Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section B, Cyrrhestique et Chalcybonitique)

Shash Hamdam nécropole (Syrie) – B25a

Texte intégral

Autres toponymes

Chach Hamdane

Localisation

Région

Tabqa

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

à 2,7 km en aval de Jebel Khaled

Longitude

38.175351

Latitude

36.312809

Position

promontoire calcaire

Environnement

partie basse du Jebel Shashi

Informations sur l’état du site

État de conservation

érodé

Dimensions du site

800 m N.-S.

Critères de datation

architecture, céramique

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

nécropole rupestre et carrière de pierre

Période sévérienne-sassanide

nécropole et lieu de culte rupestres

1Une nécropole rupestre s’étend sur les flancs d’un éperon rocheux dans le prolongement du Jebel Sashi. Le long de l’Euphrate, sur environ 800 m de long, sa pente est très abrupte et fragilisée par l’érosion et l’effondrement des cavités artificielles. En 1998, dans la partie supérieure de la pente (fig. 1), une tombe exceptionnelle (tombe 1) a été fouillée par la mission australienne de Jebel Khaled à la demande de la DGAMS. Depuis 2011, elle fait l’objet de consolidation et d’un projet de protection. Sur environ 300 m, une série de tombes d’époque romaine de différents types a été également vue par l’équipe de G. W. Clarke : des tombes à ciste, des tombes rupestres à arcosolia et des tombes collectives multi-chambres pouvant accueillir jusqu’à 17 loculi. La partie basse de tout ce secteur a été touchée par le lac artificiel du barrage de Tabqa.

Fig. 1 ‑ Falaise de Shash Hamdam avec les entrées de la tombe 1, en partie supérieure, et de la tombe 4, à fleur d’eau, vue depuis l’est en 2010.

Fig. 1 ‑ Falaise de Shash Hamdam avec les entrées de la tombe 1, en partie supérieure, et de la tombe 4, à fleur d’eau, vue depuis l’est en 2010.

Carrières de pierre

2À environ 370 m en aval depuis le wadi, on observe des traces d’une ancienne carrière d’extraction de blocs calcaires. Des traces de havage sont visibles au sol sur un replat d’environ 3 m de profondeur et 20 m de long (fig. 2). Étant donné les variations du niveau de remplissage du lac de Tabqa, il est difficile de déterminer si cette carrière est la partie émergée d’une exploitation en palier. Elle se présente actuellement comme une petite exploitation linéaire du banc inférieur de la falaise, affleurant juste au dessus du niveau du lac. Il s’agit d’une strate de calcaire plus saine et plus dure que les parties supérieures affectées par d’importantes infiltrations des eaux de ruissellement. On ne peut restituer un canevas d’extraction régulier qui attesterait la production de blocs modulaires ou autres, mais les exemples de tranchées d’extraction les plus claires (fig. 3) dessinent des pierres de dimensions moyennes de 0,5 x 1 m. La proximité de l’Euphrate facilitait le transport des blocs extraits.

