Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive gauche en Turquie en amont des barrages de Birecik et de Karkemiş (section C, Osrhoène)

Birecik (Turquie) – C15

Texte intégral

Nom antique attesté

Basaimpe ? Birtha ? Hieracome ?

Autres toponymes

Bir, Beer, Biredjik

Localisation

Région

Karkemiş

Situation

rive gauche de l’Euphrate

Accès

recouvert par la forteresse médiévale de la ville de Birecik

Longitude

37.97924624

Latitude

37.02936042

Position

plateau escarpé

Environnement

replat d’érosion

Informations sur l’état du site

État de conservation

menacé par l’urbanisation

Critère de datation

inscription

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

à confirmer

Période romaine

nécropole et forteresse

    ier s. av. J.-C.

inscription funéraire syriaque

Période sévérienne-sassanide

ville fortifiée ?

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850, carte I (Bireh-Jik, Little Bir)

H. Kiepert, Karte, 1893, WB I (id. avec Apamea)

1Aucun vestige antérieur à l’époque médiévale n’est visible in situ dans l’agglomération moderne. Le monument le plus ancien correspond à la forteresse médiévale (xiie-xvie s.) construite sur les pentes du plateau et située en limite nord-ouest de la ville moderne, qui s’est développée vers l’aval et vers l’ouest.

2L’occupation du secteur de Birecik aux périodes romaine et byzantine est seulement attestée par la découverte épigraphique que F. Cumont réalisa en 1907 dans la forteresse médiévale. La stèle funéraire qu’il releva était maçonnée dans le parement d’une archère d’une tour de la forteresse et comporte quelques lacunes (fig. 1). Il s’agit d’une inscription syriaque datée de 317 de l’ère séleucide soit de l’an 6 apr. J.-C. La tombe d’où provient cette stèle n’a pas été localisée. Aucune nécropole n’a été signalée à notre connaissance à proximité de la forteresse de Birecik.

Fig. 1 ‑ Estampage de l’inscription réalisé par A. Maricq en 1956

Fig. 1 ‑ Estampage de l’inscription réalisé par A. Maricq en 1956

A. Maricq 1965, pl. III

3La publication et la traduction, confiée immédiatement par F. Cumont à M. A. Kugener, ont été corrigées par A. Maricq qui se rendit sur place en 1956 pour réaliser un estampage plus fiable.

4– Traduction de A. Maricq :

Au mois d’Adar de l’an [3]17
moi ZRBYN, fils d’Ab[gar], commandant de Birtha,
éducateur de ‘WYDNT, [fils de] Ma‘nu , fils de Ma‘nu,
j’ai fait [ce] sépulcre [pour m]oi et pour HLWY’
maîtresse de ma maison et pour mes enfants. [    ]. Tout
homme qui viendra dans ce [sépulcre] et verra et glorifiera, T[ous les dieux le béniront.]
ḤŠY sculpteur et SLW[K                                                                ]
                             ont fait

5Bien que la date, placée au niveau de la cassure, soit restituée, les informations historiques consignées dans cette inscription sont d’une valeur considérable : elles attestent non seulement la présence d’un poste de commandement militaire, au ier s. apr. J.-C., sur la rive gauche de l’Euphrate, mais aussi l’importance de cette fonction confiée à un membre de l’entourage proche du roi d’Édesse, Ma‘nu IV : Zarbin, chargé de l’éducation de son fils ‘Oudeinat. Cette inscription permettrait encore de localiser la place-forte militaire de Birtha à Birecik même ou à proximité immédiate, mais aucune étude architecturale ni prospection n’a été, à notre connaissance, menée dans ce secteur. Il ne faut pas non plus exclure l’hypothèse que la tombe de ce personnage important ait été construite à l’emplacement même de la forteresse. Le type de monument funéraire réalisé par les deux sculpteurs, Hashaî et Séleukos nommés à la fin de la dédicace, devait être un tombeau-tour ou une tombe construite, comme celle de Karaoglu Mezar, plutôt qu’un hypogée. En effet, la bénédiction que le défunt appelle sur le passant qui viendra prier dans son tombeau laisse plutôt penser que cette inscription devait être vue de l’extérieur, comme celle du tombeau-tour de Serrin, dont la teneur est assez similaire.

6D’autres stèles funéraires complètes ou fragmentaires ont été remployés dans les murs de la citadelle : l’une, en basalte avec les bustes des défunts Barnabos et Miêlias, a été vue dans la cour inférieure (IGLS no 126) ; l’autre fragmentaire est composée de quatre lettres grecques (IGLS no 127). Une troisième a été acquise par le musée de Berlin (IGLS no 125). L’onomastique et le type iconographique ont amené L. Jalabert et R. Mouterde à supposer que ces pierres proviennent de la nécropole de Belkis-Zeugma (voir A08a) mais ces exemples sont assez représentatifs de toute la région et l’emploi du basalte est plus répandu en aval de Belkis.

7Des marques de taille en grec L et Y ont été aussi répertoriées par J. Gransault (IGLS no 128).

8Matériel

  • inscription funéraire de l’an 6 apr. J.-C.

Bibliographie

F. Chesney, Expedition, 1850, p. 46‑47.

V. Chapot, Frontière, 1907, p. 278 (identification avec Zeugma).

M. A. Kugener, « Une inscription syriaque de Birecik », Rivista degli studi orientali, t. I, 1908, p. 587.

F. Cumont, Études, 1917, p. 144-150 (identification avec Hieracome, Birtha et Baisampe).

R. Dussaud, Topographie, 1927, p. 461.

L. Jalabert et R. Mouterde, IGLS, T.1 no 125-128.

A. Maricq, « Les plus anciennes inscriptions syriaques », Syria 34, 1956, p. 33-34.

A. Maricq, « La plus ancienne inscription syriaque : celle de Birecik » (notes posthumes J. Pirenne et P. Devos éd.) dans Classica et Orientalia, 1965, Paris, p. 88-100.

H. J. W. Drijvers, Old-syriac (Edessean) inscriptions, 1972, Leyde, no 1.

D. Feissel et P.-L. Gatier, « Bulletin épigraphique. Syrie, Phénicie, Palestine, Arabie », REG 118, 2005, p. 548, no 497.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Estampage de l’inscription réalisé par A. Maricq en 1956
Crédits A. Maricq 1965, pl. III
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540