Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section E, Palmyrène et Arabie Déserte)

Jazla (Syrie) – E05

Texte intégral

Autres toponymes

Jizla, Gezla

Localisation

Région

Ar-Raqqa

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

à 3 km S.-S.-O. après le carrefour d’Al Hardane

Longitude

39.44298169

Latitude

35.76098193

Position

plateau escarpé

Environnement

replats d’érosion du plateau, constitué de gypse

Informations sur l’état du site

État de conservation

menacé

Superficie

7 ha

Altitude

254 m

Critères de datation

architecture, céramique

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

forteresse

Période romaine

forteresse

Période sévérienne-sassanide

forteresse

Occupation postérieure

occupation médiévale

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850, carte III (Jezla)

R. Kiepert, Karte, 1893, WB. I (Gezla)

C. Héraud, Mission, 1922, f. XXVIII (petite tour sur sommet cône de rebord du désert)

1Le site se trouve au bord de la falaise dominant directement la vallée (fig. 1). L’érosion du bord du plateau, plus importante au nord-ouest, a donné au site une forme qui rappelle un triangle rectangle : la base de ce triangle étant à l’est et son sommet un peu aplati à l’ouest. La moitié sud-ouest du site est séparée du reste du plateau par une ravine profonde qui suit la base des remparts tandis que la moitié sud-est du site s’élève au-dessus de la surface vallonnée du plateau. La limite orientale du site est bordée d’un large wadi perpendiculaire à la ligne de la falaise.

Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site de Jazla depuis l’est

Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site de Jazla depuis l’est

© Y. Guichard 2001

2La forteresse de Jazla a été inventoriée par F. Sarre et E. Herzfeld qui en ont publié un plan général en 1911 (fig. 2). Une étude récente des fortifications a été réalisée par J. Napoli dans le cadre des prospections menées par K. Kohlmeyer en 1984 (fig. 3).

Fig. 2 ‑ Plan de Jazla dessiné par E. Herzfeld

Fig. 2 ‑ Plan de Jazla dessiné par E. Herzfeld

E. Herzfeld 1911, p. 63, abb. 73

Fig. 3 ‑ Schéma à main levée des vestiges des remparts de Jazla au 1/1 000e par J. Napoli

Fig. 3 ‑ Schéma à main levée des vestiges des remparts de Jazla au 1/1 000e par J. Napoli

J. Napoli 2000, p. 123, fig. 6

3Une reconnaissance du site en 2000 et 2001 a fourni des informations complémentaires et une couverture photographique aérienne par cerf-volant (J. Gaborit et Y. Guichard avec la collaboration de J. Abdul Massih, F. Alabe, J.‑C. Bessac, M. Gelin, et P. Leriche).

Fortifications

4Plusieurs phases de construction ont été identifiées sur les vestiges visibles des fortifications.

  1. La première correspond à un ouvrage en pierre de taille modulaire de gypse qui caractérise le rempart oriental et la tour sud-est. Elle peut être datée, d’après les techniques de construction et de taille, de l’époque hellénistique.

  2. Une phase de construction en brique crue contemporaine ou postérieure à l’époque hellénistique a été repérée dans la tour no 4 du rempart sud.

  3. Les constructions en blocage, présentes sur tous les remparts, semblent correspondre à plusieurs phases de restauration des fortifications (réfection des élévations, ajout de tours, reconstruction de certaines courtines) qui interviennent vraisemblablement dès les périodes parthe et romaine et dont seule une étude précise pourrait déterminer la chronologie.

Rempart septentrional

5Aucune trace du rempart nord n’est aujourd’hui visible en bordure de falaise. Sur le plan dessiné par E. Herzfeld d’après les relevés de F. Sarre, est représentée une courtine droite d’environ 260 m de long et pourvue de trois tours rectangulaires saillantes espacées de 40 à 50 m. Au delà de la dernière tour occidentale, qui protège un puits situé un peu plus loin à l’ouest, le tracé du rempart n’est plus lisible sur ce croquis. D’après J. Napoli, le site n’aurait pas été fortifié côté nord, où l’escarpement du plateau lui paraît représenter une défense naturelle suffisante. Cependant, un affaissement du bord du plateau a nécessairement eu lieu, puisque l’angle nord-est des fortifications a lui-même disparu.

