Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946) à travers les archives

 | 
Renaud Avez

Préface

Jacques Langhade et Jacques Thobie

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, l'Institut Français de Damas inaugure une nouvelle collection, Témoignages et Documents, qui accueillera des textes pouvant s'adresser à un plus large public que celui de ses publications habituelles. Cette nouvelle collection, dont le nom indique assez clairement le contenu (des enquêtes, chroniques, mémoires, biographies, etc., pourront y trouver leur place), correspond à un réel besoin dans la mesure où de nombreux manuscrits sont proposés, qui ne correspondent pas entièrement à l'esprit des publications scientifiques qui sont habituelles à l'I.F.E.A.D (thèses, éditions de textes, travaux de recherche, ...). Ces textes participent cependant, d'une manière ou d'une autre, à la connaissance de la Syrie ou de la région, connaissance qui est depuis sa fondation l'un des buts de l'Institut. Ces travaux ont donc paru devoir être publiés dans une collection qui note leur caractère différent afin qu'ils viennent enrichir les sources à partir desquelles peut s'élaborer la recherche.

2L'ouvrage de Renaud Avez, au départ un mémoire de maîtrise réalisé dans le cadre de l'Université de Rennes-2 et du Centre Interdisciplinaire de Recherches de Relations Internationales au Moyen-Orient contemporain (CIRIMO), étudie l'histoire de l'Institut depuis sa fondation jusqu'en 1946, c'est-à-dire durant toute la période de son installation dans le Palais Azem. Au moment où l'Institut fête ses soixante-dix ans, cette chronique, consacrée aux débuts de l'Institut, évoque avec intelligence, finesse et précision les étapes successives qu'a connues cette institution, depuis l'Institut d'Archéologie et d'Art Musulmans jusqu'aux premières années du centre de recherche qui continue aujourd'hui l'œuvre originelle. Au terme d'une longue et minutieuse recherche dans les archives de l'Institut, des Affaires Étrangères et d'autres fonds, l'auteur nous présente de nombreux documents qui font revivre les moments forts, la vie quotidienne avec ses bons et ses mauvais moments, ses échecs et ses réussites, ses crises et ses conflits. C'est ainsi que l'on tirera grand profit de tout ce que nous apprenons sur la crise de la fin des années 20, lorsque l'Institut a subi une véritable mutation et qu'il a trouvé progressivement sa forme d'institut de recherche. Les crises sont des facteurs de maturation, et Renaud Avez aura eu le mérite de nous avoir livré sans détours les éléments de la première épreuve qu'a connue l'I.F.D.

3Ce travail, une véritable mine de renseignements de toutes sortes, ne se restreint pas à l'étude de l'histoire de l'Institut : il met en même temps à notre disposition un ensemble de sources qui seront très précieuses pour beaucoup de recherches ultérieures. Il retrace des pages de la vie à Damas à cette époque et nous donne d'utiles renseignements sur l'histoire du Palais Azem, sa restauration, son statut juridique, etc. Ceux qui s'intéresseront au statut changeant des chercheurs à l'Institut, ainsi que ceux qui rechercheront des informations sur les conditions de vie hors de l'Institut, trouveront dans cet ouvrage de nombreux documents qui les renseigneront aussi bien sur l'histoire de l'I.F.D. que, de manière plus générale, sur certains aspects de la vie économique à Damas entre 1920 et 1946 ou sur la politique du mandat. L'auteur consacre précisément un chapitre aux relations entre l'Institut et les autorités politiques et militaires en place à l'époque du mandat, et montre par là la volonté d'indépendance que les chercheurs ont toujours cherché à défendre. Le domaine culturel, qui est le leur, a dû apprendre à se prémunir contre des visées politiques qui n'ont eu de cesse que de chercher à utiliser ces chercheurs pour des desseins autres que ceux de la recherche pure, qui ne peut s'élaborer qu'en dehors de toute pression politique. Ce statut, l'Institut n'a cessé et ne cesse de le revendiquer.

4On saura gré à Renaud Avez d'avoir donné de larges extraits des documents d'archives sur lesquels il a travaillé. Pour beaucoup de chercheurs, les documents ainsi présentés dans l'ouvrage sont beaucoup plus utilisables que s'ils avaient été retravaillés pour en faire une présentation parfois moins austère. De plus, on y trouvera l'équivalent d'un catalogue thématique des archives concernant l'I.F.D.

5C'est enfin la première fois que l'histoire de l'Institut fait la matière d'une étude. Ce ne sera pas la dernière et Renaud Avez lui-même, ou un de ses émules, pourra continuer le travail ainsi entrepris et le poursuivre jusqu'à notre époque. En attendant, que l'auteur soit remercié pour cette recherche qui permet de faire revivre la mémoire d'une institution que l'on connaît surtout dans sa forme actuelle, et qui donnera à beaucoup le désir d'en savoir davantage sur une période très riche de l'histoire de la Syrie.

6Damas, le 15 janvier 1993

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter