Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en aval du barrage de Tabqa (section E, Palmyrène et Arabie Déserte)

Nkheyla (Syrie) – E04

Texte intégral

Autres toponymes

Nukaila, Nechele

Localisation

Région

Ar-Raqqa

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

à 1,5 km O. de Sabkha

Longitude

39.2415504

Latitude

35.81935429

Position

plateau escarpé

Environnement

replat d’érosion en limite du plateau

Informations sur l’état du site

État de conservation

intact

Dimensions du site

450 E.-O. x 400 m N.-S.

Superficie

14 ha

Altitude

260 m

Critères de datation

architecture, céramique

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

fort ?

Période sévérienne-sassanide

forteresse

Occupation postérieure

probable

Cartographie

R. Kiepert, Karte, 1893, WB. I (Nechele)

C. Héraud, Mission, 1922, f. XXVI-XXVII (Nukaila ou château de Sabkha)

1La forteresse couronne une éminence rocheuse escarpée (fig. 1) entourée d’un réseau de wadi profondément incisés, excepté au sud où le site est séparé du plateau par une ravine large mais peu profonde. La partie nord du site a été plus particulièrement détruite par l’érosion de la falaise surplombant la plaine (fig. 4).

Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site

Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site

A. Poidebard 1945, pl. 77

Fortifications

2Le plan dessiné par E. Herzfeld en 1907 (fig. 2) rend bien le tracé orthogonal des remparts sud et est, alors que la partie occidentale y est simplifiée. Le plan des fortifications (fig. 3) peut être rendu d’après la photo aérienne verticale de A. Poidebard (fig. 1) et les observations sur le terrain (prospection J. Gaborit et Y. Guichard en 2000).

Fig. 2 ‑ Plan du site dessiné par E. Herzfeld

Fig. 2 ‑ Plan du site dessiné par E. Herzfeld

E. Herzfeld 1911, abb. 72

Fig. 3 ‑ Restitution du plan des fortifications d’après la photo aérienne

Fig. 3 ‑ Restitution du plan des fortifications d’après la photo aérienne

Fig. 4 ‑ La forteresse de Nkheyla vue depuis la plaine

Fig. 4 ‑ La forteresse de Nkheyla vue depuis la plaine

Le rempart sud

3Ce rempart rectiligne (fig. 5) comprend deux tours d’angle saillantes et un bastion rectangulaire au centre. La tour sud-ouest (no 1) et le bastion central (no 2) sont de même longueur, tandis que la tour sud-est (no 3) est rattachée par son côté le plus étroit au mur sud et par sa longueur au rempart oriental. Les murs sont conservés sur plus de 4 m de haut. La partie inférieure des murs est construite en blocage sur 2,10 m de haut. Cette maçonnerie de moellons de gypse et de calcaire (fig. 6) est divisée en arases de 50 à 60 cm de haut et enduite de djousse. La partie supérieure de l’élévation est formée d’un mur massif de briques. Les tours comportent des chambres intérieures rectangulaires. Dans la salle intérieure de la tour sud-ouest, à moitié comblée, on remarque, sur le parement interne du mur frontal, la ligne d’un arc brisé d’une autre phase de construction qui implique la présence d’une voûte et d’un étage à l’intérieur de cette tour (fig. 7). Le parement interne des murs de refend construit en brique cuite résulte peut-être, lui aussi, d’une réfection.

Fig. 5 ‑ Le rempart sud vu depuis le plateau

Fig. 5 ‑ Le rempart sud vu depuis le plateau

Fig. 6 ‑ Maçonnerie de la tour sud-est

Fig. 6 ‑ Maçonnerie de la tour sud-est

Fig. 7 ‑ Paroi interne de la tour sud-est

Fig. 7 ‑ Paroi interne de la tour sud-est

Le rempart oriental

4Il se divise en deux segments (fig. 8). Le plus méridional suit, depuis la tour sud-est (no 3), la ligne de rupture de pente, de telle sorte que la porte orientale de la citadelle ouvre sur une ravine d’une profondeur vertigineuse. Une seconde tour (no 4) au nord de la porte marque le décrochement du rempart vers l’ouest qui est suivi d’un retour vers le nord. La courtine, munie d’un petit bastion (no 5) rectangulaire, se dirige en biais vers la tour d’angle au nord-ouest (no 6) de l’enceinte. La porte orientale (fig. 9) est la seule ouverture encore visible. Elle est aménagée dans le rempart de blocage sur le flanc sud de la tour no 4. La porte est formée d’un corridor de 3 m de long entre deux murs perpendiculaires à la courtine. La partie extérieure projetée à 1,50 m en avant du rempart est construite en blocage (avec une arase de brique cuite tous les 0,5 m) et délimite un passage de 2,10 m de large. Le seuil proprement dit est constitué d’un emmarchement et mesure de 1,30 m de large, car il est rétréci par la présence de deux maçonneries de brique cuite plaquées contre le mur en blocage (fig. 10) et constituées de trois massifs. Côté sud, le premier massif de brique cuite est marqué, à partir de 40 cm au-dessus de la marche, par une rainure, sans doute pour encastrer l’encadrement de la porte. Dans le second massif, en retrait de 0,30 m, est aménagée la glissière d’une barre de fermeture. L’amorce d’un troisième massif de brique cuite est visible du côté sud mais son prolongement est recouvert de déblais. Les maçonneries de briques sont détruites au-dessus de 1,50 m. Côté nord, les murs en brique cuite plus arasés peuvent être restitués par symétrie. On peut supposer que les massifs de brique cuite marquent un réaménagement de la porte. D’après les observations de terrain, les maçonneries en blocage du rempart et de la porte sont de différents types, mais seul un nettoyage permettrait de connaître la chronologie de ces deux ouvrages.