Rempart oriental (fig. 4)

6Conservé sur 180 m de long, il est rectiligne depuis la tour sud-est de l’enceinte jusqu’à son interruption à 15 m environ du bord de la falaise. Dans l’état actuel des observations, une seule tour sur les courtines est réellement attestée : elle est située à 83,50 m de la tour d’angle sud-est. Le rempart est construit en pierre de taille et mesure 3 m d’épaisseur. Les blocs de gypse utilisés sont de type modulaire (1 x 0,50 x 0,25 m/0,80 x 0,40 x 0,30 m). Sur certains blocs, on retrouve la taille visible de chanfreins (fig. 5). La technique de taille de pierre et les appareils rappellent ceux des remparts hellénistiques de Doura-Europos. L’ensemble est maçonné par un mortier de plâtre d’excellente qualité et très pur selon J. Abdul Massih, d’après l’examen d’un échantillon prélevé dans la maçonnerie interne de la courtine et dans l’angle N.-E. de la tour. Le parement externe est à peu près dégagé sur toute la longueur du rempart ; on observe pour la tour et la courtine nord une constante dans la disposition des quatre premières assises inférieures qui pourraient correspondre au socle du rempart (fig. 6). Les deux premières assises sont constituées de pierres en lit disposées en boutisses, l’assise suivante de pierres en lit et disposées en carreaux. Au-dessus on trouve des pierres placées en délit sur leur long côte (de type orthostate) puis une nouvelle assise de carreaux. La courtine nord et la tour no 1 sont conservées sur la hauteur des quatres assises inférieures.

7La courtine sud et la tour d’angle, dégagées sur la hauteur de 11 à 19 assises encore en place, présentent en élévation une alternance régulière de carreaux et de boutisses d’une assise à l’autre (fig. 7). Le socle n’est pas visible car la base du rempart est, au sud, masquée par une accumulation de terre en pente vers le wadi. Cette accumulation est identifiée comme un glacis de terre protecteur par J. Napoli). Le parement interne est uniquement dégagé au niveau d’une poterne (fig. 8) à 10 m environ au nord de la tour sud-est ; cette poterne est d’origine avec un arc aplati formé de trois claveaux.

Fig. 4 ‑ Vue générale du rempart oriental depuis l’est

Fig. 4 ‑ Vue générale du rempart oriental depuis l’est

© Y. Guichard 2001

Fig. 5 ‑ Appareil modulaire en pierre de taille avec alternance de carreaux et de boutisses portant des traces de chanfreins

Fig. 5 ‑ Appareil modulaire en pierre de taille avec alternance de carreaux et de boutisses portant des traces de chanfreins

Fig. 6 ‑ Mur latéral de la tour médiane du rempart oriental vu depuis le nord

Fig. 6 ‑ Mur latéral de la tour médiane du rempart oriental vu depuis le nord

Fig. 7 ‑ Vue du mur latéral nord de la tour sud-est et de la courtine sud du rempart oriental depuis le nord-est

Fig. 7 ‑ Vue du mur latéral nord de la tour sud-est et de la courtine sud du rempart oriental depuis le nord-est

Fig. 8 ‑ Parement interne du rempart oriental dégagé jusqu’au sommet de la poterne

Fig. 8 ‑ Parement interne du rempart oriental dégagé jusqu’au sommet de la poterne

Débat sur le nombre de tours

8D’après E. Herzfeld, le rempart oriental était pourvu de deux petites tours espacées de 30 m l’une de l’autre. Sur le terrain, ces tours n’ont pas été précisément retrouvées. Mais, à 83 m au nord de la tour d’angle sud-est, se trouve un mur de refend, très détruit, perpendiculaire à la courtine qui correspondrait au mur latéral sud d’une tour (tour no 1) dont on peut restituer les dimensions (4 m de long et saillante de 2 m).

