Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section F, Mésopotamie)

Raqqa/Ouweis Al Karani (Syrie) – F01

Texte intégral

Nom antique attesté

Callinicum, Nicephorium ?, Nicephorion ?

Autres toponymes

Tell Markhada, Raqqa al Hamra, Uwais al Qarani

Localisation

Région

Raqqa

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

en périphérie de Raqqa, couvert par les villages de Uwais al Qrani et Mashgid Nukaib

Longitude

39.04060636

Latitude

35.94557073

Position

terrasse holocène

Environnement

en bordure d’un bras ancien de l’Euphrate, en amont de la confluence de l’Euphrate et du Balikh

Informations sur l’état du site

État de conservation

menacé

Dimensions du site

1200 E.-O. x 650 m N.-S.

Superficie

55 ha

Altitude

248,72-252 m

Critères de datation

céramique, architecture, stratigraphie

Périodes d’occupation attestées

Période sévérienne-sassanide

ville fortifiée

    ive-viie s.

ville fortifiée

Occupation postérieure

continue jusqu’au xie-xiie s.

Cartographie

F. R Chesney, Expedition, 1850, carte III

C. Héraud, Mission, 1922, f. XXIV (en aval de Raqqa, ligne de murailles perpendiculaire à la rive)

1Les prospections, menées entre 1983-1984 par l’équipe de K. Kohlmeyer, dans les environs de Raqqa et du Jebel Bi‘a, ont permis de repérer, en différents secteurs des villages actuels d’Ouwais al Karani et de Masgid Noukaib, les vestiges d’une ville fortifiée identifiée avec Callinicum (fig. 1). Le site est distinct de la ville abbasside d’Ar-Rafiqa, centre de l’actuelle Raqqa.

Fig. 1 ‑ Vue aérienne de Raqqa et des sites de Uweis al-Karani

Fig. 1 ‑ Vue aérienne de Raqqa et des sites de Uweis al-Karani

K. Kohlmeyer 1985, abb. 1

2Des fouilles d’urgence ont été organisées en collaboration avec le Musée de Raqqa et la DGAMS. Elles ont fonctionné sur le budget de la DGAMS et reçu le soutien de la Deutsch Akademisch Austauschdienst. Le site étant recouvert par deux villages contigus, les sondages ont été limités entre les bâtiments en usage et les chantiers de construction de routes ou de maisons nouvelles.

Organisation topographique (fig. 2)

3À 800 m au sud de Tell Bi‘a, le terrain s’élève brusquement de 4 m par rapport aux alentours. Cette butte, au sommet tabulaire, s’étend sur 650 m vers le sud jusqu’à la rupture de pente de 6 m de dénivelé créée par le tracé d’un ancien bras de l’Euphrate aujourd’hui comblé (côte d’altitude de 240 m). Ces deux courbes topographiques ont été reconnues comme les limites septentrionale et méridionale du site. La limite orientale semble pouvoir être fixée à l’est, où la rupture de pente est nette, à l’emplacement de deux monticules nettement marqués, qui correspondent aux points topographiques les plus élevés du site, à 252,2 m et 251,9 m d’altitude. En revanche, la limite occidentale à proximité de l’enceinte abbasside d’Ar‑Rafiqa ne se laisse pas deviner.

Fig. 2 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des sondages réalisés en 1983

Fig. 2 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des sondages réalisés en 1983

K. Kohlmeyer 1985, abb. 2

4L’existence d’une agglomération antique, en périphérie du rempart oriental de la ville d’Ar-Rafiqa, avait été établie de longue date par L. Rauwolf, à la fin du xvie s., qui en décrit les fortifications. En 1909, G. Bell distingue clairement les ruines situées à l’est de la porte de Bagdad et occupées par une mosquée au minaret carré et un mausolée dédié à Uweis el Karani. Elle l’identifie à l’agglomération plus ancienne de Nicephorium-Callinicum, sans doute en raison de colonnes, qu’elle considère de type byzantin, et d’un chapiteau à acanthes aperçus à proximité du mausolée.

5Sur le site, le matériel – des tessons, des briques cuites et des remplois architecturaux dans le cimetière – indiquait une occupation byzantine et du début de l’époque islamique.

