caractère limité de ce travail nous a obligé à privilégier certaines questions. Nous nous sommes surtout attaché au premier de ces thèmes en essayant toutefois de faire une place, même limitée, à l'ensemble des problèmes soulevés.

37Nous avons donc insisté sur le développement chronologique de l'histoire de l'Institut puis nous sommes revenus sur plusieurs de ces aspects, d'une manière thématique.

Notes

1 H. Laoust, « Travaux et problèmes de l’I.F.E.A.D. ; ses publications », in Colloque sur les recherches des instituts français des sciences humaines en Asie, Paris, éd. Singer- Polignac, 1960, p. 191.

2 Sur ce point, on pourra consulter l’introduction de J.C. Berchet à l’Anthologie des voyageurs français dans le Levant au xixe siècle, Le voyage en Orient, Paris, Laffont, Bouquins, 1985.

3 Itinéraire descriptif, historique et archéologique de l’Orient, Collection des guides Joanne, Paris, 1860 ; A. Chauvet et E. Isambert, Itinéraire descriptif, historique et archéologique de l’Orient, t. 3 : Syrie, Palestine (comprenant le Sinai), l’Arabie Pétrée et la Cilicie, Paris, Hachette, 1890.

4 G. de Nerval, Revue des Deux Mondes, 15 septembre 1846. Repris dans son livre Voyage en Orient. Cité par D. Reig, Homo orientaliste, Paris, Maisonneuve et Larose, 1988, p. 47.

5 Les membres des instituts et autres centres de recherches créés ensuite se féliciteront toujours de cette présence sur le terrain. Les Dominicains de l’École Pratique d’Études Bibliques et Archéologiques de Jérusalem, créée en 1891 et qui deviendra ensuite l’École d’Archéologie Française de Palestine, appelée aussi École Biblique de Jérusalem, écrivent : « Les membres de l’École, vivant dans le pays, de façon permanente et depuis nombre d’années, s’imprégnaient chaque jour davantage de la vie locale et bénéficiaient surtout des innombrables observations de détails que mille hasards rendent possibles et qui donnent parfois très fortuitement la clef de problèmes archéologiques fort épineux, voire même insolubles pour qui n’a pas eu la bonne fortune d’enregistrer tel détail à un moment accessible. » Et les Jésuites de la Faculté Orientale de Beyrouth, créée en 1902, de renchérir : « Les avantages d’un séjour en Orient pour les Orientalistes ne sont plus à démontrer [...]. C’est à cette conviction que les Écoles et les Instituts d’Athènes, du Caire et de Jérusalem doivent leur existence. Les plus connus des arabisants [...] ont tous senti le besoin d’un stage, parfois prolongé, dans l’Orient arabe. » Séjourné et Vincent, « L’École archéologique de Palestine », Congrès français de la Syrie, fascicules II : section d’archéologie, histoire, géographie et ethnographie, Paris, Champion, Marseille, Chambre de Commerce, 1919, p. 233. Et Université Saint Joseph, Cinquantenaire de l’Université Saint Joseph (1875-1925), Beyrouth, Imprimerie Catholique, 1925, p. 56.

6 Voir les différents articles du court recueil célébrant le centenaire de l’institution : Centenaire de l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire, célébré à Paris le 16/10/1981, Institut de France, A.I.B.L., tiré à part, Paris, 1981-17.

7 Cité par J. Vercoutter, « Cent ans d’histoire de l’I.F.A.O.C. », in Centenaire de l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire, ouvrage cité, p. 21.

8 J. Chamonard, « A propos du service des antiquités de Syrie », Syria, Paris, Geuthner, t. I, 1920, p. 87. Sur Clermont-Ganneau, mort en février 1922, on pourra consulter la notice qui lui est consacrée : Syria, t. IV, Paris, Geuthner, 1923, p. 83-84.

9 Mentionné dans l’ouvrage cité, Cinquantenaire de l’Université Saint Joseph. (1875- 1925), p. 57. Et dans le recueil d’articles publié par l’Université Saint Joseph, Les Jésuites en Syrie, 1831-1931, Paris, Dillen, fascicule IX, p. 22.

10 Sur cette question : ibid, respectivement p. 56-58 et p. 22-23 du fascicule IX.

11 Ibid, respectivement p. 58 et p. 23.

12 Article cité de J. Chamonard, Syria, 1920, p. 87.

13 M. Duchatel, « L’Institut Français de Syrie », Congrès français de la Syrie, fascicule II : section d’archéologie, histoire, géographie et ethnographie, p. 186-187, Paris, Champion- Marseille, Chambre de Commerce, 1919.

14 M. Babelon dans son allocution inaugurale des travaux de la section II parle des « Barbares de Germanie » qui veulent la « ruine de la France » et qui « depuis de longues années déjà travaillaient à son effacement en Orient ». Ouvrage cité, p. 6. Il existe aussi une propagande italienne, moins durement ressentie. Voir le rapport sur la politique italienne, 5 pages, dossier mémorandum d’un discours du général Gouraud au Président du Conseil, Beyrouth, Petits Fonds 2377, AMAEN. Et le rapport sur les activités italiennes en Syrie et au Liban, sans indications, Beyrouth, Cabinet Politique 629, AMAEN.