Fig. 2 ‑ Vue vers l’amont de la carrière de pierre en 2010

Fig. 2 ‑ Vue vers l’amont de la carrière de pierre en 2010

Fig. 3 ‑ Traces d’extraction de blocs modulaires sur le sol de la carrière

Fig. 3 ‑ Traces d’extraction de blocs modulaires sur le sol de la carrière

Nécropole rupestre

D’après les observations réalisées en 2010

3La tombe fouillée (tombe 1) se trouve à 170 m en aval du wadi de Shash Hamdam à mi-hauteur de la pente actuelle. Jusqu’à 130 m en aval, on dénombre au moins deux autres grandes cavités alignées dans un banc inférieur de la falaise à 4 m au-dessus du niveau actuel du lac du barrage de Teshrin. Il s’agit, sans aucun doute, de grandes tombes dont le plafond et la façade se sont en partie effondrés (tombes 2 et 3). Immédiatement en aval de la tombe 1, on repère aussi une entrée d’hypogée à fleur d’eau (tombe 4). Les trois entrées suivantes, non comblées, s’ouvrent en amont le long des replats d’érosion de la partie supérieure du Jebel. Trois tombes (tombes 6 et 8, proches de la tombe 1, et tombe 5, juste à l’extrémité nord du Jebel) présentent une chambre funéraire unique desservant trois arcosolia disposés en triclinium. Les façades ont été détruites mais la trace d’un petit diverticule subsiste sur le côté gauche de la tombe 6 et correspond probablement au logement du disque de fermeture. Un dispositif similaire (fig. 4) caractérise l’entrée de la dernière tombe prospectée (tombe 7). Celle-ci comporte une chambre funéraire rectangulaire avec deux grandes niches latérales et une dans la paroi du fond. Dans la niche latérale à gauche de l’entrée, et dans celle du fond, deux loculi ont été creusés dans chaque paroi (fig. 5), tandis que l’on en compte trois sur chaque côté de la niche de droite. Les ouvertures des loculi sont soulignées par une feuillure arrondie et un arc surbaissé. Un des loculi étant accessible, on a pu vérifier qu’il comporte une seule cuve creusée dans la base du loculus ; on peut donc estimer que cette tombe comportait 21 cuves. D’après les images satellite, la nécropole rupestre s’étend sur les flancs nord-ouest et ouest du Jebel.

Fig. 4 ‑ Entrée de la tombe collective 7, vue depuis l’est, en 2010

Fig. 4 ‑ Entrée de la tombe collective 7, vue depuis l’est, en 2010

Fig. 5 ‑ Tombe 7, niche ouest avec deux loculi creusés dans chaque paroi

Fig. 5 ‑ Tombe 7, niche ouest avec deux loculi creusés dans chaque paroi

Tombe 1 à décor figuré

4On accédait à cette tombe par un escalier taillé depuis le bas de la vallée et aujourd’hui masqué par les déblais de fouilles. L’entrée correspond à une ouverture de 1,58 m de large et à un seuil de trois marches.

5La chambre est de forme rectangulaire (fig. 6) mais les angles sont irréguliers : mur nord de 11,23 m, mur sud de 11,08 m, mur de l’entrée de 9,40 m et mur en vis à vis de 11,20 m. La hauteur du plafond plat a été mesurée dans l’angle nord-ouest et atteint 4,93 m. Aucun vestige de la porte ou du linteau n’a été retrouvé ; tout a été entraîné par la chute du plafond (fig. 7). Le plafond de la tombe était autrefois supporté par deux séries de quatre colonnes, dont restent les bases de style corinthien taillées dans la roche sur leur socle rectangulaire. La hauteur des colonnes et des chapiteaux n’a pu être restituée. Un autel se trouvait entre les première et deuxième rangées de colonnes dans l’axe de l’entrée. Il est taillé dans le roc et se compose d’un double podium rectangulaire monolithe dont le socle est octogonal. Sur le second degré une saignée de drainage a été creusée ce qui laisserait penser que cet autel est adapté à des sacrifices sanglants.

Fig. 6 ‑ Plan de la tombe 1

Fig. 6 ‑ Plan de la tombe 1

© G. W. Clarke 1998, p. 87, fig. 1

Fig. 7 ‑ Plafond partiellement effondré de la tombe 1 depuis le sud-est en 2010

Fig. 7 ‑ Plafond partiellement effondré de la tombe 1 depuis le sud-est en 2010

Le décor architectural

6Trois fragments sculptés provenant des chapiteaux, des fragments de colonnes et l’étude des traces sur les bases en place indiquent que les colonnes étaient droites sans cannelure et surmontées de chapiteaux animés de feuilles, sans doute dans le style corinthien. Sur le mur oriental de part et d’autre de l’entrée (fig. 8), toute la longueur a été taillée en piédestal, formant une sorte de plinthe de 86 cm de haut avec une moulure de 15 cm à la base et de 59 cm de profondeur. Au-dessus, une moulure droite avec des fragments de plâtre était encore conservée et des traces de ciseau à dents ont été identifiées. Au niveau supérieur, se développent deux registres de figures en relief (fig. 9). En cours de nettoyage, sur de nombreux fragments de plâtre, des traces de noir, rouge, blanc et ocre, ont été remarquées ainsi que des fragments de mosaïque. Le dégagement du sol a permis de retrouver, par exemple dans l’angle sud-ouest, des fines tesselles blanches in situ qui ont échappé au pillage du pavement. On ne sait si des mosaïques décoraient également les murs et les voûtes de certains arcosolia. Celles-ci étaient certainement décorées, étant donné la grande quantité de plâtre retrouvé. Les arcosolia ou les niches aménagées du mur ouest sont toutes identiques (fig. 10) ; seule la niche centrale a servi de sépulture, comme le prouvent les ossements collectés.