L’enceinte byzantine

6La présence de fortifications en aval de Raqqa est également attestée par trois témoignages de la première moitié du xixe s., même si ces remparts sont parfois dissociés des ruines de Ouweis el Karani. Sur le relevé réalisé par C. Héraud sur le secteur de Raqqa (f. XXIV, 1922), est figurée une ligne de murailles, perpendiculairement à la terrasse haute au-dessus d’une boucle de l’Euphrate, sans toponyme associé. En 1945, J. Lauffray a repéré, immédiatement au sud-est de Raqqa, un site antique qu’il appelle Tell Markhada, où se trouvait encore sur une centaine de mètres un mur d’enceinte, construit en briques et béton, avec des demi-bastions. Le site est situé, selon lui, près du village de Raqqa al Hamra. Ce toponyme est connu de G. Bell qui le situe à proximité des ruines d’Ouweis Karani près de l’Euphrate et néglige de le visiter. Il est donc évident que le rempart signalé par C. Héraud et celui décrit par J. Lauffray correspondent au rempart oriental du site tel que le restituent les fouilles. En 1948, J. Sauvaget avait reconnu les limites orientale et septentrionale du site et avait décrit une tour byzantine située sur le rempart nord et aujourd’hui disparue.

7Les travaux d’urgence ont permis de vérifier le tracé de l’enceinte en pratiquant quatre sondages sur les limites supposées du site (fig. 2).

Le rempart méridional

8Il a été dégagé en trois secteurs : à l’angle sud-est (sondage 3, point 209), à 700 m plus à l’ouest (sondage 2, point 206) et en son point le plus occidental (sondage 1, point 203) où se trouvait une tour d’angle. C’est dans le sondage 1 (fig. 3), que le rempart a été le mieux caractérisé. Le mur mesurait 2, 5 m de large. Il était conservé sur 3 m de haut, son sommet étant conservé jusqu’à l’altitude 242,1 m. Le niveau de fondation du mur, côté à 239 m d’altitude, correspond à celui de remontée d’eau de l’Euphrate. Il est construit en briques cuites à joints gras, remplis de mortier. Les briques cuites sont de deux modules et de couleur légèrement différents : les plus petites, dont la couleur tire du jaune au rouge foncé, mesurent 0,38 m et les briques jaunes font 0,28 m de côté. Elles portent des marques de doigts, tracées avant cuisson pour faciliter le comptage. La technique de construction renvoie à l’époque byzantine et, selon les fouilleurs, aux restaurations des fortifications ordonnées par Justinien au vie s. à Callinicum.

Fig. 3 ‑ Relevé de la tour sud-ouest et du départ du rempart occidental dans le sondage 1

Fig. 3 ‑ Relevé de la tour sud-ouest et du départ du rempart occidental dans le sondage 1

K. Kohlmeyer 1985, abb. 5

Tour à l’angle sud-ouest des fortifications

9La tour ronde mesurait 5 m de diamètre (fig. 3). Une fosse, dont le remplissage remontait à l’époque islamique, a détruit la courtine orientale de la tour ainsi que le niveau d’occupation domestique, représenté par un pavement de briques jaunes (0,22-0,23 x 0,05 m) construit à l’arrière de la tour et datant du xiie-xiiie s. Deux hypothèses sont avancées par les fouilleurs pour la datation de cette tour : il pourrait s’agir soit d’un ouvrage antérieur au vie s. et intégré dans les restaurations de Justinien, soit d’un élément contemporain de l’enceinte de Justinien. À l’ouest, la courtine qui fait retour vers le nord-ouest, indique le départ du rempart occidental qui n’est attesté nulle part ailleurs. Contre le départ de la courtine occidentale, est venu s’appuyer un imposant mur composé d’une maçonnerie de fragments de briques et de moellons calcaire. Ce mur, d’une phase de construction postérieure, remonte sans doute au ixe s. ; il se dirige vers l’angle sud-est de l’enceinte abbasside d’Ar‑Rafiqa distant de 410 m de la tour.

Courtine et tour du sondage 2/Pt 206

10Une seconde tour a été partiellement dégagée sur le rempart sud (fig. 4). De facture et de dimension identique à la première, elle appartient également à l’enceinte byzantine. La maçonnerie reposait sur les dépôts limoneux de l’Euphrate. Aucun matériel n’a été recueilli dans ce sondage.