9Cette tour (no 1) correspondrait donc à la tour septentrionale dessinée par E. Herzfeld. L’autre tour n’est plus visible, soit parce que l’effondrement du parement externe du rempart à 30 m de la tour sud-est en a fait disparaître la trace, soit parce qu’elle a été restituée par E. Herzfeld, sur le plan de 1907, par souci de symétrie.

10Le plan de J. Napoli indique très exactement la position de la tour no 1 et supprime la tour symétrique dessinée par E. Herzfeld. Il indique le départ hypothétique d’une seconde tour à l’extrémité du rempart oriental, à 64,70 m de la tour no 1. Cependant, les observations réalisées en 2001 n’ont pu confirmer l’existence d’un mur de refend à cet endroit.

Tour sud-est (fig. 9)

11La tour d’angle (no 2) constitue l’ouvrage le mieux préservé du rempart en pierre de taille (dimensions d’après J. Napoli, côté nord : 7,8 m ; mur frontal : 14,2 m de long ; côté sud restitué : 11,6 m de long avant le premier décrochement). Son mur latéral nord en pierre de taille (fig. 7) est conservé sur une hauteur de 19 assises (dimension maximale des blocs : 1 x 0,47 x 0,35 m pour les carreaux ; la longueur des boutisses varie entre 0,35 m et 0,60 m et leur hauteur est d’environ 60 cm). La partie supérieure de l’élévation, au contact de l’angle nord-ouest de la tour et de la courtine, est en blocage (fig. 10). Ce mur de blocage est conservé sur moins d’un mètre à l’aplomb du parement externe de la courtine. Au-dessus du mur latéral nord de la tour, la maçonnerie est plus étroite. Il s’agit donc d’une phase de construction postérieure. Le mur latéral sud de la tour en pierre de taille est effondré en partie supérieure, la base étant cachée par les décombres (fig. 11). Le contact entre l’arrière de la tour et le rempart sud est donc difficile à saisir. Le relevé de J. Napoli ne différencie pas les murs en pierre de taille des ajouts en blocage dans la partie supérieure. À ce niveau, en effet, s’entrecroisent des murs en blocage qui divisent l’espace intérieur de la tour en quatre ou cinq pièces (fig. 12). Un bastion (4,6 x 4,7 m), qui est accolé au mur arrière de la tour à 4 m en retrait par rapport au rempart oriental, constitue le point de départ du rempart sud.

Fig. 9 ‑ Vue de la tour sud-est depuis l’est

Fig. 9 ‑ Vue de la tour sud-est depuis l’est

Fig. 10 ‑ Vue de la maçonnerie en blocage construite au-dessus du mur nord de la tour d’angle en pierre de taille

Fig. 10 ‑ Vue de la maçonnerie en blocage construite au-dessus du mur nord de la tour d’angle en pierre de taille

Fig. 11 ‑ Face sud de la tour sud-est ensevelie dans les accumulations de débris et surmontée de constructions en blocage, vue vers le nord

Fig. 11 ‑ Face sud de la tour sud-est ensevelie dans les accumulations de débris et surmontée de constructions en blocage, vue vers le nord

Fig. 12 ‑ Constructions en blocage au sommet de la tour nord-est, vues vers le sud

Fig. 12 ‑ Constructions en blocage au sommet de la tour nord-est, vues vers le sud

Rempart méridional (fig. 13)

12Le sommet de ce rempart apparaît dans la masse des décombres. Il est construit en blocage (fig. 14). il se divise en deux segments d’orientations différentes.

Fig. 13 ‑ Vue aérienne du rempart sud depuis la tour sud-est jusqu’au changement de direction vers le nord-ouest

Fig. 13 ‑ Vue aérienne du rempart sud depuis la tour sud-est jusqu’au changement de direction vers le nord-ouest

© Y. Guichard 2001

Fig. 14 ‑ Parement interne du rempart sud en blocage.

Fig. 14 ‑ Parement interne du rempart sud en blocage.

