Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section D, Osrhoène)

Shams Al-Dine (Syrie) — D33

Texte intégral

Nom antique attesté

non identifié

Autres toponymes

Chams el Dine Shemali ? Sheikh Shem ed Din, Shams el Dine

Localisation

Région

Tabqa

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

à 24 km en amont de Mureybet

Longitude

38.16631493

Latitude

36.24436133

Position

terrasse alluviale

Informations sur l’état du site

État de conservation

noyé

Critères de datation

céramique, architecture

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

tell, site d’habitat et nécropole

Période sévérienne-sassanide

tell, site d’habitat et nécropole

Occupation postérieure

période islamique

1Plusieurs sites, tant en plaine alluviale que sur les replats d’érosion du plateau à l’est, ont été repérés dans ce secteur, mais il est difficile de les localiser précisément.

Périodes romaine et byzantine

2Ces sites correspondent à des tells, des vestiges architecturaux et des tumuli funéraires.

3A. K. Rihaoui a inventorié au moins trois sites aux environs de Shams el Dine.

  • Le site no 15 (D) situé dans la plaine correspond à un tell élevé dont la céramique indique une occupation romaine et arabe.

  • Le site no 16 (D) est caractérisé comme « une vaste étendue d’élévation » sur le plateau associée à de nombreux sites satellites non datés.

  • Le site n o 19 (D) étendu sur la plaine et sur une élévation rocheuse où ont été repérés des tumuli funéraires (non datés).

4Ces observations semblent correspondre aux découvertes faites par G. Bell en 1909 aux environs de Shams el Dine. Elle repère des traces de vestiges dans la plaine aux environs de 1,5 km à l’est de la rive. Puis, à 5 minutes à cheval vers l’aval, elle reconnaît une concentration de ruines plus importante et, sur la hauteur suivante, un amas de pierres taillées comportant des éléments de corniche, avec une frise d’acanthe et de dentils, qu’elle photographie.

Bibliographie

G. Bell, Diaries, 23/02/09 [en ligne] http://www.gerty.ncl.ac.uk/diary_details.php?diary_id=685

G. Bell, Photo J5 (corniche sculptée) dans GertrudeBellArchive, Newcasttle University Library, Album J 1909

[en ligne] http://www.gerty.ncl.ac.uk/photo_details.php?photo_id=2744

G. Bell, Amurath, 1911, p. 43.

A. K. Rihaoui, « Étude préliminaire sur le sauvetage des monuments dans la région du barrage de l’Euphrate », AAAS 15-1, 1965, p. 107, site n o 15 et p. 109-8, site no 16 et 19.

A. Bounni, « Les tombes à tumuli du moyen Euphrate », Le Moyen-Euphrate, zone de contacts et d’échanges, J.-C. Margueron éd., Strasbourg, 1979, p. 315-325.

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540