Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section E, Palmyrène et Arabie Déserte)

Mari/Tell Hariri (Syrie) – E19

Texte intégral

Nom antique attesté

Merrhan ?

Localisation

Région

Abou Kemal

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 11 km en amont d’Abou Kemal

Longitude

40.8912913

Latitude

34.55202469

Position

terrasse holocène

Environnement

en retrait sur la terrasse ancienne

Informations sur l’état du site

État de conservation

protégé

Dimensions du site

1700 N.-O./S.-E. x 1000 m N.E./S.-O.

Superficie

1170 ha

Altitude

187 m

Critères de datation

céramique, stratigraphie

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

habitat et cimetière

Période romaine

village et cimetière

Occupation postérieure

occupation sporadique xixe-xxe s.

1Le tell semi-circulaire correspond à Mari, capitale régionale au IIe millénaire.

2Les fouilles entreprises sous la direction d’A. Parrot, à partir de 1933, ont mis au jour, dès la quatrième campagne (1936-1937), une nécropole d’époque séleuco-parthe dont la publication complète n’a pas été entreprise. En dépit des fouilles intensives et réparties sur l’ensemble du tell, c’est seulement en 1999, dans les niveaux supérieurs du chantier K que des vestiges d’habitat d’époque hellénistique-parthe ont été découverts. Les informations sur l’occupation du site à cette période (habitats et nécropole) ont été synthétisées dans la récente monographie sur Mari publiée par J.-C. Margueron en 2004.

Localisation (fig. 1)

3Le chantier K est situé au sommet du tell, à environ 35 m à l’est du complexe palatial. Ce sondage a été ouvert sur une maison de la ville III et a permis la fouille de la « Maison aux tablettes » datée du début du IIe millénaire. Les constructions d’époque hellénistique-parthe ont été dégagées sur toute la surface du sondage, soit sur 22 N.-S. x 38 m E.-O., et se prolongent sous les bermes. Il est cependant difficile de délimiter l’extension de ces niveaux qui sont proches de la surface et donc très mal conservés. La localisation et la répartition spatiales de tombes fouillées par la mission Parrot, si elles sont précisées dans les archives des fouilles, permettraient peut-être d’estimer quelle proportion du tell a été réoccupée à cette époque.

4Ces données renforcent l’hypothèse d’identification avec Merrhan, station mentionnée par Isidore de Charax en aval de Doura.

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site et localisation des chantiers

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site et localisation des chantiers

J.-C. Margueron 2004, p. 564

Urbanisme

5Les fouilleurs ont déterminé trois ensembles d’habitat sur la surface du sondage qui accuse une pente nette vers le nord-ouest (fig. 2). Le secteur sud-ouest (altitude de 181,07 à 181,71 m) regroupe une série de trois bassins enduits au djousse et de vestiges de fondation de murs sur une extension de 3,50 x 6,20 m. Ces vestiges sont interprétés comme des aménagements artisanaux. Le secteur sud-est, entre 182,7 à 182,63 m d’altitude, est formé d’au moins cinq pièces délimitées par des murs orthogonaux dont le type de maçonnerie n’est pas précisé. Les murs sud et orientaux passent sous les bermes. Le secteur nord-est comporte deux pièces caractérisées par une orientation légèrement divergente des axes des autres vestiges. En raison de l’érosion de ces niveaux, les relations stratigraphiques ne sont pas très claires. Le relevé de fouille publié en 2004 ne permet pas de distinguer les types de maçonneries ni les endroits où des sols auraient pu être conservés ; la hauteur conservée des murs n’est pas précisée. La maison 2 (sud-est) et la maison 3 (nord-est) pourraient correspondre à deux phases d’occupation différentes.

6Selon J.-C. Margueron, ces vestiges attestent le maintien d’une occupation de type villageoise séleuco-parthe et peut-être plus tardive, c’est-à-dire jusqu’à la conquête sassanide de 256.

Fig. 2 ‑ Relevé des niveaux d’époque classique du chantier K

Fig. 2 ‑ Relevé des niveaux d’époque classique du chantier K

J.-C. Margueron 2004, p. 545

Nécropole

7Sur l’ensemble des tombes fouillées et attribuées à la période hellénistique-parthe, environ 132 tombes, l’étude de M. Jean-Marie propose un inventaire très complet mais dans une séquence chronologique assez vague.

Typologie générale (fig. 3)

8Elle réunit cinq fosses simples, 51 jarres entières ou coupées, neuf tombes à coffrage, 42 sarcophages dont sept sarcophages complets, 28 de type en coquilles de noix, sept couvercles retournés et 25 de type dit « en double cloche ».

Fig. 3 ‑ Exemples de tombes séleuco-parthes par J. Jean‑Marie : à gauche, coffrage en brique crue, à droite, jarres couchées du type dit coquilles de noix

Fig. 3 ‑ Exemples de tombes séleuco-parthes par J. Jean‑Marie : à gauche, coffrage en brique crue, à droite, jarres couchées du type dit coquilles de noix

J.-C. Margueron 2004, p. 547

Matériel funéraire

9L’étude révèle une certaine pauvreté du matériel funéraire où les céramiques, jarres funéraires, vases et coupes, sont plus nombreuses que les objets, bijoux en argents et en or, perles en cornaline et en bronze, armes et outils. Les tombes à sarcophages et en double cloche ont fourni le matériel funéraire le plus riche trouvé : des pendentifs d’argent figuratifs, des éléments de colliers, des boucles d’oreille et une couronne de douze feuilles d’or du ier s. av. J.-C. Notons que certaines sépultures contenaient un couffin d’osier contenant une boîte en bois, de nombreux restes de linceuls et de vêtements, tissus et turbans, et des fragments en cuir de coiffe, de ceintures et de sandales. Les offrandes consistaient en bouquets de fleurs et de rosacées.

10Chronologie d’après la fouille

  • début du IIIe millénaire (2900 : création de la ville I)

  • âge du Bronze ancien-récent (ville II, ville III et déclin entre 1870 et 1760)

  • destruction de la ville en 1760 par Hammurabi

  • xviiie-xvie s. (occupation persistante réduite et cimetière)

  • xiiie-xiie s. (médio-assyrien : installation limitée dotée d’une économie aisée sur le promontoire nord-ouest du tell et un cimetière sur les ruines du palais royal)

  • période séleucide et parthe (habitat et cimetière)

Bibliographie

A. Parrot, « Les fouilles de Mari. Quatrième campagne (hiver 1936-37) », Syria 19, p. 1-29.

B. Geyer et J.‑Y. Monchambert, « Prospections… », MARI 5, 1987, p. 293- 344, site n° 1.

B. Geyer et J.-Y. Monchambert, La basse vallée de l’Euphrate syrien, Beyrouth, 2003, site n° 1.

M. Jean-Marie, Tombes et nécropoles de Mari, 1999, p. 62-73.

J.-C. Margueron, Mari métropole de l’Euphrate au IIIe et au début du IIe millénaire av. J.-C., Paris, 2004, p. 545- 548.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan topographique du site et localisation des chantiers
Crédits J.-C. Margueron 2004, p. 564
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 ‑ Relevé des niveaux d’époque classique du chantier K
Crédits J.-C. Margueron 2004, p. 545
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7260/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 3 ‑ Exemples de tombes séleuco-parthes par J. Jean‑Marie : à gauche, coffrage en brique crue, à droite, jarres couchées du type dit coquilles de noix
Crédits J.-C. Margueron 2004, p. 547
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7260/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 617k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540