Segment est

13Un segment oriental de 1,5 m de large et orienté est-ouest a été repéré sur une ligne droite de 200 m de long. Sur les photos aériennes, on distingue le sommet des murs en blocage de trois tours sur ce segment. La première (no 3) est située à 60 m de distance de la tour sud-est (no 2). De plan rectangulaire, elle est placée symétriquement à cheval sur la courtine. La seconde (no 4) située à environ 45 m vers l’ouest forme un bastion à cheval sur le rempart. Elle mesure 9,2 m de long et environ 7,60 m de large. Son mur frontal est placé à 5 m en avant de l’alignement du rempart tandis que l’arrière-corps accuse 2,60 m vers l’intérieur de la forteresse. La troisième, la tour no 5, marque un changement d’orientation du rempart et le départ du segment ouest.

Tour no 4 (fig. 15)

14Le mur latéral oriental de la tour vient s’appuyer contre le parement de la courtine orientale en blocage (fig. 16). Une fouille clandestine ouverte contre le parement interne du mur frontal a tranché un mur de brique crue sur une longueur de 2 m nord-sud et une largeur de 1,70 m est-ouest (fig. 17). Les briques crues sont de couleur plutôt grise et comprennent des os et du charbon (module des briques carrées : 0,34 x 0,34 x 0,11/0,12 m). Par comparaison avec la typologie des constructions en briques crues de Doura, le module repéré à Jazla semble plutôt renvoyer à la période parthe ou romaine. La présence de matière organique dans la composition des briques indique d’ailleurs que le matériau employé pour leur fabrication a été prélevé dans une zone ayant connu une occupation anthropique et non dans un sol vierge ou non pollué comme pour le rempart hellénistique construit avec la terre du plateau ou du fleuve.

15Ces différentes maçonneries représentent donc au moins trois phases de construction : la première phase signalée par la maçonnerie en briques crues postérieure à un rempart en pierre (non dégagé), la seconde caractérisée par la construction du rempart en blocage et la troisième avec les murs en blocage de la tour.

Fig. 15 ‑ Vue aérienne du rempart sud entre les tours no 4 et no 5

Fig. 15 ‑ Vue aérienne du rempart sud entre les tours no 4 et no 5

© Y. Guichard 2001

Fig. 16 ‑ Liaison entre le mur latéral est de la tour no 4 et la courtine du rempart sud, depuis l’est

Fig. 16 ‑ Liaison entre le mur latéral est de la tour no 4 et la courtine du rempart sud, depuis l’est

Fig. 17 ‑ Maçonnerie de brique crue visible dans cette tranchée à l’intérieur de la tour no 5 et englobée par le mur en blocage ; vue vers le sud

Fig. 17 ‑ Maçonnerie de brique crue visible dans cette tranchée à l’intérieur de la tour no 5 et englobée par le mur en blocage ; vue vers le sud

Tour no 5

16À environ 42 m à l’ouest de la tour no 4, se trouve la dernière tour no 5 rectangulaire saillante dont le mur arrière semble aligné sur la courtine (d’après le relevé de J. Napoli, dimensions : 6,7 N.-S. x 6,2 m E.-O.).

Segment ouest (fig. 18)

17Après la tour no 5, le rempart prend une direction ouest-nord-ouest. Ce segment occidental est caractérisé par un système de deux murs parallèles avec des murs de refend qui délimitent des pièces rectangulaires. Ce dispositif de double courtine avec des tours intérieures a été observé sur un petit secteur. Le mur extérieur le mieux conservé mesure 3 m de large sur toute la longueur de la pièce la plus orientale, puis s’amincit brusquement à l’ouest d’un premier mur de refend. Sur la longueur de la pièce suivante, il mesure donc 2,5 m de large puis revient à 3 m d’épaisseur après le mur de refend qui délimite la troisième pièce. La courtine interne, très arasée, n’a pu être étudiée. Les murs sont construits en blocage (moellons de gypse et djousse gris). Un bloc de gypse taillé (0,85 x 0,65 m) a été remarqué en remploi à l’angle d’un mur de refend.

Fig. 18 ‑ Segment occidental du rempart sud, mur de refend du rempart à caissons, vers l’est

Fig. 18 ‑ Segment occidental du rempart sud, mur de refend du rempart à caissons, vers l’est

Rempart oriental

18Seul un segment de mur en blocage de 2 m de long a été repéré. D’après J. Napoli, il est construit en blocage sur un socle de deux assises de gypse.