15 M. Duchatel précise, en parlant de l’Institut, que son « apparence seule est exclusivement scientifique ». Article cité p. 186. Il doit être un « organe central et permanent d’enquête sur les besoins et les ressources trop peu connues encore du pays ». Fascicule III du Congrès français de la Syrie, ouvrage cité, p. 156.

16 Ibid, p. 187.

17 Fascicule III du Congrès français de la Syrie, ouvrage cité, p. 156.

18 Fascicule II du Congrès français de la Syrie, ouvrage cité, p. 224-225.

19 L. Dollot, Les relations culturelles internationales, Paris, P.U.F., Q.S.J. n° 1142, 1964, p. 38.

20 A. Salon, L’action culturelle de la France dans le monde. Analyse critique, thèse de Université de Paris I, 1981, vol. 1, p. 205.

21 A. Salon, Vocabulaire des relations culturelles internationales, La Maison du Dictionnaire, 1978, p. 79.

22 Ibid, p. 51.

23 A. Salon, thèse citée, vol. 3, p. 1386.

24 A. Salon, thèse citée, vol. 1, p. 205.

25 L’étude de l’IFD est d’autant plus intéressante que certains ouvrages n’en font pas mention. Ainsi S. Balou, L’action culturelle de la France dans le monde, Paris, PUF, 1970. Elle évoque les instituts français du Caire, de Beyrouth, de Téhéran, d’Istanbul mais ne parle pas de celui de Damas. Plus curieusement, une note sur les instituts français à l’étranger, datant de 1935, passe en revue l’ensemble des instituts sans mentionner celui de Damas. Note sur les instituts français à l’étranger, 5 octobre 1935, SOFE, 4 pages, Œuvres 228, AMAEN.
Signalons aussi, d’une manière non exhaustive, d’autres travaux sur les instituts français. J.M. Delaunay a consacré sa thèse à la Casa de Velazquez à Madrid : Des palais en Espagne. L’école des hautes études hispaniques et la Casa de Velazquez au cœur des relations franco-espagnoles du xxe siècle (1909-1979), Thèse de l’Université de Paris I, 3 volumes, 1987, thèse qui doit prochainement être publiée. D. Bosquelle a publié un article sur l’Institut Français de Berlin : « L’Institut Français de Berlin dans les années trente », Cahiers d’études germaniques, n° 21, Aix-en-Provence, 1991, p. 217-249. Elle étudie d’autre part, dans le cadre d’une thèse à l’Université d’Aix-en-Provence, l’ensemble des Instituts français entre les Pays-Bas et la Tchécoslovaquie. G. Matthieu a étudié, dans une perspective plus générale, la politique culturelle de la France en Amérique Latine : Une ambition sud-américaine. La politique culturelle de la France (1914-1940), Paris, L’Harmattan, coll. Recherches et Documents, Amérique Latine, 1991. Enfin, signalons les travaux de maîtrise de V. Govin et d’Y. Léauté respectivement sur l’Institut Français de Lisbonne et l’École Française de Rome, entre les deux guerres, à l’Université de Rennes II, en septembre 1990.

26 Voir l’article de J. Thobie, « La France a-t-elle une politique culturelle dans l’empire ottoman à la veille de la première guerre mondiale ? », Relations Internationales, n° 25, printemps 1981, p. 21-40.

Notes de fin

* Cette étude sur l'Institut Français de Damas est la version remaniée d'une maîtrise effectuée à l'Université de Rennes II en 1990.
Je dois à Monsieur Jacques Langhade, directeur de l'Institut Français d'Études Arabes de Damas, la publication de ce texte ainsi que d'avoir pu revenir en Syrie le corriger.
Ce premier travail de recherches avait d'abord bénéficié de l'aide efficace et bienveillante de Messieurs Jacques Thobie et Jean-Marc Delaunay.
Le thème de cette étude m'avait été suggéré par Monsieur Pierre Larcher et sa réalisation fut rendue possible par Monsieur Gilbert Delanoue, qui m'a autorisé à consulter les archives de l'institut.
Je voudrais d'autre part remercier les personnes qui ont accepté de répondre à mes questions, soit en me recevant, soit par écrit.
À Paris, Messieurs Jean Gaulmier, Jérome Lentin et Maxime Rodinson.
À Lyon, Messieurs Thierry Bianquis, Nikita Élisséeff et Pierre Rondot.
À Aix-en-Provence, Madame Germaine Laoust et Messieurs Robert Mantran et André Raymond.
À Damas, Monsieur Chafiq Imam, que j'ai pu rencontrer grâce aux soins de Madame Sarab Atassi-Khattab et de Monsieur Christian Velud, et Monsieur Abdel Razzak Moaz.
Enfin, je tiens à remercier les personnes qui ont travaillé sur le manuscrit de cette étude. Madame Sarab Atassi-Khattab et Monsieur Stéphane Valter en ont effectué une relecture attentive et m'ont fait bénéficier de leurs suggestions, ainsi que Monsieur Olivier Dubois. Et Monsieur Jacques Picard et son équipe ont réalisé la mise en forme de ce texte.

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search