Fig. 8 ‑ Angle sud-est de la forteresse

Fig. 8 ‑ Angle sud-est de la forteresse

Fig. 9 ‑ Porte orientale du rempart est vue depuis l’intérieur

Fig. 9 ‑ Porte orientale du rempart est vue depuis l’intérieur

Fig. 10 ‑ Maçonneries du mur sud de la porte orientale

Fig. 10 ‑ Maçonneries du mur sud de la porte orientale

Le rempart septentrional

5Il est difficile à suivre en raison de son état de destruction. E. Herzfeld le restitue rectiligne et muni de deux tours d’angle. La tour d’angle nord-est (no 6) est caractérisée par l’effondrement de son mur frontal et l’on suit la courtine en marchant directement sur le sommet du mur de blocage jusqu’à la tour nord-ouest (no 7) dont l’implantation est biaisée par rapport aux courtines.

Le rempart occidental

6Il couronne une extension rocheuse vers l’ouest, entre deux ravines qui prennent naissance au pied du mur. La partie septentrionale dessine un court segment en biais entre la tour no 7 et la tour suivante (no 9) qui marque un changement de direction du rempart vers le sud. Il semble qu’il y ait une tour (no 8) rectangulaire entre les deux. L’angle sud du rempart, presque orthogonal, est peut-être suivi d’une tour rectangulaire. De là, une courtine part en oblique pour rejoindre la tour sud-ouest de l’enceinte. Le tracé de cette dernière courtine est restitué car le mur entre la tour no 9 et la tour no 1 a été arasé par le creusement d’une ravine.

Fig. 11 ‑ Puits

Fig. 11 ‑ Puits

Fig. 12 ‑ Vue intérieure de la forteresse vers le sud

Fig. 12 ‑ Vue intérieure de la forteresse vers le sud

Organisation interne

7L’organisation à l’intérieur de la forteresse n’a pu être décelée ni sur le terrain ni à partir des photos aériennes. L’abondance des remblais et la multitude des trous de pillages anciens criblent, en effet, toute la surface à l’intérieur des remparts. La face interne d’un grand bâtiment en brique cuite, sous doute une citerne, a été anciennement dégagée (fig. 12) dans la partie sud de l’enceinte. Dans la partie nord de l’enceinte, on note aussi un net affleurement de roche naturelle, plus étendu que ne le laisse supposer les indications du dessin de E. Herzfeld.

Constructions nord

8Il est difficile de dire de quand datent ces constructions très arasées ou d’indiquer leur lien avec l’enceinte. Cependant la présence d’un puits creusé dans la roche en bordure de falaise est nécessairement liée au fonctionnement de la forteresse.

9Celui-ci, creusé dans le roc, se trouve au-delà du rempart nord en raison des contraintes topographiques (fig. 11). Il est protégé par des aménagements secondaires dont on a remarqué quelques vestiges. Les murs les plus proches suivent les ruptures de pente : un socle de mur enduit de djousse dessine, au nord du puits, une ligne parallèle à la falaise et fait retour vers le rempart nord. Deux murs perpendiculaires à ce socle et à la pente terrassent cette extension vers le nord. L’autre secteur important, séparé du premier par une ravine, se trouve au pied du segment septentrional du rempart est. Le terrain plat en avant de la tour no 5 est délimité par un mur orienté est-ouest et avec deux retours vers le sud. Un long mur perpendiculaire à cette sorte de terrasse descend vers le nord. L’érosion actuelle en a fait une ligne de crête entre deux wadi mais on distingue quatre murs qui lui sont liés et qui dessinent, dans la pente nord-ouest, des pièces rectangulaires, dont les autres limites ont été mises à mal par l’érosion.

Nécropole

10Une zone de tombes a été repérée au sud du site mais non prospectée.

11Périodisation d’après les prospecteurs

  • période romaine

  • période byzantine

Bibliographie

F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise, 1911, p. 163 et abb. 72.

A. Poidebard, La trace de Rome, 1934, p. 85 et pl. 31.

R. Mouterde et A. Poidebard, Le Limes de Chalcis, Paris, 1945, p. 129 et pl. 77.

K. Kohlmeyer, « Euphrat-Survey », MDOG 116, 1984, p. 95-118 (site no 114).

K. Kohlmeyer, « Euphrat-Survey », MDOG 118, 1986, p. 58-61 (site no 114 et abb. 6).

J. Lauffray, Halabiya-Zénobia, place-forte du limes oriental et la haute Mésopotamie au vie s., Paris, 1983, p. 70 et fig. 4.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue aérienne du site
Crédits A. Poidebard 1945, pl. 77
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 2 ‑ Plan du site dessiné par E. Herzfeld
Crédits E. Herzfeld 1911, abb. 72
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7245/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 3 ‑ Restitution du plan des fortifications d’après la photo aérienne
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7245/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 4 ‑ La forteresse de Nkheyla vue depuis la plaine
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7245/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 5 ‑ Le rempart sud vu depuis le plateau
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7245/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 6 ‑ Maçonnerie de la tour sud-est
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7245/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 7 ‑ Paroi interne de la tour sud-est
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7245/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 8 ‑ Angle sud-est de la forteresse
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7245/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 9 ‑ Porte orientale du rempart est vue depuis l’intérieur
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7245/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 10 ‑ Maçonneries du mur sud de la porte orientale
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7245/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 11 ‑ Puits
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7245/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 12 ‑ Vue intérieure de la forteresse vers le sud
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7245/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 585k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540