Urbanisme

19Le matériel céramique prélevé par J. Napoli ainsi que les tessons identifiés au cours des prospections de 2001 par F. Alabe indique une occupation longue du site, de l’époque hellénistique à la période sassanide. Le tesson le plus ancien remonterait à l’époque achéménide.

Les constructions intra-muros (fig. 19)

20L’intérieur de la forteresse est divisé en trois niveaux. Le premier secteur, dans la partie occidentale, s’abaisse par paliers vers le wadi ouest. Il occupe toute la largeur de l’enceinte, du rempart sud à la falaise, soit environ 60 m et s’étend sur environ 80 m d’est en ouest. En bordure nord du plateau, un puits avait été signalé par E. Herzfeld. Il s’agit d’une large ouverture circulaire de 2 m environ dont la partie supérieure est construite en blocage (fig. 21-22). Le secteur suivant, au centre, est plat et densément construit. À l’ouest, une fosse a traversé, à 0,5 m sous la surface, un niveau de sol (sol de cailloutis avec chamotte) reposant au-dessus d’une stratigraphie cendreuse (fig. 21). À quelques mètres à l’est, on remarque en surface le sommet de murs en blocage qui dessinent un large bâtiment carré (env. 15 m E.-O.). Juste après la limite orientale de ce bâtiment, c’est-à-dire à la hauteur du changement d’orientation du rempart sud, le terrain descend brusquement vers une large dépression au centre de la forteresse où affleure le rocher en place. Le sol remonte nettement à proximité des remparts méridional et oriental. Une butte située au nord-est correspond à une construction réellement bien conservée. Les murs de 1,5 m d’élévation ont été anciennement dégagés. On remarque encore, dans la partie nord du site, le plan en surface d’un bâtiment appuyé contre le parement interne du rempart oriental (dimensions relevées sur les sommets de murs visibles en surface : 12,5 x 13,5 x 9,8 m). L’espace intérieur semble divisé par des murs de refend plus minces.

Fig. 19 ‑ Constructions visibles en surface à l’intérieur des fortifications. Montage de vues aériennes depuis le sud

Fig. 19 ‑ Constructions visibles en surface à l’intérieur des fortifications. Montage de vues aériennes depuis le sud

© Y. Guichard 2001

Fig. 20 ‑ Vue générale de la partie nord-ouest du site avec un puits

Fig. 20 ‑ Vue générale de la partie nord-ouest du site avec un puits

Fig. 21 ‑ Puits vu depuis le nord-est

Fig. 21 ‑ Puits vu depuis le nord-est

Fig. 22 ‑ Sol d’occupation dans la partie occidentale du site

Fig. 22 ‑ Sol d’occupation dans la partie occidentale du site

Nécropole

21F. Sarre et E. Herzfeld signalent plusieurs tombeaux-tours aux alentours du site. Par ailleurs, de nombreuses fouilles clandestines ont été ouvertes le long des affleurements du rocher au sud de la tour d’angle sud-est mais aucune ne semble correspondre à l’entrée d’hypogées.

22Matériel prélevé par J. Napoli et étudié par F. Alabe en 1990 (J. Napoli 2000)

  • un tesson achéménide d’une coupe carénée, pâte verte

  • un tesson de céramique attique à vernis noir

  • cinq tessons (de type greyware?) d’imitation hellénistique

  • cinq fragments de jarre cylindrique à col ouvert et lèvre moulurée parthe et engobe jaune

  • un fragment de céramique glaçurée (ier s. av. J.-C.-iiie s. apr. J.-C.)

  • onze fragments de brittle ware d’époque hellénistique (?) ou romaine

  • un fragment de céramique peinte sassanide

23Matériel photographié lors des prospections de J. Gaborit-Y. Guichard et identifié par F. Alabe en avril 2001

  • tesson avec trace de vernis noir

  • encolure de cruche : imitation de vaisselle métallique (en vogue entre 350 et 280 av. J.-C. ou dérivé plus tardif)

  • fragment de gobelet au profil sinueux, pâte fine ; possible dérivé d’un type achéménide (moitié iie s. av. J.-C.)

