Version classiqueVersion mobile

Les cadis d'Iraq et l'État Abbasside (132/750-334/945)

 | 
Mathieu Tillier

Annexes

Annexe A : cadis de Kūfa

Texte intégral

  • *  Comme pour les listes suivantes, nous n’indiquons que les années hégiriennes de nomination et de (...)

1Une liste des cadis de Kūfa a été établie par N. Tsafrir, The History of an Islamic School of Law, p. 29-30 (= The Spread of the anafī School, p. 92-94). La liste que nous proposons repose sur les données que nous avons réunies dans les différentes sources *. Nous indiquons principalement en note les divergences entre cette liste et celle de N. Tsafrir.

1. Wakīʿ (Abār al-quāt, III, p. 177) parle de ʿĪsā b. Mūsā, mais rectifie son propos un peu plus loin pour parler de « Mūsā » (ibid., p. 180). Il pourrait s’agir de Mūsā b. ʿĪsā, dont al-Ṭabarī (Ta’rī, IV, p. 603) affirme qu’il fut gouverneur de Kūfa à cette époque. D’autres relations affirment que le cadi aurait en fait été nommé par Mūsā b. al-Mahdī, c’est-à-dire le calife al-Hādī (Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Tārī, p. 295) ; Tsafrir (The History, p. 132, note 122) penche notamment pour cette hypothèse.
2. L’assimilation d’al-Qāsim b. Maʿn au proto-ḥanafisme est cependant douteuse, et il semble lui-même avoir voulu se distinguer des disciples d’Abū Ḥanīfa. Melchert, The Formation, p. 34.

3.  La date de révocation de Nūḥ n’est pas indiquée par Wakīʿ et celle de la nomination de son successeur, Ḥafṣ b. Ġiyāṯ, est problématique. Ibn Abī l-Wafā’ (al-Ǧawāhir al-muiyya, I, p. 223) et Ibn al-Ǧawzī (al-Muntaam, VI, p. 43) mentionnent que ce dernier exerça à Kūfa pendant treize ans, et son successeur fut nommé en 194 (al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 325). Néanmoins al-Ḫaṭīb affirme à un autre endroit (Ta’rī Baġdād, VIII, p. 196) qu’il fut nommé en 177. La date de 181 est celle que préfère retenir Tsafrir (The History, p. 132, note 126) qui évoque néanmoins le doute qui subsiste à ce sujet.
4.  Melchert, The Formation, p. 35.
5.  Bien qu’elle relève que Wakīʿ (Abār al-quāt, III, p. 190) situe la judicature d’Ismāʿīl b. Ḥammād après celle d’al-Ḥasan b. Ziyād, N. Tsafrir (The History, p. 30) préfère suivre l’ordre des biographies des Abār al-quāt et la situe après celle de ʿĀṣim b. ʿĀmir.
6.  Kūfa passa sous la domination des généraux d’al-Ma’mūn en 196/812. Malgré les tentatives d’al-Amīn pour y rétablir son autorité, il n’y fut dès lors plus reconnu. Si al-Amīn fut bien le délégant d’Ismāʿīl b. Ḥammād (Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 190), sa nomination ne put avoir eu lieu selon toute vraisemblance qu’avant cette date. 
7.  Tsafrir (The History, p. 30, 132 note 130) qui relève que ʿĀṣim fut cadi pendant la « fitna » pense qu’il s’agit de la guerre entre al-Amīn et al-Ma’mūn, et propose la date de 198 pour sa nomination. La « fitna » fait cependant référence à un événement beaucoup plus précis : al-Iṣfahānī indique en effet dans ses Maqātil al-ālibiyīn (p. 435) que ʿĀṣim fut le cadi nommé par le révolté Abū l-Sarāyā lors de sa prise de Kūfa en 199/815. Il est probable que Wakīʿ lui-même confonde les deux événements et pense que ʿĀṣim fut nommé par al-Amīn pendant la guerre civile, ce qui explique la chronologie qu’il adopte (al-Ḥasan b. Ziyād - ʿĀṣim b. ʿĀmir - Ismāʿīl b. Ḥammād), pourtant incompatible avec les données d’al-Iṣfahānī.

8.   Tsafrir (The History, p. 30) se base sur les indications d’Ibn Saʿd (al-abaqāt al-kubrā, VI, p. 406) qui mentionne que Bakr b. ʿAbd al-Raḥmān aurait exercé pendant une dizaine d’années, et propose la date de 208 comme celle de sa nomination. Wakīʿ (Abār al-quāt, III, p. 190) mentionne cependant que son délégant fut Ḥumayd al-Ṭūsī, ce qui laisse penser que c’est en 202/817, lorsque ce dernier vint à Kūfa pour y procéder à des changements à la tête de l’administration, que Bakr fut nommé. Voir al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 131.
9.  Tsafrir, The History, p. 28.
10.   Son court nasab et sa nisba locale d’al-Marwazī laissent penser qu’il était d’origine non-arabe.
11.   Tsafrir (The History, p. 30) affirme que c’est en 255 qu’al-Qāsim b. Manṣūr fut révoqué de Kūfa. Or Wakīʿ (Abār al-quāt, III, p. 198) nous semble plus ambigu que cela : cette date correspond dans son ouvrage à la date à laquelle al-Qāsim fut nommé sur le côté est de Bagdad. Il est possible que sa révocation de Kūfa et sa nomination sur Bagdad aient eu lieu la même année, mais nous n’en avons aucune preuve.
12.  Ibn Abī l-ʿAnbas exerça comme cadi de Kūfa jusqu’à sa mort, en 275 ou 276 selon Wakīʿ (Abār al-quāt, III, p. 198) ou 277 (al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VI, p. 24).

13.  Wakīʿ (Abār al-quāt, III, p. 199) date de 272/885-86 la mort du cadi Abū Ḫāzim et son remplacement à Kūfa par al-Maḥāmilī. Cette date n’est cependant pas vraisemblable, d’autant que d’autres auteurs datent la mort d’Abū Ḫāzim de l’année 292/904-905 (al-Masʿūdī, Murūǧ al-ahab, IV, p. 352 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 364). C’est donc plus probablement cette dernière année que commença la judicature d’al-Maḥāmilī.
14.  Tsafrir, The Spread of the anafī School, p. 90, n. 283.
15.  Sur ce personnage, dont on ignore les dates de judicature, voir al-Ḏahabī, Ta’rī al-islām, XV, p. 14.

Notes

*  Comme pour les listes suivantes, nous n’indiquons que les années hégiriennes de nomination et de révocation. Les sources sont parfois plus précises, mais avec des divergences qu’il n’est pas possible de reproduire dans ce tableau synthétique.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search