Fig. 8 ‑ Relevé de la paroi orientale de la tombe 1 avec l’entrée

Fig. 8 ‑ Relevé de la paroi orientale de la tombe 1 avec l’entrée

G. W. Clarke 1998, p. 92, fig. 1

Fig. 9 ‑ Partie sud du mur oriental de la tombe 1

Fig. 9 ‑ Partie sud du mur oriental de la tombe 1

Fig. 10 ‑ Relevé de la paroi occidentale de la tombe 1

Fig. 10 ‑ Relevé de la paroi occidentale de la tombe 1

G. W. Clarke 1998, p. 94, fig. 3

Les scènes sculptées

7Les murs sud et nord (fig. 11-12) présentent quatre registres : une large plinthe pleine moulurée, une frise sculptée de figures féminines sous une colonnade à deux étages, séparée par une bande de perles et pirouettes d’une corniche animée par des rinceaux habités entre deux moulures à oves. Les frises de personnages féminins, de grandeur nature et encadrées, chacune, par des colonnes (fig. 13), rappellent les compositions de l’art rupestre parthe et sassanide mais les jeunes filles portent ici un costume grec, chiton et himation. Leur attitude est d’une grande variété. En général, elles tiennent dans la main gauche un objet arrondi incliné, tel une jarre. Mais une observation plus minutieuse révèle d’autres objets : une boîte, des rhytons ou des cornes d’abondance, cornucopia, dont le contenu, sans doute des fruits et des graines, est difficile à distinguer. La règle de frontalité est contournée par la position du buste et de la tête tournés latéralement ; cette tendance rappelle les productions de Palmyre dans le style dit « orientalisant », de la seconde moitié du iie s.

Fig. 11 ‑ Relevé de la paroi septentrionale de la tombe 1

Fig. 11 ‑ Relevé de la paroi septentrionale de la tombe 1

G. W. Clarke 1998, p. 93, fig. 2

Fig. 12 ‑ Relevé de la paroi méridionale de la tombe 1

Fig. 12 ‑ Relevé de la paroi méridionale de la tombe 1

G. W. Clarke 1998, p. 95, fig. 5

Fig. 13 ‑ Détails de la frise supérieure sur la paroi septentrionale

Fig. 13 ‑ Détails de la frise supérieure sur la paroi septentrionale

8Sur les longs côtés, les frises sont interrompues par des groupes sculptés. Sur le mur septentrional (fig. 14), on distingue au registre supérieur une figure assise avec un enfant et deux autres personnages. La figure assise a été comparée, par les fouilleurs, à la représentation d’Atargatis, et plus particulièrement aux déesses assises des reliefs et peintures de Doura. Ce personnage, plus grand que les femmes des frises, est en compagnie d’un enfant mâle coiffé du bonnet parthe. Au registre inférieur, on devine la représentation d’un taureau sans tête. Sur le mur méridional (fig. 15), le registre supérieur accueille deux animaux, deux chevaux représentés de face, tandis qu’au-dessous, douze petits personnages portant des objets ronds, tambours ou boucliers, marchent de la droite vers la gauche jusqu’à une base. Cette procession paraît être dirigée par un treizième individu, bien mis en valeur par sa haute taille, qui semble grimper sur une structure rectangulaire, sans doute un escalier. Le mur occidental est trop abîmé pour être décrypté.