  • fragment de cruche (type olpé) de pâte greyware

  • fragment d’assiette (type fishplate) avec pseudo-engobe (pâte chamois compacte, possible fabrication régionale)

  • fragment d’amphore de Chios

  • fond de plat, type sigillée orientale ; fabrication de Grèce orientale et Ionie

  • pot de fabrication locale (pâte avec mica)

  • fond avec engobe rouge (trempage non homogène, vernis à coulure)

  • fragment de céramique surcuit, pâte verte (parthe)

  • fragment de pâte jaune (parthe)

24Chronologie d’après J. Napoli

  • enceinte en pierre de taille hellénistique

  • restauration de la forteresse en blocage par les Romains à partir de 165 ou sous Dioclétien

25Chronologie d’après les observations de 2001

  • enceinte en pierre de taille hellénistique (iie s. ?)

  • construction en brique crue du rempart est (parthe ?)

  • plusieurs phases de construction en blocage des élévations des remparts (parthe, romain, byzantin)

26Périodisation d’après K. Kohlmeyer

  • période partho-romaine

Bibliographie

F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise. 1911, p. 163 et abb. 73 (Burg Djazlah).

J. Lauffray, Halabiya-Zénobia, place-forte du limes oriental et la haute Mésopotamie au vie s., Paris, 1983, p. 70 et carte fig. 4.

K. Kohlmeyer, « Euphrat-Survey 2 », MDOG 118, 1986, p. 51-65 (site no 115 : Gazla).

J. Napoli, « La forteresse de Djazala sur le Moyen-Euphrate », Syria 77, 2000, p. 117-136.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site de Jazla depuis l’est
Crédits © Y. Guichard 2001
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Fig. 2 ‑ Plan de Jazla dessiné par E. Herzfeld
Crédits E. Herzfeld 1911, p. 63, abb. 73
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Fig. 3 ‑ Schéma à main levée des vestiges des remparts de Jazla au 1/1 000e par J. Napoli
Crédits J. Napoli 2000, p. 123, fig. 6
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 4 ‑ Vue générale du rempart oriental depuis l’est
Crédits © Y. Guichard 2001
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Fig. 5 ‑ Appareil modulaire en pierre de taille avec alternance de carreaux et de boutisses portant des traces de chanfreins
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 6 ‑ Mur latéral de la tour médiane du rempart oriental vu depuis le nord
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 7 ‑ Vue du mur latéral nord de la tour sud-est et de la courtine sud du rempart oriental depuis le nord-est
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 8 ‑ Parement interne du rempart oriental dégagé jusqu’au sommet de la poterne
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Fig. 9 ‑ Vue de la tour sud-est depuis l’est
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 10 ‑ Vue de la maçonnerie en blocage construite au-dessus du mur nord de la tour d’angle en pierre de taille
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 11 ‑ Face sud de la tour sud-est ensevelie dans les accumulations de débris et surmontée de constructions en blocage, vue vers le nord
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 12 ‑ Constructions en blocage au sommet de la tour nord-est, vues vers le sud
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 13 ‑ Vue aérienne du rempart sud depuis la tour sud-est jusqu’au changement de direction vers le nord-ouest
Crédits © Y. Guichard 2001
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Fig. 14 ‑ Parement interne du rempart sud en blocage.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 15 ‑ Vue aérienne du rempart sud entre les tours no 4 et no 5
Crédits © Y. Guichard 2001
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 16 ‑ Liaison entre le mur latéral est de la tour no 4 et la courtine du rempart sud, depuis l’est
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 17 ‑ Maçonnerie de brique crue visible dans cette tranchée à l’intérieur de la tour no 5 et englobée par le mur en blocage ; vue vers le sud
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 18 ‑ Segment occidental du rempart sud, mur de refend du rempart à caissons, vers l’est
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig. 19 ‑ Constructions visibles en surface à l’intérieur des fortifications. Montage de vues aériennes depuis le sud
Crédits © Y. Guichard 2001
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 20 ‑ Vue générale de la partie nord-ouest du site avec un puits
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 21 ‑ Puits vu depuis le nord-est
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 22 ‑ Sol d’occupation dans la partie occidentale du site
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7246/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540