Fig. 4 ‑ Relevé de la courtine du rempart sud et du départ d’une tour dans le sondage 2

Fig. 4 ‑ Relevé de la courtine du rempart sud et du départ d’une tour dans le sondage 2

K. Kohlmeyer 1985, abb. 6

Tour à l’angle sud-est des fortifications

11Le dernier sondage du rempart sud correspond au mur occidental d’une autre tour byzantine située à l’angle sud-est de l’enceinte (fig. 5). La fondation, de 2,4 m de large, reposait, à 240,4 m d’altitude, sur une assise de grosses pierres calcaires posées dans le limon fluvial. Dans la partie sud de la tour exposée à l’érosion du fleuve, le mur n’était conservé que sur 2,1 m de large. Des pierres calcaires trouvées en limite orientale du mur laissent supposer qu’elles délimitaient une porte d’accès à l’intérieur de la tour. La présence d’un mur de 1,8 m de large, perpendiculaire au mur occidental, n’est pas claire. Le matériel retrouvé comprenait des formes typiques des sites byzantins de la région mais aussi de la céramique du xiie-xiiie s. de la production locale des ateliers d’Ar-Rafiqa.

Fig. 5 ‑ Relevé de l’angle sud-est de l’enceinte dans le sondage 3

Fig. 5 ‑ Relevé de l’angle sud-est de l’enceinte dans le sondage 3

K. Kohlmeyer 1985, abb. 7

Le rempart nord

12Quelques vestiges en briques cuites du rempart nord ont été retrouvés (au point 219) entre les maisons, sur le talus en limite nord du village de Masjid Nukaib. Le mur est orienté d’est en ouest. Non loin, vers l’est, se trouvait la tour vue par J. Sauvaget et qui avait disparu en 1983.

Le rempart ouest

13Son tracé et son orientation sont uniquement documentés par le départ de courtine mis au jour à l’angle sud-ouest des fortifications.

Urbanisme

14Aucun sondage n’a été entrepris à l’intérieur de l’enceinte.

15Dans le cimetière situé au nord du sondage 1, de nombreux blocs architecturaux antiques et médiévaux du xiiie s. en remploi ont été relevés. Aucun vestige ou matériel antérieur à la période byzantine ne semble avoir été trouvé.

16Datation d’après la fouille

  • ve s. (1re fortification en brique cuite)

  • vie s. (restauration de l’enceinte)

  • ixe-xiiie s.

Bibliographie

L. Rauwolf, Seer aanmerkelyke reysen, na en door Syrien, ‘t Joodsche land, Arabien, Mesopotamien, Babylonien, Assyrien, Armenien, in ‘t jaar 1573 en vervolgens gedaan, Leyden, 1707.

E. Sachau, Reise, 1883, p. 243.

F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise, 1911, p. 156-160.

G. Bell, Amurath, 1911, p. 53-60.

J. Sauvaget, « Tessons de Rakka », Ars Islamica 13-14, 1948, p. 31-45.

K. Kohlmeyer, « Euphrat-Survey », MDOG 116, 1984, p. 95- 118 etp. 115, site no 28.

M. Al-Khalaf et K. Kohlmeyer, « Untersuchen zur ar-Raqqa-Nikephorium/Callinicum », DaM 2, 1985, p. 133-162.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue aérienne de Raqqa et des sites de Uweis al-Karani
Crédits K. Kohlmeyer 1985, abb. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Fig. 2 ‑ Plan topographique du site avec la localisation des sondages réalisés en 1983
Crédits K. Kohlmeyer 1985, abb. 2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7262/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Fig. 3 ‑ Relevé de la tour sud-ouest et du départ du rempart occidental dans le sondage 1
Crédits K. Kohlmeyer 1985, abb. 5
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7262/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 4 ‑ Relevé de la courtine du rempart sud et du départ d’une tour dans le sondage 2
Crédits K. Kohlmeyer 1985, abb. 6
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7262/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 5 ‑ Relevé de l’angle sud-est de l’enceinte dans le sondage 3
Crédits K. Kohlmeyer 1985, abb. 7
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7262/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540