Fig. 14 ‑ Vue générale de la paroi septentrionale depuis le sud-est

Fig. 14 ‑ Vue générale de la paroi septentrionale depuis le sud-est

Fig. 15 - Vue de la partie sud-est de la tombe 1

Fig. 15 - Vue de la partie sud-est de la tombe 1

Datation et interprétation

9Les perturbations dues aux pillages anciens de la tombe n’ont pas permis d’établir une réelle séquence stratigraphique mais le matériel céramique recueilli se répartit entre un groupe majoritaire « late parthian » (postérieur à 160 apr. J.-C.) et un sous-ensemble daté entre l’époque byzantine et le début de la période islamique qui correspond à la réutilisation de la tombe en habitat. La corniche avec la frise d’acanthes et d’oiseaux (fig. 16) renvoie au style de décor sévérien, entre les iie et iiie s., ce qui est cohérent avec le matériel trouvé in situ de la fin du iie et au iiie s. Cependant, d’après les fouilleurs, la répétition et la simplicité des scènes indiquent plutôt la période tardive sassanide. Cette tombe pose de nombreuses questions : la première destination du lieu est-elle funéraire ou religieuse ? La scène de procession représente-t-elle un thyase en l’honneur d’une déesse, une Tyché ? Selon les fouilleurs, la figure féminine assise pourrait aussi être celle de la dédicante. La proximité de Hiérapolis et l’existence de particularités dans des rites religieux liés à Atargatis-Cybèle ont plus d’importance que les fouilleurs ne le laissent entendre. En effet, des éléments fondamentaux des rites hiérapolitains se retrouvent à Shash Hamdam : sacrifices d’animaux, danses, processions, sans oublier qu’il y avait deux processions annuelles pour purifier les statues de culte à la « mer », c’est-à-dire l’Euphrate.

Fig. 16 ‑ Détail de la corniche de rinceaux habités dans la partie occidentale de la paroi méridionale

Fig. 16 ‑ Détail de la corniche de rinceaux habités dans la partie occidentale de la paroi méridionale

10Matériel de la tombe 1

11Les céramiques et les fragments de verres recueillis en fouilles ont été étudiés (H. Jackson, 1998, p. 107-128.) :

  • fragments de céramique glaçurée, dite parthe, majoritaires et caractérisés par une fabrique homogène (comparaison avec les exemples de Séleucie du Tigre de la période parthe) ;

  • fragments de jarres et d’amphores dont des exemplaires au profil caréné, datés entre la fin de la période parthe et le début de la période islamique ;

  • fragments de marmite brittle ware, dont un exemplaire daté du iiie s. (comparaison avec Doura), deux de la période byzantine (comparaison avec Dibsi Faraj) et un pour la période islamique (comparaison avec Nisibe) ;

  • tuiles ;

  • fragments dispersés de squelette humain (une femme de 25/35 ans) ;

  • ossements d’animaux : majorité d’os de mammifères (type ovidé et capridé) avec des traces de découpe bien attestées.

12Datation d’après la fouille

  • période romaine (nécropole rupestre)

  • iiie s. (tombe 1 et culte funéraire)

  • période byzantine

Bibliographie

M. N. Van Loon et J. de Heinzelin, The Tabqa Reservoir Survey, Damas, 1967, p. 14, site 550.

G. W. Clarke, B. Frohlich, H. Jackson, J. Littleton, B. Rowney et D. Steele, « Who built Shash Hamdam Tomb 1 ? », Meditarch 11, 1998, p. 83-158.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Falaise de Shash Hamdam avec les entrées de la tombe 1, en partie supérieure, et de la tombe 4, à fleur d’eau, vue depuis l’est en 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2 ‑ Vue vers l’amont de la carrière de pierre en 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Fig. 3 ‑ Traces d’extraction de blocs modulaires sur le sol de la carrière
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4 ‑ Entrée de la tombe collective 7, vue depuis l’est, en 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Fig. 5 ‑ Tombe 7, niche ouest avec deux loculi creusés dans chaque paroi
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Fig. 6 ‑ Plan de la tombe 1
Crédits © G. W. Clarke 1998, p. 87, fig. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 7 ‑ Plafond partiellement effondré de la tombe 1 depuis le sud-est en 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Titre Fig. 8 ‑ Relevé de la paroi orientale de la tombe 1 avec l’entrée
Crédits G. W. Clarke 1998, p. 92, fig. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 9 ‑ Partie sud du mur oriental de la tombe 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Fig. 10 ‑ Relevé de la paroi occidentale de la tombe 1
Crédits G. W. Clarke 1998, p. 94, fig. 3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 11 ‑ Relevé de la paroi septentrionale de la tombe 1
Crédits G. W. Clarke 1998, p. 93, fig. 2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 12 ‑ Relevé de la paroi méridionale de la tombe 1
Crédits G. W. Clarke 1998, p. 95, fig. 5
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 13 ‑ Détails de la frise supérieure sur la paroi septentrionale
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 14 ‑ Vue générale de la paroi septentrionale depuis le sud-est
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 15 - Vue de la partie sud-est de la tombe 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 16 ‑ Détail de la corniche de rinceaux habités dans la partie occidentale de la paroi méridionale
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7162/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 448k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540